[Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux.

3 participants

Aller en bas

[Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux. Empty [Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux.

Message par Sélène-Nyx Mar 17 Déc 2013 - 2:54

Quelqu'un a-t-il lu ce livre?

    [Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux. <a href=[Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux. Cvt_la10" />


   Perso, je l'avais lu, il y a une bonne dizaine d'années ... Mais j'ai beau le rechercher depuis une semaine, impossible de mettre la main dessus. Pourtant, je garde tous les bouquins qui m'ont plu et j'aimais bien le style d'Annie Ernaux (et en plus, ça se lit vite, ce "roman" est très court). Mais, j'ai déménagé il y a 6 ans, et il est sûrement dans un des cartons qui n'ont pas encore été déballés ...
   En fait, j'avais envie de le relire, car les récits des uns et des autres sur "La Honte Toxique" m'ont rappelé ce livre.
   L'auteure, Annie Ernaux, aurait pu témoigner dans ce salon ... C'est son histoire qu'elle y raconte, et quand on la lit, je pense que certains, ici, pourraient se reconnaître dans les ressentis de cette femme face à la honte, et se sentir moins seuls. Elle avait éprouvé le besoin d'écrire pour faire ressortir toute la souffrance qu'elle éprouvait.

     J'ai trouvé un résumé de cette "autobiographie", et vous allez voir .... il a sa place dans ce salon.
Résumé de La Honte d'Annie Ernaux. Notre fiche de résumé sur La Honte d'Annie Ernaux a été rédigée par un professeur de français.
Extrait du résumé du livre
“La Honte”
La honte est un récit autobiographique écrit par Annie Ernaux (1940-). Il a été publié en 1997. Elle déclare à la fin de son livre : « J'ai toujours eu envie d'écrire des livres dont il me soit ensuite impossible de parler, qui rendent le regard d'autrui insoutenable. Mais quelle honte pourrait m'apporter l'écriture d'un livre qui soit à la hauteur de ce que j'ai éprouvé dans ma douzième année ».
Résumé de La Honte d'Annie Ernaux
L'auteur replonge dans son enfance et s'intéresse en particulier à l'année 1952, période où elle était alors âgée de douze ans. L'événement qui s'est produit au mois de juin 1952 a marqué Annie D. (ou « la petite D » comme elle se surnomme dans le livre) pour le reste de sa vie. La honte débute avec cette phrase : « Mon père a voulu tuer ma mère un dimanche de juin, au début de l'après-midi ».

http://www.fichesdelecture.com/analyses-litteraires/annie-ernaux/la-honte/resume  

   Et je suis tombée, également, sur un commentaire d'un journaliste, qui, à mon avis, n'a absolument rien compris à ce que peuvent ressentir les personnes qui souffrent de cette honte. En tout cas, sans avoir connu d'expérience semblable, si ce n'est par personne interposée (ma mère), eh, bien, je n'ai pas lu ce livre, comme semble l'avoir "lu" ce journaliste ... Mais, le "décor" y est posé, le résumé plutôt complet.

  Expliquer le titre est assez difficile pour plusieurs raisons. Personnellement, je trouve assez suspect que l’auteur n’éprouve que de la honte du moins la narratrice j’ai l’impression aussi, que la narratrice nous cache certain faits essentiels à la compréhension du roman. On pourrait dire aussi qu’elle laisse deviner certaines choses. De quoi a-t-elle honte exactement ? De ses motivations ? De son milieu ? La scène du dimanche dégrade les participants. Le titre renvoie peut-être à la honte que l’auteur éprouve pour son milieu d’origine ? Pour ses parents ? En fait, elle a toujours honte : chez le dentiste, honte de ses vêtements, (la mère en chemise) mais elle fait une différence entre la honte des gens et la sienne lorsqu’elle écrit à l’avant dernière page : « Pour eux, la honte était une idée qu’on pouvait avoir un jour et abandonner le lendemain, appliquer dans une situation (la Bosnie), et pas dans une autre (le Rwanda). Tout le monde a déjà oublié le sang du marché de Sarajevo. »
 
La jeune fille doit continuellement se surveiller au café épicerie vis-à-vis de la clientèle et à l’école vis-à-vis de ses camarades. La règle imposée est l’hypocrisie. Il est défendu à la petite Annie d’être elle-même. Elle doit toujours prétendre être autre qu’elle n’est. Chez elle, les clients ne doivent pas avoir vent de la vie véritable que mène la famille (cacher la bouteille de vin lorsque les clients arrivent, toujours leur parler avec une certaine voix) à l’école la dissimulation : jouer à la mauvaise élève dissipée sans l’être.

  Etc ... http://www.aventurelitteraire.com/annie-ernaux-la-honte/

   Ce livre m'avait marquée, car il se trouve que je connaissais très bien les lieux dont elle parle, pour y avoir vécu 6 années ...
Sélène-Nyx
Sélène-Nyx

Messages : 3842
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

[Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux. Empty Re: [Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux.

Message par Harpo Mar 17 Déc 2013 - 3:00

Je ne l'ai pas lui celui-ci, tu me donnes envie. J'ai lu la Place, une Femme, et Passion Simple. J'aime surtout ce dernier.
Harpo
Harpo

Messages : 5770
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 60
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

[Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux. Empty Re: [Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux.

Message par Invité Mar 17 Déc 2013 - 3:43

Tiens ? Voilà qu'Annie Ernaux resurgit dans ma vie ! J'ai lu Passion simple il y a très, très longtemps...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

[Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux. Empty Re: [Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux.

Message par le navet Mar 17 Déc 2013 - 12:04

Merci Sélène-Nyx, pour cette présentation. J’ai lu La honte il y a pas mal de temps, et pratiquement ses livres.

Chez Annie Ernaux il est beaucoup question, il me semble, de honte liée à la classe sociale, de ce mélange ambigu de désir de s’extraire d’un milieu pour en atteindre un autre, et de sentiment de trahison, avec des questionnements sur la légitimité de la place qu’on occupe.
Personnellement j’aime beaucoup son écriture qu’elle appelle elle-même "plate", sans fioritures et métaphores dans tous les sens, qui rende ses récits d’autant plus tranchants et fort, je trouve.

Le thème de la trahison est quelque chose que j’ai beaucoup ressenti moi aussi, étant plutôt issue d’un milieu où seuls comptent la réussite financière et le labeur permanent pour y parvenir  (être "intello", dilettante, pas très productif, sans goût pour l’argent et sans boulot étant une tare, un problème majeur, voire le signe d’une dégénérescence inquiétante et parfaitement suspecte). C’est en la lisant qu’il m’a semblé comprendre qu’il valait mieux trahir que se trahir, en gros…

Je crois qu’elle a aussi beaucoup lu Bourdieu, et son travail d’écriture est à la frontière entre la littérature, l’autobiographie, et la sociologie.
le navet
le navet

Messages : 72
Date d'inscription : 05/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

[Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux. Empty Re: [Honte toxique] "La Honte" d'Annie Ernaux.

Message par Sélène-Nyx Mer 18 Déc 2013 - 2:37

le navet a écrit:
Chez Annie Ernaux il est beaucoup question, il me semble, de honte liée à la classe sociale, de ce mélange ambigu de désir de s’extraire d’un milieu pour en atteindre un autre, et de sentiment de trahison, avec des questionnements sur la légitimité de la place qu’on occupe.
.
Oui, je suis d'accord avec toi, il y a cette honte du milieu social ... Mais, et c'est la raison pour laquelle j'aurais aimer relire ce bouquin (et à la lumière de ce que j'ai pu lire ici, sur la "Honte Toxique"), j'y voyais quelque chose de plus personnel, plus intime: son ressenti sur l'attitude, l'existence, de ses parents et les raisons de leur haine l'un vis-à-vis de l'autre. En fait, "haine" n'est pas le mot exact: il s'agit plutôt du résultat de l'exacerbation de leur HONTE, justement, sourde et sur le point d'éclater, jusqu'au jour où son père a failli tuer sa mère!
Si je me souviens bien, son père était un homme très ordinaire, "normal", mais qui se satisfaisait de sa "petite" vie, sans ambition. C'était un homme affable très ordinaire, ce qui exaspérait sa femme, qui elle, rêvait d'une vie plus reluisante, et avait honte de son sort, mais surtout de son époux ... Ce que l'enfant ressentait inconsciemment, car le "drame", elle ne l'a pas vu venir: donc, ce qu'il s'est passé, avant, elle se le remémore, et les souvenirs enfouis remontent à la surface ....
Il est à noté, également, que si l'auteure a honte de son milieu social (la partie visible de l'iceberg qu'est son roman), cette honte lui a été inculquée, insidieusement, par sa mère, qui, elle avait déjà honte de sa vie minable ...

(J'trouve même, avec du recul, qu'il pourrait s'agir d'une histoire de mésentente dans un couple dont le mari était un "normal", et son épouse, une "surdouée": bon, là, j'extrapole! (parce qu'on est sur ZC ... Lol! Petit clin d’œil, en passant ...)  Very Happy 

Enfin, c'est ce que j'ai retenu de ce livre, en fouillant mes souvenirs, car je ne l'ai pas sous la main pour relire certains passages ...
J'aimerai bien, Harpo que tu le lises pour voir si tu as la même impression que moi, le même ressenti: Very Happy 
Et, en plus, l'avis d'un homme sur ce livre de femme (féministe, qui plus est), m'intéresserait beaucoup ...

Moi, aussi, j'ai lu "une passion simple", que j'avais beaucoup aimé ... (Une bouffée d'air frais de liberté, pour cette époque où les femmes écrivains revendiquaient leur liberté en n'arrêtant pas de se plaindre de leurs hommes ... Leurs écrits n'étaient parfois que des règlements de compte, ou des livres de "victimes" (je lisais Madeleine Chapsal, en même temps que "Passion Simple ... C'est tout à fait différent!)
Sélène-Nyx
Sélène-Nyx

Messages : 3842
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum