Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 18:47

Fusain a écrit:Fait'excuse, mais ce qu'il me semble juste de conclure en toute rigueur, c'est de "se méfier" des hommes, c'est tout. Rien de ce que tu as exposé ne permet de corréler le caractère "persécuté pour des conneries" à la normopensance, ce que révèle, d'ailleurs, ton article indéfini. Même chose avec la douance qui n'est pas automatiquement associée, ni à la bienveillance, ni au mépris. Je ne parle pas ici de nier les différences, mais de se sortir du piège qui consiste à tirer d'expériences négatives de la vie une loi qu'on applique ensuite a priori sans discernement, sans tolérer la moindre exception. Ripoliner cette méthode avec de grands mots du genre "ne pas aplanir les différences en les niant" ne la rend pas plus rigoureuse.
Youpi !!!

Ca fait plaisir de voir qu'il y en a qui comprennent. Dommage que ça soit Fusain, par contre. Lui, je savais qu'il était d'accord avec mon idée, donc rien de nouveau pour moi.


Concernant les tests de QI, un argument qui ne va clairement pas en leur faveur, c'est qu'ils sont étalonnés sur des lots d'environ 1000 personnes. Ca coûte cher de recueillir des infos.
Et 2% de 1000, ça fait 20. 20, c'est pas énorme. C'est très certainement très insuffisant. Je peux expliquer pourquoi, je ne le ferais pas ici, dans ce sujet.

Car c'est pas le sujet justement.

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Invité le Lun 26 Nov 2012 - 18:54

Darkside a écrit:Mais au fond, je me demande à quel point nous ne sommes pas majoritairement d'accord...sous des airs de clivages, plus ou moins prononcés suivant les topics/posts du moment ^^

Sais pas. "Oh, que je me sens seul(e) entouré(e) de ces imbéciles de normopensants" est un topos ici. On a tous souffert de décalage, d'isolement et de non-communication, mais pour ma part, j'aimerais juste être cru quand je dis "On peut trouver dans toutes les catégories matière à communication riche et profonde et ce n'est pas par souci de politiquement correct ou d'égalitarisme républicard que je le dis", c'est tout...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Pieyre le Lun 26 Nov 2012 - 19:50

(Fusain, tes remarques sont justes. J'aurais pu me contenter de mon idée initiale (assez théorique il est vrai), qui était la suivante. S'il existe trois groupes et que je suis dans celui du milieu, l'orgueil d'être au-dessus du groupe de base pourrait me permettre d'être modeste relativement au plus élevé. C'est-à-dire qu'il faut craindre aussi bien l'approche de la vanité que de l'abaissement de soi, comme offensant, pour des raisons inverses, la dignité humaine.)

Pieyre, il me semble au contraire qu'on peut développer un sentiment négatif vis-à-vis du groupe supérieur, lorsqu'on découvre qu'on ne mérite que leur mépris.
Bon, j'imagine que tu ne veux pas dire qu'on le mérite vraiment (ce qu'on mériterait, c'est tout au plus de se situer dans un groupe inférieur) mais qu'on suscite ce mépris.
Alors, je prends mon cas; c'est plus simple. Il faudrait que ce mépris soit manifeste pour qu'il pèse sur moi. Sinon je peux vaguement me l'imaginer, ou considérer qu'il n'existe pas, en fonction de l'attitude que j'aurais relativement aux membres d'un groupe inférieur (puisque là je me veux assez détaché, en suspendant mon jugement).
D'ailleurs cette idée de groupes de niveau est assez déplaisante si on envisage qu'elle ait une représentation sociale importante. Je tiens à dire que j'en suis conscient. Il me semble que nous avons tous des relations agréables, y compris intellectuellement, avec des personnes qui n'entreraient pas dans le même groupe que nous.

Il n'y a pas de lions et de renards, que des hommes; par contre, les groupes sont aussi étanches que si les espèces étaient différentes : qui n'est pas TTHQI ne le sera jamais et un TTHQI ne sera jamais relégué en THQI.
Il est vrai que mon modèle, où l'on peut faire varier (un peu) les positions, correspond davantage à une conquête de ses propres facultés, durant l'apprentissage de la jeunesse, ou durant un déploiement progressif de réalisations que permettent les dons.


Dernière édition par Pieyre le Lun 26 Nov 2012 - 21:20, édité 1 fois (Raison : faute)

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15357
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 19:57

Pieyre a écrit:être au-dessus du groupe de base
Où est "en haut" dans l'espace, exactement ?...

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Pieyre le Lun 26 Nov 2012 - 20:10

Euh... non, ce n'est pas comme ça qu'il faut prendre les choses. Il s'agissait d'une modélisation; il ne faut pas l'oublier.
Ainsi il n'y a pas a priori un espace que tous reconnaîtraient, et des gens (des vilains sans doute) qui se situeraient en haut, de façon auto-proclamée. Au contraire je définis trois groupes, que j'appelle bas, milieu et haut, comme souvent quand il y a une évaluation, mais que j'aurais pu appeler tout aussi bien gauche, centre et droite, ou... enfin, tu vois. Aussi l'espace ne correspond pas au départ à quelque chose qui existe mais il est constitué par la modélisation.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15357
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Invité le Lun 26 Nov 2012 - 20:11

.


Dernière édition par Zebran le Lun 26 Nov 2012 - 22:14, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 20:16

Pieyre a écrit:Euh... non, ce n'est pas comme ça qu'il faut prendre les choses. Il s'agissait d'une modélisation; il ne faut pas l'oublier.
Ainsi il n'y a pas a priori un espace que tous reconnaîtraient, et des gens (des vilains sans doute) qui se situeraient en haut, de façon auto-proclamée. Au contraire je définis trois groupes, que j'appelle bas, milieu et haut, comme souvent quand il y a une évaluation, mais que j'aurais pu appeler tout aussi bien gauche, centre et droite, ou... enfin, tu vois. Aussi l'espace ne correspond pas au départ à quelque chose qui existe mais il est constitué par la modélisation.
Derrière la notion de QI, de HPI, THPI, TTHPI et de "normopensant", y'a un espace vectoriel.

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Waka le Lun 26 Nov 2012 - 20:20

Perso, je ne développe un sentiment négatif vis-à-vis des misanthropes du groupe d'en haut que si je ne "ressens" pas de manière palpable le décalage intellectuel (car alors leur mépris me parait injuste). S'il m'est évident qu'une personne m'est intellectuellement supérieure tellement elle l'est, et méprise tout le monde y compris moi, je "comprend" et je compatis.

Perso, j'ai des "pics" de misanthropie. J'ai envie de penser qu'on peut communiquer avec des gens de toutes catégories, mais je suis soudainement convaincue du contraire dans des laps de temps courts où un truc m'énerve vraiment beaucoup. J'assume.

Mais du coup, je conçois qu'il ait des gens plus intelligents que moi qui aient encore plus souvent ces pics, voir soient misanthropes en permanence, au point d'exprimer ça:
je dois me faire à l'idée de passer ma vie parmi les singes

Je trouve "dur" d'exclure d'office, parce qu'on est soit même surdoué et qu'on ressent pas ça, que d'autres, peut être juste encore plus surdoués que nous (même si c'est peut être pas le seul facteur), puissent le ressentir.

Sinon, tu parles des conséquences sur les choix relationnels:
celui qui recherche l'attachement trouvera l'isolement ; celui qui recherche le détachement trouvera l'attachement

Avant je voulais croire que je pouvais créer des relations avec tout le monde. Je dépensais beaucoup d’énergie pour qu'au final ça capote et je me sente mal. Maintenant je me force beaucoup moins à faire marcher une relation si j'ai rapidement l'intuition que "ça va pas coller". Ben, c'est plus simple comme ça, quand même.

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 20:30

1 : Cette misanthropie, ce côté "je marche parmi les singes", personnellement, j'ai quand même de quoi s'interroger. Et si c'était pas une question d'intelligence, mais juste de valeurs/principes (moraux, par exemple) ?

2 : Pour le détachement, y'a un peu cette idée oui. Dit avec des mots justes et peut-être niais : Forcer les choses, n'est-ce pas violenter ces choses ? Démarrer une relation dans la violence, est-ce une bonne idée ?

1+2 : Dois-je développer ?

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Waka le Lun 26 Nov 2012 - 21:11


1 : Cette misanthropie, ce côté "je marche parmi les singes", personnellement, j'ai quand même de quoi s'interroger. Et si c'était pas une question d'intelligence, mais juste de valeurs/principes (moraux, par exemple)?
Je peux pas trancher, mais ce que je sais, c'est que je n'ai pas la prétention d'être parmi les plus gros cerveaux justement, et donc pas non plus la prétention d'avoir expérimenté tous les ressentis et décalage d'un vraiment très gros cerveau. En fait, exclure que certains puissent avoir un sentiment de décalage plus aigü du fait d'une plus grande intelligence que soi ne me parait pas vraiment plus humble que de dire qu'on a l'impression d'évoluer parmi des singes, pour résumer.

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 21:20

C'est pas ce que je voulais dire.

Si le décalage était dû à l'intelligence, comment se fait-il que je puisse m'entendre, très bien, avec des personnes qui ne feraient probablement pas un bon score au test de QI ?
Comment se fait-il que certaines de ces personnes parviennent à m'apporter quelque chose d'extrêmement précieux que d'autres qui feraient un gros score ne m'apportent pas ?

Enfin bref... Entre autres, j'ai énormément de mal à comprendre ce qu'on entend par "plus grande intelligence" quand on est ni capable de la définir, ni de la mesurer.

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Waka le Lun 26 Nov 2012 - 21:27

Ben justement, c'est ce que je veux dire: tu prends comme référence ton vécu à toi. Or, tu es surdoué, mais peut être qu'il y a des gens encore plus surdoué que toi, et que seuls eux sont concerné par des décalages d'une ampleur telle qu'ils ne rencontrent jamais une personne non surdoué avec qui ça passe.
Mais en fait, tu as l'air de partir du principe que l'intelligence ne s'échelonne pas.. du coup, tu ne te considères pas vraiment comme surdoué?

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 21:37

En effet. Ca fait un moment que je me dis que je devrais écrire un truc pour expliquer plus précisément mon idée. Qui n'est pas très compliquée, en fait.

Résumée, ça donne qu'on a des affinités avec certaines personnes et qu'on pourrait certainement faire une analyse des qualités de chacun qui permettrait de déterminer quels caractéristiques, quels traits de caractère, quels genre de personnalités nous conviennent.
Mathématiquement, ça a un sens. On sait ce qu'on manipule, si tu préfères.

A l'inverse un test de QI, étalonné sur un échantillon trop petit de la population évalue une corrélation entre divers résultats de tests... Mais c'est vraiment sujet à controverse. On mesure quelque chose, oui. On ne sait pas de quoi il s'agit. On nous dit qu'il s'agit de l'intelligence, mesurée comme la performance à un test, et de l'autre côté on nous dit qu'être surdoué et performant sont des choses orthogonales... Enfin bref...
Je m'étale alors que je devrais parler de ça dans l'autre sujet que je n'ai pas encore écrit.

Dans quels cas, nous, ça ne passe pas avec des gens ? Hors cas évidents où on a affaire à quelqu'un qui abuse, bien sûr.

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Invité le Lun 26 Nov 2012 - 22:02

En fait, exclure que certains puissent avoir un sentiment de décalage plus aigü du fait d'une plus grande intelligence que soi ne me parait pas vraiment plus humble que de dire qu'on a l'impression d'évoluer parmi des singes, pour résumer.

Personne ne l'a exclu.
Nous sommes - je crois - quelques-uns à trouver que c'est un peu dommage et à se demander jusqu'à quel point ça recoupe une réalité, étant donné que l'affirmation "Je ne peux avoir de vraie communication avec personne en-dehors de mon groupe de QI" présente un potentiel carabiné en termes de prédiction autoréalisatrice.
Je ne sais pas si c'est "humble" ou pas, pour ma part, c'est une transposition de proche en proche. J'entends beaucoup dire que les HQI ne peuvent guère communiquer (au sens profond) avec les NQI, que c'est pareil avec les HQI vs les THQI, mon vécu le dément - sauf à supposer que le psy qui m'a testé m'ait menti et que je sois un imposteur - à partir de là il me semble cohérent d'être sceptique devant la même formule appliquée au groupe "du dessus", assavoir les TTHQI.
La limite, et c'en est une belle, à mon extrapolation, est que le QI n'étant théoriquement pas limité vers le haut, un TTHQI peut être beaucoup plus loin des THQI que cette simple différence d'une lettre T.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 22:06

Personnellement, je vais jusqu'à remettre en cause le QI, tel qu'il existe aujourd'hui.

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Pieyre le Lun 26 Nov 2012 - 22:09

Bon ! au moins comme ça c'est clair. Eh bien je crois que voilà une ligne de fracture.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15357
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 22:10

Développe

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Waka le Lun 26 Nov 2012 - 22:17

@adcvh
Ben si je prend mon cas c'est surtout lié aux codes sociaux, que j'ai du mal à saisir de manière innée, je dois apprendre. Et même en apprenant, il y en a que j’intègre pas, que je supporte pas.
Par exemple, pour moi, le respect dans l'amitié ne consiste pas à appeler ses amis une fois par semaine minimum. Je peux ne pas appeler une personne plusieurs mois d'affilée, mais la considérer comme une de mes plus proches amis. Le respect que je lui témoigne, c'est à travers la confiance que j'ai en elle, le fait que son avis compte pour moi, ce genre de choses.
Du coup, avec des gens qui ne remettent pas en cause les codes sociaux de la même manière que moi, ben, ça passe pas, ça casse, car je suis pas prête à me plier à des codes qui ne représentent rien à mes yeux, je trouverais ça hypocrite, alors que les personnes en face évaluent le respect que je leur témoigne au regard de ces codes sociaux.

Tu me suis? Après tu seras peut être pas d'accord avec le fait que la remise en cause de ces codes sociaux est lié à la douance, mais j'aurai tendance à dire que oui (quand j'ai fini par fréquenter des milieu zébrés par mon parcours pro, j'ai cessé d'avoir des ennuis relationnels de ce type).

@Fusain: oui, nan mais je suis d'accord en fait. En dehors de ton cas, même dans le salon THQI, finalement pas mal de THQI exprimaient pouvoir communiquer avec des NQI.

En fait, je pense qu'il y a des gens qui souffrent vraiment d'un décalage plus important que la majorité d'entre nous. Mais ils sont vraiment rares, trop rares pour représenter l'ensemble des sentiments de décalage exprimés sur le forum, donc, ok, il n'y a pas que ça.

EDIT: j'écris pas vite, j'ai 4 posts de retard...

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Pieyre le Lun 26 Nov 2012 - 22:18

Je développe.

Tu commences par contester la pertinence de sentiments ou de jugements qu'on peut avoir les uns sur les autres en fonction d'un niveau intellectuel perçu.
Ensuite, en répondant à Waka, tu te demandes quelles caractéristiques seraient pertinentes pour rendre compte des convenances inter-personnelles.
Et enfin tu considères que le QI ne convient pas.

Est-ce que je résume bien ? Je le fais sans intention polémique.

Au final, puisque le QI est là, qui fournit au moins une base de comparaison (dont tout le monde reconnaît qu'elle est imparfaite), la balle est donc dans ton camp : il faut que tu argumentes si tu veux le contester.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15357
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par adcvh le Lun 26 Nov 2012 - 23:04

Réponse groupée pour vous deux.

Aujourd'hui, on choisit cette mesure du QI pour rassembler des "surdoués" et leur dire qu'ils devraient essayer de se rencontrer entre-eux. Entendu qu'ils seront certainement plus heureux ainsi, qu'ils augmenteront leurs chances de trouver des personnes qui leur ressemble, avec qui ils s'entendront, en gros.

Personnellement, je me dis que si on faisait une étude statistique prenant en compte énormément de paramètres (tels que ceux qui servent à calculer le QI, mais aussi des paramètres tout à fait différents), ça ne m'étonnerait pas du tout que, en limitant d'abord le modèle à des relations entre deux personnes maximum, on s'aperçoive que "l'intelligence" joue un rôle dans l'entente entre deux personnes, mais un rôle peut-être mineur, en regard d'autres paramètres.

C'est assez flagrant sur ce forum, y'a des gens qui me sont très antipathiques ici, par exemple.

"Trop intelligent pour être heureux", bah... Non, pourquoi ? En quoi l'intelligence et le bonheur seraient anti-corrélés ? Peut-être hein, je dis pas. Mais je demande à voir.



L'exemple que tu donnes, waka, ça me fait plus penser à des systèmes de valeurs différents qui s'entre-choquent et à un manque de patience, respect et/ou un manque de **volonté** d'adaptation en fait.
Intelligence, nada, ici, pour moi.

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Pieyre le Lun 26 Nov 2012 - 23:37

adcvh a écrit:Aujourd'hui, on choisit cette mesure du QI pour rassembler des "surdoués" et leur dire qu'ils devraient essayer de se rencontrer entre-eux. Entendu qu'ils seront certainement plus heureux ainsi, qu'ils augmenteront leurs chances de trouver des personnes qui leur ressemble, avec qui ils s'entendront, en gros.
Sauf qu'il n'y a pas un on qui serait extérieur, donc pas de devoir à être ceci ou cela qui imposerait ni même suggérerait.
Je prends le cas de Mensa bien sûr. Ce sont des personnes intéressées par ce qu'elles connaissaient de l'association internationale qui en ont créé une branche dans leur pays. Elles se sont organisées, elles se sont rencontrées et elles ont souvent été surprises elles-mêmes de s'entendre si bien.

Personnellement, je me dis que si on faisait une étude statistique prenant en compte énormément de paramètres (tels que ceux qui servent à calculer le QI, mais aussi des paramètres tout à fait différents), ça ne m'étonnerait pas du tout que, en limitant d'abord le modèle à des relations entre deux personnes maximum, on s'aperçoive que "l'intelligence" joue un rôle dans l'entente entre deux personnes, mais un rôle peut-être mineur, en regard d'autres paramètres.
Bon, si l'on s'entend à Mensa, c'est sur le plan intellectuel, et même parfois seulement d'une façon toute conviviale, parce que nos modes de pensée se rejoignent et permettent des raccourcis. Sur le fond, c'est plus douteux, parce que toutes les opinions s'expriment. Alors, pour la discussion, et même l'amitié, c'est formidable. Pour avoir des projets communs, ou pour s'entendre sur le plan amoureux, l'avantage, qui existe selon moi, doit être pourtant moindre.

C'est assez flagrant sur ce forum, y'a des gens qui me sont très antipathiques ici, par exemple.
Eh bien, de mon côté, j'ai tendance à passer beaucoup de choses aux personnes que j'estime très intelligentes. Il ne s'agit pas de vivre avec elles mais de discuter avec elles.

"Trop intelligent pour être heureux", bah... Non, pourquoi ? En quoi l'intelligence et le bonheur seraient anti-corrélés ? Peut-être hein, je dis pas. Mais je demande à voir.
Je pense que des corrélations peuvent exister entre telle ou telle mesure de l'intelligence et tel ou tel indice d'insatisfaction dans la vie, disons. Mais il n'empêche qu'à fréquenter les gens, ces corrélations ne sont pas inscrites dans leur comportement. Les personnes très intelligentes que je connais personnellement présentent certes des troubles de l'humeur, de l'attention, de la motivation... que sais-je ? Mais elles peuvent être très joyeuses à l'occasion.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15357
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Doinel le Lun 26 Nov 2012 - 23:54


Pourquoi ne parlez vous que d'intelligence?

Le point commun entre la plupart des surdoués est l'hypersensibilité alliée à une manière de penser particulière. Les deux marchent main dans la main et font la différence, créant des personnalités intenses, complexes et particulières, difficiles à appréhender dans leurs qualités et leurs défauts par des personnes plus "normales".

Dire qu'on ne peut pas s'entendre avec des gens "normaux" parce qu'ils ne sont pas assez intelligents est une déformation de la réalité. Il faut rencontrer des personnes qui peuvent s'intéresser à, voire être séduites par cet exotisme dans le quotidien.

Doinel
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1297
Date d'inscription : 16/07/2012
Age : 50
Localisation : Rouen

http://laboitedalphonsed.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Invité le Mar 27 Nov 2012 - 9:46

je rejoins Doinel dans ce constat
Le point commun entre la plupart des surdoués est l'hypersensibilité alliée à une manière de penser particulière
Mais même là, il n'y a aucun fait/test/demo qui prouve que la manière de penser particulière est la même pour tous.
Le nombre d'aptitudes (voir là!! ) possibles, et l'intensité de chacun dans ces aptitudes correspond à un nuage de point de plusieurs milliers de positions.
De même les SENS ne peuvent pas être ignorés dans les aspects relation inter-personnelle, or la également il y a chez chacun une échelle importante dans les perceptions. Facile à dimensionner pour la vue, ou l’ouïe mais moins facile pour le toucher et composant la encore une collection importante d'individus différents
Comment pourrait-on ne pas en tenir compte dans les relation avec les autres?
Comment par exemple l'odeur corporelle serait-elle plus supportable de la part d'un TTTHQI?
Comment les aspects du toucher dans une relation de couple pourraient elles être ignorées?

adcvh a écrit Derrière la notion de QI, de HPI, THPI, TTHPI et de "normopensant", y'a un espace vectoriel.
Je suis assez d'accord avec cette idée qui matérialiserait assez bien les milliards de cellules nerveuses interconnectées dans nos têtes.
je m'imagine plus facilement qu'un raisonnement solidement bâti est une pensée plutôt linéaire mise en œuvre par des "gros penseurs", et par opposition que la pensée "non linéaire" permet les liaisons et associations d'idées propices à l'innovation et la création, et utilisant pour cela les chemins détournés mis en place par le vécu de chacun.

L'inventeur de la roue avait-il un gros QI, ou était il plutôt concret et pragmatique?

Jean Sébastien Bach était capable de jouer un fugue en Live... Quand on sait ce qu'est une fugue, il faut se poser la question sur la nature de Qi mise en oeuvre dans ce cas, et si il est mesurable par les tests Wais ou Mensa.

Existe-t-il des instituteurs de primaire à fort QI ? Et si oui, comment font-ils pour supporter les miniQI qu'ils ont toute la journée en face à face?
Comment imaginer que tous les formateurs/enseignants ne soient que des NP voire PHQI (pour petits hqi) pour supporter en permanence les individus qu'ils forment!
Je crois au contraire que l'hypersensibilité leur facilite le travail, que l'empathie très développée leur permet de "sentir" et d'aider au mieux leur élèves. Que la pensée non séquentielle leur permet d'imaginer plusieurs voix pour rendre perméable leurs enseignements. En utilisant plusieurs approches, plusieurs angles de vue.
















Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Invité le Mar 27 Nov 2012 - 10:31

Je me risque ici car la réflexion mise en lumière par ce topic est très présente en moi depuis que je parcours ce forum.
J'ai toujours trouvé dangereux d'enfermer les gens dans des petites boîtes...L'histoire nous prouve que c'est une attitude stérile et dangereuse (mais rassurante sans doute puisqu'il faut lutter pour dépasser cela).
Il est important d'apprendre à "mieux se connaître", comprendre son fonctionnement...Menfin...pour moi, le but de tout cela est de mieux vivre au milieu de tous, parcourir mon chemin le plus sereinement possible ...Je ne demande pas aux au reste du monde d'essayer de me comprendre ou de s'adapter à moi! Pourquoi tout serait la faute de l'autre? Parce qu'il ne nous comprend pas ? Arf pauvre de nous!! Rolling Eyes
Un fonctionnement différent, des capacités supérieures dans un domaine ou un autre ne font pas de nous des "êtres supérieurs" (ah oui, supérieur, en quoi, pourquoi, comment? ça me fait doucement sourire). Le fait même de le penser serait d'une grande bêtise.
Désolée pour le caractère "ras l'bolien" de mon post.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Waka le Mar 27 Nov 2012 - 12:18

Y a plein d'autres fils qui ont abordé le sujet, et c'est toujours la même chose qui revient au final: quel valeur accorder à la mesure du QI, que représente t'elle vraiment, est-ce qu'il existe vraiment une population susceptible d'avoir plus de "problèmes dans la vie" du fait d'un QI supérieur à la moyenne.

Au final on tourne en rond.

Je pense qu'il y a pas mal d'études qui ont fait les corrélations (déjà les sub-QI sont super corrélés entre eux, et les psys spécialiste de la douance se plaignent surtout d'avoir pas de gens "qui vont bien" dans leurs échantillons car justement les gens qui ont un haut QI et vont bien consultent pas -> donc les données qu'on a, sans doute biaisées certes, mais quand même, montrent vraiment que HQI = probabilité plus importante d'avoir des problèmes).

On parle de corrélation, pas de règle absolue, évidemment (les "nan mais ça marche pas parce que moi ceci cela", ça fait un point de plus dans les données, mais ça change pas le nuage de point global...).

Bref, après, chacun son avis. Je comprend que ceux qui n'aient jamais rencontré de difficultés liées à leur douance aient du mal à croire que la douance soit responsable de difficultés chez les autres. Mais du coup, si vous n'aimez pas les généralités, ne faîtes pas de vos cas des généralités, justement.

(Je dis ça sans partit pris, perso je me considère de ceux qui s'en tirent bien, hein, donc c'est pas pour revendiquer "un droit de me plaindre", mais plus pour revendiquer un "droit à laisser ceux qui se plaignent se plaindre" Like a Star @ heaven )

Waka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3452
Date d'inscription : 06/11/2011
Age : 32
Localisation : A l'ouest mais au Sud.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment qu'on est trop plus bien mieux quand même !

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:38


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum