De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par Omnia vanitas le Dim 5 Juin 2016 - 20:01

Hello peuple à rayures,

J'ai une petite (ou grande) question pour vous.

Est-ce que vous aussi vous avez du mal à dormir avec une nouvelle personne (dans le cadre d'une nouvelle relation de couple par exemple) ? Ou même dormir avec un ami (en gros, que ce soit en tout bien tout honneur ou non, j'ai du mal à dormir avec quelqu'un avec qui je n'ai jamais dormi de façon régulière auparavant. Et cette "habitude" peut bien mettre DES MOIS à se forger, ce qui est un peu handicapant.)

Est-ce que je suis seule avec cette bizarrerie pénible, ou c'est un trait que certains ici partagent ? Comment vous le vivez, est-ce que vous en voulez à l'autre, comment vous arrivez à le surmonter ?

Omnia vanitas
Omnia vanitas

Messages : 131
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Rit-pas, ville riante (ou pas)

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par Omnia vanitas le Dim 5 Juin 2016 - 23:16

Hum bon OK, je dois donc être la seule dans ce cas..
Omnia vanitas
Omnia vanitas

Messages : 131
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Rit-pas, ville riante (ou pas)

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par Invité le Lun 6 Juin 2016 - 0:24

Dans ces cas là, faut biaiser et zou sur le canapé !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par potiron le Lun 6 Juin 2016 - 9:18

Oui beaucoup : surexcitation fatiguante, nervosité physique, questions sans réponses qui tournent en tête etc. J'ai jamais eu l'acclimatation facile, il me faut visiblement un moment d'apprivoisement qui dure quelques mois aussi. Ce qui m'a aidé à ce que ça se passe relativement vite, c'est d'en avoir parlé avec la personne en question, d'avoir maximisé le confort (bon matelas, température idéale, tenue agréable) et minimisé les nuisances (lumière, bruit etc.). Je connais d'autres personnes qui ont ça aussi, j'imagine que chacun doit s'habituer au changement mais que certains vont plus vite que d'autres.
potiron
potiron

Messages : 118
Date d'inscription : 21/05/2013
Age : 41
Localisation : Bruxelles

http://www.crocosmic.be

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par Alexandra878 le Jeu 9 Juin 2016 - 12:11

Hello HazaH,

J'ai du mal à dormir avec quelqu'un dans le même lit voire dans la même chambre (j'ai jamais habite en couple avec qqn...j'ai habite en coloc mais j'ai pas trop aimé)..,sinon je risque de ne pas dormir la nuit entière! J'ai réussi à m'endormir très vite,toujours,avec un zèbre,un ami...(étonnant!).Et les bruits et les ronflements me gênent beaucoup aussi.
Alexandra878
Alexandra878

Messages : 84
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par Marius le Mer 15 Juin 2016 - 23:42

Pour ma part, j'ai du mal à dormir de manière général. Avec quelqu'un c'est encore plus compliqué ! Surtout les premières fois, je tente de m'adapter à ses horaires pour ne pas être trop étrange dès le départ... Alors je me fige dans le lit, et c'est dans la tête que cela se passe... Je tourne en rond de l'intérieur. C'est assez gênant... Mais récemment, et je ne peux absolument pas expliquer pourquoi, j'ai trouvé le sommeil très aisément et avec beaucoup d'apaisement auprès d'une personne et ce dès la première nuit. J'ai d'ailleurs dormi bien plus que la normal... C'est très bizarre pour moi. J'avais cependant prévenu la personne...est-ce que ça a joué ?... Mystère. Mais ça reste isolé... Les autres fois c'était un calvaire sans fin... Il m'arrive même de repousser le jour de la première nuit pour ne pas avoir à me coller à cette connerie de sommeil qui déconne...
Marius
Marius

Messages : 23
Date d'inscription : 23/05/2016
Age : 32
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par Invité le Dim 19 Juin 2016 - 3:29

J'ai des tendances insomniaques depuis ado, mais seule, je gère sans problème.
Dormir avec quelqu'un n'a été possible souvent qu'avec les hommes avec qui j'ai vécus (relations très fusionnelles), dès le départ, et jamais avec les autres, c'était du tout ou rien.
En couple, quand j'avais des insomnies, j'allais dormir dans la chambre d'à côté où dans le salon.
Mais depuis quelques années, alors que j'étais dans une phase où j'expérimentais les relations moins passionnelles, je me suis rendue compte de cette incapacité absolue à m'endormir avec quelqu'un que je n'aime pas, nuit blanche assurée, même après tout l'épuisement physique possible ^^
Du coup j'ai flippé longtemps de plus jamais y arriver, et je trouvais cela un peu triste quand même.
Et puis j'ai rencontré mon homme actuel, pour qui j'ai eu des sentimens forts assez rapidement, mais lors de nos premières nuits ensemble nous étions encore dans la phase non fusionnelle du début, je l'ai prévenu de mon incapacité à dormir avec quelqu'un et que certainement j'irai migrer sur le canap durant la nuit, que c'était normal.. mais en fait j'ai réussi à m'endormir la première nuit (ça tenait déjà du miracle) et dès la deuxième je dormais presque comme un bébé à côté de lui..du coup ça a été aussi un des signes que mon corps et ma tête étaient apaisés auprès de lui.
Par contre, je mets mes boules quiès comme quand je suis seule, et il ne ronfle pas du tout...dans le cas contraire je pense que ce serait malheureusement impossible de passer beaucoup de nuits avec lui, et l'habitude n'y changerait rien.
Je n'ai jamais expérimenté sur la durée si à la longue j'arrrivais finalement à dormir avec la personne, puisqu'au final, ça a toujours été du on/off et pas vraiment de solutions intermédiaires à trouver.
Pour moi le top ensuite quand on vit sous le même toit, c'est d'avoir chacun sa chambre, solution de repli en cas d'insomnie ou envie d'espace.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par chaton-pitbull le Lun 11 Juil 2016 - 23:20

Perso je suis également à tendance insomniaque lorsque je suis seul (sommeil ultra léger, besoin de noir absolu et de bruit zéro, difficulté à éteindre les pensées, tensions physiques), et je n'ai à fortiori jamais réussi à dormir correctement avec qui que ce soit. Au mieux je passe une nuit très moyenne (sur le plan du sommeil Smile ), au pire je dors entre 6h et 8h du mat' et je me pourris mon lendemain...
Il y a sans doute un peu de psychologique dans tout ça, mais c'est surtout que je suis à fleur de peau sur le plan perceptif, et si le charmant petit être bouge, respire de manière non silencieuse (je ne parle même pas des ronfleuses Very Happy ), s'approche trop près ou me touche, eh ben, im-pos-sible de dormir  Shocked . En fait, à vrai dire, la simple perception de sa présence perturbe mes capacités d'endormissement... Dent pétée
D'ailleurs c'est valable pour les humains mais également pour mon chat qui m'empêche de pioncer si il bouge, décide de se faire un bon gros pourlèchage en règle, ou vient au contact de mes petits pieds...
Et comme j'ai besoin d'être en top forme pour le taf et que je suis dans la merde si je dors pas, j'ai effectivement tendance à en vouloir à ma partenaire alors que ce n'est pas franchement de sa faute... Scrogneugneu !

Alors...pour éviter l'apparition un peu désagréable de Chatongrognon de bon matin...
............Perplexe ......... scratch ................
Idée  : J'assume !  Bravo ! chaton !  Laughing

En fait j'ai longtemps eu l'impression de déranger mes partenaires quand j'abordais ce problème, proposant un couchage séparé...(ce n'était pas toujours qu'une impression d'ailleurs... Very Happy ).
On mettait fréquemment des enjeux affectifs et symboliques dans le fait de dormir avec moi toussa toussa (ça arrive toujours de temps en temps  Pété de rire ), et franchement je ne crois pas que ça ait lieu d'être, la praticité étant à mon sens infiniment plus importante. Ces temps-ci d'ailleurs, un nombre grandissant de mes partenaires acceptent ce petit handicap, et après discussion conviennent à vrai dire elles aussi que le sommeil est de moins bonne qualité lorsqu'on dort avec qqn. Rencontrerais-je davantage les bonnes personnes hmhm  Very Happy
Aujourd'hui j'ai pris mon parti : à moins d'être totalement free dans mon emploi du temps, c'est canapé confortable, MON matelas gonflable si j'ai la possibilité de le transbahuter (version luxe, acheté exprès  Very Happy ), chambre d'ami, lit séparé, ou...dernier métro ! jocolor
chaton-pitbull
chaton-pitbull

Messages : 346
Date d'inscription : 25/12/2015
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par ADR le Mar 12 Juil 2016 - 0:09

JE NE SUIS PAS SEULE!!! *cris de joie* Hourra !

Tout pareil que ce que vous avez dit, à quelques détails près!
Mon salut partiel vient des Boules Quiès (Chocolatine, on se comprends!): elles me permettent de m'isoler un peu de tout ce qui m'entoure, que cela provienne d'un autre être humain ou pas (bruits de l'immeuble, de l'extérieur...).

Et la chambre pour soi, LA solution!
Ne serait-ce que quand on est malade, genre lorsqu'on tousse à n'en plus finir, et que l'on ne veut pas déranger l'autre.
Car moi, plus que d'en vouloir à l'autre, c'est à moi que je faisais des reproches.
Je me suis toujours sentie "pas assez" (flexible, adaptable, etc.) ou avec trop de "petites habitudes", genre mamie en âge avancé!

@Chaton - mes partenaires?! Tu as un harem??? Ah non, t'es musicien... tongue
ADR
ADR

Messages : 953
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par chaton-pitbull le Mar 12 Juil 2016 - 0:34

Semi hors-sujet : le cocktail de Docteur Chaton:
- Valériane 3 gellules

A tout hasard,  (en plus d'être seul dans son pieu Laughing )

- Mélatonine 2 gellules
- Gelsémium 3 granules
- éventuellement yogi tea good night
- BOULES QUIES

Hors-sujet, @ADR:
la formulation grammaticale est floue, mais je te laisse, préjuger, interpréter et spéculer Laughing
chaton-pitbull
chaton-pitbull

Messages : 346
Date d'inscription : 25/12/2015
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par nicolas.a le Mar 12 Juil 2016 - 9:19

J'ai trouvé un truc pas trop dégueu pour s'endormir facilement j'ai appelé ça le GDM
(gainage,douche ,méditation) et après généralement je m'endors en moins de 10 min

nicolas.a

Messages : 90
Date d'inscription : 12/11/2013
Age : 35
Localisation : montpellier

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par ADR le Mar 12 Juil 2016 - 19:24

Réponse au HS de Chaton:
La formulation est simplement symptômatique du melon de musicien, dirait mon côté psychologue!
Par contre, la tisane avant d'aller se coucher, ça fait pas très rock'n'roll :p
ADR
ADR

Messages : 953
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par Omnia vanitas le Mar 12 Juil 2016 - 19:39

Merci pour vos "retours d'expérience", ADR et Chaton !

Valériane et mélatonine (et boules Quies évidemment) ça marchait pas trop mal dans mon appart précédent (qui avait des problèmes de bruit... ah mais mon nouvel appart aussi en fait ! Mais pas les mêmes, zut !). Je note pour le Gelsemium, inconnu au bataillon pour moi...

J'avais trouvé une obscure tisane chinoise (en magasin type Paris Store / Tang Frères) "Herbal Tea Helping Sleep" (oui ils sont assez approximatif sur la langue anglaise, mais j'avais trouvé que ça limitait mes éveils nocturnes... si c'est une information utile à certain !)

Enfin là je diverge du sujet initial en évoquant le seul sommeil plutôt que le sommeil de couple ...
Omnia vanitas
Omnia vanitas

Messages : 131
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Rit-pas, ville riante (ou pas)

Revenir en haut Aller en bas

De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même Empty Re: De la difficulté à dormir à deux lorsqu'on est déjà insomniaque notoire seul(e) par soi-même

Message par ADR le Mar 12 Juil 2016 - 19:51

Le sommeil de couple peut-être aussi aider par les tisanes chinoises, qui sait!
Au pire, ça ne changera rien Wink

En tout cas, je pense que lorsque l'on partage son couchage avec un(e) partenaire sur le long terme, on fini par connaître ses habitudes, ses horaires, etc et cela rend le tout mon anxiogène. Et d'un autre côté, on se sent probablement plus à l'aise pour aborder nos difficultés/besoins et trouver un terrain d'entente.

Et je rejoins Chaton sur le fait que dormir ensemble ne doit pas se transformer en un impératif pour coller à des injonctions sociales (si on s'aime/s'apprécie, on doit partager le même lit - c'est écrit où?!?!?). En 2016, on doit pouvoir se libérer de ces fausses obligations qui peuvent nous empoisonner la vie!

Personellement, je ne peux pas fonctionner correctement dans la journée si je dors peu et/ou mal systématiquement.


Dernière édition par ADR le Mar 12 Juil 2016 - 19:53, édité 1 fois (Raison : Mes doigts tapent n'importe comment!!!)
ADR
ADR

Messages : 953
Date d'inscription : 17/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum