Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par My_illusion le Ven 13 Nov 2020 - 8:37

Ok Cyrano, tu fais donc le choix consenti de rester dans ton état ne voyant aucun intérêt d’évoluer.

A présent, je t’ajoute également dans ma liste d’ignorés, les gens qui se complaisent dans leur malheur n’ont rien à m’apprendre.

My_illusion

Messages : 3100
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par *Sham le Ven 13 Nov 2020 - 8:41

Rolling Eyes
*Sham
*Sham

Messages : 14206
Date d'inscription : 07/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Serbelone le Ven 13 Nov 2020 - 9:17

pour répondre à ce changement de titre, je crois que s'attaquer aux addictions est une forme d'erreur en soi.

L'addiction n'est que la conséquence d'un mal profond, elle permet juste à l'humain de trouver une forme de compensation provisoire.
La dépendance étant plus ou moins forte en fonction du produit choisi, lequel est intimement lié également au besoin de contrôle : s'il est fort la personne ira plus naturellement vers des produits qui ne mettent pas ses capacités en danger : sucre, sport, ...

demander aux contrôlants d'augmenter un niveau de contrôle déjà bien trop élevé est dans leurs cordes mais tient rarement sur le long terme (puisque la cause est tjs là)

Quant à ceux qui plongent dans des addictions générant une dépendance forte, il est absurde de leur demander d'agir sur le levier de la simple volonté, ils ont dès le départ conscience que cela n'est pas leur solution.

Tant que la véritable souffrance derrière n'est pas acceptée, comprise, dépassée, lutter contre l'addiction revient grosso modo à confisquer la béquille d'un cul de jatte.

Serbelone

Messages : 84
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Confiteor le Ven 13 Nov 2020 - 10:19

Il ne me viendrait pas l'idée de faire l'apologie des stupéfiants de toutes sortes.
Je nuance pourtant l'avis (déjà fort nuancé) de My_illusion. D'innombrables créateurs ont commis des oeuvres de l'esprit de la plus haute valeur tout en ayant une vie "dissolue" (puisqu'il faut utiliser un vocabulaire relevant de la morale ...).

Nabokov, Baudelaire, Huxley, Michaux, Sartre, Gauthier, Musset, Rimbaud, Blondin, Hemingway, Poe, Bukowski, etc.

Je n'y vois pas de causalité ! Mais c'est une preuve que, si la consommation de cames en tout genre et l'éventuelle toxicomanie a parfois abrégé leur vie, elle n'a pas amoindri leur génie.
La toxicomanie peut aboutir à la déchéance, elle n'empêche pas les fulgurances dans l'attente de celle-ci.

Je le redis afin d'éviter les foudres moralisatrices : je n'encourage personne à, etc.

Je suis toujours surpris de lire des jugements catégoriques sur autrui. Oui, certaines trajectoires de vie sont singulières, tumultueuses, défaillantes, ce sont des hommes dans leurs faiblesses. Je porte à tous un regard égal d'intérêt pour leur être et leur histoire, parfois désolé, parfois admiratif par morceaux. Mon regard est souvent plus critique pour ceux qui sont pleins de certitudes, ont la conviction d'être dans "le bien", ceux qui se posent en garant de l'intégrité du monde, ils ont en général un fort potentiel ... intégriste. Les failles sont plus belles et distrayantes à observer que les parois polies ou encaustiquées.
Je ne sens pas "indemne", ni en situation de supériorité éthique ou morale. Qui serais-je pour donner des leçons ?
Confiteor
Confiteor

Messages : 4429
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 61
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par RonaldMcDonald le Ven 13 Nov 2020 - 10:30

Merci confiteor pour cet important rappel humaniste.
RonaldMcDonald
RonaldMcDonald

Messages : 1593
Date d'inscription : 15/01/2019
Age : 44
Localisation : loin de chez moi, dans un petit coin de paradis

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Confiteor le Ven 13 Nov 2020 - 10:57

Je ressens un implicite : la toxicomanie serait une "faute", un "péché". Rempli de préjugés judéo-chrétiens.

C'est très étrange. Surtout sur ZC qui est un lieu réunissant des HQI en relative souffrance (les autres ont mieux à faire !). On pourrait s'attendre à plus de compréhension du désordre humain.

Bah, dans le fond, ça m'a donné l'occasion de bien rigoler hier soir, tout n'est donc pas perdu.
Confiteor
Confiteor

Messages : 4429
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 61
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par siamois93 le Ven 13 Nov 2020 - 11:41

Je crois aussi qu’on ne sort pas de ses addictions, pauvreté ou autre, tout simplement parce qu’on n’a pas idée de ce que c’est d’être sobre, riche, ou autre débarras de ladite addiction.
Cet état de libéré de l’addiction est tellement loin de l’état addicté, et les personnes qui croient aider ayant trop souvent elles-mêmes leurs propres addictions, il est très difficile d’imaginer ce que serait concrètement, physiquement et pas intellectuellement, ce but.
L’incapacité à percevoir le but bloque tout changement.
siamois93
siamois93

Messages : 9419
Date d'inscription : 03/04/2012

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par My_illusion le Ven 13 Nov 2020 - 11:49

Tu commences à être lourd confit’ : Tu te crois non-donneur de leçons mais t’en mets plein dans ton discours ironique, avec ton humour qui ne me fait pas rire.

Tu te fais passer pour un humaniste oui, mais je crains, et tu l’as déjà dit, que tu n’as pas accompli de grandes choses de ton vécu. Alors oui c’est bien beau tes discours sur la vie, tes témoignages mais ne te sens pas trop supérieur non plus. Ton âge et tes voyages ne te donnent pas davantage de crédit.

Tu ne peux pas comprendre ma manière d’exprimer des réalités tragiques, et mon insistance à tirer vers le mieux quitte à faire mal (confere « un mal pour un bien »). Je pourrais détruire, je pourrais être réellement odieuse, et je ne le fais pas. Parce que détruire pour détruire ne m’intéresse pas.

Ici, je me retire sur la pointe des pieds et ça ne te convient toujours pas? Tu veux que je continue à bavasser pour tourner en rond?

J’ai constaté qu’il n’y avait pas de volonté d’évoluer vers du mieux, et bien, c’est ok, je me casse, c’est très simple. L’humour et les tournures de phrases pour rigoler et impressionner c’est de la simple distraction.

Je n’apprécie pas l’inertie et encore moins la régression. Tu peux me laisser ce droit? Merci.

Je vous laisse entre grands humanistes que vous pensez être. Je m’en vais avec mes valeurs qui, si elles sont balayées par autrui, veut simplement dire que je n’ai rien à partager avec mes détracteurs. Chacun évoluera (ou pas) dans son propre chemin.

Je chercherai ailleurs des interlocuteurs qui m’apportent quelques émotions positives et que j'aurais envie d’aider à guider et réciproquement, dans l’idéal.

Ce forum me rend bien trop de frustrations de stagnation, de léthargie, de fuite, lâcheté. Je suis animée par plus grand que le « c’est comme ça! ».

Tous les artistes cités qui ont produit des œuvres ont, et désolée, produit des œuvres qui ne me touchent pas. Je fais partie d’un autre monde, pas moins HQI que le tien confit’, juste différent, diamétralement différent.

Que je me casse, tu devrais en être content. Je vous laisse entre « vous », les tourneurs en rond. Et moi « l’empêcheuse de tourner en rond » je vais voir ailleurs. C’est ok ainsi.

Il y a de tout en ce bas monde. J’aimerais rencontrer un peu plus de gens comme moi yep. Pas exactement comme moi, mais dans une dynamique active similaire. Je ne cautionnerai jamais les addictions qui font bien trop de dégâts, peu importe l’inspiration que ça peut nourrir pour produire des « œuvres », les seules œuvres qui m’émoustillent ce sont les actions de terrain. Pas des tableaux, des poèmes et des chansons qui, si ça peut être plaisant, ne sont toujours que des distractions.

Autant être bien franche jusqu’au bout, museler ma gueule est impossible. Je me garde d’exprimer de vraies méchancetés car faire mal juste pour faire mal, c’est stérile oui. Faire mal dans l’optique d’un mieux, ça c’est pas mal. Pas avec tout le monde et pas à tout moment comme dit Lou djinn, tu te targues d’être un grand bonhomme résistant Confit’ tu peux donc entendre des vertes et des pas mûres.

Pour terminer sur une note positive, je te reconnais des bons points, tu as une belle plume, tu soutiens pas mal de membres sur ce forum, tu partages un peu de ton intimité en simplicité, tu n’es pas trop sanguin, et tu sembles jouer un rôle d’ersatz paternel pour quelques membres.

Bref, je pense que j’ai fait mon temps sur ce forum, je n’obtiens pas ce que j’y cherche. Je vais donc penser à supprimer mes traces. Et vous laisser tranquilles vu que visiblement je dérange et blesse quelques personnes.

Je ne suis pas énervée, juste blasée et fatiguée de ne pas voir davantage d’envie d’évoluer vers une meilleure version de soi.

Par lucidité, je balance le positif/négatif que je semble transmettre sur ce forum. Et en toute logique, oui je n’ai plus rien à faire sur ce forum. Trop de détracteurs. Pas que ça me dérange d’en avoir mais visiblement pas assez de constructif ne passe malgré tout.

Faites bien la fête, « allez ouste la moutarde qui pique! »
My_illusion
My_illusion

Messages : 3100
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 35
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Confiteor le Ven 13 Nov 2020 - 13:29

Intéressante intervention. Pas le temps de répondre avant la fin de l'am, mais ce sera fait.
Je te laisse tous les droits !
Dommage que tu quittes, j'aime la diversité et tu en fais largement partie.
Confiteor
Confiteor

Messages : 4429
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 61
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Invité le Ven 13 Nov 2020 - 14:21

My_illusion a écrit:....
Autant être bien franche jusqu’au bout, museler ma gueule est impossible. Je me garde d’exprimer de vraies méchancetés car faire mal juste pour faire mal, c’est stérile oui...
Par lucidité, je balance le positif/négatif que je semble transmettre sur ce forum. Et en toute logique, oui je n’ai plus rien à faire sur ce forum.  Trop de détracteurs. Pas que ça me dérange d’en avoir mais visiblement pas assez de constructif ne passe malgré tout.
Bien qu'on soit sur 2 planètes différentes...(quoique je "vois" certains points..."convergents" aussi étrange que ça puisse paraitre) c'est quelque chose que j'apprécie : Le vrai  (comme dit de temps en temps sur mes post...les personnes vraies, quitte à ce qu'elles soient cash)
C'était un petit coucou avant que tu (ou qu'on?) partes  Smile
A part ça, je suis parfait et je n'ai aucune addiction, évidement Razz Wink Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par isNaN le Ven 13 Nov 2020 - 14:44

autant, je pense que oui l'art et l'artiste sont souvent le fruit d'une souffrance ou d'un "décalage", autant je ne crois pas que l'addiction y soit obligatoire (même si  la création pourrait etre cataloguée comme addiction !)
et si l'art n'était basé que sur des addictions, ne serait ce pas inhumain et non éthique de se délecter de la dégradation d'autrui ? (quoique vu la grosse majorité ici qui se plait à démonter en bande un "individu désigné", je peux craindre de la réponse !)

je suis rassurée qu'enfin qq1 concède que l'addiction est un moyen de "compenser" (fuir) des problématiques (y compris sous l'argument "distraction/plaisir")

et ça revient justement à la bienveillance (meme qui pourrait sembler violente pour qui se complait dans ses souffrances) d'encourager à sortir de ce mal etre

donc je (re)questionne : pourquoi choisir de rester dans sa souffrance ? (quels sont les bénéfices ? y compris bénéfices cachés)

et pour celles et ceux "on a essayé, ça ne marche pas... on ne peut pas...", qu'avez vous essayé ? qu'avez vous fait ? quel était le.s but.s ? quels résultats (complets/incomplets/nuls) ? qu'avez vous fait ensuite ?
pourquoi avoir arrêté en chemin ?

pour les autres, pourquoi ne pas avoir fait ?

les réponses sont avant tout pour vous mêmes (elles ne changeront pas ma vie ayant déjà fait ma part et une partie de mon chemin), et/ou pour les échanger entre personnes qui voudraient réellement trouver du bien etre, pour etre dans une solidarité et entraide actives et bienveillantes (bienveillance pertinente VS "bienveillance" toxique de ne surtout rien changer validant sa propre inaction)

My_illusion a écrit:...
Je ne suis pas énervée, juste blasée et fatiguée de ne pas voir davantage d’envie d’évoluer vers une meilleure version de soi.
...

Comme toi j'ai été surprise, car si les HP n'ont même pas l'envie de leur évolution personnelle, qui pourra instaurer le changement de paradigme sociétal indispensable pour le futur de l'espece humaine ?



@MyIllusion, d'habitude je n'interviens pas dans les décisions d'autrui de quitter un RS, par contre ici je vais me permettre de le faire car je trouverais regrettable que ZC devienne un enieme espace de ronrons consensuels pronant la déresponsabilisation personnelle apres ton départ
alors STP reste

isNaN
isNaN

Messages : 465
Date d'inscription : 30/07/2020

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Serbelone le Ven 13 Nov 2020 - 16:04

est ce de la déresponsabilisation?
ou une prise de responsabilité qui ne correspond pas à la vision que vous, en avez ?

et se pose également la question de la direction de la responsabilité de chaque individu, il est peut-être plus utile que l'urgentiste mette sa volonté et ses capacités de résistance dans la mission qu'il s'est fixé, que dans un éventuel contrôle de sa prise de poids par exemple...

Serbelone

Messages : 84
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Chunapeuprès le Ven 13 Nov 2020 - 16:24

Re
Il est certain que ceux qui ont essayé de sortir d'une addiction et n'y arrivent pas, vont venir témoigner afin de se faire traiter de médiocres par des gens pas capables d'ouvrir un bouquin de bio pour comprendre comment fonctionne chimiquement le cerveau sous addiction et qui préfèrent émettre des jugements moraux tellement rares dans notre société qu'on n'entend jamais autre chose que ça.
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18617
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Wich le Ven 13 Nov 2020 - 16:41

Le temps des uns n'est pas le temps des autres.
Wich
Wich

Messages : 6056
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par isNaN le Ven 13 Nov 2020 - 17:16

doit on vraiment se limiter à 1 mission à la fois ??!! (on n'est pas sorti de l'auberge !!) :-D
isNaN
isNaN

Messages : 465
Date d'inscription : 30/07/2020

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Serbelone le Ven 13 Nov 2020 - 17:26

il est vrai que les humains sont invincibles et ont la capacité de tout mener de front, en êtres parfaits qu'ils sont...

félicitations à ceux qui y arrivent, si je ne décelais pas chez eux leurs traumas et failles, je serais pleine d'admiration, mais le fait est, que du haut de mes 40 années je n'ai encore jamais eu l'occasion de rencontrer une telle personne...

alors, dans l'attente je suis pleine de respect pour chacun, du moins j'essaie, (étant faillible comme tout humain) partant du principe que j'ignore tout du fardeau qui est le leur et de la manière qui serait la plus à même de le porter.

Serbelone

Messages : 84
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Wich le Ven 13 Nov 2020 - 17:33

Mais sans déconner, à quel moment vous pouvez penser que chacun doit agir comme vous ou selon vos désir ?
My_i est faible physiquement, ça la fait bien chier d’ailleurs, tu lui dirais qu'elle n'a qu'a se sortir les doigts du cul pour avancer plus vite ? tu lui dirais que c'est une merde et que si elle ne veut pas se mettre au niveau (au tien bien sûre) elle ne représente rien ?
C'est quoi cette idéologie de merde qui part du principe que si tu n'es pas aussi fort que moi et que si tu ne te donnes pas les moyens d'y arriver maintenant tu ne vaux pas le coup que je m’intéresse à toi et surtout pas que je t'aide si besoin.
C'est ce nouveau monde que tu souhaites isNan ?
Ce sera sans moi !
Et plutôt contre moi. Tu auras intérêt à être au niveau.
Wich
Wich

Messages : 6056
Date d'inscription : 15/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par isNaN le Ven 13 Nov 2020 - 18:03

jusqu'à présent, aucun ici n'est venu relater sur ce fil, comment son/ses addiction.s étaient géniales et lui apportait bien etre et épanouissement

alors arrêtez de faire vos HP décompensés !

une des leçons primordiales : vous pouvez sortir de votre merdier sans chercher à etre parfaits (lachez la justification que jamais vous n'arriverez à etre parfaits - ce qui est vrai pour toutes et tous ici sur terre - pour ne pas vous bouger)

un concert virtualisé d'un de mes groupes préférés du moment commence incessement, alors bye, moi aussi j'ai des addictions !

Twisted Evil Trance Twisted Evil


isNaN
isNaN

Messages : 465
Date d'inscription : 30/07/2020

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Confiteor le Ven 13 Nov 2020 - 18:28

Utile à savoir : ce n'est pas moi qui ait signalé ce post et je ne trouve pas qu'il mérite de l'être. Certes, sous l'être vil que je dévoile sur ce forum, bat un petit coeur sensible, mais il s'en remettra.

@My_Illusion mais les autres peuvent lire  Very Happy :


My_illusion a écrit:Tu commences à être lourd confit’ : Tu te crois non-donneur de leçons mais t’en mets plein dans ton discours ironique, avec ton humour qui ne me fait pas rire.
Désolé (pour de faux), l'humour me permet de survivre au constat du réel. "L'humour est la politesse du désespoir" Georges Duhamel.

Tu te fais passer pour un humaniste oui, mais je crains, et tu l’as déjà dit, que tu n’as pas accompli de grandes choses de ton vécu. Alors oui c’est bien beau tes discours sur la vie, tes témoignages mais ne te sens pas trop supérieur non plus. Ton âge et tes voyages ne te donnent pas davantage de crédit.
Non, je ne me sens pas vraiment humaniste. Je n'aime pas particulièrement l'humanité, je ne me sens pas en devoir de la sauver. Il peut m'arriver de donner un coup de main gratuitement à l'un ou l'autre mais je sais fort bien, qu'ultimement, c'est pour améliorer une forme estime de moi-même. Pas de quoi faire le fier. J'accorde bien trop de liberté à autrui pour avoir le désir de le modifier autrement qu'en le laissant me regarder.
Non, je n'ai hélas rien accompli et je ne le cache pas, ce fut une douleur, j'y suis désormais résigné. Je sais pourquoi, comment, c'est comme ça, il est trop tard pour le faire et c'était une forme de destinée qui me collait au cul, une limite à mon libre arbitre et aussi un appétit de jouissance compensatrice tel qu'il m'a inhibé dans la persévérance.
Non, je ne me sens pas supérieur en effet et je n'ai jamais cherché à l'être, je suis bien peu ambitieux dans ce domaine aussi ... Je ne revendique aucun crédit particulier, je suis juste ici, parce que ça m'occupe, que j'y lis parfois quelques saillies qui me donnent à penser, que c'est un étalage de la Comédie humaine moins lourd à porter qu'un cercle relationnel étendu IRL, je peux interrompre à mon gré les interactions sociales, ça me va bien.


Tu ne peux pas comprendre ma manière d’exprimer des réalités tragiques, et mon insistance à tirer vers le mieux quitte à faire mal (confere « un mal pour un bien »). Je pourrais détruire, je pourrais être réellement odieuse, et je ne le fais pas. Parce que détruire pour détruire ne m’intéresse pas.
Bof, moi non plus, à nouveau la paresse et le manque d'ambition !

Ici, je me retire sur la pointe des pieds et ça ne te convient toujours pas? Tu veux que je continue à bavasser pour tourner en rond?
Pourquoi dis-tu cela ? Je n'ai pas abordé ce sujet. Tu reste, c'est bien, tu te retires de la causerie, c'est bien aussi. Pourquoi voudrais-tu que ça m'affecte ? Souvent ce sont plutôt les hommes qui se retirent. Pas certain que les nouvelles générations soient à même de mesurer ce que fut la misère contraceptive.

J’ai constaté qu’il n’y avait pas de volonté d’évoluer vers du mieux, et bien, c’est ok, je me casse, c’est très simple. L’humour et les tournures de phrases pour rigoler et impressionner c’est de la simple distraction.
Pas faux, j'ai le sentiment d'être sur terre pour me distraire, je ne me sens pas de mission particulière. Je suis là, c'est tout. J'ai l'ambition de ne pas trop nuire, sauf cas de force majeure. Très important ça. Une liberté de transgression de son éthique bien confortable. Ou alors, il faut avoir l'ambition de devenir un saint.

Je n’apprécie pas l’inertie et encore moins la régression. Tu peux me laisser ce droit? Merci.
À nouveau, où t'ai-je contesté quelque droit que ce soit ? Tu as le droit de nuire si tu le souhaites, de sauver autrui contre son gré si tu le désires, et tous les autres droits que tu t'accordes. Et ces autrui ont la liberté de se laisser faire, ou pas.

Je vous laisse entre grands humanistes que vous pensez être. Je m’en vais avec mes valeurs qui, si elles sont balayées par autrui, veut simplement dire que je n’ai rien à partager avec mes détracteurs. Chacun évoluera (ou pas) dans son propre chemin.
On a tous son système de croyance, il est par nature destiné à être bousculé par l'Autre. Faut pas que ça blesse sinon c'est l'enfer au quotidien. C'est bien plus rigolo que ce soit ainsi, c'est un moyen efficace de lutter contre l'ennui.

Je chercherai ailleurs des interlocuteurs qui m’apportent quelques émotions positives et que j'aurais envie d’aider à guider et réciproquement, dans l’idéal.
Je n'ai pas l'âme d'un führer (blague Godwin médiocre inside).
Plus sérieusement, je ne me sens pas assez de certitudes pour guider quiconque, je ne peux que montrer ce que je suis, libre à chacun d'observer et d'en tirer des conclusions éventuellement a contrario. Seule exception l'éducation de nos enfants qui est finie depuis bien longtemps. Nous sommes fiers de ce qu'ils sont devenus, eux "accompliront de grandes choses", ce sera la sortie d'une malédiction familiale qui nous accable depuis Verdun.


Ce forum me rend bien trop de frustrations de stagnation, de léthargie, de fuite, lâcheté. Je suis animée par plus grand que le « c’est comme ça! ».
C'est beau l'ambition, mais ça peut rendre malheureux lorsqu'elle est déçue.

Tous les artistes cités qui ont produit des œuvres ont, et désolée, produit des œuvres qui ne me touchent pas. Je fais partie d’un autre monde, pas moins HQI que le tien confit’, juste différent, diamétralement différent.
Dommage qu'ils ne te touchent pas, c'est toujours une perte de ne pas être ému. Nous sommes un bloc d'affects. Les activer c'est se sentir vivre, parfois douloureusement. Mais vaut-il mieux être anesthésié ou très restreint dans son champ émotionnel ?

Que je me casse, tu devrais en être content. Je vous laisse entre « vous », les tourneurs en rond. Et moi « l’empêcheuse de tourner en rond » je vais voir ailleurs. C’est ok ainsi.
Mais non ! je ne suis ni content ni mécontent. En fait, et je ne souhaite pas te blesser en le disant, je m'en branle un peu. Tu es passée dans un morceau de ma vie comme tant d'autres, tu as laissé une vague empreinte, c'est ni bien ni mal, c'est le réel. Tu tournes dans un "autre rond", parfois certains ronds sont destinés à interférer (cours de physique inside), parfois non. Est-ce grave ?

Il y a de tout en ce bas monde. J’aimerais rencontrer un peu plus de gens comme moi yep. Pas exactement comme moi, mais dans une dynamique active similaire. Je ne cautionnerai jamais les addictions qui font bien trop de dégâts, peu importe l’inspiration que ça peut nourrir pour produire des « œuvres », les seules œuvres qui m’émoustillent ce sont les actions de terrain. Pas des tableaux, des poèmes et des chansons qui, si ça peut être plaisant, ne sont toujours que des distractions.
Tu sembles bien mépriser la distraction ! Dans le fond pourquoi ? C'est une noble occupation de mon point de vue. On oublie temporairement la mort lorsqu'on se distrait (et aussi ... lorsqu'on est distrait, enfant on me parla d'un homme si distrait qu'il mourut d'oublier de respirer !)

Autant être bien franche jusqu’au bout, museler ma gueule est impossible. Je me garde d’exprimer de vraies méchancetés car faire mal juste pour faire mal, c’est stérile oui. Faire mal dans l’optique d’un mieux, ça c’est pas mal. Pas avec tout le monde et pas à tout moment comme dit Lou djinn, tu te targues d’être un grand bonhomme résistant Confit’ tu peux donc entendre des vertes et des pas mûres.
Mais qui prétend le faire ? Pas moi en tout cas. Tu peux être méchante autant que tu veux avec moi, j'ai une résistance tout terrain à la douleur 2.0 et je travaille au quotidien depuis 62 ans à développer la même pour le reste. Tu peux le faire "pour mon bien" ou "par sadisme" je te regarderai avec le même étonnement distant.

Pour terminer sur une note positive, je te reconnais des bons points, tu as une belle plume, tu soutiens pas mal de membres sur ce forum, tu partages un peu de ton intimité en simplicité, tu n’es pas trop sanguin, et tu sembles jouer un rôle d’ersatz paternel pour quelques membres.
C'est cool ! Je suis très sensible à cet éloge. Je n'avais pas conscience de ce rôle, merci de me le faire savoir, même si ça me donne des responsabilités que je ne suis pas certain de pouvoir assumer, je ne suis qu'un pauvre Confiteor !

Bref, je pense que j’ai fait mon temps sur ce forum, je n’obtiens pas ce que j’y cherche. Je vais donc penser à supprimer mes traces. Et vous laisser tranquilles vu que visiblement je dérange et blesse quelques personnes.
Alors effectivement, si c'est ton choix personne ne te le reprochera et tu ne seras pas la première. Tu ne me déranges pas, ni ne me blesse, je ne sais pas ce qu'il en est des "hypersensibles". Quant à effacer ses traces, tu es également libre de croire possible de le faire. Mais c'est vain, tes traces resteront, parce que des pixels de mon écran ont affiché un de tes messages, parce que des neurones de mon cerveau ont été activés à leur lecture, ainsi sommes-nous destinés à laisser des traces insignifiantes dans l'univers mais, va savoir ce qu'il en advient dans un système aussi instable et sensible aux conditions initiales (cf le pb des 3 corps, Euler, Lagrange, Poincaré etc.)

Je ne suis pas énervée, juste blasée et fatiguée de ne pas voir davantage d’envie d’évoluer vers une meilleure version de soi.
Qu'en sais-tu ? Que vois-tu derrière un écran des "travaux intérieurs", de leurs succès et de leurs échecs ?

Par lucidité, je balance le positif/négatif que je semble transmettre sur ce forum. Et en toute logique, oui je n’ai plus rien à faire sur ce forum.  Trop de détracteurs. Pas que ça me dérange d’en avoir mais visiblement pas assez de constructif ne passe malgré tout.

Faites bien la fête, « allez ouste la moutarde qui pique! »

En conclusion,
Va, je ne te hais point !
Il me va bien de reprendre cette litote si féminine.
Confiteor
Confiteor

Messages : 4429
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 61
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Serbelone le Ven 13 Nov 2020 - 18:29

il s'agirait de ne pas inverser les propos.
Ici, l'injonction de perfection vient de vos propos, puisque celui qui "ne fait pas ce que vous attendez" est jugé (pour ne pas dire méprisé).

Je rejoins @Wich, et, en ce qui me concerne je n'ai pas rebondi ici car vous évoquiez les addictions, ni pour les défendre mais parce que des humains ayant des difficultés étaient dénigrés.

ce qui me fait réagir est l'absence de recherche de compréhension, d'empathie...

d'autant que... je ne suis pas bien sure que le plus malheureux soit celui qui boit et fume un peu trop...
bien souvent les plus jugeants et les plus contrôlants qui veulent (donner l'illusion de réussir à) dépasser leurs faiblesses sont très en souffrance, et/ou dominés par la colère

Quant au côté bisounours, je l'ai certainement et je l'assume mais je pars du principe qu'une addiction n'est que la partie émergée d'un énorme iceberg, vous n'avez aucune idée de ce que la personne est en train de déconstruire sous l'eau...

Le plus dur combat qu'on peut livrer est le combat avec soi-même. C'est pourquoi la plupart des gens préfèrent passer leur vie à culpabiliser les autres plutôt que d'affronter leurs propres démons.
Rava Bakou


Dernière édition par Serbelone le Ven 13 Nov 2020 - 18:31, édité 1 fois

Serbelone

Messages : 84
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Confiteor le Ven 13 Nov 2020 - 18:31

isNaN a écrit:jusqu'à présent, aucun ici n'est venu relater sur ce fil, comment son/ses addiction.s  étaient géniales et lui  apportait bien etre et épanouissement
Qui a prétendu que l'addiction est autre chose qu'un fardeau si lourd à porter qu'il existe une spécialisation médicale nommée addictologie ?
Confiteor
Confiteor

Messages : 4429
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 61
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Chunapeuprès le Ven 13 Nov 2020 - 19:24

Embarassed :

Dent pétée
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18617
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Godzilla le Ven 13 Nov 2020 - 19:43

Allez, tant qu'on y est



Sweet Leaf
(Black Sabbath)

Alright now!
Won't you listen?
When I first met you, you didn't realize
I can't forget you or your surprise
You introduced me to my mind
And left me wanting, you and your kind
I love you, Oh you know it
My life was empty, forever on a down
Until you took me, showed me around
My life is free now, my life is clear
I love you sweet leaf, though you can't hear
Come on now, try it out
Straight people don't know, what you're about
They put you down and shut you out
You gave to me a new belief
And soon the world will love you sweet leaf
Godzilla
Godzilla

Messages : 1823
Date d'inscription : 04/02/2020
Age : 43
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Kreach le Ven 13 Nov 2020 - 19:52

Errant, j'ai vu de la lumière ; en fait quelqu'un a allumé un feu.  bom

Me semble-t-il qu'il y a plusieurs choses délicates à saisir, à s'imprégner. Déjà, les nuances de l'addiction sont conséquentes et changent bien la donne selon laquelle est traitée. La population est addicte, tout le monde est addict, drogué, pris en quelque chose... C'est au moins le cas pour ceux qui sont heureux, sans addiction, c'est naviguer dans le néant, c'est admirer désarmé l'ampleur de l'humanité, ses profondeurs, son désastre. Tout navigateur du vide dénué d'addiction ne peut qu'avoir envie de plonger dans une drogue - au sens large. Drogue salutaire, drogue douce, drogue dure, excessive, équilibré, multiples ? Drogue pour son bien-être, pour sa destruction ? Laquelle est bien, laquelle est mal ?... Suspense étourdissant et opinions multiples, surtout conditionnements absolus.
Disons, résumons l'addiction à un excès. Où le situer, là encore, vaste programme. J'ai bien vu ici et là les nuances que certains semblaient apporter, rien de très concret.
Suis-je alcoolique, drogué, aux pétards ? Aux pensées ? Dangereux criminel ? Equilibré ? Comment savoir, comment délimiter les frontières...
L'équilibre dans tout cela, est une clé importante, l'équilibre à l'écoute de soi, de son corps et de son esprit, cela amène à modérer un peu l'ensemble. Contrebalancer les choses, les moduler, même si ce n'est aisé. La modération est toujours la clé des problèmes de passage, vifs, superficiels.
Pour la profondeur... La clé est un cercle vicieux qui n'existe pas.

Bref. En quoi, par exemple, l'addiction d'un connard aliéné par son boulot ou son statut, serait plus acceptable qu'un alcoolique défoncé à longueur de temps ? C'est le premier qu'il faut tuer en premier ! Et urgemment n'est-il pas !  Laughing
 Folie meurtrière  

My_illusion, quelle est ta drogue, qui te maintient en vie ?
Pour peu, je rejoindrais bien quand même l'intolérance qui se discerne aux travers de ses mots, la tolérance est dangereuse. Quand bien même l'histoire serait bercée d'illusions - l'idéalisme reste un mets de choix. L'hypersensibilité n'est pas entièrement contradictoire d'ailleurs, même si.
Mais la faiblesse n'est pas de sombrer, d'être faible face à l'addiction établit par le bien-pensant, la faiblesse est d'accepter de collaborer à des valeurs malsaines, quand bien même qu'elles nous soient assénées à longueur de vie, quand bien même qu'elles soient dans nos gènes.
Kreach
Kreach

Messages : 195
Date d'inscription : 28/10/2015
Age : 32
Localisation : Montagnes.

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Confiteor le Ven 13 Nov 2020 - 19:54

Bon si vous vous lâchez, 1988 :


Tiens, ça, ce serait un fil méritant d'être ouvert. C'est un sujet bien complexe sur lequel on pourrait s'étriper sans, dans le fond, nuire à quiconque.
Je réserve mon avis à celui qui ouvrira la polémique. Faudrait que le premier post soit ultra clivant afin d'espérer un succès d'estime. Ça doit pas être si difficile mais je suis si paresseux.
Confiteor
Confiteor

Messages : 4429
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 61
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Kreach le Ven 13 Nov 2020 - 20:00

Confiteor a écrit: C'est un sujet bien complexe
J'vois pas la complexité. Je ne dis rien
Kreach
Kreach

Messages : 195
Date d'inscription : 28/10/2015
Age : 32
Localisation : Montagnes.

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Godzilla le Ven 13 Nov 2020 - 20:06

@Confiteor : j'avais oublié ce pourtant excellent morceau Smile Il semble que Tosh ait finalement été entendu... du coté du Mexique ^^
Godzilla
Godzilla

Messages : 1823
Date d'inscription : 04/02/2020
Age : 43
Localisation : dijon

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Chunapeuprès le Ven 13 Nov 2020 - 20:15

Merci Kreach pour ton message, il donne envie de participer, là où il y a eu une réaction épidermique face à un jugement surpême sans appel et surtout sans nuance.
Jugement qui vient d'une souffrance qui étouffe celle de l'autre en face.

Ne pas juger l'addict au fond du trou comme un médiocre ne méritant pas de compassion parce qu'il n'a pas envie de s'en sortir (qui sait réellement s'il veut s'en sortir ou pas ?), ça ne veut pas dire cautionner l'addiction. ça ne veut pas dire ne pas tenter quoi que ce soit pour l'aider. ça ne veut pas dire être complaisant non plus, et aller dans le sens du mal être ou des raisons du mal être, et encore moins des conséquences qui en découlent.
Ptèt juste prendre conscience que l'humain est faillible, qu'il est loin de tout choisir, qu'on n'a pas tous les mêmes cartes quand on vient sur terre (physiologiquement, psychologiquement, socialement, et même bêtement une histoire de chance - tomber sur les bonnes/mauvaises personnes), et que tomber au fond du trou, ça peut arriver à n'importe qui.

L'addiction, c'est bien plus vaste qu'un alcoolique ou un drogué. Il y a des milliers de drogues, comme ça a été évoqué, et différents degrés. On se fait du mal à soi seul et/ou on fait du mal aux autres.
C'est tellement vaste, que sans poser plus clairement le sujet, je ne vois pas trop comment échanger clairement.
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18617
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par cyranolecho le Sam 14 Nov 2020 - 13:35

oui, post très intéressant (euphémisme résumé) de Kreach comme de serbelone juste avant.

Je tiens à insister sur le fait que le sucre et le sport, peuvent être pathogènes, morbides. Pour l'obésité et le diabète, on connait les conséquences car assez bien étudié. Par contre pour ce qui est du dopage, y compris ordinaire (pas forcément pour la compétition où il est omniprésent) je ne pense pas qu'il y ait d'étude fiable et possible d'ailleurs.

My illusion, je trouverais dommage que tu nous quittes j'ai vu un de tes posts bien intéressant (lien que tu laisses sur ton carnet de bord) Et quoi que tu puisses en penser, je comprends que tu puisses avoir un ras le bol des irresponsables pour tes propres raisons, comme cela m'arrive, mais jamais je ne leur souhaiterai du mal car cela les rendrait je pense encore plus irresponsables.

Je pense pouvoir expliquer en quoi mes addictions m'ont apporté des choses bénéfiques, mais c'est un autre débat.

Pour ce qui est de la méthode forte concernant le combat contre les addictions, elle échoue à chaque coup (comme en bien d'autres domaines). Même s'il faut faire preuve d'une certaine fermeté parfois, la compréhension est la base, car chaque individu réagira différemment, à cause de son vécu, son présent, sa manière de fonctionner. Comprendre les causes semble la clé, qu'elles soient passées ou présentes, agir sur ces causes, plutôt que de réprimer les conséquences.

Je n'ai pas le temps d'expliquer comment se passe une cure de désintoxication, c'est juste plus basé sur l'éducation que la rétorsion, même si les règles sont strictes. Effectivement il y a une majorité d'échecs, avec conséquences graves, mais cela ne doit pas faire oublier que pour certains cela fonctionne, et que souvent les échecs le sont parce que les personnes sont dans des situations de misère (toutes confondues) crasse voire de pathologie mentale compliquée et mal soignée, souvent par déni ou désespoir. On peut certainement agir sur le désespoir, difficilement sur le déni, et souvent ce déni est la façon de se protéger d'un désespoir, enlevez ce déni et la personne s'écroule, mieux vaut lui mettre des béquilles avant.

Reste que l'essentiel reste la tempérance, même si et sachant qu'il existe des individus plus "fragiles", plus sensibles que d'autres qui n'y arriveront pas sans abstinence. N'avons nous pas tous nos fragilités? . L'essentiel étant je pense ce que nous en faisons.
cyranolecho
cyranolecho

Messages : 3372
Date d'inscription : 29/07/2015
Age : 49
Localisation : au pays de Candy... man

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par siamois93 le Dim 15 Nov 2020 - 23:21

Je suis en train de regarder cette vidéo d'un chercheur sur l'importance du microbiote.
https://youtu.be/IM5XxBUFskU
siamois93
siamois93

Messages : 9419
Date d'inscription : 03/04/2012

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien) - Page 3 Empty Re: Addictions, méthode dure VS méthode douce (ancien bien/pas bien)

Message par Manucure le Mer 18 Nov 2020 - 0:57

L'expérience du rat park aurait été vraiment pertinente si l'expérimentateur n'avait pas autant orienté autant et conclut trop vite, en vue de transposer à l'humain. Il se trouve que le seul cas où cela soit vrai et transposable relève d'une utopie de vie sociale ou simplement vie en société.

Il y a des choses bien pires que l'addiction le plus souvent. Il faut en effet avoir été addict pour le concevoir. La seule chose qui me parait juste et transposable est le fait qu'il faut nécessairement autre chose derrière une addiction pour ne pas s'en sortir comme ça ou avoir du mal à arrêter net dès un changement contextuel. Ou l'hypothèse qu'il faille avoir une prédisposition pour s'exprimer sans rapport de la sorte, donc addictivement, sans rapport direct ou de cause à effet logique avec l'addiction elle-même.

Réaction spontanée de ma part, je réalise après coup que cette thématique semble houleuse. Qu'il me soit permit de préciser dès lors que je ne jette la pierre sur personne et que bien entendu, je ne suis pas à insinuer qu'une personne addictive serait illogique ou sans intelligence ou toute autre problématique trop personnelle pour être débattue au point d'être battue en clichés ou raccourcis.

J'ai moi-même été addict quelque part, au moins pendant les premières années de mon adolescence et de vie adulte où je socialisais mieux que quiconque, justement en tant qu'être indépendant, du moins c'est ce que je croyais à tord. Toute personne s'isolant est loin d'être dépendante au sens de dépendance d'autrui. Toute personne vraiment indépendante peut bien sûr faire fi de toutes difficultés sociales ou presque, vis-à-vis de l'autre, du moins c'est plus facile. Mais cela ne veut pas dire que toute personne sociable n'est pas dépendante ! Cela ne veut pas non plus dire, même a priori, que toute personne s'isolant à un moment donné de sa vie, ou croyant s'isoler, ou croyant vraiment n'avoir besoin de personne est vraiment dépendante.

Ce sont les impondérables ou problématiques récurrentes de la vie qui font que la plupart pensent clichés ou raccourcis. Par exemple, l'argent. Il faut en avoir pour être un minimum indépendant matériellement. Pour en avoir suffisamment, il faut être sociable un minimum, ne serait-ce que pour s'insérer en société afin d'avoir une rémunération, à titre salarié ou indépendant ou autre... Et voilà comment on arrive naturellement à telle aberration. Mais il n'y a pas que l'argent : tout ce qui implique un lien avec autrui. Et toutes ces choses qui permettent d'évoluer réellement, de vivre vraiment sans se mentir et sans se la jouer : Rien ! Personne n'en parle, personne n'en a conscience, ou alors quelques très rares sur cette planète. Donc le prisme de telle conception ou philosophie de vie indépendante est sempiternellement de mise, ce que je comprends, ce que j'accepte, ce que j'applique aussi, quand je veux socialiser Very Happy !

Bonne nuit !

Manucure

Messages : 31
Date d'inscription : 18/11/2020

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum