Inserez un titre ici.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Inserez un titre ici.

Message par Méandre le Jeu 10 Avr 2014 - 15:33

Bonjour, bonsoir.

Avant de commencer, je tiens à dire que, bien souvent, j'ai du mal à m'exprimer. J'entends par la que ce que je dis est interpréter d'une autre manière et versa, ce qui donne souvent lieu à des quiproquo. Si je m'étends sur un sujet en donnant des exemples, c'est uniquement pour éviter au maximum ce genre d'erreur.

Rapide Présentation :
Cela fait un moment que je passe sur ce forum, sans jamais répondre. Je me décide enfin a venir, non pas pour un diagnostic ou une solution, mais pour partager mon ressenti, mes pensées, pouvoir éventuellement débattre sur un sujet, choses que je ne peux faire avec la majeure partie des gens. Ces derniers trouvent mes centres d'interets trop compliqués et, pour les citer "savoir ça ne changera pas ma vie" et "je m'en fout, c'est trop chiant".
Je suis une fille de 20, étudiante en Biologie , Biochimie et Physiologie cellulaire (BBCP). Je me suis rendue compte de ma diffèrence a mes 3 ans, quand je suis rentrée en maternelle et fait la rencontre de ma génération. J'ai du mal a m'adapter a cette dernière. Je n'aime pas grand chose qu'ils aiment (fête, alcool, etc...) et la majorité d'entre eux ne comprennent pas mon mode de vie. Pour beaucoup, aimer le calme et les livres, c'est juste être un gros no life qui sait pas s'amuser.
Et pourtant.
Beaucoup me considère comme froide, distante, introvertie, abrupte, imbue de sa personne, solitaire, indépendante, imprévisible, cultivée, préferant être spectateur qu'acteur, analytique. Certains me trouvent bizarre, a penchant psychopathique, agressive et flippante. Mais je les emmerde.
J'adore manger (je mange plus que mon père) mais aborde un IMC normal. J'ai besoin de beaucoup de temps seule, n'aime pas la foule et suis très vite stressée par elle. J'ai tendance a rester dans mon coin en cas de surnombre, a m'enfermer dans ma bulle, mon imaginaire. Je suis très sensible aux bruits (je peux entendre la radio éteinte, le courant electrique dans une ampoule, la respiration d'une personne loin) et suis très souvent aggressée par ces derniers (tout devient très vite une cacophonie qui me donne mal au crâne). La lumière me brule la rétine assez facilement, ce qui, lors de manipulation avec le microscope, est très désagréable. Je suis assez maladroite et me blesse souvent. Je suis dure a la douleur et, lorsque je suis malade, ne présente qu'un ou deux symptomes sur la totalité possible, ce qui embête mon medecin.

Je suis ici car certains de mes proches me pensent comme schizoide, surdouée et/ou même ayant le syndrome d'asperger.
Je n'en sais rien. Peut être que cela expliquerait de nombreux traits de mon caractère, mes difficultés sociales, mais il ne me semble pas que cela puisse changer le regard des autres et ma qualité de vie. J'aurai des réponses, mais pas de solutions. De toute façon, sans un passage chez les profesionnels, je ne le saurai surement jamais.

Scolarité:
Spoiler:
Habitant dans un village, je n'avais jamais eu d'interactions, ou trop peu pour m'en souvenir, avec d'autres enfants en bas âge.

Primaire,
J'ai passée le cap de la maternelle non sans difficultés. Sociales tout du moins. J'été peu aimé car diffèrente physiquement (j'étais en léger surpoids) et moralement (rebelle, sauvage, garçon manqué, elativement brute dans ses propos, etc...) si bien que je n'ai eu qu'une amie durant cette periode. Ce que j'entends par ami, c'est avec qui on joue régulièrement, on se comprend, et qui te soutien. Pas uniquement le petit dialogue que tu as avec ton voisin de table sur la difficulté d'un exercice; ou dans la cour de recré, le seul jour ou tu as joué avec quelqu'un d'autre. J'étais très bonne éleve, je ne révisais pas, et apprenais mes poésie en une ou deux lectures. Je m'ennuyait pas mal en cours, et avait du mal a faire la diffèrence entre les termes "orthographe", "conjugaison", "vocabulaire" et "grammaire". Je demandais toujours a mon amie ou ranger mes exercices, car j'étais perdue. J'étais deuxième de la classe.
Dans mes bilans d'années, on retrouve continuellement les termes : serieuse, aime travailler, énergique, reservée, quelques difficultés de caractère.
Ce dernier terme ce refère a ma "sauvagerie". Les profs avaient du mal a me canaliser. J'étais très brute dans mes propos, même avec les adultes, ce qui passait pour de l'insolence.

Au collège, je pense que beaucoup sont dans mon cas, ce fut un désastre. La première année, mon ami m'a quittée, car une autre fille, espèce de cafard que j'aimerai ecraser, lui a raconté tout un tas de trucs improbables sur moi. Je suis restée plus de 6 mois sans amis. Sans personne durant les récrés, les perms, les cours. Je pleurais souvent en rentrant de chez moi, mais uniquement lorsque mes parents n'étaient pas. J'étais raillée au collège tout comme dans le bus, tapée, poussée... A la fin de la 6eme, mon amie s'est finalement rendue compte de son erreur, et est revenue en s'excusant. Cela n'a pas changé grand chose a ma situation, mais au moins, j'avais quelqu'un, un soutien.
J'étais très souvent malade, parfois pour des raisons obscures. Je ne voulais juste pas aller en cours et subir le regard et la méprise des autres.
Dans mes bilans d'années, bien que les termes "serieuse" et "aimant travailler" sont redondants, je suis passée de "énergique" a "reservée", "peu de participation orale". En 5eme, il faut rajouter le terme "a son petit caractère", toujours a cause de la dureté de mes propos, surtout en débat; en 4eme "sauvage" ainsi que "sauts d'humeur frèquents"; et en 3eme "difficulté avec ses petits camarades", "sauvage", "attitude a travailler". Dans de nombreuses matières, les profs ont annotés "ne semble pas donner tout son potentiel" alors que j'avais facilement 16 de moyenne.
La encore, je ne révisais pas, tout au plus, je relisais une notion durant l'intercours précèdent le controle. Difficulté en langues, surtout espagnol. Facilité en physique, chimie, SVT et mathématiques.

Au lycée.
Ma meilleure amie ayant perdu son père, elle a cessé d'aller en cours, pour les avoir par correspondance.
Déclin total.
Même difficulté sociale, je n'étais pas assez féminine pour plaire aux garçons et aux filles, ni les même gouts; caractère consideré comme "sauvage et imprévisible" qui donnait quelques soucis avec mes camarades de chambrée (j'étais interne), avant de finalement être appreciée par elles (l'une d'entre elle était dans ma classe de seconde, si qui me semble avoir facilité les liens); ainsi qu'aux profs. Régression en Maths et Physique-Chimie, car je ne révisais toujours pas, avant de devoir le faire au troisième trimestre pour passer en S. J'ai ressenti pas mal de frustration de devoir ouvrir mes livres comme le commun des mortels. J'ai toujours eu du mal a me concentrer sur des choses que je connaissais et ne pouvait approfondir, comme un cours.
Passage en première S.
Ma meilleure amie revient finalement, mais en L.
Toujours plus de difficultés car je n'avais personne. Régréssion (je ne parvenait pas a voir la moyenne générale), toujours autant de difficulté a ouvrir mon cours, frustration, énervement de ne pas apprendre ce que j'aime (surtout lorsque les profs te disent "vous verrez ça plus tard", ou, pire "admettez ce terme".). Dès Janvier, je n'ai pas cessé de tomber malade (stress, et aucune envie d'aller au lycée tant j'étais mal la bas), une semaine sur deux j'étais en cours, l'autre, a l'hopital. Je revenais, comme par hasard, lors des interros, et mes profs étant peu compréhensifs, je devais les faire sans avoir eu le cours. "Tu aurais du demander le cours a quelqu'un, c'est de ta faute". Mais a qui? Personne ne m'aimait, et j'étais très loin (puisque interne). Je devais redoubler, mais j'ai refusée. "Tu vas droit au mur".
Passage en terminale.
Découverte de la philo et de bons profs. Je ne suis plus tombée malade.
Bac eu du premier coups sans reviser. Sans mention, certes, mais une certaine victoire face a mes detracteurs.

Fac de Sciences.
Je me suis très vite rendue compte que je n'étais pas faite pour la fac. Trop de gens, pas assez de soutien.
J'ai retapé ma première année de 0,5 points (frustration). Toujours autant de difficultés a ouvrir mes cours, j'ai l'impression de me salir, ça me dégoute pas mal.

Amis :
Spoiler:
Peu d'amis irl.
Une seule vraie en fait, que je connais depuis 17 ans. Elle me considère comme sa soeur, et j'apprécie énormement nos discutions. Elle aime apprendre, connaitre, comme moi; et même si nos caractères ne sont pas les mêmes, elle ne me rejette pas pour mes écarts, et s'en amuse même. C'est toujours un plaisir de lui parler, même si nos études post bac nous ont éloignées de plusieurs heures de route.
Quelques connaissances appréciables en cours, mais cela s'y limite. Pas de contact en dehors de la fac, ou uniquement lorsqu'il s'agit de se retrouver pour travailler un compte rendu.

Un peu plus iwl.
Deux, voir trois. Une que je connais depuis 7 ans, une autre depuis 5 ans, et une autre depuis 3 ans.
La première m'est totalement diffèrente. Extravertie, narcissique, aimant être au devant de la scène, mais aussi très sensible, fleur bleue, ressentant des émotions par paquet, toujours la pour les autres... C'est néanmoins grace a sa susceptibilité que j'ai reduit ma dureté de propos, bien que je reste pour beaucoup quelqu'un sans tact. Nous avons peu de sujets aimés en commun, et bien souvent, nous nous demandons comme nous faisons pour être amie tant la diffèrence est flagrante. C'est ainsi, j'aime lui parler même si c'est souvent sans profondeur, n'aimant pas se prendre la tête.
La deuxième est plus extraverti que moi, mais reste dans l'introversion. Beaucoup de diffèrentes idées, mais des caractères s'harmonisant sur plusieurs points majeurs. Avide de connaissances.
La troisième m'est encore plus identique, non pas pour le caractère, mais pour ses experiences de vie et ressentiment. Débats plus profonds, très appréciables.

Famille :
Spoiler:
Soeur (grande) : enfance difficile, souvent a se battre; plaisir a petite dose dans l'âge adulte. Hobbies communs. Elle me reprend très souvent, cherche, il me semble, a me soumettre a son avis, aime me traiter comme une enfant en bas age. Avis mitigé, elle m'énerve souvent, mais je ne peux m'empecher de constemment la proteger.
Père : immature, mais gentil et calme, adore chahuter avec moi (avec ou sans mon conssentement). Plus un frère qu'un père. N'est pas d'un grand soutien, ne me donne jamais son avis quand je lui demande ("fais comme tu veux", "je sais pas"). Peu de conversations. Tout le monde dit que ma soeur lui ressemble, et ils partagent une vraie relation entre eux. J'ai parfois l'impression qu'il m'ignore quand elle est la. Avis mitigé aussi.
Mère : ultra protectrice, brute, hyperactive et maniaque. Idolatre ma soeur, me compare souvent a elle. Son avis change souvent du puiblic au privé. Pas d'un grand soutien non plus, considère mes propos et actions avec peur je crois. Quand je lui ai demandé de voir un psy au lycée, par sms, elle m'a rassurée; et lorsque je suis rentrée a la maison, m'a descendu et sous entendu que j'étais un monstre. Complicité legere lorsqu'elle m'apprends quelque chose (cuisine, tricot, etc...), bien qu'elle est tendance a me reprendre constemment. Avare en compliments, prefère visiblement me descendre au profit de ma soeur. Avis mitigé. Souvent en dualité, en conflit.
Reste de la famille : me considère comme sauvage, reservée, difficile a maitriser et imprévisible. Certains apprécient les conversations profondes avec moi, d'autres me trouvent présomptueuses.

Bien que l'avis soit mitigé, je les aime quand même et, en moment de complicités, bien que rares (ou alors, pas assez nombreux a mon gout), je peux percevoir de l'amour. Mais peut être pas autant que j'en ai besoin.
Difficile a dire.

Je vais me repeter, mais :
Je ne cherche pas de solutions ici, tout au plus quelques réponses. C'est d'ailleurs dans cet état de pensée que j'ai longtemps hésiter a consulter. Néanmoins, ayant peur du téléphone, je me suis contenté d'un mail, en Décembre, qui n'eut jamais de réponses. Après tout, même si on découvre quelque chose, est-ce que cela changera mon caractère, mes pensées? Non. Il n'y aura qu'une réponse. Et même si j'aimerai la connaitre, en sachant qu'elle ne me changera pas, et n'améliorera en rien ma vie, je peux passer 20 autres années a attendre. Ce que je cherche ici, c'est avant tout d'autres personnes avec qui parler de sujets que le communs des mortels ignorent ou prefere éviter car "trop prise de tête" pour citer les propos. Apprendre certaines choses sur les zèbres, quelques soient leurs rayures, de nouveaux avis et pensées, éventuellement partager quelques experiences et compréhension.

Voila voila.
merci a ceux qui ont tout lu. Si vous avez des questions ou que vous n'avez pas tout compris, demandez.

Méandre
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Lencoll (le Lobby LGBT) le Jeu 10 Avr 2014 - 16:00

A propos du syndrome d'Asperger c'est vrai que c'est troublant, l'énorme corrélation qu'il y a avec la surdouance, y a de quoi se poser des question  scratch Mais toi au moins t'as eu un ami avant le lycée, c'est pas si grave Very Happy Ah oui les bruits de la foule qu'est-ce que c'est irritant des fois, et pis les gens qui avancent n'importe comment sans calculer où ils vont, et puis comme on se sent trop mal quand on se rend compte que c'est nous les psychopathes Very Happy
Je pense quand même qu'un diagnostic peut aider, pour mieux se comprendre et se dire qu'on est pas anormal, comprendre son fonctionnement et faire avec blablablaaa je dis que des banalités mais c'est ça quand même.

En tout cas bienvenue sur le forum ! Very Happy

Lencoll (le Lobby LGBT)
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 465
Date d'inscription : 06/01/2014
Age : 20
Localisation : Région parisienne - Barcelone

https://www.facebook.com/arliviou/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par valerian le Jeu 10 Avr 2014 - 16:12

Méandre a écrit:
Beaucoup me considère comme froide, distante, introvertie, abrupte, imbue de sa personne, solitaire, indépendante, imprévisible, cultivée, préferant être spectateur qu'acteur, analytique. Certains me trouvent bizarre, a penchant psychopathique, agressive et flippante. Mais je les emmerde.

le "je les emmerde" ma fait éclater de rire ^^

a et bien je crois que se que je vais dire d'autre te le diront aussi mais ... je me retrouver unpeux dans se que tu dit  Smile 

j’espère que tu trouvera se que tu est venue chercher ^^

bienvenue dans la savane !!!

valerian
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5789
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 18
Localisation : chez les fifou de saint Nazaire ( lycée xp )

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Méandre le Jeu 10 Avr 2014 - 16:27

Lencoll> Oui, beaucoup de SA sont surdoués, et de nombreux "symptomes" sont en commun entre SA et sourdouance, ce qui fausse bien souvent le diagnostic.
Oui, j'ai eu de la chance d'avoir une amie, mais, malheureusement, je ne suis pas sure que cette amitié est été parfaite. A de nombreuses reprises, elle a été intimidée pour ne plus me parler, et a souvent été questionnée comme "tu n'as pas honte de trainer avec elle?" en me designant. Bien entendu, j'ai été blessée par les propos, mais bien plus encore de voir que le fait de ne pas être aimée pour ma diffèrence a fait d'elle une victime...

Je pense qu'ils me nomment psychopathe parce que je ne m'attache pas, ou trop peu, aux gens, que je ne montre pas mes sentiments, et n'apprécie guère la pitié et autre pêche aux compliments.
Quant a savoir ce que je suis, oui, cela m'apporte de réponses, mais aucune solution. Ce que je veux dire, c'est que je saurai ce que j'ai, ce que je suis, mais cela ne changera en rien. Les gens me regarderont toujours comme une bête curieuse, avec ou sans nom.

Merci beaucoup de ton acceuil.

Valerian> Oui, je suis aussi inscrite sur un forum SA, et les gens se retrouvent dans mes dires, et vice versa; A n'en pas douter, je me retrouverai aussi dans les dires de la majorité du forum. Est-ce que cela a une signification? Allez savoir...

Merci beaucoup!

Méandre
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Kass le Jeu 10 Avr 2014 - 17:50

j'ai aussi ri à "je les emmerde".

une autre insolente te souhaite la bienvenue !

Kass
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4680
Date d'inscription : 26/03/2014
Localisation : Sweetzerland

Revenir en haut Aller en bas

Sourdouance

Message par Numero6 le Jeu 10 Avr 2014 - 19:48

de nombreux "symptomes" sont en commun entre SA et sourdouance

Parole d'Aspie !

Sourdouance comme reformulation du syndrome d'Asperger.

Tu commences fort.

Bienvenue.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5525
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Méandre le Jeu 10 Avr 2014 - 20:06

Ca arrive les fautes d'orthographe :I
Je voulais bien entendu dire "surdouance".

Méandre
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Numero6 le Jeu 10 Avr 2014 - 20:24

Oui, mais l'erreur de frappe est trop belle.
Sourd comme fermé au monde, et Douance comme... douance.

La lucidité de la description de ta famille m'a laissé pantois. Je suis pressé d'en savoir plus, mais j'ai préféré opter pour un esprit plus léger pour ton arrivée.

Et puis moi, j'écoute les femmes (les hommes aussi dans les moments d'ennui). Tu dis "Insérez un titre ici", moi j'insère.

Sache que je suis le président de la Ligue pour le Respect des Fautes d'Orthographe tant que ça ne pique pas les yeux.

Re-bienvenue.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5525
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Méandre le Jeu 10 Avr 2014 - 21:11

Ah, je pensais que c'était une sorte de combo "sous" (car le gens lambda considère que autiste = imbécile), de "sourd" (dans le sens "je ne te comprends pas") et de douance. Donc SA = imbécile incompréhensible, en gros. D'ou ma réaction. Navrée.

Pour ce qui est de ma famille, j'ai beaucoup de mal a la décrire tant les relations sont complexes. De plus, il y a le ressenti par coups : quand ma mère me compare a ma soeur, j'ai l'impression de n'être qu'une merde, un mouton noir a ses yeux; mais quand on partage un petit moment ensemble, j'ai le sentiment d'avoir des liens tout ce qu'il a de plus normaux, et je me rend compte qu'elle m'aime quand même. D'ou mon avis mitigé. Ce ne sont pas des cas isolés, qui arrivent parfois dans toutes familles. Ils sont réellement constants. Combien de fois l'ai-je entendu, devant des invités, faire louange a ma soeur, a ses études, son parcours pro, son copain, sa belle famille; et n'eut pour moi qu'un "elle cherche sa voie". C'est pas faux, en soit. Mais ça me laisse l'arrière gout du "elle on s'en fout".

Méandre
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Numero6 le Jeu 10 Avr 2014 - 21:36

Tu la décris très bien ta famille, trop bien, cela en devient presque une description clinique.
J'y vois l'écho d'un article que je viens de lire consacré... aux garçons surdoués.

www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=PCP_011_0205

Il n'y a aucune allusion à ton identité. Je constate simplement que les mêmes causes produisent les mêmes effets, qu'il s'agisse d'une fille ou d'un garçon. L'article en lui-même est critiquable, la pensée de départ est validé par des interprétations magiques de tests improbables, et aboutit à la conclusion que l'impression de départ était la bonne.
Magie de la psychanalyse.
C'est le parallèle entre ta description et celle de cet article qui m'a fait tiquer (je tique souvent, c'est mon péché mignon).

Les Aspies (mais aussi 99% de la population française, et je n'ai pas testé les autres peuplades) sont susceptibles de voir de mauvaises intentions là où je ne souhaite nullement en placer. Si tu le ressens comme tel, n'hésite pas à me faire lever l’ambiguïté.
Je vis très mal le fait de blesser quelqu'un à qui je voulais montrer mon intérêt.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5525
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Méandre le Jeu 10 Avr 2014 - 22:05

Ne t'inquiètes pas, comme je l'ai dit, les gens ont tendance a ne pas me comprendre, tout comme j'ai tendance a ne pas les comprendre. Tu as peut être mal dit ton point de vue, j'ai peut être mal interpreté. Quoiqu'il en soit, le quiproquo est clos, mais je dois avouer que cela m'arrache un sourire de voir que dès la première page, il en survient deja un.

Pour ce qui est de l'article, je vais le lire et te ferai part de mon avis.
De toute façon, on m'a toujours dit que j'étais un garçon manqué, et bien souvent, quand je ne met pas en avant mon genre, on me prend pour l'un d'eux. Alors, qu'on me compare a un "cas de mâle surdoué" ne m'inquiète pas plus que cela. C'est d'ailleurs plus le terme "surdoué" qui m'interpelle que "garçon".

Edit 1 : J'éditerai au fur et a mesure, oui.
"Toutes les approches statistiques publiées à ce jour sur l'enfant surdoué
consultant font état de deux prévalences invariables : son sexe masculin et
sa place d'aîné dans la fratrie"


Je suis une fille, et la dernière de la portée.
Fail.

Edit 2 :
Navrée, mais les enfants de cette étude ont quand même des noms a la con :I

Edit 3 :
J'ai du mal a comprendre la portée de l'étude. Il m'a toujours semblé que l'enfant cherchait un conflit oedipien avec le parent de genre inversé (d'ou les "je veux me marier avec toi maman" suivit par la suite du maitre/maitresse par substitution), et visiblement, qu'il soit surdoué ou non, c'est le cas. Je ne comprend donc pas très bien en quoi cela serait un tremplin a l'eveil de soi plus rapide que chez l'enfant lambda. Mais comme tu as si bien dit, l'étude semble basé sur quelques cas et des interprétations quoique abstraites.
Enfin, c'est mon avis.

Méandre
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inserez un titre ici.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum