Articles et conférences scientifiques relatives au trauma ou au trouble de stress post-traumatique

Aller en bas

Articles et conférences scientifiques relatives au trauma ou au trouble de stress post-traumatique Empty Articles et conférences scientifiques relatives au trauma ou au trouble de stress post-traumatique

Message par câlin Dim 11 Fév 2024 - 20:14

C'est un sujet important et il a déjà été abordé plusieurs fois sur ZC, plutôt sous l'angle du vécu, de la gestion du trauma et des techniques de guérison. J'aimerais aussi comprendre comment ça fonctionne d'un point de vue mécanique, quel est l'état de la connaissance scientifique actuelle sur le sujet. Quel est le consensus scientifique ? Quelles sont les théories encore controversées ?

Pour commencer :

(Notions fondamentales sur le cerveau :
https://www.neurosciences.asso.fr/wp-content/uploads/2020/01/FichesCerveau-notions-fondamentales.pdf)

Conférence sur le stress traumatique du Dr Catherine Verney lors de la semaine du cerveau 2022 :
Conf de Catherine Verney:

Quelques messages de la conférence :
Sur le stress en général :
1) Contre le stress, respirer c'est super.
2) Le besoin premier d'un bébé, plus que la faim, c'est la sécurité (théorie de l'attachement).
3) Il existe deux types de mémoire, consciente (ex. souvenirs) et inconsciente (ex. conditionnement, automatismes). Une partie de la mémoire émotionnelle est implicite (inconsciente) et passe par l'amygdale.
4) Le stress peut se transmettre d'une génération à une autre (épigénétique), mais c'est réversible.
5) Le stress nous fait agir par automatisme, ce qui empêche de trouver une porte de sortie.
6) Ne rien faire (rêvasser, marcher dans la nature, écouter de la musique) est extrêmement bon pour sortir de ses habitudes.
Sur le stress post-traumatique :
1) Il y a deux types de réaction face au trouble de stress post-traumatique (qui peuvent osciller) : _ une avec une absence d'émotions et des flash-back _ une autre avec une hyperémotionnalité et une dissociation
2) Les conséquences physiologiques sont une hypertrophie de l'amygdale (hypervigilance) et une hypotrophie du cortex préfrontal (sidération, inaction) et de l’hippocampe (non remplacement par d'autres mémoires).
3) Plus on agit vite après un trauma, plus on a de chance d'empêcher les mémoires de peur de s'enraciner dans la mémoire à long terme.
4) Toutes les techniques de gestion du stress permettent de revisiter les mémoires et avec la plasticité cérébrale de modifier le cerveau. C'est le principe de l'EMDR qui permet de réécrire les mémoires traumatiques.
5) La musique, le chant, le théâtre et la danse soignent. Il faut s'amuser (ça renforcer les connexions neuronales).

Ce qui me surprend dans cette vidéo c'est qu'elle ne fait pas de différence, ou elle n'explique pas la différence entre le petit stress et le stress traumatique. Il semblerait que ce qui compte n'est pas l'horreur de l'évènement, mais plutôt la réaction neuronale, et dès lors qu'elle passe par l'amygdale, qu'elle implique une sidération, et que l'évènement finit par s'inscrire dans la mémoire à long terme, l'évènement est de nature traumatique. Il y aurait des différences de degré, mais pas obligatoirement de différence de nature entre les petits et les gros stress.

Elle a parlé exclusivement de la mémoire implicite (mémoire de la peur). Mais qu'en est-il de de la mémoire consciente ? Est-ce que l'amnésie traumatique s'explique neuronalement ? D'où viennent les flash-back ? Qu'est-ce que la dissociation ? J'espère que des prochains posts répondront à ces questions.

Ce qui semble être la clé est la confiance dans sa capacité à gérer une situation. Si le stress se résout par l'action (la fuite ou le combat), il est possible d'y prendre du plaisir et dans ce cas c'est du bon stress stimulant. Le mauvais stress est celui contre lequel il est impossible de faire face et qui créé un état de sidération. Une fois les circuits neuronaux de la peur et de la sidération empruntés, ils peuvent se renforcer et devenir des automatismes, des autoroutes neuronales. Tout l'enjeu est d'apprendre au cerveau qu'il est capable de réagir à la situation, être stimulé et prendre du plaisir. Pour cela, il faut d'abord sortir du déni ou de l'action, faire un pas de côté, rêvasser, chanter, danser.

Si vous préférez lire il y a aussi un article :
Anatomie et physiologie du stress traumatique
https://www.medecinesciences.org/fr/articles/medsci/full_html/2021/09/msc200619/msc200619.html

Avec une belle image résumé des traitements possibles:


câlin

Messages : 536
Date d'inscription : 13/09/2022

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum