Lettres restantes

Aller en bas

Lettres restantes  Empty Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Dim 2 Déc 2012 - 13:57

Lettres restantes
par Philin (varna) Aujourd'hui à 16:46

Ce topic vous invite à poster ici à la suite les lettres que vous avez écrites ou peut-être auriez (eu) envie d'écrire sans jamais penser voire oser les envoyer à leurs destinataires. Qu'elles viennent donc se perdre ici, pour notre plaisir de les lire quand même et, le cas échéant, d'en discuter.
Que ce soit une lettre pour un amour secret ou quelque missive destinée à vous soulager ; qu'elle soit authentique ou purement fictive, poétique ou pas, les conditions sont assez simples : 1) le message de votre lettre doit être vraisemblable ; 2) son destinataire masqué ; 3) Vous signez comme bien vous semble : Pierre, Paul ou Jacqueline (c'est un exemple!) ou vous-même ...
Enfin, par mesure de discrétion : si vous souhaitez publier une lettre de manière totalement anonyme, envoyez-la moi "pour publication" par MP, je la posterai pour vous
Nota : si ce topic marche, j'ouvre un salon sur le même thème :-)
Merci.

Première contribution mienne ... :

"Cher Antonin,
Dans le vestiaire de la piscine, tout à l'heure, un homme s'est enlevé le maillot devant moi au lieu d'aller pour ça dans une cabine. Quelle qu'est pu être son intention si intention il y eut, l'idée m'est venue que c'était là quelque chose de tout à fait caractéristique de notre époque. Chacun sait que la vente est l'évangile de notre société actuelle. Non seulement elle tend à faire de chacun de nous un être public et commercial, mais elle favorise toute pénétration des esprits si c'est pour la bonne cause : vendre. Non seulement le viol des sens – pour appeler un chat un chat – est aujourd'hui constant et partout, mais si rebiffade il devait y avoir chez tel ou tel individu, c'est à lui qu'il incomberait de détourner son regard, de ne pas voir, de ne pas entendre, etc. Pour autant, pareil comportement passe aisément (on s'en serait douté) pour "parano", celui d'un gars ou d'une fille pas cool ... Il faut dire que le souci de chacun étant de ne pas se démarquer (un comble : tout accepter pour ne pas se faire remarquer !), chacun laisse aller la situation comme elle va. Vogue la violence ... Et ainsi va notre vie de tous les jours. Bienvenue dans la grande partouze, et que surtout chacun prenne bien soin de soi ! Ah ah ah ! :-)
Pablo »


Dernière édition par Philin (varna) le Dim 2 Déc 2012 - 17:04, édité 1 fois
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Fata Morgana le Dim 2 Déc 2012 - 14:55

Un salon ça serait une fière idée...
Se dé-marquer... Tu l'as fait exprès ? Very Happy
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 63
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Dim 2 Déc 2012 - 15:07

Fata Morgana a écrit:Un salon ça serait une fière idée...
Se dé-marquer... Tu l'as fait exprès ? Very Happy

Va pour le salon. C'est comment qu'on fait ? :-)
Se dé-marquer ... euh, fait exprès de quoi faire ?
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Fata Morgana le Dim 2 Déc 2012 - 15:31

Pour le salon demande à Luc par Mp.

La pub, les marques/se dé-marquer... Very Happy
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 63
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Invité le Dim 2 Déc 2012 - 16:19

J'ai bien aimé ton txt Philin.
Je t'envoie une vidéo par mp qui l'expose en puissance dix.
Un salon ou l'on publie des fragments, j'en suis que partant.

Fata, j'aurai une idée à te proposer sur un texte à deux mains.
Mais énormément de choses à faire...
Faut que je m'y mette, ça serait un texte sur Jésus.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Dim 2 Déc 2012 - 16:46

Et de deux ...


« G.,
Je comprends maintenant à peine le sens de ce proverbe soufi dont tu t'es fait une maxime en matière d'échange : « Si la parole que je vais dire n'est pas plus belle que le silence, alors je préfère ne pas la dire ». Je m'aperçois, sans m'en glorifier pour autant, que je l'applique moi-même dans certaines circonstances depuis un certain temps. Jusqu'ici pourtant j'achopais sur le mot ''belle'', croyant y voir une certaine préciosité dans l'intention : après tout, en effet, pourquoi vouloir nécessairement dire quelque chose de beau ! Pourquoi ne pas dire tout simplement ce qui est juste, ce qu'il faut !
Ainsi je comprends maintenant que c'est le silence qui est beau dans la rupture, qu'il est beau de le préférer à toute parole qui ne viserait qu'à se justifier quand il est trop tard, ou à incriminer l'autre pour rien, pour avoir le dernier mot. Quoi qu'il en coûte, le plus important - est de ne pas blesser l'autre.
Pierre »
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Fata Morgana le Dim 2 Déc 2012 - 17:17

"Cher Jacques,

Tout est là dans le fait que je sais avoir raison, mais que cela ne me sers qu'à peu de choses si j'ai raison tout seul. Et que là sans doute est née la communication. Peu importe dans bien des cas le contenu, tout tient dans le dire.
...Oui, mais à la fois si tout tend au dire, dire pour dire c'est ne rien dire...
Alors il y faut accepter cette complexité et en définitive accepter que rien n'est ceci ou cela, mais que tout est ceci ET cela ET cela encore.
Et je parierais que ce qui nous fait hésiter, c'est la paresse.
Tu es d'accord ?"

Pierre.
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 63
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Dim 2 Déc 2012 - 17:46

Fata Morgana a écrit:"Cher Jacques,

Tout est là dans le fait que je sais avoir raison, mais que cela ne me sers qu'à peu de choses si j'ai raison tout seul. Et que là sans doute est née la communication. Peu importe dans bien des cas le contenu, tout tient dans le dire.
...Oui, mais à la fois si tout tend au dire, dire pour dire c'est ne rien dire...
Alors il y faut accepter cette complexité et en définitive accepter que rien n'est ceci ou cela, mais que tout est ceci ET cela ET cela encore.
Et je parierais que ce qui nous fait hésiter, c'est la paresse.
Tu es d'accord ?"

Pierre.


Pierre,
Juste ceci, sans pousser plus loin mes remarques : chacun de nous se donne généralement raison d'être comme il est, de penser comme il pense, d'agir comme il agit, de voir les choses comme il les voit etc. En celà il est seul à avoir raison (de son individualité) et manifestement, cette façon-là d'être seul à avoir raison, lui est grandement utile - vital, même ! Tu ne crois pas ?
Pour ma part, partout où je suis pareillement seul à avoir raison, je n'éprouve pas nécessairement le besoin d'en faire entendre aux autres les raisons. Celà reviendrait à leur faire admettre ce qui, pour eux, normalement est acquis : mon identité.
Jacques (mais tu peux m'appeler Guy, si tu veux :-) )


Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Fata Morgana le Dim 2 Déc 2012 - 17:52

Penser seul, savoir seul, voir seul, etc, ça va bien cinq minutes. Sur un plan pratique personne sinon certains anachorètes, ne vit ainsi. D'autre part ces anachorètes se considèrent de toute façon reliés au genre humain de manière mystique.
On ne peut par exemple garder pour soi une idée adressée aux autres sans la perdre pour soi-même.
Et c'est bien là peut-être une influence de la pensée marchande que de croire que ce que l'on transmettrait NE SERAIT QUE son identité propre.
Là encore, si je regarde ce qui m'a permis de me construire tout seul comparé à l'apport d'autrui, à travers par exemple les livres, il ne reste pas grand-chose. En tout cas pas assez pour en faire un moi. Justement c'est dans l'entre-don - qui n'est pas obligé d'aller jusqu'à la bagarre on est d'accord - que se contruisent LES interlocuteurs. Donner et recevoir marchent en couple marié.
Un fleuve sans affluents se dessècherait rapidement.
Il y a longtemps tu m'as fais une remarque sur mes fautes d'accent. Trouves-tu que depuis j'ai fais des progrès ? Wink
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 63
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Dim 2 Déc 2012 - 18:27

Fata Morgana a écrit:
Et c'est bien là peut-être une influence de la pensée marchande que de croire que ce que l'on transmettrait N'EST QUE son identité propre.

'tin, tu vas fort ! Pourtant ce qui découle de ce que je disais ci-dessus, c'est que ce que je pense n'a pas grande importance à mes yeux si ça n'est que mon identité, fut-elle convertie en communication (...). Bien sûr, je suis redevable à mon tour des influences reçues ou imposées, et j'ai bien, moi aussi, quelque chose à donner : non en tant que (je suis) moi, mais en tant que nous avons quelque chose en commun (à dire, créer, réaliser peut-être) pourvu que chacun veuille bien réveiller "cette chose" en lui-même ... C'est dans cet entre-dire que je parle. J'essaie de donner "un exemple". Mais je ne vais pas développer ici, s'pas !:-)

Il y a longtemps tu m'as fais une remarque sur mes fautes d'accent. Trouves-tu que depuis j'ai fais des progrès ? Wink
-- Oh oui ! Et pas que sur les accents ! J'ai bien fait, jadis, de croire en toi et de te laisser si souvent tempéter sans mot dire ... ;-)
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Lun 3 Déc 2012 - 7:55

'' Chère ...
Ta névrose de l'importance a eu son grand-oeuvre. Ça n'est pas donné à tout le monde. Je veux dire : ç'aurait pu être une chance pour toi de t'apercevoir alors de ton pathos et de t'en effrayer utilement, de juger avec lucidité (ce qui fait défaut, précisément en pareil cas) des actes que tu fus poussée à commettre par un besoin anormal de briller – et de reconnaissance. Jusque-là dans ta vie, il avait pu apparaître autour de toi comme simplement ridicule, infantile, ce besoin-là ; et il n'avait alors fait de dégâts que relativement minces autour de toi.

Mais là tu avais franchi un seuil : manipulation, dissimulation, faux en écritures ... ta jalousie, ta façon d'écarter toute rivalité (perçue comme telle) et de te mettre sans cesse en avant, ta constante duplicité, toujours attentive à montrer de tes actes les seuls qui se voient : tout celà t'a aveuglée sur l'instant, mais aurait dû te sauter tôt ou tard à la figure, fut-ce des semaines ou des mois plus tard. Mais non, il faut croire que tu es bien ''protégée''. M'est avis que tu l'es par la réputation que tu entretiens sans cesse autour de toi : générosité, surtout. C'est dur d'être une bonne personne, il faut constamment faire des efforts à part soi.
Philippe''
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Fata Morgana le Lun 3 Déc 2012 - 9:45

" Marcel,

Vois-tu, j'ai un petit reproche à te faire quant à la nature de notre relation. Je te trouve froid, distant, technique, dans ce domaine un peu comme si l'empathie te semblait une faiblesse, comme si tu craignais qu'elle te rende vulnérable. Et c'est bien à cause de cela qu'on ne peut non pas seulement pas tout dire, mais pis, à cause de cela nous ne pouvons rien nous dire. En effet, nous pouvons échanger des politesses, rodomontades, des séductions à la rigueur, mais puisque l'essentiel de ce que nous aurions à nous dire se trouve censuré par la distance que tu prends, au fond cet échange n'est plus que formel et n'a aucun contenu. Que je sache nous ne passons pas un concours !

Peut-être est-ce de ce type de communication dont la locution parle lorsqu'elle dit "avoir COMMERCE" avec quelqu'un...
(L'éloquence de la langue elle-même touche au prodige n'est-ce pas...) Qui dit commerce dit réciprocité dans la perte, mais ne pourrions-nous pas envisager un PARTAGE qui serait une réciprocité dans le gain ? Quand bien même cela nous contraindrait-il à renoncer aux rôles que nous nous donnons et que la vie sociale nous impose ?

Et si justement on ne pouvait vraiment SE parler (au sens de SE DIRE) qu'à la condition d'un don de soi et de gratuité, alors, hélas, il nous faudrait un autre monde où vivre. Voilà pourquoi je t'attends en quelque sorte de l'autre coté de ce monde, ou plutôt de l'autre coté de toi. "

Bien à toi,

Ferdinand De La Pissotière. "
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 63
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Lun 3 Déc 2012 - 11:18

Je trouve que les règles de ce topic présentent de nombreux avantages. L'une de ces règles par exemple nous oblige à écrire à une certaine distance de notre interlocuteur, une distance qui s'avère aussitôt à nous-même tout à fait saine, car on ne peut manquer de s'apercevoir alors qu'elle instaure de fait et bien malgré soi une sorte de "courtoisie automatique" dans l'expression. Et la courtoisie n'est-elle pas la garantie d'un échange ?
Le reproche que je peux lui faire cependant, c'est qu'il est avant tout un lieu d'expression, et moins, précisément, d'échanges (si l'on veut bien sentir la nuance). Mais qu'à celà ne tienne, quelques échanges ici ou là ne feront que renforcer l'idée qu'un cadre préalable est toujours souhaitable à toute discussion. A moins d'avoir pris goût à la foire ..
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Fata Morgana le Lun 3 Déc 2012 - 12:09

Moi aussi je trouve ce moyen vraiment positif. On peut tout dépassionner et mettre à distance. Par exemple, je m'adressais précédemment à bien des gens, ou plutôt à un type de personnes, sans avoir à agresser quiconque. Avec le temps ce fil devrait avoir du succès.
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 63
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Lun 3 Déc 2012 - 12:39

Bon, pour mon côté distant, c'est donc réglé ? (mdr)
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par le navet le Jeu 6 Déc 2012 - 11:55

(Je poste toutes mes lettres en cours en même temps, de peur de ne jamais le faire, merci pour ce fil)

*

"Cher homme qui marchait vite sous la pluie,
Quand tu as dis tout fort, la pluie, c’est pour nettoyer les mémoires, j’aurais bien aimé te suivre, et en savoir un peu plus, sur le grand ménage.
Sur la chaise d’à côté, je te le signale à toutes fins utiles, un homme avait abandonné une rose.
L'oublieuse."

*

"Cher ami,
Depuis que tu m’as raconté ton rêve, je me demande si tu verrais un inconvénient à une utilisation ultérieure et indue.
Une trace dans une forme.
Y aurait-il viol intime ? Existerait un droit d’usage du rêve, comme un droit à l’image, nécessitant autorisation écrite et consentement éclairé ?
Je me penche sur la question et te recontacte sous peu.
La pilleuse.

*

"Chère Martine,
Où vas-tu, quand la nuit tombe ?
S."

*

"Cher L.
Je crois que je viens de comprendre, pourquoi tu es si en colère.
Maman."

*

"Cher vieil homme,
As-tu regretté un peu, d’avoir rendu ta seconde femme aveugle, à coups de canne, parce qu’elle tenait mal la maison ?
A l’époque, on me disait que j’avais mieux à faire que de venir te voir, là où tu étais. Qu’il y avait nombre d’enfants malades, de personnes malheureuses à écouter, à aider, dans la maigre mesure d’une oreille disponible.
Je te le demande mais ça n’appelle pas de réponses, et peut-être es-tu mort, aujourd’hui. Sache que tu m’as aidée, d’une façon impossible.
Merci à toi, vieil homme.
La visiteuse."

*

"Cher breuvage,
Tu me manques, parfois. Je me balade trouée et l’air s’engouffre. C’est magnifique ! C’est vivant !
S."

*

"Cher !,
Je t’ai toujours détesté, ainsi que , mais pour d’autres raisons que je n’évoquerais pas ici.
Tu me semblais si péremptoire, si arrogant. Un couperet excluant la nuance, et ce minimaliste point par en dessous, comme pour en rajouter une couche ? Tu agressais sans égards mon admirable noirceur, mon pire est toujours certain.
Je ne saisissais pas à quel point ce que je considérais comme une provocation, dans un subtil retournement dont j’étais passée maître, attaquait en réalité mes propres certitudes. Ton nez rouge m’indisposait comme un jour ensoleillé souligne la maigreur du désir. Plus tu bondissais, plus je m’étiolais.

Je gisais là, et tu me plantais des couteaux ponctués dans le cœur.

J’apprends à te considérer mieux, aujourd’hui. J’apprends tes exhortations utiles, ton parfum stimulant.
Je t’aime bien, finalement, !.
A plus,
?."
le navet
le navet

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Jeu 6 Déc 2012 - 14:43

Pourquoi pareille peur quand notre plaisir à nous est si grand, L. N. ? :-)
D'autant que les lettres postées ne sont pas forcément les nôtres ! Tiens, vois celle-ci par exemple :

" Chère Toi,
Je t'écris ici, dans cet autre espace sembable à celui où nous écrivons de temps à autre, pour éviter là-bas que tu ne te reconnaisses. On sait jamais. Voici : se peut-il de tomber un peu amoureux d'une personne ? Je suppose que l'on me dirait non si je demandais à quiconque. Au fond peu importe. Il me suffit de m'étonner avec affection de cet ensemble que tu formes, d'un côté des mains et une voix de la campagne, de l'autre une allure, une discrétion, des gestes, une retenue bien nobles. C'est vrai que tu es mariée, mais quand même, il y a des signes qui ne trompent pas. Dis, on se refait In the mood for love, tous les deux, qu'est-ce que tu en dis ? :-)
P.
"
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Broutille le Jeu 6 Déc 2012 - 16:16

Vieille femme,
Tu t'es tant abandonnée dans ta dernière lettre, empreinte de tristesse. Seuls mon frère et mon compagnon l'ont également perçue. Sans te connaître plus que moi.
Tu mourras seule, comme chacun de nous. Pour le moment, je t'embrasse. Tu es la première et unique à me dire que je pense trop, que je ne suis pas une imbécile, et que pourtant les imbécile sont heureux. J'en ris encore. Je suis bien plus heureuse qu'auparavant. Pourtant tes mots me touchent. Et tu est charmée quand je t'affirme que les chiffres 8 et 6 sont liés par un accord tacites. Qu'ils sont magnifiques, soufflés tous deux par l’autre comme du verre. Embellis par les couleurs. Bien plus grandioses que ce 5 précédent. Tu vas vers le magistral, vers ton 90, le sage assoupi.
Je crois que, par un détour étrange, toi qui n'aime pourtant pas la musique classique parce que trop mélancolique, tu me comprends.
Moi je vogue encore et te revois bientôt.
Ta petite fille.
Broutille
Broutille

Messages : 138
Date d'inscription : 14/11/2012
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Invité le Dim 9 Déc 2012 - 1:40

*


Dernière édition par vigne le Jeu 18 Avr 2013 - 11:18, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Philin (varna) le Mar 11 Déc 2012 - 18:14

Magnifique.
Philin (varna)
Philin (varna)

Messages : 783
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 62
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par SoCrea le Sam 22 Déc 2012 - 12:49

Mon tendre Amour,
Tu m'as fait rencontrer la solitude, nouvelle compagne de ma vie. Depuis le jour où tu es parti, l'air que je respire n'a plus la même saveur, les choses que je regarde n'ont plus la même beauté, toutes les odeurs que je respire m'écœurent... Est-ce cela le mal d'aimer? Est-ce cela que l'on nomme "mourir d'amour"? Oui je me sens mourir... Doucement, je glisse vers les abysses, m'enfonce vers un bas-fond de désespoir... La vie, sans toi, je n'y avais jamais pensé! Je ne l'avais seulement jamais imaginée... C'était l'amour absolu, le vrai, l'Unique, l'eternel, l'entier. Tu as tout pris, en partant. Mon cœur, tout l'amour qui vivait dedans et qui n'appartenait qu'à toi, mon âme et tous ses secrets; mes jardins de pensées, fleuris par ton amour... Oh, Amour, pourquoi?? Pourquoi cette douleur qui a succédé au bonheur de vivre à tes côtés?... Aucune réponse ne vient me combler, m'apaiser. Tant de nuits à pleurer du manque de toi, tant de jours à souffrir en me rappelant chaque seconde dans tes bras... Nos souvenirs... Nos projets... Nos enfants... NOTRE vie, tout simplement. Tu m'as volé ma vie, mes joies, mes attentes, mes désirs. Tu n'as rien demandé, tu as décidé pour deux, sans partager cette fois-ci. Quelle trahison! Pourquoi l'amour aurait quitté ton cœur et pas le mien????? Mais pourquoi ce cœur brisé aime t'il encore si fort?.... Quand tu es parti, il fallait aussi prendre l'amour qui restait... Mais tu l'as oublié, tu me l'as laissé... Et maintenant??? Je fais quoi avec cette tête pleine de nostalgie, ce cœur qui déborde de souffrance, qui saigne, qui crie en silence.....? Je fais quoi là maintenant que tu as pris un autre chemin que celui qu'on avait choisi à deux?.... Je reste sur le bord de la route, je lève le pouce et je joue à l'amour-stoppeur???
Pardon de t'aimer ainsi, sans limite, pardon à toi, et à moi!! A cette vie si belle qui n'attend que ma joie d'aimer les gens, les choses et ce qui m'entoure... Mais mon petit cœur est si blessé de cet abandon que la sensation de ne plus pouvoir aimer (tout court) ne me quitte plus... Le dégoût et l'amertume restent les souverains de mon royaume, aujourd'hui...
Quitte-moi pour de bon, je t'en supplie... Pas seulement physiquement, mais amoureusement aussi.... Sors de ce cœur qui ne veut plus souffrir...
L'éternité... C'est si long....
SoCrea
SoCrea

Messages : 37
Date d'inscription : 14/12/2012
Age : 44
Localisation : sur ce forum...ou ailleurs!

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par le navet le Jeu 27 Déc 2012 - 18:14

"Chère sentinelle,

Tu es si maigre, depuis le temps que tu es plantée là. Tes chairs froides bleuissent, et, sous la cotte de maille rouillée, tu fatigues, mais sans t’assoupir, non. Jamais tu ne t’endors. Tu as la vigilance loyale et légèrement surdimensionnée, compte tenu du paysage des choses.

La moindre ombre, au loin, quelques poussières dérangées, un frémissement de buisson, une odeur suspecte, et tu devines, tu sais, qu’il suffit d’un battement de paupière, pour :
ENCERCLEMENT — INTRUSION — DEVASTATION.
Plantée là, tu restes, peu importe. Tu es salement éclairée, la lune bave. Sous le soleil tu tamponnes, notes, vérifies les registres, demandes et redemandes les cartes, les matricules, les références, les raisons. Tu es confondante de zèle et d’angoisse bureaucratiques.

Quand ça tourne bien, quand tu obtiens quelques discrètes félicitations, tu te rengorges (c’est infime, et tu serais mortifiée qu’on s’en rende compte, tu aimes à parler de travail-bien-fait-pour-l’amour- du- travail-bien-fait/tac tac tac tac tac, tu marmonnes en rafales).

Le château est si faible, si maigrelet, sur son promontoire pelé. Tu es garante des riens qui l’emporteront. Tes yeux/oreilles braquent et scrutent, et quand, surprise, il est trop tard, tu te forces pour te punir à ne plus bouger pendant de longues heures. Pas même d’une jambe sur l’autre, pas même des doigts qui se plient et se délient, un peu.

Il est temps de t’allonger et d’agonir, chère sentinelle. Tu as cru bien faire, mais il faut se garder, de vouloir bien faire. Parfois il faut du chaos.

N’aie plus peur pour la forteresse, elle enlève ses peaux mortes et il n’en restera rien, rien qu’une chose (et alors, descendre, sortir, entrer, ressortir et rentrer, remonter et redescendre – il y a bien, oui, un dedans et un dehors, mais si on veut, on peut les emmêler, puisqu’on sent maintenant qu’il est possible, de revenir à soi).

Je dépose un baiser, là où tu gis, et je cours, minuscule, vers le large. Il y a des points noirs dans le ciel, et je repense à la première fois où je les ai vus en vrai, les vautours.
Qu’ils étaient beaux.

Bozie."
le navet
le navet

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Lettres restantes  Empty Re: Lettres restantes

Message par Carla de Miltraize VI le Sam 19 Jan 2013 - 2:37

Ma chair disciple,

En réponse à votre pressante, agaçante et sempiternelle requête, j'estime que je peux à présent au regard des preuves de votre motivation vous accordez mon attention et mes modestes conseils, considérez donc cette missive comme premier cours théorique et exercice pratique : modus operandi pour « un carnage primal».

Dans un ventre tendre, plantez avec force vos ongles, écorchez férocement et avec acharnement ,en regardant avec révérence perler les premières gouttes de sang, recommencez, encore, et encore jusqu'à ruissellement.

Puis arrachez des lambeaux de pulpe, s'aider de la bouche, gouttez de la pointe de la langue puis croquez, mastiquez, déchiquetez goulûment, encore et encore, fouillez profondément.

Enfoncez vos doigts dans les plaies humides, déchirez à pleines mains la chair, écartelez ce qui doit l'être en écoutant religieusement craquer les os.

Prendre le temps de s’émerveiller avec exaltation du substrat de la vie et de l'exquise beauté de l'acte de sauvagerie.

Puis plonger dans les entrailles, pétrir sensuellement les organes, foie, poumons, cœur, mordre rageusement la vie qui palpite, s'enivrer de sang, sucer les cartilages, gober les artères, lécher les viscères, dépecer brutalement...

Tout ceci à votre fantaisie car la fête se doit d'être originale et porter votre marque esthétique.

Ma bonne action du jour achevée je brise ici et suis bien certain que vous saurez vous en inspirer au mieux pour vos débuts dans l'art de savourer le plus pur des délices et faire ainsi honneur à votre professeur.

Notez tout de même que ma charitable bonté se doit récompenser, pensez à moi pour le "sot l'y laisse" avant de me solliciter pour votre prochaine leçon.

Le cannibalisme n'est pas un crime mais un drame celui d'un amour excessif de la vie !

Bien à vous.

Esteban Hibal.



Dernière édition par Carla de Miltraize le Lun 21 Jan 2013 - 12:31, édité 2 fois (Raison : Signature ;) (merci pour l'idée))
Carla de Miltraize VI
Carla de Miltraize VI

Messages : 5763
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 100
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum