En guise de préambule : un "petit bout" de moi

Aller en bas

En guise de préambule : un "petit bout" de moi  Empty En guise de préambule : un "petit bout" de moi

Message par keypart le Mar 3 Oct 2017 - 21:52

Bonjour,

Voici comment commence mon existence : j'avais un strabisme à 6 mois et un cache à l’œil de fait (je louchais), les jeunes se moquaient, me traitaient de "limace", d'"endormi", même l'institutrice d’"empoté" devant la classe en rang, j'avais honte me sentant nul.

Ensuite en 6ème, la prof de français à dit à mes parents que je n'arriverais jamais à rien dans la vie. Que j'étais un raté pour faire simple.

Or, quand mes parents m'ont amenés en consultation chez un psy à 30 km du domicile, résultat je suis ce qu'il y a de plus normal. Que j'étais simplement gâté, trop choyé. En effet m'a mère m'a couvé mais voilà, j'étais en fusion avec elle. Mais mon père étais démissionnaire et je ne me souviens plus de l'affection que ma mère me portait, je n'ai presque aucun souvenir de mon enfance de 0 à 7 ans voire 8. J'ai tout "refoulé". Quelques souvenirs mais très brefs, des événements flous qui remontent à la conscience.

Un père rabaissant, des parents pas démonstratif pour un sou, je ne dormais presque rien, et je pleurais jours et nuits d'après eux, enfin, mes parents ont eu une existence "chaotique" (né dans les années 1950',60' pour mon père et ma mère respectivement, manquant eux-mêmes de repères sinon des repères très défaillants pour ne dire pis.
Je me renseigne à peine sur mon passé par téléphone car je n'ai pas l'occasion de les voir et je n'aime pas trop être là bas (mauvais souvenirs).
Il faut savoir que mes parents ne savent pratiquement pas communiquer, et sont souvent dans le déni, loin d'approfondir quoi que ce soit, pris dans leur routine et conflits incessants avec le grand père côté maternel qui vit la-bas et qui les insupportent puis le jeune dernier de 22 ans qui a un début d’existence plus que problématique, après il est entouré et cherche à évacuer, à combler sa souffrance.

Mon père est inhibé, ma mère cherche à séduire, mais est prête à se faire avoir tant qu'elle a de l'attention, mère tyrannique, qui l'a traité comme une esclave.

Pour ma part, j'ai finit par me couper de mes émotions (vous comprendrez si ce n'est déjà fait), j'en ressens par moments mais cela reste des fulgurances, j'ai occasionné quantité de dégâts en couple (2007-2014). Même si j'avais conscience que l'issue était inévitable, ça a finit par se déliter peu à peu. Je me suis retrouvé seul en dépression, dans des addictions, et une vie en décalage total, un laissé aller. Je me suis repris début 2017 mais je rechute un peu depuis un mois et demi à peu près (relance sociale non concluante : juin à août dernier, j'ai finis par jeter l'éponge peut être pas définitivement, je n'en sais rien).

(Je développerais davantage une autre fois dans un autre sujet mon parcours, vous avez un avant goût encore une fois, car ça reste beaucoup plus complexe que ça).
keypart
keypart

Messages : 70
Date d'inscription : 01/10/2017
Age : 33

https://klamyx.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

En guise de préambule : un "petit bout" de moi  Empty Re: En guise de préambule : un "petit bout" de moi

Message par Fab. Fabrice le Mar 3 Oct 2017 - 22:45

Rien de cela n'empêche de te souhaiter la bienvenue
Fab. Fabrice
Fab. Fabrice

Messages : 1328
Date d'inscription : 13/06/2015
Age : 50
Localisation : Entre Moules-Frites et Huitres-Melon

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum