Et si on parlait du + au lieu du -?

+9
Cyril THQI
imposteur
tabako
ehpotsirhC
Hobbes
Shiriya
Darth Lord Tiger Kalthu
Ainaelin
anianka05
13 participants

Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Dim 05 Mai 2013, 23:09

Bonsoir à tous et à toutes,

Je n'ai pas à vocation de poster des trolls, c'est nul et ça ne sert à rien d'autre qu'à faire du mal. Il est possible que j'en fasse un peu ici, mais sans le vouloir et de façon tout à fait indirecte! En fait, c'est parce que je risque d'appuyer (un peu) sur un point sensible pour certains...

LA SOUFFRANCE!
Moi aussi je l'ai bien connu celle-là! Elle nous tient et ne veut plus lâcher! (Pchitt! Couché Minouche!) Eh bien, non! Elle ne se couche pas aussi facilement!
Comment s'en débarrasser?
Une idée: l'accepter pour pouvoir la regarder en face et enfin savoir par quel bout la prendre avant de la jeter.
Comment l'accepter? En acceptant l'idée qu'elle est nécessaire pour nous faire grandir. Que sans elle nous n'avancerions pas.
Comment voir que nous avons grandi? En regardant avec fierté le chemin parcouru et en étant content et oui je dis bien content d'avoir rencontré sa "salope" de belle-soeur, de l'avoir hébergée pendant deux mois, en essuyant toutes sortes de provocations, de gamineries et d'insultes en remerciement! En être contente? Oui, car grâce à cela (et j'en ai bavé) j'ai compris pour de bon que si je ne me respectais pas moi-même personne ne le ferait à ma place et aujourd'hui, j'ai appris à dire stop de façon efficace aux comportements parasites autour de moi! C'est un exemple. Juste un seul pour étayer ma pensée.
Donc je propose ici, que lorsque vous prononcerez ce mot, il soit obligatoirement suivi d'un "mais" positif.

Pourquoi? Parce que j'ai lu ce mot dans pratiquement tous les posts que j'ai parcouru. Et qu'elle y est vue comme une fatalité, comme une complainte sur laquelle on danse; comme si on y tenait et qu'on ne voulait plus s'en détacher!
Elle explique tellement de choses, n'est-ce-pas?
Elle justifie qu'on se mette en colère, qu'on insulte, qu'on frappe, qu'on humilie sa soeur ou son frère, sa femme ou son mari, qu'on se brouille avec ses amis, qu'on se mette en situation d'échec, pour ne pas dire de handicap... etc. Alors stop! Cessons de nous plaindre d'être plus sensible, plus intelligent et de ne pas être compris. Ici, dans ce post, parlez de vos maux, mais toujours avec ce qui en est sorti de bon! Le Mal cité ne servira qu'à expliquer le Bien qui est en vous...


[center][b][u]

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Lun 06 Mai 2013, 11:41

Je te félicite pour ce post Anianka, il est judicieux et bien écrit, tout en compréhension de la nature humaine et de la nécessité d'intégrer nos expériences malheureuses pour en faire une force intérieure drunken

Courbette

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Lun 06 Mai 2013, 14:58

merci! flower

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mar 07 Mai 2013, 00:30

C'est drôle personne ne se lance, pourquoi? Est-ce si difficile?

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Mar 07 Mai 2013, 00:37

Personne ne se lance ?

Eh bien, je vais le faire de mon coté : J'ai dépassé ces souffrances, et les questions sans réponses qui les accompagnaient. Questions sans réponses ? Eh oui ! pour deux grandes raisons :
- La première parce que la recherche se fait au mauvais endroit (en dehors de soi alors que la réponse est interne)
- La seconde parce que la peur de la différence et de la remise en cause gèle le mouvement.

Il n'est maintenant plus utile d'écrire quand le chemin se dévoile (acceptation et lâcher-prise), il reste juste à vivre Smile


Dernière édition par Mjöllnir le Mar 07 Mai 2013, 00:41, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mar 07 Mai 2013, 00:40

Nous sommes nombreux dans ce forum, il y en a forcément capable de répondre! Nous ne sommes qd même pas que des gens qui se plaignent!

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Ainaelin Mar 07 Mai 2013, 02:17

Nous sommes peut-être des gens qui venont ici pour nous plaindre, et vivons le positif ailleurs. Ou qui venons ici pour nous plaindre et nous reconstruire, et quittons le forum lorsque la reconstruction est terminée, ou du moins que l'étape forum est passée. Je ne sais pas, c'est l'impression que j'ai dans l'ensemble.

Personnellement, je n'en suis pas encore à l'étape : "voir l'avenir en rose". Je me sens mieux qu'il y a un mois, un peu, mais pas grand chose n'est rose, encore. Je ne me suis pas encore trouvé.
Alors, je continue à me "lâcher". Ca ressemble à une plainte, une multitude de plaintes, mais c'est une étape de la reconstruction pour certains, je pense.
Ainaelin
Ainaelin

Messages : 4287
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Mar 07 Mai 2013, 08:35

Zèbre ou pas, on vit les mêmes choses que tout le monde...sauf qu'on prend peut être les choses plus à coeur.
Pour la souffrance qu'on prend de plein fouet comme un décès ou séparation...je trouve que le temps aide...avec le temps va tout s'en va même les bobos.
Pour le reste il faut apprendre a dire NON. Pourquoi héberger ta belle-sœur si t'as pas envie ? Ça t'a pourri la vie !!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mar 07 Mai 2013, 09:23

Impossible de dire non. Ils venaient de perdre leur mère et ne s'était pas vu depuis très longtemps, car elle vit dans son pays au Maroc. C'était un déplacement professionnel. Au départ, c'était prévu 2.5 mois, mais j'ai fini par la chasser.

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mar 07 Mai 2013, 09:26

L'objectif de ce post est de permettre malgré tout d'exprimer du positif dans tout ça. Si certains n'y arrivent pas, ils peuvent raconter une expérience dont ils ont envie et nous on aidera à y donner un sens.

Que les choses soient prises très à coeur ou pas, il y a du plus qui sort du moins. Forcément!

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Mar 07 Mai 2013, 10:03

Bon, je me lance mais vous connaissez l'histoire déjà..

Ma vie avec un PN médaille d'or a été extrêmement difficile, beaucoup de pleurs, d'incompréhension, de remise en question car je croyais ce qu'il me disait quand il m'agonissait d'injures, de rabaissements, de critiques sur mon comportement, etc.. Je suis partie et j'ai vu un psy pour m'aider à faire le tri entre ses croyances auxquelles il m'avait fait croire sur moi-même, les injonctions, etc.. je me retrouvais à ne même plus savoir qui j'étais. Je faisais des trucs avec en tête des choses comme "fais ça sinon il va..." alors que j'étais partie ! il était encore dans ma tête sous forme d'une peur de tout, de tous.

Et c'est alors qu'on a découvert ma zébritude et ce que ça voulait dire, bien autre chose qu'un QI.. une façon de voir la vie différente et ça donnait enfin du sens à ma vie jusqu'à présent. D'où ma venue ici.. pour essayer de me confronter à d'autres comme moi, voir si j'étais "normale" dans mon a-normalité.

Donc, ce fût une expérience très difficile à vivre mais qui a débouché sur une meilleure compréhension de moi-même, je ne dirais pas que "tant mieux" mais bon.. à l'arrivée, c'est transformé en quelque chose de positif dans ma vie : je peux enfin délirer à fond, avoir une vie de femme rangée, et délurée en même temps, sans avoir honte de moi et de mon apparente incohérence Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mar 07 Mai 2013, 12:03

merci pour ce témoignage! Je pense qu'avec le temps le positif de tout ça va s'affirmer davantage et grandir! J'ajouterais encore quelques éléments, si tu le permets...


anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Darth Lord Tiger Kalthu Mar 07 Mai 2013, 12:47

Pour te faire gagner du temps et les redites https://www.zebrascrossing.net/t9180-et-les-bons-cotes

_________________
IMPERATOR•KALTHU•CAESAR•DIVVS
Pour plus d'infos cliquez là -> Appel tigres XXX Règles de courtoisie XXX pour les nouveaux XXX C'est quoi les Tigres ? <-
Darth Lord Tiger Kalthu
Darth Lord Tiger Kalthu

Messages : 20836
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 42
Localisation : Koriban

https://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Mar 07 Mai 2013, 13:46

anianka05 a écrit:merci pour ce témoignage! Je pense qu'avec le temps le positif de tout ça va s'affirmer davantage et grandir! J'ajouterais encore quelques éléments, si tu le permets...

Oui, ça va aller mieux mais.... visiblement il faut du temps pour sortir de cette glu Neutral

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mar 07 Mai 2013, 15:17

Darth Lord KΛLŤĤŲ a écrit:Pour te faire gagner du temps et les redites https://www.zebrascrossing.net/t9180-et-les-bons-cotes

Non, ce n'est pas une redite. Je ne parle pas des avantages ou inconvénients de la zébritude, mais de l'existence du positif dans les expériences douloureuses vécues. Comme dans l'exemple que j'ai cité.

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mar 07 Mai 2013, 15:21

J'ajouterais aussi dans le bilan positif, en plus de ta découverte de ta douance, que cela t'a amené sur ce forum où il semble que tu te sois faite des ami(e)s. Que tu sais ce qu'est un PN et donc tu seras en mesure le moment opportun d'apporter l'aide et l'expérience à une (éventuelle) victime. Je trouve important de le signaler...
Ah oui! Ce qui ne tue pas rend plus fort et tu as probablement exprimé auprès d'un autre (qui ne le méritait certainement pas) des trésors. Et , je pense qu'il ne faut pas regretter le bien qu'on fait à autrui, même si c'est un enfoiré! (C'est mon avis seulement)

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Mar 07 Mai 2013, 16:12

anianka05 a écrit:J'ajouterais aussi dans le bilan positif, en plus de ta découverte de ta douance, que cela t'a amené sur ce forum où il semble que tu te sois faite des ami(e)s. Que tu sais ce qu'est un PN et donc tu seras en mesure le moment opportun d'apporter l'aide et l'expérience à une (éventuelle) victime. Je trouve important de le signaler...
Ah oui! Ce qui ne tue pas rend plus fort et tu as probablement exprimé auprès d'un autre (qui ne le méritait certainement pas) des trésors. Et , je pense qu'il ne faut pas regretter le bien qu'on fait à autrui, même si c'est un enfoiré! (C'est mon avis seulement)

C'est vrai que c'est positif en fin de compte, du moins, j'en ai retiré quelque chose de positif (comme toujours..). C'est pour ça qu'un jour j'ai mis sur un topic que le "mal" n'existait pas pour moi, ce que je voulais dire c'est qu'on doit transformer ça en quelque chose de positif pour nous pour ne pas tomber dans l'aigreur et le ressentiment. Bien sûr que le mal existe, mais si on peut passer au-delà de ça, c'est que du bonheur.

Je ne regrette pas mes mois de vie commune avec lui, il est ce qu'il est ce n'est pas de sa faute, je voulais tenter de lui faire comprendre qu'une autre approche était possible mais il ne pouvait pas le concevoir et ne comprenait pas ce que je lui disais et aussi, ce n'était pas de sa faute.

Maintenant, j'espère une nouvelle vie (déjà bien entamée), un nouvel amour (encore faut-il que j'arrive à m'ouvrir à nouveau à ça) bref.. un renouveau que je vois se mettre en place et ça me fait du bien drunken sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mar 07 Mai 2013, 20:02

sunny

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Mar 07 Mai 2013, 20:19

Ces douloureuses expériences sentimentales m'ont permise de comprendre à quel point il était important de s'estimer vraiment. Ça passe par de petites choses au quotidien pour nourrir ce respect de soi-même, le faire grandir. Ça a complètement bouleverser mes relations avec les autres, je suis devenue plus lucide, plus difficile aussi dans le choix de mes relations intimes ou proches. Et les choses ne vont qu'en s'arrangeant même si je suis encore un peu timide. Je me sens en guérison, en progression et quand je regardes en arrière, je suis éberluée par les progrès accomplis déjà alors prendre de l'âge est de ce point de vue une véritable bénédiction cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Mer 08 Mai 2013, 08:11

Ainaelin a écrit:Nous sommes peut-être des gens qui venont ici pour nous plaindre, et vivons le positif ailleurs. Ou qui venons ici pour nous plaindre et nous reconstruire, et quittons le forum lorsque la reconstruction est terminée, ou du moins que l'étape forum est passée. Je ne sais pas, c'est l'impression que j'ai dans l'ensemble.

Personnellement, je n'en suis pas encore à l'étape : "voir l'avenir en rose". Je me sens mieux qu'il y a un mois, un peu, mais pas grand chose n'est rose, encore. Je ne me suis pas encore trouvé.
Alors, je continue à me "lâcher". Ca ressemble à une plainte, une multitude de plaintes, mais c'est une étape de la reconstruction pour certains, je pense.

Je confirme
Idem

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mer 08 Mai 2013, 10:32

Je suis tout à fait d'accord avec ça aussi. Par-contre, j'aurais voulu qu'à la suite de "j'ai eu mal, à ce moment précis", il y est "mais voici ce qui en est sortie de bon." A vous de choisir les évènements dont vous avez pu prendre du recul. Je ne demande pas cet "exercice" concernant les faits encore trop vifs!

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Dim 12 Mai 2013, 23:29

Je suis atterrée de voir à quel point si peu de gens participe à ce topic. Dois-je en conclure que produire quelque chose où le positif est mis en valeur n'intéresse personne? Et donc que chacun préfère se terrer dans sa négativité??? Incroyable!!!

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Lun 13 Mai 2013, 00:05

Hmm je peux participer...

J'allais dire "Je souffre mais je suis un génie."... Razz
Ah nan? Oh zut...
Ouais ça fait pas trop modeste, bon bon, je vais changer de discours.

Je suis hypersensible, obsessive, et parfois fragile... CEPENDANT, c'est avec cette sensibilité que je me rends "unique" (on est tous uniques ceci dit, mes mots ne sont pas à prendre à la lettre), c'est avec mes larmes que je suis inspirée (avec mes joies débordantes aussi, mais on ne manque pas de me reprocher mes joies aussi quand trop particulières, et surtout trop fortes).

Ce sont mes difficultés qui me rendent philosophe, mes faiblesses sont évidemment mes forces.

Genre, je suis pas assez musclée du dos... mais donc je suis souple de ce dernier.
(Pour prendre une métaphore.)


Bref, si zébrette je suis, pn j'ai rencontré, certes... cependant, c'est aussi ce cerveau et ses perceptions complexes qui a fait que j'ai fini par comprendre que ces gens me démolissaient.

L'intelligence et la sensibilité, ça nous rend capable du pire comme du meilleur. Je m'acharne à pas perdre de vue trop longtemps le meilleur, et mon superpouvoir (qui a des ratés ces temps mais bon, c'est la vie) c'est de transcender mes difficultés dans l'art.

Alors ... ouais, c'est pas UNIQUEMENT un truc qui me floue.

Quand on est floué, c'est que les choses s'accumulent.
Il y a des moments où miraculeusement j'arrive à défaire les noeuds les uns après les autres, sans tirer trop fort pour en refaire d'autres.

C'est peut être la zébritude qui me rend ultra-rapide quand inspirée.
Ce que les autres font en plusieurs heures, moi ça me prend 30 minutes. Seulement comme ce n'est pas linéaire pour tout, bah c'est galère.
Donc... je suis rapide pour écrire des chansons, et très productive par rapport à mes collègues. J'ai de la facilité à absorber quasiment n'importe quel style de musique et d'en créer moi-même, alors que les gens d'habitude, se cantonnent à un seul genre.

On me reproche ma multiplicité et ma polyvalence, mais c'est une chance.

Ca va, c'est pas trop négatif comme participation? ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Lun 13 Mai 2013, 09:02

super, merci!

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Shiriya Lun 13 Mai 2013, 09:16

Coucou Anianka,

Je pense en fait que ce que tu considère comme un désintéressement, est plus tôt, une schématisation et un ensemble de processus de chacun.

Comme cela a été dit dans d'autres messages, il est en effet bien plus facile de se rappeler du mauvais que du bon. Est-ce parce que le mauvais est plus important ? Pour am part je dirai non, absolument pas. Mais p-e seulement parce que le mauvais fait plus mal, passe plus difficilement, marque plus donc que le bon. Je parle de longévité, qu'on soit bien d'accord, pas d'importance quoique ça peut aussi parfois jouer.
D'autre part, comme certains l'ont soulignés, sur ZC, on est tous ( avons été), des écorchés de la vie, avec notre cohorte de souffrances, mais surtout et souvent d'incompréhensions, soit face aux monde ou face à nous-même, nous sommes souvent donc là pour chercher, cette écoute que nous avons du mal à trouver ailleurs, parce que ailleurs on ne comprends pas notre "trop" et encore moins notre "pas assez". Ici c'est pour beaucoup le seul endroit ou on peut crier notre douleur, notre souffrance, en y recevant une écoute et une acceptation mais surtout une énoooorme bienveillance ( la plus part du temps )... par nos pairs.

Est-ce pour autant qu'il n'y a que le négatif dans nos vies qui prime ? Que le positif n'en existe plus ? Non surement pas.

Mon témoignage, en revanche, je te l'enverrai par mp si tu veux.


Dernière édition par Ze brume va bene ! le Lun 13 Mai 2013, 09:44, édité 1 fois
Shiriya
Shiriya

Messages : 1013
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 49
Localisation : Dans ma pataugeoire !

http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Hobbes Lun 13 Mai 2013, 09:26

Un forum est en général un lieu où l'on vient échanger sur ses questions, difficultés, doutes: "quand je sors mon crumble aux pommes du four il est trop chaud, je fais comment ?". On peut aussi partager ses passions et réussites, bien sûr "j'ai abaissé le tirant des cordes de ma Les Paul 1974 et gagné 0.2mm d'action si la corde de sol, trop beau le son de cette gratte !".

Dans le cas de la zébritude, je pense que seuls les zèbres qui ont un souci, ou du moins qui ont eu des questionnements liés au fait de l'être à un moment donné, viennent ici. Donc l'échantillon est pipé dès le départ. Et pour le côté "positif"... n'est-on pas assez naturellement craneurs, ou vus comme prétentieux, pour balancer des "hier, dans une réunion, j'ai trouvé 16 minutes avant les autres que le bilan financier était faux, et quand j'ai expliqué pourquoi, seuls trois des 10 managers ont compris" ? Wink
Hobbes
Hobbes

Messages : 128
Date d'inscription : 29/04/2013
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mer 15 Mai 2013, 14:56

Je ne suis pas sûre que tu es bien compris ce que j'appelle positif. Ton exemple n'est pas pertinent ici en tout cas.
Mais de sortir le bon qu'ils vous aient arriver dans une situation que vous avez vécu comme difficile: se faire un nouvel ami, devenir plus fort, découverte de quelque chose d'important et d'intéressant... O% est la vantardise là-dedans? Ou dans les posts précédents? Il n'y en a pas?
Et le fait de venir "se plaindre" ou de raconter quelque chose de douleureux ou poser une question sur une problématique n'empêche pas de savoir faire un bilan positif d'une situation passée ou actuelle.
L'objectif était de permettre aux uns et aux autres de puiser une bonne énergie et d'en aider d'autres à aller de l'avant ou bien de leur donner la possibilité de voir que c'est possible.
Mais c'est facultatif. Tant pis si ce type de démarche n'intéresse pas. C'est dommage, c'est tout!

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Shiriya Mer 15 Mai 2013, 15:09

C'est à moi que s'adresse ton message Anianka ?
Car j'avais bien saisi, juste que je ne peux plus me permettre d'écrire tout ce que je veux sur el forum, pour les raisons que tu dois deviner, c'est pour cette raison que je te disais que je pouvais t'apporter mon témoignage mais par mp.
Enfin sauf s'il ne t'intéresse pas Smile)
Shiriya
Shiriya

Messages : 1013
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 49
Localisation : Dans ma pataugeoire !

http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mer 15 Mai 2013, 15:24

Non, c'est à Hobbes. C'est par rapport au post juste avant le dernier que j'ai mis.

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Shiriya Mer 15 Mai 2013, 15:25

Oki , mes excuses alors Smile
Shiriya
Shiriya

Messages : 1013
Date d'inscription : 12/01/2011
Age : 49
Localisation : Dans ma pataugeoire !

http://chroniquesdunezebrume.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Mer 15 Mai 2013, 21:02

Merci merci merci pour ce post.

Le positif, c'est de vous avoir croisés, vous tous. Même si rien n'est avéré par un test, maintenant j'accepte, je prends le temps d'expliquer que je gère difficilement les émotions, et tellement d'autres choses, j'ai commencé à écrire sérieusement et, dixit mon entourage proche, c'est à peu près lisible, peut être même que mon frère va en faire des compositions en musique. Et j'ai rencontré quelqu'un avec qui j'en ai parlé ouvertement qui se posait plus ou moins les mêmes questions mais qui se trouve extrêmement différent de moi sur plein de sujets, c'est super passionnant, et tout et tout. Il comprend et apprécie que je me passionne pour mille sujets, on trouve les points communs d'autant plus facilement, on dit spontanément oui à tout.

Les moments de souffrance sont toujours là, chaque fois maintenant je cherche si d'autres moyens de la surmonter n'existent pas. L'échange, l'écriture, la réflexion solitaire, l'activité, etc etc.

Je ne sais si vous ferez quelque chose de mon intervention qui me semble bien inutile, elle est ce qu'elle est !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Mer 15 Mai 2013, 21:10

merci à toi pour cette belle énergie que tu viens de nous communiquer!

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par ehpotsirhC Mer 15 Mai 2013, 22:02

Post intéressant car il est vrai que dans toute expérience, nous avons quelque chose à apprendre (même si cela est difficile et prend beaucoup de temps parfois).

Pour ma part, mon père est parti lorsqu'il a appris que ma mère était enceinte, je ne l'ai revu qu'à l'âge de 13 ans. Il m'a fallu du temps pour accepter que ce n'était pas à cause de "moi" (en tant que personne, avec un sentiment fort de dévalorisation et de culpabilité) qu'il était parti mais je pense l'avoir compris et accepté. Cela m'a apporté une force de caractère, une volonté d'avancer vers les objectifs que je me fixe.
J'ai aussi déménagé de nombreuses fois étant enfant (8 déménagements et 4 villes en 16 ans), c'est difficile pour "s'ancrer" et avoir des repères (ce que l'absence de mon père n'arrangeait pas) mais m'a permis de pouvoir m'adapter plus facilement, cela m'a donné envie de voyager et de trouver un endroit où j'ai envie de m'installer et de vivre. En outre, je n'ai pas peur de l'inconnu.
Il y a aussi certains moments forts qui m'ont fait réfléchir comme un jeune patient de 17 ans en oncologie qui me dis que son frère est son aîné de deux ans et pourtant mourra bien après lui (j'étais alors en début de deuxième année de kiné). Il ne lui restait plus que quelques mois à vivre mais ses parents et les médecins avaient décidé de ne pas lui dire précisément ce qu'il en était pour ne pas qu'il s'effondre moralement. Il est difficile de savoir quoi répondre à cela. Il y a eu aussi certains patients paraplégiques plaisantant sur leur handicap et me disant que cela pourrait être pire, qu'ils ont encore leurs bras et leur tête.
Cela m'a permis dans bien des cas de relativiser mes problèmes, mes difficultés, de prendre assez de recul et lâcher prise sur ce qui n'en vaut pas vraiment la peine. Il vaut mieux s'attarder sur la beauté et la joie que la vie peut nous apporter, car ces moments arrivent toujours si on sait où regarder Very Happy

ehpotsirhC

Messages : 25
Date d'inscription : 14/05/2013
Age : 36
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Jeu 16 Mai 2013, 11:35

Je suis d'accord. Il y a un topic intéressant ici: "le syndrôme du fais moi mal", qui rejoins ce que tu dis.

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par tabako Ven 07 Juin 2013, 14:27

.


Dernière édition par tabako le Mer 14 Aoû 2013, 00:12, édité 1 fois

tabako

Messages : 64
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par anianka05 Ven 07 Juin 2013, 15:34

Impec !

anianka05

Messages : 987
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : Toulouse, dans un corps fait de chair et d'os (je crois...)

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Invité Jeu 13 Juin 2013, 09:25

Exercice difficile pour moi de parler de ça :
Une très douloureuse rupture m'a mis à terre, la dépression m'a contraint à entreprendre un travail thérapeutique qui m'a permis d'ouvrir les yeux sur moi-même et de me connaître et entre autre de découvrir ma zèbritude.
Ma vie a pris une autre dimension Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par imposteur Mer 19 Juin 2013, 17:32

Une très forte histoire d'amour a pris fin il y a plus de 6 mois. J'en ai toujours parlé en cachette parce que la personne concernée est sur le forum, parce que je suis pas du genre à montrer facilement ce qui se cache derrière mon mur. Je ne m'en suis toujours pas (entièrement) remis.

MAIS c'est ça qui me fait avancer. Cet espoir utopique d'une remise ensemble m'a poussé à creuser dans mes entrailles, dans le monde qui m'entoure. J'ai appris à m'écouter (et par moments c'est tout sauf agréable) à un niveau dont j'étais incapable à l'époque. Cette frustration, ce refus de la situation m'a poussé à explorer des chemins que je n'avais jamais explorés: la compréhension de l'autre comme quelqu'un de différent de moi là où j'avais tendance à calquer (très) rapidement mes clefs personnelles d'interprétation. L'écoute de l'autre (la plupart du temps il s'en fiche qu'on lui trouve des solutions à sa place: il veut juste avoir quelqu'un à qui confier ses états d'âme). L'action, le pari du risque plutôt que la passivité et l'attentisme. L'opportunité et l'aide que je peux apporter aux autres (et pas seulement ce que eux peuvent m'apporter). Je commence à découvrir ce qui est réellement important pour moi dans ma vie, je trace lentement le fil rouge autour duquel j'aimerais centrer mon avenir.

Et puis je suis devenu plus séduisant (au sens large). Des détails dans ma vie quotidienne me le montrent: j'arrive à captiver pleinement mon auditoire (expliquer la NP-complétude à une nouvelle amie en fin de soirée sans qu'elle ne me quitte des yeux, y'a de quoi être fier Cool); en groupe d'amis je sais attirer l'attention de tous sur mon récit, les gens commencent à reconnaitre la pertinence et l'intérêt de ce que je raconte. Récemment une inconnue m'a glissé un post-it sur ma table en salle d'étude avec un mot doux. Est-ce que je dégage un magnétisme?

Je me suis remis à explorer ce forum, à chercher des nouveaux fils (dont celui-ci), à errer au hasard, ouvert à des nouvelles idées, des nouveaux points de vue.

Oh et puis: grâce à ça je me suis fait une nouvelle amie via ce forum, quelqu'un qui compte beaucoup pour moi. Et le fait de me confier à un proche sur mes coups de blues a fait naitre entre nous une amitié très forte (j'espère pour lui qu'il tient à moi parce que sinon qu'est-ce qu'il doit se faire ch*er à supporter mes nombreux coups de blues Laughing). (Pour preuve: c'est avec moi qu'il a décidé de partager son cadeau d'anniversaire: un bon pour 2 personnes pour visiter une brasserie x) )

Sans cette rupture je n'aurais pas suivi ce chemin. Ce que je peux me dire avec certitude, c'est que j'aurai davantage de choses à apporter à la prochaine qui croisera ma route Smile.


Très chouette initiative ce fil. Comme toi Anianka, je déplore que ceux qui cherchent le bon côté des choses soient minoritaires. Le monde se porterait tellement mieux si chacun se focalisait en priorité sur tout ce qui s'est bien passé.
imposteur
imposteur

Messages : 644
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 29
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Cyril THQI Lun 15 Juil 2013, 14:56

anianka05 a écrit:Ici, dans ce post, parlez de vos maux, mais toujours avec ce qui en est sorti de bon! Le Mal cité ne servira qu'à expliquer le Bien qui est en vous...

Ce que tu écris-là me fait penser à deux personnes qui méritent d'être lues :

Jiddu Krishnamurti :
Suite à la mort de son frère auquel il était très attaché, il a vécu une révolution intérieure qui lui a permis d'accéder à une sorte de béatitude difficilement descriptible. Depuis ce moment, il a affirmé l'importance de ne pas fuir la souffrance, de la regarder en face, d'être avec ce qui est non avec ce qui devrait être. Et de cette observation neutre s'ensuit selon lui la disparition de la souffrance.

Milton Erickson :
C'est un psychiatre qui a eu plusieurs graves ennuis de santé, dont la poliomyélite qui lui a fait voir la mort de près et l'a sérieusement handicapé. Il explique comment ces problèmes ont été une chance pour lui d'apprendre tout un tas de chose. Avec ses patients, il s'arrangeait pour utiliser ce qui était a priori un handicap pour en faire un atout.

Les deux ont du charisme et sont très captivants à lire.
Cyril THQI
Cyril THQI

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 51
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par leila Dim 21 Juil 2013, 00:02

Je regrette de ne pas être tombée sur ce ce topic plus tôt x) (mais j'ai refait mon come back assez récemment)

Alors pour commencer Anianka05 j'adhère totalement à ta philosophie! Et moi comme beaucoup d'autres on a remarqué le peu de positivisme qui régnait ici. Parler de ces problèmes c'est très bien, ça défoule, on se sent écouté (ou lu en l’occurrence) mais je penses que le faire sans essayer de sortir le coté positif de tout ça est stérile. Je crois personnellement que tout ce qui nous arrive positif ou négatif n'arrivent pas sans raison.
En tout cas c'est ce que je me suis dit il y à 3 ans...

Il y à trois ans je suis tombée dans une grosse dépression qui a duré un peu moins d'un an, j'avais de gros soucis familiaux depuis mes 12 ans et ils devenaient de plus en plus compliqués et durs à supporter (comme si voir son papa que l'on considérait comme un homme fort se détruire et tomber très bas n'était déjà pas assez dur)
Il y à trois ans, ce fut la pire année de ma vie, pourtant j'étais déjà passée par pas mal de trucs joyeux comme la violence d'un père alcoolique qui connu la rue, la dépression d'une mère à ramasser à la petite cuillère, la métamorphose de la maison familial en un lieu froid sans électricité ni eau chaude, les fenêtres cassées, le frigo vide..la drogue, l'anorexie puis la boulimie... Lorsque je pensais que tout était fini par un nouveau déménagement avec toute la famille, (mon père remplacé par mon beau père et nous allions à la campagne cette fois attention! ^^) eh bien je fus aux regrets de constaté la métamorphose de mon beau père qui dévoila son vrai visage de méchant loup! Moi qui chérissait si tendrement ma liberté et mon autonomie, ainsi que ma personnalité originale vis à vis de ma famille, je me suis vue imposer des chaines invisibles, du renoncer à qui j'étais, à ma liberté, à des choses fondamentales pour son épanouissement personnel en gros. Il s'avère que mon beau père (sortant de dix ans de prison et ayant eu une vie de merde en général) était un homme extrêmement autoritaire, violent (encore), manipulateur, torturé (d'ailleurs je lui soupçonne d'être soit borderline soit bipolaire soit les deux ><) et ça recommençait... problèmes d'argent, violences, angoisses, tensions, disputes.. sauf que là j'étais bridée en plus.

Et encore! Toute cette violence et misère (si si pas de chauffage pdt deux ans et colis du cœur pour nous nourrir! (Au moins on recevait des yaourts bien chers qu'on aurait jamais gouté si non! Very Happy), Et bon ça allait plus loin que ça... ) ça passait encore, le plus dur la dedans c'était de ne pas pouvoir être soi même dans sa propre famille. Les autres j'm'en foutait c'était des étrangers et je m'étais fait une raison: je n'allais jamais être une jeune cool très populaire mais ma propre famille? Après tout ce qu'on avait endurer ensemble elle osait me faire ça? Tous les jours ils me mettaient la pression pour que j' "entre dans la religion" que je "prie" parce que "j'étais têtu, arrogante et que je ne faisait jamais comme tout le monde, que je ne voulais pas me soumettre à Dieu"... (on sort tout droit de 'Carrie' là ou quoi??)
Je devais TOUT faire en cachette ma vie était secrète quasi ou plutôt double, j'avais, à force, développé des techniques pour ne jamais laisser de traces. Ça c'est l'enfer. Renoncer à soi même, effacer les traces de son existences, de sa personnalité, du moins devant sa propre famille, avoir des angoisses parce que tu as laissé ton sac de cours dans le couloir quand t'es allé dormir, "est-ce que j'ai laissé un ticket de caisse? Une preuve? Est-ce que mon sac sens l'alcool? Le tabac?, est-ce que j'ai laissé trainé mon gsm? effacé tous mes messages? Effacé l'historique du PC? Est-ce que j'ai laissé mes livres dans mon sac?" parce que bien sur je ne pouvais pas lire ce que je voulais, écouter la musique que je voulais, je ne pouvais pas voir qui je voulais, pas parler aux garçons, pas aller au magasin toute seule, pas dormir chez une amie, pas aller en voyage rhéto (terminale), pas aller au bal, au cinéma, shopping etc avec des amis et surtout ne pas m'habiller comme je voulais... et et et? Bien sur c'est à cette période là que j'ai rencontré l'amour de ma vie. Si je ne l'avais pas lui je penses que j'aurais mis beaucoup de temps à me (re)construire. Il m'a tellement soutenue, il n'a pas bronché lorsqu'on devait marché avec 5m entre nous dans la rue de peur d'être observé par mon beau père, de ne pas se voir pendant toutes les vacances comme des couples normaux (à 17 ans c'est grave quand même), de ne pas se parler par sms une fois rentrée chez moi, de tout faire en cachette, de devoir sécher des cours pour se voir en dehors (il était et est toujours en cours avec moi Smile), de nous prêter de l'argent secrètement parce que sinon on ne mangeait pas, il m'entretenait, était là quand je craquait en classe, quand je buvais plus que de raison par colère et par défi, lorsqu'on devait se quitter tous les jours sur le quai de mon train en route vers chez moi... Je rentrais la peur au ventre, j'en pouvais plus. Je crevais tellement d'envie d'avoir une famille normale comme les autres, où je pouvais m’exprimer sans être réprimée ou moquée, j'avais une vision très idéale de la famille (celle de mon copain y correspondait beaucoup imaginez la jalousie que je ressentais), d'ailleurs j'avais une vision très idéale d'à peu près tout. En plus de cette féroce envie de posséder ce que je n'avais pas (et ces choses étaient nombreuses) j'avais une haine énorme contre toutes ces filles libres que je croisait dans le train ou en ville en robe légère, à la vie légère, un copain dans une main, une maman dans l'autre, rentrant tous les jours dans un foyer chaleureux. J'avais une violente envie de les buter.

Après cette grosse dépression il y à donc trois ans, pendant que je rentrait le cœur lourd tout s'est éclairci dans ma tête. Tout ce que j'avais vécu jusque là n'étaient pas sans raison, ces évènements m'aidaient à construire qui j'étais. Ma famille qui retournait ciel et terre pour me faire entrer dans le moule n'avaient fait que renforcer ma fierté d'être moi, de plus toutes ces merdes depuis que j'avais douze ans ne m'ont jamais autant fait comprendre à quel point la vie est précieuse, toutes ces choses que je n'ai pas eu m'ont fait aimer celles que j'avais, je voulais profiter de chaque infime instant de la vie, j'acceptais tout! Souffrances, joies, pleurs, rires, déceptions, échecs... C'est pas facile je suis encore loin de mon idéal de vie intense mais aujourd'hui un rien ne peut me rendre heureuse ou malheureuse et c'est tant mieux! C'est ça la vie! On n'a qu'une seule vie (du moins dont on est conscient) et pleins de gens la laissent filer entre leurs doigts! Ils sont passifs, se laissent vivre... Moi je veux me sentir vivante à chaque seconde de mon existence!
Puis j'ai décidé l'année passée de ne plus subir les choses et je suis partie de chez moi. Ça n'a pas été facile, je ne voyais plus ma famille, elle me manquait c'était affreux. Mais j'ai retrouvé ma liberté et j'ai pu vivre avec l'être que j'aimais de tout mon âme.
Aujourd'hui je vais beaucoup mieux. J'ai pu faire la paix avec ma famille au mois de mars 2013. Je n'arrive toujours pas à croire que 9 ans de vie de chiottes se soient terminées!
J'ai encore quelques soucis (notamment de regrets, d'amertume et de confiance) mais j'y travaille. J'ai pardonné à tout le monde (bien avant de faire la paix en fait) et j'ai eu raison de le faire. Je n'allais plus perdre mon énergie à haïr alors qu'il y avait tellement de belles choses dans la vie! Tellement de choses à apprendre, à découvrir! Je sais quelle vie je veux avoir et quelle genre de personne je veux être Smile


Voilà, en espérant ne pas avoir été trop longue. Merci de m'avoir lue Embarassed 

Leila Amour 

PS: JE VOUS AIME!!! Long hug
leila
leila

Messages : 241
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 29
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Ainaelin Dim 21 Juil 2013, 20:15

Pas drôle, ta vie, mais la conclusion que tu fais est apaisante, voire plaisante. Merci pour ton enthousiasme.
On t'aime aussi. Long hug
Ainaelin
Ainaelin

Messages : 4287
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Speedy Lun 22 Juil 2013, 09:09

Leila, ce témoignage est magnifique de par la conclusion qui en est faite. C'est un appel à vivre et à aimer extraordinaire !
Mon témoignage à moi vous faire penser que je suis une petite nature... Embarassed Non ! On a dit qu'on parlait du positif !!! Je me lance.

Il y a un peu plus de trois ans, j'ai voulu trouver seule mon appartement pour un stage. Je me suis faite bernée par une « association de jeunes travailleurs » et je me suis retrouvée en collocation dans une zone à côté de Trappes particulièrement déplaisante. Le premier jour, un homme à 2 heures du matin qui tape à la porte pour trouver quelqu'un qui n'habitait plus ici, vraisemblablement dans l'intention de le massacrer, au point qu'on a dû appeler la police. Toutes les nuits des bruits et des cris déchirants dans la rue dehors. Bref un sentiment d'insécurité tel que je n'ai pas pu y rester. Un mois plus tard, j'ai trouvé autre chose, mais dans l'état fragile (très grosse fatigue issue de l'année passée) dans lequel j'étais, le mal était fait : je suis partie en dépression nerveuse. Crises d'angoisses à répétition, acceptation (dure, très dure) que j'avais besoin de me faire aider, prise de rendez-vous chez une psychologue. Et au moment où j'ai cru m'en sortir, mon grand-père que j'aimais énormément est décédé, et tout à recommencer.

Aujourd'hui j'en suis presque sortie, je n'ai presque plus de crises d'angoisses, j'arrive à gérer mieux mon anxiété. Je tremble encore un peu lorsque j'en parle et je pleure à la moindre mention de mon grand-père, mais y a beaucoup de progrès. Les points positifs de tout cela sont que je suis plus forte maintenant, beaucoup plus prudente dans le choix de mes logements Cool, je me suis beaucoup rapprochée de mes parents, et surtout que ça a lancé une série de changements chez moi. A force de me demander pourquoi je faisais toutes ces angoisses et surtout pourquoi on n'arrivait pas à les calmer, pourquoi je ne pouvais pas m'empêcher de penser sans arrêt, pourquoi j'ai parfois supplié ma mère de me dire où était le bouton off de mon cerveau, je me suis intéressée à la douance ainsi que mes parents. J'ai découvert ce forum, ma mère a aussi travaillé sur les EIP et la douance en général (pour son travail d'enseignante, mais aussi avec une motivation personnelle) et est absolument persuadée que j'en suis, même si je ne me suis pas encore fait testée (il faut que je trouve l'adresse d'un psy dans la région cette semaine et que je prenne rdv). Du coup je me comprends de mieux en mieux et je m'améliore.

J'ai même eu mon coup de fierté cette semaine : j'ai réussi pour la première fois de ma vie à envoyer balader un collègue qui m'agace au plus haut point et dont je dois sans arrêt rattraper les conneries. J'ai envoyé un mail avec la chef de projet en copie en expliquant pourquoi ce qu'il avait écrit c'était pourri. Y a du progrès ! C'est pas parfait mais je me soigne. Very Happy
Speedy
Speedy

Messages : 100
Date d'inscription : 26/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par leila Mar 23 Juil 2013, 22:18

Hahaha magnifique Speedy! Very Happy et super que t'es parents te soutiennent dans l'idée d'une éventuelle douance! (Ma famille est assez sceptique et moqueuse, ce que je peux comprendre étant moi même certaine de ne pas l'être, mais je passe le cap du test bientôt j'en ai mare d'être dans l'ignorance) courage alors pour la passation du test!!! Trèfle Trèfle 
C'est super de se rendre compte des progrès qu'on accomplit!
Et merci à vous Embarassed  I love you
leila
leila

Messages : 241
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 29
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par -Wa- Ven 02 Aoû 2013, 17:56

Positif ?? Mais y en a plein ! D'abord je suis synesthète, et j'adooore ça c'est vraiment sympa Smile(même si avant je ne savais pas que c'était rare ^^) On a plein d'anecdote à raconter sur moi quand j'étais petite, vu que j'ai su parler comme une adulte à deux ans, il paraît que j'en disais des belles ^^
Ensuite, j'ai la chance d'être émue aux larmes par de toutes petites choses qui me font me sentir vivante, c'est quand même sympa Smile
Pour les études, et bien les facilités en cours m'ont parfois pas mal aidée, même si aujourd'hui je dois réapprendre un peu à travailler, la fac c'est quand même mieux (bon cette année, je ne l'ai pas fait, et je passe quand même, mais l'année prochaine, je m'y met ! lol! )
Il y a aussi le fait que mon copain m'aime aussi pour mon esprit, du coup !
Et puis il faut avouer que c'est agréable, parfois d'épater un peu la galerie avec un peu de culture ;)Et enfin, les débats avec d'autres personnes comme soi, c'est quand même sympa, même si ça fatigue. Voilà :)Très sympa ce topic, ça fait du bien d'écrire du positif, un peu ! Yahoo ! Et bravo Speedy, chaque pas est un progrès, tu peux être fière de toi ! Approuve 
-Wa-
-Wa-

Messages : 255
Date d'inscription : 26/06/2013
Localisation : Sur Wakah Chan.

Revenir en haut Aller en bas

Et si on parlait du + au lieu du -? Empty Re: Et si on parlait du + au lieu du -?

Message par Segva Mar 06 Aoû 2013, 05:35

Merci de l'initiative Anianka (même si je ne sais plus si tu viens au forum ou pas)

Pour moi le (+) est toujours là mais pour l'apprécier il faut accepter qu'il parte, comme tu dis, regarder sa 'souffrance' dans les yeux et s'y voir, voir en quoi on y a participé sinon c'est foutu, on est condamné à la revivre éternellement de la même façon.
Je ne sais pas si à force de coups durs je me suis convaincue que la vie est ainsi faite donc je laisse à chaque fois moins d'espace au (-) mais c'est ainsi  que je le ressens. Un blues? Bof ça passera. Une déprime? Bof J'en ai vécu pire...

Attention, il ne faut pas arrêter de croire au malheur ou de le nier plus qu'avant... seulement l'accepter comme un coup de vent.
Plus on se solidifie intérieurement et plus le coup de vent - même ouragan - ne pourra nous détruire.

Un livre qui m'a beaucoup inspiré en début de ma trentaine fut: 'Leçons de vie' d'Elizabeth Kübler-Ross

C'est une oncologue et psychiatre qui se spécialisa sur les malades en phase terminale et le deuil. Toute sa vie elle n'écrivit que sur le deuil ou presque.

Mais à la fin de sa propre vie, elle est frappée par la maladie qui la tint prostrée au lit pendant 8 ans!
C'est durant ce temps qu'avec l'aide de son 'mentoré', ils écrivent ce livre qui ne parle que du positif de la vie.

En tout cas je le partage souvent, je le donne en cadeau aussi. Parce que je crois vraiment que ça aide à voir le (+) sans trop de flafla et de façon réaliste, je crois que c'est ce qui m'a impressionnée, son immense cohérence, elle est resté fidèle à elle-même jusqu'à la fin même dans la plus grande adversité (presque totalement handicapée).

Sur ce je vous souhaite bonne lecture. En tout cas la lecture, la nature et l'exercice physique ça aide aussi pour parler plus du (+) que du (-)


http://ekr.france.free.fr/destin.htm
Segva
Segva

Messages : 345
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 46
Localisation : Dans le coin du cercle

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum