L'élocution des Asperger

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Jeu 22 Mar 2018 - 8:24

@noir : merci pour ces précisions, j'ai lu le spoiler et c'est drôle, les "jardins secs" sont un sujet qui m'intéresse - il me semble qu'avec le réchauffement climatique et la nécessité d'économiser l'eau, c'est un point d'avenir.
Je me reconnais bien dans la synthèse que tu proposes sur le profil aspie. A l'arrivée de mon diagnostic, j'aurai au moins appris, que je sois aspie ou non, que j'ai des affinités évidentes avec eux. Je ne vois plus le monde de la même façon depuis que je me suis penchée sur cette question.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par fift le Jeu 22 Mar 2018 - 9:53

noir a écrit:

Ce fut transmis par Orphane, issus d'un doc aspie
et je trouve que c'est la synthèse la plus complète (même brève) du profil Autistique
et qui vaut bien des tartines et autres bouquins de divers poils pour percevoir l'étendue d'un profil autistique (vis à vis de ce qui ressemble de près ou de loin en manifestations)


"- Leur aptitude à devenir des experts dans leur domaine de prédilection
- Leur authenticité dans la relation : absence de calcul, sincérité
- Leur sensibilité à un monde plus juste, plus humain
- Leur esprit scientifique, entre explorateur et anthropologue
- Leur compréhension décalée mais complémentaire et distancée de notre monde
- Leurs perceptions aiguisées
- Leur courage et leurs efforts à tenter de répondre aux attentes du monde social
- La grandeur et l’intensité de leur monde émotionnel
- Leur précision, leur soucis du détail
- Leur plein engagement dans les activités qui les passionnent
- Leur capacité à garder un regard d’enfant, à s’émerveiller de toutes petites choses ".

http://www.zebrascrossing.net/t28158-articles-relatifs-au-syndrome-d-asperger-et-aux-troubles-du-spectre-autistique

Cette d'ailleurs de cette rigidité qui rend palpable de certaines réticences aux changements.
(peut-être est-ce de cela que tu ne te reconnais pas pleinement dans le profil "aspie" ? ) cf:


Bonjour Noir,

Si je peux me permettre, l'ensemble des caractéristiques que tu mentionnes me paraît très transposables aux HP non Aspie, non ?
Perso, même si j'ai eu par le passé quelques questionnements quant à un potentiel autisme, je ne me considère pas comme Aspie mais me reconnais à 100% dans ces traits.
D'après ce que j'en ai déduis, c'est surtout dans l'intensité qu'on observe la différence entre certains profils HP et des aspies.

Me plante-je complètement ?

fift

Messages : 4438
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 43
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par noir le Jeu 22 Mar 2018 - 18:11

Bonjour zebra sara et fift,
si ce n'est trop tard je répondrai probablement sur samedi (au risque d'être plus que bref maintenant ^)
(jardins, vent, théorie des petites cuillères et mon neurone - obligent..)

(j'éditerai ce message)

--
EDIT
(de plus c'est assez long, mais ça je le présentais..)


@zebrasara

zebrasara a écrit:@noir : merci pour ces précisions, j'ai lu le spoiler et c'est drôle, les "jardins secs" sont un sujet qui m'intéresse - il me semble qu'avec le réchauffement climatique et la nécessité d'économiser l'eau, c'est un point d'avenir.

jardins:
Sur les jardins c'est / c'était une des visées originelles..
avec aussi le fait qu'avec des plantes adaptées dont au sec, les jardins sont plus faciles à vivre et moins couteux à l'usage : pas d'installation et frais liés à l'irrigation, pas de traitement (les plantes ne tombent pas malades), moins d'entretien
(et donc aussi moins de sous / travail / pour le professionnel derrière car ça se gère facilement et tout est adapté, ce qui est un moins de rentable aussi).

Et avec le recul, ce qui m'a manqué en n°1 est de maitriser la production des plantes – j'en eus / fait un peu mais rien de valable pour une base tangible d'aménagement, ça c'était mon pire problème niveau incertitudes générées, car ce sont pour part des plantes un peu spéciales au milieu de plus communes à communes. J'avais et ai un problème de superficie facilement accessible et suffisamment grande. J'aurai du envisager de la place, quitte à supprimer ou créer de la surface plane (avec un pote Cresus ça aurait pu aider). A côté ou vers chez moi, y a rien de valable et rien de sérieux pour une base stable : 1 bonne plante par ci, 2 bonnes plantes par là, et encore ca dépend de l'époque de l'année ou du moment où l'on passe ! Sans parler des essais de commandes divers : pas bon ! Ou j'aurai du me fixer sur des commandes depuis Montpellier (au moins faire l'essai) mais je me suis à l'époque bloqué sur la livraison et la réception de plantes, en semaine, qui me générait de l'incertitude par rapport à ce qui peut être programmé en travail régulier, et le fait que je ne puisse demander à personne de réceptionner le cas échéant – et ce n'est pas le genre de livraison qu'on peut aller redéposer au point relay ou représenter le lendemain par la factrice ! Et pour y aller, c'est du 5h de route aller-retour. J'y suis allé une paire de fois, au tout début (un peu avant) pour voir et puis apprendre, après j'en ai fait mon jardin (200 espèces environ, à un peu moins maintenant, qq unes ont passé la feuille à gauche !, mais toutes adaptées, dont une part de là-bas et autres communes + d'ailleurs divers et autres dans les plantes grasses / cactus) et une paire de fois autre, pas plus : 2 fois – j'y ai bcp photographié aussi. Jardin censé montré (et ce fut le cas un peu) d'un exemple de réalisation avec de ses plantes en outre, et un jardin sans arrosage.
Mais par la suite , et sans base de travail un peu sure et claire au niveau fournitures, difficile voire impossible de composer et donc de proposer avec aise « relative ».

Et à proprement parler des plantes et jardins secs,
peut-être les connais-tu ceux-là ? ce sont des avant-gardistes, des gens passionnés et des scientifiques ! http://www.jardin-sec.com et à recommander : leur bouquin : « Pour un jardin sans arrosage ». Et en plein détails de toutes toutes les plantes mais pas ou peu de photos : le catalogue. Dans le bouquin, il y a de la mâche déjà, et pas du légume ^ Et à l'intérieur du site, l'on peut s'y balader et voir.

zebrasara a écrit:Je me reconnais bien dans la synthèse que tu proposes sur le profil aspie. A l'arrivée de mon diagnostic, j'aurai au moins appris, que je sois aspie ou non, que j'ai des affinités évidentes avec eux. Je ne vois plus le monde de la même façon depuis que je me suis penchée sur cette question.
Je ne suis que peu surpris de tes commentaires (hors la toute fin bien sûr !) Mais je crois comprendre de ce qu'il peut en retourner au moins en substance.
Et j'ai d'ailleurs pu voir par hasard et par ailleurs ton courage de « samouraï » - cf ton code me semble-t-il - à l’œuvre, et qui doit se retrouver dans le « juste et humain ». Et ce qui pour moi fut « drôle » est que j'eus il y a qq temps (paire d'années = environ 2) en même situation de personne et contexte, un agissement de cet ordre. Parmi les accessoires (mais qui ne le sont pas ou pas tant), j'eus hésité à te poster cela : https://youtu.be/Otdj8WCdaac en passant « par chez toi » à un moment - c'est fait -  et qui fut la seule chanson (ma 1ère) que j'eus à une époque failli chanter en public (petit) en m'accompagnant à la guitare et qui « n'eut » comme « validation » ou existence partagée qu'une représentation téléphonique à mes parents dans les temps précédents – les montagnes étaient hautes à gravir mais j'avais à cette époque tenté cela et pas si ou complètement loin d'y parvenir. Me fallait aussi par avance apprendre à jouer de la guitare et à chanter ! (et de voir de mes usages et sensibilités de doigts variables, d'autant après avoir fait de la tronçonneuse ou équivalent ! Ainsi que coordination et mémoire de travail non excellentes. M'orienter vers un prof de guitare aurait aussi pu m'aider un peu.. et quant à me mettre devant des gens, j'avais déjà acquiescé de la difficulté !




-------------------

@fift



fift a écrit:Si je peux me permettre, l'ensemble des caractéristiques que tu mentionnes me paraît très transposables aux HP non Aspie, non ?
Non, à variables diverses

Tout d'abord je viens préciser qu'il s'agit pour partie de la face un peu cachée de l'autisme (ici type ou « niveau » aspie),

en complétant ma dénomination de « profil autistique » qui intégrait que d'autres autistes peuvent se retrouver là-dedans, et surtout là où les clichés (et où l'évolution des connaissances scientifiques) viennent à être démentis parce que les fonctionnements sont mieux compris. En outre sur le volet des émotions principalement et sensibilités. Et sur le rapport ou regard à l'autre extrapolé au monde humain / non humain des autistes en font part et témoignent de cet état de considération.

Il est et sera bientôt finie l'image de l'autiste dénué d'émotions, de sensibilité, tourné et retourné sur lui-même uniquement – ça se sont les clichés de surface et vues effectives possibles de surface (et aussi l'état des connaissances anciennes et qui traînent encore un peu, et dans l'image populaire et sans doute dans les anciens usages professionnels qui vont tarder à évoluer, avec aussi des critères qui les intégreront – à présent ce n'est qu'un peu le cas dans le DSM5 mais ça ne pèse pas lourd alors que c'est essentiel et constitutif pour part).

Ce sont les outils pour aller vers l'autre (et y rester) qui manquent ou défaillent mais pas le souhait. Comme de s'intéresser aux autres et au monde, c'est possiblement effectif mais avec de la distance. (1)

Par exemple une autiste non-verbale comme Hélène Nicolas cochera à tout (il suffit d'aller la lire ou d'écouter des lectures de ses écrits)– juste en réfléchissant sur la notion d'experte – là je n'ai pas la réponse, et dans les directions que l'on peut prendre et considérer cette notion, et son champ et son temps ; à savoir que dans 20 ans, il n'est exclu qu'elle puisse s'approcher sur un volet particulier de ce qui peut se considérer de l'expertise.
Temple Grandin, autiste, coche aisément tout.
Et Schovanec, autiste asperger, coche aisément à tout aussi.

Après, ils sont autistes, et par avant ce sont les difficultés des autistes : interactions sociales, communication verbale et non verbale – qui bien sur elles demeurent. A voir si certains comportements répétitifs exacerbés et non agréables ne pourraient exister et donc devenir « difficultés » mais dans l'ensemble les intérêts restreints ne sont « une difficulté ».


Aussi, je me suis gardé de transmettre ce qui entamait le paragraphe :

"POINTS FORTS
Il y a les difficultés … et il y a tous leurs potentiels"


parce que je ne validais que l'emploi de « difficultés ».
Je ne validais pas « POINTS FORTS » ni « tous leurs potentiels »
mais considère ce qui était évoqué comme « des états ».

Aussi, avais-je intégrer : « vis à vis de ce qui ressemble de près ou de loin en manifestations »
soit ce qui ressemble de près ou de loin à un comportement ou profil de « type autistique », avec difficultés d'ordre sociales et autres éléments de cet ordre.



Sur ce, j'en arrive aux différentes mentions, compléter mon « non, à variables diverses » et dans les ordres d'équivalence avec HP. Pfiou !


En commençant par peut-être du facile:

Like a Star @ heaven - Leur authenticité dans la relation : absence de calcul, sincérité
Sur ce point (comme qq autres) il est sans doute peu à différentier HP de non-HP, et relèvera davantage de la personne ;
en intégrant plusieurs points vis à vis de l'autisme et relier tout ça qui est chez les autistes une tendance à ne pas avoir de gros égos, donc plutôt petits égo – cela se comprend à tendance dans l'autisme du fait d'une certaine distanciation sociale de longue date, d'éloignement social (car le social et interactions sont difficiles) et les parts égotiques relèvent d'un enjeu social. Si l'on est seul, il est personne contre qui se battre ou montrer que l'on est plus beau, le plus fort ou le plus intelligent. Seul sur une île, même le cocotier s'en fout !  rendeer
Alors une personne autiste a tendance à s'en foutre. Comme « la compétition » n'est pas une tendance autistique majeure ou « le besoin de reconnaissance ». Tous ces facteurs relèvent d'un ordre social et vont impliquer interactions, positionnement social et jeu social. Et dans le jeu social, l'on est dans le calcul et des défauts de sincérité possibles. Et ce forum, comme des autres non spécifiques, relève pour part de jeu social et bien sûr fait par des personnes qui participent à leur jeu et avec leurs rôles. Et pour bien préciser sur un fond qui relèvera davantage de la personne, et ce n'est tout le monde, mais c'est peu ou prou comme ailleurs : HP- non-HP
Il y aurait encore plusieurs choses mais ici suffit déjà à invalider de l'équivalence ou transposition !
Rapidos : la tendance et difficulté à mentir chez les autistes. Pas le cas des non-autistes ! En tendance ! Et c'est direct dans la fouille de la non-sincérité. Là, je n'ai pas les clés pour comprendre. «  Je l'aurai un jour, je l'aurai ! »^)

Like a Star @ heaven - Leur précision, leur soucis du détail
Comme précédemment,  il est sans doute peu à différentier HP de non-HP, et relèvera davantage de la personne. Il faudrait s'étendre sur les champs en question et cadres : type : une personne peut être précise sur telle action ou tel objet, et l'être moins sur d'autres choses.
Dans l'autisme c'est possiblement partout, en tous contextes avec juste peut être des variables plus fortes en ce qui concerne l'expression : écrite comme orale, parce que les transcriptions peuvent défaillir. Mais dans l'ensemble, c'est assez différentiable avec les non-autistes. Assez manifeste globalement si l'on va lire des personnes autistes sur forums aspies et qu'on lit sur d'autres (ici et non-spécifique).

En rajout (du doc précédent) :
La théorie de la pensée systémique (S. Baron-Cohen) vient apporter une autre lecture de la pensée en détails autistique : La personne autiste est une scientifique, elle étudie tous les possibles avant d’établir une « vérité ». Le neurotypique, lui, accède d’abord à une vision globale, puis identifie des exceptions et des contre-vérités.

En complément, il est une tendance assez à très factuelle des autistes, cela se retrouve dans les expressions et les appréciations sur ce volet. Je pense que c'est à relier pour bonne part à un mode de pensée visuelle prédominant bien souvent. Et ce qui se relie un peu là « à la pub de la MAF » relative au mensonge.. à savoir qu'une image ne ment pas, l'image est – et une suite d'images sont des suites de faits. Il y a et doit y avoir d'autres paramètres, mais celui-là peut être de la partie. « Je l'aurai un jour, je l'aurai ! »

Like a Star @ heaven - Leur compréhension décalée mais complémentaire et distancée de notre monde

Comme précédemment,  il est sans doute peu (mais un peu davantage quand même) à différentier HP de non-HP, et relèvera davantage de la personne. A savoir que divers personnes et profils « neurotypiques » peuvent présenter distance et décalage, y compris et/ou induite, et qui « toucheront » la pensée ou compréhension. Cela concernera davantage de personnes HP que non-HP mais ce n'est pas très « spécifique HP ».
Sur le champ de l'autisme, c'est plus étendu, cf (1) : « Ce sont les outils pour aller vers l'autre (et y rester) qui manquent ou défaillent mais pas le souhait. Comme de s'intéresser aux autres et au monde, c'est possiblement effectif mais avec de la distance. » en outre.

Like a Star @ heaven - Leurs perceptions aiguisées
là, c'est assez assimilable d'ensemble – mais il reste des distinctions, cf le paragraphe sur la précision et soucis du détails – et sans doute d'autres à apporter : par exemple la distanciation précédente, ou même les mentions sur l'égo : avec moins de ce qui « parasite » ou peut « parasiter », la perception peut-être d'autant meilleure. Et par là, je le rereprécise c'est une variable dépendante de la personne, qu'elle soit HP, non HP.

Like a Star @ heaven - Leur courage et leurs efforts à tenter de répondre aux attentes du monde social
Une personne autiste et différente de ce fait aura une tendance à ne pas vouloir être différente, ce pourquoi les efforts pour s'adapter, « camoufler » les difficultés, enfin essayer au plus et parfois pour part en vain dans certains contextes, d'où les épuisements toussa toussa.
Et ce n'est pas le cas à ces niveaux des HP uniques, à tendance, et sur ce mécanisme précis.

Like a Star @ heaven - La grandeur et l’intensité de leur monde émotionnel
Là, bcp de HP peuvent s'y retrouver et une autre part pas du tout.
Chez les personnes autistes, et en prenant le support des données et connaissances récentes en la matière qui donnent une part importante au volet des sensibilités et émotions – c'est en ce contexte assez généralisé, en tendance. Seulement, il restera possiblement  des barrières qui ne seront des états mais de leur retranscription et compréhension aussi. Voir de leur sur-intensité - et en cumulé qui engendreront des choses comme blocages / mutisme / colères / repli / coupures.

Like a Star @ heaven - Leur capacité à garder un regard d’enfant, à s’émerveiller de toutes petites choses ".
Là, ça peut se retrouver dans toutes les populations, donc dépend de la personne.
Et s'il serait une tendance autistique possiblement plus étendue, elle pourrait être à aller voir du côté de la distanciation sociale – et du coté tendance à focalisation et aux détails (pour la mention : « toutes petites choses »).

Like a Star @ heaven - Leur plein engagement dans les activités qui les passionnent
Là aussi, ça peut se retrouver dans toutes les populations, donc dépend de la personne.
La tendance autistique sera celle de l'intérêt restreint + tendance à l'approfondissement, et possiblement ça ne s'arrête pas, ou pas comme ça et pas facilement (cf en outre les résistances à ce qui change, au moins trop).
Ici, il y a bcp de variables et modulations.
Et c'est assez la suite de :
« - Leur aptitude à devenir des experts dans leur domaine de prédilection »


Plus que 2 ! :


Like a Star @ heaven - Leur esprit scientifique, entre explorateur et anthropologue
Des HP sont et vont se retrouver là dedans. Des non HP, aussi.
La tendance autistique fera appel à la tendance factuelle, au volet sur la pensée systémique : "  La théorie de la pensée systémique (S. Baron-Cohen) vient apporter une autre lecture de la pensée en détails autistique : La personne autiste est une scientifique, elle étudie tous les possibles avant d’établir une « vérité ». Le neurotypique, lui, accède d’abord à une vision globale, puis identifie des exceptions et des contre-vérités."
Mais il est aussi des « non-autistes » qui appliqueront et useront de tout le chemin de rigueur, seulement et possiblement, cette rigueur et ce fonctionnement ne sont possiblement pas étendus à tous les champs.
Sur le volet de l'autisme, c'est possiblement partout et pour tout. D'où que l'on peut des fois parler de « hyper-rationalité ».
Et sur la mention « entre explorateur et anthropologue » : il est sur les 2 possiblement un vecteur lié à une part de pensée visuelle plus grande, à tendance ; cela en ce qui concerne la pensée ou réflexion : l'image fait voyager plus vite, et possibement : plus loin, plus vite – a contrario d'emprunter toutes les voies de proximités d'un mode « classique ». Et sur les termes à proprement parler, la mention « anthropologue » se rapproche du paragraphe précédent : acquérir les détails depuis l'origine. Aussi, de s'intéresser à l'humain : chose que des autistes, à tendance, et en tout cas dans le mécanisme ou état, connaissent mal ou avec difficultés initiales, et donc vont essayer de comprendre. Le volet « explorateur » allie curiosité, approfondissement, et la mention précédente.

Like a Star @ heaven - Leur sensibilité à un monde plus juste, plus humain
Là, des HP et non-HP peuvent aussi s'y retrouver et y sont.
Et à pointer une variation d'ordre autistique (pour part ou à tendance), elle concernera le mot « juste ».
Car pour être « juste » ou au plus,
il faut être ou se retrouver détaché de nombreuses choses.
Et là, on se retrouve au début, vers les notions d'égo et vers le jeu social, auxquelles il faut rajouter le volet sur la tendance à la distanciation (sur le social) + ce qui concerne le mode de pensée à tendance, cf pensée systémique.
Donc, c'est un peu plus naturel et dans l'ordre des choses quand tous ces volets se sont mis en place.
Restera un pendant majeur qui est : « les émotions ». Comme elles sont potentiellement très vigoureuses, fortes, il est aisé, mais de ce fait pour bcp, de se retrouver hors du champ de « juste ».

-----------------------------




fift a écrit:Perso, même si j'ai eu par le passé quelques questionnements quant à un potentiel autisme, je ne me considère pas comme Aspie mais me reconnais à 100% dans ces traits.
D'après ce que j'en ai déduis, c'est surtout dans l'intensité qu'on observe la différence entre certains profils HP et des aspies.

Me plante-je complètement ?

Déjà fift, précédemment j'ai développé sensiblement de ces traits, alors dedans retrouvera-t-on (tu) certains éléments allant dans un sens du questionnement d'ensemble ?

Sur les intensités (perçues par soi et donc exprimées, en outre là), il ne faut pas en tenir compte de fait, ou pas sensiblement, pas de manière importante.
La réalité est ailleurs (ça fait un peu X files ça ^).
Il est un fait large que ce champ de compréhension est une difficulté (pour la population générale) mais sans doute plus marquée chez les personnes avec autisme.
Aussi, si l'on n'a compris, l'on ne peut retransmettre.
Entre les 2, ce sont les somatisations, les crises d'angoisse, des incompréhensions personnelles qui font la béquille. Et si l'on se situe dans un ordre de grandeur compatible avec une sorte de vie et environnement ordinaires et bien la tendance va être à l'adaptation, avec les couts en sus. Et si l'on y rajoute une certaine tendance à minimiser les choses (pour s'adapter et paraître « dans une norme » alors que l'on n'y est pas) alors c'est du sacré cocktail !
Mais bon, paraît-il qu'ici c'est « open bar » !  Soiffard

Tu as l'avantage d'être sur Paris, et des structures ou psychiatres indépendants spécialisés dans l'autisme se trouvent. Peut-être qu'entre ou après une séance photos à Paris, prendras-tu un jour qq minutes pour te renseigner (si non fait) sur ces spécialistes ou structures (un fil dédié sur le forum Asperansa existe même!) et pourquoi pas, les contacteras-tu ?


Dernière édition par noir le Sam 24 Mar 2018 - 11:58, édité 2 fois

noir

Messages : 2337
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 42
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Jeu 22 Mar 2018 - 19:40

Tes cuillères sont comptées, Noir ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par noir le Sam 24 Mar 2018 - 11:41

Hortense a écrit:Tes cuillères sont comptées, Noir ?

d'autant avec des poches trouées, et là est ce qui m'apparait être un volet manquant de la théorie, car elle n'inclue le facteur temps élargi !

Ce que, à paraphraser Universale.love et me l'attribuant (avec complément), le paramètre de : la vioquitude ! (devenir un vioc quoi ^)  intégrer !
(mais son auteure est jeune aussi..)

Aussi, je l'appellerai : "la théorie des cuillères dans la poche trouée"

prenant en compte à tendance une certaine aversion autistique pour les fringues et d'autant d'aller en magasin ! sous les néons ! avec les gens (et qq dessous de bras vers les cabines d'essayage ^)
du coup, en gardant le même pantalon il finit par se trouer bien sûr, et comme ça ne dérange pas des masses, et bien au fil du temps le nombre de cuillères diminue !
CQFD !

En somme, en vieillissant, l'on a aussi possiblement moins de cuillères à disposition.
Shocked

nota : à voir si la vioquitude ne serait en mesure de pouvoir faire mieux avec moins et donc de contrebalancer ?

je reviens dans 15 ans pour éditer ce message ! Papy

(non, je précise que c'est "une joke" dont je me dispense directe l'application ! )
ah

noir

Messages : 2337
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 42
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Sam 24 Mar 2018 - 11:44

Tu n'as aucun moyen de rajeunir ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Sam 24 Mar 2018 - 12:30

Je prends connaissance des sujets, et il va me falloir un peu plus de temps pour tout lire.
Merci @noir, pour les deux liens (jardins et Jean Ferrat - une de mes chansons préférées). Je réfléchis au sujet des jardins secs, parce qu'il me semble que dans ma ville (périphérie de Nantes), il y a une réel travail sur les espaces verts : peu de fleurs, et essentiellement des plantes à feuillage. Il faudrait que je prenne des photos, mais ça me semble aller dans le sens de cette recherche écologique. Merci aussi pour les précisions que tu apportes sur ton travail.
Pour la guitare, il n'est peut-être pas trop tard pour reprendre ? Certes, tes mains abîmées par le travail peuvent manquer de nuances sur les cordes, mais si tu joues pour ton plaisir, en écartant l'idée de te représenter en public, cela pourrait t'apporter du bien-être.
Je lis la suite sur le profil aspie, mais encore une fois, merci pour ta "conscience professionnelle", et le travail que tu fais pour des posts comme ça ; merci de nous donner ça. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Chuna le Sam 24 Mar 2018 - 12:42

Je me dis que c'est le genre de post qu'il faudrait épingler quelque part sur le forum pour le rentre facilement accessible à ceux qui se questionnent.

Chuna

Messages : 15477
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Sam 24 Mar 2018 - 12:45

Oui, exactement !

J'édite : j'ai fait un copié-collé des deux posts de "noir" sur le sujet du profil aspie, en enlevant les HS, et j'ai fait la demande dans la partie "demandes techniques à la modération".
@noir, peut-être pourrais-tu y jeter un coup d'oeil, je peux éditer si tu veux faire des transformations.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par fift le Sam 24 Mar 2018 - 14:03

Merci à tous (et notamment à Noir oeuf corse) pour votre participation. Si effectivement ça peut servir à ceux qui se posent des questions, j'en serais ravi !

Noir, je te répondrai un peu plus tard, pas trop la tête à ça tout de suite.

fift

Messages : 4438
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 43
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par ♚ Strigide ♚ le Sam 24 Mar 2018 - 21:38

Les aspies que je connais ou ai pu connaître avaient tous une intonation ainsi qu'un phrasé particuliers, mais il faut dire que je suis hautement sensible aux prosodies/élocutions...
D'ailleurs j'ai cru des années être l'exception (diagnostiquée enfant), la seule à ne pas être particulière sur ce point. Cela ne me dérangeait pas (au contraire) mais c'était forcément intriguant pour moi.
Un jour on m'a fait remarqué que je prononçais très/trop bien les syllabes et qu'on entendait les "ée" et autres, que je parlais souvent très vite mais qu'on me comprenait très bien car j'articulais beaucoup.
J'ai fait plusieurs années de théâtre et on m'a fait remarquer qu'il fallait que je travaille mes intonations car j'avais un ton très "expressif" mais peu étendu, peu de modulations. C'était comme "monocorde mais sans être fade". J'ai pu m'écouter (torture !) et j'ai été très surprise de constater que j'avais effectivement des particularités à ce niveau-là. J'aurais mis ma main à couper que j'étais un parfait caméléon de voix.

Essayer de moduler sa voix est très épuisant (en contexte social du moins car il y a tellement de choses à considérer et à gérer) et il faut choisir où allouer de l'énergie, alors tant pis !
♚ Strigide ♚
♚ Strigide ♚

Messages : 286
Date d'inscription : 20/09/2013
Age : 91
Localisation : Ailleurs ?

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par izo le Sam 24 Mar 2018 - 21:52

Ce fil me perturbe vraiment.
izo
izo

Messages : 3249
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par ♚ Strigide ♚ le Sam 24 Mar 2018 - 21:58

Izo a écrit:Ce fil me perturbe vraiment.

Pourquoi ?
♚ Strigide ♚
♚ Strigide ♚

Messages : 286
Date d'inscription : 20/09/2013
Age : 91
Localisation : Ailleurs ?

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par izo le Sam 24 Mar 2018 - 22:34

les présentations du spectre restent mon goût très statiques. Les traits jusqu'ici postés peuvent être, je pense, cochés par beaucoup, alors que vus différemment l'hésitation serait peut être plus grande. (Je tiens pour avis une étude par Tustin et Maldiney sur ce point).  
Ainsi je m'interroge sur le TSA mis en mouvement et non sur ce qui en résulte.

Ainsi, commençons par le commencement, à savoir les stimuli.
En effet, de quelle manière sont -ils reçus  : par strate ou linéairement ? une fois reçus sont-ils triés ? Si je m'observe, je reçois les signaux comme un ensemble indissociable  ne percevant pas naturellement la pertinence de ses éléments composites. Je ne trie pas, ou si je le fais c'est au prix d'un effort contre nature, préfabriqué.
Par ailleurs, je suis adhésive. Je colle. Je suis un tube de colle personnifié. Est ce que cet aspect est constitutif d'un TSA ? Je colle tellement à tout que me décoller me coute. je suis comme dépourvue de peau.
Ainsi donc, c'est carrément l’interaction qui me questionne et que je questionne via le TSA et non la façon d'être (qu'on peut en effet déduire et cartographié par la suite).
L'être se révèle tandis qu'il est en interaction, hors de ce lien, point de soucis si je peux dire. Toutefois, cette interaction est stupéfiante car ondoyante, incessamment variée. Elle a ses surprises et elle est une surprise. D'où en effet cette capacité alors déployée pour une lecture soignée, rigoureuse, systémique, aiguisée. C'est un résultat, non une source. La source est que le TSA ne se déforme pas au contact avec autrui. Il demeure tel qu'il est offrant son intériorité toute nue.

En même temps, qui et que suis-je pour déclarer tout ceci n'étant pas diagnostiquée ? Peu importe, je tente de comprendre. Merci de m'aider alors.
izo
izo

Messages : 3249
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par noir le Dim 25 Mar 2018 - 1:21

izo a écrit:les présentations du spectre restent mon goût très statiques. Les traits jusqu'ici postés peuvent être, je pense, cochés par beaucoup, alors que vus différemment l'hésitation serait peut être plus grande. (Je tiens pour avis une étude par Tustin et Maldiney sur ce point).  
Ainsi je m'interroge sur le TSA mis en mouvement et non sur ce qui en résulte.

Frances Tustin : Frances Tustin est une pionnière en psychothérapie de l’enfant, sur les frontières de la compréhension psychanalytique et le traitement des états autistiques chez les enfants et les adultes depuis le début des années 1950.

Elle est née dans le Nord de l'Angleterre en 1913 et, après avoir obtenu son certificat d'études secondaires (équivalent au baccalauréat) a décidé de devenir enseignante. À cette fin, elle suit une formation au Whitelands College (en). Après avoir obtenu son diplôme, elle travaille comme enseignante pendant plusieurs années. Tustin est venue à la psychanalyse en fréquentant le cours de Susan Isaacs sur le développement de l'enfant à l'université de Londres en 1943.

Inspiré par la formation de psychothérapeute de l'enfant, sa carrière a été interrompue par la Seconde Guerre mondiale. Retour à la normale une fois la guerre terminée, en 1950, elle s'inscrit à la formation psychothérapie de l'enfant à la Tavistock Clinic, fondée en 1948 par Esther Bick, à la demande de John Bowlby, qui était le président de la Tavistock à cette époque.

Tustin a été formé en tant que psychothérapeute de l'enfant de 1950 à 1953. Dans le cadre de sa formation, elle a commencé son analyse (qui devait durer plus de 16 ans) avec Wilfred Bion. Dans le milieu des années 1950, elle a eu l'occasion d'aller aux États-Unis pendant un an avec son mari, Arnold, qui a été professeur invité au Massachusetts Institute of Technology. https://fr.wikipedia.org/wiki/Frances_Tustin



Henri Maldiney
Henri Maldiney, né le 4 août 1912 à Meursault en Côte-d'Or et mort le 6 décembre 2013 à Montverdun (dans la Loire) à l'âge de 101 ans, est un philosophe français.

Philosophie
Influencé entre autres par Husserl, Martin Heidegger, Binswanger, il est un des représentants en France de la phénoménologie. Toute sa vie, il questionna les conditions de l'existence comme ouverture à l'Être. Ses concepts de transpassibilité et transpossibilité sont particulièrement utiles aux psychothérapeutes[réf. nécessaire]. Ses champs de réflexion concernent la maladie mentale comme fléchissement des modalités d'existence, l'art (surtout la peinture), la psychiatrie (notamment la psychopathologie) et, bien sûr la philosophie.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Maldiney



Arrow  Ces transmissions sont TRES PERTURBANTES.



Ainsi, commençons par le commencement, à savoir les stimuli.
En effet, de quelle manière sont -ils reçus  : par strate ou linéairement ? une fois reçus sont-ils triés ? Si je m'observe, je reçois les signaux comme un ensemble indissociable  ne percevant pas naturellement la pertinence de ses éléments composites. Je ne trie pas, ou si je le fais c'est au prix d'un effort contre nature, préfabriqué.
Par ailleurs, je suis adhésive. Je colle. Je suis un tube de colle personnifié. Est ce que cet aspect est constitutif d'un TSA ? Je colle tellement à tout que me décoller me coute. je suis comme dépourvue de peau.
Ainsi donc, c'est carrément l’interaction qui me questionne et que je questionne via le TSA et non la façon d'être (qu'on peut en effet déduire et cartographié par la suite).
L'être se révèle tandis qu'il est en interaction, hors de ce lien, point de soucis si je peux dire. Toutefois, cette interaction est stupéfiante car ondoyante, incessamment variée. Elle a ses surprises et elle est une surprise. D'où en effet cette capacité alors déployée pour une lecture soignée, rigoureuse, systémique, aiguisée. C'est un résultat, non une source. La source est que le TSA ne se déforme pas au contact avec autrui. Il demeure tel qu'il est offrant son intériorité toute nue.

En même temps, qui et que suis-je pour déclarer tout ceci n'étant pas diagnostiquée ? Peu importe, je tente de comprendre. Merci de m'aider alors.
Il est que dans aucune ( à voir si de l'exception existe) de tes diverses interventions dans cette section, au moins
autre que "moi, je et sa considération" figure. Tu ne parles jamais ou que peu des autres mais toujours ou essentiellement que de toi, ou du toi autour d'autres.
(me semble-t-il)
avec il est vrai une très belle plume.


Dernière édition par noir le Dim 25 Mar 2018 - 1:47, édité 1 fois

noir

Messages : 2337
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 42
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par noir le Dim 25 Mar 2018 - 1:37

Zebra sara : j'ai vu l'initiative
rien à en dire (sinon "tant mieux", merci) ou à redire (il doit y rester qq coquilles mais qui iront très bien avec l'oeuf corse ^^ que fift a transmis). Pâques arrivant, un peu de chocolat ne m'aurait dérangé d'ailleurs. ^

tant mieux, merci à celles/ceux qui ont fait part de leur intérêt, hein chuna, je t'oublie pas  Wink


Déjà, si cela ne contribue pas à une mise en valeur des concepts psychanalytiques sur l'autisme, c'est toujours ça !

noir

Messages : 2337
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 42
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par izo le Dim 25 Mar 2018 - 14:02

@noir : Je est un vecteur que je côtoie et connais bien. J’illustre donc mes propos en référence sans relents égocentriques. Je pratique l’induction. Mon but est simple : sans les ignorer, mais en complément, je désire sortir des ornières que tracent les multiples références et énoncés théoriques en faveur d’une expression plus fine partant de nos observations sur nous-mêmes ou de ce que nous constatons ça et là, histoire de donner au TSA une dimension moins plane, donc plus profonde, au mieux tridimensionnelle, le but étant d’en comprendre non pas la portée (conséquences), mais l’essence.
izo
izo

Messages : 3249
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 18:21

Tu colles, Izo ? Que veux-tu dire par là ? Suspect

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par izo le Dim 25 Mar 2018 - 18:29

Hortense a écrit:Tu colles, Izo ? Que veux-tu dire par là ?     Suspect

Cela s’apparente à une identification adhésive. Je deviens comme l’autre, et me transforme à son égard en un bon pot de colle. Je vais concrètement prendre ses tics, etc. Je procédais ainsi et veille à m’en garder depuis car on m’a fait comprendre combien et comment c’est agaçant.
izo
izo

Messages : 3249
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 18:32

Je me suis posé la question, et j'avais bien compris ça aussi. Tu crois que c'est un trait autistique ça ? Enfin un des tiens ?
En revanche, pour le contact physique, tu aimes qu'on te touche ou pas trop ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 18:42

izo a écrit:
Hortense a écrit:Tu colles, Izo ? Que veux-tu dire par là ?     Suspect

Cela s’apparente à une identification adhésive. Je deviens comme l’autre, et me transforme à son égard en un bon pot de colle. Je vais concrètement prendre ses tics, etc. Je procédais ainsi et veille à m’en garder depuis car on m’a fait comprendre combien et comment c’est agaçant.
Ah, moi, je prends les accents. Mais je connais une ado qui se fait souvent appeler "pot de colle" et qui choppe les mêmes maladies que son entourage. C'est autistique, ça, tu penses ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par izo le Dim 25 Mar 2018 - 18:54

zebra sara a écrit:Je me suis posé la question, et j'avais bien compris ça aussi. Tu crois que c'est un trait autistique ça ? Enfin un des tiens ?
En revanche, pour le contact physique, tu aimes qu'on te touche ou pas trop ?

Je ne sais pas si c'est un trait, je sonde la question et la soumets à votre extrême sagacité, les références n’empêchent pas de réfléchir individuellement au mieux collectivement. Non je n'aime pas qu'on me touche sans être recluse ou intouchable non plus.
izo
izo

Messages : 3249
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:02

C'est lié selon moi à un manque de perception de soi-même et de ses propres limites : moi, j'épouse le langage des autres, je m'adapte à leur style. C'est ce qu'on appelle faire le caméléon, une sorte de stratégie d'adaptation. Je cherche à faire plaisir aux autres, à leur faire du bien, souvent en m'oubliant.
Physiquement aussi : je me sens mieux quand je sens le vent sur ma peau, ou quand je suis dans l'eau, car le fluide me redonne des contours nets, sinon j'ai du mal à "sentir" mon corps. Pareil pour les massages, c'est contenant.



Dernière édition par zebra sara le Lun 26 Mar 2018 - 21:40, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:05

izo a écrit:
zebra sara a écrit:Je me suis posé la question, et j'avais bien compris ça aussi. Tu crois que c'est un trait autistique ça ? Enfin un des tiens ?
En revanche, pour le contact physique, tu aimes qu'on te touche ou pas trop ?

Je ne sais pas si c'est un trait, je sonde la question et la soumets à votre extrême sagacité, les références n’empêchent pas de réfléchir individuellement au mieux collectivement. Non je n'aime pas qu'on me touche sans être recluse ou intouchable non plus.

Quand j'étais plus jeune, je ne supportais pas qu'on me touche sans me prévenir, en arrivant dans mon dos par exemple - je bondissais et mon premier réflexe était d'avoir envie de balancer une claque. J'ai appris à toucher et à être touchée plus paisiblement avec les massages, mais surtout en portant et en berçant beaucoup mes filles quand elles étaient petites.

[à prendre sous réserve : je n'ai pas (encore) de diagnostic d'autisme]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:09

On emmaillotait les bébés autrefois pour leur permettre de sentir les contours de leur corps et pour qu'ils puissent sentir le contraste avec les moments où ils n'étaient pas emmaillotés. C'était peut-être une pratique qui avait du sens, je n'en sais rien. C'est le côté "froid et humide" qui m'étonne dans cette pratique.

Mais je sais que j'ai mis beaucoup de temps à passer des lourdes couvertures à la couette si légère. Trop légère. Et que je ne peux pas dormir sans au moins un drap, même en pleine canicule.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:25

Hortense a écrit:
Mais je sais que j'ai mis beaucoup de temps à passer des lourdes couvertures à la couette si légère. Trop légère. Et que je ne peux pas dormir sans au moins un drap, même en pleine canicule.

+1 : c'est marrant ces petits détails auxquels je ne réfléchis plus, par habitude.

Moi aussi, ça m'étonne que les serviettes soient froides et non chaudes, mais je crois qu'il faut d'abord faire baisser la température du corps.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:30

Quand j'étais petite, les chaussettes n'étaient sûrement pas aussi élastiques que de nos jours, et s'il y avait un pli, il fallait me rechausser parce que sinon, je ne voulais pas avancer, et je pleurais. Encore maintenant, même si je n'ai plus de pli, si une partie de la chaussette est trop tendue, ça peut me sembler insupportable. Et je suis obligée d'essayer 200 paires de chaussures avant de trouver la bonne. Il suffit d'un détail pour que je ne supporte pas.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:33

Ah,ben merci pour la précision, j'avais pris le post d'Izo au pied de la lettre, l'image précise d'une femme qui colle parce qu'elle aurait les mains moites,une suee,et tu étais même vêtue d'une robe blanche à fleurs bleue, cheveux mi-longs frisotants,enfin je voyais pas le rapport.
Les métaphores c'est pas toujours ça malgré le mega-training de vioc.
(Je vous souhaites que Mystère blues,JCVD,Switch et consorts ne tombent pas sur ce fil pour rebondir)
Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:35

Ben @universal.love, Mystère Blue et Switch sont partis du forum.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:54

zebra sara a écrit:Ben @universal.love, Mystère Blue et Switch sont partis du forum.
Non mais comme dans la vie non-virtuelle je serai toujours le dernier à capter les choses, surtout sous antibio,et un peu focalisé sur une question de physique quantique les deux heures sur l'ordinateur aujourd'hui.
J'avais cru voir passer Switch sur le fil de Sadhanaa ces jours-ci.

Concernant le sujet initial,génial le sujet épinglé,et du coup j'ai passé du temps hier sur le fil d'Orlane,merci à toutes ces blogueuses qui nous font avancer sur nos questionnements avec ces condensés d'infos,ces tranches de vies si touchantes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 19:58

Faut pas faire de la physique quantique, c'est dangereux, ça rend fou. Regarde-moi, j'ai voulu essayer: Crazy
T'as vu ? (humour, bien sûr)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 20:10

Hortense a écrit:Faut pas faire de la physique quantique, c'est dangereux, ça rend fou. Regarde-moi, j'ai voulu essayer: Crazy
T'as vu ? (humour, bien sûr)

Ca va tu es ravissante,n'oublie pas que cela fait deux jours que je viens d'apprendre que je suis une quiche pour lire les regards,je n'y vois que du feu hormis que tu tires la langue mais j'hésite sur l'intention.... Razz Smile 2nd degré

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 20:49

Hi hi hi, regarde bien. Tu vas apprendre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 20:56

Hortense a écrit:Hi hi hi, regarde bien. Tu vas apprendre.

Jeune padawan des trais autistiques (à minima) que je suis,j'ai déjà appris "tu vois pas dans les yeux,écoute ton coeur et ne te questionne pas,il te dit tout" Ouaah !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 20:57

Moi j'arrive à lire l'expression faciale du Grumpy cat ! Ouaah !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 20:59

@Universal.love : tu peux me donner le lien du blog dont tu parles STP ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 21:03

@ Universal love: c'est du St Exupéry, ça, non ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Dim 25 Mar 2018 - 21:30

Hortense a écrit:@ Universal love: c'est du St Exupéry, ça, non ?

Non du Universal.love qui repense à un film de kung-fu vu en VO à 14 ans; Suspect

@Sara: C'est dans le fil d'Orlane qui regroupe tout les sujets traitants du TSA sur le web,je vais voir je reviens poster çà. Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Jeu 30 Aoû 2018 - 10:59

.


Dernière édition par Chill out le Lun 3 Sep 2018 - 9:06, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Khalmos le Jeu 30 Aoû 2018 - 15:04

Chill out a écrit:Mon élocution à de cela de particulier que je n'articule pas suffisament et que je parle (trop vite)
Il m'est donc assez fréquent de m'entendre dire que l'on à rien compris et qu'il me faut recommencer en commençant par ARTICULER et PARLER MOINS VITE.

C'est drôle ...on m'en a tellement fait le reproche lorsque j'étais plus jeune xD
Surtout l'articulation....car au final la vitesse de parole posait moins de problème autour de moi puisqu'on parle tous relativement vite.

On m'en fait moins la remarque aujourd'hui car j'ai travaillé sur ma communication orale...mais les autres osent peut être moins me le dire clairement Rolling Eyes

Pour le ton (et j'imagine vocabulaire) à varier en fonction les types de personnes, niveau social et proximité...cela me parle effectivement ^^ Mais j'ai limité drastiquement cette liste pour limiter la fatigue sous-jacente.

En résumé, ton message me fait écho Chill out Smile
Khalmos
Khalmos

Messages : 113
Date d'inscription : 12/02/2018
Age : 29
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Invité le Mar 11 Sep 2018 - 11:39

@khalmos : mes filles parlent également très vite. C'est drôle, je sais que parfois je ne parle pas fort, mais vite on ne me l'a pas dit.
Pour le volume, j'ai été à bonne école pour y remédier, étant prof !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'élocution des Asperger - Page 2 Empty Re: L'élocution des Asperger

Message par Romulus le Dim 12 Mai 2019 - 18:42

Khalmos a écrit:
Chill out a écrit:Mon élocution à de cela de particulier que je n'articule pas suffisament et que je parle (trop vite)
Il m'est donc assez fréquent de m'entendre dire que l'on à rien compris et qu'il me faut recommencer en commençant par ARTICULER et PARLER MOINS VITE.

C'est drôle ...on m'en a tellement fait le reproche lorsque j'étais plus jeune xD
Surtout l'articulation....car au final la vitesse de parole posait moins de problème autour de moi puisqu'on parle tous relativement vite.

On m'en fait moins la remarque aujourd'hui car j'ai travaillé sur ma communication orale...mais les autres osent peut être moins me le dire clairement Rolling Eyes

Pour le ton (et j'imagine vocabulaire) à varier en fonction les types de personnes, niveau social et proximité...cela me parle effectivement ^^ Mais j'ai limité drastiquement cette liste pour limiter la fatigue sous-jacente.

En résumé, ton message me fait écho Chill out Smile

Pour ceux qui ont le même problème j'ai trouvé la solution : vivre à l'étranger. En ne parlant pas français tous les jours, j'ai une très bonne élocution, sûrement par le fait que je parle une langue étrangère plus lentement.

En revanche, petit j'avais une élocution pas du tout normal, je parlais vite, je n'articulais pas; jusqu'à l'âge adulte j'articulais à peine d'ailleurs...
Romulus
Romulus

Messages : 756
Date d'inscription : 31/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum