Zèbre ou pas zèbre ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Ellivie le Mer 24 Jan 2018 - 22:51

Bonjour à tous,

Qu'il est difficile de se présenter et de franchir un pas. Cela fait quelques temps que je traine sur le forum en invitée, que je lis certaines de vos interventions, et d'autres témoignages ou documentations ailleurs.

Femme de 36 ans, quelques amis m'ont poussé vers le sujet douance avec un "et si... toi aussi ?". Sur le coup, on se dit que non, pas possible. Oui on a des facilités, oui on est parfois hypersensible, oui parfois on a envie de hurler face à la stupidité du monde, des gens, de tout ce qu'il y a autour... mais... Je ne sais pas. Ma mère s'est penchée sur le sujet et a soulevé d'autres points qui correspondraient, quand j'étais enfant. Quelques difficultés dans ma vie et une sensation d'abîme ces derniers temps me poussent à peut-être étudier la question.

Face à tous vos témoignages, je me dis que le seul moyen serait de passer un test. Je rencontre une psy, qui apparemment connait bien le sujet et est formée (1h30 de trajet aller quand même), pour un premier entretien d'approche. Dur dur de trouver des informations, des adresses. Je ne connais même pas cette psy, et j'espère qu'elle est fiable. Est-ce que j'ai fait le bon choix ? Est-ce que ca vaut vraiment le coup ?

Ceux qui ont eu leur réponse, est-ce que cela les a aidé ? Ont-ils vu la lumière au bout du chemin ?

Voili voilou. Merci en tout cas pour vos partages sur ce forum^^

Ellivie

Messages : 2
Date d'inscription : 24/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Mer 24 Jan 2018 - 23:27

Ouh putain non Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Mer 24 Jan 2018 - 23:36

Ellivie passe sur le tchat, on est en train d'établir un modèle de dénomination psy, qui pourrait t'intéresser =)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Lainie le Jeu 25 Jan 2018 - 8:47

Bonjour Ellivie,

Ca aide on va dire quelques temps. Tu as l'impression d'avoir changé de monde (donc l'extérieur). Après, quand la sagesse arrive, tu te rend compte que ça ne change finalement rien hormis l'acceptation de toi que tu peux avoir - ou pas d'ailleurs mais quand même plutôt si -

_________________
We're are all mad here
avatar
Lainie

Messages : 3022
Date d'inscription : 22/07/2015
Localisation : Canterbury plains

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Rust Cohle le Jeu 25 Jan 2018 - 13:03

Je pense que tu n'a pas besoin de psy Smile il te suffit de lire le livre "Trop intelligent pour être heureux ?" de Jeanne Siaud-Facchin.

Rust Cohle

Messages : 11
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Confiteor le Jeu 25 Jan 2018 - 13:18

Rust Cohle a écrit:Je pense que tu n'a pas besoin de psy Smile il te suffit de lire le livre "Trop intelligent pour être heureux ?" de Jeanne Siaud-Facchin.
Heu ....  Shocked

Pour savoir si on est HQI je comprends mal comment on peut se dispenser d'un test de QI !

Or l'élément de base (fondateur) de ce que certains nomment zébritude (j'ai horreur de ce vocabulaire infantilisant et un peu niais) est celui-ci :
un QI largement plus élevé que la moyenne (par tradition >130) induit parfois des effets collatéraux indésirables.

L'intensité de ceux-ci semble dépendre de l'écart à la moyenne mais aussi d'autres éléments par exple potentiel initial de stabilité émotionnelle, contexte affectif de l'enfance, etc.

Je précise que le résultat chiffré du test de QI mesure avec exactitude l'aptitude à passer les tests de QI.
Il s'avère que cette mesure n'est pas sans rapport (et c'est peut-être pas le fait du hasard  Wink ) avec ce qu'on a l'habitude de nommer intelligence.
Il serait présomptueux ou naïf d'espérer une coïncidence biunivoque entre les deux, ce n'est sans doute pas si simple !

-------------------------

Pour le reste, bienvenue !
Et ma réponse à ta question :

Lorsqu'un médecin a établi précisément un diagnostic, son patient est-il libéré des troubles (douleurs, dysfonctionnements etc.) pour lesquels il a été amené à consulter ?
Évidemment non !
Est-il souhaitable de soigner la douance par exemple en administrant une molécule qui ferait baisser le QI (joke inside) ?
Est-il plus facile de gérer des difficultés existentielles, sociales relationnelles etc. lorsqu'on en connait l'origine ?
Sans doute, mais il est illusoire de croire que tout est réglé.
On mesure seulement sa "différence" dans ce qu'elle a de positif et aussi d'invalidant voire d'handicapant.
avatar
Confiteor

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 60
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Jeu 25 Jan 2018 - 13:30

Bienvenue Ellivie, tu es courageuse de te lancer : à te présenter si tu es timide, et à passer le test. Le choix de la psy n'est peut-être pas primordial pour le bilan en lui-même, sinon pour te mettre en confiance, mais plutôt pour le suivi qui viendrait ensuite. Il faudra peut-être que tu trouves plus près de chez toi.
Pour ma part, je vois une neuro-psychologue pas spécialiste des HP, mais le bilan avait déjà été établi avant que je la contacte.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Rust Cohle le Jeu 25 Jan 2018 - 13:42

[/quote]
Heu ....  Shocked

Pour savoir si on est HQI je comprends mal comment on peut se dispenser d'un test de QI !

Or l'élément de base (fondateur) de ce que certains nomment zébritude (j'ai horreur de ce vocabulaire infantilisant et un peu niais) est celui-ci :
un QI largement plus élevé que la moyenne (par tradition >130) induit parfois des effets collatéraux indésirables.

L'intensité de ceux-ci semble dépendre de l'écart à la moyenne mais aussi d'autres éléments par exple potentiel initial de stabilité émotionnelle, contexte affectif de l'enfance, etc.

Je précise que le résultat chiffré du test de QI mesure avec exactitude l'aptitude à passer les tests de QI.
Il s'avère que cette mesure n'est pas sans rapport (et c'est peut-être pas le fait du hasard  Wink ) avec ce qu'on a l'habitude de nommer intelligence.
Il serait présomptueux ou naïf d'espérer une coïncidence biunivoque entre les deux, ce n'est sans doute pas si simple !
[/quote]

Tu n'a pas tort mais malgré tout, je pense qu'il n'y ai pas forcément besoin de résultat officiel pour se prétendre surdoué. Ce n'est que mon avis mais, trouver un maux qu'on a jamais su déceler est révélateur et (un peu) libérateur. Retrouver le pourquoi du comment. Être surdoué peut être représenté par un chiffre pour certain, et une façon d'être pour d'autre. Comprendre l'enfant qu'on a été.

Rust Cohle

Messages : 11
Date d'inscription : 09/01/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Confiteor le Jeu 25 Jan 2018 - 13:52

Être surdoué peut être représenté par un chiffre pour certain, et une façon d'être pour d'autre.
En fait ... non !
Ou alors il faut tordre les mots (ce qui est toujours possible mais jamais souhaitable).

Surdoué = supérieurement (au sens quantitatif) doté d'aptitudes cognitives.
Et quoi d'autre que mesurer celles-ci pour savoir si on l'est ou non ?
C'est exactement le but des tests de QI.
Ils ont évolué au cours du temps afin de tenter d'évaluer avec le plus de fiabilité possible ces aptitudes (et il reste sans doute encore pas mal de travail pour les améliorer encore).

On peut préférer utiliser le doigt mouillé pour évaluer la température mais c'est sans doute moins efficace qu'un thermomètre !
avatar
Confiteor

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 60
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par minord le Jeu 25 Jan 2018 - 14:07

Ellivie a écrit:Ceux qui ont eu leur réponse, est-ce que cela les a aidé ? Ont-ils vu la lumière au bout du chemin ?

En ce qui me concerne, le test m'a permis de lever le doute et ne plus douter constamment c'est très reposant Smile

minord

Messages : 61
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 49
Localisation : Avignon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par p't ben le Jeu 25 Jan 2018 - 16:20

Pas encore de lumière au bout du chemin, mais au moins on a un chemin a explorer.

2 mois pour moi, et c'était pas complément attendu, alors y'en a beaucoup d'autres qui ont fait plus de chemin.




avatar
p't ben

Messages : 62
Date d'inscription : 26/12/2017
Age : 48
Localisation : Hautes-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Jeu 25 Jan 2018 - 16:37

Bjr Ellivie,

Perso j'ai consulté une psychologue clinicienne qui est aussi HP.
J'ai eu un premier entretient et à la suite de ça j'ai passé le test et QI incalculable car beaucoup trop hétérogène mais la psy m'a dit que j'avais entre 130 et 140.
De toute façon la psy m'a dit qu'elle ne faisait passé le test lorsqu'elle était sûr d'avoir en face un HPI.

J'ai passé mon test à Lyon avec écoute et vous de Gaëlle Dibout.

Voilà si tu passes le test sur Lyon je te la recommande.

Cordialement kenshin

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Jeu 25 Jan 2018 - 17:46

kenshin a écrit:Bjr Ellivie,

Perso j'ai consulté une psychologue clinicienne qui est aussi HP.
J'ai eu un premier entretient et à la suite de ça j'ai passé le test et QI incalculable car beaucoup trop hétérogène mais la psy m'a dit que j'avais entre 130 et 140.
De toute façon la psy m'a dit qu'elle ne faisait passé le test lorsqu'elle était sûr d'avoir en face un HPI.

J'ai passé mon test à Lyon avec écoute et vous de Gaëlle Dibout.

Voilà si tu passes le test sur Lyon je te la recommande.

Cordialement kenshin

C'est intéressant cette idée kenshin : j'ai aussi passé le test avec un psychologue clinicien lui-même HP, et il nous a quasiment dit avant qu'il pensait que nous l'étions (mes deux filles et moi).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par ifness le Jeu 25 Jan 2018 - 23:53

Mwais.

Là est la problématique, me semble-t-il.

LES problématix.

Bon, on en recause quand vous voulez.

Bon, ceci dit (et on en reparlera si vous le désirez)
la Douance n'est pas un Absolu Philosophique auquel on peut s'accrocher.

Plus je fréquente ce site et plus
je me sens mal à l'aise.

Comme si : ce symbole mathémathique avait valeur d'INTELLIGENCE;
Hors : c'est évidemment faux.
(Par de multiples biais, qu'ils soient conceptuels ou formels.)

Alors ça va bien.

Perso j'ai passé les tests dès 8 ans, c'est bon.
Ca ne m'a pas apporté que du bon, dans mon parcours.
Vérifié à 19 : fait chier.

Parce que le QI (ou ce qu'il induit en conséquence)
"oblige" socialement à .
Et j'ai pas obligé.

Alors : faich, les tests.
Ca mène à quoi ?
A toi ?????
Mais à tes enfants ?

Laisse-les vivre leur vie, putaing cong, .....
sachant qu'ils sont pas congs.......

Razz  Razz  Razz  Razz  Razz  Razz  Razz  Razz  Razz  Razz  Razz  Razz  Razz

PS.PS. On en reparle quand tu veux, sara.

ifness

Messages : 2365
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Ven 26 Jan 2018 - 10:05

Coucou Ifness flower
Est-ce que je comprend bien : le fait de connaître ta zébritude dès l'enfance t'a nuit ?.. si oui pourquoi?
Je suis vraiment curieuse de ta réponse parce que je me demande si oui ou non il faut que j'en parle à mon fiston, et si oui, de quelle manière... Je ne veux pas focaliser sur cet aspect-là, mais cela ne l'aiderait-il pas dans sa propre compréhension, de lui-même comme celle des autres ?
Je suis d'accord avec toi, s'enorgueillir (pas sûre de l'orthographe..! scratch ) d'un nombre n'a rien d'intéressant mais le savoir n'est-il pas important, tant qu'on ne s'arrête pas à la seule valeur mathématique mais que cela nous sert à avancer?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Confiteor le Ven 26 Jan 2018 - 10:34

Il ne s'agit bien entendu pas de s'enorgueillir.
Comment pourrait-on être fier d'un "accident" de la nature qui nous fait sortir des deux sigmas et dont nous ne sommes ni responsables ni coupables ?

De même le "nombre" figurant le QI global n'a pas plus d'importance que ça, d'autant qu'il s'agit d'une moyenne entre différentes composantes et que la moyenne représente très mal les objets qui la compose.
La "frontière hermétique" fixée arbitrairement à 130 pour distinguer NP (*) et HQI me semble d'autant plus déraisonnable qu'elle installe une singularité dans un continuum (et que l'incertitude expérimentale sur l'évaluation du QI est ... inconnue !).
Néanmoins, on observe aisément des différences considérables d'aptitudes cognitives entre un individu à 90 de QI et un autre à 150.
La mesure du QI a donc "quelque chose à voir" avec celle de l'intelligence (et ... heureusement !).

Cependant il n'est pas sans intérêt d'être informé qu'on ne peut (doit) pas attendre de l'immense majorité des humains qui nous entoure la même chose (en termes de puissance conceptuelle par exemple) qu'on exige de soi-même : ils ne sont pas équipés pour.
C'est aussi un chemin de tolérance.

(*) Je ne suis pas fan de ce terme, sauf à chaque fois préciser que le mot "normal" doit s'entendre dans le sens "dans la norme statistique", sans autre connotation.



Sans répondre à la place de Ifness, j'ai été confronté à ce dilemme avec mon fils.
Je continue à douter d'avoir fait un choix pertinent, même si j'ai corrigé le tir sur le tard.
(et c'est d'ailleurs la raison initiale de mon inscription sur ce forum voir ici)
avatar
Confiteor

Messages : 1110
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 60
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par ifness le Ven 26 Jan 2018 - 17:27

Oh, mon camée, ma léonne, & C°,

j'en ai souffert de bien des manières.

Si je pense à mon enfance "d'après" mes tests (donc après mes 8 ans)
2 choses me viennent à l'esprit :

-- L'obligation de la réussite. Le manque de félicitations envers mes succès. Il est devenu "normal" que je sois brillant, et toute baisse de régime devenait culpabilité. Mon frère (esprit brillant mais longtemps en difficulté scolaire) devenait beaucoup plus intéressant que moi.

-- Une attitude bizarre envers la réussite (scolaire) des autres : un mépris quasi-automatique envers ceux/celles qui se battaient pour réussir.
(Et cela m'a duré longtemps, puisque après avoir échoué en médecine -j'ai rien glandé pendant 2 ans- je me suis retrouvé étudiant brillant en géographie/histoire, mais que je souviens fort bien des réflexions d'un prof (doyen de la fac), j'avais eu juste la moyenne à une épreuve de licence, et il m'a dit "être déçu"....de ma faible performance. Ouaaah ! Que devais-je à cette société ? J'avais rien demandé, même pas à naître, moi.
Qui étais-je?
(je ne conscientisais pas alors les symptômes de la "douance", je ne faisais qu'en subir les effets, psychologisant-freudien à outrance)

............Entre temps, j'avais (18 ans) repassé des tests, qui avaient plus que confirmé.

Alors faute de maîtrise affective de relations incertaines avec les personnes que je voyais bien plus limitées que moi,
je me suis "éclaté" dans les relations féminines.
Et ma douance a donné naissance à une complexité affective/relationnelle qui m'a coûté (le mot est choisi) 15 ans de psychanalyse. Avec des résultats fort mitigés.

Bon, j'ai "élevé" trois enfants (2G, 1F) ça m'a énormément plu.
Sans aucune crainte ni difficulté. Avec amour.
(Les problèmes sont apparus depuis qu'ils sont devenus des p...... d'adultes. HQI ? Pas sûr. Ils ne me comprennent pas : mauvais signe.  Et leur mère m'accompagne -ma compagne  Razz No - désormais très mal.)

................Voilà : je ne sais pas te conseiller.
D'ailleurs j'évite de conseiller.
Je pense
que tu peux faire comprendre à ton fiston qu'il est intelligent, que tu le sais,
mais il me semble que tu dois éviter qu'il puisse déduire qu'il est hors-normes ou , pis, "supérieur".
S'il ne développe pas de symptômes "malins" liés à la douance.
P-ê : pour qu'il développe le moins possible de ces symptômes.
..................................................

NB. Sur ce forum, il me semble que beaucoup se prennent le chou avec leur douance.
Comme l'expliquait fort bien chaipuki, le fameux seuil de 130 n'est pas pertinent.
Les tests et les conditions des tests ne permettent pas de fournir de données scientifiques. (Comme la mesure d'une vitesse relative, d'une T°, etc...en physique)
Ils ne sont pas formalisés non plus par Cédric Villani ( Razz ) dans une équation.
La douance, ou l'idée qu'on s'en fait, peut devenir un handicap du fait même de sa conscientisation.
Ceci posé, ça m'a beaucoup aidé à réfléchir sur mes pbs de comprendre (sur le tard) que mes soucis (persos, relationnels, etc...) pouvaient provenir non d'une névrose quelconque (voire d'une psychose, bipolarité, etc....) mais simplement du fonctionnement de mon intelligence,
qui me situait le + souvent "hors" les autres.
Car si je me savais intelligent, je ne savais pas les conséquences psychiques liées.

Incertain, tout ça.
La vie, quoi. clown  clown  clown

Et toutes mes excuses pour le "pavé", j'aime pas, les pavés sur la tronche.(Chuis un peu CRS, quoi. Rolling Eyes )

ifness

Messages : 2365
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par ifness le Ven 26 Jan 2018 - 17:40

Illustration parallèle.
J'ai connu un jeune blanc-bec, lycéen à Lille,
qui désirait se lancer dans une carrière politique. Bôf. Mais, bon... Razz Why not ?

Il visait l'ENA, ce petit connard, via Sciences-Po.
Mais pas SP Lille, ou Strasbourg, ou Toulouse, ,non,
SciencesPO PARIS.

Il savait que pour être admis, venu non du lycée Henri IV, mais de sa province,
il lui fallait cartonner au bac (S, bien sûr. Option latin-grec....)
J'ai dîné avec lui quelques mois avant l'épreuve.

Hé bien ce petit con, il a eu + de 19 de moyenne à son bac.
Et il a intégré SPo.

Non, il ne se prénomme pas Emmanuel. Il se prénomme Gonzague.  Razz .Si si !

Actu, il hante un cabinet de chaipakoi dans chaipukelle ville.(Mes news sont pas fraîches.)

Surdoué ? heureux ???
P..... de jeune ambitieux, quoiqu'il en soit.

ifness

Messages : 2365
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Arnaud35 le Ven 26 Jan 2018 - 21:20

Oui, qu'il est difficile de se présenter en effet, ça doit être pour ça que je zappe cette étape malgré une inscription en 2012 !

Pour rejoindre la remarque de Lainie, mieux se connaître, cela ne peut que contribuer à mieux s'accepter. Que m'a apporté l'hypothèse de ma propre "zèbritude" ?  

Avant tout et immédiatement, cela a constitué pour moi un vrai soulagement. Un réconfort général, et "existentiel" si j'ose dire. Avoir enfin pu mettre un mot sur un ensemble de difficultés de nature diverses... Mais des difficultés avant tout relationnelles.

Car sur ce point, cette prise de conscience m'a surtout invité être moins dans une "sur-adaptation", vis-à-vis des autres en général. Cela m'a permis de mieux assumer ma personnalité, et aussi certaines attentes.

Mais bien sûr, tout est question de nuances : cela ne me soustrait en rien à des efforts au quotidien pour faciliter la compréhension mutuelle, pour anticiper les tensions, etc.

Je voulais aussi réagir à un de vos messages, Confiteor (que mon pseudo est banal !). Je ne suis pas "zèbro-testé", et je ne nie évidemment pas l'intérêt d'un test. Ceci dit, entre d'une part, être testé, et d'autre part, n'utiliser qu'une technique au "doigt mouillé", je trouve qu'il y a de la marge.

Il y a bien des aspects de notre propre fonctionnement que l'on n'a pas cherché à confirmer, par tel test ou par telle blouse blanche ("Je me vois comme plutôt introverti / Ah bon, tu as fait un test ?"). Et cela même si il peut nous sembler crucial de nous définir par tel terme ou par tel autre, pour mieux nous situer au milieu des autres. Et pardon pour le côté "poncif" !


Dernière édition par Arnaud35 le Ven 26 Jan 2018 - 22:16, édité 1 fois

Arnaud35

Messages : 33
Date d'inscription : 09/11/2012
Age : 38
Localisation : Paris 5è

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Arnaud35 le Ven 26 Jan 2018 - 22:02

(suite)

Mais en lisant ce fil, je me suis quand même redemandé pourquoi je ne cherche pas à me faire tester, pourquoi en fait je n'en ressens pas le besoin.

Lors de la lecture du livre de J. Siaud Facchin, je me suis dit si souvent "Purée, ce témoignage, c'est moi", et surtout "C'était donc ça"... Cela me suffit. D'autant que je suis sûr que ce n'est pas juste un effet Barnum, comme d'usage dans les descriptions de la personnalité par signe astrologique par exemple ("Au fond, les autres ne savent pas vraiment qui vous êtes", ce genre de choses où tout le monde se reconnaît).

Alors, que je sois HQI, ou pas tant que ça, ou à fond, en tant que tel, ça m'importe peu. Car tel ou tel chiffre ne décrira pas les différentes dimensions de mon fonctionnement qui y sont corrélées, et ne rendra pas compte des liens avec les singularités de mon vécu, de telle blessure narcissique ou que-sais-je.

Car ce qui compte, c'est que me croire zèbre, cela m'a amené, et c'est sans doute très banal, à me remémorer telle ou telle difficulté, et à gagner en lucidité sur mes actuels petits défis personnels.

Et ces prises de conscience, c'est le produit de réflexions, d'observations et d'échanges. Peut-être pas davantage que bien des gens ici, mais donc, pas juste une histoire de doigt mouillé.    Smile

Au final, j'ai beau ressentir actuellement un certain manque d'interactions sociales, je cherche moins maintenant à me "corriger" (en relisant tel livre de développement personnel par exemple), mais plus simplement à entrer en contact avec des personnes qui me ressemblent, d'où ma présence sur le forum.

Je me suis pas mal épanché, alors merci de m'avoir lu !

Arnaud35

Messages : 33
Date d'inscription : 09/11/2012
Age : 38
Localisation : Paris 5è

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Lun 29 Jan 2018 - 10:10

Merci à toi Arnaud35 pour ton partage! flower

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par ifness le Lun 29 Jan 2018 - 12:52

Il existe en effet pas mal de difficultés semées sur le chemin du

"Connais-toi toi-même".(Gnôté séauton  Smile )

J'en ai rencontré plusieurs au long de mon questionnement de vie.
Exemples.

Je "savais" dès mes 8 ans (tests) que j'étais un "enfant précoce", comme on dit. Diagnostic confirmé vers 18 ans (re-tests).
A l'époque, j'en ai déduit (dans le cadre du gnôté séauton) que je "pouvais", que je "devais", et que j'étais + performant que les autres en général.
Mais PAS que cela générait de la souffrance et de la solitude, car :

Je me suis "vu" dès l'adolescence comme "névrosé", autodiagnostic confirmé avec gourmandise par les lectures de Freud, Jung, Adler, Reich et consorts dès mes 16 ans.
Mes "difficultés-à-être" étaient de facto dans mon esprit liées au psychisme.

Ce qui me mena dès le premier "gros" dérapage à initier une psychanalyse lourde : logique ! Et à une vie affective-sentimentale erratique, malgré le "point d'ancrage" que constituait ma famille et mes 3 enfants bien-aimés.

Le problème le plus douloureux advint ensuite : après divorce et départ (même partiel) des enfants (cause études), l'alcool est arrivé à pas de velours. Le meilleur anxiolytique pour mon âme balayée par les tempêtes. Puis il s'est incrusté; enfin il  commencé à détruire. Je finis seulement (18 années plus tard) de le maîtriser. Saloperie.

Entre-temps (il y a...+ ou - 6 ans) j'ai "découvert" (via hasard d'émission radio) les méfaits possibles du "surdon". Et là, comme beaucoup d'entre vous, je me suis dit : "bon sang mais c'est bien sûr", comment n'avoir pas pensé à ça plus tôt, et de plus je savais que... j'ai suivi cette voie avec enthousiasme.
J'avoue que j'en suis quelque peu déçu. Non seulement ça ne m'a pas apporté grand-chose -sauf partager ici avec vous en ce moment  Cool mais ça m'a apporté des ennuis, genre : pour qui il se prend celui-là ? Y compris, et c'est douloureux : pour qui il se prend, papa ? Et , in fine, ça m'a apporté davantage de "ruptures" que de rapprochements, ce dont je n'avais précisément pas besoin du tout !.

Enfin, dernier avatar du "A la recherche de l'âme perdue" : toujours au hasard d'une émission radio, je me suis trouvé "borderline". D'autant que, comme Arnaud35, je me suis dit "putain c'est moi", pas le doigt mouillé, donc. Et comme la prof qui menait les recherches les plus pointues à ce sujet bosse à Montpellier, pas loin de chez moi, ni une ni deux, prise de RV.
Whouaaaah ! Dead again ! C'est une de ses internes qui m'a reçu, questionnaire préfabriqué, pas du tout de correspondance avec ce que j'avais lu, entendu, et diagnostic : "vous n'entrez pas du tout dans le cadre de notre protocole, Mr D." Bye bye, et "il existe des réunions de partage, mais pour l'instant elles sont réservées aux femmes".

Bon, alors je me tourne vers la philosophie.  Very Happy  Crying or Very sad

Sachant que les "philosophes" qui officient sur ce site, même si fort savants et diablement intéressants pour certain(e) s d'entre eux, ne correspondent pas du tout à la philosophie telle que je la pratique et l'entends pour moi-même, c'est à dire une philosophie de soin, de rédemption, un hâvre de paix pour l'esprit
(je précise qu'étant absolument incroyant je ne bénéficie pas des secours de la religion !)

Je dérobe le :
"je me suis pas mal épanché, alors merci de m'avoir lu !"

(Mais j'écris ce discours pour VOUS, aussi, cela va de soi. Sinon akoibon ?)

ifness

Messages : 2365
Date d'inscription : 04/07/2016
Age : 95
Localisation : on dirait le sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Arnaud35 le Lun 29 Jan 2018 - 13:48

Merci pour la fleur, Caméléonneandco. Et tu me confirmes que mon pseudo ne fait pas dans l'originalité !   Wink

Arnaud35

Messages : 33
Date d'inscription : 09/11/2012
Age : 38
Localisation : Paris 5è

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Lun 29 Jan 2018 - 14:35

Arnaud35 a écrit: tu me confirmes que mon pseudo ne fait pas dans l'originalité !   Wink
Je ne me serais pas permise de critiquer ton pseudo, non non!! Wink de quelle manière t'ais-je donner à croire cela? Moi le 35 m'interpelle déjà !! Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre ou pas zèbre ?

Message par Invité le Lun 29 Jan 2018 - 15:02

@ Ifness : Je comprends que tu as souffert dans ton enfance de cette "pression de la réussite" à cause de ce test... je comprends...mais je me demandais si les époques et les mentalités n'auraient pas évoluées, dans le bon sens, c'est-à-dire que nous sommes aujourd'hui plus informés des difficultés dues à la surdouance...ce qui n'était pas du tout pris en compte avant, j'en sais quelque chose effectivement ("Peut mieux faire", "elle a des capacités mais refuse de s'en servir" Suspect cette dernière phrase m'a rendu particulièrement rageuse!!!!!!!)
Allez, sans raison particulière Long hug Long hug Long hug

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum