Les conversations et les "Tu comprends ce que je veux dire ?"

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les conversations et les "Tu comprends ce que je veux dire ?"

Message par Invité le Mar 19 Aoû 2014 - 13:13

ZeBrebis a écrit:
Eii J. Fox a écrit:
J'ai pitié d'entendre les gens parler dans le bus. Heureusement ma partenaire est comme moi et à deux, on adore critiquer les déchets de la société autant qu'eux nous regardent comme des bêtes de foire juste parce que l'on s'aime. Le pire est quand même que ces gens se croient important dans le sens évolutif prioritaire, avec leur grosse doudoune quand il fait froid parce qu'il fait froid, leurs tongs en été parce que c'est l'été, leurs leggins parce que c'est la mode.. Alors qu'elle et moi sommes zèbre, et qu'eux n'auront jamais le tiers de ce que nous sommes capables de penser, de raisonner, etc..

Mais pour en venir à ton dernier paragraphe, je trouve ça très vexant de recevoir un "Tu comprends ce que je veux dire ?" par un neurotypique, lorsqu'on est surdoué.
Je trouve tout cela très méprisant ; qu'on soit surdoué ou non n'y change rien. Mais à 20 ans j'étais méprisante aussi, je trouvais les autres "plats" et sans intérêt, me moquant des buts qu'ils poursuivaient donc je ne peux pas te lancer la pierre.

Ceci dit, je tiens à souligner tout de même que les autres ont le droit de vivre et de s'exprimer, même si de ton côté tu ressens une gêne à le faire par peur d'être mal compris(e). Et n'importe qui, quand il fait de gros efforts intellectuels et se voit en explorateur qui débroussaille un passage va dire "Est-ce que tu me suis bien ?", même si tu as l'impression qu'il débroussaille en fait une avenue.

Il n'y a pas à se sentir vexé que l'autre essaie d'expliquer ce qu'il pense, tout de même. Je trouve que c'est plutôt une marque de confiance envers toi, même si cela dénote aussi une certaine fierté envers lui-même (eh quoi, un non-surdoué n'a pas le droit d'être fier de ses pensées ?!).

L'impression qu'ont les autres de vanité n'est peut-être pas totalement infondée, et il n'est pas dit que les vaniteux ne souffrent pas de la situation.
En toute honnêteté, je pense l'avoir été et avoir parfois des réminiscences de vanité/mépris...

C'est surtout très pédant de croire qu'une conversation se doit d'être toujours intéressante. J'aime pas le small talk parce que j'y arrive pas, mais c'est le meilleur moyen d'être en phase émotionnellement avec quelqu'un.


Dernière édition par Archibald Archibaldovitch le Mar 19 Aoû 2014 - 13:19, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conversations et les "Tu comprends ce que je veux dire ?"

Message par Castle Bravo le Mar 19 Aoû 2014 - 13:17

Intéressant article, il y a surement une part de vrai.
Le linguiste qui sommeille en moi pense tout de même que si il s'agit peut-être d'une invitation à partager un concept dans son ensemble, y compris les émotions qui lui sont attachée, il n'en est pas est pas moins convaincu que, dans la majorité des cas de relations superficielles émaillées par ces expressions redondantes, c'est aussi un signe de vacuité de l'esprit et/ou de pauvreté verbale.

Il ne faut jamais oublier non plus la dialectique qui préside tout rapport entre deux personnes à l'intelligence différente, sans question quantitative.
On est tout de suite pris dans un processus transactionnel et chacun cherchera à obtenir de l'autre un bénéfice secondaire au contenu même de la discussion.
Ce bénéfice peut-être une chose négative, comme le sentiment d'incompréhension, mais néanmoins venir conforter et validée la représentation que l'autre se fait de lui-même: "je suis nul", "je ne sais pas réfléchir", "c'est trop compliqué pour moi".

Il épargnera ce faisant une belle quantité d'énergie psychique qu'il aurait pu investir dans une réflexion axé sur une meilleure maîtrise de sa pensé ou sur une modification de son comportement.
Comme par nature l'humain est un animal assez paresseux, c'est fréquemment la théorie du moindre effort qui l'emporte sur le désir de dépasser ses propres limites.
Nous qui sommes aussi très sensibles, et bien trop capables d'empathie, face aux difficultés de notre interlocuteur dans un débat, nous nous retrouvons pris par un sentiment de culpabilité, et par l'étrange sensation d'avoir été floués, à tout le moins manipulés par lui.

Passer son temps à récolter des sentiments négatifs, certains adorent ça et ils cherchent même souvent à s'en reprendre une louche dès que l'occasion se présente. Tenter de ne rien offrir en retour qui puisse servir au progrès est l'apanage des pervers narcissiques qui ont compris, du haut de leur tour d'ivoire, que la souffrance d'autrui, ses tourments et sa remise en question perpétuelle sont une source intarissable d'amusement et de plaisir.
Heureusement qu'ils sont rares... Enfin pas tant que ça, je lisais il y a quelques jours qu'ils constituaient, tout comme nous, à peu près 2% de la population.
Mince alors, c'est qu'on en surement tous un dans notre entourage... Je connais très bien le mien, et vous?

Castle Bravo
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 17
Date d'inscription : 18/08/2014
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conversations et les "Tu comprends ce que je veux dire ?"

Message par Kass le Mar 19 Aoû 2014 - 13:58

moi c'est plutôt l'utilisation de "effectivement" en début de phrase (et avec un temps mort ensuite) qui m'horripile et qui me signale quelqu'un qui n'a rien d'intéressant à dire mais veut absolument occuper du temps de parole, et se laisser des délais pour enchaîner. j'ai connu quelqu'un qui faisait régulièrement un combo avec "en somme toute"; quand on enlève les diverses tactiques de remplissage/temps mort, il ne reste "effectivement" pas grand chose.


à côté le "tu comprends ce que je veux dire", je ne le trouve pas si lourd - et plus facilement corrigeable, si abus de répétition il y a.
si il m'arrive de l'utiliser moi-même, c'est parce que je suis en train de mettre des mots sur des arborescences récentes, que j'ai envie de partager avec enthousiasme et que je rame un peu pour en faire quelque chose de cohérent, d'intelligible. il se peut aussi que pendant que je parle d'autres arborescences s'allument, corrélations, antithèses/synthèses etc. donc pas parce que je sous-estime mon interlocuteur, mais parce que moi-même j'ai souvent de la peine à me suivre...

Kass
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4720
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conversations et les "Tu comprends ce que je veux dire ?"

Message par Castle Bravo le Mar 19 Aoû 2014 - 14:28

C'est tout à fait exact...
Cependant, avec le temps, je crois qu'il est possible de réguler ce phénomène arborescent de telle manière à ce que si on se perd soi dans les méandres ne notre propre raisonnement, assaillis par toute la gamme de sensations contradictoires liée à notre particularité, on arrive à conserver le lien avec l'autre.
Des fois, je me surprend en plein combat contre ma tendance à vouloir tout comprendre, et je dois reconnaître que je me suis fourvoyé.
Mon sentiment préféré est celui de la joie que j'éprouve lorsqu'un ami me répond sur le ton de l'ironie qu'il n'a absolument rien compris à mes propos.
De même, j'ai beau littéralement phagocyter tout savoir disponible sur les sujets qui me passionnent, je suis pris de vertige quand je mesure la profondeur de mon ignorance là où la métaphysique pointe le bout de son nez, à peu près partout...
Enfin, vous voyez ce que je veux dire


Dernière édition par Castle Bravo le Mar 19 Aoû 2014 - 15:29, édité 1 fois

Castle Bravo
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 17
Date d'inscription : 18/08/2014
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conversations et les "Tu comprends ce que je veux dire ?"

Message par Kass le Mar 19 Aoû 2014 - 15:21

...justement, verbaliser, pour moi, c'est devoir réguler, et c'est à ce moment que parfois je me perds; car avec un processus de réflexion permanent, de nouvelles données peuvent surgir des limbes à tout moment. un peu façon Tetris  Laughing improvisation, jonglage, et parfois... plantage.

"tu vois ce que je veux dire" ça peut aussi être une façon pudique de dire "tu es encore avec moi ?": je préfère ça aux monologues assommants.

Kass
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4720
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conversations et les "Tu comprends ce que je veux dire ?"

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:33


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum