l'Univers est-il un automate cellulaire?

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Lun 15 Oct 2018 - 23:56

Ben pour moi une théorie un minimum sérieuse explique des observations, sans être mise en défaut par d'autres.

Et là, je ne sais même pas quelles observations elle expliquerait...

Et même pire : il sagit d'un empilement de mots "techniques" sans expliquer ce qu'ils signifient. Par conséquent elle ne veut à ce jour juste rien dire. Quand le concept d'"illimité", de "bulle", etc. sera définit, ça prendra peut-être un sens. Mais pour le moment, 0, effectivement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Godzilla le Mar 16 Oct 2018 - 0:01

D'accord, c'était ce que je pensais plus ou moins aussi
Mais tu l'expliques bien mieux que je ne le pourrais, merci de ta réponse !
Godzilla
Godzilla

Messages : 7781
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 41
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mar 16 Oct 2018 - 0:01

Approfondissons un peu, si vous voulez :

- Sans repère, la forme sphérique est-elle nécessairement la seule possible ?

Mélange de mathématiques et de physique sans objet. Ce que l'on observe se fout bien de savoir si on leur colle un repère dessus ou pas.

- Que faut-il entendre par ''désordre absolu'' ?

C'est votre théorie, c'est donc à vous de nous dire exactement ce que cela veut dire.

Les bulles seraient-elles nécessairement contiguës, en contact les unes avec les autres, en sorte qu'il n'y aurait aucun volume pouvant contenir une bulle qui n'en contiendrait pas ?

Si je prends des sphères que j'empile, le volume non rempli par les sphère est toujours non nul. C'est de la géométrie basique


- Étant donné qu'il y a infinité de positionnements possibles des bulles entre elles, cela signifie t-il qu'il ne peut pas y avoir deux groupements identiques dans le continuum illimité ?

Ne veut rien dire. Et il n'y en a pas une infinité, voir la définition de l'entropie par Boltzmann (https://fr.wikipedia.org/wiki/Formule_de_Boltzmann) .


- Étant donné qu'il y a des cas particuliers tels que tétraèdre régulier ou octaèdre, le désordre absolu signifie t-il qu'il peut y avoir infinité de groupements de ces cas particuliers, mais des groupements qui seraient tous différents en taille ou en forme ?

Idem.

Et je ne vois toujours pas quelle(s) observation(s) cela expliquerait.


Dernière édition par hobb le Mar 16 Oct 2018 - 13:29, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mar 16 Oct 2018 - 0:02

Godzilla a écrit:D'accord, c'était ce que je pensais plus ou moins aussi
Mais tu l'expliques bien mieux que je ne le pourrais, merci de ta réponse !

Croisement, de rien ;-)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par siamois93 le Mar 16 Oct 2018 - 0:18

Thanks for the reference about sigma-5. I don't mind about english. Often i translate french into english, i guess my brain is an american or english brain. Maybe Irish Wink
C'est vrai, je lis en français et dans ma tête je traduis en anglais pour avoir la compréhension.
Pour moi l'univers on le crée à chaque instant.
Pour moi la question qui m'interpelle vraiment c'est qu'est-ce que le temps ? Quelle est la définition communément acceptée par les physiciens de ce qu'est le temps ? Pas d'exemple svp.
Et peut-on le dissocier de la mémoire ?

Sinon pour les théories bizarres sur l'infinité de 0, vous pouvez regarder du côté de Richard Sunder : https://www.babelio.com/auteur/Richard-Sunder/74666
siamois93
siamois93

Messages : 4019
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 51
Localisation : Somewhere over the rainbow

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mar 16 Oct 2018 - 0:24

siamois93 a écrit:
Pour moi la question qui m'interpelle vraiment c'est qu'est-ce que le temps ? Quelle est la définition communément acceptée par les physiciens de ce qu'est le temps ? Pas d'exemple svp.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Temps_(physique)

Personnellement je le relierai à la dimension dans laquelle l'entropie ne peut qu'augmenter.

siamois93 a écrit:
Et peut-on le dissocier de la mémoire ?

Ben non. (enfin mémoire dans quel sens, parce qu'en physique aussi le concept de mémoire existe)

siamois93 a écrit:
Sinon pour les théories bizarres sur l'infinité de 0, vous pouvez regarder du côté de Richard Sunder : https://www.babelio.com/auteur/Richard-Sunder/74666

Désolé de vous le dire : total bullshit. C'est tout sauf de la physique.

Et arrêtez d'appeler ça des "théories" SVP, ne serai-ce que par respect pour les "vraies" théories.

Quel est l'objectif de vos interventions HS, nous vendre de l'ésotérique ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par siamois93 le Mar 16 Oct 2018 - 0:59

Non non je ne vends rien, j'essaye de comprendre. Le concept de «physique» me fait toujours marrer, et j'aime bien titiller les pseudo-savants. J'ai plus une approche de médecin, je m'occuppe du résultat, et quand le résultat est là, l'idée qui l'a amené m'importe peu. Je juge au résultat. Et je préfère tolérer certaines idées un peu farfelues en gérant le degré de crédibilité et de bullshitness que je leur accorde, plutôt que rejeter systématiquement ce qui est nouveau ou farfelu.

Vous avez publié des articles dans des revues scientifiques ? Vous me donnez quelques références svp ?
siamois93
siamois93

Messages : 4019
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 51
Localisation : Somewhere over the rainbow

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mar 16 Oct 2018 - 8:56

siamois93 a écrit: J'ai plus une approche de médecin, je m'occuppe du résultat, et quand le résultat est là, l'idée qui l'a amené m'importe peu. Je juge au résultat. Et je préfère tolérer certaines idées un peu farfelues en gérant le degré de crédibilité et de bullshitness que je leur accorde, plutôt que rejeter systématiquement ce qui est nouveau ou farfelu.

Je suis d'accord, mais dans le domaine de la physique les "erreurs" sont statistiquement beaucoup moins tolérées. Par exemple, un sigma-5 en médecine, veut dire que si un médicament empire les symptômes pour un patient sur 10 000 000, le "remède" sera considéré comme inefficace...

siamois93 a écrit:
Vous avez publié des articles dans des revues scientifiques ? Vous me donnez quelques références svp ?

Oui, et non, je tiens à garder mon anonymat ici.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Cléomênia le Mar 16 Oct 2018 - 13:20

study study study study
Je vous lis, je reviendrai plus tard. Very Happy
Cléomênia
Cléomênia

Messages : 659
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 40
Localisation : Au merveilleux pays d'Oz

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Confiteor le Mar 16 Oct 2018 - 15:45

Hobb, je récidive : merci d'exister et d'être si patient.

Quand je pense qu'on m'a vendu ZC comme étant un forum de HQI...
C'est toujours une source de douleur mentale d'entendre des personnes testées (?) délirer en croyant faire de la science.

Ils sont la preuve que "l'intelligence" mesurée par les tests de QI ne protège pas des biais cognitifs les plus grossiers.
Ça fait chier, parce qu'alors sans doute (dans un bon cas, peut-être ?) moi-même, etc ...

Violent inside, âmes sensibles s'abstenir :

C'est pas parce qu'on n'y connait rien qu'on n'a pas le droit d'avoir un avis (ou une opinion) aussi valide qu'un mec qui a passé sa vie à bosser le domaine.
Voire, on peut même prétendre à ce que ce soit un éclair de génie.

Je pense si fort à un illustre contributeur (qui a quitté le forum) qu'il doit avoir des fourmis dans le kiki.
C'est un cas classique et bien ordinaire de transmission de pensée quantique.

Je ne suis hélas que débutant en télékinésie sinon je pourrais le soulager !
Le lien proposé est très honnête il met en garde : en substance "il est parfois nécessaire de s'entraîner plusieurs dizaines d'années avant d'observer un résultat".
Confiteor
Confiteor

Messages : 1871
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 60
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mar 16 Oct 2018 - 21:22

On en revient toujours à :

hobb a écrit:
Et ça ne change rien au fait qu'il peut avoir toutes les idées géniales qu'on veut, s'il ne sait même pas ce que l'on observe, il ne sait pas non plus ce qu'il veut expliquer...

et ça, quelqu'un qui y aura passé sa vie en aura un plus large aperçu, parce que ça ne s'invente pas. Par moment il faut savoir admettre qu'on peut être aussi intelligent qu'on veut, tout n'est pas possible. Un éclair de génie ne me fera pas apprendre le mandarin spontanément sans étudier ou pratiquer un minimum.


Dernière édition par hobb le Mar 16 Oct 2018 - 21:56, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Godzilla le Mar 16 Oct 2018 - 21:36

Je n'ai pas la sagacité de Hobb mais je suppose que je peux modestement contribuer à ce fil, en relayant un peu de bonne zététique de base ^^

Godzilla
Godzilla

Messages : 7781
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 41
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Jeane-Mary le Mer 17 Oct 2018 - 4:59

Un automate cellulaire c'est une théorie à chier, mais un hologramme, ça c'en est une à retenir !


Ptdr.
Jeane-Mary
Jeane-Mary

Messages : 1065
Date d'inscription : 12/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mer 17 Oct 2018 - 8:45

il y en a une qui explique beaucoup d'observations, pas l'autre.

Si c'est pour sortir du sarcasme à 2 balles  vous pouvez vous abstenir. Encore quelqu'un qui se permet de juger un truc qu'il ne connait pas.

Putain, un forum de gens "intelligents", il y a une quantité d'imposteurs, c'est impressionnant...

PS :: quand on dit "théorie holographique", ce n'est pas "hologramme" dans le sens où vous l'entendez. Renseignez vous avant d'étaler votre connerie au grand jour.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Jeane-Mary le Mer 17 Oct 2018 - 10:30

hobb:
hobb a écrit:il y en a une qui explique beaucoup d'observations, pas l'autre.

Si c'est pour sortir du sarcasme à 2 balles  vous pouvez vous abstenir. Encore quelqu'un qui se permet de juger un truc qu'il ne connait pas.

Putain, un forum de gens "intelligents", il y a une quantité d'imposteurs, c'est impressionnant...

PS :: quand on dit "théorie holographique", ce n'est pas "hologramme" dans le sens où vous l'entendez. Renseignez vous avant d'étaler votre connerie au grand jour.

Je pensais bien qu'hologramme semblait facile et qu'il fallait sans doute plutôt parler d' holographique.

Quand à mon sarcasme, j'ai été déçue, j’espérais quelque chose qui égale le votre.

C'est pour lui (goût que vous semblez partager avec quelques amis) à la lecture de ce fil , que j'ai réagis.

Mais je n’insiste pas, pas de soucis.
Jeane-Mary
Jeane-Mary

Messages : 1065
Date d'inscription : 12/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mer 17 Oct 2018 - 11:41

Toujours l'art de ne pas saisir le second degré quand il y en a (par écrit pas facile, aussi...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Jeane-Mary le Mer 17 Oct 2018 - 11:48

.


Dernière édition par Stanze le Mer 17 Oct 2018 - 11:50, édité 1 fois
Jeane-Mary
Jeane-Mary

Messages : 1065
Date d'inscription : 12/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mer 17 Oct 2018 - 11:49

Ben oui... Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Jeane-Mary le Mer 17 Oct 2018 - 15:04

Par contre, si vous permettez de ne pas japper, j'ai tout de même une question.

J'ai lu ici, un dire qu’apparemment, la gravitation était lié" à quelque chose d'autre que la matière, et découvrir que finalement peut-être..
Hors pour moi, je n'ai jamais soupçonné que la matière ne puisse pas être responsable de la gravitation .

Je sais aussi qu'il y a une (des?) théories qui parle(nt) d'illusion concernant la matière et la gravitation ?

Est-ce que j'ai vraiment tort de penser qu'elle (la gravitation) est tout en rapport avec la matière, seulement la matière (masse), et qui pèse sans illusion ?

Si c'est trop naïf, ignorant, ou inintelligent, ne vous embêtez pas.


Sinon pour répondre au sujet, je considère aussi que l'ordre provient du désordre.
Si je devais considérer et penser avec mon propre système, l'univers, je le verrais comme une suite d'auto création.
Pas de lois mathématiques prédéterminées, seulement elles seraient conséquences.
Non pas du hasard en tant que le pur hasard ne peut fournir finalement des règles, des lois.
Mais comme la résultante d'un infini de possibilité, et celle-ci tout simplement parce que soit que d'autres sont déjà passés (il y bien eu un moment ou il n'y avait pas la possibilité de la terre, puis de la vie sur elle par ex), soit que ben ce n'était pas possible, et que d'autres nous viennent encore.

Une immense chorégraphie de choses qui se forment et se déforment, qui se créer et se détruisent, créant l'ordre et l’annihilant dans une danse gravitationnelle.

Partant de là, le postulat de l'automate cellulaire ne me semble pas si incongru.
Mais avec un nombres de données tellement énorme, en pouvant même imaginer que certaines lois, choses n'existent pas encore, et avec toutes celles qui existent bien mais que nous ne connaissons pas encore.
C'est trop pour nous.

Nous savons tellement peu de choses, nous partons avec de si minces données pour raconter un grand tout, une origine, que je pourrais tout à fait dire sans pouvoir être réfuter entièrement que derrière tout ça il y a un joueur de violon qui cherche les notes parfaites, et que nous sommes juste un accordeur.
Que les ondes de sa musique influence sur la matière.

Ou alors même, que nous sommes un amas cellulaire sur un univers plat, porté par quatre éléphants sans masse qui ne serait que des hologrammes.

Par contre je trouve ça très passionnant de réfléchir là dessus, rien que pour la dimension imaginaire sur laquelle ça ouvre, pour les provocations de la "vision" et pour toutes les réponses aux questions que l'on à pas posées.
Je n'ai aucune notions mathématiques, je n'y connais vraiment pas grand choses en sciences formelles et de la nature, mais par ce jeu j'ai tout de même appris quelques petites choses, auxquelles d'autres viendront s'ajouter plus tard, et je trouve ça dommage que l'intention n'ait aucune grâce à certains yeux et que la curiosité, si naïve soit-elle, ne soit pas mieux appréciée.


Je trouve déloyal d'en venir aux arguments d'autorité.
Jeane-Mary
Jeane-Mary

Messages : 1065
Date d'inscription : 12/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Pieyre le Mer 17 Oct 2018 - 16:54

hobb :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Temps_(physique)

Personnellement je le relierai à la dimension dans laquelle l'entropie ne peut qu'augmenter.
J'ai parcouru la référence. Mais il y a tout de même un problème avec cette formulation : comment relier la notion de temps à une notion qui suppose le temps (l'entropie qui augmente) ? Je veux bien qu'il y ait des définitions récursives, c'est-à-dire où une structure dépendant d'une donnée de niveau n est définie en fonction de l'application de la même structure à des données de niveau n-1. Mais est-il question de cela ici ?

J'avais cru comprendre que le temps n'était pas définissable, ni non plus l'énergie ou l'information (sinon de façon mathématique dans le cadre de théories formelles qui ne rendent pas compte de l'ensemble de la physique).

Si l'on reste dans un cadre déterministe, la conception d'une théorie de l'univers comme automate cellulaire ne me pose pas de problème dès lors qu'on ne considère qu'un temps mathématique (sinon du fait que rien expérimentalement ne le confirmerait, ce qui certes empêche d'en faire grand-chose pour le moment). D'un simple point de vue théorique, ne peut-on envisager que cette conception s'impose du seul fait qu'on envisage un univers fini dont les lois sont déterminées ? Ainsi les forces fondamentales, bien que s'exprimant selon des lois continues, pourraient ne correspondre qu'à des limites asymptotiques de cas qui ne s'en éloignent pas trop. Ce n'est pas une hypothèse absurde puisqu'en informatique, il arrive qu'on approche des fonctions continues par des calculs discrets plus efficaces : ainsi pour les fonction trigonométriques, ou tous les calculs qui nécessiteraient un développement infini...


Dernière édition par Pieyre le Mer 17 Oct 2018 - 17:22, édité 1 fois

Pieyre

Messages : 20530
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mer 17 Oct 2018 - 17:20

Bonjour,

Stanze a écrit:
J'ai lu ici, un dire qu’apparemment, la gravitation était lié" à quelque chose d'autre que la matière, et découvrir que finalement peut-être..
Hors pour moi, je n'ai jamais soupçonné que la matière ne puisse pas être responsable de la gravitation .

Je sais aussi qu'il y a une (des?) théories qui parle(nt) d'illusion concernant la matière et la gravitation ?

Est-ce que j'ai vraiment tort de penser qu'elle (la gravitation) est tout en rapport avec la matière, seulement la matière (masse), et qui pèse sans illusion ?

Si c'est trop naïf, ignorant, ou inintelligent, ne vous embêtez pas.

C'est loin d'être naïf, et c'est tout l'objet de la relativité générale. La gravitation vient d'une courbure de l'espace temps. Or, on sait que l'énergie, ça la courbe. La matière est donc UNE des causes de gravitation, puisque on sait que la masse contient une énergie (E=mc², tout ça), mais pas nécessairement la seule. Si vous allez dans un vaisseau qui va vite par rapport à un observateur, l'énergie cinétique aussi la courbe, or ce n'est pas une énergie due à la masse, mais une énergie due au déplacement. Il faut donc voir que la cause de la gravitation est unique (déformation de l'E-T), mais l'origine de cette courbure pas nécessairement.

Stanze a écrit:
Sinon pour répondre au sujet, je considère aussi que l'ordre provient du désordre.
Si je devais considérer et penser avec mon propre système, l'univers, je le verrais comme une suite d'auto création.
Pas de lois mathématiques prédéterminées, seulement elles seraient conséquences.
Non pas du hasard en tant que le pur hasard ne peut fournir finalement des règles, des lois.
Mais comme la résultante d'un infini de possibilité, et celle-ci tout simplement parce que soit que d'autres sont déjà passés (il y bien eu un moment ou il n'y avait pas la possibilité de la terre, puis de la vie sur elle par ex), soit que ben ce n'était pas possible, et que d'autres nous viennent encore.

Il y a effectivement une idée de modélisation à grande échelle, qui revient à la modélisation de systèmes chaotiques. Un systèmes chaotique à grande échelle tend (alors pourquoi, quand, dans quelles conditions ? Là je ne suis pas spécialiste) s'organise. Exemple flagrant : les anneaux de Saturne, dont on sait initialement que c'était un nuage de poussière (donc fortement désordonné), qui avec le temps et les interactions, forces de marée, etc, a fini par donner un système d'une incroyable précision, puisqu'il ne fait qu'une centaine de km d'épaisseur pour un diamètre gigantesque.

Stanze a écrit:
Une immense chorégraphie de choses qui se forment et se déforment, qui se créer et se détruisent, créant l'ordre et l’annihilant dans une danse gravitationnelle.

Hmmm ce n'est pas ce que je concluerai. Je concluerai que la lumière et la chaleur sont les deux derniers stades d'évolution de l'énergie. C'est par exemple pour l'éffondrement d'une étoile, ou un trou noir, un système ayant une forte énergie potentielle au départ, qui finit par rayonner, et finalement tout libérer en lumière pour se refroidir lentement(ou conserver dans le cas d'un TN). Après c'est une vision de non spécialiste.

Stanze a écrit:
Partant de là, le postulat de l'automate cellulaire ne me semble pas si incongru.
Mais avec un nombres de données tellement énorme, en pouvant même imaginer que certaines lois, choses n'existent pas encore, et avec toutes celles qui existent bien mais que nous ne connaissons pas encore.

Toute la problématique porte, en ce que ce n'est peut-être pas à balayer d'un revers de main, mais ne pas donner la moindre explication d'une observation qu'une approche comme ça expliquerait, fait que ce n'est que du vent. Si on me dit "avec ça j'explique le Redshift", ou "j'explique telle ou telle observation", là oui, il y a moyen de discuter. Pour le moment, non.

Stanze a écrit:
Nous savons tellement peu de choses, nous partons avec de si minces données pour raconter un grand tout, une origine, que je pourrais tout à fait dire sans pouvoir être réfuter entièrement que derrière tout ça il y a un joueur de violon qui cherche les notes parfaites, et que nous sommes juste un accordeur.
Que les ondes de sa musique influence sur la matière.

Détrompez vous, au vu de l'évolution gigantesque des instrumentation ces dernières décennies, des observation, on ne sait même plus où les stoquer vu la quantité qu'il y a. Rien qu'au CERN on en élimine 90% au moindre tir parce qu'on est incapable de les stocker / traiter toutes.

Stanze a écrit:
Je n'ai aucune notions mathématiques, je n'y connais vraiment pas grand choses en sciences formelles et de la nature, mais par ce jeu j'ai tout de même appris quelques petites choses, auxquelles d'autres viendront s'ajouter plus tard, et je trouve ça dommage que l'intention n'ait aucune grâce à certains yeux et que la curiosité, si naïve soit-elle, ne soit pas mieux appréciée.

La curiosité est louable, la tentative de persuasion moins.


Dernière édition par hobb le Mer 17 Oct 2018 - 17:28, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mer 17 Oct 2018 - 17:27

Pieyre a écrit:
J'ai parcouru la référence. Mais il y a tout de même un problème avec cette formulation : comment relier la notion de temps à une notion qui suppose le temps (entropie qui augmente) ? Je veux bien qu'il y ait des définitions récursives, c'est-à-dire où une structure dépendant d'une donnée de niveau n est définie en fonction de l'application de la même structure à des données de niveau n-1. Mais est-il question de cela ici ?

Ce n'est pas comme ça que je le verrai. J'ai sorti la référence wiki parce que pour moi elle permet de toucher du doigt cette notion, après wiki n'est pas une référence...

Je dirai qu'en faisant une photo d'un système à deux instants distincts, le calcul de son entropie permettrait de classer celles-ci par ordre chronologique. Ce n'est pas le cas pour un placement selon une direction. Il y une invariance selon les dimensions de l'espace, qu'il n'y a pas dans la dimension du temps.

Pieyre a écrit:
J'avais cru comprendre que le temps n'était pas définissable, ni non plus l'énergie ou l'information (sinon de façon mathématique dans le cadre de théories formelles qui ne rendent pas compte de l'ensemble de la physique).

Sans le définir, on peut voir qu'il existe, par évolution des phénomènes. Après la problématique de ce que c'est... là on entre dans la métaphysique.

Pieyre a écrit:
Si l'on reste dans un cadre déterministe, la conception d'une théorie de l'univers comme automate cellulaire ne me pose pas de problème dès lors qu'on ne considère qu'un temps mathématique (sinon du fait que rien expérimentalement ne le confirmerait, ce qui certes empêche d'en faire grand-chose pour le moment). D'un simple point de vue théorique, ne peut-on envisager que cette conception soit impliquée du seul fait qu'on envisage un univers fini dont les lois sont déterminées ? Ainsi les forces fondamentales, bien que s'exprimant selon des lois continues, ne seraient que des limites asymptotiques de cas qui ne s'en éloignent pas trop. Ce n'est pas une hypothèse absurde. En informatique, il arrive qu'on approche des fonctions continues par des calculs discrets plus efficaces : ainsi pour les fonction trigonométriques, ou tous les calculs qui nécessiteraient un développement infini...

Le coup d'un système discret qui asymptotiquement donne des lois à grandes échelles, il y a déjà la théorie quantique qui permet de remonter aux lois classiques. Mais lorsqu'a symptotiquement on a une singularité, telle qu'on le suppose au coeur des trous-noirs, aucune théorie ne peut avoir une asymptote vérifiale, puisqu'on ne sait même pas comment elle y tend.

Pour le coup des automates cellulaires : s'ils sont (hypothèse posée ici) structurés, par exemple en structure tétrahédrique, alors on observertai une anisotropie des constantes universelles, et en particulier celle de la vitesse de la lumière, dont on sait depuis Michelson et Morley qu'elle l'est (isotrope). Maintenant, si la structure est "indéfinie", à savoir l'organisation peut changer un peu partout, et en moyenne est bordélique, alors oui à ce stade l'isotropie peut être envisageable. Tout n'est qu'une question d'échelle à ce moment là.
A ce moment, oui, pourquoi pas, mais dans ce cas rentrons un peu plus dans le détail. Votre automate, il a quoi comme grandeurs, qui changent selon quoi comme voisins ?
Et là, en formulant cette question, je me rends compte qu'en fait c'est une modélisation qui tend à celle d'une équation différentielle appliquée sur un maillage arbitrairement petit. Comme l'équation de la chaleur peut être résolu par un automate cellulaire (comme dans n'importe quelle approche par différence finie). Maintenant pour résoudre le tenseur énergie-impulsion, j'attends de voir. Mais tout effort allant dans cette direction finira par une description discrete d'un problème différentiel, rien de plus (en fait ce qu'on fait déjà depuis les années 70). Par contre tout problème hyperbolique est insoluble avec cette approche.


Dernière édition par hobb le Mer 17 Oct 2018 - 17:36, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par jeandelamer le Mer 17 Oct 2018 - 17:34

Merci Stanze pour ton soutien si joliment dit, cela me console et me réconforte, c'est pour des personnes curieuses comme toi que j'écris, pas pour les ''jappeurs''. J'ai beaucoup de choses à expliquer, c'est pas facile, il me faut du temps.
jeandelamer
jeandelamer

Messages : 60
Date d'inscription : 04/09/2017
Age : 78
Localisation : Andalousie en hiver

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Jeane-Mary le Mer 17 Oct 2018 - 17:35

@ pieyre : Toutes les lois sont déterminées, sinon ce ne serait pas des lois.
Il me semble.


hobb a écrit:Hmmm ce n'est pas ce que je concluerai. Je concluerai que la lumière et la chaleur sont les deux derniers stades d'évolution de l'énergie. C'est par exemple pour l'éffondrement d'une étoile, ou un trou noir, un système ayant une forte énergie potentielle au départ, qui finit par rayonner, et finalement tout libérer en lumière pour se refroidir lentement(ou conserver dans le cas d'un TN). Après c'est une vision de non spécialiste.

Intéressant.
Mais l'étoile avant son effondrement, n'est-elle pas déjà lumière et chaleur ?

hobb a écrit:Détrompez vous, au vu de l'évolution gigantesque des instrumentation ces dernières décennies, des observation, on ne sait même plus où les stoquer vu la quantité qu'il y a. Rien qu'au CERN on en élimine 90% au moindre tir parce qu'on est incapable de les stocker / traiter toutes.

Oui je n'en doute pas et en suis persuadée, mais je crois que cela nous entraîne vers des questionnements encore plus abyssaux , et justement, nous permets de constater l'étendue de notre ignorance.
Jeane-Mary
Jeane-Mary

Messages : 1065
Date d'inscription : 12/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Invité le Mer 17 Oct 2018 - 17:38

Stanze a écrit:
Intéressant.
Mais l'étoile avant son effondrement, n'est-elle pas déjà lumière et chaleur ?

Si, on a donc bien, entre son origine (énergie potentielle + nucléaire), et sa fin (extinction et effondrement total), une conversion de l'énergie originelle à sa forme la plus dégradée, à savoir en lumière et en chaleur.

Stanze a écrit:
Oui je n'en doute pas et en suis persuadé, mais je crois que cela nous entraîne vers des questionnements encore plus abyssaux , et justement, nous permets de constater l'étendue de notre ignorance.

Ben non, puisque les 90% que l'on ne traite pas, on les filtre, par exemple les calorimètres où aucune particule n'est passée, on ne s'amuse pas à occuper de la bande passante sur le réseau pour transférer une donnée dont on sait qu'elle est nulle. Ca fait gagner.

jeandelamer a écrit:Merci Stanze pour ton soutien si joliment dit, cela me console et me réconforte, c'est pour des personnes curieuses comme toi que j'écris, pas pour les ''jappeurs''. J'ai beaucoup de choses à expliquer, c'est pas facile, il me faut du temps.

je m'auto-cite, parce qu'après réflexion ce que je pense de votre approche ne pourra pas aller plus loin (et pour moi ça met un point final à ce modèle) :

Et là, en formulant cette question, je me rends compte qu'en fait c'est une modélisation qui tend à celle d'une équation différentielle appliquée sur un maillage arbitrairement petit. Comme l'équation de la chaleur peut être résolu par un automate cellulaire (comme dans n'importe quelle approche par différence finie). Maintenant pour résoudre le tenseur énergie-impulsion, j'attends de voir. Mais tout effort allant dans cette direction finira par une description discrete d'un problème différentiel, rien de plus (en fait ce qu'on fait déjà depuis les années 70). Par contre tout problème hyperbolique est insoluble avec cette approche.

Si vous voulez une explication sur ça (qui pour moi, formellement, montre la limite), je veux bien vous donner des liens vers des cours (de mathématiques appliquées, parce que finalement ça revient à ça), sinon tant pis.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Univers est-il un automate cellulaire?

Message par Jeane-Mary le Mer 17 Oct 2018 - 17:47

hobb a écrit:
Stanze a écrit:
Intéressant.
Mais l'étoile avant son effondrement, n'est-elle pas déjà lumière et chaleur ?

Si, on a donc bien, entre son origine (énergie potentielle + nucléaire), et sa fin (extinction et effondrement total), une conversion de l'énergie originelle à sa forme la plus dégradée, à savoir en lumière et en chaleur.

Si elle est déjà lumière et chaleur, elle est déjà lumière et chaleur, et ce n'est plus seulement une question de sa dégradation.
Sachant que l'étoile s'est formée, elle n'est donc pas elle-même forme et énergie originelle.
Je ne comprends pas vraiment.
Jeane-Mary
Jeane-Mary

Messages : 1065
Date d'inscription : 12/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum