Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Cyril THQI le Mer 24 Juil 2013 - 7:48

Se reconnaître dans le livre de Jeanne Siaud-Facchin Trop intelligent pour être heureux ou dans des écrits similaires ne risque-t-il pas d'entraîner une euphorie nuisible aux rapports avec les proches ? Quel est votre expérience à ce sujet ? Comment éviter que le changement que le zèbre vit ait des conséquences nuisibles dans ses rapports avec ceux qu'il aime ? Je souhaite que nos réflexions puissent servir de mise en garde aux nouveaux venus.

Cette discussion est dédiée à Foxy Charlie. Elle avait écrit :

Foxy Charlie a écrit:Hé, oui, j'écris plus, je dis plus rien.
Je suis triste. Je suis vide.

J'avais un homme qui partageait ma vie il y a quelques mois.
Dix années de bonheur. Pas du toc. Pas des petits arrangements avec le quotidien. Non, un vrai truc joli, à paillettes, comme on en fait rarement. Des fous rires, des projets. Une chouette vie. Une direction.

Puis il y a eu ZC...
Rhhooo chouette, des énergumènes inclassables, des "dans mon genre"!!
La douance, c'était chose intégrée, j'ai passé le WAIS en 2007, mais j'étais passée a côté des rayures.
Ici, en vous lisant, je suis passée par toutes les couleurs. Des rires, de la joie, un certain sentiment d'appartenance.
Des émotions. Trop. Vraiment trop d'un coup.
Quelque part en moi, on ne sais où, un fusible - certainement plus fragile - en a profité pour lâcher.

Hypomanie, qu'elle a dit la dame en blanc. Mais ça, c'était après plusieurs semaines. J'ai d'abord pris le temps d'être infernale. Ne plus manger. Ne plus dormir. Hurler mon enthousiasme a longueur de journée. Inventer des théories fumeuses. Faire quelques crises de parano. Me cogner partout. Raconter ma vie a plein de gens. Parler, parler, parler. Epuiser tout le monde. Essayer d'expliquer ma vision, mon monde.
Mon compagnon a pris peur. Il est parti.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Woban le Mer 24 Juil 2013 - 7:55

Je viens de découvrir le terme d'hypomanie, ou plus exactement, je suis enfin allé voir de quoi il s'agissait Crying or Very sad 

Chier !

C'était tout moi les deux étés précédents ... AVANT ma démarche entamée seulement en juin 2012 (ou avant/pendant/et encore après) ... mais mieux maitrisée à présent, grâce aux lectures, aux échanges ici/ailleurs/IRL et à ma thérapie entamée après mes résultats de mon WAIS IV et la période trouble et de "ré-ajustements" de ma propre histoire qui a suivi (introspection, retour aux sources, nouvelles compréhensions de mes proches et de mes parents (au sens large).

Il ne faut pas douter, il ne faut pas se taire, il faut avancer, passer les caps difficiles, ne pas se laisser submerger sous une vague un peu plus haute que les autres.


Dernière édition par Woban le Mer 24 Juil 2013 - 8:33, édité 1 fois

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Harpo le Mer 24 Juil 2013 - 8:09

Merci Cyril, j'ai le même sentiment en lisant ces mots.
Mais trop tôt pour moi.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Mer 24 Juil 2013 - 8:19

Harpo a écrit:Merci Cyril, j'ai le même sentiment en lisant ces mots.
Mais trop tôt pour moi.
Trop d'idées en vrac. Trop tot aussi...

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16881
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Pieyre le Mer 24 Juil 2013 - 8:28

Je trouve très bienvenu moi aussi de placer ce texte de Foxy Charlie en exergue à cette discussion. Il est très beau et très éclairant.

Pour ma part je n'ai pas connu cette révélation d'un décalage. Les choses se sont décantées progressivement, ce qui fait que mes relations avec les autres n'ont jamais connu d'à-coups. Ce qui est marquant pour moi, depuis quelques années, c'est plutôt qu'une telle révélation existe chez certains et provoque de tels bouleversements.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15240
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par ΣΦ le Mer 24 Juil 2013 - 8:42

Prendre soin des deux côtés de la faille: son compagnon n'a pas dû comprendre ce qui arrivait et a dû se retrouver bien seul aussi face à tout ça, et pas sûr qu'il y ait eu une main tendue alors...


ΣΦ
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 209
Date d'inscription : 13/03/2013
Localisation : ici même

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Basilice le Mer 24 Juil 2013 - 9:11

Bonjour Cyril,

Merci pour ton fil.

Je ne connaissais pas ces mots-là, de Foxy, je suis triste en les lisant. Triste de ce qu'elle a pu traverser.

Je ne pense pas que l'on puisse prévenir les réactions des uns et des autres ainsi que leurs conséquences.
On peut être attentif, soutenant, ou pas, selon ce que l'on est, ce que l'on traverse soi-même.
Je vois la vie comme une succession de mues, comme si l'on changeait de peau plusieurs fois au cours de son chemin.
Les crises existentielles, les ruptures, sont des opportunités de changement pour qui peut s'en saisir.
Chacun ne le peut pas, et pas à tout moment de sa vie, selon ses fragilités et ses forces, ses ressources, son vécu.

Je pense à un homme, probablement HQI (son fils l'est), qui a disparu il y a plus de deux ans.
Il n'a pas lu Trop intelligent pour être heureux, en revanche il a vécu une suite d'épisodes malheureux qui l'ont conduit à se retirer de la vie.
Il n'a prévenu personne, n'a pas laissé de mot. Ses enfants se sont sentis coupables, pourtant ils n'y sont pour rien.
Parfois, en cherchant à mettre du sens, on s'éloigne de ce qui est et qui ne s'explique pas.
Je crois pourtant que c'est le propre de l'homme, d'expliquer ce qui ne s'explique pas, pour traverser ces moments-là, pour éloigner le néant.

J'entrevois une piste, pour ceux qui découvriraient leur zébritude et se sentiraient dépassés : ne pas céder à l'urgence, au sentiment de toute-puissance.
Prendre le temps de lire, de s'informer, de partager avec ceux qui sont disposés à le faire, sans jeter le bébé avec l'eau du bain ; se faire aider par un professionnel si l'on sent que le dérapage n'est pas loin. Prendre le temps aussi de se découvrir soi, sans s'arrêter à cette première découverte qui nous jette dans un "tout" ("il y a plein de gens comme moi" - pour autant, chacun est unique).
J'écris cela et j'ai conscience de la vacuité de ce conseil pour qui est constitué autrement, pour qui vit en se brûlant, pour qui vit à cent à l'heure.
C'est beau aussi, c'est le revers positif de la médaille, chez ces personnes pleine de coeur et d'émotions débordantes qui font bouger le monde et entraînent les autres dans leur sillage flamboyant.
Je les suis de loin, les yeux écarquillés et le sourire banane, de loin parce que je suis autre...
Prévenir, guérir, je n'y crois pas. Quand j'observe ce qui se passe en moi et autour de moi, je vois autre chose. De plus indomptable, injuste et mouvant.
Des voies, des impasses, des expériences, de la tristesse, de la beauté, des choix, des actes, des conséquences, des liens destructibles par nature.

Selon moi, tout changement s'apprivoise, d'abord.
C'est peut-être ce qui explique le fossé entre comprendre et intégrer, "empeauter" (sentir dans sa peau).
Un changement trop brusque peut déstabiliser, "tout" rompre pour "tout" recommencer peut nous plonger dans l'abyme...
Parfois nous n'avons pas de prise sur ce changement, nous le subissons.
Il me semble dans ce cas, que se laisser traverser, sans se laisser engloutir, peut être une solution.
Et exprimer son besoin d'être soutenu, aussi. Encore une fois, pour qui le peut.

Je pense à elle, et à ses proches, à ceux et celles qui sont touchés ; je renouvelle mes bises de réconfort. Long hug 





Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par FakePlasticTrees le Mer 24 Juil 2013 - 9:29

Ce texte est très parlant et explique très certainement mon départ du site pendant quelques temps.

 En effet, l'entrée sur ZC est euphorisante, on trouve des gens avec qui on a des connivences de manière très faciles peut être trop par rapport aux relations que l'on peut entretenir au quotidien ?

 Cette connivence, je l'ai eu avec Foxy à travers quelques échanges sur mon et son fil. Cette connivence est à la fois une chance mais, n'est elle pas aussi parfois une bouée à laquelle on veut un peu trop se raccrocher ?

 On ne doit pas oublier que si ZC peut nous aider à se sentir mieux et faire des rencontres enrichissantes, cela reste malheureusement un miroir aux alouettes si on arrive pas à le concilier avec l'endroit où tout se joue à savoir, notre vie de tous les jours.

 Je me rends compte que ma disparition du site pendant quelques temps voir un gros break... était sans nul doute une manière de prendre du recul, prendre le temps pour soi surtout. Cette notion de communauté est forte à travers le site mais, nous restons des individus "lambdas" avec nos problèmes du quotidien : Boulot, Amis, Amours...

 En cela, je pense que la disparition de Foxy ne peut que nous rappeler que nous sommes en tout point "normo"  par rapport à la vie.

 En tout cas, merci à elle, à ces musiques, à cette impulsion d'échange musical qu'elle avait su lancer à travers son fil, merci à elle de nous rappeler que notre vie, elle nous appartient totalement. Nous pouvons nous qualifier de toutes sortes de totem mais nous sommes avant tout, des êtres VIVANTS !

  FPT aigre-doux en cette matinée

FakePlasticTrees
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 346
Date d'inscription : 21/12/2012
Age : 33
Localisation : Bayonne/Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par mrs doubtfull le Mer 24 Juil 2013 - 9:36

Pieyre a écrit:Je trouve très bienvenu moi aussi de placer ce texte de Foxy Charlie en exergue à cette discussion. Il est très beau et très éclairant.

Pour ma part je n'ai pas connu cette révélation d'un décalage. Les choses se sont décantées progressivement, ce qui fait que mes relations avec les autres n'ont jamais connu d'à-coups. Ce qui est marquant pour moi, depuis quelques années, c'est plutôt qu'une telle révélation existe chez certains et provoque de tels bouleversements.

Beau et éclairant, certes, il l'est le texte de Foxy Charlie. Moi c'est le mot " déchirant" que je lui accole.
Il me semble que JSF met en garde dans son livre sur l'éventualité d'un bouleversement au sein des couples après la découverte de rayures.

L'accueil de la douance de mes enfants dans notre entourage m'a permis de comprendre beaucoup de choses...et l'impossibilité pour certains d'accepter cet état de fait. Une certaine jalousie, ou un désintérêt poli pour les réactions les moins acerbes.
Du coup, je me montre éminemment plus prudente dans ma recherche personnelle.
Seules 2 amies  ( je n'en ai pas d'autres d'ailleurs!) sont dans la confidence, mes parents. Je pense que ma mère et moi avons beaucoup de points communs quand à nos fonctionnements, même si j'ai énormément de mal à la supporter! Mais elle a entendu sans juger mes interrogations.

J'ai aussi tendance malgré tout à ne penser qu'à ça , et vouloir refaire tourner mon monde à cet éclairage.
Mon mari me laisse faire, mais sait aussi m'arrêter quand je me mets à délirer... ( c'est lui qui me tient par la main, les 2 pieds sur terre sur le tableau de Chagall qui me sert d'avatar!)
J'ai beaucoup de chance.

J'ai découvert aussi que j'ai passé des années  en dehors, en situation d'observatrice. Aujourd'hui j'essaie de prendre part plus active au monde, mais j'ai toujours une belle part d'inhibition qui me retient. Même si je me sens comme un volcan en éruption, l'image que mon entourage a de moi est certainement plus nuancée! Oui, je suis en train de changer, mais ce qui se passe en interne n'a pas de commune mesure avec ce que l'on peut voir de l'extérieur. (D'ailleurs je réalise que j'ai toujours fonctionné avec cette ambivalence!)

C'est sans doute la raison pour laquelle mon entourage me supporte encore.

Mon seul débordement de ces derniers temps, c'est une dépression, des angoisses etc.
Plus politiquement correct, quoique. Pas si simple . Là aussi l'image véhiculée par la dépression est loin d'être glorieuse, les médecins eux mêmes m'ont semblé très confus sur le sujet.
Mais au moins, on ne passe pas pour un prétentieux ...plutôt pour un paresseux... Quelle connerie!

Une psy voulait me soigner au lithium pensant que j'étais bipolaire. Effectivement, les changements d'humeur qui suivent la découverte de rayures peuvent faire penser à un tel tableau clinique.
J'ai fui!
Mais je comprends d'autant plus les diagnostics d'hypo ou non manie.

Mon homme depuis toujours m'envoie à la figure que je suis " plus que...." . Il est très souvent en manque de confiance  en ses capacités et imagine que je me sens supérieure à lui...  ( entre autre parce qu'il n'a pas fait d'études). Pourtant, j'admire les gens qui comme lui sont autodidactes... Mais je me méfie beaucoup de ne pas étayer l'image désastreuse du zèbre suffisant et prétentieux. Facile pour le compagnon d'un nouveau zèbre de se sentir diminué , plus à la hauteur.

Je suis juste bouleversée par le témoignage de Foxy Charlie. Un tel bonheur de se rapprocher de soi tout à coup coupé net dans son élan par la démission d'un être aimé.

Oui, il ne faut pas oublier d'enfiler des gants quand on se lance dans ce chantier.

mrs doubtfull
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 673
Date d'inscription : 16/12/2012
Age : 49
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par HarleyQuinn le Mer 24 Juil 2013 - 10:08

Je pense que c'est une possibilité en effet, cela peut arriver. Personnellement, j'ai des proches qui ont été compréhensifs, tout en me mettant bien en garde. Ils m'ont poser des questions pour etre bien certains que je n'allais pas me trouver des excuses, ou trop m'identifier et me perdre.
J'ai choisi aussi de continuer ma thérapie avec la psy qui m'a fait passer le test, et elle me permet de me centrer sur mes caractéristiques propres et pas simplement celles qui sont en relation avec la douance.
Je pense qu'effectivement il faut etre vigilent, en revanche je doute que l'on puisse mettre en garde réellement tant la soif de se sentir enfin compris, moins seul, est grande.
Peut etre que nous pouvons etre vigilents sur le forum, afin de "sentir" si une personne se perd un peu, mais c'est très subjectif, de plus, nous ne nous connaissons pas vraiment et ne savons pas nécessairement dans quel etat est la personne qui écrit. mais effectivement, je pense qu'il est essentiel de prévenir des "risques" lorsque l'on est dans cette phase de changement, d'acceptation. Peut etre un topic de "bienvenu"?
Après, l'entourage me semble très important, et nosu n'avons pas de prise là dessus.

HarleyQuinn
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 236
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 29
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Cyril THQI le Mer 24 Juil 2013 - 10:49

Je cite 2 passages du livre Tactiques du changement qui peuvent amener à réfléchir. Il s'agit de techniques utilisées par des psychiatres dans le cadre de leur travail.

Fish, Weakland et Segal a écrit:
1. Avancer lentement.

De toutes les interventions, c'est peut-être cette injonction d'avancer lentement dont nous nous servons le plus souvent. Dans certains cas, c'est notre seule intervention : nous ne recommandons pas au client de faire quelque chose ; en tout cas rien de précis, nous ne lui donnons que des consignes générales et vagues : « Il serait très important que, cette semaine, vous ne fassiez rien qui entraîne une nouvelle amélioration. » Pour l'essentiel, cette forme d'intervention consiste à donner au client de bonnes raisons d'« avancer lentement » : nous pouvons, par exemple, lui déclarer que, même dans le meilleur des cas, tout changement requiert un temps d'adaptation ; ou encore qu'il ne doit pas brûler les étapes, et qu'il lui faut avant tout déterminer, non pas quel serait le plus grand changement possible, mais lequel produirait le maximum d'effets : « Vous vous sentirez peut-être bien mieux avec 75 % d'amélioration qu'avec 100 % » ; ou bien : « Un changement lent et progressif est plus solide qu'un changement trop soudain. » …

2. Les dangers de l'amélioration.

Il s'agit ici de demander au patient s'il a conscience de l'existence de dangers inhérents à la résolution de son problème. (Nous ne lui demandons pas s'il pourrait y avoir danger.) Le plus souvent, le patient se hâtera de répondre qu'il ne saurait y avoir de danger ; que, si son problème se voyait résolu, il n'en serait que plus heureux, etc. Le thérapeute n'aura pas besoin de trop forcer sur son imagination pour mettre en avant quelque possible inconvénient pouvant être lié à telle ou telle amélioration – inconvénient, si ce n'est pour le client lui-même, du moins pour quelque personne de son entourage. Si le patient perd du poids, il devra par exemple faire retoucher sa garde-robe ou la renouveler complètement ; s'il devient plus sûr de lui, les autres pourraient ne plus retenir les critiques qu'ils avaient contenues « tant que vous étiez déprimé » ; s'il réussit à mieux fonctionner sexuellement, il pourra se sentir incité à rattraper le temps perdu et négliger ainsi d'autres activités essentielles, ou alors son partenaire ne sera peut-être plus à la hauteur, etc.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par HarleyQuinn le Mer 24 Juil 2013 - 11:13

Cyril THQI a écrit:Je cite 2 passages du livre Tactiques du changement qui peuvent amener à réfléchir. Il s'agit de techniques utilisées par des psychiatres dans le cadre de leur travail.

Fish, Weakland et Segal a écrit:
1. Avancer lentement.

De toutes les interventions, c'est peut-être cette injonction d'avancer lentement dont nous nous servons le plus souvent. Dans certains cas, c'est notre seule intervention : nous ne recommandons pas au client de faire quelque chose ; en tout cas rien de précis, nous ne lui donnons que des consignes générales et vagues : « Il serait très important que, cette semaine, vous ne fassiez rien qui entraîne une nouvelle amélioration. » Pour l'essentiel, cette forme d'intervention consiste à donner au client de bonnes raisons d'« avancer lentement » : nous pouvons, par exemple, lui déclarer que, même dans le meilleur des cas, tout changement requiert un temps d'adaptation ; ou encore qu'il ne doit pas brûler les étapes, et qu'il lui faut avant tout déterminer, non pas quel serait le plus grand changement possible, mais lequel produirait le maximum d'effets : « Vous vous sentirez peut-être bien mieux avec 75 % d'amélioration qu'avec 100 % » ; ou bien : « Un changement lent et progressif est plus solide qu'un changement trop soudain. » …

2. Les dangers de l'amélioration.

Il s'agit ici de demander au patient s'il a conscience de l'existence de dangers inhérents à la résolution de son problème. (Nous ne lui demandons pas s'il pourrait y avoir danger.) Le plus souvent, le patient se hâtera de répondre qu'il ne saurait y avoir de danger ; que, si son problème se voyait résolu, il n'en serait que plus heureux, etc. Le thérapeute n'aura pas besoin de trop forcer sur son imagination pour mettre en avant quelque possible inconvénient pouvant être lié à telle ou telle amélioration – inconvénient, si ce n'est pour le client lui-même, du moins pour quelque personne de son entourage. Si le patient perd du poids, il devra par exemple faire retoucher sa garde-robe ou la renouveler complètement ; s'il devient plus sûr de lui, les autres pourraient ne plus retenir les critiques qu'ils avaient contenues « tant que vous étiez déprimé » ; s'il réussit à mieux fonctionner sexuellement, il pourra se sentir incité à rattraper le temps perdu et négliger ainsi d'autres activités essentielles, ou alors son partenaire ne sera peut-être plus à la hauteur, etc.

Merci pour cet extrait fort intéressant Smile

HarleyQuinn
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 236
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 29
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Invité le Mer 24 Juil 2013 - 18:41

J'ai alors douloureusement compris deux choses hier :

- elle ne se sent pas concernée par ces évènements dans ma vie, il suffit que je réponde "bien !" à la question "et toi, comment ça va ?"

- j'ai perdu ma meilleure amie.


Quand je disait ça, je n'ai pas précisé :

- qu'il n'était pas question pour moi de dire une supériorité intellectuelle mais une différence qui explique bien des choses et notamment une souffrance intérieure qui est là, et avec laquelle je dois composer. Elle m'explique.

- je verrai toujours mon amie, mais j'ai perdu l'illusion de me faire comprendre d'elle.

Mes autres amis zèbres, qui s'ignoraient d'ailleurs pour la plupart, ont tout à fait compris lorsque je leur en ai parlé. Ils n'ont pas décelé dans mes paroles une supériorité intellectuelle quelconque affichée pour dire "je suis différente car je suis plus intelligente", ils ont entendu ma souffrance et, avec moi, mis des mots sur un état intérieur, une certaine façon de voir le monde.

Courbette 


Dernière édition par Mary Poppins le Sam 27 Juil 2013 - 9:13, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par igabiva le Jeu 25 Juil 2013 - 22:06

Merci de vos témoignages qui m'ont beaucoup touché et nourri.

igabiva
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 330
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 47
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par urgences le Jeu 25 Juil 2013 - 22:46

Bonsoir,

Je crois que ce qui peut déranger ..c'est l'attitude et comment vivre cette différence avec les autres...

Ce qui es cité par Foxy Charlie me touche ..
En même temps je crois que çà aurait eu le même résultat si elle avait gagné au loto...ou eu un succès très important...

Parce que peut être dans la vie construite avant cette nouvelle était celle d'une personne fragile, qui doute, qui à besoin d'être rassuré...etc.

Puis!! d'un coup! elle passe de la personne à protéger à celle qui prend de l'assurance...de façon instable mais qui touche chez les autres quelque chose qui dérange!...de l'ordre de l'égo! de l'estime de soi!..

Alors je me pose des questions?...
Faut il le cacher, le vivre juste pour soi ! car au fond c'est une affaire personnelle? les autres sont il obligé d'être mêlé à çà? ..

Serait-il plus sage de le garder d'abord pour soi, de prendre le temps de le digérer...de le comprendre...de l'apprivoiser...de faire un travail sur soi sur ce qui viens autour de çà ... soigner ses blessures du passé, faire la part des choses...pour enfin le dire! de façon neutre et apaisée ..

Les gens qui nous aiment, nous aiment pour ce que nous sommes, pas pour ce qu'on aurait pu être ... c'est à dire un zèbre qui s'ignore ou pas doit faire le même effet! car c'est pour soi qu'on ai aimée ...ses qualités, sa façon de voir le monde, d'aimer ...d'être aimée...etc.

La vie et remplie de tellement de défis, de choses à faire, à partager, à réaliser, à dépasser ....c'est beaucoup de travail...alors intégrer une donnée nouvelle...c'est du positif normalement...qui peut booster la personne à aller de l'avant pour se comprendre et vivre plus sereinement avec elle même d'abord puis avec les autres...


Enfin voilà, je suis une invitée sur ce forum ..plutôt de passage seulement ...

Bonne soirée







urgences
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 356
Date d'inscription : 21/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par HarleyQuinn le Ven 26 Juil 2013 - 9:22

Je pense que tous les autres n'ont pas besoin de savoir, mais ceux qui comtpent oui, c'est important de savoir que les gens nous aiment et nous comprennent. Après en fonctio nde l'entourage ça peut etre compliqué, mais les vrais amis sont ceux qaui restent non?

HarleyQuinn
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 236
Date d'inscription : 22/07/2013
Age : 29
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par urgences le Ven 26 Juil 2013 - 17:38

HarleyQuinn a écrit:Je pense que tous les autres n'ont pas besoin de savoir, mais ceux qui comtpent oui, c'est important de savoir que les gens nous aiment et nous comprennent. Après en fonctio nde l'entourage ça peut etre compliqué, mais les vrais amis sont ceux qaui restent non?

L'amitié en elle même est amené à évoluer... en fonction de ce qui se passe dans notre vie...
on est toujours proche des amis qui nous comprennent ...qui évoluent plus ou moins comme nous...
Donc parfois on deviens plus proche...d'autre fois plus loin...

Mais un vrai ami c'est celui qui ne renonce pas à toi définitivement! ...je pense..
moi même je me suis embrouillé avec quelques unes de mes amies pour différentes histoires ou causes ..et après quelques mois ..une année... une fois la rancœur passé...je trouve que c'est beau quand on reprend contact doucement mais surement ... Laughing 

Aussi il me semble qu'il y a une différence entre vouloir dire sa zebritude pour exprimer ses difficultés relationnelles par exemple, pour faire part de sa solitude parfois lourde à supporter ...de son hypersensibilité ...etc? et le fait de vouloir le dire pas ressentiment ...pour prouver sa valeur ou sa supériorité intellectuelle!! ..

Dans le premier cas, la personne peut avoir un soutien total ...dans le deuxième cas..un rejet total! scratch

Tout et dans la motivation ... qu'est qui motive le fait de vouloir le dire? et qu'elles sont les attentes vis à vis de l'entourage!

urgences
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 356
Date d'inscription : 21/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Invité le Sam 27 Juil 2013 - 8:44

La lecture du Tipeh avait été une grande révélation en ce qui me concerne, mais je n'en avais pas parlé à l'époque. Pour cause, j'étais très isolé. La première personne à qui j'en ai parlé a été une psychologue spécialisée dans le domaine, elle même zèbre assumée. La relation m'a sûrement permis de mieux intégrer la nouveauté.
Puis le temps a fait que : j'en ai parlé à ma soeur quelques mois plus tard, le message est très bien passé. J'en ai parlé dernièrement à des amis de longue date, dont je suis persuadé qu'ils le sont aussi, le message a eu l'air de bien passer aussi. Puis avec un autre membre de ma famille, la discussion révélant que son propre fils a été testé zèbre, bien avant moi Smile. Bref, ça suit son cours, normalement, en fonction des circonstances, aussi. Sans brusquer les choses.
Quant à ZC, j'y suis entré plutôt "à reculons", pas vraiment d'euphorie me concernant (et je sais pas vraiment pourquoi, même si je commence à avoir des pistes).
Je découvre le mot hypomanie pour ma part, et il me semble bien que j'ai vécu une expérience de la sorte avec un forum il y a quelques années, même si je la qualifierais plutôt de chronophage.

Le message de Foxy est touchant Neutral 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Invité le Sam 27 Juil 2013 - 9:14

Punaise... je suis trop forte moi ce matin ! J'ai voulu citer mon message précédent pour l'expliquer et je n'ai réussi qu'à supprimer ce que j'avais écrit... deg No 

Désolée, il faut remonter sur mon précédent post pour voir ma réponse à mon moi-même lol! 

Je vais me recoucher donc Au dodo ! 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Invité le Sam 27 Juil 2013 - 17:42

Laurie était une sainte.
Elle a ménagé les siens avant de partir.
Trop intelligente pour être heureuse...
Non, et le problème est plus que complexe, il est incommensurable.
Deux jours passé là-bas, à me replonger dans un environnement que j'ai connu, ou j'ai vécu.

Maupassant la dis mieux que moi.
"Le suicide ! Mais c'est la force de ceux qui n'en ont plus, c'est l'espoir de ceux qui ne croient plus, c'est le sublime courage des vaincus."

Laurie était tous sauf lâche, attention je ne dis pas cela.
Elle était juste usée, fatiguée. Sans forces.
Et des médicaments associés à un sentiments de perte lui ont fait préparer ce geste de longue date.
Personne n'a rien vu.
Elle nous a tous protégé. Si je parle de mon cas, elle m'a bien eu la petite chipie.
Là je suis fatigué mais je ne suis plus triste. Ma colère est morte aussi. Je sais qu'elle est vivante et qu'elle attends de nous que nous vivions.
Je la reverrai dans une autre vie, c'est sur.
Elle était belle et dans mon souvenir elle l'est encore.

La Douance est venu comme un mot, un simple mot pour définir une situation qui existait déja en elle. En voyant une photo du 20 décembre 2012 sur son Facebook, j'ai froid au dos. On y voit des baskets et un vide, comme pour plonger. Hors à ce moment j'ai vécu des jours merveilleux avec elle.
Tu vois Cyril, le mal la rongé déjà et personne ne l'a vu.
A la limite son intelligence lui a permit de cacher ce qu'elle préparait.
Simplement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Segva le Dim 28 Juil 2013 - 6:37

Merci Cyril pour un sujet primordial auquel il faut réfléchir, comme tu dis pour les nouveaux venus surtout.

Je viens d'apprendre la nouvelle pour Foxy aujourd'hui. Toutes mes sympathies à ses proches et aux personnes de ZC qui l'ont connue de près.

En effet Avancer lentement et Les dangers de l'amélioration sont des facteurs clés pour tout processus d'acceptation et changement.

La seule chose qui me vient à l'esprit est l'importance de la réaction de l'entourage, se sentir accueillie dans sa différence.
Décalés ou pas, nous sommes interdépendants les uns des autres.
'Il faut de tout pour construire un monde' comme dit le refrain populaire et je me force de le remémorer chaque jour.
Et je crois que le suicide arrive trop souvent lorsque cette place qui nous revient nous est niée... Un dernier cri pour s'affirmer.

Toutes mes pensées à ceux qui vivent des moments difficiles avec toute cette question de rayures. C'est vrai qu'à l'état d'hypomanie suit généralement un état dépressif donc c'est mieux d'y aller lentement et tenter de prévoir ce qui viendra après.

Pour ma part j'y vais très lentement, j'ai aussi ressentie un coup d'euphorie qui a duré peu de temps pour revenir en mode 'soft'. Ironiquement ce qui m'a aidé a été de suivre une thérapie avec un psy pas connaisseur en la matière qui me ramenait au monde des majoritaires...

Segva
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 345
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 41
Localisation : Dans le coin du cercle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par machapi le Dim 28 Juil 2013 - 12:42

Je me suis aussi reconnue dans ce livre.
Mais je n'y croyais pas.
Il aura fallut attendre avant d'oser me faire tester.
je trouvais que tout le monde entrait dans ce livre.

Mais après le diagnostic reçu... C'est vrai qu'on peut parler d'extase, depuis, je pars dans tous les sens, lis, fouille sur le web...
Avant aussi, mais j'avais l'impression de ne pas y avoir droit.

je crois que je remercierai jamais assez la psy qui m'a fait passé ce test!
Ni Sophie qui m'a conseillé de lire ce livre!

YES!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Quoi? Euphorie???? Wink

machapi
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 18/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Invité le Dim 28 Juil 2013 - 13:09

Qui est Laurie?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Cyril THQI le Dim 28 Juil 2013 - 13:23

Qui est Laurie?
Foxy Charlie

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Invité le Dim 28 Juil 2013 - 18:37

Désolé, j'ignorais pale 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Découverte de la zébritude, euphorie et épuisement de l'entourage

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:40


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum