Écrire à n'en plus se reconnaître.

Aller en bas

Écrire à n'en plus se reconnaître. Empty Écrire à n'en plus se reconnaître.

Message par Boniface le Ven 24 Fév 2017 - 10:02

Bon jour, bon soir (du moins je l'espère), à toi qui me lira, à vous (si vous vous retrouvez à plusieurs à lire mon message) ?

On s'accommodera d'un, coucou.

Je voulais contribuer à l'exercice d'écriture, je me suis essayée au thème un, et ça donne ce qui suivra : une production hors du thème. Alors j'ouvre un fil pour la poster, pour partager. Soyez libre de vous exprimer, j'affectionne de vous lire.

Ça donne ce qui s'ensuit.:

Offense.



Irritant ta gorge par le claquement incessant de ta langue tu oses encore répudier tes larmes. Tu ravaudes maladroitement ton âme fatiguée par le chavirement de tes humeurs.

Pécheresse.


L'hypocrisie ravage ton être. Tu parais, gesticules et trébuches, abîmes donc le marbre du Créateur il ne te sera que plus reconnaissant de pouvoir rire des melliflus baumes que tu t'appliques. 

Tu souffres et ton cœur en sourit. Las de devoir voguer au gré de tes envies il ne se tient plus qu'aux bords de tes lèvres. La nausée de ses balades fais couler aux creux de tes reins des sueurs froides. Tes jambes convulsent, tu craques. Ton corps compose alors au rythme de tes sanglots. Tu relâches et tu sapes ton travail, ton souffle peine à retrouver son calme. Que tes inquiétudes se tarissent, on sonnera une fanfare sépulcrale quand ta bière passera sous les rayons d'une lunes aux rondeurs boréales.
 

De toute ta magnificence tu te mettras à guider le monde.



Et pourtant tu n'en restes pas moins hideuse, ricanant devant ceux que tu dégoûtes. La bohème minaude, tes joues rosissent. Elle n'est plus à cacher cette abjecte relation que tu entretiens avec elle. Tu n'es qu'amour pour ton prochain, susurrant à tout à chacun les folles envies de tes ardeurs. Tes baisers sirupeux ont le goût du nectar, toi qui est fade. J'en viens à avoir en horreur l'affection que j'ai pour ta personne.


Tes passions te dévoreront.



L'on t'ornera du laurier des empereurs faisant gesticuler ta carcasse meurtrie par la lame enfoncée dans ton dos. Les trompettes raisonneront quand le peuple brandira bien haut ta tête enfoncée dans un pieu. On se souviendra de toi, comme de l'éternelle catin qui fit s'abattre dans nos chaumières les maux du Paradis. 

Ils moquent mon pathétique état, s'étonnent de l'importance que je nourris pour toi. Ils émettent à longueur de temps quand mon regard se porte vague des suppositions insultantes. Je le sais, toi, tu ne ries pas car tu portes en compassion ma gangrène et récoltes à mains nues la bile que je déverse. Je ne veux plus te revoir. J'ai mal, les années s’écroulent autour de moi.

Louons le courage de l’Homme se targuant d’être lâche.


Je vois que le couchant du soleil concasse avec force la monotonie de la grisaille. L'azure du ciel ne me devient plus qu'un lointain souvenir. Le temps passe et sur moi tombe les entrailles du crépuscule. L'horreur d'un tel spectacle me ravit toute candeur. Le silence sonne le glas des espoirs immatures. A présent coule sur mes mains le violine du ciel de minuit. Les astres parent la voûte céleste d'un millier de splendeur. J'ai mal.

Que l’on m’achève mes forces m’abandonnent.

J'ai aimé.


Dernière édition par Boniface le Sam 25 Fév 2017 - 18:45, édité 3 fois
Boniface
Boniface

Messages : 105
Date d'inscription : 20/02/2017
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Écrire à n'en plus se reconnaître. Empty Re: Écrire à n'en plus se reconnaître.

Message par Invité le Ven 24 Fév 2017 - 10:43

T'es dur à lire, j'ai survolé (je m'intéresse qu'au style) je t'explique. T'as souvent des combos TTD, c'est show time à pas buter dessus, faut savoir éviter les pièges de l'allitération, faire que ça groove mode sexual healing plutôt que ça tappe et bute.

C'est bien cette petite alternance paragraphe phrase, ça file un rythme. Dommage que t'es pas encore l'oreille, l'écriture c'est aussi et surtout à l'oreille que ça se fait. C'est de la technique. Faut s'éduquer. Si tu veux de la douceur dans une phrase ou un texte évite les gutérales Rrrrr. Horreur, malheur, etc.

Regarde la façon d'écrire de Camus ou les passages de belles du seigneurs d'Albert Cohen c'est d'une pureté cosmique ! Le meilleur exemple qu'on peut te filer c'est que pratiquement dans toute les langues "Je t'aime" est sans gutérale... Ti amo, i love you, io tibia loubliou, je t'aime (l'espagnol à part mais y a pas de verbe pour aimer), enfin bref, ce que je veux dire c'est que tu dois (si tu veux progresser) piger que la base d'un bon texte, écrit dans n'importe quelle forme, c'est le rythme. Rythme veut pas forcément dire fluidité mais il implique un travail sur le son.

J'y vais, j'suis préssé. Si tu veux des conseils, ask mi (ou pas)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Écrire à n'en plus se reconnaître. Empty Re: Écrire à n'en plus se reconnaître.

Message par Boniface le Ven 24 Fév 2017 - 11:20

Merci bien à toi.

Je suis contente, que ça "soit dur à lire", parce que quand je me suis mise dans la peau de mon personnage pour rédiger ce texte j'étais emplis de ressentiment et je voulais en faire transpirer ma composition. Je ne veux pas mettre à l'aise mon lecteur, je le malmène volontairement (et surement maladroitement je le conçois).

J'ai lu la peste de Camus, je visualise ce que tu veux me faire comprendre. Je fais justement attention au rythme, mon texte je le lis à voix haute, chaque phrase, de nombreuses fois.

Mais si tu m'as fais cette remarque c'est que ça ne doit pas être aussi clair que je le pensais, je prends note. Je possède plusieurs façon d'écrire, plusieurs personnages, celui-ci est lourd dans son expression et un peu tape à l'oeil. Je vais te contacte effectivement, te faire parvenir l'extrait d'un autre texte, tu me diras (si le coeur t'en dit), si le problème du rythme se ressent une nouvelle fois.

Enfin bref, je vais creuser sur cette piste et faire attention.

Au plaisir d'échanger.

Pour imager, ce personnage aurait la "dent dure".
Boniface
Boniface

Messages : 105
Date d'inscription : 20/02/2017
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Écrire à n'en plus se reconnaître. Empty Re: Écrire à n'en plus se reconnaître.

Message par Stauk le Ven 24 Fév 2017 - 19:58

Spoiler:

Écrire à n'en plus se reconnaître. Cesar-10
Stauk
Stauk

Messages : 6462
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Écrire à n'en plus se reconnaître. Empty Re: Écrire à n'en plus se reconnaître.

Message par Invité le Sam 25 Fév 2017 - 3:04

C'est un peu trop "enrobé" pour moi à la lecture mais j'aime bien certains trucs. Si le texte n'est pas d'une lecture évidente, je pense qu'avec cette même nourriture, tu peux en faire deux trois poèmes sublimes Boniface....et là, je pense que tout ceci sera d'une cohérence folle.

Question d'enrobage pour moi. Je suis d'accord avec Pouchkina pour le rythme.  

J'y vois deux, trois poèmes à vu de nez, pas un texte.
Bref, je sens une poétesse Very Happy , après j'ai rien lu d'autres de toi.  

@ Si l'un de vous (Stauk, Boniface, Pouchkina), pour être sympas ( Wink ), est ok pour me critiquer le passage qui me pose soucis (je l'ai mis en "spoiler"), ce serait génial. Sujet "Piaf". https://www.zebrascrossing.net/t30050-citer-furtivement-piaf-dans-une-de-mes-nouvelles-est-ce-de-mauvais-gout.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Écrire à n'en plus se reconnaître. Empty Re: Écrire à n'en plus se reconnaître.

Message par Boniface le Sam 25 Fév 2017 - 18:34

Je prends en compte ton commentaire, merci beaucoup.

Je vais jeter un oeil quand j'aurai le temps.

Merci beaucoup.

Stauk très beau tableau, je l'aime beaucoup personnellement, qu'il puisse te venir en tête après la lecture de mon texte me ravie.

Merci à toi.
Boniface
Boniface

Messages : 105
Date d'inscription : 20/02/2017
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum