Le cafard du 2 janvier

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le cafard du 2 janvier

Message par Invité le Jeu 13 Jan 2011 - 8:57

@Lanza : ça fait quand même plaisir de voir ça (je me souviens de quand tu es arrivé^^) cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le cafard du 2 janvier

Message par Invité le Jeu 13 Jan 2011 - 10:16

Le réel, ton réel, c'est toi, ce qui t'entoure immédiatement, ici et maintenant. Ton épouse, ton chat, ton ordi, ton chez toi. Ce que tu fais maintenant. Ce que tu décide de faire juste là, tout de suite. Là dessus, tu as le pouvoir.

Il t'appartient de faire en sorte d'aller bien, maintenant, et au maximum pour les maintenants qui suivront. Si tu vas bien, tes proches le ressentiront, et ça va rebooster le moral de certains. Pas tous. Et eux même, s'ils vont bien, ça aura un impact sur leur entourage. Nous sommes une maille d'un tissu à l'échelle planétaire, et ce n'est que sur cette maille que nous ayons le pouvoir. Essayer de faire en sorte que les autres aillent bien, à notre détriment, c'est déporter notre responsabilité sur eux. "Je vais mal, parce que ça va mal." Ben non. Essayer de corriger des problèmes d'ordre global en les prenant dans leur globalité c'est aller au casse pipe, parce que c'est prendre le problème à l'envers. On ne peut pas donner ce qu'on n'a pas.

Oui, j'entends bien. Mais déjà ce qu'on peut faire en termes de "petits gestes" au quotidien, pardon, ce qu'on doit faire, il y a de quoi épuiser une vie entière même si on s'impose de se négliger complètement pour tout donner aux autres - tout ce qu'on a. Tu sais quel est mon métier, mais tu n'imagines même pas le nombre de fois où l'on me reproche de ne pas, aussi, m'investir sur des tas d'autres choses - "comment ça se fait que tu ne te préoccupes pas des pauvres" (sous-entendu tu ne fais même pas un peu de bénévolat aux restaus du coeur, tu ne passes même pas ton 31/12 au réveillon des sans-abri), "tu ne te préoccupes même pas du recyclage, des économies d'énergie, de la faim dans le monde, etc etc alors qu'il y a tant de petits gestes simples à faire, juste un peu de temps à donner". Je passe sur l'association à but totalement futile (foot) à laquelle j'ai consacré beaucoup de temps pendant cinq ans et dont je ne suis même plus adhérent. C'est beau, tout ça ! C'est méritoire, c'est du propre !
Voilà pour le "faire". Quant à "l'être", ça bloque, avoir le moral tout guilleret ou optimiste me semblerait une preuve d'indifférence aux souffrances qui m'entourent, "ça ne m'atteint pas, puisque je vais bien quand même; c'est la preuve qu'en réalité je m'en fous". Comment peut-on aller bien, le diffuser autour de soi, sans que cela soit ou soit perçu comme une injure à la réalité d'un monde qui souffre ? Que je regarde l'actu tous les matins ou pas, ce que je vois autour de moi m'inquiète, voire me consterne, je n'arrive pas à avoir le moral avec tout ça, moi !... Restreindre l'horizon sur lequel je fonde mon état d'esprit, je n'y arrive pas, j'aurais l'impression de me construire une bulle de mensonge, de faire l'autruche.

C'est l'éternel problème du lâcher prise. Lâcher ? Il existe une pression sociale et intérieure pour se montrer très préoccupé et inquiet de l'état du monde (proche ou lointain) ainsi que le constat objectif que pour un très grand nombre de problèmes, nous avons des "petits gestes" faisables, assez pour nous vider entièrement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum