Tout ou rien, 0 ou 100 %

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par petrolette le Jeu 2 Fév 2012 - 9:41

J'ai parcouru les archives mais je n'ai pas trouvé de sujet similaire (si ça a déjà été évoqué, merci de me mettre le lien et excuser mon intervention intempestive !!).

Voilà j'aimerais savoir si comme moi vous fonctionnez régulièrement en tout ou rien, j'aime / j'aime pas, blanc / noir, etc etc. J'ai beaucoup de mal à nuancer... généralement je prends le temps d'observer les gens ou une situation et ensuite dans ma tête elle est "catégorisée" : je me suis fait un avis... et paf, ça reste, c'est comme ça. Je suis convaincue d'avoir raison (ce qui est souvent le cas d'ailleurs) donc à quoi bon trouver une nuance intermédiaire par la suite (vu que le cheminement a déjà été fait).

Même chose lorsqu'il s'agit d'une réaction à avoir : c'est souvent extrême, sans nuance. Je gueule ou je pleure, c'est rarement mitigé. Et quand il faut faire quelque chose, c'est fait "au complet", toujours super bien fait, jamais à moitié (perfectionnisme oblige).

Je me demande si cette dualité n'est pas dûe à l'attrait des limites, des extrêmes. Je m'explique : pour moi il est beaucoup plus intéressant de vivre aux extrémités étant donné l'intensité des émotions ressenties. Ce qu'il y a avant d'arriver " au bout" m'intéresse moins puisqu'on peut aller encore plus loin et ressentir encore plus. Du coup, je recherche en permanence un cadre, des limites avec des comportements extrêmes, comme si je devais canaliser mon impulsivité en touchant de plein fouet "là où ça s'arrête".

Qu'en pensez-vous ? Ressentez-vous également ce genre de choses ? Avez-vous essayer de contrôler tout ça, de nuancer... qu'est ce que ça vous a apporté ???

Merci pour vos contributions.

petrolette
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 41
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : GRENOBLE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par florangeté le Jeu 2 Fév 2012 - 10:04

j'ai l'impression que la nuance c'est aussi un dosage "subjectif" et du coup une prise de décision; et j'ai du mal avec les prises de décision ^^


florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par Saphodane le Jeu 2 Fév 2012 - 10:09

On m'a dit plusieurs fois, et on me dit encore, que je suis toujours dans les extrêmes. Par contre, pour moi, dans ma tête, ça n'est pas ça du tout : je réfléchis longuement à la situation (longuement, pour moi, c'est que ça occupe mes pensées en continu pendant plus de 24 h), j'élabore plusieurs solutions, et je partage ces solutions qui apparaissent comme étant les seules auxquelles j'ai pu penser, en attendant de l'autre un avis. Sauf que généralement, je me heurte à l'incompréhension... xD Du coup, je prends rapidement une décision, en choisissant généralement la plus sensée, au regard de la raison ET du ressenti.

Mais dans mes réactions physiologiques, oui, totalement. Quand je suis en colère, c'est grosse colère. Quand je suis triste, c'est très très triste et faut que je fasse gaffe à pas tomber dans la dépression. Quand je rigole, on m'appelle le phoque. Il m'est arrivé très souvent dans ma vie d'avoir des fous rires qui durent une demi-heure ou plus. Sans pouvoir m'arrêter.

Et quand je stresse, je stresse à fond les ballons, au point, comme hier, de faire une grosse baisse de tension et de rendre tout mon déjeuner... Arrêt de travail pour aujourd'hui, fortement conseillé par mon médecin. Je me sens pourtant beaucoup moins mal qu'hier, mais je dois avouer que là tout de suite, j'ai un peu mal au ventre... xD

Saphodane
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3002
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 31
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par petrolette le Jeu 2 Fév 2012 - 10:10

Tu veux dire qu'agir par impulsivité, c'est faire un acte sans réfléchir au préalable, donc c'est plus facile de prendre la décision ? Comme si pour agir, fallait le faire uniquement de manière impulsive pour être dans l'action sans passer par la case cérébrale ??

petrolette
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 41
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : GRENOBLE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par Nanana le Jeu 2 Fév 2012 - 12:40

J'ai l'impression que cette dualité est liée au processus d'idéalisation, de soi et du monde, lui-même lié au besoin d'absolu. Sauf que je pense que c'est un leurre : l'absolu, on ne peut l'atteindre qu'en acceptant la "réalité" telle qu'est est et en sortant d'une logique d'idéalisation. Alors, tu n'as plus besoin de chercher les limites. Et tu peux tout ressentir à fond. La plus petite émotion, qu'elle soit agréable ou désagréable, devient un raz de marée dont tu jouis pleinement. Ca veut dire quoi "avoir raison"?


Nanana
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1979
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 47
Localisation : bxl, ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par petrolette le Jeu 2 Fév 2012 - 13:03

Le besoin d'absolu qui correspond au fait de tout vivre à fond => est-ce que ça ne veut pas simplement dire qu'en étant dans l'extrême (donc avec du 100 %), les émotions sont elles-aussi à fond (donc on leur autorise à être là) et c'est A CAUSE DE ça qu'on a la sensation d'exister (ou de pleinement être là ) ??

petrolette
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 41
Date d'inscription : 14/01/2012
Localisation : GRENOBLE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par bepo le Jeu 2 Fév 2012 - 13:33

Avoir raison ca peut aussi vouloir dire continuer d'exister quand les autres veulent/préfèreraient que tu aies tord. La qualité de son "avoir raison" dépend aussi beaucoup de la qualité du "avoir tord" que l'on a appris par expérience, ou par non expérience d'ailleurs.
C'est là tout le problème de ce concept manichéen.
Concept qui a mon avis ne traduit que le fait que la cervau à conservé au cours de ses années d'évolution une capacité à privilegier une réponse rapide mais extrêmement approchée au solutions qui nécessitent une réaction rapide.
Spoiler:
C'est un peut comme l'histoire des processeurs, le pentium 4 dont le pipeline d'instruction était monumentalement long et qui pour compenser devait atteindre des fréquences très élevées aux point de risquer le coup de chaleur alors que les AMD K7 de l'époque (sempron et athlon), le battaient a plat de couture grâce a une fréquence plus faible (ex 1,8 Ghz pour une efficacité comparable au pentium 3Ghz). On peut continuer d'ailleurs avec la solution suivante qui a été 1) de généraliser une architecture à la AMD 5CF core solo) puis de parallèliser. Il y a aussi le recours aux jeux d'instructions qui permettent d’accélérer certaines tâches grâce à des approximation et un genre de calcul "instinctif", build-in et moins programable en profondeur (j'y connais rien l'assembleur et moi ca fait 2 lol)
Bon j'ai la flemme de connecter ma métaphore, un peu limite, mais qui met bien dans le bain des concepts qui me semblent utiles pour expliquer tout cela.

Le cerveau c'est pareil : réaction rapide et approximée, vs réaction complexe polysynaptique lente et précise. Avec en plus la possibilité de connecter les deux grâce au fameux réflexe conditionné dont mon grand père était adepte.

Bref je me fie juste aux témoignages du site qui semblent montrer de façon évidente que le QI ne permet en aucune façon de s'affranchir des diverses tours que les structures cérébrales dont la fonction est de promouvoir une réaction rapide (phobies en tout genre...). Je sais on n'aime pas ca de découvrir que notre petit cerveau nous vole la vedette non seulement concernant la propriété de nos propres idées, mais en plus se permet d'être à la fois con et irréfléchi en me^me temps qu'intelligent et posé.

Sinon pour en revenir au 0 ou 100% je l'ai pas mal fréquenté sans vraiment mettre les bon termes dessus, tout en ayant les sensation qui auraient du me mettre sur la voie (comme l'odeur qui saisit les personnages de dessin animés par le bout du nez). Sinon il en est question dans le site mais de façon diffuse me semble t'il. Il faudrait s'adresser aux pros de l'indexation sur le forum, s'est pas mon fort moi.

Il y a aussi le phénomène de l'apprentissage onirique. C'est là que le cerveau se débarrasse de sa capacité de réflexion, supprime touts les noeuds de décision inutiles, pour ne conserver que la chaine neuronale la plus courte, que le système limbique a favorisé a grands coups de dopamine. On connait tous ça dans les morceau de musique, quand au milieu d'un morceau parfaitement maitrisé, tout d'un coup un bruit réactive la machinerie cérébrale lourde, et que brutalement les tâches de fond volent la vedette au programme musical en cours d’exécution avec pour conséquence parfois un trou de mémoire. (Sous Linux y'a des noyaux temps réel pour palier le problème. PS si quelqu'un déniche un firmware pour humain du même genre qu'il me file le lien). D'ailleurs tout le monde a expérimenté ce mécanisme : la veille le morceau passe pas, le lendemain, c'est magique. C'est pas qu'on est devenu plus intelligent le lendemain.
Ni plus con d'ailleurs.
PS je recommande ce test réalisé sur des singes qui nous battent a plat de couture pour mémoriser en temps réel une séquence de 10 chiffres de 0 à 9, sans remise. Il leur faut un 10 aine de milliseconde, laps de temps pendant lequel le meilleurs humain ne retiendra qu'une séquence de 5-6 chiffres au mieux.

Bon c'est n'importe quoi mon message. Tout dans le désordre. Bon sa majesté Qwerty autorise que l'on zappe son post si besoin (lol autodérision, vous n'avez pas besoin de mon aval pour ça !!)

Sinon moi je vous dit qu'il y a forcément un gène genre TDA/H un peu spécifique dans l'histoire. On rêve eveillé en fait.

bepo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2509
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par bepo le Jeu 2 Fév 2012 - 13:40

Ah oui merde, pensez aussi à la sensibilité aux phénomènes de groupe, à la sensibilité a la mode, au implicites sociaux.
Pensez à ce brin d'anarchie qui animent certains d'entre nous. Comme si tout refaire, revisiter était la condition sine qua non.
On est je crois en quelque sorte de peer reviewer particulièrement incrédules. Est ce qu'un peu d'inattention ne favoriserait pas un peu la chose. Genre au hasard un système dopaminergique un peu déficient.

bepo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2509
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par Laurinette le Jeu 2 Fév 2012 - 15:26

Saphodane a écrit:On m'a dit plusieurs fois, et on me dit encore, que je suis toujours dans les extrêmes. Par contre, pour moi, dans ma tête, ça n'est pas ça du tout : je réfléchis longuement à la situation (longuement, pour moi, c'est que ça occupe mes pensées en continu pendant plus de 24 h), j'élabore plusieurs solutions, et je partage ces solutions qui apparaissent comme étant les seules auxquelles j'ai pu penser, en attendant de l'autre un avis. Sauf que généralement, je me heurte à l'incompréhension... xD Du coup, je prends rapidement une décision, en choisissant généralement la plus sensée, au regard de la raison ET du ressenti.

Mais dans mes réactions physiologiques, oui, totalement. Quand je suis en colère, c'est grosse colère. Quand je suis triste, c'est très très triste et faut que je fasse gaffe à pas tomber dans la dépression. Quand je rigole, on m'appelle le phoque. Il m'est arrivé très souvent dans ma vie d'avoir des fous rires qui durent une demi-heure ou plus. Sans pouvoir m'arrêter.

Et quand je stresse, je stresse à fond les ballons, au point, comme hier, de faire une grosse baisse de tension et de rendre tout mon déjeuner... Arrêt de travail pour aujourd'hui, fortement conseillé par mon médecin. Je me sens pourtant beaucoup moins mal qu'hier, mais je dois avouer que là tout de suite, j'ai un peu mal au ventre... xD

Et pour aller dans ce sens, j'ai aussi réalisé un truc assez délirant, mon corps a une mémoire du stress, même quand le stress n'y est plus. Je m'explique :
J'ai depuis mon enfance une peur phobique du dentiste. Donc souvent, avant le RV je suis malade physiquement de trouille. La diarhée, quoi. Je sais c'est pas reluisant...
Mais il m'est arrivée plusieurs fois de me laisser "apprivoiser" par des dentistes auxquels je faisais totalement confiance, et en particulier pour des soins hyper simples et non douloureux (genre recoller une couronne tombée; un point de colle, serrez les dents, voilà c'est fini).
Eh bien ça m'est arrivé plus d'une fois de me réveiller le matin avec les symptômes que j'évoquais plus haut, en les attribuant à une éventuelle gastro, pour réaliser en ouvrant mon agenda, ah ben oui, c'est aujourd'hui le RV chez le dentiste. Dingue non ? J'ai un inconscient qui mémorise les dates, lol.

Et pour les décisions à réfléchir en long et en large pendant 24 heures ou plus, je connais bien. Mais souvent c'est plus dans le domaine créatif. Un exemple aussi :
Je devais poser des rideaux pour cacher un coin penderie dans notre chambre. Très vieille maison, il faut accrocher une tringle sur une poutre qui est inclinée à la fois de haut en bas et de droite à gauche, et que le tout n'ait quand même pas l'air de se casser la gueule.
Je n'ai jamais rien fait de tel, ni bricolage, ni couture.
J'ai réfléchi pendant 1 mois étape par étape, en identifiant à chaque fois toutes les possibilités qui s'offraient à moi, toutes les difficultés que je pouvais rencontrer aussi... Bref, C'était un truc super complexe mais j'ai tellement bétonné dans ma tête quand quand j'ai été prête j'ai fait ça en un après midi et ça a été parfait.
Souvent on me dit que je suis douée de mes mains, surtout que je travaille de tête, sans patron, sans modèle... Mais c'est tellement réfléchi à l'avance que c'est comme je suivais un mode d'emploi hyper détaillé dans ma tête, en fait il n'y a aucune improvisation dans la réalisation !

Et pour en revenir au sujet initial, Oui j'ai besoin de bétonner à l'avance à l'extrême, je ne me lancerai jamais dans la réalisation d'un truc si je ne suis pas 100 % certaine à l'avance que ce sera parfait. Je supporte pas l'échec. Donc il faut que j'ai identifié à l'avance toutes les sources possibles d'échec pour en créer une parade toute prête le cas échéant.

Laurinette
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 247
Date d'inscription : 31/12/2011
Age : 47
Localisation : Dans les vignes de Champagne

http://www.moncoindetable.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par Nanana le Jeu 2 Fév 2012 - 17:53

petrolette a écrit:Le besoin d'absolu qui correspond au fait de tout vivre à fond => est-ce que ça ne veut pas simplement dire qu'en étant dans l'extrême (donc avec du 100 %), les émotions sont elles-aussi à fond (donc on leur autorise à être là) et c'est A CAUSE DE ça qu'on a la sensation d'exister (ou de pleinement être là ) ??

Oui, je pense que ce sont nos émotions qui nous rendent vivants... Mais seules celles qui émanent de ce qu'on vit au moment où on le vit font qu'on est pleinement là. Celles qui viennent de nos projections (comme celles dont parle Laurinette), on peut s'en servir (pour se faire du bien de préférence, enfin, moi je préfère), mais si on leur accorde une valeur, je pense qu'on en arrive à passer à côté de sa propre vie.

Quand je dis "tu peux tout vivre à fond", je veux dire que tu n'as plus besoin de passer par des extrêmes pour ressentir à 100%. Pour ce que j'en sais à partir de ma propre expérience, je fonctionnais en tout ou rien quand j'avais peur de mes émotions et que je ne leur permettais pas de s'exprimer, sauf quand il n'y avait pas moyen de faire autrement pcq tellement fortes que submergeantes. Il me semble que c'est ce que tu dis ici aussi :
qu'en étant dans l'extrême (donc avec du 100 %), les émotions sont elles-aussi à fond (donc on leur autorise à être là)

qwerty a écrit:Il y a aussi le phénomène de l'apprentissage onirique. C'est là que le cerveau se débarrasse de sa capacité de réflexion, supprime touts les noeuds de décision inutiles, pour ne conserver que la chaine neuronale la plus courte, que le système limbique a favorisé a grands coups de dopamine.
je ne sais pas si c'est ce que tu as voulu dire, mais ça correspond bien à ce que j'entends par "vivre" : être dans la perception sans en passer par le jugement (dans le sens de donner une signification) sur ce qu'on vit, au moment où on le vit.

Nanana
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1979
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 47
Localisation : bxl, ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout ou rien, 0 ou 100 %

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum