Phrases assassines

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Aethos le Jeu 24 Oct 2013 - 12:53

MDR... génialissime... c'est tellement beau que c'en est vrai et inversement Laughing 

@Shakespeare... Je comprends bien, ma logorrhée était à vocation cathartique , très personnellement sûrement... mais j'ai vraiment bien aimé ta formulation, d’où ma longue tirade...

Il est vrai que très tôt je me suis dit que l'on ne pouvait ressentir de haine que face à l'amour... perdu, détruit, abandonné, disparu... Et que lorsque l'on réalise qu'il n'a jamais été le notre strictement parlant et que donc je ne peux être dépossédé de ce que je ne possède pas... on ne ressent plus de haine.

EN fait, pour moi, dire à quelqu'un qu'on l'aime... c'est:
- lui dire que l'on espère participer à son bonheur, lui donner envie d'être heureux...
- que "je" sait que "tu" es...
- que "je" a envie "d'appartenir" à l'autre... comprenons être l'objet de son amour...
- que "tu" est et que "je" est aussi...que "je" suis...

Ces phrases assassines pour revenir au sujet initial du poste... l'horreur est bien souvent leur légitimité subjective comme nous l'avons relevé... ce qui est plus étonnant c'est leur déconnexion total avec leur objet... l'autre... tout ce qui n'est pas moi qui dit des atrocités pareilles... et c'est bien l'effet expurgatoire qui est recherché là-dedans...la mise à distance du sujet et de son propre objet, l'image qu'il a de lui-même...

Or, objectivement, aucune violence, d'aucune forme n'est légitime... Elle se doit de passer par le filtre de l'altérité... Or comprendre la violence de l'autre, c'est dépasser l'objet de notre amour pour aller vers le sujet de l'autre, tenter de comprendre quel rapport il entretient à son propre objet, sa propre image en quelque sorte. Dire ensuite que l'on a tenté de le comprendre, mais que cela n'empêche en rien que l'on puisse ne pas être d'accord avec cela... voilà le lien, que l'on choisit alors de perpétuer ou de rompre, mais nous avons toutes et tous cette liberté.

Aucune défense n'est légitime si elle n'est le produit d'une réaction à une attaque objective, sur le moment et dans le lieu... Sinon elle n'est que la compulsion d'angoisse irrationnelle passée et ancrée dans l'histoire de l'individu. Le "si vis pacem para bellum" en est la cristallisation symbolique qui nous a fait croire que la guerre était dans la nature humaine... ce n'est pas la guerre qui est dans la nature humaine, mais sa survie simplement... or on a tôt fait de considérer l'autre comme une menace, tout paniqué que nous sommes à l'idée de perdre la vie, à ,l'idée de nos démons... Mais combien de fois nous sommes nous défendus de choses qui ne s'étaient pas produites maintenant...mais bien avant... serait-ce cela l'apprentissage? Je préfère l'ignorance alors... car me protéger de mon passé je ne peux pas...






Aethos
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 36
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Ise le Jeu 24 Oct 2013 - 13:24

Mimozzz :"Le silence assassine aussi"
Basilice : "Mais Ma Chérie, je m'aime"
Shakespeare : "Je t'aime"
Encre Sombre : "Tu t'es faite renvoyer"

J'aime. Pour moi ces quatre extraits résument le sujet.
Le silence est assassin
La parole est assassine, à la fois quand elle dit la vérité, quand elle ne dit pas a vérité par erreur, volontaire ou non du locuteur.

Je me sens assassinée par

C'est ça en fait.

Notre hypersensibilité. Pour survivre apprendre à laisser passer tout cela au-dessus de notre tête

Il m'est arrivé de vouloir faire comprendre à l'autre ce qu'il me faisait subir.

Exemple 1 : repas de famille, le maître de céans sert du vin à ma belle-soeur, à sa femme, à ses fils, à moi. Je le croise dans la maison plus tard et lui demande de se comporter comme un homme bien élevé, commencer par sa femme, puis par ordre d'âge décroissant chez les femmes et finir par les garçons. Il n'en fait rien.

Exemple 2 : repas de famille, on parle d'Italie, un des hommes présents raconte la Côte Amalfitaine, au nord de Naples... J'interviens pour dire qu'elle se trouve au sud de Naples. Il répète bien fort Non elle est au nord. Je me tais, réfléchis, interviens à nouveau "Désolée mais je souhaite préciser que je maintiens ma position de tout à l'heure : la côte Amalfitaine est bien au SUD de Naples". Enorme silence.

Dans le premier cas on voit que la personne n'a pas souhaité tenir compte de ma demande. Combien comme celui-là, à qui on pourrait dévoiler combien leur comportement nous heurte, et qui continueraient ? Alors à quoi bon le leur dire, ou leur demander quoi que ce soit ? Pour les pires, ils vont recommencer voire faire pire, connaissant ton point faible. Pour les meilleurs ils ne vont même pas comprendre ce que tu leur dis, te comprendre. Ils sont comme ça et on ne peut les changer.

Dans le deuxième cas on voit que j'ai réagi à la tentative de l'autre de m'écraser comme une mouche. L'occasion était trop bonne : il se trompait. Le problème est que cette personne a toujours ce comportement consistant à parler fort pour imposer son point de vue, et que personne ne le contredit. Pour une fois il a été écrabouillé, mais je doute que cela ait été apprécié. Par lui : confirmation que je suis la bête à abattre ! Pour les autres : cela ne les gêne pas, ils l'acceptent comme il est, et ne se sentent pas "assassinés" par son comportement.

Au bout du compte je confirme qu'il nous faut apprendre à ne pas nous sentir attaqués.

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par procrastinator le Jeu 24 Oct 2013 - 13:45

Ise a écrit:
Au bout du compte je confirme qu'il nous faut apprendre à ne pas nous sentir attaqués.
J'aime bien. Mais quand tu t'es construit (ou plutôt inconstruit, bref) dans un climat d'insécurité permanente, à l'intérieur et à l'extérieur du cadre familial, et que tu découvres "ce que tu es" aux deux tiers de ta vie (hypothèse optimiste) malgré ça, que tu imagines ce que tu aurais pu être si... etc etc.

procrastinator
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 302
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 52
Localisation : A côté de la vie

http://schgnorpfs.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Ise le Jeu 24 Oct 2013 - 14:34

@Pro : j'ai appris l'an dernier que je suis zèbre, et tout ce que tu dis là : "Mais quand tu t'es construit (ou plutôt inconstruit, bref) dans un climat d'insécurité permanente, à l'intérieur et à l'extérieur du cadre familial, et que tu découvres "ce que tu es" aux deux tiers de ta vie (hypothèse optimiste) malgré ça, que tu imagines ce que tu aurais pu être si... etc etc.", c'est exactement mes propres pensées. Je pense tout comme toi, et je pense aussi ce que j'ai écrit : que l'on ne meurt pas d'une phrase de l'autre, on meurt de ce qu'on ressent et de ce qu'on en fait... Il nous en faut du courage. Mais quand on arrive à ne pas se sentir visé ne serait-ce qu'une fois, qu'est-ce qu'on apprécie la vie !
Exemple encore : organisation d'une cousinade par ma sister et une de mes cousines. Moi agoraphobe donc hésitant jusqu'au bout mais y allant. Un de mes frères tellement "spécial" qu'il n'y va pas et personne ne lui dit rien. L'autre de mes frères se trompe dans les dates et annonce qu'il ne peut venir.
Réaction de ma soeur : pleurs, appel à mes parents, qui font du chantage à mon frère pour qu'il change ses plans et y aille.
Ma soeur me raconte sa version pour que je sois de son côté
Mes parents ne me disent rien, je ne leur dis rien
Mon frère très secret se confie pour la première fois de notre vie et me raconte sa déception, sur ma soeur, sur mes parents, son sentiment d'injustice.

J'en ai été malade pendant 15 jours. Mais j'ai réussi à rester en dehors de tout cela. J'ai eu envie de dire à chacun ses 4 vérités : ma soeur tu es minable toujours besoin de pleurer auprès de te parents à plus de 40 ans ; mes parents vous êtes minables toujours à la défendre elle au détriment des 3 autres ; mon frère tu es - non, pas minable. Mon frère, tu m'as parlé, mais ce n'est pas à moi qu'il te faut dire ça, plutôt aux principaux intéressés...

Total je n'ai rien dit à personne. Je suis contente d'avoir survécu à cette tension. Je crains de n'avoir pas été très claire, désolée Pro, tellement prise à nouveau à l'évocation de cette histoire... L'idée c'était qu'il nous faut NOUS protéger NOUS-MEMES Very Happy 

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par procrastinator le Jeu 24 Oct 2013 - 14:57

Merci Ise, j'ai tout lu et tout compris (j'ai pas eu un score d'enfer en verbal pour rien jocolor ). J'aime bien ta dernière phrase.

Ise a écrit:@Pro : j'ai appris l'an dernier que je suis zèbre, et tout ce que tu dis là : "Mais quand tu t'es construit (ou plutôt inconstruit, bref) dans un climat d'insécurité permanente, à l'intérieur et à l'extérieur du cadre familial, et que tu découvres "ce que tu es" aux deux tiers de ta vie (hypothèse optimiste) malgré ça, que tu imagines ce que tu aurais pu être si... etc etc.", c'est exactement mes propres pensées. Je pense tout comme toi, et je pense aussi ce que j'ai écrit : que l'on ne meurt pas d'une phrase de l'autre, on meurt de ce qu'on ressent et de ce qu'on en fait... Il nous en faut du courage. Mais quand on arrive à ne pas se sentir visé ne serait-ce qu'une fois, qu'est-ce qu'on apprécie la vie !
J'ai développé une sorte de paranoïa, très vivace dans mes jeunes années, qui a tendance à s'estomper avec le temps, comme tout le reste d'ailleurs...
Je comprends à présent qu'on vit tous dans notre tête, qu'on s'est construit une simulation du monde et qu'on passe une partie de notre temps à traiter ce que nos sens nous transmettent une fois passés les filtres que l'on a élaborés au long de sa vie.

Ise a écrit:J'en ai été malade pendant 15 jours. Mais j'ai réussi à rester en dehors de tout cela. J'ai eu envie de dire à chacun ses 4 vérités : ma soeur tu es minable toujours besoin de pleurer auprès de te parents à plus de 40 ans ; mes parents vous êtes minables toujours à la défendre elle au détriment des 3 autres ; mon frère tu es - non, pas minable. Mon frère, tu m'as parlé, mais ce n'est pas à moi qu'il te faut dire ça, plutôt aux principaux intéressés...

Total je n'ai rien dit à personne. Je suis contente d'avoir survécu à cette tension. Je crains de n'avoir pas été très claire, désolée Pro, tellement prise à nouveau à l'évocation de cette histoire... L'idée c'était qu'il nous faut NOUS protéger NOUS-MEMES Very Happy 
J'ai longtemps vécu ce que j'appelle le "syndrome de Jésus Christ", cette manie de me croire responsable (et coupable) de tout ce qui arrive. C'est très égocentrique d'ailleurs...
Maintenant je passe l'aspirateur devant ma porte (soyons modernes, et puis il faut faire tourner les centrales nucléaires).

Mon grain de sel:
Et puis la Côte Amalfitaine, c'est à l'est de Naples. Je suis formel.

procrastinator
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 302
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 52
Localisation : A côté de la vie

http://schgnorpfs.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Ise le Jeu 24 Oct 2013 - 15:07

Pété de rire Sud et un peu Est, on ne va pas se battre !

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par procrastinator le Jeu 24 Oct 2013 - 15:20

Ise a écrit:Pété de rire Sud et un peu Est, on ne va pas se battre !
Mince, j'ai raté mon coup, la prochaine fois je vérifierai avant d'écrire une grosse c...ie.Embarassed Laughing 

procrastinator
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 302
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 52
Localisation : A côté de la vie

http://schgnorpfs.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Ise le Jeu 24 Oct 2013 - 15:42

"Je comprends à présent qu'on vit tous dans notre tête, qu'on s'est construit une simulation du monde et qu'on passe une partie de notre temps à traiter ce que nos sens nous transmettent une fois passés les filtres que l'on a élaborés au long de sa vie."

Ca alors, depuis 2 voire 3 jours je pense justement aux filtres...
Apparemment toi, moi, nous avons des filtres communs : on a pris beaucoup de comportements d'autres personnes pour des attaques, et on a monté un mur pour y résister. En discutant avec mon mari je lui faisais part de mon incompréhension face à certains agissements pas sympathiques du tout. Lui m'affirmait que chacun affiche un comportement "pour plaire". Je lui répondais que certains s'y prennent de telle façon qu'au contraire ils ne plaisent pas du tout ! Il m'a alors parlé de filtres...
J'essaie de voir ce vieux c..., qui affirme le plus fort possible pour que personne n'ose s'opposer à lui, comme quelqu'un qui a mis un filtre... OK OK il aurait souffert de se faire écraser étant petit ? OK OK mais alors il est très bête puisqu'il n'a pas avancé et essayé de faire tomber ce filtre pour être lui-même...
Conclusion il n'est peut-être pas "très bête" mais il l'est plus que les zèbres ! Faut pas qu'il passe les tests !!!

Tiens au fait tu sais quoi ? Le même, oui le même vieux c... m'a dit l'autre jour "les surdoués j'y crois pas. Les QI oui tout ça mais les surdoués non". J'ai répondu "Toujours aussi aimable !"Twisted Evil 
C'était pas une superbe phrase assassine ça ?

Ton grain de sel:
était une phrase assassine ! Mais je survis tu vois... Very Happy 

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par procrastinator le Jeu 24 Oct 2013 - 17:03

MGDS:
Mon grain de sel était supposé être une grosse c...ie. , une affirmation complètement fausse. Wink
D'ailleurs je n'ai pas encore vérifié.
A côté de mes pompes cette semaine. J'ai failli provoquer un accident en rentrant chez moi, j'ai pilé et fait crisser les pneus, ce qui ne m'arrive jamais, je conduis à l'anticipation et à l'inertie...

procrastinator
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 302
Date d'inscription : 12/08/2013
Age : 52
Localisation : A côté de la vie

http://schgnorpfs.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Ise le Jeu 24 Oct 2013 - 17:26

MGDS à moi:
Prends soin de toi, ne va pas assassiner les gens pour de vrai !

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Mimozzz le Mar 5 Nov 2013 - 21:09

Mon copain m'a sorti une phrase potentiellement assassine : " Le jour où je te quitterai je ne veux pas me souvenir de toi comme d'une tox "
Ca m'a retourné les tripes et permi de réaliser l'image que je renvoyais. C'était ultra violent, mais rempli d'amour comme pensée d'un côté. On a réussi à désamorcer le conflit après heureusement
J'ai de la chance d'avoir un zèbre pour copain qui pèse autant ses propos que moi et qui sait parler

Mimozzz
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 132
Date d'inscription : 17/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mar 5 Nov 2013 - 21:17

ma mère " si seulement je pouvais t'aimer"
" tu sais que tu n'étais pas désirée ? "
" avec ton sale caractère de fouteuse de merde tu finiras vieille fille"
... blablablablabla

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Bliss le Mar 5 Nov 2013 - 21:21

Ouh putain egg² !! No 



Bliss
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 12125
Date d'inscription : 11/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mar 5 Nov 2013 - 21:23

bah quoi ? c'est pas très gentil gentil tu trouves... et encore je dis pas tout :-p mais y'a pire je te jure ! et puis je m'en suis remise à peu près.
Disons, que je m'en sors pas mal du tout avec ce que j'ai vécu !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Bliss le Mar 5 Nov 2013 - 21:24

C'est l'essentiel Wink 


Bliss
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 12125
Date d'inscription : 11/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mar 5 Nov 2013 - 21:32

les phrases, c'est assassin, mais certains gestes s'ancrent encore plus que les phrases. Et il y a des gestes que je ne peux plus supporter. Par exemple qu'on me touche la joue.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mar 5 Nov 2013 - 21:56

Au bout du compte je confirme qu'il nous faut apprendre à ne pas nous sentir attaqués.
Quand nous le sommes vraiment il est inutile de se voiler la face.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mar 5 Nov 2013 - 22:03

peut-être que ce qu'elle voulait dire c'est qu'il ne faut pas le prendre pour soi, la phrase assassine ne te concerne pas, elle parle de la personne qui la profère (moi ça m'arrange !)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par CarpeDiem le Mar 5 Nov 2013 - 22:49

Humm, comme ça me parle tout ça!

egg², je suis écoeurée...

Moi aussi, j'y ai eu le droit:
* " Tu n'étais pas prévu" avec gros sourire et gros éclats de rire, pas pour marquer l'humour, non, mais par pur contentement. Et comme je répondais "pff" (juste pour que ma mère me rassure), elle m'a fait tout un topo pour bien expliquer que, non, c'était pas une blague. J'avais 13-14 ans, on était en vacances... joyeuses vacances!
* Moi aussi, j'ai eu les "tu penses trop!", "T'es bien compliquée", piapiapia...
* Les qualificatifs que mes parents me portent ne sont quasi que négatifs: sauvage, têtue/bornée, caractérielle, chieuse...
Et tout plein d'autres choses... par-ci par-là et à côté de ça, ça joue les parents parfaits.
Au final, je ne comprends pas et j'avoue que ma capacité de compréhension est limitée tellement je suis en colère.
Je suis très sensible (comme beaucoup ici^^) et ils en ont joué et en jouent encore.
Mon père est aussi hypersensible mais ça ne l'a jamais dérangé, visiblement, de me traiter ainsi.
Je le soupçonne de me faire vivre tout ça comme il l'a vécu lui-même, comme si, j'allais bien finir par devenir moins sensible...
Quant à ma mère, j'ai parfois l'impression (souvent même) qu'elle m'en veut, qu'elle veut me faire payer quelque chose.

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mer 6 Nov 2013 - 9:29

et bien moi j'ai choisi (sur plusieurs conseils de spécialistes qui m'ont assurée que non, ce n'est pas moi le problème ! ) la fuite.
Je n'ai plus aucun contact avec mes parents ni téléphonique, ni rien et de toutes façons mon père se fout de ce qui peut m'arriver et ma mère ne se soucie d'autrui que dans la mesure où elle peut le faire chier, donc  aucun regret, ils ne me manquent vraiment pas ! c'est assez dur d'évacuer le passé, sans en rajouter tous les jours et faire des piqures de rappel, donc depuis que je ne les vois plus je vais beaucoup mieux, meme si c'est pas encore la joie.
De toutes façons pendant environ 6 ans, j'avais tenté le dialogue (mouahahahaha ! tu parles ! quand tu t'adresses à un mur tu te fatigues pour rien, c'en est pathétique, ils m'ont vraiment fait pitié, j'avoue que j'ai vraiment du mal à croire que des gens comme ça font des enfants ! et pourtant j'en suis la preuve vivante ! ils ont chacun un doctorat... pas cons pourtant... comme quoi l'intelligence, ça fait vraiment pas tout et les tarés intelligents, c'est super nuisible parceque tout le monde leur fait confiance (et oui les parents modèles ! :-))))
Ce qui m'effraie, depuis que j'en parle, c'est le nombre de personnes qui ont vécu la même chose !
Et après on te bassine avec des "faut aimer ses parents" (ben non désolée, 2 connards comme ça, c'est bon j'ai donné tout ce que j'avais, là j'ai plus rien !) " faut pardonner à ses parents" 
Quand on me demande, je dis qu'ils sont morts, ça évite bien des questions. Parceque les regard d'autrui sur quelqu'un qui est en froid avec ses parents est très désapprobateur... "pas bien, vilaine fille" (bande de cons, je vous souhaite de vous réincarner à ma place, tiens). Et le suicide chez l'enfant, ça existe, et oui, et je trouve ça parfaitement normal de vouloir mourir quand on a des parents odieux ! le contraire serait étonnant !
Bref, tout ça pour dire: au lieu d'endurer des cons, barrez-vous, vous serez bien mieux seul !!!

Ce que ta mère veut te faire payer, c'est une de ses fautes à elle. Inutile de te demander ce que tu as fait. C'est son problème. Les conneries c'est eux qui les ont faites, toi t'étais pas là, alors s'ils sont trop cons pour assumer leurs erreurs et bien ils ne te méritent pas c'est tout ! Et toi t'as ta vie à vivre, fais pas comme moi, perds pas ton temps !
Et ceux qui te diront "oui mais quand meme, il faut faire preuve de copréhension, eux aussi ils ont souffert..." et bien ceux là, ils ne savent même pas de quoi ils parlent parceque de toutes façons, tu ne pourras meme pas leur raconter tout ce que tu as vécu, parceque dès que tu ouvres la bouche pour raconter ces horreurs et bien on te fait taire !
Voilà
Bonne journée quand même.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Invité le Mer 6 Nov 2013 - 21:57

http://www.dailymotion.com/video/x5w58i_deux-jours-a-tuer-albert-dupontel_news

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par shannow le Jeu 7 Nov 2013 - 0:45

OU ! La vache. Petite insomnie, je tombe sur cette vidéo.
Ce film est un de mes films préféré de Dupontel, mais remis dans le contexte de ce fil je trouve que ça fait un drole d'effet.
Dans ce contexte justement je trouve que cela fait ressortir le fait que les phrases assassines que l'on peut entendre reflètent un problème non pas chez soi mais chez la personne qui sort une horreur pareille.
Mais se pose aussi le problème de savoir si l'on veut savoir pourquoi ces phrases ont été dites, ou non.
Dans le contexte du film, une fois que l'on connais le pourquoi on peut se dire que ces petites joyeusetés ont été dites dans un soucis de protéger, un geste d'amour, déplacé certe, sans doute mal exprimé mais tout de même.
Je ne pense pas que la plupart des gens qui sortent des phrases assassines à tour de bras soient dans cette situation. Par contre je pense que la plupart des gens se permettent ce genre de tirades parce que reproduire un schéna que l'on sait mauvais (même inconsciement) est beaucoup plus simple que de chercher à sortir d'un cercle vicieux qui bien qu'étant à mon avis un douloureux rappel à son propre passé, représente la voie de la facilité.

La plupart des gens que j'ai connus qui étaient prolixes en matières de gentillesses se contentaient de reproduire le schéma qu'ils avaient eux-même vécus enfant. La voie de la facilité. La plupart étaient capables de parler calmement de leur enfance, ou d'un quelconque problème qu'ils auraient vécus, mais quand le même genre de situation se présente à nouveau, mais ou ils ne sont plus dans le rôle qu'ils connaissent, et bien la c'est la cata.
Mon ex a vécu les tirades assassines avec tout son entourage étant gamine (et même encore récement), et condamnait fermement ce genre de comportement. Mais devant une situation qui l'angoissait car elle ne savait pas comment gérer, et bien on aurait dit un moulin à horreurs. Pour la simple raison (à mon avis) qu'elle se retrouvait à devoir gérer une situation sans savoir comment. Apprendre à réagir correctement aurait signifié une grande introspection difficile et douloureuse. Réagir en suivant le modèle familliale, en comptant sur la capacité de pardon de l'entourage c'est douloureux aussi mais beaucoup plus facile et rapide.
C'est en tout cas ce que j'en ai déduis après avoir cotoyé sa famille un certain temps.

Après je pense qu'une petite proportion de gens sortent des saloperies juste parce qu'ils sont angoissés et ne savent pas comment réagir. Mais à la différence de l'exemple précédent (oui j'en ai trouvé une) dans cette situation ce n'est pas une facilité dans la reproduction d'un comportement souvent vécu ou observé, mais juste une preuve du sentiment d'impuissance que ressent la personne qui cherche juste à provoquer une réaction pour comprendre la situation.

C'est plus ou moins ma façon de voir les choses, quand je prends le temps de réfléchir aux contextes dans lesquels on a pu me sortir des gentillesses. Longtemps j'ai cherché à me persuader qu'il fallait que je comprenne le pourquoi, pour ensuite accepter et enfin pardonner. Je me suis pourris la vie à éssayer de me prendre pour Gandhi pendant des années. Maintenant je me dit que moi, des phrases assassines j'éssaie de ne pas en sortir (je fait vraiment mon maximum pour ne pas faire soufrir mon interlocuteur) donc je ne vois pas pourquoi moi je me prendrais la tête pour ensuite en prendre plein la tronche. Quand je subit une phrase méchante (que se soit volontaire ou non), je montre clairement que je suis bléssé, de différentes manières selon la situation. Si la personne montre de la culpabilité, que je vois que la phrase n'était pas voulue, je passe l'éponge (mais faut vraiment que l'autre montre de la culpabilité, pas un simple "oups désolé").
Si l'interlocuteur blessant ne montre pas de culpabilité, je pars du principe que c'est un con. Et j'ai tendance à ne pas me préoccuper de ce que disent les cons, surtout quand ça me concerne. ET si possible je coupe les ponts comme ça plus de soucis.

Je ne peux que conseiller (vu que je me permet de donner un conseil qui vaut ce qu'il vaut) de commencer par décider si l'on veut comprendre (puis accepter et peut-être pardoner) les phrases assassines et les gens qui les sortent ou si l'on veut juste arréter de s'en prendre plein la tronche. J'ai tenter la première, je me suis rangé à la seconde depuis peu. Du coup je ne culpabilise plus de ne pas réussir à comprendre les méchancetés des gens et je me sens beaucoup plus tranquille.

En tout cas bon courage à tous, vos témoignages sont édifiants et ne parlent pas en faveur du genre humain au sens large je trouve.
Bien a vous et bonne nuit.

shannow
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 39
Date d'inscription : 05/09/2013
Age : 26
Localisation : Pays des vaches et des pommes et du calandos

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Aethos le Jeu 7 Nov 2013 - 13:45

@Shann: J'aime bien ta formulation et ton approche...
Néanmoins, que ce soit par "compulsion de répétition" ou par angoisse d'impuissance, le fait est que la dimension assassine de gestes ou de propos peut être comprise. L'autre, dans son mouvement de violence est parfaitement et simplement compréhensible...

Et j'ai souvent voulu comprendre les autres, comme j'essayais de me comprendre moi-même... Comme toi je me suis senti investi d'une responsabilité importante... "comment faire comme si on a pas vu, pas pris pas compris"... alors que l'on a vu, pris et compris...l'autre...
D’où vient-il que des individus sensés, adultes, enfants, avocats, médecins, peintres, agriculteurs...puissent dire "tu fais chier... tu as raison... parce qu'on a mis le doigts précisément sur l'origine du geste, du propos du comportement alors qu'eux-mêmes l'ignoraient par confort ou tranquillité...plus souvent par ignorance d'eux-mêmes...

Je ne prétends pas connaître les autres mieux qu'eux, je dis juste que l'on m'a trop souvent donné raison sur mon approche de l'autre et de moi-même, jusque dans les faits, pour me leurrer sur un inconscient que j'ai aussi appris à brider par nécessité vitale d'abord...et oui, museler l'inconscient c'est aussi un moyen de survie...

Je ne sais pas si j'attends de l'autre de la culpabilité, c'est un truc dont j'essaie de me débarrasser moi-même, non j'attends de la compréhension de sa part quant au fait que je puisse être blessé et j'explique comme toi... L'autre avait sûrement toute la légitimité de faire ce qu'il a fait pour lui, comme nous, mais cela est une erreur pour l'autre... pour soi... et cela fait mal...cela peut détruire en fonction de l'ampleur de la violence et des gestes... (crimes passionnels)... par contre rien rien rien ne justifie que l'on fasse semblant d'ignorer ce que l'on sait et la bienveillance à l’égard de l'autre est le seul salut... même dans l'abandon ou la rupture... simplement parce que l'on a enfin compris comment est l'autre et pourquoi aussi.... c'est tout, prendre ses clics et ses clacs et se barrer... peut-être c'est bien et cela évite aussi la légitime défense qui est aussi violente souvent que l'attaque tant elle devrait être proportionnée.

Moi ca me rassure sur le genre humain de savoir que des gens ne sont pas rassurés sur lui ;-)

Aethos
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 36
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par adcvh le Jeu 7 Nov 2013 - 16:35

"Avada Kedavra".

adcvh
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 646
Date d'inscription : 28/09/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Aileen le Dim 17 Nov 2013 - 0:12

-


Dernière édition par Aileen le Dim 4 Mai 2014 - 17:36, édité 1 fois (Raison : -)

Aileen
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 02/02/2012
Localisation : Gallifrey

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phrases assassines

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:39


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum