Mes petits petons à potins

3 participants

Aller en bas

Mes petits petons à potins Empty Mes petits petons à potins

Message par oyans Jeu 23 Nov 2017 - 17:11

Harassé je marchais, puis vint ce chemin n'étant pas rude, alors je m'oubliais regardant mes pieds et, tout trois nous étions en pleine conversation, moi je pérorais de ma hauteur, comme si intérieurement, j'aboyais à mes pieds, qui eux, usaient de leur fonctionnalité, c'est à dire avancer...

Je décidais donc, par ce sentier automnal de m'insurger contre cette terrible fainéantise, qui m'avait, totalement submergée et me remémorant le fil de mon passé, il advint que je ployais enfin sous cette fâcheuse et terrible sentence, disant; toi! tu n'es plus bon à rien.
Mes petons ne changèrent guère leur rythme et je le pense, acquiescèrent.
Mon dilemme j'ai travaillé assidument et de façon frénétique, pendant de longues années, pour m'évincer de ce sort, d'être malade à l'âge de 27 ans, car en fait, ma folie me guida, sur nombres de pistes, voire même chercher une propédeutique et oui... pour une fois dans ma vie, je me sentais à mon aise, prêt à relever ce défi, ce combat, où il me fallait vaincre l'ingéniosité du sort.
Il faut peut être que je le précise, peut être d'ailleurs faut il le dire, mon enfance fut vouée au chaos et mon corps, ainsi que mon cerveau peuvent sensiblement et sans force de preuve; en témoigner, blessures au corps et lambeaux de l'âme, décorèrent à tout jamais d'un sang incolore, mon visage; nul ne voit mes yeux pleurer, nul ne sent ma tristesse et l'abandon auquel, par une envie irrépressible je me suis lestement laisser aller, puisque je savais, qu'à un moment cette parodie s'anéantirait, dans le relâchement indéfectible de mon dernier souffle.
Si les premières années furent belles, une grande partie de mon existence fut bercée au vitriol.


Maintenant que j'abdique, du moins je le perçois ainsi, je voudrai retrouver en moi le goût d'être vivant, le goût de faire et de progresser, arriver en somme à l'équilibre et prouver, comme le dit Charles Baudelaire, que je ne suis pas le dernier des hommes et que je gagnerai à mon décès le suffrage des anges...

Bon, vous ne me connaissez que très peu, tout comme moi je ne vous connais guère, sauf lors de nos échanges que je dirai de sporadiques, mais j'aimerai posséder votre avis et surtout êtes-vous touchés par ce genre de malaise, cette remise en question, cette peur de mourir avant d'avoir construit, quelque chose de fiable?
Vous remerciant à l'avance
oyans
oyans

Messages : 2733
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Mes petits petons à potins Empty Re: Mes petits petons à potins

Message par zelle Jeu 30 Nov 2017 - 0:31

c'est ce que je vis dès que tout va mal.
J'ai l'impression de n'avoir rien fait.
De n'avoir de place nulle part. (en écrivant ceci je le décode en vieux français ou autrement en tous cas : une place nulle (annulée, zéro). aucune part.) comme si je disais : de n'avoir de quelqu'un nul intérêt).

la solitude fait ça je crois.
sinon t'écris super bien.

zelle

Messages : 1184
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 53
Localisation : à l' ouest

Revenir en haut Aller en bas

Mes petits petons à potins Empty Re: Mes petits petons à potins

Message par oyans Jeu 30 Nov 2017 - 16:15

oui zelle, lorsque nous sommes seul(e)s à entreprendre, quand nous n'avons que notre âme pour guide et nos yeux pour juger, il est à certain moments, difficiles de se méprendre sur nos efforts inlassables à trouver enfin, une place en ce bas monde.
Il nous faut du courage et de l'abnégation, afin de poursuivre notre chemin que nul n'aiguille.

Mais il y a aussi le côté humain, qui au cours de nos pérégrinations, chagrins et j'en passe, peut porter à certaines gens proches, du réconfort.
Merci pour l'écriture, cette écriture là, c'est pas mal d'années de travail où elle réside si tu veux tout savoir Smile .
oyans
oyans

Messages : 2733
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Mes petits petons à potins Empty Re: Mes petits petons à potins

Message par Douceurdusoir Jeu 7 Déc 2017 - 1:29

Mais il y a aussi le côté humain, qui au cours de nos pérégrinations, chagrins et j'en passe, peut porter à certaines gens proches, du réconfort.
Oui, ça suffit bien à donner du sens, c'est une base importante. Ca ne doit pas empêcher d'être ambitieux, d'essayer toujours de "construire", en gardant dans un coin de tête l'affection mutuelle que nous entretenons avec nos proches, simple, bienveillante, ça a une grande valeur.
Mon chemin ... j'espère toujours le meilleur, malgré la lassitude, pesante parfois, mes maugréades au quotidien ... Je devine qu'il doit passer au milieu de la grande tribu des Autres ... Mais pas satisfait, bien sûr, loin s'en faut, très loin ...

Douceurdusoir

Messages : 117
Date d'inscription : 22/10/2017
Age : 47
Localisation : Ile-de-France

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum