L'enfer, c'est au bureau

Aller en bas

L'enfer, c'est au bureau Empty L'enfer, c'est au bureau

Message par B-Alaska le Mer 22 Juil 2015 - 22:05

Bonsoir !

Je lis d'assez longue date ce forum, mais je n'ai jamais participé, sans doute par réserve. Cependant, ce soir j'ai vraiment besoin de soutien, ou du moins d'exposer mes difficultés, parce que mon moral est loin d'être au beau fixe ces temps-ci.

J'ai 22 ans, je suis stagiaire dans un cabinet d'avocats depuis bientôt un mois (je suis censée être partie pour six), et mes journées sont juste...infernales.

Jusqu'alors, je n'avais exercé que des emplois type "emplois étudiants". Ces emplois ne se sont déroulés que dans des bureaux, à faire ce que j'appelle "de la paperasse". Mon moral en prenait un peu un coup, mais j'arrivais quand même à ne pas me sentir happée par la négativité que je ressentais à cause du travail. Je ne faisais que 35 heures par semaine, pas une de plus, et je savais que ce n'était qu'un job de courte durée pour gagner de l'argent.

Sauf que maintenant, avec ce stage, je vois "la vraie vie" de ce qui m'attend pour la suite de mon avenir professionnel. Je pensais très naïvement qu'à un niveau de bac+5 il y aurait quand même un peu de challenge intellectuel, une bonne occupation du cerveau, des rencontres, ce genre de choses. Sauf que 90% du travail des gens qui m'entourent, c'est "de la paperasse". Et je trouve ces métiers ennuyeux à mourir.
A cela se rajoute la difficulté des horaires, parce que même en n'étant que stagiaire, je ne suis pas du tout aux 35h. En gros, je fais 9h30-19h30 ou 19h45 (avec une heure de pause-manger), et le soir, quand j'arrive chez moi, je suis juste exténuée, et je n'ai pas le temps de faire tout ce que j'aime faire (notamment pour une certaine expression de ma "créativité").

Pour résumer, mes journées me sont extrêmement difficiles à vivre (avec envie de pleurer par moments, en me demandant à quoi ça rime de s'infliger tout ça (je le vis vraiment comme ça)), mais en plus, mon avenir professionnel m'angoisse. Je ne me vois pas passer ma vie dans un bureau, à traiter des dossiers, à ne parler à quasiment personne, à ne quasiment rien apprendre de nouveau, à voir sans cesse les mêmes gens, à rester assise du matin au soir...

Autour de moi, tout le monde me dit que j'exagère. On me dit d'un ton moqueur que je "découvre la vie", que tout le monde est dans cette situation, que "c'est ça le travail", et que je vais bien m'habituer. Je n'ai franchement pas de soutien, et j'ose penser que mes ressentis sont quand même valables, et qu'ils ne devraient pas être balayés aussi facilement d'un revers de main.

Je suis à deux doigts d'arrêter mon stage, parce que je me sens extrêmement mal au quotidien. Mais pour faire quoi, ensuite ? J'ai l'impression que les métiers auxquels je me prédestine par mes études sont tous dans la même veine... Je me sens tout simplement perdue, et dans le même temps, je me dis moi-aussi que j'exagère peut-être, et que les contraintes, les choses difficiles font partie de la vie et sont nécessaires (par exemple, là, j'ai besoin d'argent, ce qui me pousse à continuer ce stage, même si quand je regarde mon taux de rémunération à l'heure, j'ai juste envie de partir en courant faire du dog-sitting).

Je ne sais pas vraiment quoi penser. Mais écrire ce message est déjà assez libérateur ! Je n'ai pas beaucoup d'espace de communication dans mon entourage direct, comme je le disais un peu plus haut, et ce n'est pas très agréable quand certaines choses vont mal.

Bref, ce post ne pose pas beaucoup de questions, mais peut-être appellera-t-il vos remarques ? Je l'espère en tout cas, toute communication peut être utile.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce message (ou cette ligne, pour ceux qui sont directement descendus  Laughing ) ! Mon message n'est peut-être pas très bien structuré, mais je l'ai écrit rapidement, j'ai un bon mal de tête qui va rapidement me pousser à vouloir être dans les bras de Morphée. Mes excuses par avance, si c'est le cas.

B-Alaska

Messages : 6
Date d'inscription : 22/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'enfer, c'est au bureau Empty Re: L'enfer, c'est au bureau

Message par matimote le Mer 22 Juil 2015 - 22:37

Bienvenue à toi.

Pour avoir vu défiler des dizaines de stagiaires, j'espère déjà que tu as parfaitement conscience que dans la majorité des cas on ne refile pas les tâches les plus intéressantes à faire aux stagiaire, mais plutôt les tâches que personne ne veut faire, celles qui sont répétitives et intellectuellement peu enrichissantes.
Le tout est de savoir ce qu'il advient après, une fois embauchée pour de vrai ! Sais-tu réellement à quoi t'attendre et est-ce que ça t'intéresse ?
Sinon, concernant tes horaires, il s'agit juste d'une question de rythme à prendre. Une fois que ton cerveau aura automatisé certaines tâches, tu te fatigueras sans doute beaucoup moins. Bonne chance à toi en tout cas.
matimote
matimote

Messages : 100
Date d'inscription : 08/02/2015
Age : 39
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

L'enfer, c'est au bureau Empty Re: L'enfer, c'est au bureau

Message par Princeton le Mer 22 Juil 2015 - 22:55

Salut,

Comme je te comprends ! J'ai travaillé aussi en cabinets d'avocats, et mes horaires étaient plutôt du 9h-Minuit voire plus, mais c'était toujours de grosses structures et spécialisées en droit des affaires et des sociétés. Je te conseille de terminer ton stage afin d'aller au bout des choses, parce que tu t'es engagée, parce que tu apprendras quand même des choses, et parce que les tâches deviennent parfois plus intéressantes au fil du temps.

Pour le reste, j'ai été amené suite à ma dernière expérience en cabinet à partir en année sabbatique pour voyager, puis à entamer une thérapie psychanalytique, et de fil en aiguille, à accepter que je n'étais pas fait pour travailler dans le domaine du droit des affaires en tant qu'avocat d'affaires (ce qui m'apparaît évident a posteriori). Je suis en train de me réorienter, même si ça a été difficile de revoir mes plans et de trouver le courage de bifurquer de voie. Je pense que c'est avec une contrepartie plus précieuse : faire ce qui me plaît, et ce qui est en adéquation avec ma personnalité et mes valeurs.

Autour de moi, tout le monde me dit que j'exagère. On me dit d'un ton moqueur que je "découvre la vie", que tout le monde est dans cette situation, que "c'est ça le travail", et que je vais bien m'habituer. Je n'ai franchement pas de soutien, et j'ose penser que mes ressentis sont quand même valables, et qu'ils ne devraient pas être balayés aussi facilement d'un revers de main.

Je suis 100% d'accord avec toi. Je pense qu'ils tiennent ce discours fataliste pour échapper au fait qu'ils sont responsables de leur situation, de leur choix professionnel et de leur éventuelle souffrance au travail qui en découle. Si j'osais, je dirais que c'est tout simplement de la lâcheté. A notre âge, ce serait triste d'être déjà blasés et résignés ! On a de l'énergie à revendre, pour se battre... Haut les coeurs et bon courage. Je te laisse avec deux citations d'un auteur que j'aime bien qui s'appelle Christian Bobin :

À quoi reconnaît-on les gens fatigués. À ce qu'ils font des choses sans arrêt. À ce qu'ils rendent impossible l'entrée en eux d'un repos, d'un silence, d'un amour. Les gens fatigués font des affaires, bâtissent des maisons, suivent une carrière. C'est pour fuir la fatigue qu'ils font toutes ces choses, et c'est en la fuyant qu'ils s'y soumettent. Le temps manque à leur temps. Ce qu'ils font de plus en plus, il le font de moins en moins. La vie manque à leur vie.
Les braves gens tristes ont toujours prétendu que les choses étaient très compliquées et qu'il fallait beaucoup mûrir avant de les saisir. Ce discours sur la complexité des choses est, il n'y a pas d'autre mot, le discours d'un salaud, de celui qui s'adresse à l'enfant pour lui dire : tais-toi.
Princeton
Princeton

Messages : 1367
Date d'inscription : 09/03/2014
Age : 31
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

L'enfer, c'est au bureau Empty Re: L'enfer, c'est au bureau

Message par UK09 le Jeu 23 Juil 2015 - 9:41

Désolé de ruiner ta vie. La paperasse, on a tous à en faire. C'est bête, c'est ingrat mais sans l'administratif de base, rien ne se produit. : pas de mémoire, pas de trace, pas de Droit, pas de décision justice appliquée, pas de société moderne.

Concernant les gens qui te disent que c'est la vie. Ouais, ça aide pas d'avoir à entendre des trucs aussi débiles. La vie, c'est bien plus que ça. Et je te rassure, tu vas vite prendre des automatismes maintenant. Ça ira mieux.

Un stage, c'est l'opportunité pour toi d'apprendre en direct et de monter au créneau. Espérer que l'on te donne du boulot intéressant juste parce que c'est un stage bac+5, c'est naïf. Tu dois rester alerte et te créer des occasions de montrer ce que tu peux faire.
Par exemple, il existe des stages en BTS où si à la fin de ta période en entreprise, tu n'as pas fait avancer celle-ci, ton rapport ne dépasse pas la moyenne. Et si en plus, c'est en lien avec le projet de BTS - sur deux ans le projet - ça veut dire deux matières à gros coefficient plantées.
Rassure-toi, cette mentalité de "j'ai eu mon stage, youpi" est très répandue. Raison de plus pour toi de ne pas y adhérer et de te mettre en position pour gagner des points. Sois proactive.
UK09
UK09

Messages : 958
Date d'inscription : 28/07/2013
Age : 32
Localisation : La tête dans les nuages, les yeux dans un décolleté, de jolis yeux ou sur une paire de fesse, les pieds dans mes sandales, les mains sur un livre, du thé dans un thermos, sous un arbre quelque part dans Nantes. Ou entrain de faire l'imbécile avec mon fils.

Revenir en haut Aller en bas

L'enfer, c'est au bureau Empty Re: L'enfer, c'est au bureau

Message par B-Alaska le Dim 26 Juil 2015 - 23:30

Tout d'abord, merci à tous pour vos réponses.
matimote a écrit:Bienvenue à toi.

 Pour avoir vu défiler des dizaines de stagiaires, j'espère déjà que tu as parfaitement conscience que dans la majorité des cas on ne refile pas les tâches les plus intéressantes à faire aux stagiaire, mais plutôt les tâches que personne ne veut faire, celles qui sont répétitives et intellectuellement peu enrichissantes.
 Le tout est de savoir ce qu'il advient après, une fois embauchée pour de vrai ! Sais-tu réellement à quoi t'attendre et est-ce que ça t'intéresse ?
 Sinon, concernant tes horaires, il s'agit juste d'une question de rythme à prendre. Une fois que ton cerveau aura automatisé certaines tâches, tu te fatigueras sans doute beaucoup moins. Bonne chance à toi en tout cas.

Je te remercie pour tes encouragements. Concernant l'épuisement que je mentionnais, ce n'est pas une question d'automatiser ou non certaines tâches, c'est simplement que je suis épuisée de ne faire "que" ça de mes journées. De ne pas avoir des à-côtés, hors weekend.

Ensuite, à terme j'aimerais plutôt travailler dans un autre métier (toujours dans le droit, mais j'aimerais travailler dans une banque, plutôt comme juriste du coup), mais je suis un peu le "parcours type" pour s'y rendre, qui passe souvent par la formation que je poursuis (qui permet de gagner de l'expérience, principalement, et qui fait joli sur le CV....).

Princeton a écrit:Salut,

Comme je te comprends ! J'ai travaillé aussi en cabinets d'avocats, et mes horaires étaient plutôt du 9h-Minuit voire plus, mais c'était toujours de grosses structures et spécialisées en droit des affaires et des sociétés. Je te conseille de terminer ton stage afin d'aller au bout des choses, parce que tu t'es engagée, parce que tu apprendras quand même des choses, et parce que les tâches deviennent parfois plus intéressantes au fil du temps.

Pour le reste, j'ai été amené suite à ma dernière expérience en cabinet à partir en année sabbatique pour voyager, puis à entamer une thérapie psychanalytique, et de fil en aiguille, à accepter que je n'étais pas fait pour travailler dans le domaine du droit des affaires en tant qu'avocat d'affaires (ce qui m'apparaît évident a posteriori). Je suis en train de me réorienter, même si ça a été difficile de revoir mes plans et de trouver le courage de bifurquer de voie. Je pense que c'est avec une contrepartie plus précieuse : faire ce qui me plaît, et ce qui est en adéquation avec ma personnalité et mes valeurs.

Autour de moi, tout le monde me dit que j'exagère. On me dit d'un ton moqueur que je "découvre la vie", que tout le monde est dans cette situation, que "c'est ça le travail", et que je vais bien m'habituer. Je n'ai franchement pas de soutien, et j'ose penser que mes ressentis sont quand même valables, et qu'ils ne devraient pas être balayés aussi facilement d'un revers de main.

Je suis 100% d'accord avec toi. Je pense qu'ils tiennent ce discours fataliste pour échapper au fait qu'ils sont responsables de leur situation, de leur choix professionnel et de leur éventuelle souffrance au travail qui en découle. Si j'osais, je dirais que c'est tout simplement de la lâcheté. A notre âge, ce serait triste d'être déjà blasés et résignés ! On a de l'énergie à revendre, pour se battre... Haut les coeurs et bon courage. Je te laisse avec deux citations d'un auteur que j'aime bien qui s'appelle Christian Bobin :

À quoi reconnaît-on les gens fatigués. À ce qu'ils font des choses sans arrêt. À ce qu'ils rendent impossible l'entrée en eux d'un repos, d'un silence, d'un amour. Les gens fatigués font des affaires, bâtissent des maisons, suivent une carrière. C'est pour fuir la fatigue qu'ils font toutes ces choses, et c'est en la fuyant qu'ils s'y soumettent. Le temps manque à leur temps. Ce qu'ils font de plus en plus, il le font de moins en moins. La vie manque à leur vie.
Les braves gens tristes ont toujours prétendu que les choses étaient très compliquées et qu'il fallait beaucoup mûrir avant de les saisir. Ce discours sur la complexité des choses est, il n'y a pas d'autre mot, le discours d'un salaud, de celui qui s'adresse à l'enfant pour lui dire : tais-toi.
Je suis moi aussi en cabinet d'affaires (petit par contre !), mais l'été aidant, pour l'instant je ne fais "que" ces horaires-là. Egalement, j'ai tendance à partir assez tôt d'une manière un peu...forcée, et on ne me dit rien de négatif pour le moment, comme je rends les choses en temps et en heure. Pour avoir eu un retour d'expérience, l'activité va s'intensifier par la suite. Je ne sais pas comment je vais tenir, déjà que je me sens très mal psychologiquement, je ne sais pas si je pourrai continuer si les horaires s'allongent encore.

J'avais d'ailleurs choisi ce stage car je voulais être dans une petite structure qui me permettrait d'être plus près des dossiers, des gens... En fait, c'est limite tout l'inverse, tout le monde est enfermé dans son bureau, personne ne mange ensemble... L'ambiance est juste déprimante ! Donc elle ne compense pas le manque d'attrait pour les tâches qui me sont confiées. Les journées sont très, très longues, et j'ai l'impression de ne pas tenir psychologiquement parlant.

Mais ton message était très agréable à lire, et je vois que je ne suis pas la seule à ressentir ce que je ressens actuellement vis-à-vis de ce stage ! Tes citations sont par ailleurs très intéressantes.
UK09 a écrit:Désolé de ruiner ta vie. La paperasse, on a tous à en faire. C'est bête, c'est ingrat mais sans l'administratif de base, rien ne se produit. : pas de mémoire, pas de trace, pas de Droit, pas de décision justice appliquée, pas de société moderne.

Concernant les gens qui te disent que c'est la vie. Ouais, ça aide pas d'avoir à entendre des trucs aussi débiles. La vie, c'est bien plus que ça. Et je te rassure, tu vas vite prendre des automatismes maintenant. Ça ira mieux.

Un stage, c'est l'opportunité pour toi d'apprendre en direct et de monter au créneau. Espérer que l'on te donne du boulot intéressant juste parce que c'est un stage bac+5, c'est naïf. Tu dois rester alerte et te créer des occasions de montrer ce que tu peux faire.
Par exemple, il existe des stages en BTS où si à la fin de ta période en entreprise, tu n'as pas fait avancer celle-ci, ton rapport ne dépasse pas la moyenne. Et si en plus, c'est en lien avec le projet de BTS - sur deux ans le projet - ça veut dire deux matières à gros coefficient plantées.
Rassure-toi, cette mentalité de "j'ai eu mon stage, youpi" est très répandue. Raison de plus pour toi de ne pas y adhérer et de te mettre en position pour gagner des points. Sois proactive.
Tes remarques rejoingnent un peu celles de matimote, dans la mesure où vous êtes tous les deux restés bloqués sur la notion de "stage". Si j'avais parlé d'emploi, vos réponses auraient été différentes ? J'ai l'impression que oui...

Et par ailleurs, je suis ce qu'on appelle "pro-active", là n'est pas le soucis.

Merci encore à vous trois.

B-Alaska

Messages : 6
Date d'inscription : 22/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'enfer, c'est au bureau Empty Re: L'enfer, c'est au bureau

Message par UK09 le Lun 27 Juil 2015 - 9:31

Si j'avais parlé d'emploi, vos réponses auraient été différentes ? J'ai l'impression que oui...
Ma réponse est la même; école, travail, stage, vie de famille: la routine a du bon, et pour se défaire du mauvais ennui, il faut rester alerte, choper le déclic ou créer le déclic.

En fait, c'est limite tout l'inverse, tout le monde est enfermé dans son bureau, personne ne mange ensemble... L'ambiance est juste déprimante ! Donc elle ne compense pas le manque d'attrait pour les tâches qui me sont confiées. Les journées sont très, très longues, et j'ai l'impression de ne pas tenir psychologiquement parlant.
As-tu essayé de remédier à cela? Si oui, comment ont-ils réagi? Il est possible que ton état psychologique est davantage justifié par les personnes que par les tâches; les tâches n'étant qu'un catalyseur.

Et faire x ou y activité pour embellir un CV, bon, disons le, c'est vraiment un truc qui prend la tête. C'est clair.

En espérant que tu puisses trouver de quoi faire tiquer les gars de ta boite sur tes capacités.[/quote]
[/quote]
UK09
UK09

Messages : 958
Date d'inscription : 28/07/2013
Age : 32
Localisation : La tête dans les nuages, les yeux dans un décolleté, de jolis yeux ou sur une paire de fesse, les pieds dans mes sandales, les mains sur un livre, du thé dans un thermos, sous un arbre quelque part dans Nantes. Ou entrain de faire l'imbécile avec mon fils.

Revenir en haut Aller en bas

L'enfer, c'est au bureau Empty Re: L'enfer, c'est au bureau

Message par elooO le Mar 28 Juil 2015 - 15:12

hello,

désolée mais je vais rebondir aussi sur le "stage" : c'est l'une de tes premières expériences, tu découvres le vrai quotidien d'un métier pour lequel tu as étudié... et ses inconvénients... mais arrivée là, il faut valider ton diplôme, et peut être ensuite trouver un déclic, ou une structure, un contexte, une mission, quelque chose partant de là qui te permettra de trouver ton équilibre ...

elooO

Messages : 241
Date d'inscription : 09/12/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

L'enfer, c'est au bureau Empty Re: L'enfer, c'est au bureau

Message par Invité le Ven 31 Juil 2015 - 12:02


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum