CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par dedezhu le Sam 29 Mar 2014 - 23:17

C'est comme dans Tintin et Milou study je ne les vois pas casser une graine ou bien invités dans des restaurants de choix ou bien encore des tables familiales... d'ailleurs Milou quand il a un os il n'y a rien à manger dessus... Pauvre Sad chien qui ronge son os! Ce reporter n'a pas le temps de vivre, manger, dormir, faire les courses, la tambouille, imaginer des plats extraordinaires, fait-il la vaisselle pour la faire briller, aide-t-il à l'essuyage?

Nous sommes de partout nous les zèbres alors  Au galop ! faites-nous (moi) saliver, quels sont vos goûts, vos SPECIALITES LOCALES, régionales, ah! et même partageons nos savoir-faire en CUISINE, bigre! nous avons tant  Idée d'imagination!  Hourra ! 
dedezhu
dedezhu

Messages : 2163
Date d'inscription : 12/02/2013
Age : 64
Localisation : sud-ouest pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Dim 30 Mar 2014 - 0:12

Pour commencer, une petite recette en chanson  Very Happy 


   
offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Dim 30 Mar 2014 - 10:51

Une belle recette d'amour :


offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Dim 30 Mar 2014 - 11:06

Maintenant passons aux choses délicieuses :


offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Diatribe le Dim 30 Mar 2014 - 11:16

Ma spécialité est la salade d'avoine :

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! 67393711

Personnellement, je la fais avec du surimi, des tomates, des œufs et quelques fois je rajoute du gouda. Tout ceci mélangé à une mayo faite maison.

 Bave J'en mangerais des tonnes! Very Happy



Dans ma région, on a énormément de spécialités: le fromage (camembert, pont-l'évêque..), le beurre, la crème (qu'on met dans tous nos plats ou presque Laughing ), les tripes, l'andouille, le boudin à la pomme, le caramel d'Isigny, la confiture de lait, l'agneau de pré-salé...

En dessert, il y a le méconnu pourtant délicieux Brasillé  Bave , les sablés, la tarte aux pommes... Et l'indétrônable Teurgoule!  Laughing 

En boisson, je conseille une bouteille de Calvados (pour pratiquer le traditionnel "Trou normand", cul sec ou avec de la glace), du Poiré ou le très populaire Cidre  Very Happy 

Bon, je m'arrête là sinon je vais tâcher la moquette de salive... Bave 




Et une part de Teurgoule, une!      CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! 50764910
Diatribe
Diatribe

Messages : 1053
Date d'inscription : 30/08/2012
Localisation : Entre mon espace-tempes.

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Tête d'Ampoule le Ven 4 Avr 2014 - 21:56

Quelques recettes de chef suédois :

Tête d'Ampoule
Tête d'Ampoule

Messages : 1232
Date d'inscription : 15/01/2014
Localisation : Vortex Temporel

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Ven 4 Avr 2014 - 23:02

Tête d'Ampoule merci pour ce divertissement, heureusement que tu es là car les visites se font rare et apparemment l'instigateur de ce post a disparu   Very Happy 

Cela serait bien qu'il remette le nez ici en poème par exemple   Very Happy
offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Tête d'Ampoule le Sam 5 Avr 2014 - 0:00

C'est vrai que c'est dommage que les posts de cuisine soient si rares et si peu fréquentés  Sad 
C'est mon dada, je pose des recettes sur d'autres forums et j'en aurais déjà mis plein si je n'avais pas trop peur d'être reconnue par ce biais.
Histoire de relancer, une petite idée simple au passage pour la belle saison et les repas dehors : un taboulé de quinoa vapeur aux tomates fraîches, poivrons, oignons, menthe, huile d'olive, jus de citron... Un truc dans le même genre :
http://www.marmiton.org/recettes/recette_salade-de-quinoa_29581.aspx
Tête d'Ampoule
Tête d'Ampoule

Messages : 1232
Date d'inscription : 15/01/2014
Localisation : Vortex Temporel

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par dedezhu le Sam 5 Avr 2014 - 0:59

Non non Offset, le posteur n'a pas disparu... Il se régale! J'avais envie de changer de fils, tellement sérieux (en philo par moi-même). Alors la cuisine c'est comme la vie ce sont des ingrédients, des mixages, des mélanges, des dosages, des assaisonnements et puis autour d'une table, des amis, des goûteurs, des "palais", des langues, des mmm, des oh!, des ah!, un langage, une amitié autour du plaisir en bouche.

J'ai vécu, enfant dans le quartier des Halles (de Baltard, celles de 1848). Il y avait à cette époque (années 1960) beaucoup de magasins (il en reste quelques-uns aujourd'hui) de "bouche". J'allais souvent, après l'école (primaire) flâner dans les rayons, fasciné par tous ces objets à couper, à râper, à trancher, à mouliner... toutes ces casseroles en cuivre pour les confitures, des contenants, des récipients, des marmites, toutes sortes d'instruments "bizarres" pour un enfant.

J'entends encore le grain du café (je ne bois pas de café mais j'aime l'odeur) dans la "machine" en bois et la manivelle et son petit tiroir qu'on ouvrait quand le grain fut moulu. Alors la cuisine évidemment! Cela m'enchante...

Et les arts de la table que j'ai moi-même pratiqué. Cuisinier de grands restaurants un métier que j'aurais aimé exercer. Mieux qu'un poème! Une nouvelle que j'ai écrite il y a 16 ans... Ci-après...

dedezhu
dedezhu

Messages : 2163
Date d'inscription : 12/02/2013
Age : 64
Localisation : sud-ouest pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par dedezhu le Sam 5 Avr 2014 - 1:01

Nouvelle de Dede écrite il y a 16 ans...

Je suis un rat

Un matin en me réveillant, j’étais un rat. Je devais emmener mes enfants à l’école. Mais comment faire ? Je m’enfuis.
Alors que je rasais les murs quand je ne sautais pas d’égout en égout, je sentis une odeur de soupe au céleri, un fumet fort agréable à mes narines. Je connaissais la ville comme ma poche. Hier soir, justement, quand j’étais encore un homme et un père pour mes enfants, je suis allé au restaurant. J’étais entré aux cuisines pour saluer le maître d’œuvre et le remercier d’un si bon repas.
Ce soir, je ne pouvais pas rentrer à la maison. Mes enfants auraient appelés les pompiers et on m’aurait zigouillé et j’aurais fini ma courte vie à la déchetterie. Qu’est-ce que je pouvais faire ? J’n’allais pas hurler en disant que j’étais un homme ! Personne ne m’aurait cru. En attendant j’avais faim.
Les rats c’est une plaie. Mais moi j’étais un gentil rat. Enfin c’est ce que je pensais. Je me retrouvais soudain devant le même restaurant. Avec la même odeur. J’entrais. Un rat, ça se faufile toujours. Je me faufilais donc autour d’une paire de pieds. Et je tombais nez à nez avec une serpillière.
- Ah ! Tu pues ! lui dis-je.
- T’es dur ! C’est pas d’ma faute. A chaque fois c’est pareil, ils oublient d’me rincer. Et m’balancent dans un coin. Et tu crois qu’tu sens bon toi ?
- J’sais pas, j’suis un rat. Ca sent les rats ?
- Ouais ! Toute la pourriture du monde.
- Quelle injustice !
- Et en plus t’es pas beau !
- Quoi ? Tu t’es r’gardée, tu sues d’partout, t’as l’oeil pas frais et puis t’as la peau déchirée… Pauvre petite ! Qui pourrait bien t’aimer ?
- Merci de ta compassion, hein. Ce soir j’suis fatiguée. Il faut que je reprenne des forces. Tu comprends, j’ai toute la salle à nettoyer. Si tu veux causer, va donc sur l’établi y’a d’beaux légumes frais. Y z’aiment bien la compagnie. Quand j’étais embauchée, je suis tombée amoureuse d’une salade…
- Amoureuse d’une salade ! Pourquoi pas ? C’est bon ?
Pendant que la serpillière faisait dodo zazen, je bondis sur l’établi. Cela me permettait de visualiser les cuisines toutes entières et de voir d’où s’échappait l’odeur du céleri. J’ai toujours aimé le céleri. Quand ça croque sous la dent. Je ne vis rien à manger mais j’avisai un couteau à pain qui aiguisait sa dentition sur du pain dur…
- Eh toi ! Pourrais-tu me préparer des pommes de terre à l’huile ? N’as-tu pas quelques amis habiles à la découpe pour les parsemer de brins de persil ? Je suis un rat.
- Un rat ? Il me semblait que t’était un chat. T’as plutôt le poil doux.
- Ah !
J’étais sûr d’être un rat mais… à chacun sa vision. Quand un homme voit une femme ou le contraire, va savoir ce que l’on est vraiment. On peut avoir une tête d’homme et être un vrai cochon ! Un corps de femme et être une vraie sangsue ! Alors ? J’étais un rat mais je pouvais bien être un homme !
- On va t’préparer ça. Attend ici. J’avise les copains. Avec du citron ?
- Oh non ! ça me pique les gencives ! Qui c’est qui chante là ?
Oui, j’avais bien entendu.
- C’est Pashkadore, la « commis » aux cuisines.
- Elle va m’chasser si elle me voit !
- Mais non ! Tiens la v’là !
Je vis entrer dans la cuisine une belle fille aux yeux noirs. Le hachoir eut juste le temps de me dire :
- Elle est iranienne.
Pashkadore dit alors :
- Mais qu’est-ce qu’il fait là le tourne-broche électrique ? Je l’avais pourtant rangé. Avec la préparation des fêtes on ne sait plus ce que l’on fait !
- Curieux ! dit le couteau à pain, c’est un chat. Pas un…
Alors que Pashkadore m’emportait sous son bras, je criai :
- Je suis un rat, un rat !
- Mais qu’est-ce que tu racontes ? Si t’était un rat, crois-moi que j’te tiendrais pas sous l’bras ! J’aime pas les rats ! En plus, c’est mon tourne-broche, que j’ai acheté à Téhéran. Allez j’te mets dans mon sac, on rentre à la maison !
Je n’avais aucune intention d’aller chez elle. C’était une bien jolie fille mais bon j’étais un rat, si encore j’avais été un homme ! Pendant qu’elle avait le dos tourné, je sortis du sac et retournais aux cuisines. Je n’avais aucune envie d’aller en Iran ! Mes amis m’attendaient en tremblant.
- Ah ben te voilà ! On a discuté pendant ton absence. Pour l’huile c’est d’accord, les pommes de terre c’est non et le persil, il est dans le congélateur.
- Bon, ben alors une salade de tomates ! C’est simple, non ?
Trois spatules que j’n’avais pas encore eu l’honneur de rencontrer poussaient cinq belles tomates, en leur claquant les fesses – c’est pourquoi elles étaient bien rouges – en les chassant jusqu’au centre de l’établi.
Là les attendait une armée de couteaux de toutes tailles, bien dressés, en rang et précédés d’un coupe-scie. Sans doute le chef.
- Ce sont des tomates de Gorée. Un délice ! me dit un petit couteau de cuisine. Bien que je n’aie goûté que le jus…
- De Gorée !! m’exclamai-je. Alors vous maintenez des tomates en esclavage ? Vous devriez avoir honte de les traiter ainsi !
En entendant cela, la première tomate du rang, ouvrit de grands yeux :
- Comment un bel oiseau comme toi qui depuis des temps immémoriaux vient piquer de son bec notre tendre peau pour transporter nos graines jusqu’au Cap Vert, tu ne veux pas d’une bonne salade de tomates ! Tu me fais de la peine.
- Non… mais… je ne suis pas un… je suis un rat, un rat ! ça n’se voit pas, non ?
Pashkadore revenait dans la cuisine.
- Où est-ce que j’ai mis mon tourne-broche ?
Les couteaux et les spatules n’étaient pas contents. Ils s’étaient dérangés pour rien. Le couteau-scie prit la parole :
- Il est bizarre ce chat, quand même… une bonne salade de tomates… ce soir, vous lui donnerez les restes !
Pauvre de moi ! Personne ne m’aimait ! Oh ! juste une serpillière mal essorée… Je ne pouvais pas encore la déranger. Peut-être après tout que j’aurais été mieux avec mes enfants… J’m’étais mis tout le monde à dos. J’avais tant besoin de reconnaissance. Et la faim me tenaillait. Un bouquet de grandes asperges qui se reposaient dans un rayon de soleil, sur un sopalin, eut pitié de moi.
- Nous on sait qu’t’es un rat.
- Ah ! Comment l’savez-vous ?
Les asperges comme les couteaux avaient aussi un porte-parole :
- C’était l’été dernier. On cuisait dans le sable des Landes. Un type, oh ! un sale rat est v’nu nous piétiner. Les rats y’en a plein les plages. Toi, t’es plutôt genre playboy !
- Hein !? Moi, un playboy ! Vous vous trompez mesdames, j’aime pas l’eau salée. J’m’arrête avant, dans les conduits. Et puis de toute façon j’ai jamais mis les pieds là où vous dites. Je ne suis un rat que depuis c’matin. Et personne ne veut me croire.
- Excuse-nous, tu fais pas rat. Un rat c’est méchant. Un rat c’est con. Ca mord, c’est moche, ça pue…
- Oui, ça je le sais…
- Ca fout la trouille un rat ! Et toi qu’est-ce que tu fais ? Tu discutes, tu bavasses, tu racontes ta vie et pourquoi tu nous causes à nous…
- Je… je… il me semble que… dans un premier temps… en d’autres termes…
- Tu vois tu ne seras jamais un rat !
- Jamais un rat ? Je ne pourrais jamais être ce que je veux être ? Qui suis-je alors ?
- Un rat de ton espèce ça ferme sa gueule !
- Dites donc vous pourriez êt’ polies !
J’ouvris grand la gueule comme pour me défendre.
- C’est mieux oui ! T’as vraiment mauvaise haleine, sale rat ! me dit l’asperge en reculant…
Pashkadore revint tranquillement dans la cuisine et ressortit en hurlant.
- Un rat ! Un rat !
Là enfin j’étais un ratl Bon c’est tout ce que je voulais savoir. Et maintenant je pouvais jouer sur deux tableaux. Etre ce que j’étais sans avoir besoin de l’affirmer puisqu’il semble que je l’étais et être en même temps ce que l’on croyait que j’étais, un chat, un accessoire électrique, un oiseau et bien d’autres choses. Je l’avais échappé belle ! Une minute de plus et je me retrouvais chez les fous ! Avec comme symptôme un dédoublement de personnalité mal ficelé… Mais depuis que j’avais rencontré ces asperges provocantes, dans toute leur nudité et qui se doraient sous une lampe à chaleur pulsée, j’avais compris quel était mon bonheur. Je n’avais rien à faire dans les cuisines, j’avais tout à gagner à m’asseoir dans la salle du restaurant et à commander un dîner. Pashkadore me prendrait pour un client et les clients me prendraient pour un rat. Je ne voulais plus ressembler à un tourne-broche. Ni à un chat, ni à un oiseau. Pendant que j’attendais la carte et celles des vins, Pashkadore qui était sortie, revint avec deux policiers.
- Je vous jure que j’ai vu un rat, un gros rat…
- Nous allons voir.
Et s’adressant à moi, l’un des policiers dit :
- Vous n’auriez pas vu un rat, un gros rat ?
- Si, si, c’est moi.
- Ah ! Nous sommes rassurés alors, dit l’autre, qui avait une tête de souris.
L’autre avait un faciès de bouledogue.
- Désolé mademoiselle, nous avons fouillé partout. Pas de rat. Et puis ce client semble n’avoir rien vu.
- Un client ? Je ne sais pas ce qui se passe ce soir nous n’avons aucun client. C’est pourtant la nuit de Noël et nous proposons un repas de grande qualité.
Les policiers étaient partis.
- Qu’est-ce que vous proposez ? J’ai une faim de rat… heu… pardon de loup !
- Oh ! Vous m’avez fait peur… je déteste les rats… Ca me fiche la chair de poule.
- Vous dites ? Y’a d’la poule ? J’adore les poules.
- Comment ? Les pou… Non, nous avons du veau aux asperges. Et en entrée, une salade de tomates.
- Et en dessert ?
- Des glaces.
- Ah non ! J’ai les dents fragiles. Elles sont mêmes un peu chancelantes. Je comprends que vous n’aimiez pas les rats, moi je déteste les dentistes.
- Et si je vous préparais votre dîner ?
Je lui demandais :
- Vous êtes toute seule ici ? Où sont vos patrons ?
- Ah ! Vous n’avez pas lu les journaux… monsieur… ?
- Hamster ! Appelez-moi Hamster…
- Vous êtes américain ? Mes patrons ? Ils sont en prison. Pour la farce des ravioles ils servaient du rat à nos clients…
- Alors… hier… j’ai mangé du… voilà ce qui pourrait expliquer…
- Pardon ?
La jeune fille se dirigea alors vers la cuisine, en prenant son courage à deux mains.
- Attendez ! Peut-être pourrions-nous dîner ensemble ? La nuit de Noël, chacun dans son coin, c’est pas drôle.
Elle se retourna. Ses beaux yeux noirs brillaient.
- Je vais avec vous. Je vous protégerai. Et si jamais vous voyez un rat, criez !
Je sortis de table et la suivis dans la cuisine, à quatre pattes.

J’n’allais quand même pas rester tout seul dans c’restaurant lugubre. J’commençais à avoir peur. Mais j’y pense ! La serpillière, elle allait me r’connaître, elle s’mettrait à hurler en f’sant gicler tout son jus sur l’carrelage ! C’est idiot, non c’est pire, les serpillières c’est bien connu c’est jaloux ! Sûrement qu’elle était l’chouchou d’la maison… Fallait l’éliminer. Vu son état, il en faudrait une neuve pour ce soir. Je l’attrapais entre les dents. Un vrai cloaque ! J’étais dans mon élément. Je la déchiquetai. Et la jetais dehors… par là où, j’étais entré quelques heures plus tôt.
- Salaud ! Tu m’le paieras ! me dit-elle, en suintant de toutes ses fibres.
- Je dîne avec une Dâme, moi, qu’est-ce que vous croyez ! C’est Noël !
- C’est quoi ce vacarme ? demanda Pashkadore.
- J’ai vu le rat. Je l’ai chassé.
- T’es un homme, un vrai. Merci.
Et, elle déposa un baiser sur mon front. Je sentis ses lèvres chaudes glisser sur ma fourrure, encore toute aspergée du sang de la bataille. J’eus immédiatement une érection.
- Aaaargh !! C’est bon.
- Tu as raison mon homme, ça sent bon.
Une vapeur d’eau parfumée à la coriandre avait entièrement recouvert les unités de cuisson, les frigidaires, l’établi, les fruits, les légumes, les ustensiles, Hamster et Pashkadore. Elle et moi nous tâtonnions dans le brouillard…
- Pashka ? Toi aussi tu as de la fourrure ? Mais qui es-tu ?
- Tu ne me croiras pas… Je suis…
- Tu es… Tu es…
J’étais impatient de savoir qui elle pouvait bien être. Se pouvait-il qu’elle fut autre chose qu’une jeune fille iranienne aux yeux noirs, aux yeux noirs qui brillaient !!?
- Je suis un rat d’Orient… de la race la plus câline…
- Un rat !! Mais oui ! dis-je maintenant, en tâtant. Et de la plus belle espèce !
- Quels beaux nénés ! Mais explique-moi ce que tu fais là ?
- Ce soir, je devais finir dans une casserole… tu comprends ?
- Ah oui ! La farce…
Le brouillard se dissipa bientôt. Les asperges avaient fini de suer et nous nous retrouvâmes l’un en face de l’autre, Pashka à quatre pattes et moi, à deux pattes ! Elle cria assez fort, vu que nous n’avions pas la même taille :
- J’me disais bien qu’t’étais un homme ! T’as rien d’un rat !
- C’est pas vrai ! J’suis un rat ! Un rat ! Parole d’asperge ! Pourquoi tu n’m’crois pas ? Tu vas pas m’laisser dis Pashka ?
- J’ai pas envie de t’cuisiner ! Les hommes c’est fade. Pendant la guerre Iran-Irak, j’en ai bouffé quelques–uns sur les champs de bataille, crus, d’autres cuits au soleil. Ca me hérisse la croupe quand j’y pense, quel sale goût !
- Pashka, je t’en prie, écoutes-moi. Nous n’allons pas nous disputer pour cette première nuit de Noël.
Et avant de lui avouer mon amour et mon penchant pour les rats, je lui pris les pattes de devant comme on dit à un chien de faire le beau. Je lui caressais gentiment les ongles.
- Je te dois la vérité… je suis terriblement tourmenté en ce moment… Hier soir, je suis venu manger dans ce restaurant. Là j’étais un homme. Ce matin en me réveillant j’étais un rat. Et depuis, j’ai été aussi un chat, un tourne-broche, un oiseau, encore un rat, puis un homme, puis un rat… et toi tu n’es donc pas une femme ? Mais après tout qu’est-ce que cela peut bien faire ? Pourquoi faudrait-il se ressembler pour s’aimer ? Faut-il que nous soyons de la même race, de la même espèce ? Comment me vois-tu ? Qui est qui ? Faut-il que nous soyons pétris de la même glaise…
Pashka ne répondit pas. Elle changea de propos :
- Toi tu en as aimé des femmes !
- Oui, tout ce qui se conjugue au féminin…
- Il est encore temps de changer le menu de ce soir.
- Ah ! Pourquoi ? Quel rapport avec… ?
- Tu n’aimerais pas le veau.
- Le…
Pashka eut un énorme sourire malicieux et elle se plongea dans un livre de cuisine.
- Pour commencer le repas, dit-elle, je vais te préparer une bouillabaisse dont tu me diras des nouvelles… Alors, ingrédients au féminin: une rascasse… une congre… une…
- Une ? Comment une…
- Allez ! une saint-pierre, une merlan, une rouget… une vive… quatre petites crabes… ah ! en gousses… deux oignonnes émincées, quatre douces aillotes, tranches de pain ra… heu… rassis hein ? pain frais, du frais ! Allons Hamster au travail ! Du nerf ! Et vous les couteaux au boulot ! Les tomates en rang ! j’en veux trois… par ici… coulez huiles par-là, une spatule s’il vous plaît on remue et voilà !
- Ah quelle pêche Pashka ! Et l’bouquet ?
- Allons-y du persil… grains d’anis, d’la sarriette…
- Ca déborde ! Une serviette…
- Du cerfeuil, du fenouil…
- On y va pour la rouille…
- Laurier, thym…
- Un coup de rein !
- Un peu de sel, un peu de poivre…
- Saupoudré de safran…
- Sur la lèvre c’est craquant…
Fascinant.
- Quelle merveille la cuisine !
- N’est-ce pas mon p’tit rat !?
Maintenant : à table !
Tout était fin prêt pour une soirée réussie. Le restaurant était fermé, le rideau de fer baissé. Une grande table dressée. Rien que pour nous deux. Je servis l’entrée. Pashka, la salade. Nous bûmes du vin et du champagne, surtout du champagne.
- Je ne sais pas quelle bizarrerie pousse les hommes à boire une chose aussi corrosive, mais c’est parfaitement imbuvable pour un rat.
- Tu dis ?
Ma rate chérie avait l’air complètement paf !
- On ne connaît rien si on n’en fait pas l’expérience.
- Des citations… mon petit rat de bibliothèque… qui est-ce ?
- Un auteur japonais dont j’ai oublié le nom. Tu aimes la littérature Pashka ? lui demandais-je en picorant ça et là des cubes de fromage aux herbes.
- Oui beaucoup… mais pour la littérature des rats nous sommes bien mal lotis. Les auteurs classiques ne nous aiment guère. Le chat est le roi du dictionnaire. Dis-moi, Hamster, si tu écrivais une nouvelle histoire, une belle histoire avec toi et moi, comment l’appellerais-tu ?
- Une histoire avec toi ! Tu voudrais vivre avec moi ? Faire un bout de chemin… Je l’appellerais… Nous...
Nous sommes des rats
- Tu aimes ?
Pashka faisait la moue.
- Mmmm… Je verrais quelque chose de vraiment merveilleux. Quelque chose qu’on ne dit jamais des rats. Je comprends bien que deux rats c’est mieux qu’un rat. Mais un rat, deux rats vois-tu chéri, peuvent faire plus que d’aller se terrer dans un hôtel, une bibliothèque, une cave ou une église.
- Et si nous sautions dans un navire en partance pour le Cap Horn ?
Décidemment Pashka connaissait la littérature sur le bout des ongles. Elle répondit :
- Mais mon ami, en général, les rats quittent le navire.
- Ah ! Je ne savais pas. Et si nous allions à… Kamakura ! Nous y verrions le spectacle des étoiles…
- Hamster ! J’ai trouvé ! rats, rats, étoiles… ne vois-tu pas le rapport ?
- Non, heu… la constellation du rat ?
- Deux rats ce sont deux étoiles. Quand j’étais toute seule je ne pouvais pas le savoir… Nous sommes deux et c’est cela qui est merveilleux !
- Quoi ? Quoi ?
- Ben, rats à l’envers ça fait… star… et star ça veut dire étoile ! La voilà notre histoire… Nous…
Nous sommes des étoiles
- Quelle imagination Pashka ! Je…
- Eteins les lumières ! On brille ! A Noël tout brille !
Nous étions Pashka et moi dans le noir total. Et tout d’un coup nos fourrures se mirent à étinceler de mille feux. Je me frottais contre Pashka. Je ne voulais plus la quitter. Ses yeux noirs qui brillaient… J’aurais dût m’en douter… Une rate de la plus belle espèce. Et je me mis à raconter une histoire qui coulait toute seule :
- Deux étoiles se rendirent chez la reine Seliote. La première s’appelait Mahrets, la seconde Saperodakh.
Pashka ouvrit grand les yeux en portant un verre de champagne à ses lèvres.
- Elles filaient dans la nuit, côte à côte. Chacune était assise sur une selle en sisal, portant une idole. Elles étaient attendues pour leurs noces. Saperodakh vit, la première, un étoc, sur la plage, à marée basse. C’était le lieu de rendez-vous. Le signal.
Pashka n’en revenait pas !
- C’est stupéfiant cette histoire… Saperodakh, c’est moi ?
- Chhhuuuttt ! Au sud, naîtra Périatte, au nord, Sérus, à l’ouest, Lacone, à l’est, Gessapaam. Et au centre d’un espace sans limites, sortira une planète pour accueillir toutes ces étoiles honnies de la Terre, petites étoiles que nous sommes… Nous vivrons à Languis, un village au bord d’une rivière étincelante…
- Hamster ! mon ami, mon rat chéri, tu vois, tu es voyant… extra-lucide…
- Je… je ne sais pas ce qui m’arrive, je vois la vie future… recce anepse setimil aritros setitep etenalpe sec euque drob nu egallir…
- Hein ? J’y comprends rien…
- Peushkadaad… ilikilure ?
- Minuit moins deux. Pourquoi ?
- Raa… raa… raaa.. rat…
- Il est minuit. C’est fini mon bonhomme. T’aurais pu rester un homme. Maintenant t’es un rat. Parce que moi j’suis pas un rat. J’ai horreur des rats. Allez ouste ! Dehors ! Sale bête…

Dehors. A minuit. Trop tard. J’avais tout. Des enfants. Une maison. L’intendance. Une femme. Rencontré l’amour. Oui, c’est fini. J’ai été fait comme un rat !

François
18 – 20 décembre 1999























dedezhu
dedezhu

Messages : 2163
Date d'inscription : 12/02/2013
Age : 64
Localisation : sud-ouest pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par dedezhu le Sam 5 Avr 2014 - 1:02

Doublon:
Nouvelle de Dede écrite il y a 16 ans...

Je suis un rat

Un matin en me réveillant, j’étais un rat. Je devais emmener mes enfants à l’école. Mais comment faire ? Je m’enfuis.
Alors que je rasais les murs quand je ne sautais pas d’égout en égout, je sentis une odeur de soupe au céleri, un fumet fort agréable à mes narines. Je connaissais la ville comme ma poche. Hier soir, justement, quand j’étais encore un homme et un père pour mes enfants, je suis allé au restaurant. J’étais entré aux cuisines pour saluer le maître d’œuvre et le remercier d’un si bon repas.  
Ce soir, je ne pouvais pas rentrer à la maison. Mes enfants auraient appelés les pompiers et on m’aurait zigouillé et j’aurais fini ma courte vie à la déchetterie. Qu’est-ce que je pouvais faire ? J’n’allais pas hurler en disant que j’étais un homme ! Personne ne m’aurait cru. En attendant j’avais faim.
Les rats c’est une plaie. Mais moi j’étais un gentil rat. Enfin c’est ce que je pensais. Je me retrouvais soudain devant le même restaurant. Avec la même odeur. J’entrais. Un rat, ça se faufile toujours. Je me faufilais donc autour d’une paire de pieds. Et je tombais nez à nez avec une serpillière.
- Ah ! Tu pues ! lui dis-je.
- T’es dur ! C’est pas d’ma faute. A chaque fois c’est pareil, ils oublient d’me rincer. Et m’balancent dans un coin. Et tu crois qu’tu sens bon toi ?
- J’sais pas, j’suis un rat. Ca sent les rats ?
- Ouais ! Toute la pourriture du monde.
- Quelle injustice !
- Et en plus t’es pas beau !
- Quoi ? Tu t’es r’gardée, tu sues d’partout, t’as l’oeil pas frais et puis t’as la peau déchirée… Pauvre petite ! Qui pourrait bien t’aimer ?
- Merci de ta compassion, hein. Ce soir j’suis fatiguée. Il faut que je reprenne des forces. Tu comprends, j’ai toute la salle à nettoyer. Si tu veux causer, va donc sur l’établi y’a d’beaux légumes frais. Y z’aiment bien la compagnie. Quand j’étais embauchée, je suis tombée amoureuse d’une salade…
- Amoureuse d’une salade ! Pourquoi pas ? C’est bon ?
Pendant que la serpillière faisait dodo zazen, je bondis sur l’établi. Cela me permettait de visualiser les cuisines toutes entières et de voir d’où s’échappait l’odeur du céleri. J’ai toujours aimé le céleri. Quand ça croque sous la dent. Je ne vis rien à manger mais j’avisai un couteau à pain qui aiguisait sa dentition sur du pain dur…
- Eh toi ! Pourrais-tu me préparer des pommes de terre à l’huile ? N’as-tu pas quelques amis habiles à la découpe pour les parsemer de brins de persil ? Je suis un rat.
- Un rat ? Il me semblait que t’était un chat. T’as plutôt le poil doux.
- Ah !
J’étais sûr d’être un rat mais… à chacun sa vision. Quand un homme voit une femme ou le contraire, va savoir ce que l’on est vraiment. On peut avoir une tête d’homme et être un vrai cochon ! Un corps de femme et être une vraie sangsue ! Alors ? J’étais un rat mais je pouvais bien être un homme !
- On va t’préparer ça. Attend ici. J’avise les copains. Avec du citron ?
- Oh non ! ça me pique les gencives ! Qui c’est qui chante là ?
Oui, j’avais bien entendu.
- C’est Pashkadore, la « commis » aux cuisines.
- Elle va m’chasser si elle me voit !
- Mais non ! Tiens la v’là !
Je vis entrer dans la cuisine une belle fille aux yeux noirs. Le hachoir eut juste le temps de me dire :
- Elle est iranienne.
Pashkadore dit alors :
- Mais qu’est-ce qu’il fait là le tourne-broche électrique ? Je l’avais pourtant rangé. Avec la préparation des fêtes on ne sait plus ce que l’on fait !
- Curieux ! dit le couteau à pain, c’est un chat. Pas un…
Alors que Pashkadore m’emportait sous son bras, je criai :
- Je suis un rat, un rat !
- Mais qu’est-ce que tu racontes ? Si t’était un rat, crois-moi que j’te tiendrais pas sous l’bras ! J’aime pas les rats ! En plus, c’est mon tourne-broche, que j’ai acheté à Téhéran. Allez j’te mets dans mon sac, on rentre à la maison !
Je n’avais aucune intention d’aller chez elle. C’était une bien jolie fille mais bon j’étais un rat, si encore j’avais été un homme ! Pendant qu’elle avait le dos tourné, je sortis du sac et retournais aux cuisines. Je n’avais aucune envie d’aller en Iran ! Mes amis m’attendaient en tremblant.
- Ah ben te voilà ! On a discuté pendant ton absence. Pour l’huile c’est d’accord, les pommes de terre c’est non et le persil, il est dans le congélateur.
- Bon, ben alors une salade de tomates ! C’est simple, non ?
Trois spatules que j’n’avais pas encore eu l’honneur de rencontrer poussaient cinq belles tomates, en leur claquant les fesses – c’est pourquoi elles étaient bien rouges – en les chassant jusqu’au centre de l’établi.
Là les attendait une armée de couteaux de toutes tailles, bien dressés, en rang et précédés d’un coupe-scie. Sans doute le chef.
- Ce sont des tomates de Gorée. Un délice ! me dit un petit couteau de cuisine. Bien que je n’aie goûté que le jus…
- De Gorée !! m’exclamai-je. Alors vous maintenez des tomates en esclavage ? Vous devriez avoir honte de les traiter ainsi !
En entendant cela, la première tomate du rang, ouvrit de grands yeux :
- Comment un bel oiseau comme toi qui depuis des temps immémoriaux vient piquer de son bec notre tendre peau pour transporter nos graines jusqu’au Cap Vert, tu ne veux pas d’une bonne salade de tomates ! Tu me fais de la peine.
- Non… mais… je ne suis pas un… je suis un rat, un rat ! ça n’se voit pas, non ?
Pashkadore revenait dans la cuisine.
- Où est-ce que j’ai mis mon tourne-broche ?
Les couteaux et les spatules n’étaient pas contents. Ils s’étaient dérangés pour rien. Le couteau-scie prit la parole :
- Il est bizarre ce chat, quand même… une bonne salade de tomates… ce soir, vous lui donnerez les restes !
Pauvre de moi ! Personne ne m’aimait ! Oh ! juste une serpillière mal essorée… Je ne pouvais pas encore la déranger. Peut-être après tout que j’aurais été mieux avec mes enfants… J’m’étais mis tout le monde à dos. J’avais tant besoin de reconnaissance. Et la faim me tenaillait. Un bouquet de grandes asperges qui se reposaient dans un rayon de soleil, sur un sopalin, eut pitié de moi.
- Nous on sait qu’t’es un rat.
- Ah ! Comment l’savez-vous ?
Les asperges comme les couteaux avaient aussi un porte-parole :
- C’était l’été dernier. On cuisait dans le sable des Landes. Un type, oh ! un sale rat est v’nu nous piétiner. Les rats y’en a plein les plages. Toi, t’es plutôt genre playboy !
- Hein !? Moi, un playboy ! Vous vous trompez mesdames, j’aime pas l’eau salée. J’m’arrête avant, dans les conduits. Et puis de toute façon j’ai jamais mis les pieds là où vous dites. Je ne suis un rat que depuis c’matin. Et personne ne veut me croire.
- Excuse-nous, tu fais pas rat. Un rat c’est méchant. Un rat c’est con. Ca mord, c’est moche, ça pue…
- Oui, ça je le sais…
- Ca fout la trouille un rat ! Et toi qu’est-ce que tu fais ? Tu discutes, tu bavasses, tu racontes ta vie et pourquoi tu nous causes à nous…
- Je… je… il me semble que… dans un premier temps… en d’autres termes…
- Tu vois tu ne seras jamais un rat !
- Jamais un rat ? Je ne pourrais jamais être ce que je veux être ? Qui suis-je alors ?
- Un rat de ton espèce ça ferme sa gueule !
- Dites donc vous pourriez êt’ polies !
J’ouvris grand la gueule comme pour me défendre.
- C’est mieux oui ! T’as vraiment mauvaise haleine, sale rat ! me dit l’asperge en reculant…
Pashkadore revint tranquillement dans la cuisine et ressortit en hurlant.
- Un rat ! Un rat !
Là enfin j’étais un ratl Bon c’est tout ce que je voulais savoir. Et maintenant je pouvais jouer sur deux tableaux. Etre ce que j’étais sans avoir besoin de l’affirmer puisqu’il semble que je l’étais et être en même temps ce que l’on croyait que j’étais, un chat, un accessoire électrique, un oiseau et bien d’autres choses. Je l’avais échappé belle ! Une minute de plus et je me retrouvais chez les fous ! Avec comme symptôme un dédoublement de personnalité mal ficelé… Mais depuis que j’avais rencontré ces asperges provocantes, dans toute leur nudité et qui se doraient sous une lampe à chaleur pulsée, j’avais compris quel était mon bonheur. Je n’avais rien à faire dans les cuisines, j’avais tout à gagner à m’asseoir dans la salle du restaurant et à commander un dîner. Pashkadore me prendrait pour un client et les clients me prendraient pour un rat. Je ne voulais plus ressembler à un tourne-broche. Ni à un chat, ni à un oiseau. Pendant que j’attendais la carte et celles des vins, Pashkadore qui était sortie, revint avec deux policiers.
- Je vous jure que j’ai vu un rat, un gros rat…
- Nous allons voir.
Et s’adressant à moi, l’un des policiers dit :
- Vous n’auriez pas vu un rat, un gros rat ?
- Si, si, c’est moi.
- Ah ! Nous sommes rassurés alors, dit l’autre, qui avait une tête de souris.
L’autre avait un faciès de bouledogue.
- Désolé mademoiselle, nous avons fouillé partout. Pas de rat. Et puis ce client semble n’avoir rien vu.
- Un client ? Je ne sais pas ce qui se passe ce soir nous n’avons aucun client. C’est pourtant la nuit de Noël et nous proposons un repas de grande qualité.
Les policiers étaient partis.
- Qu’est-ce que vous proposez ? J’ai une faim de rat… heu… pardon de loup !
- Oh ! Vous m’avez fait peur… je déteste les rats… Ca me fiche la chair de poule.
- Vous dites ? Y’a d’la poule ? J’adore les poules.
- Comment ? Les pou… Non, nous avons du veau aux asperges. Et en entrée, une salade de tomates.
- Et en dessert ?
- Des glaces.
- Ah non ! J’ai les dents fragiles. Elles sont mêmes un peu chancelantes. Je comprends que vous n’aimiez pas les rats, moi je déteste les dentistes.
- Et si je vous préparais votre dîner ?
Je lui demandais :
- Vous êtes toute seule ici ? Où sont vos patrons ?
- Ah ! Vous n’avez pas lu les journaux… monsieur… ?
- Hamster ! Appelez-moi Hamster…
- Vous êtes américain ? Mes patrons ? Ils sont en prison. Pour la farce des ravioles ils servaient du rat à nos clients…
- Alors… hier… j’ai mangé du… voilà ce qui pourrait expliquer…
- Pardon ?
La jeune fille se dirigea alors vers la cuisine, en prenant son courage à deux mains.
- Attendez ! Peut-être pourrions-nous dîner ensemble ? La nuit de Noël, chacun dans son coin, c’est pas drôle.
Elle se retourna. Ses beaux yeux noirs brillaient.
- Je vais avec vous. Je vous protégerai. Et si jamais vous voyez un rat, criez !
Je sortis de table et la suivis dans la cuisine, à quatre pattes.

J’n’allais quand même pas rester tout seul dans c’restaurant lugubre. J’commençais à avoir peur. Mais j’y pense ! La serpillière, elle allait me r’connaître, elle s’mettrait à hurler en f’sant gicler tout son jus sur l’carrelage ! C’est idiot, non c’est pire, les serpillières c’est bien connu c’est jaloux ! Sûrement qu’elle était l’chouchou d’la maison… Fallait l’éliminer. Vu son état, il en faudrait une neuve pour ce soir. Je l’attrapais entre les dents. Un vrai cloaque ! J’étais dans mon élément. Je la déchiquetai. Et la jetais dehors… par là où, j’étais entré quelques heures plus tôt.
- Salaud ! Tu m’le paieras ! me dit-elle, en suintant de toutes ses fibres.
- Je dîne avec une Dâme, moi, qu’est-ce que vous croyez ! C’est Noël !
- C’est quoi ce vacarme ? demanda Pashkadore.
- J’ai vu le rat. Je l’ai chassé.
- T’es un homme, un vrai. Merci.
Et, elle déposa un baiser sur mon front. Je sentis ses lèvres chaudes glisser sur ma fourrure, encore toute aspergée du sang de la bataille. J’eus immédiatement une érection.
- Aaaargh !! C’est bon.
- Tu as raison mon homme, ça sent bon.
Une vapeur d’eau parfumée à la coriandre avait entièrement recouvert les unités de cuisson, les frigidaires, l’établi, les fruits, les légumes, les ustensiles, Hamster et Pashkadore. Elle et moi nous tâtonnions dans le brouillard…
- Pashka ? Toi aussi tu as de la fourrure ? Mais qui es-tu ?
- Tu ne me croiras pas… Je suis…
- Tu es… Tu es…
J’étais impatient de savoir qui elle pouvait bien être. Se pouvait-il qu’elle fut autre chose qu’une jeune fille iranienne aux yeux noirs, aux yeux noirs qui brillaient !!?
- Je suis un rat d’Orient… de la race la plus câline…
- Un rat !! Mais oui ! dis-je maintenant, en tâtant. Et de la plus belle espèce !
- Quels beaux nénés ! Mais explique-moi ce que tu fais là ?
- Ce soir, je devais finir dans une casserole… tu comprends ?
- Ah oui ! La farce…
Le brouillard se dissipa bientôt. Les asperges avaient fini de suer et nous nous retrouvâmes l’un en face de l’autre, Pashka à quatre pattes et moi, à deux pattes ! Elle cria assez fort, vu que nous n’avions pas la même taille :
- J’me disais bien qu’t’étais un homme ! T’as rien d’un rat !
- C’est pas vrai ! J’suis un rat ! Un rat ! Parole d’asperge ! Pourquoi tu n’m’crois pas ? Tu vas pas m’laisser dis Pashka ?
- J’ai pas envie de t’cuisiner ! Les hommes c’est fade. Pendant la guerre Iran-Irak, j’en ai bouffé quelques–uns sur les champs de bataille, crus, d’autres cuits au soleil. Ca me hérisse la croupe quand j’y pense, quel sale goût !
- Pashka, je t’en prie, écoutes-moi. Nous n’allons pas nous disputer pour cette première nuit de Noël.
Et avant de lui avouer mon amour et mon penchant pour les rats, je lui pris les pattes de devant comme on dit à un chien de faire le beau. Je lui caressais gentiment les ongles.
- Je te dois la vérité… je suis terriblement tourmenté en ce moment… Hier soir, je suis venu manger dans ce restaurant. Là j’étais un homme. Ce matin en me réveillant j’étais un rat. Et depuis, j’ai été aussi un chat, un tourne-broche, un oiseau, encore un rat, puis un homme, puis un rat… et toi tu n’es donc pas une femme ? Mais après tout qu’est-ce que cela peut bien faire ? Pourquoi faudrait-il se ressembler pour s’aimer ? Faut-il que nous soyons de la même race, de la même espèce ? Comment me vois-tu ? Qui est qui ? Faut-il que nous soyons pétris de la même glaise…
Pashka ne répondit pas. Elle changea de propos :
- Toi tu en as aimé des femmes !
- Oui, tout ce qui se conjugue au féminin…
- Il est encore temps de changer le menu de ce soir.
- Ah ! Pourquoi ? Quel rapport avec… ?
- Tu n’aimerais pas le veau.
- Le…
Pashka eut un énorme sourire malicieux et elle se plongea dans un livre de cuisine.
- Pour commencer le repas, dit-elle, je vais te préparer une bouillabaisse dont tu me diras des nouvelles… Alors, ingrédients au féminin: une rascasse… une congre… une…
- Une ? Comment une…
- Allez ! une saint-pierre, une merlan, une rouget… une vive… quatre petites crabes… ah ! en gousses… deux oignonnes émincées, quatre douces aillotes, tranches de pain ra… heu… rassis hein ? pain frais, du frais ! Allons Hamster au travail ! Du nerf ! Et vous les couteaux au boulot ! Les tomates en rang ! j’en veux trois… par ici… coulez huiles par-là, une spatule s’il vous plaît on remue et voilà !
- Ah quelle pêche Pashka ! Et l’bouquet ?
- Allons-y du persil… grains d’anis, d’la sarriette…
- Ca déborde ! Une serviette…
- Du cerfeuil, du fenouil…
- On y va pour la rouille…
- Laurier, thym…
- Un coup de rein !
- Un peu de sel, un peu de poivre…
- Saupoudré de safran…
- Sur la lèvre c’est craquant…
Fascinant.
- Quelle merveille la cuisine !
- N’est-ce pas mon p’tit rat !?
Maintenant : à table !
Tout était fin prêt pour une soirée réussie. Le restaurant était fermé, le rideau de fer baissé. Une grande table dressée. Rien que pour nous deux. Je servis l’entrée. Pashka, la salade. Nous bûmes du vin et du champagne, surtout du champagne.
- Je ne sais pas quelle bizarrerie pousse les hommes à boire une chose aussi corrosive, mais c’est parfaitement imbuvable pour un rat.
- Tu dis ?
Ma rate chérie avait l’air complètement paf !
- On ne connaît rien si on n’en fait pas l’expérience.
- Des citations… mon petit rat de bibliothèque… qui est-ce ?
- Un auteur japonais dont j’ai oublié le nom. Tu aimes la littérature Pashka ? lui demandais-je en picorant ça et là des cubes de fromage aux herbes.
- Oui beaucoup… mais pour la littérature des rats nous sommes bien mal lotis. Les auteurs classiques ne nous aiment guère. Le chat est le roi du dictionnaire. Dis-moi, Hamster, si tu écrivais une nouvelle histoire, une belle histoire avec toi et moi, comment l’appellerais-tu ?
- Une histoire avec toi ! Tu voudrais vivre avec moi ? Faire un bout de chemin… Je l’appellerais… Nous...
Nous sommes des rats
- Tu aimes ?
Pashka faisait la moue.
- Mmmm… Je verrais quelque chose de vraiment merveilleux. Quelque chose qu’on ne dit jamais des rats. Je comprends bien que deux rats c’est mieux qu’un rat. Mais un rat, deux rats vois-tu chéri, peuvent faire plus que d’aller se terrer dans un hôtel, une bibliothèque, une cave ou une église.
- Et si nous sautions dans un navire en partance pour le Cap Horn ?
Décidemment Pashka connaissait la littérature sur le bout des ongles. Elle répondit :
- Mais mon ami, en général, les rats quittent le navire.
- Ah ! Je ne savais pas. Et si nous allions à… Kamakura ! Nous y verrions le spectacle des étoiles…
- Hamster ! J’ai trouvé ! rats, rats, étoiles… ne vois-tu pas le rapport ?
- Non, heu… la constellation du rat ?
- Deux rats ce sont deux étoiles. Quand j’étais toute seule je ne pouvais pas le savoir… Nous sommes deux et c’est cela qui est merveilleux !
- Quoi ? Quoi ?
- Ben, rats à l’envers ça fait… star… et star ça veut dire étoile ! La voilà notre histoire… Nous…
Nous sommes des étoiles
- Quelle imagination Pashka ! Je…
- Eteins les lumières ! On brille ! A Noël tout brille !
Nous étions Pashka et moi dans le noir total. Et tout d’un coup nos fourrures se mirent à étinceler de mille feux. Je me frottais contre Pashka. Je ne voulais plus la quitter. Ses yeux noirs qui brillaient… J’aurais dût m’en douter… Une rate de la plus belle espèce. Et je me mis à raconter une histoire qui coulait toute seule :
- Deux étoiles se rendirent chez la reine Seliote. La première s’appelait Mahrets, la seconde Saperodakh.
Pashka ouvrit grand les yeux en portant un verre de champagne à ses lèvres.
- Elles filaient dans la nuit, côte à côte. Chacune était assise sur une selle en sisal, portant une idole. Elles étaient attendues pour leurs noces. Saperodakh vit, la première, un étoc, sur la plage, à marée basse. C’était le lieu de rendez-vous. Le signal.
Pashka n’en revenait pas !
- C’est stupéfiant cette histoire… Saperodakh, c’est moi ?
- Chhhuuuttt ! Au sud, naîtra Périatte, au nord, Sérus, à l’ouest, Lacone, à l’est, Gessapaam. Et au centre d’un espace sans limites, sortira une planète pour accueillir toutes ces étoiles honnies de la Terre, petites étoiles que nous sommes… Nous vivrons à Languis, un village au bord d’une rivière étincelante…
- Hamster ! mon ami, mon rat chéri, tu vois, tu es voyant… extra-lucide…
- Je… je ne sais pas ce qui m’arrive, je vois la vie future… recce anepse setimil aritros setitep etenalpe sec euque drob nu egallir…
- Hein ? J’y comprends rien…
- Peushkadaad… ilikilure ?
- Minuit moins deux. Pourquoi ?
- Raa… raa… raaa.. rat…
- Il est minuit. C’est fini mon bonhomme. T’aurais pu rester un homme. Maintenant t’es un rat. Parce que moi j’suis pas un rat. J’ai horreur des rats. Allez ouste ! Dehors ! Sale bête…

Dehors. A minuit. Trop tard. J’avais tout. Des enfants. Une maison. L’intendance. Une femme. Rencontré l’amour. Oui, c’est fini. J’ai été fait comme un rat !

François
18 – 20 décembre 1999
dedezhu
dedezhu

Messages : 2163
Date d'inscription : 12/02/2013
Age : 64
Localisation : sud-ouest pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par dedezhu le Sam 5 Avr 2014 - 1:20

Désolé mon histoire de RAT est passée deux fois! La Modo l'a tellement aimé! Merci la modo!

Faire la cuisine et la voir faire c'est quelque chose qui me suit depuis fort longtemps!

LA CUISINE c'est de l'AMOUR!

dedezhu
dedezhu

Messages : 2163
Date d'inscription : 12/02/2013
Age : 64
Localisation : sud-ouest pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Sam 5 Avr 2014 - 10:37

@Tête d'Ampoule,

J'aime bien ta recette au quinoa, cela m'arrive aussi de manger végétarien et les recettes végétariennes ne sont pas facile à trouver.

@dedezhu,

Tout simplement merci.

Quel talent !

 Smile
offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Tête d'Ampoule le Mar 8 Avr 2014 - 20:21

Des crêpes originales et sans gluten : utiliser un mix de 2 tiers de maïzena et un tiers de farine de sarrasin. Le goût de sarrasin n'est pas envahissant dans cette proportion et ça masque le goût du maïs. À préparer bien entendu avec du beurre ! Elles font une jolie dentelle à la cuisson.
Tête d'Ampoule
Tête d'Ampoule

Messages : 1232
Date d'inscription : 15/01/2014
Localisation : Vortex Temporel

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Mar 8 Avr 2014 - 21:43

Le printemps arrive, voici une recette pour l'accueillir en couleur :

http://www.ducros.fr/Recettes/legumes/Tartare-daubergines-a-la-tomate.aspx
offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Invité le Mer 9 Avr 2014 - 18:53

La saucisse aux choux et le papet vaudois Very Happy 

http://www.bettybossi.ch/BinaryContent/UploadedFiles/YN0_D6VwkeDvUyi1sA3ZyA==2012083012001790.AF03B16a.pdf

C'est délicieux, si si Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par dedezhu le Ven 18 Avr 2014 - 13:06

Spécialiste mondial de l'Apfel Strudel au piment!

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! 7742-7200_161_2_det_001

des amateurs?
dedezhu
dedezhu

Messages : 2163
Date d'inscription : 12/02/2013
Age : 64
Localisation : sud-ouest pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Ven 18 Avr 2014 - 19:21

L’apfelstrudel, ou strudel aux pommes est un gâteau traditionnel autrichien, à base de pommes (Apfel signifie pomme en allemand). Il est également populaire en Allemagne ,
ou encore dans le nord-est de l'Italie et dans l'Europe centrale et de l'est, autrefois sous domination autrichienne. Les communautés juives ashkénazes l'ont également introduit
en Israël, mais aussi aux États-Unis et en Argentine.

C'est un gâteau fait d'une pâte feuilletée fine et fourrée de gros morceaux de pommes acidulées et de raisins secs. Le tout est accompagné de cannelle,
et servi chaud avec de la crème fraîche voire, moins traditionnellement, d'une boule de glace.


Une recette qui a su s'exporter, pour moi ça sera avec de la glace et sans piment

 Very Happy
offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Orphane le Mer 23 Avr 2014 - 1:34

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Galette_pate_a_choux_01

Galette au goumeau :

180 grs de farine de blé
40 grs de Beurre
10 cl de Crème fraîche
1 cl d' Eau
Fleur d'oranger
30 cl de Lait
4 grs de Levure fraîche de boulanger
4 Oeufs
1 pincée de Sel
120 g de Sucre en poudre

Prépare d'abord la pâte briochée.
Sortir à l'avance le beurre du réfrigérateur.

Mélanger la levure avec l'eau.

Dans un récipient mélanger 130g de farine et 5cl de lait.
Ajouter l'eau et la levure. Mélanger puis ajouter un oeuf, 20g de sucre et le beurre coupé en petits morceaux.

Bien mélanger avec une spatule en bois, jusqu'à l'obtention d' une pâte homogène.

Faire lever 3 heures à température ambiante.

Abaisser la pâte sur une tôle à pâtisserie.
La pâte ne doit avoir que quelques millimètres d'épaisseur.

Préchauffer le four à 200°C

Préparer le goumeau:

Battre 3 oeufs en omelette

Faire fondre le beurre dans une casserole et ajouter 100g de sucre, le reste du lait et le sel. Mélanger avec le fouet.

En continuant à fouetter, ajouter progressivement 50g de farine, puis les oeufs et la crème fraîche. Ajouter 2 ou 3 gouttes de fleur d'oranger. Verser cette préparation sur la pâte et faire cuire 20 minutes au four.
Orphane
Orphane

Messages : 323
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 89

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Orphane le Sam 3 Mai 2014 - 14:29

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! IMGP15492eme

Ingrédients:



6 oeufs

150g de sucre

125 de noisettes en poudre

125g d'amandes en poudre



Déroulement de la recette:



Préchauffez le four à 180°c.

Séparez les blancs des jaunes d'oeufs.

Dans le bol du robot, mixeez les jaunes d'oeufs et le sucre.

Ajoutez la poudre de noisettes et d'amandes, mixez.

Montez les blancs en neige.

Incorporez les délicatement à la préparation d'amande et noisettes.

Remplir un moule de la préparation.

Enfournez 30 à 35min.

Saupoudez de sucre glace.



Dégustez!
Orphane
Orphane

Messages : 323
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 89

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Tête d'Ampoule le Sam 31 Mai 2014 - 0:13

Je crois que je viens de tomber amoureuse de l'esprit de la cuisine kaiseki (à partir de 6:25 dans la 3ème vidéo) Amoureux 





Tête d'Ampoule
Tête d'Ampoule

Messages : 1232
Date d'inscription : 15/01/2014
Localisation : Vortex Temporel

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Sam 31 Mai 2014 - 10:52

Tête d'Ampoule,

Le passage sur la cuisine kaiseki est intéressant, l'art de cuisiner avec l'esprit du moment
J'admire cette manière méditative de cuisiner. Il faut dire aussi que les asiatiques sont de nature calme.



Jemaa el-Fna (en arabe : جامع الفناء, littéralement en français : « assemblée des trépassés ») est une place située à Marrakech à côté de la mosquée Koutoubia. Ce haut-lieu touristique attire sans cesse plus d'un million de visiteurs venus pour assister aux spectacles animés par les charmeurs de serpents, les dresseurs de singes, les conteurs, les musiciens et d'autres artistes populaires (jeux, dessin au henné, etc...) du début de soirée jusqu'à l'appel de la prière de l'aube. « L'espace culturel de la place Jemaa el-Fna » a été inscrit par l'UNESCO en 2001 en tant que patrimoine culturel immatériel de l'humanité1.
offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Invité le Sam 31 Mai 2014 - 12:55

Merci offset. Ta vidéo me rapproche de racines qui n'ont jamais su s'encrer... des larmes en souvenirs de ces parcelles de bonheur.
 Bisous 
CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Jm-mar10

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Tête d'Ampoule le Sam 31 Mai 2014 - 19:07

Cette simplicité, cette ambiance me touche !
Et la tartiflette marocaine  lol! 
Tête d'Ampoule
Tête d'Ampoule

Messages : 1232
Date d'inscription : 15/01/2014
Localisation : Vortex Temporel

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Invité le Sam 31 Mai 2014 - 19:12

Connais pas la tartiflette marocaine Ampoule, jolie lumière, par contre (ô sacrilège, dieu va me foudroyer!!!)
Je fais un super (c'est ce qu'en disent les convives) coucous au porc!  Very Happy Merci pour la cuisine kaiseki.


Dernière édition par supercalifragilis le Sam 31 Mai 2014 - 19:13, édité 1 fois (Raison : réponse incomplète)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par offset le Sam 31 Mai 2014 - 19:29

Tête d'Ampoule a écrit:Cette simplicité, cette ambiance me touche !
Et la tartiflette marocaine  lol! 

C'est cette ambiance qui m'a touché et aussi le handicap de l'animatrice qui est aveugle.

Spoiler:
Un qui parle bien du couscous (2:13)

offset
offset

Messages : 7535
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Invité le Sam 31 Mai 2014 - 20:42

Merci Offset. J'adore!!! Merci +++++

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale! Empty Re: CUISINE une magie! Vos goûts, vos spécialités, terroirs, le vin, le cidre, jus de fruits, Qu'on se régale!

Message par Heaven le Sam 7 Juin 2014 - 11:16

Niveau cuisine tradi, j'ai eu la chance d'avoir une arrière grand mere italienne Smile donc pâte a pizza, lasagne, sauce tomates et gnocchis je maîtrise heyhey
Et encore faut que j'arrive a retrouver sa recette de saucisses seche et de fromage  I love you I love you I love you 
Heaven
Heaven

Messages : 578
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 29
Localisation : 69

http://www.alittlemarket.com/boutique/aelfea-2044705.html

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum