Peur d'être jalousé

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez-vous peur d'être jalousé ?

60% 60% 
[ 52 ]
40% 40% 
[ 34 ]
 
Total des votes : 86

Peur d'être jalousé

Message par mmashoro le Mar 11 Aoû 2015 - 16:14

Salut !

J'ai fait quelques petites recherches sur le forum et ai été surpris de ne pas trouver de post à ce sujet.

Voilà, lors de ma deuxième séance de psychothérapie mi mars dernier, j'avais apporté à ma psy une liste de mes peurs, et la première était la peur être détesté parce que je suis meilleur que les autres. J'y précisais qu'une pensée récurrente dans mon esprit était "Si je suis meilleur que d'autres, ils vont m'en vouloir". Je crois que c'est ça qui l'a amené à me parler de Zebras Crossing.

Les éléments de ma vie qui me font penser que les autres me jalousent


  • En 5ème, mon prof titulaire était un prof de sport et il trouvait bon d'afficher la liste des moyennes générales des élèves à chaque fin de trimestre, probablement pour stimuler l'esprit de compétition. Du coup, comme j'étais premier, je me suis fait traiter d'intello, et j'en ai un peu souffert.
  • Cette même année, je me suis fait agresser dans la cours (genre saisi à la nuque, mis face contre terre) par un collègue qui avait repiqué sa 6ème.
  • Il y a 2 ans, alors que je travaillais en tant que serveur, j'ai bien géré la semaine où on servait 500 couverts midi et soir. Du coup, on m'a plus ou moins confié la responsabilité du passe-plats, et j'avais l'impression qu'une collègue, qui était arrivée dans le restau un peu avant moi, m'en voulait à cause de ça. Du coup j'ai déprimé et démissionné xD (c'était pas la seule raison mais ça a joué)  
  • Une fois en soirée, que je reproduisais d'oreille au piano les accords magiques d'un tube pop que jouait la Hi-Fi, j'ai entendu un ami, impressionné, dire "oh le bâtard !".
  • ...

Les comportement qui découlent de cette peur


  • J'ai tendance à rougir si je me rends compte que les gens apprécient la musique que je joue. Comme si j'avais honte de plaire. Je cherche souvent à ne pas trop plaire, à faire rire plutôt. Du coup j'apprends à jouer des morceaux drôles genre "La Tartiflette", "Bernard Lavilliers". Je rougis surtout lorsqu'un ami guitariste qui ne m'a pas vu depuis un bail me dit "tu as travaillé toi", comme si j'avais honte de chercher à progresser.
  • J'essaye de garder une trace de mon apprentissage (ressources, etc.), pour pouvoir les enseigner à quiconque oserait me dire "ouais, mais toi tu as des facilités", et pour pouvoir dire "tu vois, toi aussi tu peux y arriver, suffit de faire comme ça, puis comme ça, puis comme ça, et c'est bon".
  • Quand je fais un tennis avec un pote (il prend des cours, pas moi), j'ai tendance à retenir mes coups. Je sais qu'être zèbre n'implique pas forcément des facilités sur le plan neuromoteur, mais quand même, j'évite de trop bien jouer. Heureusement, on ne compte pas les points, et on plaisante tout en jouant, mais je sais que s'il rate une balle, il peut avoir tendance à rager donc...
  • J'ai l'impression de faire pareil quand je fais de l'ultimate frisbee.
  • Je n'essaye pas d'être beau ni bien sapé : il faudrait pas qu'en plus d'apprendre rapidement je sois classe.


Voilà, de façon générale j'ai tendance à détester la compétition, et je crois que c'est en partie parce qu'au final, même si je gagne, je perds. Sous-entendu : si je gagne la compét, je perds des amis.

Bon, je sais qu'on n'est plus à l'école et qu'il n'y a plus de critère aussi simpliste qu'une moyenne générale pour dire si quelqu'un réussit ou pas, mais j'ai toujours l'impression de rester bloqué avec mes paradigmes issus du collège.

Je voulais savoir si j'étais le seul dans ce cas là et si quelqu'un avait réussi à dépasser cette croyance limitante et comment.

mmashoro
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 238
Date d'inscription : 23/05/2015
Age : 26
Localisation : Vannes (Morbihan)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Lyanah le Mer 12 Aoû 2015 - 16:50

Oui, c'est une peur pour moi.

Parce qu'on m'a beaucoup dit "arrête de faire ton intéressante" lorsque je parlais de choses qui me tenaient à coeur ou que j'étais contente de partager un truc (quand on est gosse et qu'on apprend quelque chose, on est généralement tout content, ben là je me faisais rabrouer).

Parce qu'on m'a beaucoup répondu par des silences lorsque je posais des questions ou que je faisais une remarque. Le silence qui veut dire "elle se prend pour qui elle ? j'ai pas pensé à ça et ça m'insupporte" (je ne fais pas de supposition, on me l'a dit, et plus d'une fois...).

Parce que je me faisais traiter d'intello pour mes notes plutôt bonnes malgré une flemme totale de bosser, que je me suis fait bousculer, taper... Parce que je faisais mieux que les autres à peine arrivée dans un boulot et que ça plaisait pas (bien s'entendre avec les marmots quand on est pionne ? quelle idée. Faire plus de chiffre d'affaire en vente que le doyen des employés ? quelle idée. Mieux connaître le planning et les procédures que le n+1 ? quelle idée).

Mais depuis quelques temps, j'ai la chance d'avoir eu un gros tri dans mes "amis". Ne restent que des gens qui m'aiment comme je suis, avec mon humour débile (moi je dis débile, d'autres l'ont qualifié d'"intelligent"... mais je ne l'ai pas pris mal vue la manière dont ça avait été dit ^^), avec ma manière de réfléchir et de ressentir.
Et du coup, ça me permet d'avoir plus confiance en moi. J'ai aussi réussi à trouver, pour un poste, des collègues un peu comme moi, alors ça m'a rassurée.

Et puis... je me dis que les gens jaloux, ben qu'ils restent jaloux. ça leur fera du mauvais sang et ils iront en congé maladie, na. (nanananèèèreuuuh). Picétou. Les jaloux n'ont pas confiance en eux (ce n'est pas pour ça que ceux qui n'ont pas confiance en soi sont jaloux, 'ttention), et c'est pas mon problème.
S'ils n'arrivent pas à avoir telle place, telle capacité, tel machin ou truc, c'est pas ma faute. Chacun a ses compétences, ils n'ont qu'à trouver les leurs.
Est-ce que je jalouse leur petit dernier qui fait de la compet de judo ? Est-ce que je jalouse leur nouvelle voiture ? Est-ce que je jalouse leur capacité à faire du lèche ? Est-ce que je jalouse leurs capacité à marcher en talons hauts ? Non. Alors qu'ils ne me jalousent pas quand je me mets les gosses dans la poche, que le chien du voisin me fait la fête alors qu'il aboie sur tout le monde ou que je chante plus juste qu'eux.

Pourtant il me reste toujours un fond de peur, toute enfantine, toute en timidité.
Je rougis quand on me fait remarquer positivement que j'ai fait un truc bien.
Je sors les crocs quand on me le fait remarquer négativement.

... en tous les cas, mmashoro, je te souhaite beaucoup de courage pour sortir de cette peur et pouvoir t'affirmer en tant que "toi qui as des capacités que d'autres n'ont pas" ! Very Happy Very Happy

Lyanah
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 470
Date d'inscription : 12/11/2014
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par un panda sinon rien le Jeu 13 Aoû 2015 - 9:09

Bonjour à tous,

J'ai dit non. Mais ç'aurait pu être oui...

Non, parce qu'instinctivement, je me sens comme un malhonnête dans ma vie. Je ne pense pas avoir de compétences particulières.
Oui, parce que malgré les lignes ci-dessus, ce que je prends pour simplissime semble être très complexe pour d'autres. Mais parfois, c'est le contraire. Je suis d'ailleurs dans une formation technique que propose mon entreprise et je me vois m'énerver sur des choses débiles ou qui me semblent débiles, mais qui ne fonctionnent pas. Je n'y vois pas MA logique et donc ça ne marche pas... Et pis 10 minutes plus tard, je parle à un collègue qui avançait sur ce qui me bloquait et qui bute sur une partie qui me parait enfantine.

Donc je suis à la fois jalousé et moqué en même temps Laughing Laughing Laughing

un panda sinon rien
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 253
Date d'inscription : 20/04/2015
Age : 32
Localisation : Ô mon pais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par mmashoro le Jeu 13 Aoû 2015 - 10:48

Lyanah > Merci pour ce témoignage, je me sens moins seul Very Happy
Ça me rappelle un repas chez un copain quand j'avais 10 ans. Je parlais d'un truc et je me suis entendu dire par sa mère (qui avait du coup quelque chose comme 40 ans !!) : "Boris, la culture, c'est comme la confiture : moins on en a, plus on l'étale". J'ai trouvé ça d'une violence ! Ça m'a vraiment choqué. Et j'ai trouvé ça ô combien stupide aussi. Moi je reformulerais : "la culture, c'est comme la confiture : c'est plus convivial quand on la partage".

panda31 > Ouais, en plus, j'ai l'impression que quand tu tu réussis mieux certaines choses que d'autres, ils jubilent à la moindre petite occasion qu'ils ont de se moquer de toi, si jamais tu as le malheur de ne pas réussir quelque chose considéré comme "simple". Ça me fait penser à mon père qui n'étais pas du genre moqueur, mais que j'avais quand même entendu se moquer une fois d'Hélène Ségara parce qu'elle n'avait pas le permis.

mmashoro
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 238
Date d'inscription : 23/05/2015
Age : 26
Localisation : Vannes (Morbihan)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par un panda sinon rien le Jeu 13 Aoû 2015 - 10:56

Bonjour mmashoro
mmashoro a écrit:
panda31 > Ouais, en plus, j'ai l'impression que quand tu tu réussis mieux certaines choses que d'autres, ils jubilent à la moindre petite occasion qu'ils ont de se moquer de toi, si jamais tu as le malheur de ne pas réussir quelque chose considéré comme "simple". Ça me fait penser à mon père qui n'étais pas du genre moqueur, mais que j'avais quand même entendu se moquer une fois d'Hélène Ségara parce qu'elle n'avait pas le permis.

Oui c'est comme dans ma famille où les hommes ont tous un travail manuel. Comme je les "énerve" à "tout comprendre" (mots choisis par expérience), ils adorent me rappeler que je ne suis "pas manuel pour un sou" (contrairement à eux). Ils s'accrochent là-dessus tout en s'offusquant quand -ado- je leur rappelais qu'ils n'étaient pas foutus d'échafauder la moindre pensée conceptuelle (contrairement à moi). Nos rapports vont mieux aujourd'hui (merci). Je reste "Monsieur Je-Sais-Tout" car je me suis construit une culture et développé un avis personnel sur de nombreux sujets. Ils s'énervent encore quand j'arrive à les débloquer sur un problème "manuel" (croisement de champs d'expertise, aïe la blessure narcissique sur le pré carré).




un panda sinon rien
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 253
Date d'inscription : 20/04/2015
Age : 32
Localisation : Ô mon pais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Lyanah le Jeu 13 Aoû 2015 - 11:47

mmashoro a écrit:"Boris, la culture, c'est comme la confiture : moins on en a, plus on l'étale". J'ai trouvé ça d'une violence ! Ça m'a vraiment choqué. Et j'ai trouvé ça ô combien stupide aussi. Moi je reformulerais : "la culture, c'est comme la confiture : c'est plus convivial quand on la partage".

Grande classe la mère. J'avais un peu le même genre de personne dans mon entourage, mais ce genre de sentence ne s'appliquait pas à eux, bien entendu.
J'aime bien ta reformulation Very Happy

Lyanah
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 470
Date d'inscription : 12/11/2014
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Cyril THQI le Ven 14 Aoû 2015 - 14:06

Même pas peur ! De toute façon, les comportements intelligents ne sont bien souvent pas compris comme tels.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par david50 le Ven 14 Aoû 2015 - 14:22

Lorsque j'ai eu mon bac j'ai perdu 2 amies : "C'est pas juste".
C'est vrai que j'ai séché la moitié des cours et qu'elles l'ont raté en étant plutôt studieuses.

Mise à part cette anecdote je n'ai pas trop souffert de cela.

Par contre je suis jalousé en tant que père d'enfant THQI, c'est flagrant.

david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4021
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Ven 14 Aoû 2015 - 14:28

Peur d'être jalousé, c'est avoir peur de toutes les personnes qui n'ont pas confiance en elles parce qu'elles croient que c'est de la faute des autres.

Ne serai ce pas avoir peur de soi même ? Dent pétée

Si on est jalousé, hélas on y peut rien. non

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7780
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Néfertiti le Ven 14 Aoû 2015 - 14:33

Ce n'est pas agréable d'être considérée comme "Madame Je-sais-tout" ou d'être jalousée (sans que l'on puisse trouver une justification à cela). Cependant, il me semble que la plus grande part de souffrance touche ceux qui sont victimes de leur propre jalousie. Lorsqu'il s'agit de personnes qui me sont proches, j'essaye de leur montrer que je les aime fort, de leur expliquer que ce qu'elles voient aux premiers abords peut être un leurre, que je suis une humaine imparfaite avec des faiblesses également et parfois j'essaye de comprendre ce que cela cache (souvent un mal être par rapport à quelque chose).

Je me dis que si tout le monde était bien avec soi-même, en harmonie avec sa personne et sa vie, il n'y aurait plus de jalousie ! Very Happy

Néfertiti
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 680
Date d'inscription : 16/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Invité le Ven 14 Aoû 2015 - 14:56

Lyanah a écrit:Oui, c'est une peur pour moi.

Parce qu'on m'a beaucoup dit "arrête de faire ton intéressante" lorsque je parlais de choses qui me tenaient à coeur ou que j'étais contente de partager un truc (quand on est gosse et qu'on apprend quelque chose, on est généralement tout content, ben là je me faisais rabrouer).

Parce qu'on m'a beaucoup répondu par des silences lorsque je posais des questions ou que je faisais une remarque. Le silence qui veut dire "elle se prend pour qui elle ? j'ai pas pensé à ça et ça m'insupporte" (je ne fais pas de supposition, on me l'a dit, et plus d'une fois...).

Parce que je me faisais traiter d'intello pour mes notes plutôt bonnes malgré une flemme totale de bosser, que je me suis fait bousculer, taper... Parce que je faisais mieux que les autres à peine arrivée dans un boulot et que ça plaisait pas (bien s'entendre avec les marmots quand on est pionne ? quelle idée. Faire plus de chiffre d'affaire en vente que le doyen des employés ? quelle idée. Mieux connaître le planning et les procédures que le n+1 ? quelle idée).

Et puis... je me dis que les gens jaloux, ben qu'ils restent jaloux. ça leur fera du mauvais sang et ils iront en congé maladie, na. (nanananèèèreuuuh). Picétou. Les jaloux n'ont pas confiance en eux (ce n'est pas pour ça que ceux qui n'ont pas confiance en soi sont jaloux, 'ttention), et c'est pas mon problème.
S'ils n'arrivent pas à avoir telle place, telle capacité, tel machin ou truc, c'est pas ma faute. Chacun a ses compétences, ils n'ont qu'à trouver les leurs.
Est-ce que je jalouse leur petit dernier qui fait de la compet de judo ? Est-ce que je jalouse leur nouvelle voiture ? Est-ce que je jalouse leur capacité à faire du lèche ? Est-ce que je jalouse leurs capacité à marcher en talons hauts ? Non. Alors qu'ils ne me jalousent pas quand je me mets les gosses dans la poche, que le chien du voisin me fait la fête alors qu'il aboie sur tout le monde ou que je chante plus juste qu'eux.

Pourtant il me reste toujours un fond de peur, toute enfantine, toute en timidité.
Je rougis quand on me fait remarquer positivement que j'ai fait un truc bien.
Je sors les crocs quand on me le fait remarquer négativement.

... en tous les cas, mmashoro, je te souhaite beaucoup de courage pour sortir de cette peur et pouvoir t'affirmer en tant que "toi qui as des capacités que d'autres n'ont pas" ! Very Happy Very Happy

J'ai vécu un peu les mêmes choses, et ce n'est que très récemment que j'ai compris que cela pouvait être de la jalousie.

Je pensais tout simplement que j'étais brutalisée, rabaissée, parce que j'étais nulle, moche, faible, mal fagotée. J'ai même mis mes difficultés relationnelles sur le compte du racisme (alors que cela se passait très bien pour mon frère, mais je me disais que lui, il était plus grand, plus costaud, et que c'était un garçon, et qu'il était plus drôle, plus beau et encore une fois... c'était juste moi la nulle.)

Comme je n'ai pas détecté la jalousie, au lieu d'en faire moins, j'en ai tout simplement fait plus. Je n'ai pas saboté mes résultats scolaires, je me suis mise à bosser double pour faire mes devoirs et ceux des autres. Je laissais mes voisins de classe copier sur ma feuille pendant les contrôles. Je filais les brouillons de mes devoirs à la maison. Au lieu de m'attirer de la sympathie, ça a eu l'effet inverse, le harcèlement s'est intensifié. Le mieux est l'ennemi du bien.

Plus tard, je me suis présentée avec mon petit ami de l'époque à un concours interne. Il en était déjà à sa 2ème tentative, et moi à la première. J'ai été reçue et pas lui. La relation qui se passait bien jusque là s'est rapidement dégradée. Son 3ème échec l'année suivante a mis le coup de grâce, quand j'ai essayé de l'aider à préparer sa 4ème et dernière tentative et qu'il a claqué la porte en me disant "de toutes façons, tes notes ont été trafiquées pour respecter le quota de femmes admises". Au lieu d'y voir de l'amertume et de la jalousie, je me suis mise à y croire moi-même.

Ensuite professionnellement, on a commencé à me reprocher d'avoir trop de complicité avec l'équipe que je dirigeais. On m'a également reproché d'en faire trop. J'essayais d'aider mes collègues en difficulté en prenant sur moi une partie de leur charge de travail, attendant naïvement de me faire enfin accepter. ô surprise, point de gratitude  Rolling Eyes non non, des accusations d'ingérence, de prétention... des plaintes formulées dans mon dos à mes supérieurs  Rolling Eyes
J'ai fait un énorme travail pour rentrer dans des "normes" physiques parce que mon imagination a fait une association malsaine entre mon apparence physique et mes difficultés à me faire accepter. C'était totalement irrationnel, je m'en rends compte maintenant.

Et bien là encore, je n'y ai toujours pas vu de jalousie. Je ne comprenais pas en quoi les autres pouvaient être jaloux puisque moi je me sentais complètement incapable, désorganisée, inintéressante, moche. Qui pourrait bien être jaloux?

Avec certains "amis" en revanche, j'ai appris à freiner ma générosité. Là encore je n'ai pas cru à la jalousie, mais j'ai perçu un malaise par rapport à ma générosité. Erreur classique: m'empresser de balancer ma CB sur la table au moment de l'addition en disant "bon j'ai eu une prime alors j'invite". J'ai vite senti le malaise, je ne le fais plus. Ou alors seulement avec des amis très proches et je les préviens avant.

En famille, mon grand-père paternel avait développé un favoritisme flagrant pour moi au détriment de ses autres petits enfants (il était probablement HP aussi, c'est la première personne à qui j'ai pensé quand la psy m'a demandé si j'avais de la famille concernée). Je partageais les cadeaux avec mon frère et mes cousins, pour me retrouver encore snobée dans mon propre cercle familial. J'ai culpabilisée d'être la chouchoute alors que je pensais ne pas le mériter.

Encore aujourd'hui j'ai du mal à accepter la notion de jalousie envers moi. Je ne comprends pas ce qu'il y a à jalouser en fait. J'ai décidé de ne parler de mon potentiel qu'à des personnes très proches, et surtout pas dans mon milieu professionnel. Mais je me fais également plus confiance, et je commence à accepter que je suis pas nulle.
Je n'en veux pas aux autres, je ne remets pas mes difficultés sur leur dos. J'apprends à éviter les situations ou ils vont se sentir mal à l'aise. Par exemple, je ne vais plus les voir en leur disant "J'ai fini mon rapport, tu veux un coup de main pour le tien?" parce qu'ils comprennent "T'as pas encore fini? bon allez espèce de limace, je vais te montrer comment ça marche". Je fais mon travail, et ensuite je fais ce qui me plait. Ou j'attends que l'on me sollicite.


Dernière édition par MilyNJ le Ven 14 Aoû 2015 - 15:06, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Kadjagoogoo le Ven 14 Aoû 2015 - 14:57

Merci à l'auteur de ce topic pour son initiative et pour avoir su l'introduire de façon aussi personnelle et touchante - vraiment, ça m'ému de comprendre comme tu vivais cela, comment tu allais même jusqu'à te saboter (apprendre des chansons truculentes, populaires - pas forcément tes favorites) pour essayer de neutraliser les jalousies potentielles. C'est fort, courageux et triste à la fois.

mmashoro a écrit:Lyanah > Merci pour ce témoignage, je me sens moins seul Very Happy
Ça me rappelle un repas chez un copain quand j'avais 10 ans. Je parlais d'un truc et je me suis entendu dire par sa mère (qui avait du coup quelque chose comme 40 ans !!) : "Boris, la culture, c'est comme la confiture : moins on en a, plus on l'étale". J'ai trouvé ça d'une violence ! Ça m'a vraiment choqué. Et j'ai trouvé ça ô combien stupide aussi. Moi je reformulerais : "la culture, c'est comme la confiture : c'est plus convivial quand on la partage".

panda31 > Ouais, en plus, j'ai l'impression que quand tu tu réussis mieux certaines choses que d'autres, ils jubilent à la moindre petite occasion qu'ils ont de se moquer de toi, si jamais tu as le malheur de ne pas réussir quelque chose considéré comme "simple". Ça me fait penser à mon père qui n'étais pas du genre moqueur, mais que j'avais quand même entendu se moquer une fois d'Hélène Ségara parce qu'elle n'avait pas le permis.
Ton père pourrait se moquer de moi aussi ! Winner
L'exemple de ces deux parents maltraitants - virulents envers autrui pour punir la différence, qu'elle soit avantageuse (être cultivé) ou handicapante (ne pas conduire) - m'a immédiatement rappelé cette séquence hilarante de la cruauté ordinaire extraite de l'épatant Aaltra, un film de Benoît Delépine avec Benoît Delépine, dans lequel Benoît Poelvoorde fait une furtive mais non-moins géniale apparition en amateur de moto-cross rancunier, bête et méchant :



Personnellement, j'entretiens un rapport délicat avec l'envie (je vous recommande la lecture édifiante de cette essai : "Les envieux", de Francesco Alberoni , qui m'a pas mal aidé, jadis, en m'ouvrant aux arcanes de l'envie, en m'éclairant sur les tenants et aboutissants de la jalousie). Je crois que je m'évertue à tuer dans l'oeuf toute velléité, chez l'autre, de m'envier - car il y aurait matière a, parfois et dans certains de mes domaines d'efficience, gnark gnark ! Twisted Evil Et voilà comment je m'y prends : je présente toujours mes réussites et mes mérites en les contrebalançant d'emblée par leurs inconvénients et leurs limites. Et ça marche plutôt bien ! Impec !

Un truc qui calme bien les envieux, aussi, pour parler plus particulièrement de la douance, c'est de présenter cette particularité en lui ôtant tout glamour. Et j'ai un biais magique pour ce faire : parler du cas de ce gosse de 8 ans qui, l'an passé, a dit à sa mère - qui me l'a répété de vive voix alors qu'elle était venue rechercher de la documentation sur le HP dans la médiathèque au sein de laquelle je bosse : "Maman, y a une bête dans ma tête, tu sais ; faut la tuer, steuplait... Se tape la tête cont "
Juste avant ça, cette mère m'avait expliqué que cela faisait des mois que son fils, en classe, était cantonné au fond de la pièce, seul à son bureau retourné contre le mur du fond. Son instit l'avait cantonné là, de guerre lasse, pour qu'il ne perturbe plus le bon déroulement des cours. Elle trouvait qu'en se montrant trop prompt à participer en classe, il gênait ses petits camarades et parasitait l'organisation qu'elle avait en tête. A ses yeux scolaires, ce môme faisait "son intéressant"...
Je ne dis rien


Dernière édition par Kadjagoogoo le Ven 14 Aoû 2015 - 15:20, édité 1 fois

Kadjagoogoo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 579
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 39
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Invité le Ven 14 Aoû 2015 - 15:02

Kadjagoogoo a écrit:
Ton père pourrait se moquer de moi aussi ! Winner

HS:
tiens, c'est étrange. J'ai eu mon permis très tard, et j'ai développé jusqu'à mes 32 ans des trésors d'ingéniosité pour masquer cela (j'aime pas conduire, je suis écolo, ça sert à rien il y a des bus, je préfère marcher... ). L'éventualité de conduire m'était insupportable. J'ai du voir un comportementaliste pour enfin mettre les pieds dans une auto-école. J'ai l'impression d'avoir lu plusieurs fois des allusions à cette difficulté chez les zèbres/HP
S'il y a un topic là dessus ou des travaux, ça m'intéresse.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par un panda sinon rien le Ven 14 Aoû 2015 - 15:04

Kadjagoogoo a écrit:
"Maman, y a une bête dans ma tête, tu sais ; faut la tuer... Se tape la tête cont "
Juste avant ça, cette mère m'avait expliqué que cela faisait des mois que son fils, en classe, était cantonné au fond de la pièce, seul à son bureau retourné contre le mur du fond. Son instit l'avait cantonné là, de guerre lasse, pour qu'il ne perturbe plus le bon déroulement des cours. Elle trouvait qu'en se montrant trop prompt à participer en classe, il gênait ses petits camarades et parasitait l'organisation qu'elle avait en tête. A ses yeux scolaires, ce môme faisait "son intéressant"...

Edifiant les réactions du milieu scolaire. J'ai personnellement vécu ce genre de choses. En CP, j'avais donc 6 ans, ma prof ne supportait pas que comme je finissais trop tôt tous les devoirs données à faire, j'aidais mes camarades à accélérer et ensuite jouer avec eux. Au lieu de me donner un dérivatif ou devoir supplémentaire pour patienter, elle préférait m'appeler à son bureau et me tirer l'oreille jusqu'à ce que larme coule. A force de ce traitement quotidien, mon oreille saignait le soir. Peur d'en parler aux parents, je me suis confié à mon grand-père qui a sonné l'alarme.

Visite chez le docteur : "Mais l'oreille de votre fils est quasi-arrachée !!!" Ma mère a bien remis à sa place la prof !
Suite à son intervention, je passais mon temps à remplir des mots fléchés / croisés / codés pour patienter le temps que mes petits camarades finissent leurs exos...

Merci Madame la Professeure

un panda sinon rien
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 253
Date d'inscription : 20/04/2015
Age : 32
Localisation : Ô mon pais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Kadjagoogoo le Sam 15 Aoû 2015 - 15:55

david50 a écrit:Lorsque j'ai eu mon bac j'ai perdu 2 amies : "C'est pas juste".
C'est vrai que j'ai séché la moitié des cours et qu'elles l'ont raté en étant plutôt studieuses.
Intéressant : je connaissais le phénomène - ce ratio de "1 gain avantageux = 2 pertes amicales - dans sa version (avérée par des observations statistiques, apparemment) qui veut que lorsqu'on commence une nouvelle relation amoureuse, on perd systématiquement deux amis. Je m'expliquais jusqu'ici cet effet pervers de l'amour qui dépouillerait notre réseau amical par le fait, assez évident, qu'une relation sentimentale naissante nous obnubile, que nous nous consacrons essentiellement à elle lorsqu'elle est balbutiante, au détriment de notre réseau social qui peut en souffrir, et les amis les plus vexés/frustrés ou les moins consistants nous le faire payer en s'éloignant de nous. Ou bien encore, pourquoi pas, que le fait de rencontrer une nouvelle personne nous invite, plus ou moins directement, à reconsidérer nos fréquentations et à envisager d'y faire un tri, de renoncer à certaines personnes avec lesquelles nous nous découvrons, à ce moment-là, trop différents pour envisager d'alimenter encore le lien. Mais je peux désormais concevoir, à la lumière de ces témoignages mettant en exergue la jalousie dans ses plus redoutables anfractuosités, là où on ne l'attendrait pas, que notre nouvel amour peut générer, oui, ces terribles passions tristes : jalousie, envie, amertume, sentiment d'abandon, ressentiment, haine...
Cette semaine, un pote m'expliquait justement avoir débuté une nouvelle relation amoureuse et que il était bien obligé de constater que sa grand-mère (qui l'a élevé) et sa sœur (avec qui il entretient une relation privilégié) n'étaient pas franchement emballée par cette embellie dans sa vie sentimentale - qui est assez ingrate, en générale. Il a bien ressenti, chez ces deux femmes si proches, cette jalousie mêlée à la hantise de le voir s'éloigner au profit de cette nouvelle venue.

Un véritable ami n'est-il pas censé se réjouir de notre bonheur (sentimental, professionnel ou autre) ? Dans son essai sur Les envieux, Francesco Alberoni distingue ainsi l'amour et l'amitié : il explique que la jalousie peut s'immiscer (souvent) entre les amants, jusqu'à les détruire, même ; alors qu'elle n'a pas sa place entre les véritables amis, à qui elle est naturellement épargnée. Voilà à l'aune de quoi examiner et estimer l'essence de nos amitiés : si elle ne sont pas exemptes de jalousie et d'envie - de part et d'autre -, nous pouvons donc considérer qu'elles n'en étaient pas véritablement. Non désolé

Merci pour le partage édifiant de ton témoignage, douloureux, panda31. Je compatis sincèrement à ce que tu as enduré là, avec pour seul "crime" d'avoir trop affiché ta promptitude et ta disposition naturelles à comprendre, à assimiler, à aider ton prochain. "Y en a qui supportent pas..."

@Lyanah : Ton témoignage, comme tous ceux qui relèvent du principe d'une curiosité infantile injustement méprisée et menacée par la défiance des adultes, provoquent chez moi, systématiquement, une bouffée de colère noire contre ces censeurs et autres "criminels" qui sabotent là la merveille inhérente à l'enfance : la curiosité intellectuelle, sublime et si précieuse manifestation de l'intelligence, qui émerge là dans toute sa primitivité essentielle. Les salauds qui bafouent l'éclosion d'un tel phénomène vital me font voir rouge, oui.

Une cousine, d'une branche ignorée de la famille, que j'avais retrouvée et connue à 30 ans. La rencontre chez elle, un soir, assez sympa mais plan-plan, quoi. Pas de grand feeling entre-nous. Avec sa fille de 9 ans - ma petite-cousine-, par contre, ce fut nettement plus vivant et stimulant, la gamine manifestant un enthousiasme et une vivacité d'esprit qui faisaient défaut à sa mère, que j'ai bien senti agacée et jalouse lorsque sa fille commençait à phagocyter mon attention en m'exposant ses cahiers d'école, ses travaux et autres trésors personnels. "Arrête de faire ton intéressante, à la fin !" gronda sa mère pour chasser définitivement la môme (peut-être bien un zébrillon ; j'ignorais le concept à l'époque, et je ne m'intéressais pas franchement au "drame de l'enfant doué", aux particularité des enfants précoces, non, loin de ses considérations que j'étais alors), qu'on allât coucher, à regret pour moi, qui devait poursuivre la soirée en tête-à-tête avec ma cousine moins brillante et émouvante.

MilyNJ a écrit:J'ai vécu un peu les mêmes choses, et ce n'est que très récemment que j'ai compris que cela pouvait être de la jalousie. Je pensais tout simplement que j'étais brutalisée, rabaissée, parce que j'étais nulle, moche, faible, mal fagotée. J'ai même mis mes difficultés relationnelles sur le compte du racisme (alors que cela se passait très bien pour mon frère, mais je me disais que lui, il était plus grand, plus costaud, et que c'était un garçon, et qu'il était plus drôle, plus beau et encore une fois... c'était juste moi la nulle.)
[...] Je ne comprenais pas en quoi les autres pouvaient être jaloux puisque moi je me sentais complètement incapable, désorganisée, inintéressante, moche. Qui pourrait bien être jaloux ?
[...] Encore aujourd'hui j'ai du mal à accepter la notion de jalousie envers moi. Je ne comprends pas ce qu'il y a à jalouser en fait.

On n'envisage pas la jalousie ; pas d'abord, pas tout de suite, pas entre personnes censées s'aimer. Et pourtant, il faut bien se résoudre, en dernier recours, à contre-cœur, la mort dans l'âme, à qualifier ce faisceau de présomptions inquiétantes, défavorables, voire carrément hostiles.
Et, pire : il nous faut, oui, parfois composer avec cette ignominie pour comprendre que nous avons de la valeur, de quoi être jalousé, envié... C'est dégueulasse.

MilyNJ a écrit:Comme je n'ai pas détecté la jalousie, au lieu d'en faire moins, j'en ai tout simplement fait plus. Je n'ai pas saboté mes résultats scolaires, je me suis mise à bosser double pour faire mes devoirs et ceux des autres. Je laissais mes voisins de classe copier sur ma feuille pendant les contrôles. Je filais les brouillons de mes devoirs à la maison. Au lieu de m'attirer de la sympathie, ça a eu l'effet inverse, le harcèlement s'est intensifié. Le mieux est l'ennemi du bien.

Plus tard, je me suis présentée avec mon petit ami de l'époque à un concours interne. Il en était déjà à sa 2ème tentative, et moi à la première. J'ai été reçue et pas lui. La relation qui se passait bien jusque là s'est rapidement dégradée. Son 3ème échec l'année suivante a mis le coup de grâce, quand j'ai essayé de l'aider à préparer sa 4ème et dernière tentative et qu'il a claqué la porte en me disant "de toutes façons, tes notes ont été trafiquées pour respecter le quota de femmes admises". Au lieu d'y voir de l'amertume et de la jalousie, je me suis mise à y croire moi-même.

Ensuite professionnellement, on a commencé à me reprocher d'avoir trop de complicité avec l'équipe que je dirigeais. On m'a également reproché d'en faire trop. J'essayais d'aider mes collègues en difficulté en prenant sur moi une partie de leur charge de travail, attendant naïvement de me faire enfin accepter. ô surprise, point de gratitude  Rolling Eyes non non, des accusations d'ingérence, de prétention... des plaintes formulées dans mon dos à mes supérieurs Rolling Eyes

Avec certains "amis" en revanche, j'ai appris à freiner ma générosité. Là encore je n'ai pas cru à la jalousie, mais j'ai perçu un malaise par rapport à ma générosité. Erreur classique: m'empresser de balancer ma CB sur la table au moment de l'addition en disant "bon j'ai eu une prime alors j'invite". J'ai vite senti le malaise, je ne le fais plus. Ou alors seulement avec des amis très proches et je les préviens avant.

En famille, mon grand-père paternel avait développé un favoritisme flagrant pour moi au détriment de ses autres petits enfants (il était probablement HP aussi, c'est la première personne à qui j'ai pensé quand la psy m'a demandé si j'avais de la famille concernée). Je partageais les cadeaux avec mon frère et mes cousins, pour me retrouver encore snobée dans mon propre cercle familial. J'ai culpabilisée d'être la chouchoute alors que je pensais ne pas le mériter.
Tout ce que j'ai mis là en exergue (gras) peut être éclairé par l'adage populaire : "Qui oblige fait des ingrats.", qu'il faut donc comprendre ainsi : l'obligeance (la disposition à rendre service) peut s'avérer contre-productive, hélas, pour peu que votre proposition d'aide ne rencontre pas un besoin réel chez l'autre. Et cette aide sera a fortiori mal accueillie et mal rendue (ingratitude) si son destinataire nourrit à votre endroit jalousie ou envie.
Elle est intéressante, ainsi observée, cette formulation : obligeance ; qui oblige ; obliger l'autre. Le forcer à se laisser aider ? Idea Voilà un prisme qui nous permet de comprendre comment et pourquoi notre bonne volonté et notre absence de calcul dans nos élans vers autrui sont parfois fraîchement accueillis, pour ne pas dire qu'ils nous sont violemment renvoyés, notre bienveillance et notre naïveté se fracassant alors brutalement sur la réalité du malaise que nous créons, accentuons ou parachevons là, malgré nous.

une évidence qui couvait:

MilyNJ a écrit:
HS:
tiens, c'est étrange. J'ai eu mon permis très tard, et j'ai développé jusqu'à mes 32 ans des trésors d'ingéniosité pour masquer cela (j'aime pas conduire, je suis écolo, ça sert à rien il y a des bus, je préfère marcher... ). L'éventualité de conduire m'était insupportable. J'ai du voir un comportementaliste pour enfin mettre les pieds dans une auto-école. J'ai l'impression d'avoir lu plusieurs fois des allusions à cette difficulté chez les zèbres/HP
S'il y a un topic là dessus ou des travaux, ça m'intéresse.
Ton commentaire sur le permis de conduire - ou plutôt son absence, ou son obtention laborieuse, atermoyée et/ou avec défiance - m'a beaucoup parlé. Si je passe en revue mon entourage et fouille ma mémoire, cela devient évident : les personnes à qui j'accorde volontiers le plus de qualité "zébriques" - hypersensibilité, efficience intellectuelle - ne conduisent pas, ou bien s'ils le font, c'est à contre-cœur et par obligation (déménagements, urgences et autres cas de force majeur), soit parce qu'ils n'ont jamais pris la peine d'obtenir le fameux sésame, soit parce qu'un "accident", grain de sable dans la belle mécanique de l'ordre naturel des choses, est venu gripper la machine, soit parce qu'il n'en ressentent pas le besoin fondamentale, leur vie et activités s'étant développées en marge des routes. Et en l'occurrence, la symbolique est grande, belle et flagrante, oui : le zèbre trace sa route en marge des autoroutes, bien évidement. Merci à toi, sincèrement, de m'avoir invité à réaliser cette évidence, si éclairante ! Idée

Kadjagoogoo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 579
Date d'inscription : 15/11/2014
Age : 39
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Jk7 le Dim 10 Jan 2016 - 3:27

Chez moi, plus qu'une peur je dirais que ça a été une hantise.
Crainte de faire trop bien, trop vite, et m'attirer la jalousie de tous les gens qui m'entourent.
Toute mon enfance/adolescence, j'ai grandi dans la hardente jalousie de mon grand frère de 4 ans mon aîné, que j'ai fini par devancer dans quasiment tous les domaines malgré ma plus grande jeunesse. Dans le cadre privé, ça passait encore... Mais une fois en publique (représentations, réunions familiales, etc) traumatisants venaient à être les moments où mes parents m'appelaient pour dire devant tout le monde à quel point je fais bien ci, à quel point j'avais réussi ça, et que c'était incroyable car mieux que la plupart des gens de mon âge. Et mon frère qui restait là, comme laissé pour compte.
Avec le recul, je me rends compte à quel point ça devait être insupportable pour lui à force, et j'en ai payé le prix fort (psychologiquement) en privé.

A l'école, pareil. Souvent doué dans certaines activités dites un peu "cool", dans ceci et cela sans réellement pouvoir l'expliquer... résultat = jalousie et (souvent) envie de nuire venant des autres.

Constat:
La hantise d'être jalouse a dicté un nombre incalculable de choix dans ma vie (et en dicte probablement encore beaucoup actuellement) et je ne trouve pas ça correct car l'auto-sabotage que je m'inflige parfois ne vise qu'à épargner le petit égo fragile de personnes juste trop engourdies dans leur jalousie pour se retrousser les manches et travailler dur.

Jk7
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 154
Date d'inscription : 20/04/2014
Age : 29
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Pale_Rider le Dim 10 Jan 2016 - 4:43

.


Dernière édition par Pale_Rider le Dim 10 Jan 2016 - 7:57, édité 2 fois

Pale_Rider
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1669
Date d'inscription : 28/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Daorys le Dim 10 Jan 2016 - 6:14

mmashoro a écrit:
Voilà, de façon générale j'ai tendance à détester la compétition, et je crois que c'est en partie parce qu'au final, même si je gagne, je perds. Sous-entendu : si je gagne la compét, je perds des amis.

Donc ce ne sont pas des amis. Mes amis meilleurs que moi dans un ou plusieurs domaines, je les admire. Je ne les jalouse pas.

Daorys
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 459
Date d'inscription : 16/08/2015
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Aube le Dim 10 Jan 2016 - 15:51

Et dire que je trouvais plaisante l'idée de susciter la jalousie...

Bon, en pratique, c'est forcément agaçant, et je devine souvent à quel point je suis insupportable pour mon entourage. La preuve : même quand je ne dis rien, ma soeur affirme que je parle trop. J'aimerais bien évoquer le point de vue de mes amis, mais un jour sur deux, je ne suis pas certain d'en avoir ! Il faudra leur demander.

Aube
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 490
Date d'inscription : 19/08/2015
Age : 38
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Cyril THQI le Dim 10 Jan 2016 - 16:45

Kadjagoogoo a écrit: david50 a écrit:
Lorsque j'ai eu mon bac j'ai perdu 2 amies : "C'est pas juste".
C'est vrai que j'ai séché la moitié des cours et qu'elles l'ont raté en étant plutôt studieuses.

Intéressant : je connaissais le phénomène - ce ratio de "1 gain avantageux = 2 pertes amicales - dans sa version (avérée par des observations statistiques, apparemment) qui veut que lorsqu'on commence une nouvelle relation amoureuse, on perd systématiquement deux amis. Je m'expliquais jusqu'ici cet effet pervers de l'amour qui dépouillerait notre réseau amical par le fait, assez évident, qu'une relation sentimentale naissante nous obnubile, que nous nous consacrons essentiellement à elle lorsqu'elle est balbutiante, au détriment de notre réseau social qui peut en souffrir, et les amis les plus vexés/frustrés ou les moins consistants nous le faire payer en s'éloignant de nous. Ou bien encore, pourquoi pas, que le fait de rencontrer une nouvelle personne nous invite, plus ou moins directement, à reconsidérer nos fréquentations et à envisager d'y faire un tri, de renoncer à certaines personnes avec lesquelles nous nous découvrons, à ce moment-là, trop différents pour envisager d'alimenter encore le lien. Mais je peux désormais concevoir, à la lumière de ces témoignages mettant en exergue la jalousie dans ses plus redoutables anfractuosités, là où on ne l'attendrait pas, que notre nouvel amour peut générer, oui, ces terribles passions tristes : jalousie, envie, amertume, sentiment d'abandon, ressentiment, haine...
Cette semaine, un pote m'expliquait justement avoir débuté une nouvelle relation amoureuse et que il était bien obligé de constater que sa grand-mère (qui l'a élevé) et sa sœur (avec qui il entretient une relation privilégié) n'étaient pas franchement emballée par cette embellie dans sa vie sentimentale - qui est assez ingrate, en générale. Il a bien ressenti, chez ces deux femmes si proches, cette jalousie mêlée à la hantise de le voir s'éloigner au profit de cette nouvelle venue.

Lorsque Cosette se maria à Marius, elle perdit Jean Valjean.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Pieyre le Dim 10 Jan 2016 - 16:57

Comme l'a indiqué Kadjagoogoo, je parlerais davantage d'envie que de jalousie, même si les deux notions sont liées. Les gens sont envieux des autres parce qu'ils jaloux de ce qu'ils sont.

Ce que je crois c'est que, lorsqu'on montre des capacités supérieures, soit il faut les imposer aux autres, soit il faut s'en excuser. Ainsi on peut être reconnu. Sinon gare à soi !

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15295
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Hanta le Dim 10 Jan 2016 - 18:44

Toujours compris la jalousie comme la peur de perdre ce qu'on a au profit d'un autre et l'envie comme la volonté de posséder ce qu'a l'autre.

Hanta
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7018
Date d'inscription : 30/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Pieyre le Dim 10 Jan 2016 - 18:51

Oui, moi aussi. Mais, si le terme d'envie est assez clair, celui de jalousie est plus polysémique, qui déborde sur le premier.
Sur le fond, je crois qu'il y a une symétrie, et que c'est elle qui importe quand on tente de se faire une idée générale relativement aux comportements (primaires) qu'on a les uns envers les autres.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15295
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Fata Morgana le Dim 10 Jan 2016 - 20:14

La jalousie peut naître de la crainte de perdre son amour propre narcissique.
Je souffre surtout beaucoup de ce que bien trop peu de gens sont jaloux de moi... What a Face

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Cyane le Dim 10 Jan 2016 - 21:37

J'ai coché que je n'avais pas peur d'être jalousée, en revanche je crains beaucoup d'être vue comme prétentieuse.
Je ne faisais pas le rapprochement.

D'une manière générale, j'ai plutôt eu des commentaires positifs concernant mes facilités, du genre " "Elle a beaucoup de facilités", ou encore "Oh mais tu sais tout faire toi" (sur un ton sympathique et admiratif).
Eventuellement je passe pour une originale (pour moi c'est positif) lorsque je présente la diversité de mes centres d'intérêt et de mes activités (j'essaye de tourner ça en dérision). Mais en fait c'est rare. En règle générale je suis plutôt discrète et il est possible que je fasse intuitivement le tri des personnes à qui je peux montrer toutes les (ou un bon nombre des) facettes de ma personnalité. En fait, c'est même certain. J'ai toujours eu conscience que parler trop ouvertement de ses talents et succès pouvaient être perçu comme un manque de modestie.

J'ai donc fait profil bas, de moi-même...
Mais du coup je me rends compte que je souffre du phénomène inverse, un manque d'ambition et une dévalorisation à mes propres yeux...

C'est très intéressant, je ne savais pas où allait m'amener mon message en le débutant... une nouvelle piste de réflexion et peut-être de solution pour davantage de confiance en moi...

Cyane
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 04/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peur d'être jalousé

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum