Toc, toc

Aller en bas

Toc, toc Empty Toc, toc

Message par Souleo le Jeu 4 Avr 2019 - 11:50

Bonjour tout le monde,

Après une recherche sur les relations amoureuses quand on est HPI, je suis tombée sur cette discussion du forum qui m’a beaucoup touchée :
http://www.zebrascrossing.net/t37760-1er-mail

Et j’ai décidé de m’inscrire, voici donc ma présentation  Smile

J’ai été « diagnostiquée » (je n’aime pas trop ce mot, mais faute mieux…) il y a 3 ans, et ça m’a beaucoup aidée à me comprendre, à m’accepter et à cesser de me traiter mentalement de « pauvre fille » (oui oui, promis, j’ai arrêté  Very Happy ) dans des situations qui semblaient totalement faciles pour les autres, et inconfortables, insupportables, voire illisibles, pour moi.

Comme par exemple faire la bise au boulot (je suis une femme) : je me suis rendue compte à quel point ça m’envahissait, cette impression quand les autres s’approchent, qu’ils « rentrent » à l’intérieur de moi. Ça m’épuisait, j’en étais venue à me murer dans mon bureau, à prétexter très souvent des microbes en tout genre… Jusqu’à finalement reconnaître le stress adaptatif que cela représentait pour moi, toute cette fatigue qui en découlait… et depuis je serre la main (et je kiffe  Cool ).

Ou alors cette non-maîtrise de l’implicite : il y a qq temps, une amie a invité du monde pour une soirée chez elle, en indiquant dans son message « je veux toutes les filles en infirmières et les garçons en Dr Ross » (les vrais savent Very Happy) je vous laisse devinez qui est la seule à s’être pointée à la soirée, déguisée en infirmière…  Rolling Eyes
Et franchement, plusieurs mois après, je me demande encore : mais comment ont fait les autres pour savoir que c’était une blague, bon sang ???

Ou encore la prosopagnosie : je ne reconnais aucun visage si je le vois hors contexte ; ça donne des situations qui vont de mortifiantes à pénibles en passant par franchement comiques. A l’époque où j’étais mariée, je me souviens avoir croisé mon mari dans la supérette de notre quartier alors que ça n’était pas prévu, et m’être dit : « Ah punaise il est pas mal lui ». Je vous rassure passé qq secondes je l’ai reconnu  Laughing

Sans parler de toutes ces extra-sensorialités (les supermarchés sont une invention du diable, on est bien d’accord !), le fait d’avoir beaucoup de mal avec le bruit, avec la foule… Et quand j’ai faim j’ai très très faim, quand j’ai chaud j’ai très très chaud (punaise ça va être sympa la ménopause  Very Happy )… je ne vous fais pas de dessin, je suppose qu’on est nombreux.ses ici à ressentir cela.

Bien sûr je suis une très bonne candidate pour l’hypersensibilité / l’hyperémotivité… et franchement je m’en passerai bien, surtout en ce moment.

Voilà, je vais m’arrêter là ; et comme ma problématique du moment c’est « comment puis-je faire pour éviter que mes « hyper » (sensibilité, émotivité…) ne nuisent à ma relation amoureuse », je m’en vais de ce pas sur la discussion que j’ai cité plus haut.

Je vous souhaite à tou.te.s une bonne journée  Smile
Souleo
Souleo

Messages : 3
Date d'inscription : 03/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Toc, toc Empty Re: Toc, toc

Message par Saxifrage* le Jeu 4 Avr 2019 - 12:02

Bienvenue !
Bonne lecture !^^
Bon appétit ! Dent pétée
Bonne journée et auplaisir de te croiser zici zoulà !
flower
Saxifrage*
Saxifrage*

Messages : 10118
Date d'inscription : 07/06/2018
Localisation : Dans l'oeil du cyclone

Revenir en haut Aller en bas

Toc, toc Empty Re: Toc, toc

Message par izo le Jeu 4 Avr 2019 - 12:08

Bienvenue ici Souleo ; (je reste très perplexe avec ladite blague car je ne vois absolument pas la subtilité... ) !
J'espère que tu vas bien t'amuser ici.
Je te serre la main té
izo
izo

Messages : 3226
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

Toc, toc Empty Re: Toc, toc

Message par Mentounasc le Jeu 4 Avr 2019 - 14:46

Bonjour et bienvenue

Comme toi, je suis "atteint" par plusieurs "hypers" : sensibilité, émotivité, affect, sexualité, empathie…
Si j'en ai beaucoup souffert durant mon enfance, ça s'est atténué avec la puberté, sans que je sache vraiment pourquoi.
A 62 piges maintenant, après quelques mois d'analyse et de psychothérapie, et, surtout, au prix d'une intense réflexion sur mon ressenti et de nombreux plongeons sur mon passé, j'ai identifié ce qui m'a permis de surmonter le problème.

Pour te l'expliquer, je vais te donner un exemple.
Mais je vais détailler pour que tu piges où je veux en venir.
Mon hypersensibilité et émotivité se manifestent notamment quand je vois un film "plein de bons sentiments". Je parle pas de trucs "à l'eau de rose" ou "surjoués", non, mais de films avec des scènes qui sont visiblement ressenties par les acteurs, où tu as un air de "vrai" qui te fait littéralement entrer dans le sujet puis fondre d'émotion.
Le prototype de ce genre de films c'est "La Ligne Verte", chef d'œuvre incontournable qui t'amène à une réflexion sur la peine de mort.
J'ai dû le voir une bonne cinquantaine de fois. Evidemment, je me le repasse souvent, et s'il est programmé à la TV, je ne le loupe pas...
Et pourtant il me fait toujours le même effet : je chiale comme un môme sur certaines scènes.
Sauf à deux reprises : une fois il y a 7 ou 8 ans, et une autre fois il y a 2 ans. Dans les deux cas, c'était dans le cadre d'activités extérieures, je partageais le visionnage avec des gens qui n'étaient rien de plus pour moi que des relations épistolaires, même pas amicales ou de copinage. J'ai pris "la Ligne Verte" comme exemple, mais ce que je vais t'expliquer maintenant s'applique aussi à d'autres films ou œuvres diffusées en public, j'ai pu le vérifier.

En fait, si je "lâche" les chevaux de mon émotion, c'est parce que je me sens "en confiance". Que je sois seul ou avec des amis, la fontaine coulera. En revanche, entouré d'un milieu dont je pense qu'il peut être hostile, je domine ce que je ressens et je parviens à surmonter la réaction instinctive.
Donc, à moins d'être surpris (ce qui arrive encore souvent), lorsque je sais que je risque d'être submergé, je cherche s'il y a un "facteur hostile" autour de moi. J'arrive assez bien à en trouver, des fois c'est même un peu à la limite du comique car si je n'en trouve pas j'en viens à imaginer des trucs dingues…, mais l'avantage c'est que ça bloque ma mise en confiance, et donc je suis beaucoup plus maître de moi-même.

L'inconvénient est celui que j'annonçais : quand il y a "surprise".
On ne peut pas toujours prévoir une émotion.
Et là, je n'ai pas de recette, je fais avec, je gère, voire je "noie le poisson" en prétextant une allergie ou dieu sait quoi.

Franchement, je ne sais pas si d'autres personnes (HP ou pas) sont arrivées aux mêmes constatations sur l'origine de leurs troubles émotifs. Et je ne sais pas non plus si "ma méthode" peut s'appliquer à d'autres.
La seule chose utile que je puisse faire, c'est partager, dans l'espoir que ça profite au moins à quelqu'un(e).  

Je t'envoie mes meilleurs vœux de maîtrise…
Zébresquement
Mentou
Mentounasc
Mentounasc

Messages : 227
Date d'inscription : 16/01/2019
Age : 63
Localisation : Autour de Monaco

https://www.jecontacte.com/profil/Mentounasc

Revenir en haut Aller en bas

Toc, toc Empty Re: Toc, toc

Message par Souleo le Jeu 4 Avr 2019 - 19:21

Merci pour votre accueil flower
izo a écrit:(je reste très perplexe avec ladite blague car je ne vois absolument pas la subtilité... )
Et bien pour être honnête je ne vois pas non plus Smile
A part peut-être le fait qu'ils avait eu auparavant des échanges et des blaques sur la série Urgences... Mais ça n'explique pas pourquoi tout le monde a compris que c'était une blague, sauf moi!
L'implicite ne s'explique pas, c'est ce qui le rend compliqué Smile
Souleo
Souleo

Messages : 3
Date d'inscription : 03/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Toc, toc Empty Re: Toc, toc

Message par Souleo le Jeu 4 Avr 2019 - 19:27

Merci Mentou, tes mots me touchent beaucoup, et raisonnent particulièrement avec ma problématique du moment

Mentounasc a écrit: En fait, si je "lâche" les chevaux de mon émotion, c'est parce que je me sens "en confiance". Que je sois seul ou avec des amis, la fontaine coulera. En revanche, entouré d'un milieu dont je pense qu'il peut être hostile, je domine ce que je ressens et je parviens à surmonter la réaction instinctive.


Oui, je pense que je fonctionne comme ça également. A méditer donc, parce que ça m'éclaire sur mes problèmes relationnels actuels Perplexe
La surprise joue des tours aussi, et j'ai l'impression que c'est d'autant plus vrai quand je ne suis pas "alignée" avec mes ressentis. Ce qui peut se produire pour de multiples raisons.

Merci pour les voeux de maîtrise en tout cas, j'y travaille Ange
Souleo
Souleo

Messages : 3
Date d'inscription : 03/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum