Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ortolan le Ven 23 Juin 2017 - 7:50

Shocked Charmante !
Bon courage Papy Neutral
avatar
ortolan
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5242
Date d'inscription : 31/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Nevermind le Sam 24 Juin 2017 - 20:32

Toc toc...
Bon, j'entre on verra bien. Je découvre la savane ...

Alors déjà, y m'a fallu pas loin d'un demi-siècle de grattage, frottage, érodage-à-la-pierre-ponce-dopée-au-diamant, récuration, briquement, mais je m'égare ... pour découvrir que le bourrin que j'étais portait des rayures..

Et alors crac, dans la foulée (je sais, c'est trot) je réalise que si ma mère en avait... ben elle en a. Des rayures. Et elle ne le sait pas. Ou ne veut pas le savoir. Je soupçonne un p... de mahousse déni chez elle.

Et alors je comprends son comportement. Le contrôle absolu dans lequel elle tient toute chose, et je pense avant tout à ses relations amicales, menées sur un mode surprenant...
Je comprends aussi pourquoi, alors que l'ensemble de mes petits camarades me brisaient les noix (et à l'adolescence, c'est rien contrariant) avec une vivacité d'esprit qui supposément les impressionnait, de retour à la maison je me sentais lent et empoté. Elle comprenait, raisonnait plus vite que moi.

Voili voilou....si Cuicui est toujours à l'écoute je suis bien certain de ne pas avoir vraiment répondu à sa question. Je m'aperçois aussi que j'ai réussi à parlé de ma mère en termes uniquement raisonneurs.... F.. mais à quel type de déstructuré du bulbe appartiens-je donc ??
avatar
Nevermind
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 9
Date d'inscription : 24/06/2017
Localisation : parfois 70, parfois 90, d'autres fois ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par tordopensant le Sam 24 Juin 2017 - 23:23

Ahh encore ma mère...désolé j'arrive à ne pas la détester, et même à vouloir qu'elle soit bien, mais j'arrive pas à l'aimer

tordopensant
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 35
Date d'inscription : 15/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Lun 26 Juin 2017 - 7:31

mais à quel type de déstructuré du bulbe appartiens-je donc ??
Les chiens ne font pas des chats... Demande donc à ta mère ! Razz

Plus hachement sérieusement, oui, je continue à suivre ce fil même si je n'ai pas grand chose à y dire tant les mères me gonflent ces temps-ci. La pire d'entre elles à me gaver ces temps-ci étant celle de mes enfants...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ifness le Lun 26 Juin 2017 - 19:43

'tain, Chuna,
j'te savais pas si spé en PQ....... Very Happy

(On se retrouve partout, ma belle)

Bon, bref.
Chais pas quoi dire, moi.

Ma mère, je l'ai pas aimée.
Elle m'a abandonné (à ma grand-mère) et a apparemment joué la séduction,
naturelle (?).
Elle m'a "repris vers mes 6 ans, et j'ai performé mon Oedipe sans grand succès.

En fait, clairement : ma grand-mère est toujours restée ma référence affective,
et j'ai cherché ailleurs des femmes dont tombé amoureux,
ce que je chargeais mon père, ce héros,
qui pouvait (et était digne de) épouser mes chéries.
(Donc ; pas ma mère).

J'ai vécu ça jusqu'à mon âge adulte, ma compagne actu (et mère de nos enfants) en est témoin désolée.

Ca fait pas un équilibre, sûr.

Mesdames, si vous nous parliez de vos pères ? :-)

Mais, oui, c'est évident, la mère est une figure productrice.
Almodovar n'existerait pas si.
Et tant d'autres.

Ca m'agace.
Car : où est la liberté, dans tout ça ?

Moi je crois,
hélas,
que nous sommes esclaves de nos enfances.
Je le pense à + de 60 ans.

Je suis triste.

Je me suis toute ma vie
battu
contre
et c'est beaucoup de temps perdu.

Je pense que beaucoup d'intellectuels ont dû effectuer la même démarche?

Démarche nécessaire, si l'on désire penser "libre".

So long.
I love you.
avatar
ifness
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1017
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 94
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Lun 26 Juin 2017 - 22:14

Parler de nos pères ?
Ben, ouvre donc un sujet Ifness ! Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ifness le Mar 27 Juin 2017 - 0:11

Non, je n'ai pas de pb avec mon père,
c'est à vous, mesdames, de pérorer sur le thème, non ?

(On voit souvent des hommes amoureux des femmes, voire de certaines femmes, voire de plus précisément....c'est pourquoi je citais Almodovar, que j'adore.)

Mais c'est plus ambigu/complexe vis à vis des hommes.

On rit souvent de ces femmes qui recherchent des hommes + âgés.
J'ai connu perso un ex de ces femmes. Même 2. Perso, je dis bien.

Quête du père. Imago du père. Ou père manquant.

Mais je ne vais pas + loin. Je ne désire pas modeler le fil.

Si ça t'inspire, ouvre donc un fil, Cuicui.
Moi, ça va.
Tu sais, parfois j'écris ici en songeant que ce pourrait être mon père qui tape sur le clavier.
Primo parce qu'il a écrit des choses, et les a tapées sur un (vieux) clavier.
Secundo parce que mon père est en moi. Et c'est chouette.

Donc pas de pb.

NB. Si tu ouvres un fil, préviens-moi, ma chérie ! Wink
avatar
ifness
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1017
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 94
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par jolindien le Mar 27 Juin 2017 - 6:54

If,
la peur,
avoir peur de l'étincelle de vie,
celle qui enfant nous rendait libre.
Avoir peur,
et rester dans cette cage,
limitante, limitée.
Esclave de soi-même,
scission de l'être, dans l'être.

L'homme aurait donc eu l'illusion de chuter...
alors pourquoi donc l'enfant ne se soucie pas de cela?
Jusqu'à ce que l'adulte lui enlève sa part d'éternité.

jolindien
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1214
Date d'inscription : 05/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Mar 27 Juin 2017 - 9:45

Bah, non, je n'ouvrirai pas de fil sur les pères. Je n'ai rien à dire sur les pères. Le mien était là sans y être. Il ne m'a jamais fait chier, il ne m'a jamais éduquée. Aucun carcan inside. Peut-être lui dois-je une part de ma liberté ?
Je n'ai jamais été attirée par un homme beaucoup plus âgé, pas plus que beaucoup plus jeune. Je me sens inscrite dans ma génération avec un beau fossé de part et d'autre.

Par contre je vois bien l'imprégnation du père de mes enfants et je me rends compte à quel point, ça les rend bien plus solides que je ne l'aie jamais été. En ça, peut-être oui, je peux parfois un peu pleurer sa présence absente. Ç'aurait été plus facile d'avoir été tenue parfois par la main. Enfant, j'ai bénéficié de la présence d'un frère plus âgé que moi et d'un autre visage masculin attentif.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par L'Homme qui Sait le Mer 28 Juin 2017 - 11:20

Cuicui a écrit:Alors lâchez vous donc, Messieurs ! Levez donc ce tabou, il pourrait sauver l'humanité !  Razz
Aller, sauvons l'humanité alors ! What a Face

Je suis né quand ma mère avait 22 ans. Plus intelligente et plus belle que la moyenne des autres femmes de son entourage. Ingénieur chimiste en Russie. Femme russe assez typique, dans certains sens.

Elle est extrêmement bosseuse. J'ai souvent admiré ça, chez elle. Dès qu'il fallait bosser, elle bossait sans se poser de question. sans jamais être freinée par quelconque fainéantise. C'est quelque chose dont je regrette ne pas avoir été davantage inspiré. Elle a porté notre famille dans notre ascension sociale : de sans-papiers dans la misère en 1992 (après immigration en France) à multi-propriétaire au Canada depuis 2007-2008. Âme de business-woman mais sans le don de communication. Elle tient de sa mère une certaine hypocrisie palpable dans ses relations sociales. C'est pour ça qu'elle n'a pas pu encore plus percer dans la vie, par rapport à grande quantité de travail et efforts fournis.
Et lorsqu'elle essayait de me transmettre cette hargne travailleuse : elle le faisait toujours en forçant et sans expliquer. Un peu à l'image de l'éducation russe typique : j'te donne une tarte pour que tu comprennes. J'étais pas d'accord avec ça, évidemment.

À part ça, elle est très standard : des tendances hystériques et nerveuses, comme la plupart des femmes actives. Mes principes et ses principes ont souvent été décalés. L'éducation s'est très très vite inversée depuis mon adolescence c'est plutôt elle qui m'écoute et qui essaie d'aller dans mon sens par rapport à son développement personnel. Et, aujourd'hui, elle me prend pour le psy familial. Ou alors le consultant multifonction Very Happy

Ce décalage de principes a fait que, durant mon enfance, nous avons eu beaucoup de désaccords. En fait, il y a surtout un décalage éducatif, vu que nous avons immigrés en France lorsque j'avais 5 ans. Et l'éducation sociétale française est l'opposée de la russe. Du coup : j'étais entre les deux ; entre mes copains, mes professeurs Français et ma famille soviétique. Elle était toujours dans des impulsions et ordres complètement subjectifs et émotifs (et parfois rythmé sur des bases de croyances orthodoxes et coutumes superstitieuses ce avec quoi je n'étais pas d'accord non plus), alors que moi j'essayais de regarder la justesse et la justice objective. Mais on peut dire que, au moins, elle m'a appris tout ce qu'il ne faut pas faire, surtout avec ses enfants !
avatar
L'Homme qui Sait
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 393
Date d'inscription : 25/10/2016
Age : 29
Localisation : Rôde autour de Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Invité le Ven 30 Juin 2017 - 15:45

Merci pour vos témoignages.
Je vous laisse continuer...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par ifness le Jeu 3 Aoû 2017 - 18:27

Bon, j'aimais pas ma mère.

Et puis il s'est trouvé que je me suis re-trouvé son "tuteur" (après micro-AVC qui lui ont fait perdre la conscience de la continuïté du présent) et que j'ai été le témoin (solitaire) de sa mort clinique à l'Hôpital d'Alès. J'ai pleuré.
J'ai aussi (bien qu'ayant un frère) organisé son enterrement en Picardie Maritime.

Depuis, je repense à ma mère.
Certes je ne l'aime pas (ma grand-mère paternelle m'a servi de référent affectif)
mais je pense à elle presque chaque jour.
J'ai envie de lui dire des choses, qu'elle ne comprendrait pas.....
C'est ma mère.
Dans sa chambre mortuaire, j'ai regardé son ventre et me suis dit : "c'est de là que je suis sorti".
Drôle de pensée.
Je pense à ma mère chaque jour et j'aimerais lui onfier, lui apprendre des choses.
J'aimais ma mère.

J'ai toujours pensé que j'étais plutôt sorti du ventre de ma grand-mère, comme mon père. Ma grand-mère qui m'a élevé, à qui on m'a abandonné. Ma grand-mère tant aimée, mais si peu sexy. Aimable; aimante, et...vieille.
(NB. D'où les "remplaçantes" oedipiennes qui jalonnèrent ma jeunesse.)

Ensuite on peut s'amuser à suivre les pérégrinations d'une âme issue de ces limbes.

J'ai désiré ma grand-mère, haï ma mère,
trouvé une compagne remarquable mais incomplète qui semblait (j'avais 21 ans) remplir les cases,
et puis désiré, désiré
désiré.

J'ai eu 2 amoureuses (sérieuses).
La 1ère m'a formé, comme on forme un enfant,
+ mère de moi que de ses 2 filles;

la 2nde m'a initié aux plaisirs de l'Amour.

Parlons-en.

Je vous écoute, et vous aime, compagnes et compagnons.

So long.
avatar
ifness
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1017
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 94
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messieurs : et si vous nous parliez de vos mères ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum