Zèbre, âne ou mulet ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par dessein le Dim 12 Mai 2013 - 14:44

en fait c'est faux, ça ne m'a pas (encore?) aidé personnellement mais ça m'a aié (j'espère) à accompagner mon gamin (à moins douter sur ce qu'il fallait faire).

dessein
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3074
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par LillyKat le Dim 12 Mai 2013 - 14:55

Si cela t'a aidé pour ton fils c'est déjà une bonne chose. Tu n'as quand même pas été un peu "soulagée" ? Il faut sans doute un peu de temps pour digérer et assimiler la nouvelle. Je me demande bien comment je réagirais moi à l'annonce d'un diagnostic positif Perplexe

LillyKat
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 71
Date d'inscription : 08/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par CarpeDiem le Dim 12 Mai 2013 - 16:35

LillyKat a écrit:
CarpeDiem a écrit:Bonjour Lilykat et bienvenue à toi!

En te lisant, j'ai envie de dire "mdr" (ouais, ces d'jeuns!)!

Bonjour et merci pour ton accueil CarpeDiem Wink ! Mais rassure-moi, j'ignore quel âge tu as, mais 37 ans c'est pas si vieux que ça, si Laughing ??
J’ai 24 ans. Je disais « ces d’jeuns » car je m’inclus pas vraiment dedans en fait, malgré mes termes de jeune Smile. C’était donc par rapport à moi (quel égocentrisme ! Smile ) et non par rapport à toi. Je ne te prends pas pour une vieille du tout^^ xd ! D’ailleurs, dans le livre JSF, elle aborde la question de se sentir toujours enfant et c’est ce que je ressens, à mon égard et celui des autres, alors considérer les autres comme vieux… Moué, c’est un peu compliqué.
De rien pour l’accueil, c’est bien normal même si je le fais peu… Y’a beaucoup de monde lol.

C'est vrai que beaucoup de points se ressemblent entre ta description et la mienne (j'ai pas fait le tour de tous les profils du coin mais à mon avis c'est à quelques variantes près le cas nan ?). Sauf que vu ton jeune âge ( lol! ) tu peux sans doute reprendre tes études plus facilement, c'est moins difficile que passée la trentaine et une fois qu'on a un job fixe, le loyer, les impôts et tout le tintouin du quotidien à payer... Tu y songes ou pas ?
Alors, pour te répondre, je suis dégoûtée (c’est vraiment peu dire) des systèmes (scolaire, professionnel, etc…) alors là, je travaille dans un petit job, que j’espère conserver. Mon but est d’avoir du temps le cerveau « libre » pour laisser libre cours à mes passions, chez moi. Le reste, je n’en attends plus rien. Je stress bien trop et j’ai un mal fou à faire comme il faut, ne serait-ce que parce que je manque de rigueur. J’étouffe dans le système, peu importe les raisons, c’est un fait. Peut-être est-ce assez négatif mais j’ai essayé, j’ai vraiment essayé. Aujourd’hui, je pense être en dépression (ça n’est pas diagnostiqué mais bon…).
En ce qui te concerne, je comprends bien les contraintes de la vie quotidienne… mais est-il réellement impossible que tu reprennes quelque chose ? Parfois, c’est juste la peur qu’on se moque de nous, souvent même. Si tel est le cas, il est bon d’identifier cette cause pour la combattre. Smile
Pour ce qui est des révisions, je suis mal placée pour te conseiller, vu que j'ai le même problème. Je suis toujours aussi paresseuse et incapable de fournir le moindre effort. A l'école je me contentais d'écouter tout en rêvassant et cela suffisait à m'assurer une bonne moyenne. Les rares fois où j'ai eu le déclic et l'envie de bosser un peu c'est parce que j'avais eu la chance d'avoir des profs passionnants et là j'avais des super notes dans toutes les matières. J'aimais tout, donc pas facile de choisir une fois arrivée en terminale. J'ai pris une mauvaise voie à la fac (me suis fait suer comme un rat mort alors que j'en espérais tant) et patatra, j'ai lentement sombré... Et ensuite, une fois que tu as décroché de la fac et glandouillé quelques années entre petits boulots et périodes de chômage, ben c'est plus que délicat de s'y remettre. J'ai eu le réflex de survie de potasser un peu (tout de même lol) un concours pour entrer dans la fonction publique afin de me sortir de ce marasme. Mais je n'arrête pas de me dire quel gâchis ! J'avais des facilités c'est sûr, après s'agissait-il de zébritude ? Pas sûr.
Je vois oui. J’y vois un peu comme moi, l’impression que le système est assez difficile à accepter : la fac ne t’a pas plût visiblement.
Par contre, moi, contrairement à toi, je n’ai pas la sensation d’avoir des facilités. Plus l’inverse en fait lol. Donc, je doute énormément. Pourtant, je me sens vraiment bien ici, et sur la même longueur d’onde que les gens de ZC.
Je parle, sur mon post, de la difficulté de pouvoir admettre d’être différent, tout simplement différent. C’est tout con mais je trouve cette idée très douloureuse. Après tout, ça n’est jamais que renoncer à rentrer dans le moule, faire le deuil d’une normalité.
Et puis, être « surdoué », c’est être plus rapide, mieux comprendre les choses (ça dépend quand même), aller plus loin… Alors, les autres, ils sont « moins », moins ceci, moins cela, c’est gênant, je trouve… non ?
Parfois, je me dis que le plus difficile dans l’histoire, ça n’est pas cette histoire d’être « surdoué », mais d’être en décalage, d’être à part. Qui plus est, de l’avoir toujours été et de ne l’avoir jamais su…
Si tel est le cas, bien entendu.
Et comme en plus j'étais terriblement mal dans ma peau petite (solitaire, introvertie, extraterrestre, à m'imaginer que j'étais problement autiste mais que mes parents me l'avaient caché pour ne pas m'inquiéter lol, etc...), puis ado (toujours à côté de la plaque à trouver mes camarades superficiels dans leurs intérêts) et tu vois que ça continue toujours maintenant lol!
Moi aussi, je trouve les autres superficiels dans leurs intérêts, mais est-ce de la « surdouance » ? Ce qui est marrant, c’est que je ne me suis jamais dit : oh, ils sont nuls les autres à être superficiels. Mais plutôt : pff, qu’est-ce que je suis nulle à ne pas aimer les mêmes choses que les autres, à ne pas aimer parler des mêmes choses. Je crois que c’est l’effet majorité. On a beau sentir que c’est logique que l’on n’aime pas ceci cela, si on est seul dans ce cas, ça invite à se poser des questions… Ressens-tu la même chose ?
Moi aussi, à côté de la plaque… très. Solitaire, sauvage selon mes parents, introvertie aussi, extraterrestre, je ne sais pas (mais sûrement). En quoi te sens-tu extraterrestre ?
Peut-être as-tu le syndrome d’Asperger ou une forme d’autisme ? As-tu regarder un peu ce qu’il en est sur tout ça ?
Moi, je ne me sens pas autiste mais par contre, j’ai certains de leurs tics : du genre, marcher sur les carreaux, pas entre, avoir tendance à les compter, à marcher sur les bords des allées, pas en plein milieu, etc… mdr !
J’avais fait un petit test sur ce forum et ça disait que y’avait de grandes chances que je sois aspie mais je ne crois pas xd. Je crois qu’il suffit d’être hypersensible et introverti pour déjà avoir de grandes choses en commun.
Cela fait long, 37 balais à ce poser la question de "mais bon sang qu'est-ce qui va pas chez moi ?" Alors que ma soeur est tout l'opposé de moi (sociable, "populaire", à l'aise en société, avec plein d'amis, ayant un relationnel facile, s'insérant aisément, suscitant l'unanimité alors que moi c'est plutôt l'inverse, mariée avec enfants, elle a fini ses études alors qu'à la base c'est elle qui me disait plus intelligente et que j'avais de la chance par rapport à elle), je me demande alors pourquoi il y a autant de différences alors qu'on a eu la même éducation et les mêmes parents (avec la même éducation imparfaite) ?
Mon dieu, ce que tu dis me fait peur… juste parce que j’ai deux frères et qu’ils ont tout réussi (professionnellement et personnellement – famille, enfants – ainsi que socialement), avec la même habilité que celle que tu décris à l’égard de ta sœur pour le relationnel, le fait d’être à l’aise en société, etc…
D’ailleurs, ça te pose question toi ? Parce qu’apparemment, quand l’enfant d’une fratrie est surdoué, le reste l’est aussi, ou, en tout cas, c’est très fréquent.
Sauf que moi, je n’ai clairement jamais été comme mes frères. Moi aussi, j’étais celle qui était vue comme l’intelligente de la famille, qui devait réussir, autant professionnellement, socialement que personnellement. Hors, rien ne marche… D’autre part, je ne sens pas ce petit truc de spécial (qu’il y a chez moi) chez mes frères. Déjà, ils ne me semblent pas vraiment hypersensibles même s’ils sont plutôt sensibles, je pense, pour des gars, enfin y’a « pire ».
Tu le vis mal ce décalage entre ta sœur et toi ?
Moi, j’ai eu une période où j’en avais franchement marre et puis, là, je sais pas, je m’en fous… Faut dire, je cherche juste à aller un peu mieux, c’est déjà pas mal. Mais surtout, je suis différente, quelque soit cette différence. Donc, ils ont leur vie, j’ai la mienne. Point.
Mais ça n’est pas forcément évident.
Ceci dit, j’ai une amie dans le même cas que moi. Mais je ne la sens pas HP du tout. Mais je peux me tromper.
Moi aussi j'ai eu l'illusion que cela s'était arrangé avec les années, mais au premier couac de trop tous les efforts fournis s'effondrent comme peau de chagrin. Je ne veux plus me laisser emmerder et piétiner par des connards (ou connasses 2nd degré ), c'est pour cela que j'ai fait la démarche de m'inscrire sur ce site, pour voir comment je m'y sens (et pour le moment je m'y sens bien Very Happy ) et pour que dans les mois suivants je passe ce fichu test afin d'être fixée. S'il s'avérait que je n'étais pas zèbre, eh bien tant pis, je me résoudrais quand même à consulter un psy pour ne pas passer les 37 prochaines années comme j'ai passé les 37 premières... A me demander ce que je fous sur cette planète et pourquoi je ne me sens pas comme les autres. J'ai plus envie de perdre du temps à me poser cette question, j'ai besoin de réponses.
C’est marrant comme je peux me lire partout sur ce forum et ton discours n’y coupe pas. Encore une fois, j’aurais pu écrire pareil que toi. Ce n’est pas que c’est à peu près ça, c’est que fondamentalement ce que je pense.
Par contre, contrairement à toi, j’ai du mal niveau test lol.
Comme toi j'ai du mal avec les "apparences", les faux-semblants, l'hypocrisie même si elle est socialement et relationnellement nécessaire, le fait de tout décortiquer, analyser en long en large et en travers, souvent pour des trucs sans importance mais je peux pas m'en empêcher Razz
Hey hey… Je me suis rendue compte récemment que j’étais déjà (mais rien de surprenant) comme ça enfant et que ça expliquait en partie ma solitude. Ouais, mais je me suis aussi dit : quand bien même j’aurais su, je n’aurais rien pu changer. J’ai déjà terriblement fait semblant mais il y a toujours un reste, comme le fait de ne pouvoir s’empêcher de dire que c’est pas tout à fait ça, que c’est un peu plus/moins ceci cela, d’analyser tout dans le détail (quand les autres s’en foutent), etc…
J'ai beau savoir tout ça c'est pour autant que j'arrive à aller contre : chassez le naturel et il revient au galop Au galop ! !
Oui, c’est notre nature, c’est tout Smile.
Cela me fait penser à ce que Dauphin a mis sur mon post et je l’en remercie. C’est une phrase simple mais qui vaut la peine d’être redite autant de fois que nécessaire.
En gros, je racontais que tout ce que je faisais n’était pas normal et elle me disait que c’est lorsque l’on est normal, qu’on fait des choses normales. Sous-entendu : y’a pas à se forcer. C’est tout con mais en lisant ça, je me suis dit : mais oui tiens, c’est fou, je me force, je me force, mais pourquoi ai-je le besoin de me forcer ?
Bah oui pis sentimentalement parlant c'est portnawak aussi Trinquons
Me suis résolue à finir seule avec mon chat Dent pétée
Bah j’en suis au même point xd ! Cela m’énerve d’entendre la famille m’interroger à ce propos d’ailleurs. Avant, c’était parce que je culpabilisais, maintenant, c’est juste parce qu’ils ne pensent même pas que ça puisse ne pas convenir à tout le monde d’avoir une famille et tout… Perso, j’en veux une (enfin, je crois, parfois, je me dis que je suis mieux seule xd) mais tout le monde n’en veut pas et personne ne comprend… ou ne veut comprendre.
Cogito'z c'est trop cher pour moi, hors de question de payer 480 euros l'ensemble (2 entretiens + test) ! J'ai demandé à quelqu'un du forum et j'attends patiemment sa réponse Very Happy
Et toi, tu as l'intention de le passer ? Qu'attends-tu (à part les moyens bien sûr) ? Le temps est précieux tu sais Papy
Purée, c’es chéro Cogito’Z !
Tu as raison, mais bordel, qu’est-ce que j’attends ? Je m’en rends malade alors que j’ai qu’à passer les tests et basta !
Mais bon, y’a quand même un truc, mis à part la peur intrinsèque, c’est le fait que j’ai vrt le cerveau qui fonctionne au ralenti. Je crois que j’ai besoin de temps pour récupérer, pour aller vrt mieux. Au bout d’un moment, si vraiment ça ne s’améliore pas sensiblement, j’aurais plus qu’à me donner un coup de pied au cul et aller passer ce fichu test et pi voilà !
ça avance toi ?
C'est difficile de se dire "est-ce que je suis plus intelligent qu'untel ou pas", parce qu'entre l'intelligence et la culture parfois on mélange les deux. Donc j'ignore si je suis plus ou moins intelligente que la moyenne, il m'est d'avis que oui, mais de là à atteindre et dépasser les 130 de QI je ne crois pas...
Ouais, c’est difficile d’être objectif…
Moi, j’ai pas du tout de culture perso^^. Et la logique ou quoi, j’ai l’impression d’en avoir moins que les autres. Même si, en cours, quand je prenais la parole, me regardaient tous avec de grands yeux et ils trouvaient compliqué ce que je disais (alors que ça me paraissait simple) donc je sais pas, c’est zarb.
J’ai l’impression que mon intelligence est plus au niveau des idées, de raisonnements psychologiques/philosophiques que vraiment logico-mathématique, sauf que le test Wais mesure cet aspect-là… Lol !
Si vrt, tu penses être plus intelligente que la moyenne, c’est déjà beaucoup je pense. Ce n’est pas négligeable quoi. Parce que pour avoir ce ressenti, il faut qu’il y ait un vrai décalage. Ce n’est pas quelques points de Qi qui vont créer un décalage…
Pour moi l'intelligence c'est une capacité et une qualité de raisonnement, une certaine logique, un côté réfléchi, associés à une vitesse de traitement, qui n'a rien à voir avec la culture. Mais aussi une capacité d'adaptation. Je connais des gens qui n'ont pas été beaucoup à l'école mais que j'estime être très intelligents, et d'autres qui ont un master trucmuche et que je trouve cons à bouffer du foin. Donc bon, faut jamais tirer de conclusions hâtives. Sans compter qu'on est tous le con ou l'intelligent de quelqu'un Pété de rire
Oui, c’est tout à fait vrai mdr !
Il est vrai que certaines personnes ramènent leur fraise là où ils ne devraient pas mdr…
Pour ma part, je me sens tellement nulle que j’ai tendance à prendre tout le monde comme étant au-dessus de moi donc bon… Je peux pas vrt dire que telle ou telle personne est concon (sauf parfois, faut pas pousser, des fois, c’est évident xd).
Et pour répondre à ta question sur l'hypersensibilité, oui on me dit souvent que je suis trop susceptible, que je prends tout trop à coeur, un rien m'atteint trop facilement, que je suis trop réactive, trop directe, et bla bla bla... J'ai comme toi la crainte de "n'être qu'hypersensible" sans avoir l'intellect qui suive (j'ai lu que près de 30% de la population serait concernée, ce qui fait pas mal), et cela pourrait donc être tout simplement aussi la cause de mes particularités.
Voilà jeune CarpeDiem Very Happy
Oui, voilà, je suis comme toi et pense comme toi.
Si tu passes le test bientôt, de toute manière, tu seras fixée et hop^^.
30% d’hypersensible, j’ai vu ce nombre aussi, c’est vrai que c’est pas mal de monde. C’est bizarre parce que quand je vois les gens, ces 30%, faut vrt les chercher… mdr !
« Jeune CarpeDiem » xd ! Vraiment, j’espère que tu n’as pas mal pris cette pseudo vieillesse que je semblerai t’associer… Ce n’est pas le cas.
D’ailleurs, je m’entends très bien avec les personnes bien plus âgées alors ma conception de la vieillesse n’est pas très claire…
@ la prochaine JEUNE Lillykat ! Smile

PS : je trouve l’avis de dessein très intéressant, quoiqu’un poil effrayant xd. Mais bon, tout le monde est différent, a une situation différente. Si on me disait que je suis surdouée, je le prendrais très mal, je le sais. Mais un grand pan de ma personne serait soulagée et je perdrais beaucoup de cette culpabilité étouffante de faire tout de travers…


CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 17:33

CarpeDiem a écrit: Moi aussi, je trouve les autres superficiels dans leurs intérêts, mais est-ce de la « surdouance » ? Ce qui est marrant, c’est que je ne me suis jamais dit : oh, ils sont nuls les autres à être superficiels. Mais plutôt : pff, qu’est-ce que je suis nulle à ne pas aimer les mêmes choses que les autres, à ne pas aimer parler des mêmes choses. Je crois que c’est l’effet majorité. On a beau sentir que c’est logique que l’on n’aime pas ceci cela, si on est seul dans ce cas, ça invite à se poser des questions… Ressens-tu la même chose ?
Moi aussi, à côté de la plaque… très. Solitaire, sauvage selon mes parents, introvertie aussi, extraterrestre, je ne sais pas (mais sûrement). En quoi te sens-tu extraterrestre ?
Peut-être as-tu le syndrome d’Asperger ou une forme d’autisme ? As-tu regarder un peu ce qu’il en est sur tout ça ?
Moi, je ne me sens pas autiste mais par contre, j’ai certains de leurs tics : du genre, marcher sur les carreaux, pas entre, avoir tendance à les compter, à marcher sur les bords des allées, pas en plein milieu, etc… mdr !

Pînaise... moi aussi Shocked

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par Ainaelin le Dim 12 Mai 2013 - 17:39

Lol. Moi, c'est le contraire (mais ça revient au même au fond), je marche souvent sur les lignes sépatrices selon un rythme précis. Le talon gauche d'abord, puis le coussinet droit, le coussinet gauche et enfin le talon droit. Puis l'inverse (coussinet-talon-talon-coussinet). Enfin, je ne le fais plus trop, mais c'était quasi-systématique quand j'étais ado et jeune adulte, quitte à faire des petits bonds quand il n'y avait plus de lignes... lol! .
Bon, je ne faisais ça que quand j'étais seul, hein !

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par Invité le Dim 12 Mai 2013 - 17:52

Ainaelin a écrit:Bon, je ne faisais ça que quand j'étais seul, hein !

Pareil lol!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par CarpeDiem le Dim 12 Mai 2013 - 18:10

Bah moi, je pensais que c'était normal... mais je l'ai lu dans des textes à propos du syndrome d'Asperger.
Si ça peut vous rassurer, je l'ai aussi lu à propos des "surdoués" en général:
"Distractions étranges (programmes télé niais, jeux vidéos, sortes de tocs comme remplir des pages d’écriture, tocs de comptage, compter les fenêtre des maisons, mémoriser les plaques de voitures pendant un trajet sur l’autoroute ou compter «les lumières», marcher sur les pavés sans toucher les lignes, dessiner pendant les cours, marcher en téléphonant, addictions,...)"
( source: http://www.labo3010.com/#!auto-valuation2/c11mg )

Perso, je ne pense vraiment pas avoir une forme d'autisme quelle qu'elle soit. Sur la papier (niveau théorie),y'a plein de choses qui collent mais en vrai, un autisme, même de faible niveau, ça transparaît, à moins que je ne me fasse des idées surtout que je n'ai peut-être pas assez lu sur leur compte... Mais y'a comme un je ne sais quoi qui me fait dire que je ne le suis pas.
Ceci dit, c'est frappant de faire des choses un peu "toc-toc" (selon les autres) qui nous semble assez normales. Je pense qu'un surdoué peut aussi bien les faire qu'un autiste, d'ailleurs, un autiste peut-être surdoué, et c'est peut-être cette dernière caractéristique qui lui fait faire ça... A moins que le surdoué, qui partage des caractéristiques avec l'autiste, emprunte ça à l'autiste (en quelque sorte).

Pour ma part, je ne le fais pas forcément tout le temps, ni de manière "maniaque". Mais il est vrai que j'ai souvent tendance à le faire, c'est une question presque géométrique, respecter l'ordre déjà établi, comment sont disposés les carreaux, le côté "droit" est plaisant, en ordre, en quelque sorte... Enfin, c'est comme ça que je perçois la chose. Je n'ai jamais crû que c'était spécial. Enfin, je sais que les autistes le font, mais ils sont comme obligés de le faire (je ne trouve plus le mot adéquat). Pour eux, c'est à associer à un toc, je crois. Il m'est préférable de respecter ceci (compter les carreaux, respecter leur placement, etc...) mais je ne m'y sens pas obligée.

M'enfin, je ne suis peut-être pas objective^^^. Personnellement, je m'en fous. Que je sois "surdouée", " aspie" ou "surdouée" et "aspie", peu m'importe, je veux juste trouver qui je suis. N'est-ce pas le plus important?

Moi, je fais ça devant tout le monde ( de marcher bien dans les carreaux et tout), ça me semble tellement bien, beau, normal... On m'a jamais fait de réflexions là-dessus! Very Happy What a Face

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par Ainaelin le Dim 12 Mai 2013 - 18:19

Je me suis déjà posé la question d'Asperger, mais je corresponds à vraiment trop peu de traits, en fait. J'ai fait pareil avec plusieurs "troubles de la personnalités" ou autres classifications (pas toutes, loin de là, mais plusieurs quand même). Celles qui me correspondent le plus sont zèbre et TDA, de loin.

Ah, quant à cette histoire d'âge... T'es une gamine, Lilly, comparée à mes 39 ans... Laughing

Ainaelin
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4245
Date d'inscription : 07/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par CarpeDiem le Dim 12 Mai 2013 - 18:24

Ainaelin a écrit:Je me suis déjà posé la question d'Asperger, mais je corresponds à vraiment trop peu de traits, en fait. J'ai fait pareil avec plusieurs "troubles de la personnalités" ou autres classifications (pas toutes, loin de là, mais plusieurs quand même). Celles qui me correspondent le plus sont zèbre et TDA, de loin.

Idem!

Pour le TDA qui me semble incroyablement correspondre (à toi à moi, à plein de monde), je me méfie. Nombre de personnes sont "surdouées" sans TDA et auraient pourtant mis leur tête à couper qu'elles n'étaient "que" TDA sans "surdouance". So...
Certains pensent que tous les TDA sont "surdoués" mais que ça ne se voit pas au WAIS étant donné les "gênes" de ce trouble attentionnel. C'est encore autre chose mais c'est une idée intéressante. Bref, je m'égare.

CarpeDiem
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 26/12/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Zèbre, âne ou mulet ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum