Des doutes, toujours des doutes..

Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Des doutes, toujours des doutes..

Message par Paradoxa le Mer 1 Aoû 2018 - 12:11

Tout le temps terrassée par ces " et si " permanents... Je prend conscience de mon changement en matières d'attentes dans une relation de couple, et j'crois que ça m'fait peur... J'ai peur de me rendre compte qu'avant, " vivre à l'émotion " me satisfaisait... L'intensité émotionnelle si jpeux dire, était un critère vital, sur qui je misais absolument tout. Vivre des moments intenses, et ne pas trop savoir de quoi demain est fait, me rassurait car j'avais le sentiment de pouvoir garder ma très chère amie " Liberté. "


Aujourd'hui je sens que je change... comme tout le monde me direz-vous et heureusement... mais une fois de plus, ça me terrifie.. Pourquoi ?
J'ai peur de me rendre compte que j'ai besoin de stabilité dans une relation de couple.. j'ai besoin de me sentir rassurée, épaulée par moments et confiante... Je ne peux plus, du moins différemment, vivre au jour le jour... J'ai besoin de sentir que la personne est ancrée dans ma vie, et moi dans la sienne... ( Rien que de l'écrire pourtant ça me fout la boule au bide quel paradoxe.. )

J'ai aussi dans la tête ce truc qui me dit que j'en attend trop... et que si j'en attend trop, eh bah je trouverai jamais rien qui me satisfasse pleinement...J'ai beaucoup travaillé et compris des choses sur moi même... mais c'est vrai que cet équilibre entre " J'en demande beaucoup trop " et " je me censure et fais taire mes frustrations " est très très difficile à trouver...

Et si reelement j'en demandais trop ? Si je demandais trop de preuves d'amour ? ou trop de communication ? ....Mais qu'est-ce que ça veut dire en même temps en demander trop franchement ? J'ai peur de ces phrases du style " Il faut se contenter de peu " ... Et en même temps, je suis d'accord avec ça mais... " Ca aurait pu être pire.. " C'est terrible cette phrase... Je suis restée dans une relation, car " ça aurait pu être pire " J'ai un peu l'impression de l'entendre souvent autour de moi, ou dans la société d'une manière un peu global... comme s'il fallait absolument que le mec nous torture pour avoir le droit de pas être satisfaite pleinement vous voyez... Genre t'es en couple, tout se passe bien mais t'es pas satisfaite pleinement... Beaucoup de gens autour vont être la un peu... " Ouaaais mais non, mais arrête c'est dommage, regarde vous avez tout ça, vous avez rarement de conflits etc... " Mais... si jte dis que jsuis pas heureuse pleinement qu'est-ce que je dois faire alors ? Et c'est une vraie question... Ca parait con mais... J'dois rester à coup de " Ca pourrait être pire ? " Ou partir et tenter le " mieux " ailleurs ? Mieux que je trouverai peut-être jamais car il résulte dans un problème purement personnel lié à un besoin de toujours pluss ? Vous voyez ? comprenez ? Encore une fois, tout est question d'équilibre et j'ai du mal à le trouver...

Ce besoin de certitude aussi... je ressens ce besoin de certitude que l'autre est bien avec moi et qu'il veut donc rester.. Mais... on a jamais de certitude dans la vie je sais bien, même moi je veux pas donner de certitude mais... en même temps.. Pensez-vous que la nature d'une relation en question en dépend ? Jveux dire... est-ce que ce serait un truc très caricatural à base de " plus la relation est bonne, et stable... moins le doute se ramène ? "

Comment-voyez vous tout ça vous ?


Paradoxa

Messages : 223
Date d'inscription : 11/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par MrMerlin le Mer 1 Aoû 2018 - 13:57

Pour moi c'est simple : si pour rester dans une relation j'ai besoin de l'analyser avec mon intellect, c'est qu'elle n'est pas assez forte pour que j'y reste.
Pas sûr que ça vous aidera ...

MrMerlin
MrMerlin

Messages : 613
Date d'inscription : 09/02/2016
Localisation : Près de Brocéliande (Bzh)

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par Luddo le Sam 4 Aoû 2018 - 11:49

Je me reconnais dans ton questionnement. Je n’ei pas de réponse. J’espère encore rencontrer quelqu’un qui puisse me stimuler intellectuellement et amoureusement sur le moyen terme. J’ai failli tout sacrifier il y a deux ans pour vivre une telle relation et a posteriori j’ai eu tort de ne pas le faire. J’ai patienté et ceci a tout fait basculé. C’était peut étre un rêve vain mais j’espere qu’une nouvelle opportunité de presentera et que j’aurai le courage de me lancer dans le vide. Au plaisir de vous lire

Luddo

Messages : 4
Date d'inscription : 02/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par zelda007 le Sam 4 Aoû 2018 - 12:23

Ah le doute dans les relations amoureuses ! J'ai pensé comme toi pendant longtemps à constamment douter des choses. C'est épuisant et puis maintenant, je préfère prendre du recul et attendre ce que la vie me réserve au niveau du couple. Une relation parfaite n'existe pas donc on ne peut pas rechercher la perfection. Il faut faire des concessions dans son couple et donc être ouvert à de nouveaux modes de fonctionnement. L'autre personne ne sera certainement jamais comme tu le souhaites, tout est une question d'adaptation.
De mon côté, la seule chose que je recherche pour ma future femme, c'est une personne qui m'accepte comme je suis. J'ai trop eu dans le passé des relations ou des remarques du genre "tu es bizarre", "tu es trop différent de nous", "tu te prends la tête..." ... Et franchement, ce genre de personne je préfère les fuir !

Comme dit le dicton, mieux vaut être seul(e) que mal accompagné (enfin pour moi).

Bon courage Smile

zelda007

Messages : 141
Date d'inscription : 05/04/2018
Age : 31
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par Déraciné le Mer 26 Sep 2018 - 23:15

Bonjour,

Je me reconnais beaucoup dans ce message, aussi bien dans la relation de couple que dans d'autres aspects de ma vie. J'ignore si "plus la relation est stable moins le doute se ramène". C'est quelque chose que je n'ai vécu qu'une fois, et je l'ai amèrement regretté. Depuis, j'ai un énorme besoin de franchise et de communication. Parfois trop ? Difficile à dire. Trop pour certains, pour une majorité probablement. Mais je suis un peu conditionné, et si la franchise peut être dure, douloureuse, parfois cruelle, elle a le mérite d'être claire. Contrairement aux doutes, qui deviennent vite des sables mouvants dans lesquels tout se perd, et sur lesquels rien ne se batit.

Quand j'ai pris conscience de ça je ne me suis pas retrouvé plus avancé. Parce que ladite franchise n'est pas si simple à trouver. Parce que l'autre est aussi en proie aux doutes, l'autre se pose aussi des questions, éprouve aussi des incertitudes. Et je me finis par me dire que la clé ne réside pas dans la disparition de ces doutes, mais dans la capacité à les gérer, et à en tirer quelque chose quand faire se peut, au même titre que la fidélité ne réside pas dans l'absence totale de désir ou d'attirance pour quelqu'un d'autre, mais dans la capacité à préserver ce qu'on a parce que ça en vaut la peine. Car le doute véhicule aussi des questions de fond auxquelles on n'a toujours pas trouvé de réponse, et certaines de ces réponses nécessitent d'être recherchées.

Lorsqu'on n'est pas pleinement heureux(se), c'est que quelque chose nous travaille ou nous manque ou nous gêne. Ce n'est pas forcément l'autre, mais ce n'est pas forcément PAS l'autre. Et quand les émotions s'en mêlent, rien ne va plus, et il devient dur de déméler les fils.

Je ressens un besoin viscéral de me réinventer régulièrement, ou de me redécouvrir, ou de me défier avec de nouvelles expériences. Et si chaque changement apporte son lot de bien-être, tout fini toujours par retomber au bout du compte. Et je dois recommencer. Sans jamais réellement trouver ce qui me donne autant la bougeotte. En amour, c'est l'inverse. J'ai besoin de stabilité, d'attention, de compréhension, mais, surtout, de franchise, d'honneteté et de communication. Si je ne les ai pas, je finis par me perdre à vouloir absolument les provoquer, ce qui fini toujours par repousser l'autre, ou pire encore, me pousse dans des relations dysfonctionnelles dans lesquelles je suis celui qui éponge les malheurs de l'autre, et qui me retrouve avec les bouchées doubles. Et alors les doutes reprennent la part belle, et à nouveau il faut se battre avec l'hydre dans l'espoir, à défaut de la vaincre, de réussir à la repousser, ne serait-ce qu'un peu, pour pouvoir batir ou rebatir.

"Ca pourrait être pire" oui, ça peut toujours être pire. C'est pas pour ça que ça pourrait pas être mieux. Le "ça pourrait etre pire" est avant tout l'excuse idéale pour ne rien changer, ne jamais sortir de sa zone de confort, qui n'a souvent de confortable que le nom.

"Il faut se contenter de peu" surement. Mais ce fameux "peu" n'est pas toujours aussi simple à identifier.

Il ne faut pas céder aux injonctions d'une norme générique simplement parce qu'elles semblent fonctionner pour d'autres. Il y a une part d'exploration personnelle qui entre toujours en compte dès lors qu'il est question de relations humaines, à mon sens. Et une part de chance, aussi, de faire les bonnes rencontres au bon moment, de trouver de la réussite là où elle n'était pas évidente.

Mais pour ça il ne faut pas se censurer, il faut s'explorer. Trouver ce qui est acceptable, tolérable, et ce qu'il ne l'est pas. Et de là trouver ce qu'il manque au mélange. Dans le respect de l'autre, toujours, ce qui passe par la franchise et l'écoute.

Je ne sais pas si ça aide, mais c'est ce que ça m'évoque.
Déraciné
Déraciné

Messages : 10
Date d'inscription : 26/09/2018
Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par Havana le Jeu 27 Sep 2018 - 0:33

L'amoureux/amoureuse n'est pas là pour nous stimuler intellectuellement. C'est ça l'erreur de beaucoup de HPI...

Havana

Messages : 13
Date d'inscription : 24/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par berimbau le Jeu 27 Sep 2018 - 14:16

Si je comprends bien, avant ton critère était l'intensité émotionnelle, aujourd'hui tu voudrais une relation plus "ancrée", stable. Je trouve ça normal et totalement réalisable. Mais tu ne peux pas tout avoir, ça c'est sûr!

Métaphore bancale, mais c'est tout ce qui me vient là:

Imagine un cocktail (rhum - coca. Tu peux ef aire à ton goût comme tu veux, mais ton verre aura toujours la même taille. Si tu rajoutes du rhum, tu auras forcément moins de coca; si tu préfères le coca, tu auras moins de rhum. Bref, à toi de choisir ton dosage.

Par contre pour le type de relation qui tu imagines, il faudra plus de la patience. Entrer dans la vie d'un autre et laisser l'autre entre dans sa vie, ça ne se fait forcément pas du jour au lendemain.
berimbau
berimbau

Messages : 172
Date d'inscription : 24/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par berimbau le Jeu 27 Sep 2018 - 14:18

Havana a écrit:L'amoureux/amoureuse n'est pas là pour nous stimuler intellectuellement. C'est ça l'erreur de beaucoup de HPI...

L'autre ne peut pas nous apporter la stimulation intellectuelle comme ça sur un plateau, faut aller la chercher aussi mais je ne trouve pas que ce soit incompatible, surtout si l'autre est aussi HPI.
berimbau
berimbau

Messages : 172
Date d'inscription : 24/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par Charv le Jeu 27 Sep 2018 - 22:55

berimbau a écrit:
Métaphore bancale, mais c'est tout ce qui me vient là:

Imagine un cocktail (rhum - coca. Tu peux ef aire à ton goût comme tu veux, mais ton verre aura toujours la même taille. Si tu rajoutes du rhum, tu auras forcément moins de coca; si tu préfères le coca, tu auras moins de rhum. Bref, à toi de choisir ton dosage.


Mmmmf... Berimbau, je t'ai lu plus fulgurant, passka vrai dire, elle me cause pas trop, ta métaphore, là... Pourquoi faudrait-il toujours garder le même verre ??? Pourquoi se limiter au Cuba Libre ? On peut boire dans un dé à coudre, dans une tasse de thé, dans un ballon, dans un seau à champagne, dans une chaussure à talon, à même la bouche de l'autre, ou pourquoi pas - pour les plus esthètes !- laper par terre ou respirer les effluves... Bref, à mon sens, si aimer dans la durée, c'est avoir tous les jours le même verre, et la même boisson, c'est à crever d'ennui !

Ce qui, à mon sens toujours, n'exclut en rien le besoin de sécurité. C'est savoir qu'avec l'autre, on peut chaque jour inventer un nouveau cocktail, explosif parfois, sirupeux à l'occasion, teinté d'amertume aussi, ou à vous réveiller les morts (ou les voisins !)... C'est aussi apprécier le plaisir de revenir aux "valeurs sûres", aux vertus toujours renouvelées de ce vieil Highley 15 ans d'âge... Ces vieux pots où l'on fait les soupes... Mais que ce soit un choix toujours renouvelé, et pas la facilité d'une habitude sclérosante et mortifère !

Evidemment, et c'est un lieu commun ô combien vérifié, après des premiers temps de passion débordante, les choses se tassent, l'urgence de l'autre ralentit. On s'assagit. Mais si, à chaque étape de l'être ensemble, ne se posent pas de nouvelles constructions, de nouvelles propositions ensemble (une maison à construire, des enfants à élever, des thèses à rédiger, des spectacles à monter, des mondes à conquérir, des dragons à combattre...), alors... RIP. Et, certes, le montage du projet peut être l'occasion du déchirement amoureux. Mais, si pas de projet (comprendre : un truc qui fait vibrer les deux), c'est la mort assurée.


Havana a écrit:L'amoureux/amoureuse n'est pas là pour nous stimuler intellectuellement. C'est ça l'erreur de beaucoup de HPI...

Ben... Si ! A mon sens, du moins. Et à quelques "nuances" près.

La première, de nuance, c'est que, de la "stimulation", OUI ! Mais "intellectuelle"... mouaif... pas forcément. Pourquoi pas, hein ? Mais faut pas oublier les stimulations esthétiques, sexuelles, mystiques, parentales, voyagistes, artistiques, que sais-je. J'ai toujours eu (et ai toujours !) un grand plaisir à converser ("intellectuellement") avec la mère de mes enfants (une ex, donc). Et nos enfants, aujourd'hui encore, nous sont l'un à l'autre une sacrée stimulation commune. Et, clairement, l'un comme l'autre sommes prêts à nous "arracher" pour eux (au sens populaire, mais il s'agit bien de se sortir d'un état pour parvenir à un autre, et un autre, et un autre...). Mais, en dehors de ça, dans quel ennui sommes-nous tombés... Histoires d'attentes mal formulées, impossibles à combler, dissonantes, de faux self aussi sans doute... Bref.

La seconde nuance (la principale !) : l'erreur, c'est d'attendre de l'autre. JE dois m'efforcer de stimuler l'autre. De le séduire. De l'aider à grandir. D'être force de proposition pour lui. De l'emmener voir cette chapelle Sixtine dont il parle tant. Ou ce salon du Lego (dédicace inside !) qui le fait triper. Ou lui faire découvrir pourquoi, pour moi, arriver à prendre (ou même à louper !) cette truite que j'ai mis 73 minutes à approcher en rampant dans la boue, de la flotte gelée plein les waders, tout en me faisant dévorer par les moustiques, cela confine au pied ultime.

A mon sens (oui, à "seulement" 120 messages, je mets encore beaucoup de précautions oratoires, mais un jour, peut-être, je pérempterai allègrement !), à mon sens, donc, (et re, et dix de der), c'est lorsque on oublie de "stimuler" l'autre (même, ne crachons pas dedans, avec la bonne soupe de "maman" !) que les carottes sont cuites. Quand on y pense plus, ou qu'on se dit "à quoi bon", parce la vie, parce que le quotidien, parce les couches de la gamine, parce que cette foutue chasse d'eau à changer, parce que ces putain de chaussettes qui trainent encore, parce que la fin du mois et les impôts locaux...

L'erreur à mon sens c'est d'attendre de l'autre. Ca doit d'abord, comme souvent toujours, venir de soi. Réveiller, attiser, le désir. de soi. de l'autre. pour soi. pour l'autre. pour nous.
Charv
Charv

Messages : 519
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 42
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par Charv le Jeu 27 Sep 2018 - 23:01

... et j'ai réussi à ne pas utiliser une seule fois le mot "couple", dont la simple évocation me donne envie de bailler-mourir d'ennui-tuer-vomir-fuir-changer de trottoir (rayer les mentions inutiles)...
Charv
Charv

Messages : 519
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 42
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par berimbau le Ven 28 Sep 2018 - 10:02

Charv a écrit:

Mmmmf... Berimbau, je t'ai lu plus fulgurant, passka vrai dire, elle me cause pas trop, ta métaphore, là... Pourquoi faudrait-il toujours garder le même verre ??? Pourquoi se limiter au Cuba Libre ? On peut boire dans un dé à coudre, dans une tasse de thé, dans un ballon, dans un seau à champagne, dans une chaussure à talon, à même la bouche de l'autre, ou pourquoi pas - pour les plus esthètes !- laper par terre ou respirer les effluves... Bref, à mon sens, si aimer dans la durée, c'est avoir tous les jours le même verre, et la même boisson, c'est à crever d'ennui !

Ce qui, à mon sens toujours, n'exclut en rien le besoin de sécurité. C'est savoir qu'avec l'autre, on peut chaque jour inventer un nouveau cocktail, explosif parfois, sirupeux à l'occasion, teinté d'amertume aussi, ou à vous réveiller les morts (ou les voisins !)... C'est aussi apprécier le plaisir de revenir aux "valeurs sûres", aux vertus toujours renouvelées de ce vieil Highley 15 ans d'âge... Ces vieux pots où l'on fait les soupes... Mais que ce soit un choix toujours renouvelé, et pas la facilité d'une habitude sclérosante et mortifère !

Evidemment, et c'est un lieu commun ô combien vérifié, après des premiers temps de passion débordante, les choses se tassent, l'urgence de l'autre ralentit. On s'assagit. Mais si, à chaque étape de l'être ensemble, ne se posent pas de nouvelles constructions, de nouvelles propositions ensemble (une maison à construire, des enfants à élever, des thèses à rédiger, des spectacles à monter, des mondes à conquérir, des dragons à combattre...), alors... RIP. Et, certes, le montage du projet peut être l'occasion du déchirement amoureux. Mais, si pas de projet (comprendre : un truc qui fait vibrer les deux), c'est la mort assurée.



Bon, j'en retiendrai que j'ai parfois été fulgurante :p

Je veux dire: la vie de couple, on peut l'imaginer de mille façons, ça peut (doit?) évoluer, mais il faut toujours avoir conscience des limites. L'autre ne peut pas nous donner TOUT ce qu'on veut quand on veut.
Tu peux vouloir l'amour fou, des projets long terme, des enfants, etc... Si tu accepte que ça arrive l'un après l'autre, ça va. Si tu veux tout ça en même temps, ça coince.

ex:
je veux qu'on soit à la fois très complices et très indépendants : marche pas.
je veux qu'on soit parfois très complices, parfois très indépendants : ok
je veux qu'on soit dans un juste milieu entre complicité et indépendance : ok

Tu parles de l'intérêt d'avoir des projets, je suis entièrement d'accord. Par contre les projets peuvent être très différents selon les personnes: combattre des dragons pour certains, créer un confort pour passer le reste de sa vie peinard sur son canap, pour d'autres. Bon ,je pense qu'ici on penche plutôt pour les dragons...

C'est mieux que le cocktail?
berimbau
berimbau

Messages : 172
Date d'inscription : 24/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par Charv le Ven 28 Sep 2018 - 10:48

berimbau a écrit:

Bon, j'en retiendrai que j'ai parfois été fulgurante :p

C'est ça qu'y faut !
Quant à moi, je retiendrai que tu es fulgurant-E.


berimbau a écrit:
L'autre ne peut pas nous donner TOUT ce qu'on veut quand on veut.

Bien évidemment. Mais, et j'insiste là-dessus, il me semble, fort de ma petite expérience de vie (et des vies partagées à 2, j'en ai connu un certain nombre...), que l'essentiel consiste non pas à attendre de l'autre, mais bien d'abord à "donner" (au sens de force de proposition / stimulation, notamment) de SOI. Pas toujours facile, oui, et je parle en connaissance de cause...


berimbau a écrit:

Tu parles de l'intérêt d'avoir des projets, je suis entièrement d'accord. Par contre les projets peuvent être très différents selon les personnes: combattre des dragons pour certains, créer un confort pour passer le reste de sa vie peinard sur son canap, pour d'autres. Bon ,je pense qu'ici on penche plutôt pour les dragons...

CQFD.
Et chacun est libre d'avoir les rêves qu'il veut, et de prendre son pied comme il l'entend. Sauf, et c'est le sens de ce que je soulevais en évoquant ma vie privée ("j'ai une vie privée, comme dirait l'autre. Privée de tout !"), si c'est à l'intérieur du duo amoureux que chacun aspire (trop) différemment. Là, ou bien on marche en mode "je suis en cou-couple pour les impôts / les enfants / l'hygiène (!) sexuelle / me rassurer dans mes petites angoisses existentielles" et je prends mon pied (intellectuel, professionnel ou sexuel) résolument en dehors du cou-couple (ce qui me fait gerber, et d'autant plus que j'ai moi aussi, pauvre humain, largement donné dans ce type de relation... Faux self, quand tu nous tiens !), soit le duo crève.
Et dans ce cas, je partage l'avis tout en finesse du Professeur Choron : "qu'il crève !"


berimbau a écrit:
C'est mieux que le cocktail?

Voui. Bisous
Charv
Charv

Messages : 519
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 42
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par berimbau le Ven 28 Sep 2018 - 12:11

Charv a écrit:


berimbau a écrit:
L'autre ne peut pas nous donner TOUT ce qu'on veut quand on veut.

Bien évidemment. Mais, et j'insiste là-dessus, il me semble, fort de ma petite expérience de vie (et des vies partagées à 2, j'en ai connu un certain nombre...), que l'essentiel consiste non pas à attendre de l'autre, mais bien d'abord à "donner" (au sens de force de proposition / stimulation, notamment) de SOI. Pas toujours facile, oui, et je parle en connaissance de cause...


Aspect important en effet!

Je crois qu'en fait il y a 4 composantes:
- ce que l'autre peut donner
- ce que l'on peut recevoir
- ce que l'on peut donner
- ce que l'autre peut recevoir

"peut" peut être remplacer par "veut"

Charv a écrit:

berimbau a écrit:
C'est mieux que le cocktail?

Voui. Bisous

Bisous
berimbau
berimbau

Messages : 172
Date d'inscription : 24/04/2018

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par siamois93 le Ven 28 Sep 2018 - 13:00

Donner pour recevoir, donner pour donner, recevoir pour donner, recevoir pour recevoir...

L'autre/moi : il n'y a pas forcément de sens, ce que je fais, dis, pense est toujours à double sens.
siamois93
siamois93

Messages : 5213
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 52
Localisation : Somewhere over the rainbow

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par ♚ Strigide ♚ le Ven 28 Sep 2018 - 13:30

♚ Strigide ♚
♚ Strigide ♚

Messages : 284
Date d'inscription : 20/09/2013
Age : 90
Localisation : Ailleurs ?

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par Arayures le Jeu 3 Jan 2019 - 23:08

Vos messages me parlent beaucoup. Je me permets d'ajouter mon témoignage.

Je suis en couple depuis 8 ans. Nous avons 60 ans à nous deux Smile

J'admire l'homme avec lequel je suis pour son intelligence impressionnante, sa grande culture, sa soif d'apprendre et sa confiance en lui. Nous nous entendons bien et je ressens pour lui amour et tendresse. Je crois pouvoir affirmer qu'il m'aime aussi très fort.

Bref, tout irait bien si... si je ne doutais pas en permanence. Je doute dès que nous vivons une petite difficulté, je remets en cause l'ensemble de notre relation à chaque dispute ou quand j'estime ses propos trop durs, je parle de rupture dès qu'il me donne insuffisamment de nouvelles pendant quelques jours (il est régulièrement en déplacement). Je me construis des histoires à partir de détails accumulés. C'est épuisant. Pour lui, pour moi, pour notre relation.

Pourtant, j'ai beaucoup lu sur le couple, j'ai beaucoup travaillé sur moi, j'ai analysé notre fonctionnement. J'ai conscience que mon esprit divague sans cesse et que je cogite à notre sujet dès que rien d'autre n'occupe mon cerveau.

Dans ma vie professionnelle, je doute aussi souvent. J'ai démissionné 3 fois. Aujourd'hui, j'ai trouvé "la paix" en devenant indépendante et gérant plusieurs projets en parallèle. Je me sens épanouie car je m'organise comme je veux et j'ai toujours la tête occupée. Cela me fait dire que si les choses se passaient vraiment bien dans mon couple, j'aurais là aussi trouvé la paix depuis le temps ? Non ?

Bref, voici mon petit témoignage.

Arayures

Messages : 4
Date d'inscription : 03/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Des doutes, toujours des doutes.. Empty Re: Des doutes, toujours des doutes..

Message par Rita le Lun 21 Jan 2019 - 9:31

Bonjour tout le monde,
Je suis venue sur ce sujet, car comme vous pouvez le deviner le doute, c'est un peu, beaucoup mon mode de fonctionnement.
Comme Arayures juste au dessus, je suis tjs en train de tout remettre en question. Je suis en couple et encore dernièrement, je me disais, je me dis, que je ne lui corresponds pas. Ceci arrive toujours quand nous sommes en communauté, lui hyper sociable, moi réservée. Et je me dis que je fais tâche, je le ralentis, et ce, dans tous les domaines.
Et ce qui me fait encore plus douter, c'est le peu de réponses que m'apporte mon conjoint. Je pense que j'ai besoin d'être rassurée, et en fait j'ai le droit au silence. Je sais qu'il est triste/vexé car il pense que si je mets tout en doute c'est grave. Le truc c'est que je le fais tout le temps, mais que d'habitude, j'arrive à prendre sur moi. Et là, vu l'ambiance que mes remarques ont instaurée, je me dis qu'une fois de plus j'aurais du me taire. Et je suis déçue car je n'ai au final personne à qui me confier dans ce cas...

Coté job, bizarrement j'ai craqué qq jours avant de craquer coté couple. et je ne trouve pas de CDI et d'un coté je sens que les CDD me permette de tenir car il y a une date de fin.

Je me dis que je ne suis pas faite pour être en couple, car je ne serai jamais vraiment heureuse, toujours douteuse. Faire subir ça à qqun, c'est compliqué. Par exemple, là, il pensait que notre sortie s'était bien passée, il a adoré. Et moi j'attendais que ça finisse et j'ai détesté. D'un coté il ne remarque rien, ce qui est normal car je ne dis rien. De l'autre quand je m'exprime, il est déçu et sa (non)réaction me peine..

Pour les projets en parallèle @arayures, je me dis que ça aide à ne pas trop réfléchir, mais est-ce que ce n'est pas temporaire?
Est-ce que tu ne doutes pas pr ton couple car il y a le facteur non-contrôle car on est avec une autre personne tout simplement?
Est-ce que ces doutes étaient là avec tes anciens conjoints? dans mon cas, j'ai toujours fonctionné comme ça. Là ça dure, car je prends plus sur moi, je pense, mais je bous toujours à l'intérieur.

Rita

Messages : 18
Date d'inscription : 06/10/2017
Localisation : Gard

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum