Le zèbre : effet de mode ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le zèbre : effet de mode ?

Message par Invité le Sam 11 Mai 2013 - 14:49

Suite à une discussion avec mon compagnon Z', qui trouve tout le tintouin autour de la douance ridicule ( eh oui, on a des positions parfois contraires Very Happy ), j'ai quand même réfléchi.

La question que je vous pose : comment en êtes-vous arrivés à vous poser la question de la zébritude ?

Pour ma part, pur hasard. Je suis sortie avec un THQI, mais je ne me suis même pas renseignée. J'ai juste constaté qu'il n'y avait pas de décalage, et même que parfois, il pouvait être très bête ^^ Et ensuite avec un autre, l'actuel. Ce n'est que 3 ans plus tard, après avoir à peine osé lire et me renseigner quelque peu sur le sujet, et que j'étais vraiment mal en point (dépression) que je me suis lancée pour le test.

Car il avance que du fait qu'on en parle, qu'on médiatise, on créé une sorte d'attrait ( un genre nouveau plein de super pouvoirs ) et que beaucoup se reconnaissent et voudraient l'être.

C'est vrai que c'est un argument défendable. En même temps, je suis pour qu'on en parle et qu'on le médiatise, car beaucoup l'ignorent et cela peut permettre à certains de pouvoir vivre pleinement leur potentiel. Et aussi à pas mal de pouvoir régler certains problèmes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par dardar le Sam 11 Mai 2013 - 16:19

Pour ma part, en ce qui concerne ta question, aprés le lycée j'ai vraiment commencé à souffrir du fameux "décalage" vis à vis des autres, bien plus qu'avant...
Et il y avait toujours ce fameux "test" qu'on m'avait fait passé étant gamin et dont je n'avais jamais réentendu parlé.
J'ai donc fait les démarches auprès du CMPP où je l'avais passé et j'ai récupéré mon bilan psy avec les différents résultats au WISC 3.


Mais ce qui m’intéresse dans ton topic c'est le problème que tu soulèves: l'effet de mode.
En effet, il suffit de se documenter un peu (mais sérieusement) pour voir qu'il y a beaucoup d'incohérences dans le monde de la "zébritude"...
Un des exemples les plus simples est le terme "zèbre", utilisé dans un premier temps par JSF pour remplacer "surdoué", "hpi" ou tous autres termes équivalent (soit QI >= 130 plus ou moins).
Mais un petit tour sur ce forum suffit pour trouver nombre de topics criant haut et fort que "surdoué" et "zèbre" c'est pas pareil, que l'on peut être l'un sans être l'autre...

Puis l'effet barnum est pas mal non plus... "reconnaitre la douance comme un handicap", "j'ai du mal à établir un contact physique car je suis surdoué", "je suis surdoué donc les autres ne me comprennent pas..."

Enfin bref, je suis plutôt d'accord sur l'effet d'attrait et d'idéalisation, et quand on mêle cela à l'orgueil de chacun, ça donne du grand n'importe quoi!

dardar
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 240
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 26
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t3384-vincent-alias-dardar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Invité le Sam 11 Mai 2013 - 19:33

Disons que j'en ai assez qu'on soit tous dans le flou comme ça. Quand je lis les critiques sur le forum des nouveaux bouquins qui sortent sur la douance, j'ai envie de m'arracher les yeux. Ils ont l'air d'une vacuité ces bouquins, et écrit par des gens qui n'ont l'air au courant de rien.

J'ai hâte que des recherches scientifiques soient un peu plus poussées car là j'ai l'impression qu'on vend du rêve sur des mythes, et ça marche : ça fait vendre !

Mais au final, c'est faire du fric sur la souffrance des autres. Ce que je vais dire est peut être dur, mais certains se reconnaîtront de par leurs multiples souffrances, similarités, mais au bout du compte ils verront qu'ils n'en font pas partie. Comme si on leur disait "désolé, vous n'êtes pas assez bien pour faire partie du groupe".

Zèbre, HQI, HP, surdoué, précoce, gifted... On se perd dans les termes et on divague jusqu'à dire tout et son contraire.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Invité le Sam 11 Mai 2013 - 19:47

Je suis assez d'accord avec vous, toutefois il est vrai aussi qu'un non zèbre ne va pas se sentir concerné par une majorité de caractéristiques z.. il va se retrouver dans quelques uns des traits mais pas au point de se dire "c'est toute ma vie qui est écrite ici". Non ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par dardar le Sam 11 Mai 2013 - 23:46

Pas facile de te répondre, ça serai présomptueux de répondre par oui ou non.

Au final l'énumération de "caractéristiques" ou d’anecdotes est très subjective et chacun y lit ce qu'il veut bien y lire...
Petits exemples (j'aime bien les exemples):
-l'hypersensibilité, super dur de définir la frontière entre un sensibilité normale et l'hypersensibilité...
-grande curiosité, faut pas être en dépression!
-Méthode d'apprentissage particulière, surtout en math et en lecture; ça justifie pas mal le dégout que la majorité des français éprouvent pour ses matières/domaines...
.
.
.

on peut continuer longtemps comme ça :/

dardar
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 240
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 26
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t3384-vincent-alias-dardar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Tsipia le Dim 12 Mai 2013 - 11:26

Je vais faire un parallèle, ce phénomène est observable chez les autistes. Dans mon travail, j'ai constaté que les parents font tout pour se réfugier derrière la casquette Asperger, car finalement il vaut mieux un enfant autiste à haut potentiel (Asperger) qu'un enfant autiste tout court.
Pareil chez les enfants qui ont un trouble de l'attention, une dyslexie... Les parents disent souvent au moment du bilan des phrases du genre "mais il est un peu surdoué" comme pour trouver une excuse au trouble de leur enfant.
Après un surdoué peut tout à fait être dyslexique, TDAH... Juste pour donner un exemple à cet effet de mode.

J'ai tendance à vouloir croire que pour les zebres c'est la même chose, car il vaut mieux être surdoué que mal dans sa peau, avoir des relations difficiles avec autrui...

Tsipia
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 30
Date d'inscription : 30/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 11:47

Tsipia a écrit: J'ai tendance à vouloir croire que pour les zebres c'est la même chose, car il vaut mieux être surdoué que mal dans sa peau, avoir des relations difficiles avec autrui...

Peut-être bien oui.... on en revient à la difficile qualification du zèbre. Et si, se retrouver dans une grande majorité de qualificatifs ne suffit pas, il reste la barrière du 130 de QI que certains trouvent arbitraire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Dim 12 Mai 2013 - 13:30

Si on prend la question de départ, moi on m'a testé sans me demander mon avis quand j'étais enfant. A l'aide de cette donnée (le résultat du test), on a pu m'accompagner et du jour au lendemain tout allait bien pour moi (sans que personne à l'époque n'ait pris le temps de me dire une seule fois le mot "surdoué" encore moins "zèbre" ou "HQI" ...).
Pour le livre, les quelques non zèbres (on va garder ce terme) à qui je l'ai fait lire, ont plutôt eu une réaction du genre "Oh putain !!!" "ah merde ça fait vraiment ça dans ta tête ?" "je voudrais pas ça". Donc je ne pense pas que ça leur vende du rêve, le livre de JSF et encore moins l'envie d'être zèbre.

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16913
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 13:55

Darth Lord KΛLŤĤŲ a écrit:Pour le livre, les quelques non zèbres (on va garder ce terme) à qui je l'ai fait lire, ont plutôt eu une réaction du genre "Oh putain !!!" "ah merde ça fait vraiment ça dans ta tête ?" "je voudrais pas ça". Donc je ne pense pas que ça leur vende du rêve, le livre de JSF et encore moins l'envie d'être zèbre.

Pareil ! Vu que j'ai dû mal à être "sûre" d'être zèbrée (malgré un test de QI jeune, malgré ma psy etc..), j'ai fait lire ce bouquin à certaines personnes non zèbres et la réponse a été "heu... un ou deux trucs ouais... mais bon, c'est pas moi du tout ça !!" et suivaient la litanie des trucs lus comme si c'étaient des tares.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par dardar le Dim 12 Mai 2013 - 15:07

Pour ce qui est de la lecture du bouquin de JSF nous ne sommes que 2 dans mon entourage à l'avoir lu (l'autre étant un cousin diagnostiqué aussi), j'ai tenté de le faire lire à ma mère mais elle "n'ose" pas...
C'est vexant.



Mary Poppins a écrit: Et si, se retrouver dans une grande majorité de qualificatifs ne suffit pas, il reste la barrière du 130 de QI que certains trouvent arbitraire.

Pourtant cette "barrière" n'est pas vide de sens, au regard des recherches qui sont menées depuis plusieurs années il semblerait qu'il y ai un effet seuil, notamment matérialisé par la pensée en arborescence entre autre.
Après il est évident que ce n'est pas à 1 ou 2 point près (de toutes manières le test n'est pas assez précis)...



Tsipia a écrit: [...] car il vaut mieux être surdoué que mal dans sa peau, avoir des relations difficiles avec autrui...

L'un n’empêche pas l'autre, on pourrait presque dire que la douance favorise le mal être quand on voit le système dans lequel on vit, mais c'est peut être un peu trop subjectif (effet barnum tout ça...).


Darth Lord KΛLŤĤŲ a écrit: [...] on a pu m'accompagner et du jour au lendemain tout allait bien pour moi [...].

Quelle chance, moi qui ai 10ans de moins que toi on m'a laissé avec mes problèmes en se disant que j'étais assez intelligent pour m'en sortir tout seul, belle régression en une décennie non? Wink


dardar
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 240
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 26
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t3384-vincent-alias-dardar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par korppi le Dim 12 Mai 2013 - 16:37

dardar a écrit:
Darth Lord KΛLŤĤŲ a écrit: [...] on a pu m'accompagner et du jour au lendemain tout allait bien pour moi [...].

Quelle chance, moi qui ai 10ans de moins que toi on m'a laissé avec mes problèmes en se disant que j'étais assez intelligent pour m'en sortir tout seul, belle régression en une décennie non? Wink
Je ne crois pas que ça puisse prouver qu'il ait eu une régression de la prise en charge de manière générale. Il y a de nombreux paramètres: les compétences du psy (s'il y en a un), la situation géographique et financière de la famille, la formation des enseignants... J'ai le même âge que toi, dépisté, c'est tout. Famille modeste et résultats scolaires corrects donc pas de suivi particulier. Je ne sais pas ce qu'il y aurait pu avoir de plus... Non désolé

La vraie question pour ceux qui ont été dépistés enfants est plutôt "comment votre famille a pensé à la piste de la douance?".

Edit: Question à laquelle je n'ai pas de réponse, c'est dingue, il faudra que je corrige ça...

korppi
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 309
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par dardar le Dim 12 Mai 2013 - 16:51

Tu as surement raison, mais il reste que les raisons qui ont poussé mon institutrice à me faire passer ce test étaient plutôt bien représentatives:
élève excellent partout sauf pour l'apprentissage de la lecture à voix haute (je savais déjà lire "dans ma tête", mais pas avec la méthode qu'on m'apprenais...), et pourtant j'étais très dissipé en classe etc...

Enfin bref, tu vois le tableau.

Pour ce qui est de ta question, pour ma part elle ne se pose pas, fils unique dans une petite famille qui se regarde le nombril, personne ne s'est aperçu de rien, tout simplement. :/

Ce sont tes parents qui y ont pensé en premier?

dardar
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 240
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 26
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t3384-vincent-alias-dardar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par korppi le Dim 12 Mai 2013 - 18:23

Ah oui effectivement, ça peut aussi venir de l'instituteur/trice.

Du coup, elle en a tenu compte? Pour l'apprentissage de la lecture par exemple?

L'idée des tests vient de mes parents, mais je ne connais pas les détails, je n'en ai jamais parlé.

korppi
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 309
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par dardar le Dim 12 Mai 2013 - 18:35

C'est là que c'est bizarre, rien a changé après les résultats et j'ai appris à lire en forçant...
(ce qui fait que maintenant je lis comme on me l'a appris, mais très lentement... comme si je lisais à voix haute mais dans ma tête, ce qui m'a toujours gêné)

Tu n'as jamais eu la curiosité d'en parler avec tes parents? Ou alors quelque chose te gêne pour en parler ouvertement devant eux?

On entend souvent dire que les parents ne s'en rendent pas compte quand il y a un cas de "douance" et se font des films quand ce n'est pas le cas...
(ce que je constate avec mes petits cousins et leurs parents par exemple)

dardar
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 240
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 26
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t3384-vincent-alias-dardar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Tsipia le Dim 12 Mai 2013 - 19:20

Darth Lord KΛLŤĤŲ a écrit:Pour le livre, les quelques non zèbres (on va garder ce terme) à qui je l'ai fait lire, ont plutôt eu une réaction du genre "Oh putain !!!" "ah merde ça fait vraiment ça dans ta tête ?" "je voudrais pas ça". Donc je ne pense pas que ça leur vende du rêve, le livre de JSF et encore moins l'envie d'être zèbre.
Le souci est que les gens voient les surdoués comme un mythe, des génies à l'image d'Einstein, qui vivent heureux et sont super intelligents, donc qui ont trop de chance!
C'est certain que le livre de JSF offre une image révolutionnaire. D'ailleurs ce devrait être un ouvrage obligatoire à lire pour les enseignants afin de repérer précocement les difficultés des enfants.

dardar a écrit:Pour ce qui est de la lecture du bouquin de JSF nous ne sommes que 2 dans mon entourage à l'avoir lu (l'autre étant un cousin diagnostiqué aussi), j'ai tenté de le faire lire à ma mère mais elle "n'ose" pas...
L'entourage préfère parfois garder leur propre vision, le sujet est tabou à la maison car à chaque fois mes parents ont l'impression que je leur reproche des choses...

Mary Poppins a écrit: il reste la barrière du 130 de QI que certains trouvent arbitraire.
Grande question que les tests psychométriques, mes parents ont toujours été contre car "ce ne sont que des chiffres". Quand j'ai été hospitalisée à 17 ans, on me l'a reproposé et j'ai refusé. Puis durant mes études à la fac, j'ai eu des cours par des psychologues, psychanalystes et psychiatres qui ne croyaient pas eux-mêmes dans ce test de QI. J'ai fait des recherches approfondies, analysé ce fameux test, et je reste contre le fait de le passer.

Donc si on ne fait pas le test, peut-on prétendre à la case surdoué ? Je pense aussi que l'on peut être un surdoué qui s'ignore toute sa vie, un surdoué non-zèbre, un surdoué zèbre, un non-surdoué zèbre... C'est tellement compliqué tous ces termes, une définition fige l'identité, mais en même temps une reconnaissance de cette identité peut être si confortable...




Tsipia
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 30
Date d'inscription : 30/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 19:25

Tsipia a écrit: C'est tellement compliqué tous ces termes, une définition fige l'identité, mais en même temps une reconnaissance de cette identité peut être si confortable...

Même si rien n'est réglé finalement, le fait de l'apprendre récemment a quand même mis de l'ordre dans ce que j'étais, j'y ai trouvé une cohérence, et rien que ça.. c'est énorme pour moi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par dardar le Dim 12 Mai 2013 - 22:29

Tsipia, tu viens de neutraliser mon envie de débattre avec toi, et je me force pour le dire, ne pas juste fermer la page internet (un peu grâce à l'alcool, peut être)...

Tu as sans doute de bonnes raisons pour refuser le test, mais le fait est qu'il mesure bien quelque chose, on ne sait pas trop quoi, tout comme on ne sait pas définir l'intelligence, mais juste le refuser par principe me parait être... bof (je ne sais pas trop comment dire sans être très réducteur).
Enfin voilà, je reviendrai moins alcoolisé pour une plus grande lucidité, promis Wink

dardar
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 240
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 26
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t3384-vincent-alias-dardar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par CarpeDiem le Dim 12 Mai 2013 - 23:12

Il ne faut pas oublier que les caractéristiques du « surdoué » sont à prendre en globalité. Un « surdoué » ne les aura sûrement pas tous mais une majorité oui. Quelqu’un peut sûrement se reconnaître dans ces caractéristiques mais soit en forçant un peu le trait, soit en étant « aveugle », je pense.
Il est vrai que savoir si on est hypersensible ou non peut-être difficile. J’ai toujours dit : à partir de quand est-on hypersensible ? Surtout « plus sensible qu’autrui ». Cela m’a amené à penser que je ne l’étais pas, jusqu’à ce que je me remémore le fait qu’on me dise sans arrêt que je m’en fait trop pour tout, que je ressasse trop, que je suis « extrême », que je vais trop loin dans l’interprétation de certaines situations, etc… Bref, il y a décalage manifeste. Les autres ne comprennent pas non plus mon enthousiasme en apparence excessif (pour eux), ma colère excessive, etc…
Après, je ne suis pas forcément « surdouée » pour autant, peut-être juste hypersensible (et c’est déjà pas mal xd).
Mais ce que je veux dire, c’est qu’au-delà de tout subjectivisme, il y a quelque chose qui transparaît dans nos vies.
Encore un autre exemple : j’ai pensé que j’étais perfectionniste pour me dire ensuite que non, notamment parce que je le suis moins qu’avant, parce qu’aussi, mon comportement me paraît normal. Oui, mais en observant davantage toute sorte de situations, j’ai remarqué que là encore, on me disait « perfectionniste », « pinailleuse », que j’allais au fond des choses, que y’avait pas besoin d’aller aussi loin… ‘fin bref.
Certaines personnes se retrouveront dans les caractéristiques, à tort (c’est peut-être mon cas d’ailleurs), mais cela relève d’un mécanisme de défense ou d’un aspect plus ou moins pathologique, je pense. Il y a une volonté de se cacher les choses lorsque c’est le cas. Cela peut aussi être de l’empressement à vouloir trouver une cause à des souffrances mais c’est encore autre chose. Et si l’on prend vraiment le temps de s’analyser et de se reposer sur l’avis d’autrui, en principe, on doit bien finir par démêler le vrai du faux. Enfin, du moins, ce n’est pas parce que certaines personnes se retrouvent, à tort, dans les caractéristiques, que celles-ci sont caduques ou trop ceci, trop cela. Ce n’est là que mon avis. Comme toute chose, on peut se tromper, voilà tout.
Quant aux caractéristiques, je crois qu’il ne faut perdre de vue les méconnaissances sur le « surdoué ». De fait, il est difficile de le caractériser. De plus, c’est un être humain, il reste unique.
Alors, en dresser un portrait psychologique, sociologique (etc…), c’est d’avance restrictif et un peu erroné. Il faut admettre qu’on se rapproche de ce qu’est un « surdoué », pas qu’on le définit réellement, parce que c’est un processus complexe.
Quant au livre de JSF par exemple, j’ai dit à ma psy spécialisée en « surdouance » que je me retrouvais dans ce livre mais aussi qu’il me paraissait trop vague (genre pour l’hypersensibilité par exemple). Elle m’a répondu que tout le monde ne s’y retrouvait pas et je sais (pour certaines raisons) qu’elle n’est pas surdouée et qu’elle ne se retrouve absolument pas dans le livre. Bref… Moi, j’aurais mis ma main à couper que tout le monde s’y retrouvait dans ce bouquin… Alors, qu’en penser ?
Quant à cette idée de zèbre vs surdoué, franchement, ça me fait bondir. Je ne souhaite pas du tout être méchante mais je ne comprends pas cette distinction. Pour moi, chacun est libre de faire quelque distinction qu’elle soit, mais pas sur le terme de « zèbre » qui vient de JSF. Elle l’utilise pour nommer les « surdoués ». « surdoués » = « zèbres ». C’est tout. A aucun moment, elle ne différencie les deux termes. Pour faire dans le généralisme, « zèbre » est moins pompeux que « surdoué » et a une image qui va plus loin : animal unique, de par ses rayures, perdu dans la savane^^.
Ensuite, l’effet de mode, je le décrie bien fort. Enfin, oui, il y a des gens qui en font un élément de mode, qui fait bon chic, bon genre. Oui, ok. Pas les « surdoués », ou du moins, pas les « surdoués » en souffrance, ni ceux qui se posent des questions d’être ou non « surdoués ».
Ou, du moins, je ne le crois pas.
Personnellement, je vous prie de croire que c’est une torture de penser que je puisse être « surdouée ». Ok, ça expliquerait vraiment beaucoup de choses, voire ma vie^^. Ok, ça me déculpabiliserait, me soulagerait. Mais à part ça, je n’y vois que du mauvais parce que je n’y vois que décalage, différence, solitude, faux-self, etc… C’est pas pour ça que j’ai raison hein mais voilà, j’ai pas vraiment envie d’être « surdouée » quoi. Simplement, je saurais enfin pourquoi ceci, pourquoi cela. Non, ça n’explique pas tout mais ça pourrait expliquer le fondement de nombre de mes difficultés.
Que certaines personnes rêvassent à l’idée communément admise du « surdoué » comme d’un génie, c’est leur problème. Il y aura toujours des gens pour être à côté de la plaque, mais le questionnement d’être profondément différent n’est en rien une partie de plaisir et certainement pas un effet de mode. Sauf pour ceux qui sont étrangers à tout ça, sûrement^^.

Pour le test, il ne me paraît pas caduque mais limité, pas certains troubles que les personnes peuvent avoir, ainsi que par l'expression multiple de l'intelligence. Mais bon, ce n'est là qu'un avis général. Je l'avoue, je ne m'y connais pas suffisamment à ce sujet.

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par dardar le Lun 13 Mai 2013 - 0:10

Je comprends ta position face à "l'effet de mode" mais il me semble que fasse fausse route.
Naturellement (et nous sommes bien placé pour le savoir), cette souffrance que tu décris à juste titre ne nous fait pas ressentir la douance comme une chose "positive" et donc comme une mode (puisque nous ne l'avons pas choisi etc...).
Mais il ne faut pas oublié que nous constituons une minorité de la population... quand 1, 2 ou 5% de cette population ressentent ce poids sur leurs épaules et que le reste (ou tout du moins une grande partie) voit ça comme un don (on en revient au terme "surdoué"), il peut y avoir un effet de mode.

C'est un peu comme vouloir être princesse pour une gamine, ça parait magique et super luxueux mais au final c'est une charge colossale où l'étiquette est omniprésente se traduisant par une quasi-privation de liberté...

Une mode est par définition basée sur les envies du plus grand nombre, je pense.

dardar
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 240
Date d'inscription : 21/07/2011
Age : 26
Localisation : Nantes

http://www.zebrascrossing.net/t3384-vincent-alias-dardar

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Tsipia le Lun 13 Mai 2013 - 1:28

dardar a écrit:Tsipia, tu viens de neutraliser mon envie de débattre avec toi, et je me force pour le dire, ne pas juste fermer la page internet (un peu grâce à l'alcool, peut être)...
Tu as sans doute de bonnes raisons pour refuser le test, mais le fait est qu'il mesure bien quelque chose, on ne sait pas trop quoi, tout comme on ne sait pas définir l'intelligence, mais juste le refuser par principe me parait être... bof (je ne sais pas trop comment dire sans être très réducteur).
Enfin voilà, je reviendrai moins alcoolisé pour une plus grande lucidité, promis
Wink
Je pense que tu as mal interprété ce que j'ai écris. Mes parents l'ont refusé par principe, derrière l'argument que le QI n'était qu'un score. A 17 ans, j'ai repris leur discours et j'ai refusé.
On me l'a reproposé récemment, mais je refuse car je n'y crois pas (ça me fait penser au sujet sur ce forum "pourquoi tant d'athées sur Zebracrossing"). Je n'ai "pas foi" en ce test.
J'ai analysé ce test, dans mes études je devais l'étudier, et il se trouve qu'il y a beaucoup de failles. Ainsi, certaines personnes qui pourtant ont tout d'un surdoué, ne le sont pas avec ce test de QI, et cela me gêne dans le sens où c'est calculé par rapport à une norme et que je trouve cette norme arbitraire.
Je ne remets pas en cause l'efficacité de ce test (c'est le seul moyen qui existe actuellement), mais plutôt sa passation.
Il existe des centres ressources pour l'autisme, les troubles d'apprentissage... et je ne comprends pas pourquoi il n'y en a pas pour les hauts potentiels. Dans ces centres, plusieurs professionnels interviennent et après une réunion, le diagnostic est posé. Ce diagnostic repose donc non pas sur un avis subjectif, mais sur plusieurs, un peu comme dans un tribunal.

Je ne sais pas si je suis claire, par écrit je peine toujours...

Tsipia
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 30
Date d'inscription : 30/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par CarpeDiem le Lun 13 Mai 2013 - 10:50

dardar a écrit:Je comprends ta position face à "l'effet de mode" mais il me semble que fasse fausse route.
Naturellement (et nous sommes bien placé pour le savoir), cette souffrance que tu décris à juste titre ne nous fait pas ressentir la douance comme une chose "positive" et donc comme une mode (puisque nous ne l'avons pas choisi etc...).
Mais il ne faut pas oublié que nous constituons une minorité de la population... quand 1, 2 ou 5% de cette population ressentent ce poids sur leurs épaules et que le reste (ou tout du moins une grande partie) voit ça comme un don (on en revient au terme "surdoué"), il peut y avoir un effet de mode.

C'est un peu comme vouloir être princesse pour une gamine, ça parait magique et super luxueux mais au final c'est une charge colossale où l'étiquette est omniprésente se traduisant par une quasi-privation de liberté...

Une mode est par définition basée sur les envies du plus grand nombre, je pense.

Mais, au final, on est d'accord! Very Happy
Mais j'admets m'être mal exprimée. Ce que je veux dire, c'est que pour les surdoués ou personnes s'intéressant fortement au sujet, la "surdouance" n'est pas un effet de mode.
Mais pour les autres ou pour beaucoup, oui, ça en est un... Cependant, j'avoue ne pas vraiment prêter attention à tout ça et donc, mon avis ne visait pas ces personnes-là.
Pour moi, c'est assez évident (je dis ça méchanceté aucune hein) qu'il y a un effet de mode pour beaucoup de non-surdoués car ça me semble aller de paire avec l'image du génie que beaucoup ont en tête.

Edit: ah tiens, j'ai lu en travers le "l'effet de mode est basé sur le plus grand nombre".
Oui, alors, il s'agirait sûrement d'un effet de mode. Mais franchement, depuis peu, je n'accorde que peu de crédit à la majorité, d'où ma réponse...

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Invité le Dim 8 Sep 2013 - 23:33


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Purple Brain le Lun 9 Sep 2013 - 0:45

Mary Poppins a écrit:Je suis assez d'accord avec vous, toutefois il est vrai aussi qu'un non zèbre ne va pas se sentir concerné par une majorité de caractéristiques z.. il va se retrouver dans quelques uns des traits mais pas au point de se dire "c'est toute ma vie qui est écrite ici". Non ?
d'accord avec toi. J'ai fait des essaies autour de moi avec des non zébre et les caractéristiques. Et ça collait pas. N'est pas zébre qui veut XD

Purple Brain
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 177
Date d'inscription : 27/08/2013
Age : 40
Localisation : Sud Ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par krapopithèque le Lun 9 Sep 2013 - 10:25

Mais par ailleurs , il faut bien : - vendre des bouquins

- canaliser des vécus délicats

- alimenter les cabinets psy.

- gérer une population économiquement

- . . . Courbette 

krapopithèque
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2070
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 65
Localisation : sud

http://www.zebrascrossing.net/t11671-salutation-bonjour-kenavo-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par imram le Mar 10 Sep 2013 - 2:26

Petit et ado, j'ai présenté une majorité écrasante des symptomes des Z, surdoués.
Non testé, je n'ai pas de mesure de QI mesuré (mais pour avoir fait un certain nombre de tests psychotechniques, et informels de QI, je doute de la fiabilité des tests ... un bon entrainement et rodage des circuits neuronaux fait bien gagner 20%, on reste toujours sur une performance de rat de laboratoire bien entrainé).

J'ai énormément souffert étant ado ( beaucoup moins en primaire, j'étais tellement à côté des autres que je ne souffrais pas ), et jeune adulte. Jusqu'en 2004 , je me suis posé la question d'être surdoué ou pas ...
Comme je n'avais rien accompli d'exceptionnel, que que n'étais pas capable de mémoriser exactement un livre de 200 pages en une heure, que je n'avais pas eu d'idée révolutionnaire, je me suis dit que finalement, en quoi étais je surdoué ?
Et je suis passé à autre chose, essayer de vivre le moins mal possible.

Depuis les bouquins sur les surdoués, les Z ( 2007 , 2008 ? ), beaucoup de gens dans mon cas se reconnaissent , à tort ou à raison sous cette bannière. Bien sur qu'il y a un effet de mode !!!!! ( l'abus de points d'exclamation nuit gravement à la santé)

Avant qu'on parle des Z, j'avais constaté un effet de snobisme (suite à rain man) constistant à clamer haut et fort qu'on avait un enfant "autiste de haut niveau" ... j'ai lu beaucoup de témoignages (moi même me demandant si je n'étais pas partiellement autiste), et j'ai constaté la fierté revendiquée des parents , pour ne pas dire la prétention. De la chose honteuse (autiste) , on passait à de l'arrogance (Asperger, de haut niveau .... social ? ).
Il y a eu là quelque chose de fondamental. Aussi fondamental que la découverte qu'il y avait une cause génétique, qui a cessé de culpabiliser les mères d'enfants autistes.
Je ne sais pas s'il y a eu une étude sur l'évolution des deux , qui a eu lieu dans les mêmes années.

Il est évident que dès qu'il y a un diagnostic d'une nouvelle pathologie, il y a forcément des personnes pour s'y reconnaitre.
A tort ou à raison.
L'invention du terme de Zèbre a été fait pour enlever les connotation négatives de celui de "surdoué".
Bien évidemment, puisque c'est moins négatif, il est plus facile de s'y identifier.
Personnellement , je me reconnais dans beaucoup de caractéristiques des Z, mais je n'ai pas fait mesurer mon QI.
Je mesure davantage mes zébrures à la mesure de mes blessures et de mes décallages par rapport à la majorité.
Ce n'est pas quelque chose de positif (oui ! je suis plus intelligent , je suis chez mensa , etc ... )

Je me souviens avoir entendu un jour (je crois , dans "un siècle d'écrivains ) quelque chose comme :
'un écrivain , c'est quelqu'un qui a tout essayé avant de comprendre qu'il n'est fait que pour une seule chose : l'écriture".

moi qui ait toujours eu une affinité avec les mots , ça me parle , forcément.
Et je considère que c'est la même chose avec la Zébritude : avant les livres qui en parlent , et qui la créent ex nihilo , on était Z uniquement après avoir tout essayé, au delà du miroir de la souffrance, au delà de soi même.

Maintenant, le premier ado un peu mal dans sa peau peut s'imaginer Z. A tort ou à raison ...

Avoir posé le terme de Zèbre est il une libération ou une prison identitaire ?
Quelque part, j'ai du lire qu'il n'y avait pas deux zèbres avec les mêmes rayures, et pourtant, je ressens souvent un reflet identitaire, "ça y est , je suis enfin reconnu Zèbre". surtout pour les adolescents en quête de conformisme et de normalité ( si , si , 90% sont minés par la trouille de ne pas être conformes, d'ou le malaise de ceux qui n'ont pas la "bonne orientation sexuelle" )
Trouver un groupe où l'on se sent accepté (ce qui devrait être le travail de l'école !!!!) soulage tellement.
Mais ce n'est pas pour autant qu'on est identiques.
J'ai un exemple parallèle à la zébritude, qui est le monde des sourds muets. Privé d'échanges avec le monde extérieur, chacun(e) se crée son propre monde intérieur. D'une même déficience, des mondes différents émergent.

Je ne voudrais pas que la Zébritude devienne une nouvelle normalité.
Avant le terme de Zèbre, nous étions des gens bizarres ( troubles dipolaires ? procrastinés ? inadaptés sociaux ? )
Après le terme de Zèbre , nous sommes toujours les mêmes.
Ca fait du bien de se sentir reconnu autrement que négativement. Oui, je me sens mieux d'avoir découvert ce forum ( lèche ,lèche , lèche , lèche ... maître , gollum , gollum )
MAIS !! risque que les petits jeunes, qui n'on pas morflé , isolés, pendant 30 ans , se prennent pour des Z pour un simple vague à l'âme.

il y a toujours un effet de mode, et d'hypocondrie.
mais si ça peut éviter 30 ans de souffrance à des ados ... alors , oui à la zébrure.

psychanalitiquement parlant, c'est une hérésie, parce que tout le monde est censé avoir sa personnalité, et être un être singulier.
Pour moi, ce n'est pas contradictoire avec un diagnostic, ou un sentiment de Zébritude
Les personnes non-Z ne sont pas toutes identiques non plus, il faut sortir de cette dualité harry-potteresque (tiens tiens, concommitance par hasard ? ). Moldu, pas modlu , Z , non-Z, A , non-A (van vogt, slan et le monde des non-A) ...

la Zébritude répond à une souffrance identitaire. Une appartenance à quelque chose, à un groupe.
Ce n'est pas déconnant, il y a quand même quelque chose, mais j'ai des doutes que ce soit juste une histoire de QI.
Circuits neuronaux différents, tous la même différence ?
Qu'est ce que la normalité ? Les gens prétenduement normaux sont eux aussi très divers ...

je me répète, mais le secret de la forge est le martèlement.
Avant la vulgarisation du surdoué et du Z, dans les années 2007-2009, il n'y avait pas grand chose, nous étions livré(e)s à nos problèmes et souffrances. Comme pour les mères d'autistes dans les années 1970-80 , nous étions culpabilisés de ce que nous étions.
C'était notre faute, ou celle de nos parents.

En tout cas , il y avait un faute ... monde judéo chrétien avec un péché originel, celui d'exister et d'être différent, malgré nos efforts d'être conformes.

Le problème que pose la littérature sur les Zèbres, est d'attirer de façon identitaire plein d'ados se cherchant, vers une pseudo-identité
de Z ... un faux moi.

voila mon avis sur le sujet.
ce soir , je suis plutôt de tendance psychanalytique => chaque être humain a un psychisme unique.

PS : je suis toujours à la recherche d'une zébrette qui me donnerait la réplique dans ma vie.


imram
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 101
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 47
Localisation : Rivendell

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le zèbre : effet de mode ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum