Un cerveau lent plombé à l'oral

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Ven 4 Oct 2013 - 5:51

Il y a quelque chose qui me dessert beaucoup dans ma relations aux autres, c'est ma lenteur de réaction et ma difficulté d'expression à l'oral. A l'écrit, je suis plutôt à l'aise pour exprimer mes idées de façon claire, et je suis généralement bien comprise, mais à l'oral, je rame. Ce qui rend les choses compliqués pour en parler à un psy, pour exprimer mes idées dans la vie de tous les jours, pour être crédible aux yeux des autres.
Lorsque je dois raconter une histoire, avancer un argument, le justifier, je bafouille, je ne trouve pas mes mots... et j'ai l'impression que les autres en profitent pour me "dominer" parfois avec une sorte de pitié condescendante. Les rares personnes qui ne me considèrent pas comme une abrutie finie sont mes amis et cela pourrait tout à fait me suffire, mais lors de rapports plus ou moins conflictuels (au travail par exemple) où il s'agit de défendre ses intérêts, ça devient problématique.

On me lance une boutade, je ne réponds pas, car tout s'embrouille dans mon cerveau.
Mon interlocuteur croit souvent que je suis faible et manipulable parce que, à défaut de défendre mon point de vue et d'argumenter, je semble d'accord avec lui. Alors qu'en fait, je bouillonne ensuite intérieurement de colère parfois.


Dernière édition par Danse Danse le Sam 5 Oct 2013 - 0:17, édité 1 fois

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Ainaelin le Ven 4 Oct 2013 - 9:10

Ouais, je connais bien ça aussi. Très bien, même. Les émotions (stress) me bloquent totalement, le cerveau tourne en roue libre, dans le vide, le temps qu'il me faut pour trouver un mot même approximatif pour exprimer ma pensée est celui que prennent les autres pour changer deux fois de sujet de conversation. Ca me dessert lors des examens oraux (bac, études supérieures, entretiens d'embauche), ça me dessert à 400% lors des rencontres amoureuses, c'est une vraie plaie dans ma vie sociale, même si ce n'est pas la seule.

Pas trouvé de solution encore, sans doute un gros manque de confiance en soi, cercle vicieux, un traumatisme de l'enfance qu'on n'a pas encore réglé (pour moi, ça pourrait être mes nourrices qui m'empêchaient de parler tout petit, et plus tard ma mère qui ne me laissait pas faire les choses tant que je ne les faisais pas aussi vite et bien qu'elle (sauf que pour en arriver là, il me fallait apprendre, et donc faire mal, non ? Elle n'a jamais compris ça, trop impatiente).

Bref. Je n'ai pas vraiment de réponse à t'apporter, à part un gros Long hug de reconnaissance : SOEURETTE ! Wink

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Ven 4 Oct 2013 - 9:11

Je suis un peu dans le meme cas que toi...
J'appelle sa un telescopage neuronale ^^"
Parce que j'ai compris mais je ne souhaite pas l'integrer dans ma memoire, j'ai peur du resultat des maladresses oral que je pourrais faire... Sa viens surtout d'un manque de confiance en soi je pense... La peur qui paralyse... L'implicite de la phrase qui ne me convient pas ou me boulverse et la bah "blanc" court, suivis d'une multides de pensées qui fusent.
Impossibilité de reponse entre les conventions social, ma personnalité, et mes interrogations multiples...
Pour ma part c'est un blocage emotionels qui m'arrive aussi a l'ecrit mais generalement c'est plus simple a gérer....
Tout un entrainement en soi Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Ven 4 Oct 2013 - 9:39

Cela semble tellement insensé...

Je vous envoie toute ma tendresse...

Un ange Un ange

Une proposition d'outil sûrement bien dérisoire et que vous avez sûrement dû tester, mais allez savoir :

vous répéter, tous les matins, en vous levant que

vous êtes surdoué et que (je cite un autre fil) = "côté QI, vous explosez ceux que vous cotoyez"...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Sam 5 Oct 2013 - 0:13

Merci pour vos réponses! Oui le stress, les émotions, le manque de confiance en soi sont peut-être responsable de cette inhibition à l'oral. C'est un peu le souci sans doute des introvertis, mais il y a cette frustration, de ne pas avoir su dire, qui est très frustrante. Et puis cette image faussée que je donne, d'une personne manipulable, alors qu'au fond, je me battrais pour mes idées.
Peut-être faut-il faire des stages de communication, ou se dire que finalement plutôt que de belles paroles, seuls les actes, et la conscience intime d'être quelqu'un de bien, comptent.
Pourtant, je trouve ça dommage de ne pas arriver à exprimer ses idées. C'est un handicap dans notre société. Comment lutter contre cette "peur qui paralyse", comme tu dis Leaden, comment la dépasser?
Contente en tout cas de ne pas être la seule.

Bisous frère Ainaelin! Long hug et Merci ! pour ton message émouvant.

Oui pourquoi pas Fabuliotte! Se le dire tous les jours devant le miroir par exemple, ne devrais pas nous faire de mal! Pour Toi 

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

La meilleure solution est celle que vous choisirez, celle que vous pourrez honorer !

Message par Invité le Sam 5 Oct 2013 - 3:34



Dernière édition par 11Road le Ven 24 Avr 2015 - 0:08, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Sam 5 Oct 2013 - 10:59

spacepizza a écrit: considérez le point de vue de l'autre davantage en facilités et libertés pour lui de s'y retrouver dans toute la panoplie des facettes ou richesses de votre personnalité à vous, surtout si vous êtes différents, surtout si vous vous considérez comme plus ou moins mal zébré(e)s.
Tu as raison, c'est à la base de la tolérance, de laisser à l'autre sa liberté de pensée. On a tous plusieurs facettes, et certains se sentent plus à l'aise avec l'une ou l'autre. J'ai envie de dire "parce que ça les arrange", mais c'est encore mon côté rebelle qui prend le dessus là! J'ai sûrement un travail à faire pour accepter que l'autre me regarde, me jauge. Je ne sais plus où j'ai lu ou entendu ça, mais ce que voit l'autre en nous, nous en apprend plus sur lui que sur nous-même. Donc si on met son égocentrisme et sa susceptibilité de côté, on peut partir ainsi à la découverte de l'autre.

spacepizza a écrit:
Par ailleurs, s'il est des difficultés éventuelles à s'exprimer ou à ne pas pouvoir vraiment disposer de temps ou de capacité à clarifier ou approfondir un sujet, pourquoi ne pas se simplifier la vie ? Vis-à-vis de la plupart qui n'attendent que simplicité tout comme vis-à-vis d'autres dont la disposition d'esprit serait suffisante pour justement réaliser que votre difficulté à vous n'est que le résultat de quelque chose de certes différent mais au-dessus de la monotonale moyenne...
Je ne vois pas trop à quoi tu fais allusion par se "simplifier la vie", tu veux dire que si on essaye de rester "simple", au lieu de partir dans des explications super compliquées pour justifier telle ou telle théorie, on devrait pouvoir s'exprimer plus aisément et ainsi éviter le sentiment de frustration de n'avoir rien dit du tout.
Peut-être dire comme Voltaire "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire." Par exemple Wink 

spacepizza a écrit:
En résumé, accordes-toi sur le constat et l'attente des loupiottes extérieures pour pouvoir te donner les bons moyens et constats de toi même au sujet de ton soleil intérieur... Surtout si... Surtout si le regard positif ou bienveillant d'autrui serait parfois susceptible de te donner des ailes.


spacepizza a écrit:
Number 3 (Hi, hi ou Number Free)
Pourquoi n'y a t'il pas de 2? Very Happy Tu n'aimes pas les chiffres pairs?

spacepizza a écrit:
Cette option est celle de la libération ou du courage à volontairement focaliser sur le fait de te faire accepter telle que tu es avec cette difficulté de totalement exprimer ou clairement transmettre ton point de vue, ressenti ou autre. Sans aller à la manipulation des esprits ou en faisant le forcing bien entendu mais en assumant ta différence de façon manifeste. Pas satisfaite de la soirée d’hier soir où tu exprimais ton point de vue à des personnes que tu trouvais sympas sans les connaître ?

Qu’à cela ne tienne, cela finira par venir ou se préciser à force d’entraînement et de motivation que d’essayer d’améliorer à chaque occasion ce qui te tient à cœur. Du moment que ce n’est pas basé sur un soucis assez fréquent de faire ou d’être comme d’autres sont, il est possible que cela en devienne même un fil conducteur.
Non, heureusement, je n'en suis plus à essayer de faire "comme les autres". Combien d’années à tenter d’être l’inverse de ce que je suis, à me couper en quatre pour être acceptée par les autres, à me chercher, tout ça pour me rendre compte que je suis très bien comme je suis et qu’il est beaucoup plus reposant et épanouissant d’être soi-même. Cela demande un certain courage, oui. Je mesure bien le chemin parcouru et je te remercie pour ce nouvel arrivage d'encouragements. Je crois aux vertus de l'entraînement et je pense que rien n'est impossible à un être humain vraiment motivé.

spacepizza a écrit:
Cela en devient automatique dans certains lieux ou contextes, en illusion que le naturel de ne pas être naturel reviendrait sans cesse au galop…
Impec ! 

spacepizza a écrit:
Alors prends ton masque jolie blonde et allons danser autour du feu de l’insouciance si possible dans la joie et l’allégresse (Amen ta fraise !). J’exagère mais pris comme un jeu, serais-tu bien étonnée de constater que tous ces gens aigris par ce qu’ils appellent la vie, et critiques, ne demanderaient qu’une chose : trouver dans les limites du raisonnable, un(e) plus fo(u)(lle) que soit pour aller explorer le terrain de tous ces outrages(outrages qui n’en sont pas) à l’image de perfection qu’absolument tout nous suggère dans la vie quotidienne.
Pété de rire Je t'avouerais que je ne suis pas blonde, mais j'aime bien cet avatar, il évoque à la fois quelque chose de spirituel et de naturel.
Tu as probablement raison pour les "gens aigris". On peut même la transférer à l'espace virtuel du forum cette remarque Wink 

spacepizza a écrit:
Avantage de donner à ceux qui osent partir en confiance un retour des plus immédiats quant à l’acceptation de ce qu’ils sont aux yeux de l’autre. Ou justement l’art paradoxal de ménager les humeurs, éviter le gaspillage de temps d’un dialogue stagnant ou stérile. Assez souvent, la meilleure manière de convaincre reste encore celle où tu ne donnes pas l’impression de convenances toute faites en semblant te montrer telle que tu es. Je dis semblant car je ne voudrais nier la difficulté et encore moins l’impression que tu aurais à justement constater la difficulté à te montrer telle que tu es (Non manipulable, intelligente, plus communicante qu’il n’y paraitrait…Etc.).
S'il y a acceptation de l'image que je peux donner, je pense que le reste, paradoxalement, devrait couler de source.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
spacepizza a écrit:
En résumé et pour ceux qui n’auraient pas l’envie de tout lire, ce que je comprends, la solution majeure est dans ton pseudo… Toutes les fourmis bien pensantes que nous devons être pour avancer avec les autres alors que nous sommes que des humains se complairont toujours à oublier qu’elles ne croient pas si bien dire… Dans 99,99% des cas il faut justement faire le contraire de ce qu’on nous dit/demande et carrément le contraire !
Ce n'est même pas volontaire, mais oui, je me sens souvent obligée de ne pas suivre de nombreux conseils, pourtant parfois dispensés avec beaucoup de bienveillance, et intérieurement, je n'avais vraiment pas le choix!

spacepizza a écrit:
Il faut choisir sa position, sa façon d’être, sa direction et bien d’autres choses, je sais que ce n’est pas facile… Quel que soit votre choix dites-vous bien que c’est la façon dont vous le vivez qui est importante et ce que vous allez en faire, pas ce que cela doit vous apporter au regard extérieur même si cet aspect est capital de nos jours. Voyez le monde avec dérision pour certains, ou ironie pour d’autres voire cynisme. Simplement ? Pourquoi pas ! Connement à en passer pour manichéen voire has been ? Allons donc et vous ne ferez pas mal… Choisissez ce qui vous arrange mais soyez sincère avec vous-même. Le monde entier s’en apercevra et avec … Et avec entrain !
Approuve 

spacepizza a écrit:
Bonnes pizzas à vous et bon courage !
Merci à toi!

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Sam 5 Oct 2013 - 11:32

Danse Danse a écrit:Il y a quelque chose qui me dessert beaucoup dans ma relations aux autres, c'est ma lenteur de réaction et ma difficulté d'expression à l'oral. A l'écrit, je suis plutôt à l'aise pour exprimer mes idées de façon claire, et je suis généralement bien comprise, mais à l'oral, je rame. Ce qui rend les choses compliqués pour en parler à un psy, pour exprimer mes idées dans la vie de tous les jours, pour être crédible aux yeux des autres.
Lorsque je dois raconter une histoire, avancer un argument, le justifier, je bafouille, je ne trouve pas mes mots... et j'ai l'impression que les autres en profitent pour me "dominer" parfois avec une sorte de pitié condescendante. Les rares personnes qui ne me considèrent pas comme une abrutie finie sont mes amis et cela pourrait tout à fait me suffire, mais lors de rapports plus ou moins conflictuels (au travail par exemple) où il s'agit de défendre ses intérêts, ça devient problématique.

On me lance une boutade, je ne réponds pas, car tout s'embrouille dans mon cerveau.
Mon interlocuteur croit souvent que je suis faible et manipulable parce que, à défaut de défendre mon point de vue et d'argumenter, je semble d'accord avec lui. Alors qu'en fait, je bouillonne ensuite intérieurement de colère parfois.
Pour l’argumentation, le meilleur moyen pour ne pas bouffer ses mots, pour ne pas oublier ses mots, restent de parler lentement en distinguant bien chaque syllabe. Tu vas passer pour une péteuse mais ma foi.... C'est mieux que rien.
Bon après je suis comme toi, parfois je demande carrément une feuille et un stylo pour éclaircir une idée. :/

T'as pensé au théâtre ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Sam 5 Oct 2013 - 11:59

Salut Kharmit!
Je me rappelle de quelques posts que tu avais écrit. Tu as une bonne plume!

J'ai fait du théâtre plus jeune, c'est vrai que c'est très pertinent par rapport au sujet. Mais c'était assez douloureux car je me comparais aux autres et j'avais un gros blocage qui aurait presque nécessité des cours particuliers. Je me souviens d'avoir joué une petite scènette à l'université. Le stress était tellement intense qu'aux répétitions j'avais des trous de mémoire, et ça avait fait peur à tous le monde. Du coup, pour que cela ne soit pas un fiasco, j'ai été obligée de boire de l'alcool avant.
On m'a fait des compliments pour ma prestation, que j'avais beaucoup travaillé seule. Ma sensibilité aux textes m'a servi à faire une interprétation probablement intéressante, mais je ne me souviens de rien à part que tout ce que je voulais, c'était que cette torture d'avoir tous ces yeux braqués sur moi se finisse le plus vite possible.
Je pensais plus à une thérapie de groupe, qui m'obligerait à m'exprimer devant les autres dans un contexte bienveillant avant de me relancer dans le théâtre.
Bonne journée!

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Sam 5 Oct 2013 - 15:02



Dernière édition par 11Road le Ven 24 Avr 2015 - 0:08, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Sam 5 Oct 2013 - 17:35

J'adorais cette chanson quand j'étais jeune. Je m'en souviens très bien, elle enthousiasmait aussi bien ma mère que moi. Je na casse pas quatre pattes à un canard côté apparences. Mon visage est sur facebook, mais ici, je n'ai pas envie. Je suis une femme assez jolie, mais je suis légèrement en surpoids et j'ai déjà 37 ans, et toute la fatigue des années dernière moi. Mes cheveux sont châtains. Tu n'es pas la seule personne qui se demande s'il ne s'agit pas de moi.
Ey, moi et les avatars, et les pseudos, quelle histoire!


Dernière édition par Danse Danse le Dim 6 Oct 2013 - 10:24, édité 1 fois

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Sam 5 Oct 2013 - 19:34



Dernière édition par 11Road le Ven 24 Avr 2015 - 0:09, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Avalyn le Sam 5 Oct 2013 - 20:18

Fabuliotte a écrit:

vous êtes surdoué et que (je cite un autre fil) = "côté QI, vous explosez ceux que vous cotoyez"...

Oui, mais comment on fait quand on finit par cotoyer des gens avec un QI similaire/plus élevé? Et quand bien même, je ne suis pas certaine que cet exercice fasse prendre confiance à grand monde, surtout quand on a passé des années à douter de soi.

En tout cas même problème chez moi. Aucune difficulté avec l'écrit qui est un grand plaisir et où je me sens véritablement à l'aise. A l'oral je deviens une neuneu sans répartie, et je préfère éviter les discussions parce que je suis bien trop longue à la détente (et je réponds souvent "je ne sais pas" ou "je ne comprends pas" pour achever le calvaire, parce qu'il y a pleins de choses sur lesquelles je ne peux répondre du tac-o-tac). C'est assez chiant, même si ça n'entache pas tant que ça ma relation avec les autres et que je me fiche de passer pour une débile, c'est surtout moi-même que ça énerve de ne pas être capable d'argumenter/tenir tête/briller en soirées mondaines. En fait, je réalise que même à l'écrit, je suis pas fichue de rétorquer ou d'argumenter, même en étant plus à l'aise. Je crois que j'ai besoin de beaucoup de paramètres pour ouvrir ma bouche ou taper sur mon clavier (sans parler d'une grosse dose de je-m'en-foutisme)!

Avalyn
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 166
Date d'inscription : 01/09/2013
Age : 36
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Dim 6 Oct 2013 - 11:39

spacepizza: c'est vrai qu'il y a des hommes à femmes infidèles, comme l'inverse d'ailleurs. J'ai été fascinée par le repentir de Marie-Madeleine dans les tableaux de De La Tour, lors d'une exposition dans un musée à Paris:



Je n'ai pas toujours été fidèle en amour, mais mes expériences en matière de plaquerie sont partagées. Le sujet étant plutôt intime, je l'ai placé dans la section "Bavardages doux et courtois...". Difficile pour moi d'assumer la personne volage que j'ai pu être par le passé.
J'ai fait une rencontre en 2005 qui m'a vraiment bouleversée, et j'ai été un peu "modelée" affectivement par cette rencontre au rythme des crises et des moments plus paisibles que j'ai pu vivre avec lui. Comme si nous avions fait une traversée de la mer parfois houleuse, agrémentée de tempêtes, d'échouages sur des îles paradisiaques, de temps plus calme et de mer plate. La construction modeste, qui n'avait rien de titanesque a tenu le coup, mais elle n'a plus le même aspect qu'au départ. Enfin bref, nous sommes amis, avec une teinte profonde de fraternité.
Donc pour revenir au sujet, j'ai pris la tromperie en horreur suite à ce voyage. Le mal que j'ai fait, je l'ai ressenti encore plus vif en moi et la culpabilité était intolérable, donc je me suis dit que je me trompais moi-même quelque part.

En tout cas, je trouve que tu as un certain courage. J'espère que tu trouveras quelqu'un qui te comprenne un peu, parce que ce que tu as subi n'est pas anodin! Peut-être faudrait-il mettre les choses au clair dès le départ, comme tu le fais ici (voilà, j'ai subi ça... et je n'accepte pas cela) On ne pardonne jamais vraiment, mais on peut espérer changer de mode de relation. Mon père avait été allègrement trompé par son ex-femme, il avait gardé en lui cette peur d'être trompé quand il a rencontré ma mère. Je pense que dans leur relation, c'était un boulet qu'ils ont tous le temps traîné, mais il avait d'autres qualités indéniables.

Pour ce qui est du côté artistique, je voudrais reprendre la flûte traversière folk. Faire du sport me fait du bien (autant physiquement que moralement), mais j'ai souvent du mal à m'y mettre. Je suis en effet solide physiquement, mais plutôt fragile question moral, donc j'essaye beaucoup de travailler là-dessus.
Sympa le papotage en direct live! Impec ! 
Bises! Bisous


Dernière édition par Danse Danse le Dim 6 Oct 2013 - 12:54, édité 1 fois

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Dim 6 Oct 2013 - 11:53

Avalyn a écrit: Je crois que j'ai besoin de beaucoup de paramètres pour ouvrir ma bouche ou taper sur mon clavier (sans parler d'une grosse dose de je-m'en-foutisme)!
Oui, il faudrait que je lise "Je pense trop", parce que parfois y'a des tas de pensées, d'émotions qui m'assaillent et je n'arrive pas à faire le tri pour dire quelque chose de correct. Et puis certaines fois, aussi cette flegme de dépenser son énergie à produire un son intelligible Very Happy
Enfin, quand je me sens à l'aise avec la personne, j'arrive à dire ce que je pense; mais le souci c'est qu'avec les personnes qui ont une haute estime d'elle-même, les grandes gueules qui croient avoir toujours raison, les tyrans qui manipulent les foules avec des conneries, je suis incapable de les contredire comme il le faudrait. Et je trouve ça vraiment dommage.

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Ise le Dim 6 Oct 2013 - 12:00

Bonjour,
Je n'ai pas la force de lire tout, mais voilà, DanseDanse, il se trouve que j'ai une Amie qui serait comme toi, enfin en te lisant je l'ai reconnue. Alors je voulais te dire quelque chose de positif là-dessus : elle a un mari, des enfants, un boulot, des amis (dont moi c'est énorme !!!), et je crois que tout cela elle l'a acquis malgré sa lenteur. Il y a donc des gens qui sont passés au-dessus de sa difficulté et qui l'ont appréciée pour ce qu'elle est, pas pour son image. En quelque sorte son image fait fuir ceux qui ne s'attachent qu'au "paraître". Je trouve ça super : les personnes qui comptent pour elle sont des gens qui l'ont choisie. Elle a ainsi évité des tas de mauvaises rencontres, et en a fait de magnifiques ! Comme tout trait de caractère, la lenteur a des côtés négatifs qui te pèsent. Mais tu peux aussi regarder en face le côté positif...

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par CarpeDiem le Dim 6 Oct 2013 - 13:04

Mon dieu!

C'est dingue, quand même... Je n'osais pas poster sur ce point... mais encore une fois, c'est dingue comme je m'y retrouve!

C'est ma description que je lis ici, ça fait bizarre, mais surtout, ça soulage!

Je fais un travail qui ne nécessite pas d'études, avec des gens (collègues) qui n'ont pas du tout mon parcours. Je m'entends très bien avec eux (enfin, y'a quand même des couacs...) mais je vois dans leurs regards qu'il me prenne pour une fille un peu beaucoup blonde sur les bords. Le pire, c'est que je perçois bien qu'ils ne voient pas du tout que je vois clair dans ce qu'ils pensent de moi.

L'oral, pour moi, ça n'a jamais été ça... Mais j'avais quand même acquis un minimum de fluidité dans mes interactions ou ai cru en acquérir ( je n'en suis plus si sûre).
Comme vous, je bégaie, je bloque, ça sort maladroitement, je suis lente, etc...

Je pense que beaucoup de choses ont accentué ce comportement que j'ai depuis toujours:
- La dépression... C'est pire que tout: les blocages, la lenteur, fiou...
- Le milieu dans lequel je suis: je suis avec des gens A PRIORI moins intellectuellement élevés et c'est pire que tout... Quelque part, ça devrait être plutôt rassurant et faire que je sois plus à l'aise (je suis un peu gênée de dire ça mais ça semble logique...), et bien, pas du tout! Je pense que d'être avec des gens qui sont vraiment loin de fonctionner comme moi, ça me déstabilise tellement que j'agis n'importe comment... Fort heureusement, je m'entends très très bien avec une collègue qui sait très bien comment je fonctionne... Pour tout vous dire, je me demande si elle n'est pas zèbre... En tout cas, elle est hypersensible.
- La quête identitaire: depuis que je me soupçonne zèbre, c'est pire! Je pense que, mine de rien, cette hypothèse de surdouance me place en compétition avec les autres et ...moi-même! Le truc, c'est que la compétition, c'est pas mon dada du tout. Je perds toute mes capacités dans ces cas-là...
- L'instabilité émotionnelle: elle m'a toujours concernée mais avec la dépression..., ainsi que des changements radicaux dans ma vie, etc... je pense que là, le cerveau a vraiment beaucoup de mal à suivre!
- Le stress/les angoisses: je suis limite phobique sociale si je dois être honnête. En apparence, je semble très sociable mais en fait, je me demande, à chaque fois, dès qu'on vient me parler, ce qui va me tomber sur le coin de la tête. Cela m'angoisse, m'inconforte, me fait peur... Heureusement, mes collègues ont plus ou moins cerné la chose, je crois, et ils font preuve de beaucoup de patience et de diplomatie avec moi (sauf un collègue avec qui j'ai quelques soucis).
- L'absence quasi-totale de confiance en moi: là aussi, depuis toujours! Mais le problème, c'est que depuis que je me demande si je suis zèbre ( et même avant), j'agis beaucoup plus comme je l'entends plutôt que comme il est normal de le faire. Mais parallèlement à ça, je ne sais pas du tout si je le suis (imposteur) et surtout, ça met en branle toute mes certitudes et mon image "normale" mais fausse ne me peut plus me cacher ni me protéger... C'est difficile, j'apprends à m'accepter comme je suis mais je ne suis pas prête à être totalement moi face aux autres... c'est gênant, ils ne comprennent pas... Du coup, je ne sais plus très bien comment je dois agir. Sans parler du regard des autres, il s'agit simplement de s'affirmer en tant que soi, véritablement, sans faux-self... Mais à faire semblant si longtemps et avec autant d'efforts, comment savoir qui on est réellement et donc, comment agir? Parfois, je ne sais plus quoi dire, quoi faire...
Le pire étant l'image que les autres ont de moi. Je croyais que les autres me voyaient comme naïve, blonde à l'intérieur (lol), mais ayant une certaine douceur, un certain respect et une tolérance, une ouverture d'esprit, etc... Un truc dans le genre... Ouais, et bien, dernièrement, mes rares (et vrais?) amis m'ont dit (sans s'être concerté sur le sujet) que j'étais très exigeante, une écorchée vive. Et un collègue ( celui avec qui j'ai quelques soucis): très susceptible, et "rentre-dedans" (ce n'est pas le terme utilisé mais bref... - en gros, je suis un peu brutale voire agressive Shocked ). Je peux vous dire que ça fait très très bizarre et très très mal. Mais contrairement à ce qu'on pourrait le croire, ce ne sont pas tant les qualificatifs en eux-mêmes qui font mal que le décalage entre ce que je crois être et comment les autres me voient. Sachant que quand on me dit que je suis très très susceptible alors que je le sais et que je fais de gros gros efforts pour aplanir le tout et que ça se voit le moins possible, je vous assure que je me pose des questions! Vous allez me dire: mais quel est le rapport? Je pense que le tout est assez dans le "on n'est pas sur la même longueur d'onde".
Ne vous est-il jamais arrivé d'être au contraire très à l'aise ( échanges fluides, naturels...) avec quelqu'un?
Cela m'est arrivé et là, pas de "bridage", pas de ralentissement ( au contraire), des émotions à la pelle oui mais qui semblent trouvé un sens concret et presque "logique"...
Curieux non?
Au fond, ne pas être avec des gens qui fonctionnent fondamentalement comme nous, c'est peut-être ça le vrai problème?

Au-delà de toute zébritude, je pense que c'est à relié à l'hypersensibilité et non à la confiance en soi (même si celle-ci me semble liée, entre autre, à cette hypersensibilité), entre hypersensibles, la connexion se fait très bien, en général. Comme s'il y avait un respect tacite de ces émotions, souvent débordantes, mais alors perçues comme normales.

Bon... mon post part un peu dans tous les recoins et je ne m'explique pas vraiment comme je le voudrais mais les principales idées sont là...

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Dim 6 Oct 2013 - 17:02



Dernière édition par 11Road le Ven 24 Avr 2015 - 0:09, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Dim 6 Oct 2013 - 19:31

Ça fait 3 fois que j'écris un message complet et correct où je réponds à tous le monde et que j'efface tout par inadvertance en faisant une fausse manipulation. Mais je vous ai tous lu, Ise, CarpeDiem et spacepizza.

Avalyn, j'ajouterais au sujet du "j'men-foutisme" que parfois, imaginer la longueur potentielle du conflit qui peut suivre en donnant une opinion contraire à quelqu'un, me dispense tout simplement de dire quoi que ce soit.

Ise, toujours très positifs tes messages, j'en ai lu quelques-uns récemment et ton point de vue positif est le bienvenue. La sagesse ne dit-elle pas qu'on va "lentement mais sûrement", que "qui veut aller loin ménage sa monture" et puis La Fontaine a bien raconté "Le Lièvre et la Tortue". Merci pour ton témoignage.

CarpeDiem, nous avons pas mal de points communs du point de vue de notre situation. Peut-être que la dépression et l'instabilité entretient un certain flou sur notre personne et comment s'affirmer quand on ne se connaît qu'au travers de ce brouillard? J'pense que c'est le point à travailler pour s'affirmer: mieux se connaître, mais je ne sais pas si je me trompe.

spacepizza: J'ai essayé de citer tes deux derniers paragraphes parce que je les trouvais beaux, et justes. Quand tu dis qu'il est plus rare que tu tombes amoureux, j'ai fait le même constat pour ma part. Mais je distingue très bien cette folie douce, qui peut donner des ailes et cette affection profonde et durable que j'ai pour mes proches. Et finalement, je préfère cette dernière. Mais bon, je ne suis pas à l'abri de retomber amoureuse un jour. Very Happy 




Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Bouclette le Dim 6 Oct 2013 - 20:08

Ho tiens, quelqu'un qui semble être pareille que moi au niveau oral...
Je ne sais jamais trop quoi répondre face à des blagues (2nd degré ou non) de la part de mes amis, ou face à une phrase que je considère blessante qui viens de ma mère ou de mes amis.
ça peut aussi être assez problématique, de ne pas oser répondre, alors qu'un sujet nous intéresse de peur de se sentir à côté de la plaque... même quand on dit gentiment, qu'on est à côté, on se sent bête.
En fait, je me réfugie derrière le mutisme parfois... quand quelque chose me frustre, quand j'en ai marre, quand ça va péter à un moment où à un autre. Puis après, quand je suis seule, je regrette en pensant que j'aurais mieux fais de dire telle ou telle chose. Mais la moindre phrase peut parfois guider notre interlocuteur vers un sujet ou quelque chose dont on ne veut pas parler. Ou vers quelque chose, une petite phrase qui va embêter, frustrer.

Donc c'est peut-être une question de confiance en soi et en l'autre, aussi. A ne pas savoir quoi dire ou quoi faire, on préfère rester inactif... non ? (enfin c'est ce que je pense ^^')
Ah oui, et p'y ya aussi les grandes gueules hein... trop sûrs d'eux, trop enjoués, trop à contredire aussi en regardant à côté de toi comme pour éviter ton regard septique (alors, vraiment sûrs d'eux?), vaut mieux éviter de continuer à leur causer et faire la neu-neu geek et le regarder continuer son blabla inutile et sans intérêt en prenant de grands airs étonnés comme si on ne savait rien à la vie ! xD Faut pas leur donner de leçon à ceux-là, ça sert à rien, faut les laisser croupir lol! 

Le théatre... si on est trop timide ça le fait pas trop, je pense... et puis ça ne sert qu'à apprendre un texte. Malgré les gestes et les émotions que ton personnage fait et ressent, ça n'aide peut-être pas à s'exprimer clairement. Du moins, pas à exprimer ce que l'on ressent vraiment. Même un psy ça passe pas ? Avec les dessins et tout le tralala qu'on nous fait faire pendant les séances ? Ha crotte, ça c'est pour les enfants ^^'

Enfin bref, tout ça pour dire que je me reconnais dans ce que tu as écris (tout en haut et un peu dans la suite que je n'ai pas tout lu parce qu'il y en avait beaucoup...), et que je préfère écrire plutôt que parler. ça aide à mettre des idées au clair, même si c'est plus lent l'écrit que l'oral !
Voili Danse Danse ! Bear hug

Bouclette
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 65
Date d'inscription : 26/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Lun 7 Oct 2013 - 6:19



Dernière édition par 11Road le Ven 24 Avr 2015 - 0:11, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Avalyn le Lun 7 Oct 2013 - 18:40

Danse Danse a écrit:
Avalyn, j'ajouterais au sujet du "j'men-foutisme" que parfois, imaginer la longueur potentielle du conflit qui peut suivre en donnant une opinion contraire à quelqu'un, me dispense tout simplement de dire quoi que ce soit.
Oui, aussi. Je rajouterai aussi à ça, que si toi aussi tu es quelqu'un de "global", le conflit/débat est juste insupportable: une fois que tu as éventuellement rétorqué une idée, une affirmation, qui contient un concentré de tout ce que tu peux penser, tu en as fini. Idem quand l'autre t'a donné son point de vue: tu as saisi l'idée, ok, fin du truc. Mais le problème, c'est que peu de gens se contentent de ça: ils vont vouloir répéter les choses, aller dans le détail, alors que merde, c'est inutile. Se perdre en explications et en détails, c'est un cauchemar pour moi, je n'en suis pas capable (enfin si, mais plutôt: je n'en ai pas la force. Enfin si, mais plutôt: foutez moi la paix!).

Avalyn
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 166
Date d'inscription : 01/09/2013
Age : 36
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Lun 7 Oct 2013 - 19:45



Dernière édition par 11Road le Ven 24 Avr 2015 - 0:11, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Lucilou Sauvage le Lun 7 Oct 2013 - 20:48

Je réponds vite fait à Spacepizza avant d'aller dormir: ne cherche pas de fil dans "Bavardages doux et courtois...", je disais que j'avais fait déplacé (La guide Bliss s'en ai chargé) ce sujet-ci dans cette section car cela me semblait plus approprié. Au départ, il était placé plus haut. Sinon, "La cabane de la pecheresse", rien de bien intéressant, c'est juste du bavardage Wink

Lucilou Sauvage
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 964
Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Invité le Lun 7 Oct 2013 - 21:40



Dernière édition par 11Road le Ven 24 Avr 2015 - 0:11, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un cerveau lent plombé à l'oral

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum