Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Message par clem49 le Ven 17 Nov 2017 - 15:35

Bonjour,
Je suis nouvelle sur ce site et me mettre à nue n'est pas chose facile..
Depuis bien longtemps j'ai ce sentiment de vivre dans le même monde mais en décallage. De l'analyser mais de ne pas en trouver le sens.
Je m'ennui dans bien des domaines : je change d'employeur ou de poste régulièrement, je sabote mon couple à force d'en attendre l'impossible et d'être déçue..
J'ai compris récemment que ce que je recherche, c'est l'intensité, d'un débat, des émotions (bien que je les tienne tant bien que mal à l'écart). C'est pour cela que je m'ennui au bout d'un moment quand il n'y a plus l'euphorie du début, au travail, en couple, en amitié...
Vivez vous vous aussi dans cette recherche d'émotion, de vibrer?
J'ai vécu jusque là en suivant une route lisse et attendue (un couple, des enfants, un CDI...), j'ai à priori tout vu de l'exterieur pour être heureuse, et pourtant il me manque d'aller à ma rencontre, de connaitre qui je suis et de quoi j'ai besoin et ce chemin qui ne fait que commencer me semble bien difficile.

clem49
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 5
Date d'inscription : 17/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Message par Suivel le Jeu 7 Déc 2017 - 12:46

Bonjour Clém49
Je vois ton post et je m'étonne qu'il n'y ait pas eu de réaction.
Alors je me permets de répondre à ta question: OUI, je recherche l'émotion, et à vibrer..... Et oui, comme toi, le monde me parait terne et triste lorsque la routine s'installe. J'arrive à peu près à m'y conformer au boulot (j'y ai une certaine liberté, et un bon salaire qui me permet de faire des choses). Mais c'est dur dans la vie privée: contraintes avec 3 enfants même si adorables, un mari plutôt 'contemplatif'...... Et sur ce plan là, en ce moment c'est très très très compliqué...
Grosse hésitation. Partir et déployer mes ailes au risque de tout casser, ou miser sur le développement intérieur dans la durée au risque de souffrir longtemps.....

J'espère qu'il y aura d'autres partages sur ton post.
A bientôt!

Suivel
Rayures timides
Rayures timides

Messages : 27
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Message par Zorglub_33 le Jeu 7 Déc 2017 - 13:05

Il y a déjà plusieurs années, une amie m'a dit "toi, tu as besoin que ça vibre"
Et oui. Mais en effet, ce n'est pas facile de trouver de quoi vibrer au quotidien !

Zorglub_33
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 79
Date d'inscription : 30/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Message par killitkid le Jeu 7 Déc 2017 - 13:20


Je pense que le problème de «trop» a beaucoup à voir avec la dopamine et le fonctionnement d'autres neurotransmetteurs / hormones dans le cerveau.

En principe, la signification de la dopamine est de nous aider à atteindre les objectifs, une sorte de «récompense». L'âne et la carotte. Le problème que je devine commence quand le but est la dopamine elle-même, plutôt qu'un objectif externe. Cela crée une spirale qui mène à des addictions, etc. Après tout, l'opération est très similaire à celle des drogues: par l'intensité ou «trop» ces substances sont libérées dans le cerveau, et elles nous font sentir bien. C'est ce sentiment de bien que nous poursuivons. Mais c'est un état modifié et temporaire. Je ne pense pas qu'il soit durable de produire de la dopamine à ces niveaux pour la vie. En d'autres termes: c'est un moyen, pas une fin.


C'est facile à dire, mais compliqué à faire, précisément parce que c'est un état interne altéré, qui vous empêche de voir clairement la «réalité».

S'il y a une loi dans l'univers, c'est l'équilibre. Cela signifie que pour chaque sensation positive intense ou extrême, il y a généralement une contrepartie négative. En fait, c'est la définition de "vibrer". Compte tenu de notre intellect "extrême" ou "décompensé", je pense qu'il est normal que nous vibrions d'une manière plus extrême.
avatar
killitkid
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 35
Date d'inscription : 31/03/2014
Localisation : Londres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Message par Zorglub_33 le Jeu 7 Déc 2017 - 13:40

Oui, je suis assez d'accord. D'ailleurs les moments "trop" me fatiguent nerveusement, et je suis bien mieux lorsque j'atteint une sorte d'équilibre "zen". Le problème c'est la balance entre le "zen" qui m'ennuie vite et le "trop" que j'ai du mal à vivre trop longtemps.

Zorglub_33
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 79
Date d'inscription : 30/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Message par MiniVoodoo le Jeu 7 Déc 2017 - 14:09

Bonjour Clem49,
Nouvellement inscrite sur le site, je me reconnais énormément dans ce que tu décris.
Comme toi j'ai à priori tout ce qu'il faut pour être heureuse: mariée avec un homme bien (en tout cas je pense), un CV plutôt pas mal (mais comme toi dès que je m'ennuie, il faut que je parte car sinon cela devient compliqué à la fois pour moi, mes collègues et ma hiérarchie).
Actuellement, c'est très compliqué avec mon conjoint et je suis à deux doigts de tout plaquer. Pourquoi ? Parce que je m'ennuie à crever. Je n'ai certes pas de problème avec l'amour qui se transforme dans le temps (nous sommes ensemble depuis 6 ans) mais si moi je repousse toujours les limites et fais tout pour faire de ma vie un challenge qui ne s'arrête jamais, mon mari est lui terriblement stable dans ses envies et son évolution personnelle.... Que ça me fait mm peur.
Alors bien sûr, nous avons des problèmes de couple qui me font douter sérieusement mais je ne peux occulter que cette quête de vie exaltante comme je le rappelle souvent à ma mère, me rend également irrationnelle sur ce sujet.
Je trouve cela fatiguant. Changer de job, c'est exaltant mais il y a une traversée du désert entre "je cherche et je trouve"; mais c'est à la fois aussi incroyablement enrichissant.
Pareil pour le perso, si je me souviens de la période avant mon mari, j'étais certes assez heureuse de faire des rencontres et de m'enrichir personnellement mais apprécie tellement cette sensation de stabilité à un moment...
Bref c'est très complexe comme situation. Un de mes ex (on est restés ensemble 1 mois et demi... Rien de bien long), ou plutôt celui juste avant mon mari a refait son apparition. Il est Zèbre et me l'avait confié, je l'ignorais à l'époque pour moi. Je me pose beaucoup la question: puisqu'il est comme moi, c'est-à-dire qu'il déteste la routine et fais tout pour qu'elle ne s'installe pas de trop, ne serions-nous pas sur la même longueur d'ondes en termes de choix de vie ? Il est resté beaucoup d'attraction et de points communs, notre rupture relevant surtout du "on fait tellement de choses chacun de son côté qu'on n'a pas le temps". De ce fait, nous étions restés en très bons termes, et 6 ans après nous nous rendons compte que si nous faisons encore beaucoup de choses, on aimerait cette fois-ci plutôt les faire ensemble.
En tout cas, je réponds à ta question, oui c'est la mm pour moi! Pas facile car les gens autour ont l'impression que tu te plains pour rien alors que la souffrance est bien réelle. Si tu veux en discuter en mp, n'hésite pas, cela m'intéresse aussi d'avoir d'autres témoignages.
avatar
MiniVoodoo
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 2
Date d'inscription : 08/11/2017
Age : 33
Localisation : PARIS

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Message par clem49 le Ven 8 Déc 2017 - 11:03

Merci pour vos réponses et témoignages. Suivel, je comprends bien ce que vivre avec un mari "contemplatif" (bien que plein de qualités au demeurant) signifie. J'ai l'impression de devoir régulièrement remettre cette relation en question, froler le point de rupture pour pouvoir lui permettre de durer encore un peu. Comme si une vague dans un océan trop plat était nécessaire, comme si il était parfois vital pour me permettre de rester dans la relation de créer un "problème" là où au final il n'y avait rien d'autre qu'une vie tranquille.
Connaissez vous vous aussi ces moments de nécessaire remise en cause de la relation (comme si cela permettait d'espérer un nouveau souffle) suivis de moments entre 2 vagues où le calme plat se réinstalle tranquillement?
Pour ta relation MiniVoodoo, je comprends ce que tu peux ressentir. Tu peux me contacter par MP si tu le souhaites.

clem49
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 5
Date d'inscription : 17/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emotion, quand la recherche du trop est l'ennemi du bien

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum