Votre fratrie et vous

Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Votre fratrie et vous

Message par Mimi☺ le Jeu 20 Aoû 2020 - 23:20

Bonjour,

Je suis nouvelle sur le forum zebracrossing car il me semble que je pourrais y trouver des gens avec qui avoir des discussions plus interessantes que celles que j'ai généralement au quotidien.

Accessoirement, j'ai fait un test de QI complètement biaisé en 2005 (j'avais sauté beaucoup de questions et m'en était tirée avec un score honorable... ce qui me parait bizarre). Ma langue maternelle est une langue de Canton. Je suis fluent en anglais. J'ai un diplôme d'ingénieur et un master de grande école de commerce... j'ai également des points communs avec certains d'entre vous mais je ne vais m'étaler d'avantage...
Un ancien petit ami m'a parlé des zèbres il y a de cela quelques années mais je n'ai jamais su comment m'y prendre pour pouvoir me lier avec eux d'autant plus que certains sont... hypersensibles (?).

Les questions qui me décident à sauter le pas et briser la glace sont liés aux questions de fratrie, vos liens avec votre fratrie et pourquoi pas, plus largement vos liens avec vos parents (mais c'est plus délicat à aborder selon moi).

Je voudrais comprendre :
- Quelle est votre place dans votre fratrie?
- Combien de frères ? De soeurs? L'ordre entre les frères et soeurs?
- Quelle posture/ positionnement prenez-vous par rapport à eux/chacun d'eux?
- Quel (s) choix selon vous, cela a-t-il conditionné ? C'est une question très large. Répondez spontanément.

Au plaisir d'échanger!

A vos claviers!

Mimi

Mimi☺

Messages : 13
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par Zarbitude le Ven 21 Aoû 2020 - 6:58

Hello Very Happy

Je suis la fille du milieu.
Une soeur ainée et un frère cadet.
Je n'ai jamais pris un autre positionnement que celui de la fille du milieu.
Par contre, je n'ai pas aimé que ma soeur joue le rôle de maman envers moi.
Notre mère lui a demandé de l'aide pour m'élever et élever notre frère et du coup, elle s'est sentie investie d'une mission certes très importante.
Elle en a profité je crois pour prendre l'ascendant sur sa "petite" soeur et sur son "petit" frère.
Jusqu'au jour où je lui ai dit que je voulais avoir une soeur et pas une deuxième maman.
Ca a progressivement tout changé dans notre relation Very Happy
Pour ce qui est des choix induits par cette fratrie, je ne saurais pas le dire, je n'y ai jamais réfléchi et là, comme ça, je ne vois pas.
Et toi Mimi, ça a conditionné quoi dans ta vie ?
Zarbitude
Zarbitude

Messages : 8567
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par My_illusion le Ven 21 Aoû 2020 - 8:45

Bonjour Mimi,

Benjamine d’une fratrie de 5 : garçon 1 - garçon 2 - fille 1 - garçon 3 - fille 2.

On dit souvent que la petite/le petit dernier est le plus gâté(e)/protégé(e). Ça n’a pas été mon cas.

Ma toute petite enfance je ne m’en souviens pas.
Drame à partir de l’âge de 7 ans (ou avant), descente aux enfers de la mère qui se retrouve seule en choisissant la picole comme meilleure amie. Désinvestissement de tous ses rôles parentaux et ne travaille même plus. Elle fait vivre l’enfer à ses 5 gosses. Fille 1 quitte la maison à 16 ans et se suicide à 34 à cause de ce passé insurmontable. Garçon 2 s’occupe de moi un peu comme un papa (me met au lit et me fait un bisou
chaque soir, me donne ses restes alimentaires parce qu’il s’en faisait toujours trop) à 20 ans je découvre un gros secret qu’il nous cache depuis deux ans, ça brise la confiance que je lui portais, notre lien change complètement, il n’accepte pas que je ne veux plus de lui dans ma vie. Aujourd’hui, il l’a accepté. Garçon 1 a presque 9 ans de plus que moi, je n’ai pas vraiment eu de lien avec lui, j’en ai un depuis 10 ans je dirais (sa compagne a mon âge, elle était ma meilleure amie à l’école et ils ont un fils de 10 ans, merveilleux petit garçon!). Garçon 3, le plus proche en âge de moi, il aimait bien me faire des blagues (enfermée dans la toilette, colle sur la clenche de ma porte, punaises, laxatif dans nourriture, plomb dans la jambe, ...) on se battait beaucoup mais je m’estime heureuse que ce ne soit pas moi qui ait eu la tête fracassée au sol ou reçu une brique sur le front. 5 gosses livrés à eux-mêmes, deux ont touchés à la drogue mais pas longtemps. Les deux mêmes ont longtemps fumé et avaient des fréquentations non recommandables, deux autres ont surtout bossé pour maintenir la maison et prendre soin des nombreux animaux qui y étaient et garçon 3 s’isolait beaucoup dans sa chambre, pas de bêtise mais il n’aidait pas non plus.

Tableau non représentatif d’une fratrie. Cas particulier.

Je n’ai pas eu le sentiment d’avoir eu de soeur (j’ai joué moi-même le rôle de grande sœur, amie, psy et même un peu de maman) et les frères lançaient constamment des piques ce qui rend vif et soi-même piquant.

Je crois que j’aurais préféré être fille unique. Enfin non mieux : de ne jamais être née.

Oui et toi mimi?
My_illusion
My_illusion

Messages : 2945
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 35
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par Mimi☺ le Ven 21 Aoû 2020 - 9:08

Zarbitude a écrit:Hello Very Happy

Je suis la fille du milieu.
Une soeur ainée et un frère cadet.
Je n'ai jamais pris un autre positionnement que celui de la fille du milieu.

Bonjour Zarbitude☺

Que veux-tu dire par-là ?

Personnellement, j'ai un frère aîné et deux soeurs cadettes dans une famille d'origine chinoise de Polynésie.
Je cumule donc le syndrome enfant du milieu entre un grand frère et une petite soeur et le rôle de soeur aînée.
"Etre en sandwich" m'a poussé à beaucoup chercher à m'affirmer par rapport à eux - y compris dans leurs domaines. J'ai longtemps eu l'impression de ne pas être finie et que je devais en faire plus que les autres pour me sentir reconnue. Mon rapport à eux ainsi qu'à ma mère m'a poussé à faire le choix de faire des grandes études et à être autonome rapidement pour sortir de ce "magma".
Je devais par ailleurs prendre le relai de ma mère (elle me l'a demandé) ce dont j'ai souffert : je devais être la meilleure en classe et un bon exemple pour mes frères et soeurs. Par ailleurs, j'ai commencé à donner le biberon à ma soeur quand j'avais 5 ans (pendant que ma mère travaillait). Cela m'a marquée.
Ma mère travaillant énormément et parlant peu, je n'avais pas le choix. Mon père, comme dans toute famille traditionnelle ne s'occupait absolument pas de nous et ne m'a parlé de souvenir que deux fois... c'est pour dire.

Donc, oui cela a conditionné le développement d'un fort caractère et d'une propension a materner (pas que mes frère et soeurs - ce qui n'est plus depuis que mon fils est né). Cela m'a poussé également être très (trop) active car je voulais sortir du lot et être sur tous les fronts. C'était épuisant. Ma mère a toujours été très exigeante et rarement satisfaite, et mes parents sont des workalcooliques donc le terrain culturel favorisait cela.
j'ai fait un burnout en 2019, et ai beaucoup travaillé sur moi. Cela a tout remit d'équerre.


Mimi☺

Messages : 13
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par Mimi☺ le Ven 21 Aoû 2020 - 9:47

My_illusion a écrit:
On dit souvent que la petite/le petit dernier est le plus gâté(e)/protégé(e). Ça n’a pas été mon cas.

Ma toute petite enfance je ne m’en souviens pas.
Drame à partir de l’âge de 7 ans (ou avant), descente aux enfers de la mère qui se retrouve seule en choisissant la picole comme meilleure amie. Désinvestissement de tous ses rôles parentaux et ne travaille même plus. Elle fait vivre l’enfer à ses 5 gosses. Fille 1 quitte la maison à 16 ans et se suicide à 34 à cause de ce passé insurmontable.

Bonjour My_illusion,

Je suis vraiment désolée de ce qui t'es arrivé à toi et à ta famille.
Tes parents se sont séparés quand tu avais quel âge?



My_illusion a écrit: on se battait beaucoup mais je m’estime heureuse que ce ne soit pas moi qui ait eu la tête fracassée au sol ou reçu une brique sur le front.

C'est arrivé à un de tes frères?

My_illusion a écrit:

Je n’ai pas eu le sentiment d’avoir eu de soeur (j’ai joué moi-même le rôle de grande sœur, amie, psy et même un peu de maman) et les frères lançaient constamment des piques ce qui rend vif et soi-même piquant.

Je crois que j’aurais préféré être fille unique. Enfin non mieux : de ne jamais être née.

Je suis désolée pour toi My_illusion. Ce que tu as du assumer à du être lourd pour toi. Tu as donc été responsabilisée très tôt? Ta mère était vraiment isolée, c'est cela? En tout cas, cela te confère une vraie maturité. Je détecte chez toi une fragilité qui doit être peut-être la difficulté d'être la petite dernière dans ce "brouhaha" sans père/guide? Tu dois donc avoir un fort tempérament.
Quand tu dis que tu aurais préféré ne jamais être née, cela résonne pour moi comme le fait que que tu t'es sentie rejetée (et par ton père et par ta mère...)?
Je pense que tu es aimée Malgré tout My_Illusion.

Au plaisir de te lire.

Bien à toi

Mimi☺

Messages : 13
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par My_illusion le Ven 21 Aoû 2020 - 10:34

Tu as eu un rôle difficile également, mais comme tu le notes également cela t’a également apporté cette autonomie, dépassement de toi, même si effectivement le revers de la médaille est l’épuisement avec burn out. Je m’étonne de ne pas en avoir fait, je vis sur le fil, on the edge.

Les géniteurs ont divorcé à noël 1992 je crois. En tout cas je me souviens que le sapin a été utilisé comme arme, ils se l’envoyaient l’un sur l’autre. C’était pe en 1991. Donc j’avais 6-7 ans. Sais plus trop. Le divorce a été effectif en 1992 en tout cas. Je me souviens juste d’avoir cherché et trouvé les piles de la télécommande après leur grosse bagarre à Noël. Et mon esprit a focalisé sur ces deux petites piles, pour se protéger émotionnellement du reste, c’est juste l’analyse que j’en fais rétrospectivement. Quelque jours après, le paternel est venu nous dire au revoir dans le jardin, un sac poubelle rempli d’affaires sur le dos.

Comme tout couple qui dysfonctionne, ils se sont déchirés crescendo. Je n’ai jamais pu avoir le fin mot de l’histoire car chacun ment et chacun dit que c’est la faute de l’autre. Mais je pense que le paternel était également un Workalcoholic et génitrice picolait déjà. Lui ne supportait plus sa femme et ses 5 gosses alors se réfugiait dans le travail pour éviter de gueuler et de frapper et elle ne supportait pas la solitude et de devoir nourrir ses 5 gosses? Je n’ai plus le moyen de connaître la vérité, et les frères ne parlent pas. Plus de contact avec le paternel depuis 2011 et plus avec génitrice depuis 2017. C’est mieux ainsi, ce ne sont pas des gens bien.

Oui frère 3 a eu la tête fracassée plusieurs fois au sol par ma sœur, il a perdu connaissance et là génitrice a hurlé très fort. La brique, c’est frère 1 qui l’a lâché de plusieurs mètres et ça a atterri sur la tête de frère 2, ça a pissé le sang (vu les photos).

Génitrice s’est isolée toute seule, elle a reçu des mains tendues mais elle les a toutes refusées, elle voulait mourir et tant qu’à faire que ses enfants meurent avec elle. C’est une fille unique et sa tante l’a considérait également comme sa fille (n’ayant pas d’enfant). Elle a été couvée, gâtée. Et même leurs petits enfants étaient secondaires, elle était leur perle. Hyper catholiques, ils ont toujours refusé de voir le réel en face et pour la consoler ils allongeaient les billets, sans jamais parler de son alcoolisme et sans jamais protéger leurs petits enfants. L’amour... rend aveugle et peut induire de grands dégâts.

Oui j’ai un tempérament fort lol. Heureusement, sinon moi aussi je serais suicidée.

Clairement rejetée, je me suis toujours sentie comme un vilain petit canard tout en sachant que même parfaite ça n’aurait rien changé. Je sais qu’on m’aime (surtout aujourd’hui) mais je ne parviens pas à vraiment y croire et m’y abandonner, la méfiance est puissante et je ne veux plus jamais être l’outil de qui que ce soit. Je fuis la proximité affective. Cela m’angoisse +++. Je préfère travailler dur... c’est mieux de fuir de cette façon que dans la drogue, l’alcool, le cul, les jeux d’argent et autres vices.
Y’a pas longtemps, ma collègue m’a tenu le poignet pour me montrer une technique médicale et j’ai ressenti un évanouissement. Je n’ai rien dit mais à l’intérieur de moi c’était Bagdad, j’ai mis plusieurs jours pour m’en remettre, ça a ramené un flashback où génitrice a fortement serré mes deux poignets pour m’imposer de la soumission. J’étais coincée et ça a induit une forte angoisse car j’arrivais pas à la faire lâcher. Je ne pense pas qu’un jour je puisse soigner ça. Ça a été trop violent. Alors je vis seule, sans trop de contact physique. Si c’est moi qui donne ça va. Envers les animaux et enfants c’est facile, envers des adultes, c’est plus compliqué. Et ça va, je suis bien comme ça, j’ai une vie sociale diversifiée et riche, les gens ne soupçonnent pas le passé que j’ai eu. J’ai comme toi deux Masters qui, en société, donne l’impression que tu ne peux qu’être heureuse. Les gens diront que j’ai réussi ma vie. Car oui je me débrouille super bien. Le haut potentiel y est probablement pour beaucoup? En tout cas, j’ai très tôt et très vite tout appris. Toujours en action, cela a évité ma propre descente aux enfers.

Ne t’en veux pas de trop pour ce qu’on t’a imposé plus jeune, aujourd’hui tu paies le reliquat de ce que tu as appris... Ce conditionnement colle. Et c’est normal, même si on en a conscience, c’est un phénomène puissant car installé pendant des années.


Dernière édition par My_illusion le Ven 21 Aoû 2020 - 10:40, édité 2 fois
My_illusion
My_illusion

Messages : 2945
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 35
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par Qu'ouïë-je le Ven 21 Aoû 2020 - 10:38

Bonjour,

Sujet trop intime.

Qu'ouïë-je
Qu'ouïë-je

Messages : 913
Date d'inscription : 18/07/2016

http://yopyyo.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par RonaldMcDonald le Ven 21 Aoû 2020 - 11:14

Sujet faussement simple. Dès qu'on creuse, ça part dans tous les sens.

Les meilleurs sujets I love you

Mimi☺ a écrit:(.../..)
- Quelle est votre place dans votre fratrie?
- Combien de frères ? De soeurs? L'ordre entre les frères et soeurs?
- Quelle posture/ positionnement prenez-vous par rapport à eux/chacun d'eux?
- Quel (s) choix selon vous, cela a-t-il conditionné ? C'est une question très large. Répondez spontanément.(.../...)

(1) 2

(2) ma sœur a trois an de plus que moi, qui suis le petit frère. Pas de troisième larron

(3) On entre dans le vif du sujet. Si je veux la faire courte, ma sœur, en fait, c'est mon référent paternel. Mais la version courte est un peu cryptique, alors je vais faire une version moins courte (mais quand même salement raccourcie).

Aussi longtemps que remontent mes souvenirs, j'ai entendu des gens surpris de voir mes parents ensemble. Ils ne voyaient pas ce qu'ils avaient en commun, à part l'appartenance à la classe moyenne éduquée. J'ai mis 35 ans à trouver ce qui les liait : la certitude que l'éducation violente et toxique qu'ils ont reçue était inacceptable, et que leurs enfants (ma sœur et moi, donc) méritaient mieux. Ils sont assez d'accord avec moi sur le sujet, d'ailleurs.

Mon père a souffert encore plus que ma mère. Autant mon grand-père maternel était un bon gars qui limitait un peu les instincts sadiques de la mère de ses enfants, autant mon grand-père paternel en rajoutait volontiers. Briser les enfants pour qu'ils entrent dans le moule du parfait petit fonctionnaire obéissant (tous les mots sont importants) était la seule obsession de mes grands-parents paternels. Donc si mon père était d'accord pour donner une éducation bienveillante à ses enfants, il n'était pas souvent en mesure de passer du temps avec nous - trop préoccupé par ses problèmes à lui qui l'étouffaient.

Dans ce contexte, quand ma sœur a commencé à me coller, et à jouer à la deuxième maman, ma mère n'y a vu que du feu. Elle a cru bien faire de laisser les deux enfants toujours ensemble. Et ma sœur a entrepris de faire de moi le petit garçon parfait. Alors qu'elle n'avait absolument la maturité pour ça. Elle a réussi, du moins en apparence. elle m'a dressé à être un petit garçon obéissant, à bosser dur à l'école, à ignorer les brimades de mes petits camarades, me plombait dès que je n'étais pas le premier de la classe, me punissait dès que je salissais quelque chose. Enfin bref, avec moi, avait un rapport d'autorité totale, avec tous les aspects du référent paternel, mais sans la bienveillance qui doit aller avec pour être bénéfique. Je n'ai jamais eu le droit à l'erreur.

(4) En fait, je n'ai fait aucun choix quand elle était à la maison. Tout était pré - planifié pour moi. Elle s'est mariée jeune, et soudain j'ai eu le droit à faire mes propres choix. Mais j'étais trop bien maté. Ma rébellion adolescente s'est résumé dans le choix de ma prépa : techno, et non pas maths-physique. En sa présence, je n'aurais jamais pu faire ce choix (que je ne regrette pas). Mes parents l'ont accepté (mon père a rigolé un bon coup, amusé par mon audace toute relative, et ma mère a ravalé ses critiques, sous le mantra "les enfants doivent faire leurs expériences", ce dont je ne saurais assez la remercier). elle m'aurait tanné brutalement jusqu'à ce que je retrouve le bon sens et parte vers la voie royale, la seule assez bonne pour moi à ses yeux. Heureusement pour moi, à ce moment, elle roucoulait. 27 ans plus tard, elle roucoule toujours.

Je reste quelqu'un qui fait des choix assez standard. Je ne trompe pas ma femme, j'ai un boulot de cadre technique qui correspond à la tradition familiale, je vote mou, je conduis comme un papy, je ne fais chier personne. Parfois, sur internet, je cartonne un avis que je juge vraiment toxique, mais la plupart du temps, je préfère bouillir à l'intérieur et garder ma rage pour moi. Ce qui me consume. C'est ça, l'effet de l'éducation que ma sœur m'a donnée. Je ne sais pas si c'était le sens de ta question, mais c'est ça que ça a fait remonter en moi.
RonaldMcDonald
RonaldMcDonald

Messages : 1528
Date d'inscription : 15/01/2019
Age : 44
Localisation : loin de chez moi, dans un petit coin de paradis

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par Zarbitude le Ven 21 Aoû 2020 - 11:49

Mimi a écrit: Zarbitude a écrit:
Hello Very Happy
Je suis la fille du milieu.
Une soeur ainée et un frère cadet.
Je n'ai jamais pris un autre positionnement que celui de la fille du milieu.

Bonjour Zarbitude☺

Que veux-tu dire par-là ?

Je veux dire que je n'ai pas l'impression de m'être positionnée par rapport à ma fratrie.
Par contre je me suis positionnée par rapport à mes parents.
Moi aussi j'ai choisi de faire des études afin de pouvoir quitter ma famille et être indépendante.
Mon impression a longtemps été que ma place dans cette famille était une erreur.
Je me sentais tellement différente qu'il était impossible que je fasse partie de cette famille.
Il m'en reste encore quelque chose aujourd'hui mais ça va mieux Very Happy
Nos parents étaient constamment en dispute et ne se démontraient pas d'affection du tout.
Du coup, je n'en montrait pas non plus.
Je ne me souviens pas d'une parole aimable de mon père.
J'ai appris par les films à la télé, qu'il existait des familles où on se montrait de l'affection et où les parents disaient "je t'aime" à leurs enfants.
Mais dans la réalité, je n'y croyais pas, pour moi, c'était de la fiction.
J'ai eu bien du mal à aimer.
Mon sentiment c'est que j'étais en vie mais que je n'étais pas vivante.
Et puis un jour, les choses ont changé.
J'ai vécu des expériences spirituelles qui m'ont sauvé la vie.
J'ai appris qu'il y avait une "autre face" de la vie que son côté matériel.
J'ai eu l'impression de naître pour la seconde fois.
PS 1 Je ne savais pas qu'il existait un syndrome "enfant du milieu".
Je vais aller lire des trucs à ce sujet. Merci Very Happy
PS 2 J'ai aussi senti que je devais "en faire plus" pour être reconnue. Ca vient du fait que mon père accordait plus d'importance à son fils qu'à ses filles ou qu'aux femmes en général pour lesquelles il n'avait que des mots désobligeants.
Ca ne donne pas confiance en soi. J'ai dû acquérir ça toute seule aussi.
Ce qui m'a bcp aidé dans ce domaine c'est de ressentir depuis mon enfance que j'étais "quelqu'un de bien" ( en toute modestie).
Et au final, je suis très contente de qui je suis et du fait de m'être "construite" toute seule si on peut dire.
Comme quoi, une expérience difficile peut conduire à un beau résultat Wink
Zarbitude
Zarbitude

Messages : 8567
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par Mimi☺ le Ven 21 Aoû 2020 - 21:33

My_illusion a écrit:même si effectivement le revers de la médaille est l’épuisement avec burn out. Je m’étonne de ne pas en avoir fait, je vis sur le fil, on the edge.
Que fais-tu pour tenir?


My_illusion a écrit: Oui frère 3 a eu la tête fracassée plusieurs fois au sol par ma sœur, il a perdu connaissance et là génitrice a hurlé très fort. La brique, c’est frère 1 qui l’a lâché de plusieurs mètres et ça a atterri sur la tête de frère 2, ça a pissé le sang (vu les photos).

Le contexte est hyper-violent. Je comprends que tu aies été traumatisée. Le fait que ta soeur soit jalouse de frère 3 et que Frère 1 le soit de frère 2 ne m'étonne pas. Sans aller dans des extrêmes pareils, ce genre de conflits est assez courant.

My_illusion a écrit: Génitrice s’est isolée toute seule, elle a reçu des mains tendues mais elle les a toutes refusées, elle voulait mourir et tant qu’à faire que ses enfants meurent avec elle. C’est une fille unique et sa tante l’a considérait également comme sa fille (n’ayant pas d’enfant). Elle a été couvée, gâtée. Et même leurs petits enfants étaient secondaires, elle était leur perle. Hyper catholiques, ils ont toujours refusé de voir le réel en face et pour la consoler ils allongeaient les billets, sans jamais parler de son alcoolisme et sans jamais protéger leurs petits enfants. L’amour... rend aveugle et peut induire de grands dégâts.

Ta mère devait être assez immature, non? Mon sentiment est qu'elle voulait se faire porter. Elle avait sans doute du mal à faire face à la réalité et aux tâches du quotidien. Du coup, vous l'aidiez je suppose. Vous avez du vous éduquez et vous orienter seuls?

My_illusion a écrit:Oui j’ai un tempérament fort lol. Heureusement, sinon moi aussi je serais suicidée.

Tu es une battante mais je sais aussi de la tristesse.

My_illusion a écrit:Clairement rejetée, je me suis toujours sentie comme un vilain petit canard tout en sachant que même parfaite ça n’aurait rien changé. Je sais qu’on m’aime (surtout aujourd’hui) mais je ne parviens pas à vraiment y croire et m’y abandonner, la méfiance est puissante et je ne veux plus jamais être l’outil de qui que ce soit. Je fuis la proximité affective. Cela m’angoisse +++. Je préfère travailler dur... c’est mieux de fuir de cette façon que dans la drogue, l’alcool, le cul, les jeux d’argent et autres vices.

Il y a le livre les Vilains petits canards de Cyrulnik sur la résilience. Je te le conseille.
La proximité affective me crispe aussi mais j'ai mis cela sur le compte que je ne m'aimais pas (cela va mieux aujourd'hui), je ne voyais pas ma valeur. Du coup, j'avais peur que l'on me découvre. De plus, ayant été blessée dans mon enfance, les questions affectives étaient liées pour moi à la souffrance.



My_illusion a écrit:Y’a pas longtemps, ma collègue m’a tenu le poignet pour me montrer une technique médicale et j’ai ressenti un évanouissement. Je n’ai rien dit mais à l’intérieur de moi c’était Bagdad, j’ai mis plusieurs jours pour m’en remettre, ça a ramené un flashback où génitrice a fortement serré mes deux poignets pour m’imposer de la soumission. J’étais coincée et ça a induit une forte angoisse car j’arrivais pas à la faire lâcher. Je ne pense pas qu’un jour je puisse soigner ça. Ça a été trop violent. Alors je vis seule, sans trop de contact physique. Si c’est moi qui donne ça va. Envers les animaux et enfants c’est facile, envers des adultes, c’est plus compliqué.

J'avais également un problème avec le contact physique à cause de ce qui a été dit précédemment mais aussi parce qu'on a toujours eu un problème avec les contacts physiques dans ma famille ce qui a été augmenté par le fait que ma mère et mon père m'ont frappée (par exemple, après le silence, un coup de poing, sans raison, alors que j'avais 5 ans, ce qui a fait hyperbole chez moi).

My_illusion a écrit:Ne t’en veux pas de trop pour ce qu’on t’a imposé plus jeune, aujourd’hui tu paies le reliquat de ce que tu as appris... Ce conditionnement colle. Et c’est normal, même si on en a conscience, c’est un phénomène puissant car installé pendant des années.

Merci pour tes paroles réconfortantes. Fort heureusement, j'ai passé le cap de la culpabilité. On peut atténuer les problèmes de mal-être. Je travaille depuis un moment sur mon expression et mon chantier actuel est la gestion des reliquats de colère.

Mimi☺

Messages : 13
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par Mimi☺ le Ven 21 Aoû 2020 - 21:56

Ronald McDonald>

RonaldMcDonald a écrit:Si je veux la faire courte, ma sœur, en fait, c'est mon référent paternel.

Cela me fait me poser la question du rôle de l'homme/ du père pour toi.

RonaldMcDonald a écrit:Briser les enfants pour qu'ils entrent dans le moule du parfait petit fonctionnaire obéissant (tous les mots sont importants) était la seule obsession de mes grands-parents paternels. Donc si mon père était d'accord pour donner une éducation bienveillante à ses enfants, il n'était pas souvent en mesure de passer du temps avec nous - trop préoccupé par ses problèmes à lui qui l'étouffaient
Il avait aussi il me semble des problèmes avec l'éducation et ayant été très imprégné d'une éducation que tu dis "toxique", n'a pas voulu vous la transmettre, limiter la casse. Ce qui est un geste d'amour Smile

En fait, ta soeur était un peu sadique et jouait un peu à la poupée avec toi, non? "T'éduquer" serait-il un bon prétexte pour dissimuler son agressivité envers toi?

A te lire, je vois que tu as envie de fantaisie, de créativité, de plus de fun dans ta vie. Pourquoi pas faire une activité artistique? De l'improvisation? Je pense que tu serais bon.

Mimi☺

Messages : 13
Date d'inscription : 20/08/2020

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par My_illusion le Sam 22 Aoû 2020 - 0:35

Bonne question Mimi, qu’est ce qui m’a fait et me fait tenir? Je ne sais pas trop. Je n’abandonne pas facilement. J’ai une soif d’accomplir des tas de choses un peu compliquées, techniques, qui demande de l’effort. Et j’ai adoré relever les challenges qu’on ne me pensait pas capable de relever. Grâce à potentiel, j’ai un peu comme soulevé des montagnes. Ce qui me nourrit fortement de l’intérieur et m’accorde une forme de valeur. Car comme toi, je n’accepte pas qu’on m’en donne. Il y a eu tant d’hommes qui ont ressenti du désir envers moi, du désir physique avant tout que ça n’a pas aidé à me sentir avoir une valeur en tant qu’être. Je n’ai jamais compris comment un parent peut lever la main sur un enfant? Si jeune en plus, un coup de poing? Mais qui peut se permettre un tel geste? Une claque ça peut arriver sous le coup de la colère mais un coup de poing c’est une forte agression. Pourquoi ont-ils fait ça? Comment l’expliquer?

Génitrice a toujours été immature, effectivement, elle n’a pas appris l’autonomie, ni de penser à une autre personne qu’elle même. Les bébés c’est mignon, passé quelques années ça l’a lassait, il lui fallait du neuf. Pas de sens de responsabilités, elle profitait de tout, égoïstement sans penser aux conséquences. Une fille gâtée à qui on a rien appris de bien utile. Nous avons joué un rôle parental envers elle, frère 2 a pris la place du père et du mari (sans coucher avec of course, en plus il est homo) moi j’ai pris le rôle de la mère. Elle se comportait comme une ado sans limites. Frère 2 était son fils préféré, et sa première fille était sa fille préférée. Je ne sais pas si les frères et sœur ressentaient de la jalousie, c’est une émotion que je connais pas vraiment. J’étais pas jalouse d’eux en tout cas. Je râlais juste que ma sœur accepte les cadeaux que génitrice lui faisait pour qu’elle lui pardonne son alcoolisme. Mais pas parce je me sentais lésée, juste parce que je voyais ces cadeaux comme des cadeaux empoisonnés. Je recevais les vêtements des plus grands et leurs vélos. C’était pas grave pour moi de ne pas avoir du neuf. Le matériel ne m’a heureusement jamais dominée. Du moment que c’était confortable, c’est tout ce qui comptait. Au final c’était une très belle chance pour moi de ne pas être la plus aimée de la fratrie. Vraiment. On te fiche un peu plus la paix du coup, le moins aimé était le troisième garçon. Il dit qu’il n’a jamais ressenti avoir été aimé, génitrice lui arrachait les cheveux pour qu’il fasse ses devoirs et le paternel l’a jeté contre un mur quand il avait à peine deux ans. Ça il s’en souvient pas of course, mais c vrai que je voyais bien que le paternel ne lui accordait pas trop d’intérêt. Le paternel ne voulait que 3 enfants. Je dirais aussi qu’il était le moins aimé. Cela ne l’a pas empêché de devenir ingénieur de gestion et de publier un livre avec son travail de fin d’études qui a été félicité d’un 19/20. Il est patron aujourd’hui, marié, deux enfants. Il est heureux, à ce qu’il en dit. Il a juste besoin constamment de challenge (ce qui est notre besoin Numéro 1 à tous dans cette fratrie). On a tous bien fini. Enfin... ma sœur était infirmière dans un centre de grands brûlés, la chouchoute des médecins qui voulaient toujours que ce soit elle qui les aident. Mais sa réussite dans tous les plans n’a pas suffit à lui donner suffisamment de sens à sa vie. Frère 1 je dirais que c’est le plus intelligent de nous tous. Il a une capacité à réaliser du complexe autodidacte qui impressionne, il est très certainement THQI, il n’a pas fait de grandes études car il ne supportait pas le système éducatif. Et pourtant, j’pense qu’il aurait pu être un ingénieur précieux en informatique ou technologie de pointe. Il était encore ado qu’il a confectionné une machine pour nous électrocuter si on répondait mal à une question. Ah ça m’a bien drillée ! Il a confectionné une bombe également... et il continue à confectionner des tas de trucs sur mesure. Il a de l’or entre les mains. Frère 2 est ingénieur agronome, il a un gros salaire et a investi dans un immeuble à apparts, il est fort porté sur le paraître, à mon antipode. Il me fait beaucoup penser au paternel. Même physiquement. Il est intelligent je dis pas mais je ne pense pas qu’il ait un haut potentiel. Il a du bagout, charismatique et n’a pas froid aux yeux mais il lui manque de fins ingrédients. En fait, nous étions tous les 5 plutôt très intelligents, ma sœur l’était moins je dirais. Mais toujours au-dessus de la moyenne. Je ne me souviens pas de jalousie, mais peut-être que j’y suis juste pas très sensible et donc que je n’y faisais pas attention.

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, je pensais que nous avions une intelligence dans la moyenne, il m’a fallu du temps pour réaliser que les autres ne faisaient pas semblant d’être bêtes... plus le temps passe et plus je me rends compte que j’ai moi aussi de l’or entre mes deux oreilles et dans les mains. C’est une sensation qui offre un sentiment de puissance, qui émane de soi, ça ne retire rien à personne, on l’exploite juste mieux avec les années. Ma plus grande faculté est de déceler les failles et erreurs, avec une analyse très rapide et pointue. Une vitesse de traitement qui est remarquable oui. C’est vraiment une chance.

Je crois que j’ai le livre des vilains petits canards de cyrulnik, en tout cas je l’ai pas mal lu il y a 10-15 ans. Je devrais le relire yes, merci.

Et oui nous nous sommes éduqués tous seuls, et on a bien fait ça en plus! Comme quoi des parents ce n’est pas indispensable Wink. On leur prête probablement un rôle bien trop grand.

Tu acceptes le contact physique à présent? Et avec ton frère et tes sœurs ça se passe comment aujourd’hui ?
My_illusion
My_illusion

Messages : 2945
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 35
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Votre fratrie et vous Empty Re: Votre fratrie et vous

Message par Invité le Sam 22 Aoû 2020 - 0:56

Mimi☺ a écrit:- Quelle est votre place dans votre fratrie?
- Combien de frères ? De soeurs? L'ordre entre les frères et soeurs?
- Quelle posture/ positionnement prenez-vous par rapport à eux/chacun d'eux?
- Quel (s) choix selon vous, cela a-t-il conditionné ? C'est une question très large. Répondez spontanément.

Je m'y mis à mon tour, sans sourire...

Quelle est votre place dans votre fratrie?
3/5

Combien de frères ? De soeurs? L'ordre entre les frères et soeurs?
2/2/GFGGF

Quelle posture/ positionnement prenez-vous par rapport à eux/chacun d'eux?
L'étranger, l'esprit acéré, le rigoureux, le paumé, le dégénéré, l'attentif, le fort, le faible, l'insensible, celui qui écoute, l'épave, le pilier, le mouton noir, le drapeau blanc. Tous et aucun, pour chacun.

Quel (s) choix selon vous, cela a-t-il conditionné ? C'est une question très large. Répondez spontanément.
Ma désintégration ordinaire ? Le modèle à ne pas être (1&2) auquel me référer (4&5).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum