Fiche de lectures

+3
Deviens
Amo -
MysticApocalypse
7 participants

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 22 Jan 2013 - 22:08

Je suis rancunier


Petites vexations d’aujourd’hui ou grandes blessures d’antan, rien ne passe. Certains conservent indéfiniment une dent contre ceux qui les ont offensés. Comment s’installe la rancune ? Et comment en sortir ?



Pourquoi ?

« On dit que la vengeance est un plat qui se mange froid. Eh bien, moi, je le mange… surgelé ! » raconte Sylvia, 35 ans. Qui n’a jamais connu ce désir de vengeance après un affront, un préjudice, une humiliation ? Ou plutôt ce désir d’« être vengé » !

Car voilà l’une des caractéristiques de la rancune : sauf cas exceptionnel, nous faisons tout pour ne pas mettre cette vengeance à exécution. « Parce que c’est une colère “stabilisée” et tenace, explique la psychologue québécoise Michelle Larivey. Même si elle peut être ravivée lorsque nous évoquons les circonstances qui en sont la source, cette colère s’est installée en nous pour y demeurer, parfois un temps extrêmement long. »

Cas typique de Lucie qui, à 45 ans, garde encore une énorme rancune à l’égard de son frère qui l’a dénigrée pendant toute son enfance : « Je ne l’ai pas revu depuis vingt-cinq ans, parce que je ne lui pardonne pas de m’avoir fait souffrir à ce point-là. » Comme elle, certains vont jusqu’à couper les ponts avec ceux qui leur ont fait du tort, tandis que d’autres boudent indéfiniment…


Une impasse relationnelle

Conserver sa rancune, c’est entrer dans un rapport de force : ne pas plier devant les événements, continuer à refuser ce qui s’est passé. Michelle Larivey distingue la rancune, cette animosité durable et le ressentiment (ou encore rancœur), « qui contient en plus de la tristesse, même si elle est parfois peu apparente, car la colère lui sert de paravent ». Tandis que la rancune s’appuie en général sur un préjudice, le ressentiment provient d’un fait vécu comme une véritable injustice ou une profonde désillusion. Mais il y a d’autres différences : la première est un sentiment qui reste stable en nous-même, tandis que le second est une émotion vivace, que l’on peut réveiller et entretenir à tout moment. Quoi qu’il en soit, l’une et l’autre constituent des impasses relationnelles.

« Je me conduis d’une manière distante et froide avec mon chef de service, parce qu’il ne m’a pas accordé l’augmentation que je mérite, décrit Sébastien. Mais je ne lui en parlerai pas, ce n’est même pas la peine… » Une stratégie pas franchement efficace, ni pour obtenir une augmentation, ni pour entretenir une communication saine.


Une émotion toxique

En fait, la rancune et le ressentiment – dont les mécanismes prennent racine dans la petite enfance, lorsque les parents n’autorisent pas l’expression du mécontentement – nous servent à maintenir la force de notre colère et de notre lien émotionnel avec une expérience passée. « En même temps, ajoute Michelle Larivey, cette fidélité à notre expérience négative nous maintient dans une position de fermeture aux autres et nous interdit tout nouveau contact qui pourrait être réparateur. »

Autrement dit, une rancune peut créer un surpoids d’angoisses, de malaise, de mal-être… Toutes les études sur les émotions négatives le confirment : la rancœur et le ressentiment favorisent la dépression, les troubles anxieux, le stress, les maux de tête, les troubles du sommeil… Ce que disent aussi ces mêmes études, c’est que réussir à se débarrasser de nos colères intérieures améliore le niveau d’énergie, le sommeil, le rythme cardiaque… Mais ce nettoyage passe par un procédé tout simple, dont nous connaissons tous le principe : le pardon.


Que faire ?

Exprimez-vous

La manière la plus efficace de vous débarrasser d’une rancœur, c’est de l’exprimer à la personne concernée. Si un échange verbal vous semble impossible, vous pouvez lui écrire en détaillant les raisons de votre colère, en décrivant votre sentiment d’injustice, le tort qu’elle vous a causé… Vous pouvez même parler de votre désir de vengeance ! Cette démarche n’a pas forcément pour but de vous réconcilier – vous pouvez dire ou écrire : « Voilà pourquoi je ne veux plus te revoir » – mais d’être en paix avec vous-même.

Pardonnez

Plus facile à dire qu’à faire. Le pardon est pourtant indispensable pour évacuer la rancune. Cette attitude exige de votre part un abandon de votre ressentiment et de votre désir de vengeance. Méditez sur les raisons de votre colère, sur le mal que ce sentiment vous cause. Si vous voulez renouer avec la personne qui vous a blessé, exprimez-lui votre pardon, oralement et physiquement, avec une accolade par exemple.


Conseils à l'entourage

Si vous sentez qu’une personne a du ressentiment à votre égard, autorisez-la à vous dire des choses désagréables sur votre comportement… Vous devez aussi être capable de dire ce que vous-même pensez de votre attitude, de manière sincère et authentique. Si vous vivez avec une personne rancunière, tentez le « jeu du sac de sable » : une fois par mois, il s’agit de tout se dire, surtout le plus pénible, pendant deux minutes et quinze secondes. Puis de rester fâchés pendant trois minutes et sept secondes. Ainsi, on vide son sac, et le sable s’écoule…


Témoignage

Sophie, 41 ans, secrétaire de direction : « J’ai écrit une lettre de vingt pages… Ce fut libérateur ! »

« Pendant des années, j’en ai voulu à mes parents qui me disaient que je n’étais pas assez intelligente pour faire des études, se moquaient de mes amies, de mes petits copains… Alors j’ai perdu mon envie d’aller vers les autres et j’ai fini par me dire que les bonnes relations, c’est “pas de relations du tout” ! Je suis devenue secrétaire, sans grande conviction. Un jour, une collègue m’a dit qu’elle n’avait jamais vu une personne aussi méfiante et rancunière que moi. Tout était prétexte à ressentiment : une parole ironique, un regard, un oubli...

Elle m’a dit : “Pourquoi tu n’écris pas ce que tu ressens à tes parents plutôt que d’en vouloir à la terre entière ?” J’ai écrit une lettre de vingt pages… Ce fut libérateur ! Ma collègue a voulu la faire lire à son copain. J’ai accepté, et nous avons commencé à en parler : il avait une expérience semblable à la mienne. Il m’a ensuite présenté un de ses amis, avec qui je vis maintenant. La lettre, je ne l’ai jamais envoyée. Mais elle a été beaucoup lue et commentée. On en parle, je parle… Je commence à devenir moi-même. »



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Jeu 24 Jan 2013 - 13:26

Le pouvoir de l’humilité ( article du site www.psychologies.com )

« Comment, sur la base d’une négation constante de soi, peut-on trouver la paix ? » interroge Véronique Desjardins. S’aimer implique d’accueillir ses qualités comme ses défauts. La plupart des traditions spirituelles l’ont compris.




Ecrivain, directrice de la collection “Les Chemins de la sagesse” aux éditions de la Table ronde, elle est l‘épouse et la collaboratrice d’Arnaud Desjardins et contribue aux activités du centre de Hauteville, en Ardèche.

Le Dalaï-Lama a, paraît-il, été très surpris, lors de ses premiers contacts avec l’Occident, de découvrir cette étrange maladie dont la plupart d’entre nous sont atteints : le manque d’amour de soi – pour ne pas dire la détestation – tant celle-ci était inconnue dans son pays d’origine. Ce conflit avec soi-même est doublement tragique. Il conduit évidemment à refuser des parts de soi considérées comme négatives et que nous voudrions faire disparaître, ou à nier certains aspects de notre être – la fameuse part d’ombre de l’analyse jungienne – qui ne correspondent pas à l’image que nous voulons conserver de nous. Ce qui aboutit à une véritable autocensure.

Mais ce qui est plus grave, c’est que le non-amour de soi se projette sur notre être tout entier, y compris sur les potentialités qui constituent notre richesse la plus intime. En refusant notre part d’ombre, nous refusons aussi notre part de lumière, le réservoir de force, de confiance en soi, d’élan vital, toujours présent au fond de nous-mêmes. Si nous regardons bien, nous n’avons choisi ni nos “talents” ni ce que nous considérons comme négatifs. Il n’y a donc ni fierté ni culpabilité à avoir quand nous découvrons ce que nous sommes.

L’humilité que prônent toutes les voies spirituelles ne peut pas se fabriquer, on ne devient pas humble parce que l’on prétend “être tout petit”. La véritable humilité, c’est de se voir tel que l’on est, ni plus ni moins, et de s’accepter dans son intégralité, en assumant ses failles, mais aussi ses dons et ses qualités comme des faits. Ce qui revient à quitter le monde du jugement. Chez beaucoup d’Occidentaux, la spiritualité, qui devrait être le terrain privilégié de la réconciliation avec soi-même, aboutit souvent à son contraire, le renforcement de l’aliénation dont on désire s’affranchir. Les chercheurs de vérité s’adressent souvent à des maîtres, non pas tant parce qu’ils sont animés par une authentique recherche, mais parce qu’ils ne s’aiment pas. Ils espèrent que les enseignements spirituels vont les aider à “devenir meilleurs”.

Dans le centre d’Arnaud Desjardins, nous sommes plusieurs collaborateurs à animer des réunions en groupes restreints, où six à sept personnes peuvent partager leurs difficultés existentielles. La quasi-totalité des questions qu’elles posent peut se résumer à un conflit, camouflé ou patent, avec elles-mêmes : refus de ce qu’elles sont (trop ceci ou pas assez cela), refus de leurs émotions, refus de leurs comportements (« Je me mets tout le temps en colère » ; « Je ne témoigne pas assez d’amour à mon mari » ; « Je suis trop lent dans mon travail », sous-entendu : « Je devrais être autrement. ») Comment, sur la base d’une négation constante de soi-même, peut-on envisager de “trouver la paix”, de “mettre de l’harmonie” dans sa vie ?

Nous nous plaignons souvent de manquer d’énergie, mais la non-acceptation de nous-mêmes, sous ses multiples formes, constitue le plus grand blocage énergétique que l’on puisse imaginer, blocage que nous ne cessons d’alimenter par de nouveaux refus. En fait, cette erreur témoigne d’une incompréhension des lois qui régissent le processus même de la transformation. Car c’est bien à une transformation que nous invite toute voie spirituelle, non pas sur la base de la suppression de certains aspects de nous-mêmes, mais de leur transmutation, véritable alchimie intérieure. Ce dont nous voulons à toute force nous débarrasser pourrait bien être notre plus grande richesse. Sœur Emmanuelle raconte une très belle histoire concernant les chiffonniers du Caire : les détritus de la décharge sur laquelle ils naissaient, vivaient et mouraient dans des conditions épouvantables étaient devenus, avec le temps, un engrais particulièrement fertile que la municipalité du Caire est venue acheter pour l’épandre sur les champs d’Egypte.

On parle sans arrêt de “devenir soi-même”, souvent dans un esprit de revendication, comme si l’extérieur – la société, le milieu professionnel, l’entourage proche – était responsable de notre aliénation. Mais, ne sommes-nous pas les premiers artisans, à force de nous refuser, de notre prison ? La fameuse “connaissance de soi” suppose l’intégration de tous les aspects de notre réalité actuelle, ceux que nous aimons et ceux que nous n’aimons pas – mais également ceux que nous ne connaissons pas encore et que notre attitude d’accueil va permettre de révéler à la conscience. Les Tibétains ont une très belle expression : entrer en amitié avec soi-même, et cette amitié se pratique au quotidien, instant après instant. Comme le dit un adage soufi : “Ou vous entrerez entier au Paradis, ou vous n’y entrerez pas.” »


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Ven 25 Jan 2013 - 16:00

Analyse ontologique

http://analyse-ontologique.com/12-lecons-2/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Dim 27 Jan 2013 - 14:23

Arf ... l'es parti lui ...

Pas mal quand même ce fil. De bons tuyaux, mais faut accepter le présent au delà Smile ... sinon comment vivre dis ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Sam 2 Fév 2013 - 14:06

Le mensonge



Quoi de plus révoltant pour les parents que de prendre l'enfant en flagrant délit de mensonge ? Pour certaines familles, c'est la manifestation caractérisée d'un enfant pervers, vicieux, irrécupérable... "Ton péché te mènera tout droit en enfer!" car, en effet, "cet enfant qui ne cesse de mentir est nécessairement sur la mauvaise pente et je ne donne pas cher de son avenir!" Pour d'autres, au contraire, le mensonge, c'est le signe d'une intelligence supérieure qui sait utiliser toutes les ressources de la ruse pour arriver à ses fins ! Vous vous dites certainement que ces deux positions sont quelque peu caricaturales ? Soit ! Et pourtant elles ne sont pas si éloignées que ça de certains jugements que l'on porte fréquemment sur le mensonge enfantin.

Avant toute chose, l'adulte est-il aussi vertueux qu'il veut bien le dire ? Ne sommes-nous pas les premiers à utiliser le mensonge afin de servir des intérêts "supérieurs" ? Dans le commerce, les affaires, les relations d'amitié, d'amour... à tel point que le mensonge constitue une éternelle source d'inspiration pour les écrivains, les poètes, les cinéastes... et les enfants !!! Et que penser de ces mythomanes que l'on rencontre tous les jours au café, dans les réunions politiques, au cours des débats télévisés, etc...? Par ailleurs, l'enfant menteur deviendra-t-il nécessairement un adulte menteur ? Quel regard doit-on porter sur cette "activité" particulièrement présente chez l'enfant à cet âge ?

L'enfant, au contraire de l'adulte, ne possède pas encore les moyens pour connaître la réalité objective et y faire face. Nous avons vu qu'un enfant de 6-7 ans ne parvenait pas encore parfaitement à intégrer les différents points de vue nécessaires pour se faire une opinion satisfaisante de la réalité qui l'entoure. Entre l'imaginaire et le réel, la distinction est souvent délicate pour un enfant à l'imagination fertile : en conséquence, on peut déjà dire que l'enfant ment plus dans les mots qu'en pensée.

Pour l'adulte, en revanche, le mensonge enfantin est souvent vécu comme une atteinte aux valeurs morales qui sont à la base des rapports entre les individus. Mais comment un enfant à peine sorti de son égocentrisme pourrait-il deviner qu'il en train de bafouer une quelconque règle de moralité ? Entre 7 et 10 ans, la pensée logique, sociale et morale se construit progressivement : l'enfant doit intégrer un nombre considérable d'éléments lui permettant de structurer sa personnalité, tant sur le plan cognitif que social, et ces efforts se traduisent pour l'instant par des attitudes incohérentes et partiellement inadaptées. Dans ce sens, le mensonge peut traduire cette difficulté que l'enfant éprouve à intégrer le réel.

Nous voyons dans le cours de psychologie de l'enfant comment certaines perceptions incomplètes de la réalité amenaient l'enfant à avoir un discours contradictoire. Dans ce cas, l'enfant ne ment pas pour dissimuler mais pour faire coïncider la réalité avec la perception qu'il a de cette réalité : l'enfant ne ment pas, il "déforme le réel"! C'est ce que l'adulte appelle pourtant un mensonge. Examinons d'un peu plus près les différents acceptations du mot "mensonge".

Le mensonge-affabulation : l'enfant s'arrange avec la réalité tout en préservant sa vie imaginaire. La réalité lui semble tellement lointaine, tellement inaccessible... tellement adulte. Or, l'enfant sait qu'il a besoin du monde adulte, en particulier pour se faire aimer. Le mensonge lui sert alors de trait d'union entre l'imaginaire et le réel, entre son monde d'enfant et le monde des adultes : c'est un compromis qui lui paraît intéressant car il lui permet de faire cohabiter deux mondes aux contenus parfois opposés. Les parents pensent souvent que c'est parce que l'enfant veut se rendre intéressant mais ce genre de mensonges, lorsqu'il devient régulier, traduit généralement des tensions plus préoccupantes dont un manque de tendresse quasi systématique.

QUE FAIRE ? ne jamais laisser croire à l'enfant que vous êtes dupe. Il est important que l'enfant ne confonde pas le réel et l'imaginaire : l'imaginaire, c'est lui qui fixe les règles, mais le réel, ce sont les parents. Mais ce sont également les parents qui donnent de l'amour : ne l'en privez pas!

Le mensonge-provocation : c'est une sorte de crise d'opposition mais qui utilise des formes plus subtiles. Lorsque l'enfant grandit, son désir d'autonomie lui fait vivre parfois certains conflits : aux alentours de 2-3 ans, il manifeste ce que nous avons appelé un négativisme ; un peu plus tard, il continue à s'opposer à ses parents mais en cherchant à atténuer cette opposition pour éviter de perdre leur amour. Il se sert alors du mensonge dans un but détourné : chercher la contradiction et la faire accepter afin de faire accepter son opposition. Car l'enfant recherche la voie idéale pour accéder à son indépendance mais dans le même temps, il veut conserver votre amour. Il "joue" sur les deux tableaux !

QUE FAIRE ? Accepter l'incohérence cognitive propre au stade qu'il traverse ne signifie pas que vous devez accepter qu'il l'utilise comme une arme au niveau affectif. En effet, si vous réagissez sur le mode affectif (par exemple, vous mettre en colère, le gronder, lui faire la morale, le culpabiliser, etc...), vous acceptez que le mensonge devienne une forme de dialogue entre vous et lui et vous aurez des difficultés à faire cesser cette pratique. Dans ce cas du mensonge-provocation, l'attitude la plus appropriée consiste à refuser l'échange au niveau émotionnel : dites simplement à l'enfant qu'il n'a pas besoin de vous mentir sans cesse pour que vous compreniez qu'il traverse une période difficile et par-dessus tout, assurez-le de tout votre amour car il a besoin d'être aidé et entouré dans ces moments difficiles.

Le mensonge-jeu : lorsque l'enfant ne trouve pas dans le jeu une manière satisfaisante de travestir la réalité et qu'il ne parvient pas à l'intégrer sur le mode ludique (soit parce qu'il ne joue pas assez, soit parce qu'il joue "mal", avec des jouets inadaptés à son âge par exemple), il peut se mettre à mentir afin de travestir le monde des adultes "pour de rire". Il joue à mentir en quelque sorte : il sait pertinemment que ce qu'il dit est faux mais il le fait quand même car il a besoin de "tordre le cou" au monde réel ; cependant, il sait que c'est un jeu.

QUE FAIRE ? Il est impératif de faire comprendre à l'enfant la différence qui existe entre le mensonge "pour de rire" qui ne porte pas à conséquence et le mensonge "pour de vrai" qui n'est pas acceptable. Si votre enfant vous amène sur le terrain du mensonge "pour de rire", n'hésitez pas à répondre sur le mode ludique à votre tour mais faites-lui bien sentir que vous avez bien compris que c'était un jeu : il ne faut jamais laisser passer une occasion de renforcer les notions de vrai et de faux ! En revanche, si votre enfant commence à mentir et refuse que vous le considériez comme un jeu, c'est qu'il cherche une confrontation dans le style de celle que nous avons décrite plus haut.

Le mensonge-disculpation : le mensonge le plus courant consiste à nier être l'auteur d'une bêtise pour mieux l'attribuer à son petit frère ou à un camarade de classe. Il est généralement dû à l'angoisse de la punition. L'enfant croit échapper aux foudres des parents en tentant de minimiser, voire de nier sa participation à l'action incriminée.

QUE FAIRE? Avant toute "inculpation", il est important de voir si l'enfant dit vrai afin de lui donner le modèle d'une véritable justice où l'accusé est d'abord présumé innocent. Si vos soupçons sont avérés, il est inutile de culpabiliser l'enfant. Parlez avec lui, mais sans vouloir obtenir la vérité à tout prix : contentez-vous de lui laisser le bénéfice du doute, surtout s'il s'obstine à nier. Dites-lui, surtout s'il est encore jeune, que vous lui conservez tout votre amour, même si c'est lui qui a commis la faute. Demandez-lui de vous pardonner si vous le suspectez à tort... mais aussi de se pardonner à lui-même si c'est lui qui l'a commise.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Dim 3 Fév 2013 - 21:55

Je suis hyper susceptible (Catherine Marchi)

Que ceux qui ne se sont jamais vexés lèvent le doigt ! Pour certains, toute remarque est un drame. D’où vient cette sensibilité et comment désamorcer cette souffrance ?

Pourquoi ?

Est susceptible celui qui est très sensible dans son amour-propre. Au cœur de cette « disposition à s’offusquer facilement » se trouve une fragilité narcissique. Selon Christophe André, psychothérapeute comportementaliste, il existe trois familles d’hypersusceptibles : les timides, qui n’ont pas une estime d’eux-mêmes suffisante ; les personnalités narcissiques, qui pensent être supérieures aux autres et avoir droit à un traitement de faveur ; et les sensitifs paranoïaques, qui se sentent persécutés. Quel que soit le profil, le résultat de cette hypersensibilité est la souffrance.

D’après Christophe André, l’hypersusceptible est confronté à trois types de problèmes. D’abord, il surveille son environnement et s’attache à découvrir tout ce qui peut évoquer le rejet ou la remise en question de ses capacités. Ensuite, il donne un sens négatif aux signaux perçus alors qu’ils sont neutres (derrière ce sourire se cache une pointe d’ironie !). Enfin, il est incapable d’utiliser des stratégies adaptées à la situation. Son attitude boudeuse et son agressivité l’empêchent de réagir efficacement.

Selon le psychanalyste Jean-Pierre Winter, l’hypersusceptibilité concerne ceux qui n’ont pas une image d’eux-mêmes suffisamment construite. « Une réflexion blessante a le pouvoir de déchirer cette image et de porter atteinte à leur identité, d’autant plus que les personnalités narcissiques s’identifient à leur “image”. A la moindre vexation, un susceptible a le sentiment de n’être plus rien. Ce qui se profile à l’horizon de la blessure narcissique, c’est la mort. » Autre point souligné par Jean-Pierre Winter : tous les reproches n’ont pas le pouvoir de blesser ; ils deviennent blessants s’ils expriment ce que s’adresse à elle-même la personne visée. « Plus l’autre appuie sans le savoir là où ça fait mal, plus la réaction est violente ! Quelqu’un qui ne se prend pas pour un égoïste se fichera d’être traité d’égoïste. En revanche, si c’est un reproche qu’il se fait inconsciemment, il en sera profondément vexé ! C’est ce sentiment d’avoir été dévoilé qui explique l’impact d’une simple parole. »

Le drame des hypersusceptibles est qu’ils n’arrivent pas à rire d’eux-mêmes. Parce qu’ils sont pétris de honte, de culpabilité et de désir d’autopunition, expliquent les psychanalystes. « Sans oublier un fort sentiment d’infériorité, précise Jean-Pierre Winter. Ou de supériorité, ce qui revient au même. Car si vous pensez être le meilleur, tout ce qui vous rappelle que vous êtes un parmi d’autres vous fait souffrir. »


Que faire ?

Modulez vos réactions
Prêtez attention à votre fonctionnement psychique et, dès que vous vous sentez touché au vif, pratiquez la métacommunication (l’expression des émotions). Dites ce que vous percevez, exprimez ce que vous ressentez, dialoguez et demandez des explications à la personne qui vous a fait souffrir.
Tenez-vous en aux faits : « Que se passe-t-il exactement ? » « Pourquoi me dis-tu ça ? » « Que me reproches-tu concrètement ? »

Halte aux projections !
Afin de contrer votre tendance à interpréter les propos et les gestes des autres, vérifiez toujours si ce que vous avez perçu est justifié. Posez simplement la question : « J’ai l’impression que tu m’évites depuis quelque temps, est-ce que je me trompe ? »

Faites votre autoévaluation
Si votre susceptibilité vous rend la vie vraiment impossible, si votre blessure narcissique est profonde, ayez recours à un psy. En effet, seule une psychanalyse ou une psychothérapie analytique vous permettront de savoir de quoi vous vous sentez, inconsciemment, coupable et honteux.


Conseils à l'entourage

Le repli du susceptible est une façon « inadaptée » de dire : « Je souffre car je n’ai pas été respecté ». Rétablir la communication avec lui permet de répondre à son SOS déguisé : « Depuis tel événement tu me fais la tête, tu sembles triste et ça me fait de la peine de te voir comme ça. Es-tu d’accord pour en parler ? » Ne faites pas semblant de ne rien remarquer, car vous confirmeriez votre interlocuteur dans sa conviction de ne pas compter à vos yeux… Et n’hésitez pas à pratiquer l’autodérision. Constater que l’on peut plaisanter sur soi et que l’on n’en meurt pas aide à relativiser les choses.


Témoignages

Ariane, 35 ans, directrice artistique
« Mes journées sont gâchées par des détails qui me paraissent des montagnes. Mon voisin de bureau ne m’a pas adressé la parole de la matinée, mon boss n’a pas souri en me disant bonjour, une proche collaboratrice propose à une autre personne de déjeuner avec elle, mon assistante va chercher des cafés sans m’en rapporter un… J’ai toujours la désagréable impression d’être la cinquième roue du carrosse dans cette boîte, un pion dont tout le monde se fiche. »

Julien, 43 ans, libraire
« C’est vrai que je me suis fâché avec beaucoup de mes amis pour des remarques que j’ai mal prises : “Ta fille est trop gâtée, tu ne lui rends pas service en lui cédant tout”, “Tu te laisses un peu aller en ce moment, viens jouer au tennis avec moi le dimanche matin au lieu de faire la grasse mat’ !” Plutôt que de me défendre, je me rétracte comme une huître sous un jus de citron. Ensuite, je ressasse “l’offense” pendant des jours, la blessure s’envenime. Finalement, je raye le nom du gaffeur de mon agenda. Tout cela à son insu, bien évidemment. »

Amélie, 28 ans, infirmière
« Je suis hypersensible à ce que les autres disent de moi, même les compliments me mettent mal à l’aise. Quand Frédéric, mon mari, me dit qu’il adore ma nouvelle coupe de cheveux, je lui réponds : “Pourquoi ne m’as-tu pas dit que tu me trouvais moche avec mes cheveux longs ? S’il m’offre une robe, j’en déduis que ma façon de m’habiller lui déplaît. S’il dit à ma meilleure amie : “J’aime ton parfum !”, je pense : “Et moi, je sens le vinaigre ?” J’ignore pourquoi je suis si à vif. Je vois bien que mes bouderies l’agacent, mais c’est plus fort que moi. »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Dim 3 Fév 2013 - 22:29

Gestion des conflits

Définition de Conflit : http://fr.wiktionary.org/wiki/conflit

- Lutte armée, combat entre deux ou plusieurs personnes ou puissances qui se disputent un droit.
- Violente opposition de sentiments, d’opinions, d’intérêts.
- Expression d’exigences internes inconciliables, telles que désirs et représentations opposés, et plus spécifiquement de forces pulsionnelles antagonistes.

Toutes ces définitions se rejoignent sur un point : Quelqu’un désire quelque chose, et ce quelque chose n’est pas conforme à ce que veut quelqu’un d’autre (ou à la réalité).
C’est ce décalage qui est à l’origine du conflit.
La source du conflit est le désir, si vous ne désirez pas, vous ne pouvez pas avoir de conflit (c’est la base du bouddhisme).

Bon, assez de philosophie, regardons un peu ce qu’il ne faut pas faire.


Laisser pourrir la situation

Si j’étais capable de résoudre les problèmes au fur et à mesure de leur apparition, je n’aurais aucun conflit dans ma vie, je n’aurais que des problèmes mineurs.
Le conflit vient souvent du fait que j’ai trop attendu, peut-être que j’ai laissé passer le moment d’aborder le problème ou alors que ce moment ne s’est jamais présenté.
Quoiqu’il en soit, le problème qui était bénin à l’origine est maintenant devenu énorme, et la résolution va faire mal.

Je vais être très direct: Le fait que je n’ose pas aborder un conflit est de la peur.
Ce peut être la peur de plaire, la peur de ne pas être à la hauteur, la peur de reproduire une situation de notre passé, etc…

Quand j’ai commencé à travailler sur moi, j’ai réalisé combien j’étais submergé par mes peurs.
J’ai décidé de les affronter, par exemple, j’ai fait du saut à l’élastique pour me débarrasser de mon vertige (oui, ça a l’air con, mais ça marche !).

Mais l’acte le plus courageux dans toute ma vie a été le suivant : j’ai appelé au téléphone toutes les personnes avec qui je m’étais fâché (à l’époque, il y en avait beaucoup), afin de m’excuser.
Cela n’a l’air de rien, mais vous ne pouvez pas imaginer combien ça m’a fait du bien, et m’a permis de clore beaucoup de conflits qui étaient restés ouverts.

Pour affronter ses peurs, il n’y a pas de solution miracle, on ne peut pas faire ça en réfléchissant ou en raisonnant, il faut agir.
Souvent, un conflit va nécessiter une remise en cause de moi-même, et c’est pour cela que je n’ose pas affronter certains conflits, parce que ça me coûte trop cher intérieurement !
Plus la résolution du conflit est remise à plus tard, plus l’effort pour le résoudre sera grand.

Un seul conseil : Courage !


Ne pas préparer la confrontation

Évidemment, quand je suis sous le coup d’une émotion très forte, ce n’est pas le meilleur moment pour résoudre un conflit.
La résolution d’un conflit passe souvent par la négociation, et comme toute négociation, il vaut mieux avoir préparé son sujet avant.
Préparer une confrontation prend du temps, révisez votre sujet juste avant de vous coucher, votre inconscient va travailler dessus pendant la nuit !
Dans la seconde partie, je reviendrai sur la préparation.


Vouloir avoir raison à tout prix

Parfois, je sais que j’ai raison, mais même avec les meilleurs arguments du monde, je n’arriverai pas à imposer mon point de vue.
J’ai vécu plusieurs fois des situations où quelqu’un dominait les confrontations grâce à ses argumentations, mais dans les faits, il avait perdu l’estime de toute l’équipe, ce qui curieusement soudait l’équipe contre lui.
Je dois surtout éviter d’attaquer mon interlocuteur, parce qu’il va se mettre en position de défense, et nous ne pourrons plus progresser.
Dans un conflit, ce sont avant tout deux égos qui s’affrontent, et le gagnant final ne sera pas celui qui restera le plus inflexible.

Attention à ne pas tomber dans l’excès inverse, comme je l’ai fait à un moment de ma vie, c’est à dire que j’acceptais les opinions des autres alors que je savais qu’ils avaient tort.
La meilleure position est l’honnêteté vis-à-vis de soi même et des autres. Mais est-ce que je suis assez lucide pour cela ?


Laisser éclater ses émotions

C’est un conseil qui revient dans tous les articles que j’ai lus, mais je ne suis pas complètement d’accord avec cela.

Dans certaines situations, me mettre en colère ou pleurer a surpris mon interlocuteur, ce qui m’a permis de mettre en avant mon point de vue, mais la méthode est loin d’être garantie.
Si j’aborde un conflit avec une forte colère, il y a de grandes chances que mon interlocuteur va se mettre dans un état comparable, ce qui n’aidera pas à résoudre notre conflit.
Enfin, si je me mets à pleurer, mon interlocuteur peut penser que je suis quelqu’un de faible, parce que je ne sais pas maîtriser mes émotions, mais je peux aussi l’émouvoir.


Ne pas communiquer ses émotions

Curieusement, je n’ai jamais trouvé ce conseil nulle part: communiquez vos émotions !

Tout le monde a tellement peur de montrer ses émotions (qui font pourtant notre humanité), qu’on les réserve seulement à nos proches.
Lorsque j’ai suivi ma psychanalyse, j’ai dû apprendre à mettre des mots sur mes états intérieurs, à communiquer sur mes émotions.
Est-ce que vous aussi, vous êtes capable de communiquer sur vos émotions ?
Je vous propose une petite question : Comment ça va ?

Si vous me posez cette question, vous aurez une réponse différente chaque jour !
Mon état intérieur n’est pas une constante, qui serait toujours au beau fixe ou tout du moins dans un état neutre. J’ai quelques hauts, et beaucoup de bas.

Le conflit est d’abord un moyen de mesurer le degré d’émotion vis-à-vis d’un sujet.
Et comme des émotions sont mises en œuvre, il est illusoire de résoudre un conflit de manière raisonnée.

Un conflit, c’est quelque chose de sain, cela signifie que je me sens concerné par quelque chose.
Si je m’en fous, je n’ai pas de conflit.
Je me fous d’environ 95% de ce qui m’arrive (et ce pourcentage augmente avec l’âge), mais j’ai encore 5% de choses qui accrochent.

Personnellement, j’utilise le conflit comme une façon de révéler de nouvelles parties de moi-même, et notamment mes croyances : Pourquoi est-ce que cela me touche ?
Je l’aborde comme un moyen de me transformer, pas comme un moyen d’avoir le dessus sur quelqu’un d’autre.

Avant d’aller plus loin, je tiens à signaler qu’il n’y a pas de méthode. C’est comme pour l’agilité, ce n’est pas une méthode, c’est un état d’esprit et un objectif.
Scrum, Kanban et Lean sont des méthodologies pour devenir agiles, mais elles ne représentent pas l’agilité.
Plus vous essayerez d’appliquer des méthodes, plus vous vous éloignerez de l’objectif, parce que la méthode deviendra l’objectif.

Je préfère donc vous fournir des conseils

Je prends l’habitude d’être honnête

Un conflit, c’était un tout petit désaccord à l’origine.
Si je l’avais résolu dès le début, je ne serais pas maintenant dans une situation conflictuelle. Malheureusement, mon éducation m’a appris à fermer ma gueule quand j’étais en désaccord, parce que je me serais exposé à des représailles (physiques, affectives, sociales, financières, etc…). Après 30 ans d’endoctrinement, j’ai commencé à l’ouvrir parce que la souffrance était trop forte, j’en crevais littéralement.

Mais affronter un conflit requiert beaucoup de courage, parce qu’il va falloir que je revoie mes images idéalisées de moi-même (je suis un gentil, je ne veux pas blesser les autres, tout ce genre de conneries, quoi), je ne veux pas trop me décevoir, alors évidemment, affronter un conflit est difficile, parce que je dois d’abord me remettre en cause.

L’honnêteté commence par soi-même : Est-ce que je suis vraiment ce que je crois être ?
Toutes les personnes les plus dures que je connais s’imaginent qu’elles sont trop gentilles ! Mais bon sang, regardez-vous dans un miroir !!!
Quand je me regarde vraiment, je constate que je ne suis pas tout blanc ou tout noir, mais je ne m’identifie pas à du blanc ou du noir.

Quand j’ai commencé à être honnête avec moi-même, j’ai commencé à l’être avec les autres.
Au tout début, dire la vérité m’a coûté très cher, parce que je l’avais cachée depuis si longtemps, j’avais peur des représailles.

L’honnêteté, c’est une habitude à prendre, alors il faut commencer par de petites honnêtetés, en restant sincère.
Si je suis d’accord avec quelqu’un, je le dis sans flatterie.
Si je suis en désaccord, j’essaye de le dire. Dans les cas où je ne peux pas dire mon désaccord, parce que l’enjeu est trop important, au moins j’évite de mentir: je ne dis rien. Exemple: un ami me présente son bébé et me dit « regarde comme il est beau ». Je ne dis pas « qu’il est mignon ! », en pensant intérieurement « putain, il est pas fini ». Je préfère ne rien dire, ou alors je fais de l’humour pour désamorcer. J’essaye de ne pas dire le contraire de ce que je pense.

Cette habitude prend du temps à acquérir, au début, affirmer son désaccord demande un effort important, et au fur et à mesure, cela demande de moins en moins d’effort, cela devient presque naturel.
Il m’a fallu une dizaine d’années pour arriver à mon niveau d’honnêteté, alors ne désespérez pas, c’est long !
Note: ça m’a pris 35 ans pour arriver à mon niveau de malhonnêteté, alors 10 ans, c’est peu pour corriger le tir.

Si vous voulez plus de précisions, je vous recommande chaudement le livre « Radical Honesty » de Brad Blanton.


Je me prépare à affronter mon conflit

1. Je prépare mes arguments

Dans un conflit, je ne fonce pas tête baissée, je prépare mon argumentaire.
J’imagine le pire, parce que c’est souvent ce qui arrive.

L’important, c’est de se dire: voilà ce que je veux, voilà ce que l’autre veut.

Si je ne sais pas trop ce que je veux, il existe la technique des 5 pourquoi:
Pourquoi suis-je en conflit avec Machin ?
Parce que Machin veut faire comme cela.
Pourquoi est-ce que cela me gêne que Machin veuille faire comme cela ?

A la fin des 5 pourquoi, j’ai une cause racine. Certains conflits ont plusieurs causes racines.

L’important est de préparer les points sur lesquels j’accroche.
Je n’essaye pas de deviner ce que l’autre pense, je l’apprendrai lors de la confrontation.

J’essaye d’arriver à mon entretien avec des suggestions, pas avec seulement des questions, des ordres ou mes désirs.
Je ne me focalise pas trop sur cette phase, je préfère agir plutôt que de penser, or trop de préparation nuit à la spontanéité.
Mais les premières fois, c’est bien de se préparer pour gagner en confiance.

2. Je propose un entretien dans un lieu neutre à une date donnée

Un conflit est plus facile à aborder quand on se met d’accord sur une date et sur un lieu. La date peut être tout de suite.
Je me donne une date limite pour préparer mes arguments, sinon ça peut traîner indéfiniment.
Pour le lieu, j’évite un lieu qui favorise trop un des intervenants.
Par exemple, si j’ai un conflit avec mon patron, j’évite de le voir dans son bureau, il aurait un avantage psychologique trop important.

Avant la confrontation, je me calme

Avant une confrontation, j’essaye de me calmer, afin que ce que j’ai à dire ne soit pas submergé par mes émotions.
Personnellement, je pratique la respiration consciente dans le bas-ventre.
Une minute d’inspirations profondes permet de me recentrer sur moi.

J’aborde la phase de confrontation sans chercher à gagner ni à perdre.

Au début de la confrontation, je commence par exprimer mes émotions et pourquoi je suis ému

J’amène la discussion sur un plan émotionnel le plus tôt possible.

Quand j’essayais de raisonner logiquement, soit je tombais sur un raisonnement plus abouti que le mien et je perdais, soit je gagnais, mais le perdant m’en voulait.

Chercher à avoir raison, c’est avoir tort.

Ma première phrase est du genre: « Moi, je… », et je décris mon ressenti.
Voici une phrase typique pour commencer la discussion:
« Moi, je sens que tu n’apprécies pas ce que je fais, parce que tu agis comme ceci ou cela »
Qu’est-ce que vous voulez que la personne en face de vous réponde à cela ?
Elle ne va pas commencer à raisonner une émotion, elle va commencer à parler émotionnellement, et vous commencerez à être connectés.

Le plus important, c’est de désamorcer les émotions en les exprimant !
Plus tôt on les aborde, moins elles vont revenir sous une forme exacerbée par la suite.

J’ai vécu des situations où exprimer sa colère ou pleurer était la façon la plus efficace d’agir.

Malheureusement, cette méthode ne fonctionne pas avec tout le monde.
Certains interlocuteurs se fichent pas mal de vos émotions, parce qu’ils nient les leurs.
Mais le fait de les exprimer me permet de voir quelles valeurs ils chérissent, et je peux me synchroniser plus facilement avec eux, en parlant leur langage.

Ce fut ma première grande découverte en psychanalyse : Avant d’y voir clair, il faut sortir ses émotions.
L’intérêt premier de la psychanalyse est d’apprendre à exprimer des états intérieurs, c’est quelque chose que personne ne m’avait appris avant.

Mon éducation m’avait appris à cacher mes émotions, et à essayer de convaincre les autres avec un raisonnement, mais ça ne fonctionne pas dans la vie réelle !


Une fois les émotions exprimées, je négocie

Une fois les émotions exprimées, je peux enfin commencer à raisonner clairement.
Si j’ai bien préparé ma confrontation, je maîtrise bien mes arguments, et je peux proposer mes suggestions.

Le maître-mot ici est : Négocier, afin que personne ne soit perdant.

Je n’ai pas de conseils à donner ici, je ne suis pas très bon en négociation, mais je sais désamorcer les conflits.

Quelques techniques utiles sont: l’écoute, la reformulation et la métacommunication.
Je ne vais pas m’étendre sur ces sujets, parce qu’il y a un aspect méthodologique artificiel qui me gêne.
Personnellement, j’utilise l’écoute active: je suis légèrement en avance sur les phrases de mon interlocuteur.

A vous maintenant !

Curieusement, j’espère que je ne vous ai rien appris, mais que je vous ai rappelé ce qu’est une attitude saine de conflit.


Maintenant, c’est à vous d’agir

- Essayez de devenir un peu plus honnête chaque jour.
- Essayez d’exprimer vos émotions plus ouvertement.
- Evitez de trop penser les choses, habituez-vous à être spontané, tant pis si vous dites une connerie, riez-en !


Je ne suis pas là pour vérifier si vous appliquez ce que je dis ou pas, je m’en fous, c’est votre problème.
La question à laquelle vous devez répondre maintenant est : Comment puis-je intégrer ces conseils à ma personnalité ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par gibus Lun 4 Fév 2013 - 0:37

Très intéressant ce sujet! Merci!

gibus

Messages : 122
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 4 Fév 2013 - 0:38

De rien gibus Smile

Au plaisir de te lire ici et d'y lire tes trouvailles !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 4 Fév 2013 - 1:33

http://www.nicolecharest.com/Blog_images/ebooks/L%27art%20de%20transformer%20sa%20vie.pdf

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 4 Fév 2013 - 2:12

Le défi ultime - la maîtrise de soi

La maîtrise de soi est avant tout la possibilité de placer la raison sur la passion. C'est la capacité d'utiliser le raisonnement froid, même lorsqu'il est immergé dans la tourmente des émotions. Il est en donnant la préférence à la logique sur les sentiments. En un mot, il est d'être une personne de la substance, des valeurs et des principes régis par la raison.

Nous sommes avant tout des créatures d'émotions parce que les émotions sont spontanées, ne nécessitent pas d'entrée consciente rationnelle et ont une vie propre. Les émotions font appel à l'instinct brut, qui n'a pas de morale, n'a pas de retenue et exprime instantanément la demande.

Pour juguler nos émotions il nous faut nous dominer. Il faut soumettre " la bête " et laisser notre soi supérieur prendre le relais. C'est la capacité à surmonter nos instincts primaires qui est dicté par la voix de la raison.

Cela ne veut pas dire que les émotions sont mauvaises. Les émotions sont le piment de la vie. Sans émotions l'homme serait une machine. Les émotions, quand elles sont utilisées comme il se doit, deviennent une source d'inspiration, une motivation et apportent de l'énergie et du pouvoir personnel.

Aucun grand succès n'a jamais vu jour sans l'influence des émotions et n'a jamais atteint la grandeur sans passion. Les émotions ne sont pas un problème, elles sont nos meilleurs alliés. Elles ne deviennent un problème que lorsqu'on leur donne le pouvoir de gouverner et dominer.

La maîtrise de soi, c'est aussi être capable de faire des choix difficiles. Il s'agit d'avoir le courage de faire ce qui est juste et non pas ce qui est confortable. Il s'agit de fonder nos décisions sur la valeur et non sur la commodité.

Nous sommes tous influencés par ce qu'on appelle le principe de «douleur / plaisir». Nous sommes toujours tentés de suivre l'itinéraire du moindre effort et de moindre de résistance. Rien de mal à cela tant que le choix que nous faisons ne compromet pas la valeur du résultat.

La maîtrise de soi implique que tout choix que nous faisons n'est pas opéré de telle manière qu'il crée une solution à court terme tout en cachant un problème plus vaste dans le temps. Les défis devraient être affrontés avec courage et avec un oeil porté sur les conséquences futures plutôt que de simplement chercher à se soustraire sur l'instant à une situation désagréable.

Enfin la maîtrise de soi est de respecter nos engagements. Ne pas tenir des engagements est un signe de manque de caractère et un preuve de faiblesse. Un être qui se maitrise ne prend pas de décisions à la légère et, une fois celle-ci prise, il la respecte.

Le mot devrait être la caution de l'homme. Respecter ses engagements est aussi une question de respect personnel. Cela a à voir avec l'image de soi. Nous ne pouvons pas être un leader si nous ne pouvons tenir notre parole. Nous ne pouvons pas aller loin dans la vie si nous ne pouvons pas tenir notre parole. Un engagement est un serment sacré, à ne pas prendre à la légère et qui doit doit être respecté.

La maîtrise de soi est l'ultime défi. C'est la quête ultime. Elle a à voir avec l'auto-actualisation et à aide à devenir tout ce que nous pouvons être. La réussite de toute entreprise ne veut pas sinon dire grand-chose.

Les plus grandes victoires sont les victoires sur soi-même. Ce sont celles qui donnent le plus de satisfaction et celles dont nous sommes hors le plus fier. La découverte du monde commence par la maîtrise de soi. Avec elle, presque tout est possible. Sans elle, nous ne sommes encore que des enfants immatures à la recherche du prochain frisson.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 4 Fév 2013 - 2:19

http://www.reussitepersonnelle.com/maitrise-de-soi/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Jeu 7 Fév 2013 - 7:10



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 11 Fév 2013 - 12:06

Travailler sur son orgueil

Vaste domaine s'il en est !

Tout le monde a de l'orgueil, mais tout le monde ne choisit pas de travailler dessus.

Déjà quelques observations:

- L'orgueil dit toujours "je ne suis pas là", il est difficile à débusquer parce qu'il ne se fait jamais passer comme tel et surtout parce qu'il se croit toujours dans son bon droit.

- L'orgueil n'aime rien, ni personne, c'est un manque d'amour pour soi-même contrairement à ce qu'il croit. En fait l'orgueil sert à surcompenser le manque d'amour qu'on a pour soi et à combler les brèches.

- Contrairement aux sentiments, comme la tristesse, la colère ou la peur qu'il suffit d'exprimer pour s'alléger. L'orgueil compte les points et est incapable de pardonner, dès qu'il est blessé, il ressasse, rumine, fulmine et ne veut pas lacher prise, il cherchera toujours à se venger et à s'accrocher en se faisant passer pour une victime qui a de la peine, sauf qu'une blessure d'orgueil ne recele jamais autre chose que de l'orgueil.

Quand on se sent comme une merde, c'est de l'orgueil, certaines entreprises en séduction se soldent par des échecs cuisants, et l'orgueil a en général beaucoup de mal à accepter ça, pas pour rien que certains préfereraient se faire arracher une jambe plutôt que d'admettre leurs erreurs. Rien n'inhibe davantage que le sentiment d'avoir à perdre quelque chose et je pense que c'est encore de l'orgueil qui nous fait faire les pires conneries et tend à nous faire invariablement tomber dans des situations humiliantes mais salvatrices.

Bref j'ai le sentiment que la seule solution face à l'orgueil reste le lacher-prise, ne surtout pas prendre ses plaintes au sérieux : " ouais monique me trouve con, oui germaine m'a utilisé quelque peu". Et alors ? Quelle partie de moi est touchée par ça ? De plus je n'en suis pas mort, je peux encore me trouver cool si je lache prise.

Vivre et laisser vivre Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Pieyre Lun 11 Fév 2013 - 12:47

Je crois que nous avons fondamentalement un problème avec la temporalité, c'est à dire à éprouver dans l'instant et à se trouver dans la durée.

Dans bien des cas nous savons qu'il nous faut tourner sept fois la langue dans la bouche plutôt que de dire une bêtise, nous savons qu'il faut laisser passer l'orage de la colère, nous savons qu'il ne faut pas sombrer dans la tristesse... mais nous ne l'avons pas intégré au point d'exprimer notre volonté en conséquence.

C'est, qu'avec ce qu'on pourrait appeler des passions tristes de l'instant, il y a des passions gaies de l'instant, auxquelles nous ne voulons pas renoncer, sinon à n'être qu'en projet sans jamais exister, voire à abolir notre être dans la contemplation d'une vacuité improductive.

Les passions tristes de l'instant passent avec la réflexion; les passions gaies de l'instant se transforment avec elle en réalisations au bout desquelles nous attendent des satisfactions plus sereines; mais nous désirons conserver ce qui fait le sel de l'existence, la joie immédiate, évidente; et c'est selon moi légitime. Alors il faudrait pouvoir distinguer : conserver ce qui est positif et reporter ce qui est négatif dans le moment vécu.

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 11 Fév 2013 - 19:38

L'être réfléchi ou être intime (source : http://www.volodalen.com/ )

Nous avons la capacité de réfléchir pour savoir qui nous sommes. Nous ne parlons pas de la réflexion qui dégage des rapports de cause à effet. Nous envisageons le sens littéral du mot : nom féminin indiquant qu'une action revient sur le sujet qui la crée.
L'acte de retour sur soi n'est pas spontané. Il est même une affaire à éviter tant la douleur qui l'accompagne est désagréable. La douleur est la réaction biologique qui nous avertit que quelque chose est en train d'attenter à la stabilité de notre structure. Revenir sur soi c'est effectivement remettre en cause sa propre structure. Et pourtant, surmonter cette douleur initiale est la seule chance que nous ayons de dépasser nos souffrances voir clair dans nos habitudes et par là même d'arracher, si nous le voulons, une parcelle de liberté à nos déterminations.

Comment faire pour s'apprendre ?

Certaines personnes parviennent à s'apprendre directement en se regardant être. Elles ont développé leur oeil intérieur, "ils se sont fait voyants" (Rimbaud). D'autres ont besoin du regard du prochain ou plus simplement ils ont besoin de l'observer, de le regarder être et agir. Ceux qui, parmi ces derniers, ont poussé le regard au-delà de leur propre affect se rendent compte que ce qui les éclaire le plus c'est ce qui, en l'autre, les irrite.

Dans ce chapitre, c'est à un début de prise de conscience de vous que nous vous convions. Si vous le voulez bien, répondez au petit questionnaire qui suit. Il vous aidera à situer votre "empire intérieur" par rapport aux quatre catégories de personnes que nous vous livrons par la suite.


Questionnaire

Le questionnaire accessible en cliquant sur le lien qui suit, vous permet de déterminer votre "catégorie d'être". Il s'ouvrira dans une autre fenêtre de navigateur ( lien ).

Et maintenant découvrez les caractéristiques des catégories d'êtres.


Les catégories d'êtres

Ces quatre catégories constituent une synthèse personnelle s'appuyant sur plusieurs auteurs aux premiers rangs desquels se trouvent François Lelord et Christophe André. Bien évidemment, ces catégories ne sont pas exclusives, elles ne nous caractérisent pas pour toujours mais dépendent des circonstances.
Aucun de nous ne fonctionne d'une même façon toute sa vie, en toutes circonstances et quelque soit l'état d'esprit du moment. Personne n'est à l'abri de fluctuations même si pour certains ces variations sont plus importantes et/ou plus durables. Pourtant nous avons une tendance dominante correspondant à une catégorie. L'objet du petit questionnaire est de repérer cette dominante.
Pour ce faire, il s'appuie sur le rapport que nous avons à notre être biologique (au sentiment et à l'action), social (aux autres) et réfléchis (à soi). En faisant la part de la réflexion et du sentiment, il permet de dégager l'importance relative prise par nos "deux derniers" cerveaux.

Catégorie 1 : Les universels

L'être réfléchi : le rapport à soi

Ce sont des personnes qui s'aiment. Elles sont conscientes d'elles-mêmes et ont réfléchi aux valeurs qui les animent. Elles ont, en conséquence su prendre de la distance par rapport aux valeurs sociales qui leur ont été inculquées. Ces personnes se gardent souvent un moment pour prendre de la distance au monde et revenir à elles et à leurs valeurs.
les buts poursuivis : Elles sont peut être les seules personnes à ne pas chercher le pouvoir ou la gloire mais leur préfère le bonheur intime et le dépassement de soi.

L'être social : le rapport aux autres

* les buts poursuivis

- vis à vis des autres : ce sont des personnes qui recherchent à s'enrichir des points de vue des autres. Pour ce faire elles les incitent à s'exprimer, à donner leur avis. Elles font preuve d'une écoute rationnelle et d'une capacité unique à sortir d'eux-mêmes pour se mettre à la place de l'autre, pénétrer son point de vue. Elles peuvent provoquer la discussion par un sujet banal, un geste rituel.
Le mode de discussion préféré est celui de l'intimité ; la relation privilégiée celle à travers laquelle se manifestent les sentiments de tendresse et d'affection. Le but de la relation n'est pas travesti. Il se conçoit comme un moment de partage qui apporte une grande satisfaction aux personnes qui les vivent car elles se sentent alors reconnues pour ce qu'elles sont réellement.

- vis à vis d'elles même : ces personnes pratiquent peu d'auto promotion, peu de justifications par rapport aux critiques ou aux échecs mineurs mais se disent telles qu'elles sont.
impression d'ensemble : Il s'agit de personnes agréables, à l'aise avec tout le monde ; appréciées pour leur sympathie, leur spontanéité et leur joie de vivre.

En cas de "pépin" : Ces personnes acceptent le conflit sans y mettre leur affectif. Elles ne se décontenancent pas facilement face à l'adversité et gardent une cohérence dans les propos et les conduites que le contexte soit favorable ou défavorable.

L'être biologique : le rapport aux sentiments et à l'action

* Le rapport à l'action :

Ces personnes sont à la recherche de l'action, de ce qui fait d'elles plus qu'elles. Dans ce rapport à l'acte, elles mettent systématiquement en pratique la recommandation du philosophe stoïcien Sénèque : "Faisons la différence entre ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous". Dans ce qui dépend de nous agissons de notre mieux ; pour le reste, n'y prêtons pas attention.

Pour ces personnes ce qui arrive dépend d'elles. Elles ont même tendance à pousser cette attitude plus loin que les seuls faits le donnent à voir. C'est qu'elles savent que ce n'est qu'à condition de se dire responsables qu'elles pourront changer les choses. Pour mettre en oeuvre et réussir le changement elles mobilisent leur énergie dans un but concret, défini, déclaré et mesurable. Leurs choix reposent sur une analyse objective des situations prenant en compte un nombre suffisant de paramètres. Plus encore, leurs attitudes font toujours références aux valeurs qui les animent. Après la réflexion, elles prennent les décisions.

Pourtant elles n'oublient pas la deuxième partie de l'adage et acceptent en conséquence de ne pas tout maîtriser. En outre, elles prennent les risques inhérents à toute entreprise et accueillent l'échec comme un moyen d'apprendre.

* Le rapport aux sentiments

Ces personnes ont appris à prendre de la distance par rapport au ressenti. Même si, ils leur arrivent de vivre la colère et la douleur, ce n'est jamais pour longtemps.

En résumé les "universels" sont des personnes solides et intègres. Le premier risque inhérent à cette intégrité est d'accorder tant d'importance aux valeurs qui la supportent que les personnes en oublieraient celles des autres. Par ailleurs, l'intégrité des valeurs ne dit rien de leur élévation morale. Ce qui fait que ces personnes sont ou non des êtres universels c'est la synthèse qu'ils réalisent entre leur appartenance à la communauté des êtres sensibles et la tolérance voir l'amour des différences. Sans ces deux aspirations, ils ne sont que des obstinés.

Catégorie 2 : les toxiques

L'être réfléchi : le rapport à soi

Nous avons qualifié ces personnes de toxiques mais nous aurions pu les appeler faussaires parce qu'elles se trompent elles mêmes. Elles ne s'aiment pas et font tout pour se faire croire l'inverse. Ces personnes se cachent leur être réel, cherchent à se persuader. Par conséquent le véritable retour sur soi de ces personnes est inexistant. Sauf si la nécessité arrive.

L'être social : le rapport aux autres

* Les buts poursuivis

Vis à vis des autres, l'objectif de ces personnes est très simple : tout posséder, objets comme humains. Le rapport aux autres se réduit à cette fin. Ils cherchent à s'imposer, à imposer leur système de valeurs, à montrer qu'ils sont là et qu'ils sont les meilleurs. D'ailleurs tout dans leur monde s'organise autour des rapports de compétitivité, de classement et de pouvoir. Les êtres sont forts ou faibles, bons ou mauvais, supérieurs ou inférieurs, dominants ou dominés. Dans cette optique l'autre est vécu au mieux de manière neutre, au pire comme un agresseur potentiel ou une brebis égarée. De cette recherche de pouvoir et de cette vue des autres découlent l'ensemble des rôles pris par ces personnes. Et en premier, le rôle de l'être extraordinaire.

* Le séducteur démago

Les toxiques cherchent avant tout à emporter l'adhésion, à plaire en se présentant sous un jour favorable. Pour ce faire, ils pratiquent l'auto promotion. Faire sentir que l'on sait tout sur tout, que l'on peut tout sur tout, que l'on a vécu des choses extraordinaires, "en mettre plein la vue" ; rien n'est de trop pour parvenir à établir l'importance de sa personne. Dans une rencontre, ils monopolisent le temps de parole, attirent l'attention sur eux, parlent beaucoup d'eux. Bien sûr l'écart entre ce qui est dit et la réalité est béant. Les faussaires créent un fossé entre la valorisation auto prononcée ou provenant des parents et les compétences qu'elles ont réellement.

Malheureusement à force de répéter des salades, ces personnes finissent par se persuader. Ils sont rapidement convaincus d'avoir toujours raison, d'être les plus forts. Cette tendance à la mythomanie, à raconter des absurdités plus grosses qu'elles et à y croire, les enferme plus encore dans leur comportement initial.

Ce comportement consistait, rappelons-le, à s'imposer. Après s'être valorisé, le deuxième moyen d'y parvenir est de rabaisser les autres.

* Le persécuteur

Le persécuteur cherche à montrer qu'il est le plus fort en faisant sentir à son interlocuteur son infériorité et son inaptitude. Les stratégies de dévalorisation employées sont subtiles mais tournent souvent autour de la critique de tout ce qui vient de l'autre et de la recherche des défauts. Ces personnes cherchent constamment les défauts de ceux qui les entourent, leurs erreurs, leurs imperfections. Elles passent leur temps à critiquer, à faire des reproches et des remontrances. Elles n'arrêtent pas de parler des choses qui ne vont pas.

Par ce comportement, elles savent qu'elles vont directement enlever de la valeur à autrui mais aussi qu'elles peuvent l'amener à culpabiliser.

Pour créer le sentiment de culpabilité, les faussaires sont amenés à émettre des jugements négatifs, en se plaçant aussi bien sur le terrain des valeurs, de la loi, que de l'affectif. A cette fin, elles peuvent éventuellement jouer le rôle de victimes d'un système ou de personnes qu'elles remettent par-là même en cause. Pour culpabiliser l'autre, elles peuvent également se mettre à bouder. En ce sens, ces personnes sont des voleurs d'humanité par leur tendance à altérer l'amour de soi de leurs victimes.

* Le sauveteur

Parfois la persécution prend l'allure d'un secours. Le persécuteur devient sauveteur, il aide autrui, le conseil, lui offre des cadeaux. non pour le secourir mais pour renforcer sa dépendance. Le persécuteur est, dans ce registre, persuadé d'être indispensable, il se propose de venir au secours de tout le monde - mais apporte surtout son aide, fait des cadeaux pour pouvoir ultérieurement se plaindre du manque de reconnaissance des personnes qu'il a secourues -.

En dépit de tout le mal qu'elles peuvent faire, ces personnes sentent bien qu'elles ont besoin des autres, c'est pourquoi elles veulent sentir qu'on les aime.

* L'être fragile

Ces personnes veulent sentir le regard positif des autres ce qui suppose de savoir ce qu'ils pensent d'elles. Pour ce faire, le séducteur passe par deux comportements. Il observe l'effet qu'il produit sur les autres. Il se met en permanence sous pression : je dois plaire, avoir toujours raison, avoir de la répartie. Il fait des efforts permanents pour maintenir son rang et son image, ce qui montre que sous son apparence de dominant, le faussaire est le plus fragile des êtres. Il est très vulnérable à l'échec et au rejet.

Souvent, ces personnes connaissent des passages de "boursouflure du moi" et d'états quasi dépressifs. Les passages de boursouflure semblent être des tentatives visant à empêcher la dépression de s'installer. Il est pensable que les sentiments narcissiques témoignent d'un sentiment d'insécurité avoué ou non quant à sa propre valeur.

Au niveau du sentiment, les tentatives répétées pour "se sauver de ce mal-amour de soi", se traduit vis à vis des autres par des réactions de colère dès qu'ils émettent une remarque négative à l'encontre de leur personne où qu'elles rencontrent une situation d'échec. Le sentiment dominant est l'agressivité, la haine, mais aussi la peur de ne pas tout maîtriser.
Dans le même profil psychologique existent les intro et extravertis, le fonctionnement est le même mais les introvertis ne s'expriment pas ouvertement ou alors exceptionnellement, mais avec vigueur.

L'être biologique

* Le rapport à l'action

Ces personnes peuvent être amenées à rechercher des situations favorables c'est à dire des situations où les chances de réussite sont importantes. Si toutefois elles se lancent dans une aventure risquée, elles prennent leurs précautions pour ne pas en sortir amoindrie en cas d'échec. En quoi consistent ces précautions. A ne jamais avoir à endosser la responsabilité d'un échec et à s'assurer les lauriers de la réussite.
Pour ces personnes, tout échec est imputable aux autres, à la malchance, à un complot contre lui. en fait à des causes extérieures à sa personne. En revanche, toute réussite leur revient de fait. Cette attitude demande de la préparation. Avant une situation "risquée", vous entendrez ces personnes dire à qui veut bien entendre : je n'ai pas préparé l'examen ou je ne me suis pas entraîné. sous-entendu, comme ça si je rate je ne remets pas en cause mes qualités mais seulement mon travail, et si je réussis c'est vraiment que je suis très fort. Cette attitude est renforcée par la valeur sociale des pays latins qui favorise la réussite par le don. A l'inverse, les pays anglo-saxons déclarent que le seul endroit où la réussite précède le travail, c'est dans le dictionnaire.

* Le rapport aux sentiments

Haine, colère, agressivité, douleur mais aussi joies profondes, impression de contentement sont le lot quotidien des toxiques. Ils sont des êtres éminemment affectifs.

* Origine et véritable psychologie

L'attitude de ces personnes provient d'un manque d'amour et de confiance en soi qu'elles essayent de palier par une attitude opposée. Au plus profond d'elles-mêmes, elles manquent totalement de confiance en elles. Afin de palier à cette absence d'assurance, elles tentent de se prouver à elles-mêmes et aux autres qu'elles sont très sûres d'elles. Crainte de l'échec, sentiments internes de rébellion et de trahison caractérisent ces personnes.

* Ce qu'on peut leur dire ou faire avec eux

Ces personnes peuvent susciter le rejet tant elles paraissent imbus d'elles-mêmes, dédaigneuses des autres. On pense souvent que cette attitude provient d'une grande assurance en soi ajoutée à une méchanceté naturelle. Si vous croyez qu'il n'en est rien, vous pouvez essayer les phrases qui suivent.

" Vous savez vous n'êtes pas obligés de me plaire."
" On a le droit de ne pas avoir toujours raison et d'avoir de la valeur quand même ".
" Tu as le droit de reconnaître tes torts sans pour autant perdre la face. "
" Tu es organisé, perfectionniste, ordonné, méthodique, réfléchi, tu peux valoriser ces côtés positifs et devenir quelqu'un de très apprécié car tu inspireras confiance. "

Catégorie 3 : les craintifs

L'être réfléchi : le rapport à soi

Les craintifs sont des personnes qui, pour des raisons diverses ne s'aiment pas mais qui en ont conscience et cherchent à changer. Elles ont généralement une assez bonne connaissance d'elles même.

* L'être social : le rapport aux autres

Les craintifs ont un grand besoin d'approbation par les autres. Leur but est d'être appréciés, aimés de tous et surtout de ne pas être rejetées. Pour cela, ils s'emploient à ne pas prendre le risque de :

1/ Contredire. Ils ont tendance à se faire oublier. Ces personnes veulent éviter le conflit à tout prix, ils fuient les contradictions au profit des situations sans problème.
2/ Se faire remarquer et même d'émettre une position personnelle. Ils se caractérisent par une attitude générale de dépendance, de soumission et de complaisance. Ils se rallient à l'avis général, font partie des gens dont on dit qu'ils sont sans personnalité.

Ces personnes ont tendance à être crédules, à se laisser facilement abuser. Leur soumission est poussée jusqu'au point de se laisser entièrement influencer, diriger par d'autres personnes. Il est aisé d'abuser de ces personnes dans la mesure où chacun sait qu'elles n'osent jamais refuser ou contredire.
Ces personnes arrivent à se relâcher si elles se sentent acceptés, mais se braquent rapidement dans le cas contraire...

Le regard d'autrui est le frein à toute initiative des craintifs, il est le grand ordonnateur du rapport à autrui comme à l'action.

* L'être biologique : le rapport à l'action et aux sentiments

"Si je ne prends pas d'initiative je ne risque pas l'échec". Tel est le sentiment dominant des craintifs par rapport à l'action. Ces personnes fuient les responsabilités, refusent les initiatives. Elles n'aiment pas et sont parfois incapables de décider seules.
En cas d'échec leur souffrance est profonde tout en restant discrète alors que leur triomphe reste modeste.
L'affectif de ces personnes affleure, leur humeur est très fluctuante et peut passer rapidement de la joie à la dépression. Si nous les avons appelées "les craintives", c'est qu'elles ont une peur viscérale d'être rejetée.

* Ce qu'on peut leur dire ou faire avec eux

Tu es tolérante, conciliante et agréable. Ces aspects font de toi une personne charmante, sociable et facile à vivre.

Catégorie 4 : les résignés

* L'être réfléchi : le rapport à soi

Le moins que l'on puisse dire c'est que ces personnes ne s'aiment pas. Elles ont un rapport à elles toujours négatif. Elles se regardent beaucoup mais ne se trouvent jamais bien, éprouvent même un sentiment de haine envers elles. Elles entretiennent leur "critique intérieur" qui fait d'elles les plus mauvaises des personnes. Bien qu'elles se regardent, elles ne se connaissent pas et s'estiment loin de leur valeur réelle par dévalorisation mais aussi parfois par surévaluation. Et de tout cela, elles pensent ne jamais pouvoir sortir, elles sont résignées.

* L'être social : le rapport aux autres

Leur attitude vis à vis des autres vient du regard qu'elles portent sur elles. Ces personnes ont un sentiment d'infériorité, une sensation désagréable de n'être pas digne d'avoir de l'importance aux yeux des autres. Et pourtant elles ont besoin de l'approbation d'autrui.
La conséquence de ce "dégoût" de soi et de cette envie d'être reconnue est un comportement de retrait, de conformisme poussé. Sans cesse repliées, elles éprouvent les plus grandes difficultés à s'affirmer, à donner leur avis, à dire non. Par peur du rejet, elles ne prennent jamais le risque d'un conflit. Cette tendance au conformisme s'accroît d'autant plus que l'estime que la personne se porte est rabaissée. Elles sont soumises pour acheter l'approbation des autres. Sur ce point, elles diffèrent peu des "craintifs". Elles aussi ont peur du jugement des autres.
Elles tentent tout de même d'utiliser des stratégies pour se revaloriser ; attirer l'attention pour qu'on reconnaisse leur valeur. Elles peuvent, par exemple, jouer le rôle de victime, se plaindre et chercher alors en complément une personne jouant le rôle de "sauveteur". Elles recherchent la consolation venant du fait d'être plaint mais peuvent aussi l'imaginer. Elles peuvent ainsi se représenter leur propre enterrement ou celui d'un proche pour que les gens les pleurent, les regrettent, se disent "c'était quelqu'un de bien quand même".

* L'être biologique : le rapport à l'action et aux sentiments

- Rapport à l'action

Ces personnes ont intégré le fait qu'elles n'étaient bonnes à rien, qu'elles "n'y arriveront jamais". Comme une action n'est que l'occasion d'un désastre de plus, elles n'agissent pas. Elles hésitent, n'osent pas choisir car choisir c'est éliminer des possibles, et éliminer c'est risquer de se tromper. En conséquence, elles fuient les responsabilités, remettent les choix à plus tard.
Quand elles agissent, l'objectif de leurs comportements est de prévenir l'échec plus que rechercher la réussite. Elles choisissent des objectifs extrêmement simples ou beaucoup trop difficiles à réaliser. Elles se débrouillent pour reproduire des comportements déjà connus, évitant ainsi l'incertitude liée à l'innovation. C'est qu'elles doutent fortement de leur capacité à faire face aux imprévus, aux aléas de la vie. Et pourtant, qu'elles aimeraient bien connaître la réussite ! Mais le tribu à payer - conflit, compétition - est trop lourd, trop déstabilisant.
C'est que l'échec leur est personnellement imputable alors que la réussite est le fait du destin.

- Rapport aux sentiments

Désespoir, lassitude, abandon, pessimisme, défaitisme, sont le lot quotidien des résignés. La douleur les accompagne. La prédominance des sentiments négatifs se fait sentir dans le rapport au futur. Ces personnes anticipent le malheur ; vivent dans la peur. Même les bons moments sont suspects. Elles ne s'autorisent pas à savourer les plaisirs de la vie sachant qu'ils prendront fin. Elles s'interdisent le bonheur de l'instant pour ne pas se sentir trop malheureuses ensuite. Cette anxiété exacerbée se rencontre également chez les faussaires et les craintifs. La peur est d'ailleurs ce qui conduit la vie de la majorité des êtres humains.

* Ce qu'on peut leur dire ou faire avec elles

Utiliser des méthodes où l'on s'entraîne à l'aide d'exercices et de jeux de rôle à affirmer et à défendre calmement son point de vue.

En dépit de leur caractère simplificateur, les quatre catégories représentent effectivement les dominantes de nos comportements. Certains sont craintifs d'autres faussaires. On peut d'ailleurs se demander pourquoi ! Qu'est ce qui a fait que nous sommes devenus faussaires, craintifs ou résignés?

Ce qui détermine l'amour que l'on se porte

Les trois catégories dont il est question on en commun de ne pas s'aimer. Pourquoi en est-il ainsi ?

Les attitudes de l'entourage et particulièrement des parents

Le fait de ne pas encourager, renforcer, rassurer, toucher les enfants. Plus généralement, l'absence d'affection, d'intéressement. En réaction l'enfant aura tendance à se renfermer et/ou à utiliser diverses stratégies pour attirer l'attention, pour se faire valoir, pour se montrer digne de leur intérêt.
Le fait de dévaloriser l'enfant par la critique directe ou plus subtilement par un maniement de l'ironie, de commentaires sarcastiques sur eux mais aussi sur les autres personnes. En effet, dans ce dernier cas, l'enfant intériorise qu'il est souhaitable d'être conforme au désir d'autrui.
Le fait de surprotéger, d'être possessifs, de toujours dire "fais ça, va là." souvent associé à la critique "tu ne fais jamais rien par toi-même".
Pour les personnes qui deviennent toxiques, le fait de s'intéresser à l'enfant en fonction de ses compétences seulement. Mais aussi le fait de surévaluer, de trop valoriser l'enfant.

Au-delà des seules personnes certaines circonstances de la vie peuvent nous marquer.

Les événements

Le fait d'avoir vécu des événements ayant provoqué un sentiment d'absence de contrôle sur l'environnement (décès, état dépressif d'un parent, disputes entre parents.) génère une angoisse avec laquelle il faut réussir à vivre.

Nous sommes imprégnés de notre environnement c'est à dire des autres et des événements. Provoquant des émotions, cette relation à l'extérieur du corps nous a fait réagir. Nous avons pris des habitudes, développé des stratégies en réponse à ce que nous avons vécu. Ces habitudes nous ont été dictées par un besoin : se maintenir en vie, ne pas succomber au mal être ; et pour cela il nous a bien fallu nous protéger.


Se mentir, se protéger

Toutes les attitudes de défense s'expliquent par le fait que pour nous aimer nous avons besoin de l'approbation des autres nous ne voulons pas vivre dans la douleur et le malaise.

Très succinctement nous nous donnons certaines attitudes destinées à réaliser ces deux buts.

séduire ses interlocuteurs

La séduction répond au besoin de sentir que les autres nous aiment. La contrepartie est une sensibilité importante aux critiques. La seconde "limite" de la séduction est qu'elle rassure seulement quand elle reste superficielle. En effet, dès qu'il s'agit d'engager complètement sa personne il y a le risque de se montrer tel qu'on est réellement et donc de décevoir.
Dans le registre de la séduction et du fait de faire envie la possession n'est pas la dernière des stratégies

posséder les êtres et les objets

La possession des êtres et des choses répond à plusieurs besoins :
Nous nous assurons d'entendre de l'autre ce que nous avons envie d'entendre. Nous retrouvons le désir d'être aimé, adulé, reconnu.
Nous montrons que nous sommes capables d'agir efficacement ; de contrôler ce qui nous entoure. N'est ce pas faire preuve d'une action efficace que d'exercer son pouvoir sur autrui ?
Nous pouvons susciter l'envie, l'admiration de l'autre ; non seulement de la personne possédée mais aussi de toutes les personnes qui peuvent voir combien on a une belle voiture, un blouson neuf et flamboyant.. Nous exploitons le plaisir d'être aimé pour ce que l'on a, plus que pour ce que l'on est. Et puis, tout ce qui nous distingue nous permet de renforcer l'amour que l'on se porte.

Quand bien même nous serions encore mal à l'aise, quand bien même les autres ne nous auraient pas donné ce que l'on attendait d'eux, il nous reste quelques portes de sortie pour nous préserver.

Rappelons-nous de ce que nous avons vu dans le chapitre consacré aux comportements. Face à un agent stressant, nous avons trois possibilités : ne rien faire - ce qui provoque le mal être -, fuir et lutter. Le premier comportement n'étant pas très utile, il nous reste les deux autres.

Fuir ce qui est désagréable

La fuite peut prendre la forme de mécanismes de défenses destinés à ne pas avoir à assumer ce qui peut être désagréable. Toute une palette de ces mécanismes existe parmi lesquels on trouve : l'évitement, le retrait, le déni (refus d'admettre), la banalisation (ce n'est pas grave) la projection (attribuer ses propres sentiments négatifs et difficultés aux autres), les fantasmes et la rêverie (imaginer sa réussite au lieu de la construire), la rationalisation (reconnaître mais attribuer à des causes extérieures); la compensation (fuir un sentiment d'infériorité en s'investissant dans d'autres domaines) le perfectionnisme (ce n'est pas assez bien), l'hyper contrôle de l'environnement (tout est ordonné, sans faille. comme si tout contrôler soignait les angoisses).

Lutter

L'agressivité à l'encontre des autres a pour objectif de supprimer la nuisance réelle ou éventuelle qu'ils sont susceptibles de nous causer. Cette agressivité peut prendre des formes physiques mais aussi se traduire par des attitudes psychologiques tendant à dévaloriser ces personnes, leur créer des problèmes.

Il faut bien voir qu'en employant ces stratégies, nous sacrifions notre propre évolution, notre liberté au profit d'un confort immédiat très relatif.
Alors si nous décidons de continuer à changer, ce qui suit peut nous aider.

Changer et apprendre à s'aimer : se créer indéfiniment soi-même (Bergson)

Nous avons déjà signalé que pour changer il convient d'augmenter l'amour que l'on se porte et le sentiment d'efficacité de nos actes. Cela ne se fait pas spontanément.


Les clés du changement

Nous avons résumé les étapes du changement dans le tableau suivant repris de André et Lelord.

Domaines Clés
L'être subjectif, le rapport à soi Se connaître, s'accepter et être honnête avec soi
L'être social, le rapport aux autres S'affirmer, être empathique, s'appuyer sur le soutien social
L'être biologique, le rapport à l'action Agir, penser positif, accepter l'échec

Se connaître : Prendre conscience de ses capacités et limites. Pour mieux se connaître il est possible de faire un listing avec les contraires : j'aime/ j'aime pas, je connais/je connais pas, mes échecs/mes réussites, mes défauts/mes qualités.

S'accepter : assumer et changer. Quoi qu'on ait fait, quel que soit le déshonneur que l'on ait eu à subir, nous avons le droit de changer sans culpabilité, sans honte et sans remord. L'avenir nous pouvons le forger et ce d'autant plus que le seul fait de se connaître et d'admettre ce que l'on est, fait disparaître bien des tensions et s'ouvrir bien des horizons. Cela demande d'être honnête avec soi. Nous avons vu qu'il est parfois utile de se mentir pour protéger dans le court terme l'amour que l'on se porte. Nous avons rencontré de nombreux comportements - comme le déni - destinés à cette fin. Déni de ses émotions, de sa volonté de s'impliquer complètement dans un projet.

S'affirmer : exprimer ce qu'on pense, ce qu'on veut, ce qu'on ressent tout en respectant ce que l'autre pense. S'affirmer nécessite de se respecter suffisamment pour se donner des droits face aux autres personnes. Or se donner des droits, c'est prendre le risque de déranger ou de déplaire à son interlocuteur. Quand on ne peut s'affirmer on utilise d'autres comportements relationnels : l'inhibé qui subit, l'agressif qui privilégie ses besoins et points de vue, mais néglige ceux des autres jusqu'au conflit ou à la menace.

Etre empathique : l'empathie est la capacité d'écouter et de ressentir le point de vue des autres, de chercher à le comprendre et à le respecter, même si l'on n'est pas totalement d'accord avec eux. "je comprends bien ce que tu veux dire, mais je ne pense pas forcément comme toi". Ce comportement permet d'être proche et aimé des autres, de s'affirmer car on écoute plus volontiers nos points de vue si nous nous sommes montrés capable d'écouter.

S'appuyer sur le soutien social : soutien d'estime (tu es quelqu'un de bien), soutien affectif (on est à tes côtés, on t'aime), le soutien matériel et de compétences (on va t'aider). Pour que ce soutien soit efficace, il est souhaitable qu'il soit diversifié et activé assez souvent.

Agir : Pour changer il est indispensable d'agir. C'est par une modification concrète du comportement que tout commence. Il ne sert à rien de changer uniquement dans sa tête. Toute décision de changement doit se traduire par un geste dans la minute qui suit : prendre son téléphone, faire un courrier. Ce qui n'est pas fait n'existe pas !
La vie nous offre une foule d'objectifs même modestes, qui une fois atteints, nous permettent de ressentir une amélioration de l'amour que l'on se porte. Si passer à l'action dans un domaine modeste n'est pas un évitement, ça peut servir d'échauffement à nous mettre à un travail plus exigeant.

Penser positif : Penser positif c'est d'abord faire taire la critique que l'on se donne. Apaiser cette petite voix qui dit ça n'est pas assez bien - à quoi bon, ça ne marchera jamais, c'est nul, ça n'est pas suffisant -, limiter cette tendance à agir et à juger dans le même instant. En procédant ainsi, on n'arrive à rien. Il est important de nous demander si nos pensées sont :
en rapport avec la réalité (demander l'avis des autres)
utiles : M'aident-t-elles à me sentir mieux, à faire face à la situation actuelle et aux situations à venir ? Être positif, c'est aussi transformer les plaintes en objectifs : J'en ai marre deviens j'aimerais.

Accepter l'échec : Ce n'est pas l'échec qu'il faut accepter mais l'idée de l'échec. L'échec est un morceau de la victoire comme l'erreur est un morceau de la vérité. Quelques conseils pour y arriver :

a/ les choses sont toujours grises et jamais totalement noires ou blanches. Eliminez les oppositions simplistes
b/ Les gens qui ont réussi ont le plus souvent commencés par échouer
c/ tirer les enseignements : l'échec nous instruit sur nous, il n'est pas preuve d'incapacité.

Ces attitudes risquent d'être oubliées si elles ne sont pas relues, remises en mémoire chaque jour. Il ne s'agit pas de toutes les apprendre et de toutes vouloir les appliquer d'un bloc. Le processus de changement passe par des petites étapes réalistes, répétées, progressivement intégrées. Il suppose de toujours se renvoyer à ses propres responsabilités en reconnaissant ce qui ne va pas mais aussi et surtout en cultivant ce qui va bien, ce qui a déjà été fait ; en s'autorisant à être fier de soi, en se remerciant de chaque pas parcouru. L'important c'est de faire un pas encore un pas (Saint Exupéry). Le chapitre qui suit va vous permettre de formuler clairement le chemin : votre projet de changement.


Un contrat pour changer

Si l'analyse est appréhendée comme un outil de changement et d'amélioration comportementale, elle amène l'intéressé à conclure un contrat, à définir par écrit un objectif qu'il s'est fixé. Le contrat correspond à la décision qu'une personne prend de réaliser tel but de telle ou telle manière.
Les étapes du contrat sont :

1/ Quelle est ma situation actuelle ? Le bilan de notre situation actuelle, professionnelle, extra-professionnelle, ce que j'ai déjà fait, réussi. Il s'agit du constat de ce qui va et de ce qui ne va pas en fonction de nos lieux de vie (travail, famille.)

2/ Qu'est ce que je veux changer ? La liste de ce que nous aimerions changer, pourquoi et comment.

3/ Quels sont les obstacles qui m'empêchent ou risquent de m'empêcher de le faire (obstacles dus à mon environnement et dus à moi-même).

4/ La mise en œuvre en suivant des méthodes, des petits trucs pour nous aider. Par exemple établir des priorités. "Aujourd'hui, je ne critique personne".

5/ L'établissement d'un délai de réalisation des objectifs avec un moyen de contrôle (dater les objectifs, savoir identifier les succès et les échecs)

Le contrat incite à se responsabiliser par rapport au but recherché. Il demande de parler en terme de réussite ou d'échec et, est à ce titre un grand mobilisateur d'énergie pour aller au bout des décisions. Et puis, il est un formidable moyen de connaissance de soi, sachant que le simple fait d'écrire, de formuler ce que l'on souhaite permet de clarifier ce que l'on est.

NB : De nombreuses personnes n'arrivent pas à réaliser des objectifs quantifiables, datés. Ainsi ces personnes ont-elles l'impression de voler d'échec en échec, de contrat raté en contrat raté. Jusqu'au jour où elles s'aperçoivent que les pas de fourmis entrepris à chaque tentative -les heures passées à ne pas critiquer par exemple-, ces moments entrepris puis arrêtés, ont laissé des empreintes dans leur corps. Au détour d'une lettre laissée des années plus tôt, ces personnes prennent conscience du chemin parcouru. Elles mettent en lumière ce qui lentement changeait en elles, et elles s'aperçoivent qu'en progressant dans le noir elles accédaient à la lumière. Tout ça parce qu'en dépit de ce qu'elles croyaient être des échecs, elles ont recommencé des petits "pas grand chose".

L'attitude de l'entourage

Elle découle de ce qui précède. Nous avons dit que l'amour qu'une personne se porte passe par l'efficacité de ses actions et le regard que les autres portent sur elle. Dès lors, l'objectif de l'entourage est d'aller dans ce sens en permettant et même en suscitant l'action tout en rassurant.
Voici quelques phrases à dire, quelques attitudes qu'il est possible de prendre, face aux différents types de personnes, pour arriver à ces fins.

Rassurer

Tu n'as pas besoin d'attirer l'attention sur toi par des stratagèmes pour qu'on t'aime.
Ecouter, encourager à exprimer des opinions sans juger. Instaurer un bon équilibre entre la sécurité (montrer à la personne qu'on l'aime) et les "valeurs" (il y a des règles à respecter).
Soutenir sans condition pour que la personne intègre qu'elle a une certaine valeur envers et contre tout. Attention, toutefois, à ne pas trop admirer.

Susciter l'action

Demander son avis et en tenir compte
Lui confier des tâches à faire, un peu d'argent à gérer quand il s'agit d'un enfant.

Tout ce qui précède demande un investissement personnel, une démarche individuelle s'appuyant sur l'aide des autres. L'objectif est de permettre à chacun de trouver la confiance et la détermination en soi. Si l'on se réfère à la notion de souffrance, le but de cette démarche n'est pas de l'éviter à tout prix mais de la rencontrer, de lui parler pour mieux la dépasser. Par rapport au plaisir, l'objectif est de passer de l'émotion de l'instant, au bonheur du vivant.


Apprendre le bonheur

Qu'ils soient psychologues, ouvriers, paysans où moines bouddhistes, beaucoup s'accordent sur un point d'encrage : le but, le véritable mouvement de la vie, c'est le bonheur.
Dans ce qui suit, nous nous appuyons sur la pensée bouddhiste et plus particulièrement sur le livre qu'ont commis le psychologue américain Howard Curtler et le 14ème Dalaï-Lama - l'art du bonheur - pour vous donner les attitudes permettant d'accéder à cet état de bien-être.
Comme tout ce qui a précédé, cet exposé s'appuie sur une conviction. Il est possible - quelque soit notre passé et notre présent - d'atteindre le bonheur par l'exercice de l'esprit, par l'activation de notre 3ème cerveau.

Nous avons déjà signalé que nos lobes frontaux (3ème cerveau) sont capables de réguler notre fonctionnement émotionnel. Ils peuvent inhiber la souffrance et rendre le plaisir plus durable. Cette aptitude passe par un seul mécanisme : l'attribution d'une valeur, d'une signification aux émotions. Indépendamment de ce qui est perçu, notre 3ème cerveau est capable d'assigner une valeur positive ou négative aux événements. A une souffrance, il sait dire : " tu es positive pour moi parce que. " ; à une personne désagréable, il a la capacité d'affirmer : "tu m'enrichis car.". Ce que nous appelons communément "l'état d'esprit" détermine le bonheur beaucoup plus que les événements extérieurs. Bien sûr il est des douleurs incontournables. Mais c'est plus la perception que nous avons d'un événement que la situation elle-même qui détermine notre bien-être. L'état d'esprit est la clef du bonheur. Pour ce faire, il s'appuie sur des valeurs. Ce sont à ces valeurs et à la réflexion qui les soutienne que nous allons accéder à présent.


Une hiérarchie

La réflexion commence par une hiérarchie des valeurs et des actes qui en dépendent. Qu'est ce qui donne sens à notre vie ? Répondons en ordonnant nos priorités. Sommes-nous nés dans le but de nuire aux autres, de leur créer des problèmes ? Sommes-nous plutôt sur terre pour participer aux qualités fondamentales de l'humanité ?
Cette aptitude à isoler les éléments les plus fondamentaux de notre existence nous apporte une grande liberté et un repère face aux problèmes.
Une aide pour classer les valeurs et les actes est l'étendue dans le temps et l'espace. Est-ce provisoire ou durable ? Est-ce local ou universel ? Ce désir satisfait-il un besoin immédiat ou une envie plus lointaine ? Crée-t-il le bien d'une seule personne ou de plusieurs ?
En faisant la part de l'immédiat et du durable, du local et de l'étendu, nous nous aidons à reconnaître et isoler les facteurs qui, à terme, mènent au bonheur et ceux qui conduisent à la souffrance.

Qu'est ce qui, pour nous, cause la contrariété ou le chagrin ? Les bouddhistes ont réfléchi à cette question. Pour eux, la souffrance prend sa source dans les "trois poisons de l'esprit" : l'ignorance, le désir sans frein et l'aversion. L'idée d'ignorance a des connotations ambiguës. Elle suppose, en effet, de se référer à une vérité. Comme par ailleurs, le fait d'éventuellement nous tromper ne nous est pas d'un grand secours dans la recherche du bonheur, voyons plutôt les attitudes permettant d'éliminer le désir toujours insatisfait et l'aversion.

Eliminer le désir

Partons d'une interrogation. Qu'est-ce qui détermine notre perception d'une situation ? Notre tendance à comparer nous influence fortement. Notre satisfaction dépend du point de comparaison adopté. Nous avons pour habitude de regarder les plus brillants, les plus beaux. Bien que pour certains cette attitude soit un moteur, pour la plupart d'entre nous, elle engendre systématiquement l'envie, la frustration et le chagrin. Que faire ?
Nous tourner vers les plus démunis, les moins chanceux. Reconnaître qu'il y a sur terre, plus des trois quarts de l'humanité qui vit avec moins de 10 francs par jour. Songer que nous avons de la chance d'être ce que nous sommes. En observant le monde avec ces nouvelles lunettes tout reprend sa juste dimension. Nous nous rendons compte que finalement nos immenses problèmes sont de l'ordre de "la rage de dents". Nous apprenons à nous prendre et à prendre nos problèmes beaucoup moins au sérieux.

Toujours voir ce que l'on croit être le haut du panier conduit à vouloir être comme eux : c'est la convoitise. La motivation essentielle de la convoitise c'est l'assouvissement. Mais quand bien même l'objet désiré est obtenu, la convoitise, elle est toujours présente. Pire, elle est renforcée. Processus sans fin !

Et puis, nous trouverons toujours une personne supérieure à nous, que ce soit dans un domaine ou un autre. La convoitise mène alors à la frustration, à admettre que l'on ne sera jamais comme ceux qu'on admire. Alors au lieu de regarder ce qu'il y a d'enviable en l'autre, acceptons déjà ce qu'il y a de beau en nous.

Les remèdes au désir effréné s'imposent d'eux-mêmes :

Remède 1 : le contentement, le fait d'apprécier à chaque instant ce que l'on a.
Remède 2 : se considérer : le seul moyen d'avancer dans l'existence, c'est de considérer ses atouts, de voir de quoi on est encore capable, c'est d'avoir le sens de sa propre valeur.
Remède 3 : ne plus comparer ou changer les comparaisons. Qui est "supérieur" ? Celui qui écrase tout ceux qui se présentent sur son passage pour parvenir au pouvoir ou la personne qui toute sa vie a travaillé et respecté ses semblables ? L'ordre des valeurs est déterminé par une société. Quelques-uns de ses représentants donnent le classement. Tel est plus riche, plus puissant, plus fort que tel autre. Tel est dans la normale, tel ne l'est pas ! Mais qu'est ce que c'est être dans la normale ? Le comportement général d'une société est-il toujours normal ?

Henri Laborit aura tôt fait de vous répondre. La normalité, c'est le conformisme, c'est la moyenne, celle du monsieur qui est parfaitement normal par rapport aux autres, alors qu'il ne l'est pas du tout par rapport à lui-même. Puisqu'il est normal par rapport aux autres, on dit il n'est pas fou ; mais il va développer une hypertension, un ulcère de l'estomac... La normalité est à situer par rapport à soi-même et non par rapport aux autres. Schumann, Van Gogh n'étaient pas normaux. Que vaut-il mieux être, Schumann, Van Gogh, ou les autres ? Nous pouvons penser que la seule raison d'être de la hiérarchie sociale est la préservation de la dite société. Peut-être le pouvoir et l'argent ne sont-ils pas les "valeurs" les plus respectables ! Un tel classement fondé sur deux ou trois valeurs ajoutées à quelques normes éthiques, esthétiques et comportementales réduit la richesse du monde à quelques attributs, ceux qui justement favorisent le désir et la convoitise. Oubliez ce carcan et remplacez-vous dans la hiérarchie que vous venez d'établir. Est-ce que dans cet ordre des valeurs la possession est au-dessus du don ? Est-ce que l'eros - l'amour qui prend - est plus enviable que l'agape - l'amour qui donne - ?

Si vous voulez comparer, alors déployez le regard de la diversité, replacez-vous dans la richesse du monde. Vous trouverez que vous aussi vous êtes forts. Cherchez ! Vous ne trouvez pas ! Cherchez bien ! Peut être êtes vous beaucoup plus timide, beaucoup plus sensible voir beaucoup plus fragile que tous ceux qui vous entourent!

Que l'objectif soit de reconnaître notre propre valeur, de réduire la haine que l'on éprouve envers une personne, de ne plus être prisonnier de la convoitise, déployer le regard de la diversité, varier les points de vue nous aide considérablement.
Après tout ça, si vous continuez à oublier la majorité des habitants de la planète, si vous continuez à être impressionnés et tentés par le pouvoir et l'argent, rappelez-vous - quelque soit la personne qui se trouve face à vous - que "au plus haut trône du monde, (nous) ne sommes assis que sur notre cul" (Montaigne).


Eliminer l'aversion : apprendre à aimer

Dans le chapitre consacré aux comportements, nous avons signalé que nous sommes dépendants des autres - c'est à dire responsables d'eux -. Nous aimerions ici ajouter quelques mots à ce propos.

Que ce soit dans notre vie matérielle ou affective, nous nous nourrissons du pain et de l'affection d'autrui. Si le pain vient en échange d'une pièce de monnaie, l'affection de l'autre vient en réponse à la notre. C'est par ce processus d'aller-retour que l'amour, l'affection, la compassion, l'attention aux autres, nous apportent le bonheur. En conséquence, pour être heureux, il nous faut être attentifs, ouverts ; il nous faut tendre la main, faire le premier pas vers l'autre sans attendre que lui vienne à nous. Souvenez-vous de ce que disait Henri Laborit à ce propos : le premier acte égoïste c'est peut-être d'aimer l'autre. Cette dépendance à l'autre est magnifiquement retranscrite par l'expression latine : alter ego ; l'autre moi.

Notre dépendance aux autres est étayée par de nombreuses études. De nombreux psychanalystes (Howald Curtler cite entre autres Erich Fromm) estiment que la menace d'être séparé des autres constitue la peur la plus fondamentale de l'humanité. Pour eux, l'expérience de la séparation, que l'on rencontre tout d'abord dans l'enfance, est la source de toute anxiété. Cette analyse colle bien avec l'observation selon laquelle un mode de vie altruiste est essentiel à une bonne santé mentale (George Vaillant). A l'inverse, les personnes en manque de rapports sociaux sont plus souvent en mauvaise santé, plus tristes et plus vulnérables au stress. Par exemple, les personnes les plus centrées sur elles-mêmes, celles qui au cours d'une conversation répètent le plus souvent les pronoms "je", "moi", "mon" sont les plus susceptibles de déclarer une maladie coronarienne.

Le rapport que nous entretenons à l'autre peut être relativement superficiel. Il peut se construire autour d'un sujet anodin - le temps qu'il fait, les résultats du match de foot. -. Il peut également être plus profond. Howald Curtler cite le zoologiste Desmond Morris pour qui le rapport à l'autre est d'autant plus fort et important qu'il est intime. Cette personne entend par intime l'émergence d'un sentiment de proximité qui intègre le sens du partage et de la communication. Pour Desmond Morris, le vecteur essentiel de l'intimité est le contact physique. Le toucher est pour lui le véhicule du réconfort mutuel. Ce chercheur pense même que d'autres contacts avec des objets comme les cigarettes, les objets, tiennent lieu de substituts à l'intimité.

Si nous revenons à ce que nous avons dit du bonheur, nous remarquons que l'analyse que nous faisons, que les attitudes que nous proposons, reposent davantage sur une réflexion reconnaissant les droits fondamentaux de l'autre que sur notre propre bonté, dans un premier temps, du moins. Parce que progressivement, les véritables piliers de l'échange et de la proximité c'est à dire l'affection, le respect et la dignité, vont s'élever en nous. Après viendra peut être l'amour.

Ceci étant dit, donnons les attitudes permettant de provoquer l'affinité à l'autre.
chercher à percevoir le meilleur de chacun.
ne pas s'imaginer ou penser au fait qu'il puisse dire ou avoir dit du mal de nous.
se rappeler que nous avons besoin de lui ; que nous dépendons des autres donc de lui
voir ce qui nous rapproche de lui. Tous possédons un corps, un esprit, des émotions. Tous sommes nés, et tous mourrons. Tous voulons bien manger, bien dormir, être aimés. Tous caressons le désir d'être heureux et de surmonter nos souffrances. Tous avons le droit de réaliser cette communauté d'aspiration.
prendre conscience du point de vue des envies, des joies et des souffrances d'autrui. Cet aspect capital, demande de se mettre à la place de l'autre. Il s'agit là d'une technique qui suppose d'accepter de renoncer temporairement à son propre point de vue pour adopter celui de l'autre. Cela demande d'essayer de comprendre la psychologie et le passé des êtres.

Ayant pris conscience de l'importance d'être ouvert aux autres, il nous faut encore trouver la force de nous lancer. Souvent, nous avons peur de ne pas être à la hauteur, peur de provoquer le jugement de notre interlocuteur. Là encore, un état d'esprit peut nous aider.
L'honnêteté ! Quel est le but de votre pas vers l'autre ? Faire valoir vos connaissances, l'importance de votre personne ? Dans ce cas, votre interlocuteur peut ne pas reconnaître votre valeur. Vous voulez l'épater, le dominer mais c'est lui qui a tout pouvoir sur vous. En cherchant volontairement l'approbation de l'autre vous vous exposez en permanence à la frustration et à la déception aussitôt que la réalité fait intrusion sous la forme d'une sentence assassine. En voulant qu'on vous aime, envers et contre tout, vous vous punissez vous-même.
Si à l'inverse, votre objectif est d'échanger, d'apprendre de votre interlocuteur, alors vous n'avez rien à craindre. Au pire, il refusera l'échange. Vous n'aurez rien perdu. Vous aurez même gagné de tenter un acte qui vous tient à coeur.

La motivation sincère est l'antidote pour résorber la peur et l'anxiété. Et même si, dans votre élan vous rencontrez l'échec, c'est que le challenge était trop dur. "Pour ma part je ferai au mieux, si je n'y arrive pas c'est que la situation était trop difficile pour moi" (Le Dalaï-Lama). Les stoïciens agissaient à l'identique, souvenez-vous : "Dans ce qui dépend de vous, faites votre possible", pour le reste n'y prêtez pas attention. Le simple fait de prendre du recul pour s'assurer simplement que l'on est sincèrement motivé suffit à diminuer l'anxiété. "Motivation sincère, antidote à l'anxiété". Plus vous serez honnêtes, plus vous serez ouvert, moins vous aurez peur, parce que vous n'éprouverez plus aucune anxiété à l'idée d'être exposé ou révélé aux yeux des autres. N'ayant rien à cacher et à prouver, vous n'aurez plus à vous protéger ; vous n'aurez plus peur. Plus vous serez honnête, plus vous aurez confiance en vous. Le manque de confiance vient de la conscience de pouvoir réaliser quelque chose sans être sûr d'y parvenir. Les gens qui ont une vision réaliste d'eux-mêmes ont tendance à mieux s'aimer, à être plus confiants que ceux qui se connaissent mal ou faussement (Howald Curtler).
Après avoir créé l'affinité à l'autre, nous être ouvert à lui, assurons-nous de ne pas nous en couper.


Entretenir le lien
Le premier moment, où nous risquons la rupture avec l'autre, c'est lorsque éclate un conflit direct. En cas de problème, généralement le cerveau a tendance à se tourner vers le passé pour comprendre. De cette connaissance du passé, il déduit une attitude adéquate pour le futur. Dans le cas du conflit entre personnes, la recherche des responsabilités dessert la levée du problème plus qu'elle ne contribue à la servir. Elle provoque l'agressivité et la mise en place de mécanismes de défense de la part des personnes accusées. Si vous souhaitez avancer à plusieurs, cherchez des solutions au lieu de trouver des responsabilités !

Deuxième motif à rupture, apprendre que l'autre a dit mal de vous - ou croire que l'autre pense du mal de vous. Notre réaction biologique à cet agent agresseur est la lutte et tout l'attirail qui l'accompagne : stress, haine, agressivité. Si en des temps reculés, une telle réaction se justifiait pour assurer la survie, dans nos sociétés occidentales, ce n'est plus de survie qu'il s'agit. Pourtant, si nous n'allons pas jusqu'à la suppression de la personne hostile, nous cherchons à supprimer sa "nuisance". Nous nous disons que la seule réponse valable à son attitude est la haine. Ce faisant nous creusons notre propre tombe.
Bien plus que la personne qui, peut-être nous veut du mal, la haine elle nous en fait. C'est elle notre pire ennemi, plus efficace que n'importe quelle personne, elle nous tient à longueur de journée, nous suit partout, à toute heure et en tout lieu. Quelque soit le problème rencontré, la haine qui accompagne l'aversion va toujours contre nous.

En cherchant à lutter contre l'autre, nous nous faisons trois fois du mal.
Une fois parce que l'agressivité qui n'est pas agie provoque le mal être. Nous sommes dans ce que nous avons appelé l'inhibition de l'action.
Une seconde fois parce que, par notre haine, nous donnons de la valeur à la démarche de celui qu'on dit notre ennemi. C'est, en effet, la volonté de blesser qui confère aux actes de nos "ennemis" leur caractère unique.
Une troisième fois parce que, par la haine et le rejet, nous nous coupons de quelqu'un qui aurait pu nous révéler à nous-même. Nos ennemis nous offrent l'opportunité d'apprendre à nous connaître et à réagir comme nous aimerions le faire. Ils nous enseignent notamment la tolérance. Traitez les avec déférence, reconnaissez la valeur de l'épreuve qu'ils vous lancent, le défi qu'ils vous convient à relever.

Le dernier moment où nous risquons de nous couper d'une personne est, paradoxalement, lorsque nous ne sommes pas avec elle.
Lorsque nous parlons avec des interlocuteurs tout échange à propos d'un point commun peut nous rapprocher l'un de l'autre. Or, nous recherchons, nous avons besoin de cette communion. Parmi ces points partagés, il peut y avoir une tierce personne. Pour peu que nous ayons quelques reproches à faire à l'encontre de cette personne, le soulagement de dire vertement ce qui peut être un problème pour nous, associé à la communauté d'intérêt que cette critique peut engendrer au sein du groupe peuvent amener très rapidement à une critique soutenue de cette tierce personne. Mais voilà, en faisant ça, nous nous coupons d'elle. Par la suite nous ne pourrons plus qu'éviter cette personne ou lui mentir. Si nous mentons - c'est une lapalissade - nous ne sommes pas honnêtes. Nous entrons alors dans le mécanisme sans fin dont nous nous sommes fait l'écho : mal être, mécanismes de protection, peur, agressivité. Si nous voulons rester en paix avec nous, ne disons jamais du mal d'une personne qui n'est pas là.

Nous en avons fini de l'aversion et du désir. Toutefois, nous aimerions - avant de passer au chapitre suivant - ajouter la peur à la liste des antidotes au bonheur.


Vivre et avoir peur

Nous avons vu dans le chapitre consacré à l'être biologique (être biologique) que la peur est l'expression de notre capacité à savoir que demain sera ajouté à notre propension biologique à nous maintenir en vie. Toute situation envisagée comme nocive est appréhendée, vécue comme stressante par anticipation. L'absence d'information sur l'avenir, le fait de ne rien savoir est également source de peur dans la mesure où il ne nous permet pas d'anticiper une réponse efficace. Un moment de nos vies rassemble à la fois l'atteinte à l'intégrité de notre personne et l'absence totale d'éléments permettant de l'anticiper et d'y faire face ; ce moment, c'est notre mort. La mort est la peur fondamentale de tout être humain. Toutes les croyances, tous les mythes proposent d'ailleurs une réponse à cette souffrance. Toute personne qui a conscience de la fragilité de sa position sans l'accepter ne peut vivre le bonheur. Alors comment faire pour accepter l'inacceptable ?
Les penseurs qui ont tenté de répondre à cette question ont d'abord stigmatisé la peur de la mort. Ils ont rappelé que la peur de la mort n'avait pas de sens et ce pour plusieurs raisons. La première est qu'avoir peur n'empêche pas de mourir. La seconde est que nous ne pouvons redouter ce qui ne nous fait pas de mal. Or la mort est justement l'absence de sensation, donc de mal.
Ils ont ensuite noté que la mort est nécessaire à la vie. Plus encore, elle est un moment de vie. La mort appartient à la vie, ne pas l'accepter c'est refuser la vie. "Tout nous ramène à quelque idée de la mort" - dit Chateaubriand dans Voyage en Amérique - "parce que cette idée est au fond de la vie". Dès lors, celui qui aime la vie, aime la mort.

Pourtant ce qui précède n'est nullement rassurant en soi. Selon certains auteurs, pour surmonter la peur, il nous faut faire de la mort, notre voisine. Écoutez le tout jeune Wolfgang Amadeus Mozart parler de son rapport à la mort. "Comme la mort (au sens propre) est le véritable but de notre existence, cette authentique et meilleure amie de l'homme m'est devenue si familière depuis quelques années que son image n'a non seulement plus rien de terrifiant, mais au contraire, me tranquillise et me console et je remercie Dieu de m'avoir accordé le bonheur, de m'avoir permis de savoir que la mort était la clef de la véritable félicité. Je ne me couche jamais sans penser (aussi jeune que je sois) que je n'existerai peut-être plus le lendemain. (cité par C.Brand-Hetzel). Faire de la mort notre voisine c'est se la représenter, c'est poser les choix de notre existence à sa lueur. Alors, comme nous faisons d'une souffrance notre conseillère, nous pouvons faire de la mort notre alliée. A son regard, la hiérarchie des valeurs dont nous avons fait état ci-avant s'établit d'elle-même. La pensée de la mort suffit à ordonner nos pensées si seulement nous acceptons de poser la question de Verlaine : "Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il ?
Et même si nous n'arrivons pas à la dompter, à la faire proche de nous, essayons au moins qu'elle "me trouve plantant mes choux, mais nonchalant d'elle, et encore plus de mon jardin imparfait" (Montaigne).

Vaincre nos peurs de la mort, de l'inconnu et des autres demande du temps et de la persévérance, une volonté de chaque instant. Réfléchir à un sens, à une démarche au-delà de la souffrance est souvent au-dessus de nos forces. Quelque soit le changement que nous envisageons, nous devons nous donner le temps. Vivre le changement comme un lent apprentissage de soi. Un apprentissage qui nécessite de remplacer des habitudes biologiques par des habitudes choisies en conscience. Une transformation qui passe par des étapes incontournables.

1/ apprendre à nous connaître
2/ nous donner des objectifs
3/ nous rappeler constamment les buts poursuivis et les attitudes privilégiées.

Pour progresser vers le but fixé, il nous faudra nous rappeler mille fois l'importance du respect, de l'échange, du lien aux autres. Tous les matins, nous devrons éveiller cette petite voix qui dit : "je vais vivre cette journée selon les préceptes que j'ai dégagés". Tous les soirs, nous aurons à rallumer la petite voix qui demande : " ai-je vécu cette journée comme je voulais la vivre ?" Si, la réponse est oui, nous nous réjouirons, si la réponse est non, nous nous critiquerons et repartirons. A ces attitudes, nous devrons conjuguer des actes ; tenter -aussi souvent que possible- le pas vers l'autre. "La création de soi" exige des efforts sans cesse répétés. Elle passe par une progression lente entrecoupée de phases de régression. Pendant ces moments, il faut savoir ne pas trop en demander pour mieux repartir plus tard.

Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Chacun de nous en décidera. La nécessité, le sentiment de l'urgence, nous donnerons peut-être l'élan initial. Par la suite, le sens que nous trouverons à notre nouvelle existence nous orientera. Que petit à petit nous admettions que la souffrance fait partie de nos vies, que nous saisissions la portée de la souffrance jusqu'à en faire notre confidente, que nous entrevoyions cette force qui découle de la volonté qui se comprend et d'un projet qui se construit, alors la démarche dont nous parlons s'effacera pour ne plus exister d'elle-même. Elle sera devenue nous.

Si après avoir entrevu les possibilités de nos vies, nous décidons de lentement nous changer, ou de poursuivre un changement déjà entrepris, en plus de ce qui précède, des techniques peuvent nous soutenir. Dans le chapitre suivant, nous livrons des méthodes habituellement pratiquées lorsqu'il s'agit d'apprendre à se connaître, à s'accepter et à changer. Par ces méthodes nous allons parcourir le chemin qui mène au calme, à l'assurance et à la sérénité (être calme).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 11 Fév 2013 - 21:46

Cinq sources pour rayonner

Certains jours, nous le sentons : nous avons cette énergie qui nous rend irrésistible. Comment l’expliquer ? Sur quelles qualités et sentiments cette force d’attraction s’appuie-t-elle ? Explication en cinq points… sans rompre le charme.

Elle prend la parole, et aussitôt l’assistance fait silence, ébahie. Il entre, et tous les regards se tournent vers lui, fascinés. Nous connaissons tous de ces individus capables de susciter le respect, l’admiration, si ce n’est l’amour général par leur seule manière d’être. Ils ont ce « truc en plus ». Un je-ne-sais-quoi indéfinissable, même par celui qui en est doté. « Nous nous trompons souvent sur ce qui fait mouche en nous », constate le psychanalyste Norbert Chatillon.

Qui n’en a jamais fait l’expérience ? Dans le couple, par exemple, lorsque nous demandons, des années après la rencontre : « Qu’est-ce qui t’a plu en moi ? », et que nous entendons l’autre citer des traits de caractère que nous avions cherché à dissimuler. Inversement, ce que nous mettons en avant, persuadé qu’il s’agit d’un point fort, n’est parfois pas apprécié, voire agace ! De quoi mettre en doute l’efficacité des écoles de séduction. « Ce qu’elles enseignent relève du calcul, estime Norbert Chatillon. La séduction, elle, ne supporte pas le contrôle et l’artifice. »

Pourquoi ? Parce qu’elle naît du plus profond de notre être. Ce que nous donnons à voir et qui touche, galvanise ou hypnotise est souvent la partie immergée de notre charme. Un aimant profond, qui repose sur cinq façons d’être.


Le détachement vis-à-vis du regard d’autrui

« Je me fiche de savoir si je plairai ! »

Premier paradoxe : c’est quand nous prenons le risque de ne pas séduire que nous dégageons le plus du charme. Quand nous sommes désintéressés, indifférents à la vision que les autres peuvent avoir de nous, et que nous ne cherchons pas à amadouer notre « public ».

Pourquoi ? Parce que dès que nous sommes en attente vis-à-vis de l’autre, nous cessons de le reconnaître dans son altérité. Or, pour permettre à une vraie rencontre d’exister, le respect de l’autre est indispensable. Sinon ? Celui-ci risque de se sentir étouffé, manipulé – comme sous l’emprise du « mauvais » séducteur. A l’inverse, lorsque nous nous mettons à l’écoute, sans jugement, nous créons un climat de sécurité qui facilite le dialogue. Et l’impression de liberté qui émane de nous a toutes les chances de séduire.


L’authenticité

« J’ai le droit d’exister »

La timidité et l’introversion peuvent parfois toucher, selon les goûts et les histoires personnelles de chacun. Mais elles ne sont jamais les attributs de ceux qui « rayonnent ». Au contraire : si certains nous impressionnent et nous charment, c’est parce qu’ils n’hésitent pas à être eux-même, en toute honnêteté. Ils osent imposer leur caractère, leurs désirs, leurs projets, mais aussi leurs fragilités, en toutes circonstances. Ils sont « entiers », comme nous le disons parfois, c’est-à-dire entièrement présents, aussi bien psychiquement que physiquement.

Ne pas craindre de se dévoiler, y compris dans ses faiblesses, ses vulnérabilités et dans sa part d’ombre est l’un des secrets pour plaire au-delà des apparences. Cela n’exige pas forcément d’être en paix avec toutes les facettes de sa personnalité, mais plutôt de ne jamais être dupe des contradictions et conflits que nous pouvons porter en nous.

En assumant notre propre singularité, nous devenons des exemples pour ceux qui nous entourent. Galvanisés, inspirés par notre audace et notre sincérité, ils se découvrent une vitalité nouvelle à notre contact. C’est cela aussi, rayonner : donner à ceux qui nous approchent la sensation qu’ils peuvent être « lumineux », pourvu qu’ils osent s’affirmer.


La cohérence

« Je suis en harmonie avec ce que je pense et ce que je fais »

Qu’est-ce qui plaît de nous ? Difficile à dire. Comme si nos qualités ne se laissaient pas saisir dans le détail, mais plutôt comme un « tout ». A quoi cela tient-il ? A la cohérence interne, que les thérapeutes en programmation neurolinguistique (PNL) appellent « congruence ».

Lorsque nous ressentons une parfaite harmonie entre notre identité, nos convictions, notre ressenti et nos actes ; quand nous ne nous contentons pas de défendre des idées, mais que nous les incarnons, nous les « ressentons ». Nous avons tous l’occasion de vivre cette expérience, par exemple lorsque nous nous engageons en faveur d’une cause en laquelle nous croyons intimement. Ou lorsque nous menons un projet jusqu’au bout, sans nous laisser décourager par les obstacles qui se dressent. Cette cohérence interne se perçoit dans chacun de nos gestes et de nos mots : nous ne trichons avec aucune partie de nous-même, nos « oui » sont de vrais « oui », nos doutes sont clairement exprimés, nos arguments sont convaincants parce que travaillés…

La « congruence » est non seulement une source de joie pour soi – tout devient possible ! –, mais elle a surtout le don d’entraîner autrui dans sa dynamique positive.


La confiance en soi

« Je peux compter sur moi pour faire face aux aléas de la vie »

Comment séduire autrui si l’on ne se séduit pas soi-même ? Qui peut inspirer le bien-être s’il n’est pas en paix avec lui-même ? Comment soulever l’enthousiasme si l’on n’est pas d’abord certain de pouvoir compter sur soi ? Non que la séduction soit l’apanage des seuls narcissiques. Reste qu’il suffit souvent de se sentir digne d’être aimé pour le devenir.

Pourquoi ? D’abord parce que nous y puisons une énergie qui nous permet de relever des défis qui semblent insurmontables à d’autres : il y a un peu du héros chez l’individu charismatique. Ensuite parce que la confiance en soi est apaisante, pour soi mais surtout pour autrui : c’est la « force tranquille », sécurisante, donc, attirante.
Enfin, parce que lorsque nous sommes confiants, nous « lâchons » nos défenses, et nous nous donnons à connaître sous toutes nos facettes – y compris celles dont nous ne soupçonnons pas le charme.


L’ouverture

« Je suis à l’écoute des autres et je rends mon discours compréhensible à tous »

Pour estimer notre charisme, nous pouvons nous fier au plaisir que les autres ont à se trouver en notre compagnie ; ils semblent plus épanouis, ils s’ouvrent à eux-mêmes. En réalité, cela tient à notre propre capacité d’ouverture : lorsque nous savons écouter sans juger, accorder de l’attention à l’autre malgré les différences de points de vue…

Bref, quand nous envisageons la rencontre non pas comme une confrontation mais plutôt comme un échange. Nous sommes alors prêt à accueillir véritablement l’autre et à donner de nous-même, en toute simplicité. Cet « abandon » rassure notre interlocuteur et lui donne envie de lâcher prise à son tour, puisque nous lui montrons que c’est sans risque. L’ouverture aux autres passe également par une bonne maîtrise de la communication : savoir parler de manière claire et audible, utiliser des métaphores qui donnent à voir, à entendre, à ressentir. Nos interlocuteurs comprennent immédiatement, ils se sentent intelligents, ils sont sous le charme.

Avec la collaboration de Norbert Chatillon, psychanalyste ; Aline Dagut, psychothérapeute spécialisée en gestalt-thérapie ; Josiane de Saint Paul, directrice de l’Institut français de PNL et enseignante certifiée en programmation neurolinguistique (PNL).


Etes-vous « congruent » ?

Pour les thérapeutes spécialisés en programmation neurolinguistique (PNL), la « congruence » est la clé de la séduction. Les explications de Josiane de Saint Paul, directrice de l’Institut français de PNL.

Qu’est-ce que la « congruence » ?
Josiane de Saint Paul : C’est lorsqu’il y a alignement entre ce que je suis – ma personnalité profonde –, ce que je pense – mes convictions, mes valeurs –, ce que je ressens, et ce que je dis ou fais.

Comme savoir si l’on est « aligné » ?
Il suffit de s’interroger, en situation : est-ce que cela me va de faire telle chose ? Est-ce que cela me ressemble ? Puis, est-ce que je crois que c’est une bonne action ? Et est-ce que je me sens disposé, physiquement et psychiquement, pour le faire ?

Comment expliquer que certains soient plus souvent « congruents » que d’autres ?
Cela dépend surtout de nos expériences de vie : elles nous servent de référence. Or, si elles n’ont pas été convaincantes, nous risquons de ne plus savoir nous fier à nos convictions.

Que faire ?
Travailler sur ce terrain de la confiance en soi, dans le cadre d’une thérapie de groupe par exemple, pour être confronté au regard des autres. Je suis persuadée que plus nous faisons de développement personnel, plus nous sommes aptes à déployer notre charisme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 11 Fév 2013 - 22:15

Un très beau dossier de Psychologies Magazine : Trouver la force en soi

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 11:41

L'Homme se manifeste aussi par ce qu'il ne fait pas ...

La conduite psychologique devant l'effort mental imposé

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 12:18

Comment qualifier le bonheur ?

Des clés pour le bonheur

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 12:53

Le refus d'assumer ses responsabilités en psychologie
Chacun est pleinement responsable de ses actions et de ses pensées !


Etre adulte sur le plan psychologique, c'est aussi reconnaitre notre part de responsabilité personnelle. Méthodes en communication pour sortir du piège de la victime.


Le bienheureux état de la victime... cet état, lorsque l'on s'y complait, est l'un des principaux obstacles au développement personnel et de plus, il génère des problèmes de communication énormes : couples, amitiés, travail, associations, engagement divers en pâtissent.
Comment repérer nos états "victimaires" et comment en sortir ? L'examen de nos modes de communication peut nous aider à sortir de ce piège de l'état de victime.


Savoir reconnaitre les " il faut " et les " on doit " dans nos modes de communication

En reprenant des termes simples de " l'appareil psychique " de Freud, nous pouvons dire que certaines personnes sont particulièrement marquées par le " il faut " ou le " on doit ". Avez-vous remarqué dans la vie quotidienne, les personnes qui y ont très fréquemment recours ? Souvent moralisatrices, parfois un brin éducatrices nées, ces personnes, l'index levé, ont tellement intériorisé ou introjecté la règle qu'elles se posent en petit professeur ou en petit éducateur de tout un chacun. C'est bien. Jusqu'à une certaine mesure. De plus, il est important de reconnaitre ces petites phrases commençant par " il faut " et " on doit " dans nos propres vies.

En effet, le " il faut " correspond le plus souvent à une règle ou à une norme que nous avons intégrée mais qui nous dégage de notre responsabilité personnelle. " Je dois vous renvoyer de ce groupe car c'est la règle de la formation, il faut que j'y obéisse moi aussi ". Ah bon ? Et qu'en pensez-vous, vous-même ? " Je déteste mon travail, mais il faut bien que j'y aille car j'ai des responsabilités de famille, moi ". Ah bon ? et pourquoi ne changez-vous pas de travail, si cela vous déplait tellement ?


Victime de la règle, le meilleur moyen pour ne pas assumer ses choix, ses erreurs et ses réussites

Nous pouvons constater que dans ces deux exemples tout simples, les personnes qui prononcent ce type de phrase se masquent et s'abritent derrière une règle paternelle qui fait d'eux des enfants victimes : ils n'ont pas choisi, à les en croire, d'agir comme ils agissent.

Ah bon ? Qui a dit que cette règle était encore valable pour eux ? Qui les empêche d'agir autrement, dans le respect de leurs besoins propres et des nécessités matérielles bien entendu ? Qui nous empêche de prendre les rênes de notre vie, quitte à assumer nos erreurs et à ne pas nous abriter derrière une règle qui parfois nous empêche d'assumer nos choix ?

Un bon moyen pour changer sur ce plan : apprenons à reconnaitre dans notre langage les " il faut " et les " on doit ", pour voir si ces règles que nous ne remettons pas en cause correspondent encore à nos choix... encore faut-il savoir reconnaitre ses besoins et ses désirs propres.


Les dangers d'un mode de communication qui supprime le libre choix et le libre arbitre

" Mais vous êtes bien gentil, vous, je n'ai pas le choix, il y a des choses que je dois bien faire, que cela me plaise ou non ! "

Ah bon ? (bis repetita placent, le " ah bon " est très efficace pour remettre en cause des choses que nous tenons pour acquises mais qui ne tiennent sur rien !)

Une seconde étape de changement peut consister à reconnaitre dans nos vies les choses que nous faisons " parce que nous n'avons pas le choix " mais dont nous nous plaignons en permanence, intérieurement ou extérieurement.

Il ne s'agit pas de vivre " sans règle ". Mais de choisir les règles auxquelles nous obéissons, et de ne plus nous plaindre ou tendre le dos en agissant, ce qui correspond à un état victimaire, mais de choisir, librement, de faire ce qui nous est imparti : état d'adulte où nous assumons nos choix, nos erreurs, et donc, par conséquence, nos réussites également.


La reformulation : guérir par la communication de l'état victimaire

Une troisième étape dans ce processus pour sortir de nos mécanismes victimaires inconscients : nous pouvons apprendre à reformuler, à remplacer le langage qui manifeste une absence de choix par un langage qui reconnait notre choix et qui donc nous engage et nous responsabilise.

Dans une même situation, nous avons le choix :

  • de rester en nous plaignant, en considérant que nous n'avons pas le choix et restant dans l'état de victime qui se plaint et n'assume pas sa vie tout en accusant "les autres" de tous nos malheurs
  • de rester en choisissant de rester, en assumant les inconvénients et les avantages de la situation, en prenant nos responsabilités d'adulte et sans nous plaindre
  • de partir, si la situation n'est pas conforme à nos désirs profonds, mais encore une fois en partant " pour " quelque chose (choix positif) et non pas partir pour fuir (choix négatif)

" Je choisis d'aller au travail chaque matin " (ou d'ailleurs, je change de travail, qui a dit que je devais rester dans un travail qui ne me convient pas et qui n'est absolument pas gratifiant pour moi et ne correspond pas à mes capacités et à mes besoins propres ?), au lieu de " Je pars encore ce matin faire ce boulot que je n'aime pas, je n'ai pas le choix de toute façon, mais je vais me défouler en mauvaise humeur et faire bien comprendre à mon entourage que je n'ai pas le choix et surtout le lui faire bien peser ! "


Méthode pour améliorer la communication de couple, hommes, femmes mode d'emploi !

Ou encore, en couple, passer de " de toute façon, il ne changera jamais, heureusement que je suis là pour faire telle ou telle chose, il faut bien qu'il y en ait qui assument " à " je choisis aujourd'hui encore mon conjoint, avec ses défauts et ses faiblesses, et si je sors les poubelles, je le fais parce que je le choisis et non en rechignant ! "

Une bonne méthode de changement dans ce domaine peut être de prendre une feuille volante, avec deux colonnes, et de reformuler nos pensées automatiques commençant par " il faut "ou " on doit " dans la première colonne par " je choisis " dans la deuxième colonne : chemin de liberté et de responsabilité.

A lire pour mieux comprendre à quel point nous sommes créateurs de notre réalité, et comment nous pouvons changer en changeant de mode de communication.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 13:42



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par gibus Mar 12 Fév 2013 - 14:02

Mjöllnir a écrit:Le refus d'assumer ses responsabilités en psychologie
Chacun est pleinement responsable de ses actions et de ses pensées !

Très intéressant cette fiche. J'avoue que je suis en plein dedans Embarassed

Pour le moment je suis plutôt la dedans :
* de rester en nous plaignant, en considérant que nous n'avons pas le choix et restant dans l'état de victime qui se plaint et n'assume pas sa vie tout en accusant "les autres" de tous nos malheurs

Et que je cherche ça, mais je n'arrive pas à trouver ma voie comme on dit Neutral :

* de partir, si la situation n'est pas conforme à nos désirs profonds, mais encore une fois en partant " pour " quelque chose (choix positif) et non pas partir pour fuir (choix négatif)

D'ailleurs je suis moyennement d'accord avec tout ça, si une situation nous indigne parce que le système est mal foutu. Je vais prendre un exemple pour caricaturer, mais un médecin qui se plaint du système de santé défaillant. Qui le contraint à mal faire son travail : Opérer vite (et mal) parce qu'en manque d'effectifs, devoir faire du chiffre pour être bien vu à l'évaluation de fin d'année. Ne serait-il pas légitime qu'il "peste" contre le système? Les deux autres solutions qui seraient d'accepter cette situation et d'y collaborer, d'y mettre tout son zèle ne serait pas une solution dangereuse? Et partir pour changer de travail, ou aller dans un autre pays par exemple. Ce serait une solution pour l'individu mais pour la société? Est-ce une bonne chose?

gibus

Messages : 122
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 14:05

Juste pour le médecin qui peste contre le système ... ne pourrait-il pas fonder une clinique privée avec des collègues qui sont dans le même état d'esprit que lui ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 14:38

Évitement émotionnel et renforcement négatif, même combat ! <-- lien

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par gibus Mar 12 Fév 2013 - 14:54

Mjöllnir a écrit:Juste pour le médecin qui peste contre le système ... ne pourrait-il pas fonder une clinique privée avec des collègues qui sont dans le même état d'esprit que lui ?
Pour moi cette solution est une solution individuelle, qui rejoint celle de "changer de travail ou changer de pays" (c'était juste un exemple pour illustrer hein). Mais au final ça ne solutionne pas la cause qui était le système de santé défaillant, non?

gibus

Messages : 122
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 15:14

Certes.

Il me semble y avoir deux choix à ce moment :

Ou bien râler contre ce système (lequel, de toute façon, est aussi présent dans d'autres branches de la société) et chercher à le détruire.

Ou bien en revenir à des initiatives personnelles, qui finiront, je l'espère, par la force de l'exemple, à déclencher une autre manière de voir les choses, et ainsi proposer une alternative viable (oui ... je sais ... cela prendra du temps).

Constater et se plaindre ne fait en aucun cas avancer les choses. Au bout d'un moment, il devient important de ce jeter à l'eau, n'est-ce pas ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par gibus Mar 12 Fév 2013 - 15:19

Oui là dessus on est d'accord, je crains juste que dans ta deuxième solution on se retrouve classé comme marginal de la société Wink

gibus

Messages : 122
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 15:22

Peur de faire et peur du regard des autres Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mar 12 Fév 2013 - 16:54

Ruses, stratégies et tactiques des pervers narcissiques

Le pervers a en général beaucoup d’imagination, et il est difficile de recenser, ici, les milliers de ruses et tactiques, dont il dispose dans son arsenal.


Séduction, jeu sur les apparences

Contrairement au pervers de caractère, qui irrite son entourage par ses revendications et nie radicalement l’autre, le pervers narcissique, lui, réussit à créer un élan positif envers lui. Comme toute personne manipulatrice, il sait se rendre aimable.

Il change de masque suivant les besoins, tantôt séducteur paré de toutes les qualités, tantôt victime faible et innocente. Il a un souci scrupuleux des apparences, donnant le plus souvent l’image, valorisante pour son ego, d’une personne parfaite, image qui cache son absence d’émotion, d’amour, de sincérité et d’intérêt pour tout ce qui n’est pas lui. Il ne s'intéresse pas à la réalité, tout est pour lui jeu d'apparences et de manipulation de l'autre. Il excelle à susciter, amplifier et faire alterner chez l'autre regrets et peurs.


Dissimulation

Le pervers agit à l’abri des regards. Les maltraitances sont rarement sous le feu des projecteurs, mais plutôt perpétrées dans le secret des alcôves. Les pervers sont les professionnels de la double vie et de la double personnalité.


Mimétisme

Ce sont de véritables caméléons, aptes à mimer les attitudes et les paroles de son interlocuteur pour susciter chez lui l'illusion d'un accord parfait, d'une entente exceptionnelle qui ne cesse de s'approfondir. Le mimétisme est d’ailleurs l'une des techniques employée par la Programmation Neuro-Linguistique.


Diviser, cloisonner ses relations

Par prudence, il divisera et cloisonnera ses relations, afin qu’on ne puisse pas recouper ses mensonges ou que ses victimes ne risquent pas de se s'allier contre lui. Sa technique, dans ce domaine, finit par être magistrale.


Vous encenser pour mieux vous couler

Il commence par vous encenser. Vous êtes le meilleur, le plus doué, le plus cultivé … Personne d'autre que vous ne compte pour lui (il n'hésite d'ailleurs pas à dire la même chose successivement à plusieurs personnes). Ces éloges et ces protestations d'attachement lui permettent de mieux « vous couler » ensuite en jouant sur l'effet de surprise, et de vous atteindre d'autant plus que vous ne vous attendiez pas à l'attaque et qu'il a en outre pris soin de choisir précisément le moment où vous pouviez le moins vous y attendre.


Se valoriser sans cesse et dévaloriser l’autre

Les narcisses cherchent à évoluer sous les feux de la rampe, à choisir des situations où d'autres pourront les admirer. Ils veulent capter l'attention de leurs semblables qu'ils considèrent, par ailleurs, comme de simples faire-valoir, victimes potentielles qu’ils n'hésiteront pas à critiquer en public, souvent insidieusement.


Le principe d’autorité

Il utilise son pouvoir de séduction, ses talents de comédien, son apparence de sérieux, toutes les facettes de ses « personnalités » pour s'imposer. Il aime arrêter toute discussion par quelque phrase définitive, utilisant le principe d’autorité : « Je suis malade ! », ou bien « Tu te rends compte de ce que tu me demandes ! », « Je ne peux pas discuter avec toi pour l’instant, tu vois bien que je suis pris ».


L’induction (suggérer l’idée à l’autre)

La grande force du pervers narcissique est l'art de l'induction.

Il s'applique à provoquer chez l'autre des sentiments, des réactions, des actes, ou, au contraire, à les inhiber. Il fonctionne en quelque sorte comme un magicien maléfique, un hypnotiseur abusif, utilisant successivement injonctions et séduction. Évitant d'exprimer à l'autre ce qu'il pense, de l'éclairer sur ses intentions, il procède par allusion, sans jamais se compromettre. Pour mieux duper, il suscite chez l'autre un intérêt pour ce qui va faire l'objet de la duperie, qu'il va rendre aussi alléchant que possible sans jamais en parler ouvertement. Étalant connaissances, savoir, certitudes, il va pousser l'autre à vouloir en savoir plus, à convoiter l’objet en question et à exprimer son désir de se l’approprier .

Il procède de la même façon s’il a l'intention a priori de refuser quelque chose. L'autre, qui n'avait pas l'idée de demander quoi que ce soit, va se sentir pris à contre-pied sans savoir exactement pourquoi : il se promettra alors de ne jamais demander quelque chose, il doutera de sa propre honnêteté, ou même se sentira suspect, entrant inconsciemment dans le jeu du pervers narcissique. Ce dernier, pour prendre l'ascendant sur sa « victime », assortira volontiers son discours d'un message moralisateur et s'affichera comme un être « noble et pur », contraignant l'autre qui ne veut pas être repoussé à s'identifier à cette morale, que cela soit dans l’acceptation ou le refus de la chose suggérée.

Faisant parler le pervers narcissique, Alberto Eiguer écrit : « Il faudrait que vous agissiez de sorte qu'il ne reste aucun doute que vous êtes moi... et que tout ce que vous faites, dites ou éprouvez, confirme que je suis le seul, moi, le plus grand et cela même au prix de votre propre disqualification ». On touche ici au fondement de l'induction narcissique.


Contradictions ou contradictions apparentes

Un jour, relâchant sa vigilance, content et fier de son coup, le pervers narcissique pourra même se vanter auprès de tiers auxquels il prête ses propres pensées, de son succès, l'autre l'avait mérité, puisqu’il « n'avait qu'à ne pas être si bête et si naïf ».

Mais même quand les contradictions de son comportement éclatent semant alors le doute sur sa personnalité, ses intentions ou sa sincérité, il parvient le plus souvent à rattraper ses erreurs et à restaurer la belle image de lui-même qu'il a laissée se fissurer par manque de prudence. Il affirmera alors, par exemple, qu’il a plaisanté et qu’il ne cherchait qu’à tester son interlocuteur.

La plupart du temps, on lui pardonnera malgré tout, parce qu'il sait se rendre sympathique et surtout parce qu’il a toujours une explication pour justifier un comportement soudain contradictoire. L’erreur « désastreuse » sera mise sur le compte d’une faiblesse momentanée, d'une fatigue, d’un surmenage, d’une maladie. Finalement, on se dira que toute personne « parfaite » est faillible.

« Le pervers narcissique, […] aime la controverse. Il est capable de soutenir un point de vue un jour et de défendre les idées inverses le lendemain, juste pour faire rebondir la discussion ou, délibérément, pour choquer. » (Marie-France Hirogoyen, Le Harcèlement moral, page 108)


Emploi de messages paradoxaux

Le pervers narcissique se complaît dans l'ambiguïté. Par ses messages paradoxaux, doubles, obscurs, il bloque la communication et place sa victime dans l'impossibilité de fournir des réponses appropriées, puisqu'elle ne peut comprendre la situation. Elle s'épuise à trouver des solutions qui seront par définition inadaptées et rejetées par le pervers dont elle va susciter les critiques et les reproches. Complètement déroutée, elle sombrera dans l'angoisse ou la dépression (voir Marie-France Hirigoyen, « Le Harcèlement Moral », « La communication perverse », p. 111).


Calomnies et insinuations

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! » (Beaumarchais).

Le pervers narcissique a le talent de diffamer sans avoir l’air d'y toucher, prudemment, en donnant l’apparence de l’objectivité et du plus grand sérieux, comme s’il ne faisait que rapporter des paroles qui ne sont pas les siennes. Souvent il ne porte pas d’accusation claire, mais se contente d'allusions voilées, insidieuses. À la longue, il réussira à semer le doute, sans avoir jamais prononcé une phrase qui pourrait le faire tomber sous le coup d’une accusation de diffamation.

Il usera du pouvoir de la répétition et ne cessera pas de semer le doute sur l’honnêteté, sur les intentions de l’adversaire qu'il veut abattre s'appuyant sur la tendance humaine à croire « qu’il n’y a pas de fumée sans feu ».


Fausse modestie

Lors de l’utilisation de la technique de l’induction (voir plus haut), il se présente bien volontiers comme une personne modeste, n’osant pas proposer ses solutions ou l’objet de sa duperie (l’appât), l’objet qu’il veut soumettre à la convoitise de l’autre.

Comme un rusé paysan, il est capable parfois de se faire passer pour bête et naïf, prêchant le faux pour savoir le vrai. Un très bon moyen de guerre psychologique pour tirer les vers du nez d’une personne trop pleine de certitudes.


Confusion des limites entre soi et l'autre

Le pervers narcissique n'établit pas de limites entre soi et l'autre. Il incorpore les qualités de l'autre, se les attribue pour pallier les faiblesses de sa véritable personnalité et se donner une apparence grandiose. Ces qualités qu'il s'approprie, il les dénie à leur véritable possesseur, cela fait partie intégrante de sa stratégie de la séduction. « La séduction perverse se fait en utilisant les instincts protecteurs de l'autre. Cette séduction est narcissique : il s'agit de chercher dans l'autre l'unique objet de sa fascination, à savoir l'image aimable de soi. Par une séduction à sens unique, le pervers narcissique cherche à fasciner sans se laisser prendre. Pour J. Baudrillard, la séduction conjure la réalité et manipule les apparences. Elle n'est pas énergie, elle est de l'ordre des signes et des rituels et de leur usage maléfique. La séduction narcissique rend confus, efface les limites de ce qui est soi et de ce qui est autre. On n'est pas là dans le registre de l'aliénation - comme dans l'idéalisation amoureuse où, pour maintenir la passion, on se refuse à voir les défauts ou les défaillances de l'autre -, mais dans le registre de l'incorporation dans le but de détruire. La présence de l'autre est vécue comme une menace, pas comme une complémentarité. » (Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement Moral, p. 94).


Utilisation de fausses vérités énormes ou crédibles

La communication perverse est au service de cette stratégie. Elle est d'abord faite de fausses vérités. Par la suite, dans le conflit ouvert, elle fait un recours manifeste, sans honte, au mensonge le plus grossier.

« Quoi que l'on dise, les pervers trouvent toujours un moyen d'avoir raison, d'autant que la victime est déjà déstabilisée et n'éprouve, au contraire de son agresseur, aucun plaisir à la polémique. Le trouble induit chez la victime est la conséquence de la confusion permanente entre la vérité et le mensonge. Le mensonge chez les pervers narcissiques ne devient direct que lors de la phase de destruction, comme nous pourrons le voir dans le chapitre suivant. C'est alors un mensonge au mépris de toute évidence. C'est surtout et avant tout un mensonge convaincu qui convainc l'autre. Quelle que soit l'énormité du mensonge, le pervers s'y accroche et finit par convaincre l'autre. Vérité ou mensonge, cela importe peu pour les pervers : ce qui est vrai est ce qu'ils disent dans l'instant. Ces falsifications de la vérité sont parfois très proches d'une construction délirante. Tout message qui n'est pas formulé explicitement, même s'il transparaît, ne doit pas être pris en compte par l'interlocuteur. Puisqu'il n'y a pas de trace objective, cela n'existe pas. Le mensonge correspond simplement à un besoin d'ignorer ce qui va à l'encontre de son intérêt narcissique. C'est ainsi que l'on voit les pervers entourer leur histoire d'un grand mystère qui induit une croyance chez l'autre sans que rien n'ait été dit : cacher pour montrer sans dire. » (Marie-France Hirigoyen, Le Harcèlement moral, page 94)

Il use d'un luxe de détails pour éteindre la vigilance de ses proches. « Plus le mensonge est gros, plus on a envie d'y croire. »


Se poser en victime

Lors des séparations, les pervers se posent en victimes abandonnées, ce qui leur donne le beau rôle et leur permet de séduire un autre partenaire, consolateur.

Il peut se faire passer pour faible, pour le « chien perdu sans collier », prendre la mine de chien battu, les yeux tristes, dont voudront alors justement s’occuper les femmes maternelles, dévouées, celles ayant une vocation de dame patronnesse, celles n’existant que par le dévouement à autrui, celles qui deviendront souvent leurs future victime. Cela afin de mieux faire tomber dans ses filets

Il a d’ailleurs un talent fou pour se faire passer pour une victime. Comme il a un talent fou, pour se faire passer pour malade ou irresponsable ou tirer profit d’une maladie (imaginaire ou réelle), d’un accident, user ou abuser d’un handicap réel etc.


Création d’une relation de dépendance

L'autre n'a d'existence que dans la mesure où il reste dans la position de double qui lui est assignée. Il s'agit d'annihiler, de nier toute différence. L'agresseur établit cette relation d'influence pour son propre bénéfice et au détriment des intérêts de l'autre. « La relation à l'autre se place dans le registre de la dépendance, dépendance qui est attribuée à la victime, mais que projette le pervers [sur l’autre]. A chaque fois que le pervers narcissique exprime consciemment des besoins de dépendance, il s'arrange pour qu'on ne puisse pas le satisfaire : soit la demande dépasse les capacités de l'autre et le pervers en profite pour pointer son impuissance [celle de sa victime], soit la demande est faite à un moment où l'on ne peut y répondre. Il sollicite le rejet car cela le rassure de voir que la vie est pour lui exactement comme il avait toujours su qu'elle était » (Marie-France Hirigoyen, « Le Harcèlement Moral », page 115).


Inhiber la pensée critique de la victime

Lors de la phase d'emprise, la tactique du pervers narcissique est essentiellement d'inhiber la pensée critique de sa victime. Dans la phase suivante, il provoque en elle des sentiments, des actes, des réactions, par des mécanismes d'injonction ou d’induction. « Si l'autre a suffisamment de défenses perverses pour jouer le jeu de la surenchère, il se met en place une lutte perverse qui ne se terminera que par la reddition du moins pervers des deux. Le pervers essaie de pousser sa victime à agir contre lui (et à la faire agir d’une façon perverse) pour ensuite la dénoncer comme « mauvaise ». Ce qui importe, c'est que la victime paraisse responsable de ce qui lui arrive ». (Marie-France Hirigoyen, « Le Harcèlement Moral », page 122).

Le plus dur pour la victime est de ne pas rentrer dans le jeu, en particulier le jeux des conflits artificiels, provoqués par le pervers.


Tactique du harcèlement moral pervers

Isoler quelqu'un, refuser toute communication, ne pas lui transmettre de consignes, multiplier les brimades, ne pas lui donner de travail ou un travail humiliant, au contraire, lui donner trop de travail ou un travail largement au dessus de ses compétences etc... les cas de figure du harcèlement moral, du bizutage ou du mobbing, telles sont les tactiques du harcèlement moral, pouvant se décliner à l’infini.

Selon la définition la plus courante « Le harcèlement moral est un ensemble de conduites et de pratiques qui se caractérisent par la systématisation, la durée et la répétition d'atteintes à la personne ou à la personnalité, par tous les moyens relatifs au travail, ses relations, son organisation, ses contenus, ses conditions, ses outils, en les détournant de leur finalité, infligeant ainsi, consciemment ou inconsciemment, une souffrance intense afin de nuire, d'éliminer, voire de détruire. Il peut s'exercer entre hiérarchiques et subordonnés, de façon descendante ou remontante, mais aussi entre collègues, de façon latérale ».


Tactiques ultimes (sur le point d’être confondu)

Si un emballement peut conduire le pervers narcissique à commettre des actes de violence, il évite soigneusement de se faire « emballer » par la police et la justice. Pour cela, il maîtrise l'art de « l'emballage » des faits dans le discours. Pour paraphraser Philinte, dans « Le Misanthrope » : « Toujours, en termes convaincants, ses dénégations sont dites ». Acculé, il peut se faire passer pour fou, irresponsable de ses actes, car on sait que les fous peuvent tout se permettre (article 122-1 du nouveau code pénal).


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mer 13 Fév 2013 - 0:13

Encore un lien sur les manipulateurs :

http://exploratioexplorator.wordpress.com/2010/12/15/subir-perversite-manipulation-les-symptomes-et-parades/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mer 13 Fév 2013 - 21:52

Comment vaincre ses peurs : manuel de combat


Peur de l’échec, peur des conflits, peur des autres, peur du chômage, peur de… La peur paralyse l’action. Il existe cependant des moyens pour la dépasser.

La vie de Bernard est dominée par ses peurs. Bernard, qui est cadre commercial, a peur d’affronter son directeur ; il a peur aussi de ses collaborateurs ; il a peur de se retrouver un jour au chômage. Au collège déjà, il avait peur d’aborder les filles. Ses peurs lui pourrissent la vie : elles lui font honte et entravent la réalisation de ses projets.

Bernard est l’antihéros du livre Le Syndrome du lapin dans la lumière des phares, un manuel rédigé par deux consultants. Tout au long de l’ouvrage, on suit Bernard qui se démène pour trouver ses solutions. D’abord, il va chercher dans sa bibliothèque ce que disaient les penseurs de la peur. Dans un livre de psychologie, il découvre que la peur est universellement partagée car c’est un mécanisme adaptatif. Mais cela ne l’aide pas beaucoup. Dans ses livres de philosophie datant du lycée, il découvre que la peur se distingue du danger réel, et qu’il faut savoir l’observer pour la comprendre et la dompter. C’est déjà un premier pas.

Il découvre ensuite que certaines peurs cachent d’autres émotions : la honte de l’échec et la crainte de l’humiliation. S’il a peur d’aborder une femme qu’il désire, c’est qu’il craint de « perdre la face » en cas de refus. Voilà ce qui le paralyse. Au judo, on apprend à tomber. Peut-être que s’il avait moins peur de la chute, il hésiterait moins à s’exposer ?

Au terme du livre, Bernard est parvenu à se libérer de ses craintes les plus tenaces. Il essaie de sortir de son terrier le lapin terrorisé qui était en lui. Il est allé affronter son patron et a réussi à recadrer son collaborateur. Bref, il va déjà mieux.

Nous connaissons tous la peur. Peur des chiens pour les uns, peur de décrocher le téléphone pour les autres. Ou encore, peur de la maladie, peur du chômage, peur de parler en public, peur de décevoir, peur de déranger, peur de trop s’exposer… Et ces peurs sont invalidantes. Elles nous freinent. Affronter sa peur, c’est souvent la première condition pour changer.

Affronter sa peur, ce n’est pas la supprimer : ce qui n’est ni possible ni sans doute souhaitable. Il faut néanmoins la dompter et ne plus se laisser envahir par elle. Et cela s’apprend.

Partons d’un exemple. Le voisin ou la voisine du dessus est un sans-gène, qui écoute de la musique très fort, n’hésite pas à passer l’aspirateur à toute heure et porte des talons qui raisonnent sur le sol. Mais pour Julien (ce pourrait être aussi Jérémy, Justine, Juliette, etc.), une personne très timide, aller au-devant du voisin, l’aborder pour lui parler est un gros problème. Il a peur. Et à la peur s’ajoute la honte : celle-là même de ne pas oser aller lui parler. La solution ? Elle peut se résumer en trois étapes :


Prendre conscience

Tout processus de changement passe par la prise de conscience de ses propres schémas mentaux.

Si celui qui a peur de tout (du voisin, de son patron, de ses collègues, des coups de téléphone) examine ses comportements, il verra aisément que c’est bien la peur qui dicte son comportement puisque les personnes sont différentes et la peur toujours là. La plupart des chiens, des voisins, des coups de téléphone sont inoffensifs. Le problème de Julien n’est donc pas le voisin, mais sa peur.

Essayons d’analyser à quoi ressemble la peur et l’angoisse sous-jacente qui l’alimente. Julien est en fait paralysé à l’idée que son voisin réagisse de façon hostile, qu’il le rembarre (et, dans ses pires cauchemars, l’insulte, le bouscule, le gifle). À la crainte de l’agression physique se mêle aussi la peur de l’humiliation et de l’incapacité à réagir. C’est cette situation extrême qui terrorise Julien.

L’autoanalyse de ces pensées, émotions, fantasmes et réactions associées est le premier pas pour dominer sa peur. Un premier pas essentiel car il va permettre d’imaginer et de scénariser d’autres solutions, d’autres schémas de conduite, d’autres réactions que celle qu’il rumine en boucle et le paralyse.


Trouver des alternatives

La deuxième étape du changement consiste à formuler des réponses mieux adaptées à la situation. En fait, Julien a le sentiment qu’il n’existe qu’une alternative : soit exprimer ses reproches (avec un risque de riposte et d’emballement), soit fuir (et ne rien dire).

Il lui faut donc élaborer mentalement toute une gamme de situations et s’y préparer. Julien doit donc imaginer des scénarios, préparer son entrée en matière, se présenter, exposer le problème en évitant le conflit, prévoir des alternatives, construire des stratégies, trouver des parades, éviter les pièges, s’armer et se défendre de tout risque de dérapage…

Au fond, Julien a peur de la rencontre car il ne sait pas trop comment s’y prendre. Il est donc enfermé dans un schéma archaïque et répétitif : fuite ou conflit. Or, d’autres voies sont possibles.

Julien a consulté un manuel de négociation. Il y apprend que la posture de départ est primordiale. Lorsqu’on formule une réclamation, il faut éviter de remettre en cause l’interlocuteur et en rester au niveau des faits. Le problème ici, c’est le bruit, pas le voisin. « Vous faites trop de bruit avec votre musique », « Vous ne pourriez pas faire moins de bruit, c’est insupportable ! » sont des attaques frontales qui mettent en cause une personne. Il est moins conflictuel de commencer par un salut aimable et courtois : «  Bonjour. Vous allez bien ? Je voulais vous voir à propos d’un problème. Vous écoutez souvent de la musique, c’est bien ! Mais le son de la chaîne est très fort et on l’entend beaucoup de chez moi. » Dans cette formule, il n’y a pas d’agression. Julien pourrait donc commencer par là. À ce moment-là, il faut se taire. Ne pas en dire plus et attendre une réponse (quitte à laisser couler quelques longues secondes de silence). Imaginons la suite :

Première réaction : le voisin répond aussitôt « C’est vrai ? Je suis désolé, je ne me suis pas rendu compte. » Contre toute attente sa réaction est très positive. Non seulement, il n’a pas sauté à la gorge de Julien, mais il s’est excusé. C’est une victoire immédiate et sans combat. Elle surprend tellement que Julien en est presque gêné. Au point d’ailleurs de reculer aussitôt : « Bon, ce n’est pas très grave, je sais ce que c’est. Ça peut m’arriver à moi aussi » Non Julien, surtout pas ! Au lieu de remercier le voisin pour sa compréhension, Julien s’excuse de déranger et vient de dire implicitement au voisin qu’il peut continuer puisque « ce n’est pas très grave ». Il faut savoir garder son avantage lorsque l’on a fait un pas en avant et ne pas reculer aussitôt.

Deuxième réaction : après avoir entendu la réclamation « le son est très fort », le voisin se contente de regarder Julien d’un air suspicieux et réplique « Oui, et alors ? » Il vient de renvoyer la balle fermement. Que faire ? Une possibilité est de répliquer par une demande plus explicite mais toujours courtoise : « Vous ne pourriez pas avoir la gentillesse de mettre la musique moins fort, s’il vous plaît ? »

À ce stade, Julien a déjà marqué plusieurs points : 1) il a formulé sa demande ; 2) il est resté courtois et n’a pas donné prise au conflit ; 3) il n’est pas mis en danger.

De fait, c’est le voisin qui se trouve dans l’embarras. Compte tenu de sa situation de mise en accusation, il va sans doute chercher à se justifier, minimiser ou contre-attaquer mollement. « Vous exagérez ! Je n’ai pas mis le son si fort que cela ! » ou bien « Ce n’est quand même pas si souvent que ça arrive », ou encore « Et vous, vous ne vous rendez pas compte du bruit que vous faites avec votre télévision. » À cette étape, le risque est de chercher à répondre systématiquement à tous ces contre-arguments. Le voisin a été mis en accusation et cherche une porte de sortie. Dans toute confrontation, il est important que chacun puisse « garder la face ». Il ne faut pas prendre toutes les ripostes verbales pour un déni du problème et un refus de changer. Ce sont des issues de secours destinées à garder la tête haute durant l’échange. Il y a toute chance pour que le message ait tout de même été entendu. Face aux dénégations, inutile de pousser le voisin dans ses retranchements. Julien peut se contenter de reformuler sa demande « Je vous assure, le son était très fort »… et remercier le voisin d’avoir pris en compte se demande (même s’il ne l’a pas fait explicitement).

Troisième réaction : le voisin est un irascible, un dur à cuire. Et il renvoie Julien dans ses cordes. C’est le scénario du pire, que Julien redoute le plus. Que faire si le voisin réplique : « Écoutez, vous n’allez pas m’emmerder avec ça. Je suis chez moi, je fais ce que je veux » ? D’abord, il faut admettre que la réaction est possible, mais rare (comme les chiens qui mordent). Mais Julien doit tout de même se préparer mentalement à cette possibilité. Même peu probable, c’est justement le scénario qui le hante et le terrorise. Il lui faut donc trouver une parade et une issue. La meilleure façon est de désamorcer le conflit en coupant court à la conversation : « Bon écoutez, je vous ai fait part de ma demande. Je vous remercie d’en tenir compte. » Avec cette formule, Julien s’en sort sans fuite, ni menace (dont il est d’ailleurs incapable), ni prostration. Il garde son sang-froid et surtout il évite de s’enfermer dans une dispute interminable qui ne mènerait à rien. Après un salut, Julien pourrait tourner les talons. « Écoutez, je vous ai dit ce que j’avais à vous dire. Au revoir. »

Julien tient sa sortie de secours : il dispose d’une formule « coupe-circuit », préparée à l’avance, et qui met fin à la confrontation.

Même dans ce scénario du pire, Julien a gagné une manche. Car, même dans l’hypothèse où le voisin l’a « envoyé balader », il y a de fortes chances pour que le son de sa musique baisse le soir même… Les gens sont ainsi faits : ils n’aiment pas être ouvertement mis en cause, font souvent preuve de mauvaise foi pour défendre leurs positions, mais une fois les talons tournés, ils réfléchissent…

Et si le son de la musique ne baisse pas pour autant, Julien a tout de même remporté une première victoire : il aura dominé sa peur et réussi à affronter ses craintes. Nul n’est certain de remporter une bataille, mais l’important est déjà d’oser mener le combat.

Le problème n’a pas été résolu, mais Julien a fait un grand pas : il a surmonté son fantasme-écran, dominé sa peur, est passé à l’action. C’est un pas énorme. Ce serait une victoire sur son principal adversaire : lui-même.


Se lancer. De l’audace !

Voilà  : Julien se sent maintenant armé mentalement pour affronter la situation. Il a imaginé les situations possibles, répété les phrases clés et donc sécurisé ses positions. Il a même envisagé le scénario du pire et sait comment réagir. Il s’est défait de ses hantises et de ses schémas mentaux fantasmatiques. Il est prêt. Le temps est donc venu de passer à l’acte. Et c’est aujourd’hui. Mais au moment venu, les forces l’abandonnent. À l’heure de franchir le pas, il sent tout à coup sa volonté faiblir.

Heureusement, Julien s’est préparé à ce moment de défaillance. Il savait par avance que le moment venu, il allait être tout à coup envahi par une poussée de stress qui allait lui couper les jambes et ruiner en un instant toute sa préparation mentale. Il ouvre alors son placard, sort la bouteille de whisky achetée pour l’occasion. Il s’assoit sur son canapé, se sert une bonne rasade et attend une minute ou deux. À ce moment-là, le bruit de la musique traverse la cloison. Il se relève, respire à fond. Et une petite voix intérieure lui glisse à l’oreille : « Il est temps Julien. Tu ne risques rien. Vas-y, c’est maintenant : ta nouvelle vie va commencer. »


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 18 Fév 2013 - 16:31

Les racines de la dépression (Jack O'Keeffe)

À une époque, je travaillais avec l’énergie.
De nombreuses personnes venaient présentant une dépression diagnostiquée, et c’était très clair ce qui se passait.
Il y avait toujours les mêmes problèmes : pas de confiance en soi, peur de l’abandon et des rapports avec l’autre toujours difficiles. Il y avait toujours cette tendance à se sentir menacé dans la relation à deux. Ces trois points se retrouvaient tout le temps.
Très souvent, il y a un mauvais traitement chez ces personnes.
Aller déballer tout cela pour comprendre comment on fonctionne, cela fait partie du film.
Mais quand cela devient : est-ce réel ? Mais que suis-je donc ? Pourquoi je ne me sens pas complet ? Lorsque ces questions surgissent, il y a une cause spirituelle qui sous-tend la dépression.

C’est là que mon intérêt a été attiré à l’époque, et ce que j’ai trouvé, c’est que l’ego était le leader à 100 %. La capacité d’observer n’était pas du tout exercée !
La motivation d’être accepté et d’être aimé était permanente, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.
Ce désir de quelque chose d’extérieur pour que je me sente complet tourne autour de "moi" ! C’est la pensée de base, le support de toutes les autres pensées lorsqu’il y a dépression.
C’est ce que j’ai trouvé.

Il y a un focus total sur l’autre, 100 % d’identification avec le mental. C’est comme le pendule… la plupart d’entre nous vont dans ce sens, puis grâce à un moment de clarté, part la méditation, une retraite, un voyage en Inde ou dans les bois, ou par à un jogging, prennent de l’espace… puis c’est la poubelle à nouveau… et on balance de ce côté et de l’autre, et la plupart d’entre nous oscillent entre aller bien et être bloqué dans la souffrance.
La dépression est là lorsque le soi créé par l’homme devient le centre d’attention 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Toute l’attention y est dirigée !

Il y a une ligne très étroite… et si l’on continue un peu, cela explose ! car à ce point, ça ne peut pas aller plus profond, ça ne peut pas être pire, arrivé au point où le monde entier tourne autour de "moi" et comment je vais…
Je me souviens par exemple de quelqu’un qui me dit un jour : « Je marchais dans la rue ce matin et mon voisin Tom est passé et il m’a ignoré. Qu’est-ce que je lui ai fait ? » Je lui ai dit : « Est-ce que Tom t’a vu ?
- Il a dû me voir !
- Es-tu sûr que Tom t’a vu ?
»
Tom ne l’avait pas vu ; on l’a su quelques jours plus tard.
Quand l’ego fonctionne avec cette intensité : " C’est à cause de moi si quelqu’un m’ignore ", c’est comme une paranoïa ! Tout tourne autour de " moi ", mon monde tourne autour de " moi ".

L’ego essaie de compenser la formation concrète de soi, qui jusqu’à l’âge de sept ans n’a pas été assez solide pour apporter une vie normale. Alors ces fissures apparaissent. C’est le processus. Quand ces fissures apparaissent, c’est la dépression, et tout ce que l’industrie de la guérison peut offrir entre en jeu, pour vraiment nous amener à regarder et s’interroger : suis-je en sécurité ? Ai-je vraiment besoin que l’on s’occupe de moi ? J’ai 42 ans… Ai-je vraiment besoin que l’on s’occupe de moi ?
Rejouer l’enfant de 5 ans à 42 ans n’est plus valide. Ce sont des souvenirs ! seulement des souvenirs ! Ce ne sont que des souvenirs !
Le développement des capacités d’observation sera un soulagement énorme pour quelqu’un qui est dans cette identification complète que l’on appelle "dépression" dans la classification médicale.

L’observation est la solution pour en sortir.
C’est la seule façon d’en sortir !
Et voyant ce sentiment d’être dans un trou noir… alors quoi ?
Si l’ego est solide, il dira : Oh non, je suis dans un état lamentable ! C’est si noir ! Je ne veux pas vivre… J’ai un trou dans l’estomac…
Et c’est réel ! C’est devenu physique ! Mais c’est seulement réel si vous vous considérez séparé.
C’est seulement réel si vous vous identifiez avec votre corps, avec votre mental, comme étant une entité séparée qui vit une vie individuelle.
Cela doit être examiné, car cela n’est pas vrai ! Vous n’avez jamais été cela et vous n’êtes pas cela !
Mais on a cru la série de pensées qui le présente comme un scénario. C’est ce que la conscience fait.

Au lieu de respecter les symptômes de la dépression et de les placer sur un piédestal, soyez plus léger avec eux… laissez les passer, laissez-les venir et laissez-les aller !
Arrêtez de leur donner votre pouvoir. Arrêtez de leur donner votre attention … car leur seul carburant est votre attention. Leur unique possibilité d’être là demain, c’est qu’ils soient nourris aujourd’hui ! N’essayez pas de les contrôler : « Si je ne les nourris pas aujourd’hui, la souffrance sera moindre demain … »

Je ne dis pas cela !
Il ne s’agit pas de les contrôler, mais de ne pas les croire… sachant que ce sont simplement des pensées. Laissez-les passer !

La victimisation est très intense lorsque l’ego a plein pouvoir.
La victimisation, c’est cette façon de penser : Oh, pourquoi je me sens comme cela, combien de temps ? Et pourquoi ne suis-je pas normal… ? Pourquoi les gens là-bas peuvent-ils fonctionner normalement et pas moi ? Pourquoi ai-je perdu la possibilité de le faire ?
Et alors quoi ?
Cette expérience ne peut-elle pas se passer dans la conscience ?
Ne la laissez pas être VOTRE ?
Si elle est " votre ", votre ego l’utilisera pour vous faire sentir spécial, en ce sens que vous êtes défavorisé… L’ego va faire cela… c’est si difficile pour vous, alors que tout semble aller bien pour les autres… tout autour de moi… la victime.

Dans le monde de l’ego, la victime est bien nourrie !
Ne lui donnez pas ce pouvoir !
Observez, observez, observez !
Observez, observez, observez 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.
Ne laissez pas les histoires et les expériences que le mental présente, se rapporter uniquement à vous. Arrêtez d’en parler ! Arrêtez de vous lamenter !

Est-ce une pratique ?
Oui, oui, dans le film, c’est une pratique, bien sûr.
Vous devez utiliser le mental pour calmer le mental.

Ramana Maharshi disait : vous brûlez le mental en brûlant les conditionnements, les histoires, les croyances, en sachant que ce n’est pas la vérité. Ils ont été vrais un moment, lorsque vous y croyiez… mais ce ne sont que des histoires.
En brûlant le mental, c’est comme lorsque vous utilisez un bâton pour brûler ces vieilles croyances, mais le bâton que vous utilisez brûle lui aussi !
Et vous jetterez aussi ce bâton dans le feu lorsqu’il faiblira… il se consumera ainsi lui-même. Vous pouvez seulement utiliser du combustible pour le feu : une autre croyance que vous observez. Vous pouvez seulement utiliser cette croyance pour alimenter le feu et qu’il continue. Ceci, vous pouvez le faire… et laisser cette part du film où vous jouez et observez… et c’est un grand soulagement qui se produit de cette manière.

Accueillez-le…
Observez, observez, observez ! Laissez passer chaque chose… laisser passer simplement. Ne les nommez pas, même si vous entendez des oiseaux magnifiques dehors, ne le dites même pas. C’est entendu… Laissez passer ! Et alors ? C’est passé !
Ne laissez pas ce : « Oh, je remarque… et je suis pleine de gratitude pour cela … »
C’est encore à propos de " moi " !
Même les bonnes choses sont à propos de " moi ".
Les mauvaises choses sont facilement à propos de " moi "… mais les bonnes sont aussi à propos de " moi ". Ce sont les deux côtés de la même histoire !
Vous pouvez planter votre tente et observer les bonnes choses et vous en réjouir pendant très longtemps. Savez-vous ce qui va arriver : la souffrance apparaîtra de nouveau ! Car ceci, c’est du shopping ! « Bien, donnez-moi les bonnes choses… et je ferai mon travail avec les choses négatives. Les choses positives, j’aime cela, laissez-moi m’en délecter ! »
Vous courez toujours vers les plaisirs… et il y a toujours un " je " qui se réjouit et un " je " qui pense avoir le choix. Nous sommes toujours dans le monde de l’ego ! Les deux doivent partir.

Le lâcher prise veut dire lâcher " tout le show " !
Vous n’existez pas !
Celui qui est conditionné, et celui qui aime l’oiseau qui chante le matin et trouve du plaisir dans la plus belle musique… Ne possédez rien de tout cela !
Ne possédez rien de tout cela !
Le mental ne sait pas si une pensée est positive ou négative.
Ce jugement est une autre pensée !

Ne vous identifiez pas avec une pensée. Elles manquent toutes de substance, et elles passeront car elles manquent de substance.


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:09, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 18 Fév 2013 - 19:32

Comment critiquer utile (Patricia Tirard)


On la redoute, on a tort. Une critique aide l’autre à progresser. A condition d’être bien formulée… et bien comprise. Cinq règles à suivre pour faire mouche sans moucher l’autre.

Peur de juger, de blesser, de perdre l’estime de l’autre : la critique a mauvaise réputation. Alors, on tourne autour du pot et, un beau jour, ça sort tout à trac. Le ton monte, l’échange bloque. Retour à la case départ. Pourtant, la critique est nécessaire. Sans elle, pas de communication authentique, pas de mise au point sur ce qui ne va pas, donc pas d’évolution. « Ce qui nous pose problème, ce n’est pas tant la critique elle-même que la façon de la formuler… et de la recevoir, explique Eric Albert, psychiatre et coach en entreprise. Dans notre communication quotidienne, nous oscillons tous entre un comportement passif et un comportement agressif. Nous manquons " d'assertivité ”. Etre assertif, c’est être capable de dire ce que l’on pense et ressent en tenant compte de ce que l’autre pense et ressent. C’est une marque de respect. » Évidemment, au début il faut s’entraîner …


L’émettre

1. La préparer

Avant de formuler sa critique, on commence par clarifier ses idées en s’interrogeant sur ce qui ne va pas dans le comportement de l’autre.

Exemple : Pierre, responsable de projet, se plaint des retards d’Etienne, concepteur-graphiste. Il le lui a déjà fait remarquer. En vain. Patrick doit intervenir. Mais avant, il doit préparer sa critique : « Combien de fois et à quelles occasions Etienne a-t-il été en retard ? En quoi ce comportement est-il grave ? Comment vais-je formuler ma critique ? Quel est le meilleur moment pour parler à Etienne ? »

2. Décrire les faits

Pas de généralités mais des exemples précis. Le but : ne pas se mettre en position d’accusateur mais adopter une attitude ouverte au dialogue.

Exemple : Asséner « Tu es toujours en retard ! » donne d’emblée un ton agressif à la critique. Le risque : réduire son interlocuteur à un comportement type (« Avec toi, c’est toujours la même chose »), qu’il pourrait nier (« C’est faux, ce matin, je suis arrivé à l’heure ! »). Mieux vaut rester factuel : « Etienne, cette semaine, j’ai noté que tu es arrivé avec une demi-heure de retard à nos trois réunions. »

3. Préciser les conséquences

On explique les conséquences du comportement incriminé et on demande à l’autre s’il est d’accord pour partager le même constat.

Exemple : « Claire a dû repousser un rendez-vous important à cause de toi ! Est-ce que tu te rends compte des conséquences de tes retards pour l’équipe ? » Si la réponse est non, on lui demande pourquoi et on continue de le questionner en reformulant ses réponses pour l’aider à prendre conscience des effets de son comportement.

4. Définir la demande de changement

On dit clairement ce que l’on attend de l’autre et on lui fixe un objectif de changement comportemental réaliste et accessible.

Exemple : Là aussi, pas de généralités (« Il faut que tu changes ! »), mais des propositions concrètes : « Etienne, nous avons trois réunions importantes chaque semaine. Je te demande donc d’arriver à l’heure à ces trois réunions. » Dire “je” plutôt que “tu” facilitera l’échange. « Je trouve que tu ne t’investis pas assez dans ton travail » (c’est ma façon à moi de voir les choses et tu peux penser autrement) sera plus constructif que « Tu ne t’investis pas assez » (accusateur, donc agressif).

5. Faire une proposition d’aide

Éventuellement, on peut proposer à l’autre de l’aider à trouver une solution à son comportement dysfonctionnel.

Exemple : « Tes retards sont dus à un problème d’horaire de train ? Si on repoussait nos réunions d’une demi-heure, arriverais-tu à l’heure ? » Attention : une proposition d’aide ne doit pas intervenir trop tôt. Bien sûr, on peut proposer à l’autre un nouveau mode d’organisation, mais le véritable enjeu, ici, est un comportement à changer. Autrement dit, ce n’est pas en repoussant l’heure de la réunion que l’on évitera les retards d’Etienne, surtout si ce dernier a décidé – inconsciemment – de se faire désirer…


La recevoir

Écouter jusqu’au bout

Pour bien recevoir une critique, il faut commencer par l’écouter… jusqu’au bout. On ne coupe pas la parole pour se défendre (« Marie t’a dit que je n’étais pas là pour recevoir son client ? C’est faux, j’étais au téléphone dans le bureau d’à côté. ») ou pour se justifier (« Si j’ai raté le rendez-vous de mardi, c’est parce que j’ai dû accompagner moi-même mon fils à l’école : la baby-sitter était malade… »).

Pour bien recevoir une critique, il faut commencer par l’écouter… jusqu’au bout. On ne coupe pas la parole pour se défendre (« Marie t’a dit que je n’étais pas là pour recevoir son client ? C’est faux, j’étais au téléphone dans le bureau d’à côté. ») ou pour se justifier (« Si j’ai raté le rendez-vous de mardi, c’est parce que j’ai dû accompagner moi-même mon fils à l’école : la baby-sitter était malade… »).

Questionner l’autre

Une fois la critique formulée, on questionne son interlocuteur pour lui faire préciser sa pensée : « Mes retards empêchent le reste de l’équipe de travailler ? Que veux-tu dire exactement ? » Objectif : pousser l’auteur de la critique dans ses retranchements et lui faire dire exactement ce qu’il pense et ce qu’il ressent.

Reformuler la critique

Pour être certain d’être sur la même longueur d’ondes et de pouvoir continuer à discuter, on reformule ce que l’on vient d’entendre : « Si je t’ai bien compris, tu trouves que je suis trop souvent en retard aux réunions, que cela perturbe le reste de l’équipe et que, désormais, tu souhaites me voir arriver à l’heure. »

Se positionner

Une fois que l’on a tous les éléments en main, que l’on est sûr d’avoir bien compris ce que l’autre pense et ressent, on peut lui répondre et prendre position. « Je ne pensais pas que je pouvais entraver à ce point le travail des autres. J’en prends note et je vais essayer d’arriver à l’heure aux réunions. » Ou : « Les réunions commencent trop tôt. Je pense, comme toi, qu’il faudrait les décaler d’une demi-heure. Comme ça, je pourrais prendre le train de 7 h 32 et être au bureau à 9 heures. »


A éviter

On confond critique et reproche. Faire un reproche ne vise pas à aider l’autre à changer, mais à le mettre en position d’accusé. En se centrant sur ce qui ne va pas, on cherche à lui faire reconnaître qu’il a tort. Pour y parvenir, on joue sur l’émotion, et notamment sur la culpabilité. On ne s’efforce pas de le comprendre ni de le faire progresser, on le blâme.


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:09, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Jeu 21 Fév 2013 - 17:05

La mythomanie (Isabelle Taubes)


Une pathologie du narcissisme, c’est-à-dire de l’amour de soi

Une vie de mythomane n’a rien de facile. Pour rester dans son monde fantasmatique, qui la protège de la dureté du réel, Jeanne doit en permanence briser les liens noués à la faveur de son errance mentale et géographique : partir, toujours partir. En effet, le pire, pour un mythomane, est d’être placé face à son mensonge et de perdre ainsi sa raison d’être. C’est pourquoi, lorsqu’il est découvert, le mythomane embraye immédiatement sur une nouvelle affabulation. Mais une part de son psychisme est entamé. Et c’est l’angoisse. De terribles crises d’angoisse, qui conduisent Jeanne tout droit à l’hôpital. Dont elle sort pour poursuivre ailleurs, autrement, la même existence.

Si le mythomane ne supporte pas la réalité telle qu’elle est, c’est d’abord qu’il ne se supporte pas lui-même tel qu’il est. Nous sommes là face à une pathologie du narcissisme, c’est-à-dire de l’amour de soi. « Tout mensonge emporte avec lui un désir, explique le psychanalyste Juan David Nasio en préface de l’ouvrage de Paul Ekman Pourquoi les enfants mentent (Rivages « Psychanalyse », 1991). Celui du mythomane est d’être reconnu… pour ce qu’il n’est pas. » Comme s’il lui fallait se dépeindre sous les traits d’un autre pour s’accorder le droit d’exister.


Une partie de poker

A l’inverse de ce que prétendait le grand psychiatre Ernest Dupré, la mythomanie n’est pas innée. C’est vers 3, 4 ans que les enfants commencent à s’essayer au mensonge : ils maîtrisent alors suffisamment bien le langage et ont désormais compris que les adultes ne savent pas tout ; on peut donc tenter de les tromper. Pour éviter une punition, obtenir une chose refusée…
C’est ainsi que naît le mensonge, celui, banal, dont nous ferons tous plus ou moins usage durant notre vie. Mais le mythomane, lui, par une sorte de décision de l’inconscient et pour éviter les frustrations, s’enfermera dans un univers factice. En fait, pour lui, le réel et la fiction sont équivalents. Le psychiatre Michel Neyraut compare d’ailleurs son existence à une partie de poker, dans laquelle le mythomane ne connaîtrait même pas son jeu. Il abat ses cartes, ses affabulations, « et si personne ne s’est récrié, c’est peut-être que cette carte était la bonne. Au fond, toute carte peut être la bonne ». Il y a une « jouissance » particulière dans la mythomanie : se faire croire à soi-même que tous les désirs sont possibles.


L’excitante jouissance du mensonge

Les mythomanes se recrutent dans tous les milieux. On observe qu’ils ont souvent eu des parents manipulateurs ou, à l’inverse, très crédules. Et qu’ils ont généralement très tôt souffert d’un manque de soutien psychologique – un père ou une mère absent(e), ou trop préoccupé(e) par ses problèmes ou un autre de ses enfants. D’où une précoce et intense solitude intérieure, qui les poursuit et que leur vie imaginaire s’efforce de combler. Mais l’attitude des parents n’est pas seule en cause : bien qu’aimé, le jeune mythomane a été insatisfait de son sort ; il aurait voulu avoir plus d’amour, des parents plus prestigieux.

Les psychothérapies qui viennent à bout des symptômes névrotiques sont rarement aussi efficaces concernant la mythomanie. Pour une bonne raison : si le mythomane est amené à en suivre une, c’est presque toujours à la demande de son entourage, inquiet pour lui, fatigué de ses frasques, de ses errances. Or, pour qu’une thérapie fonctionne, il est nécessaire que la personne qui présente des symptômes soit demandeuse. Lorsqu’il est pris d’angoisse – c’est-à-dire quand sa machine à fabuler se grippe –, le mythomane peut être tenté d’entamer un travail sur lui-même Mais dès que l’angoisse s’apaise, il part. Dans son inconscient, il préfère l’excitante jouissance du mensonge au plaisir tranquille de la réalité ordinaire. De plus, une thérapie est une rencontre avec la vérité, perspective plutôt inintéressante pour un être qui fuit le vrai.


Authentique guérison ?

Le mythomane est pourtant un habitué des services psychiatriques des hôpitaux. A cause de ses crises d’angoisse, qui l’y amènent en urgence, mais aussi parce qu’il arrive que ses mensonges le mettent en difficulté avec la loi et qu’il soit déclaré irresponsable. On le soigne alors avec des médicaments qui l’abrutissent. « Quand elle est à l’hôpital, ma fille a enfin l’air d’une personne normale. Parce qu’elle ne dit rien », explique, dans le film, la mère de Jeanne. Oui, la mythomanie peut faire place au mutisme, mais ne débouche pour ainsi dire jamais sur une authentique guérison. Difficile dans ces conditions de conseiller l’entourage d’un mythomane quant à l’attitude à adopter. Le suivre systématiquement dans ses mensonges, pour ne pas le heurter, ne l’aide pas : cela contribue à l’enfermer dans son monde imaginaire. Les dénoncer pour le forcer à accepter la réalité est inefficace : il a trop besoin de la fuir, c’est pour lui une question de survie. On reste donc très démuni devant cette pathologie – heureusement rare. En fait, face à la mythomanie d’un proche, il appartient à chacun d’« inventer » l’attitude adéquate. Sans hésiter à se faire conseiller par un psychiatre.


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:09, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Jeu 21 Fév 2013 - 17:16

La Mythomanie (complément)


« Ses mensonges sont son oxygène. Elle a besoin d’eux pour exister. Jeanne ne peut s’empêcher de mentir ». C’est cet automatisme irrépressible, fonctionnant en roue libre, qui fait de la mythomanie une maladie grave, et des mythomanes, des êtres fascinants et angoissants. En effet, nous mentant sans la moindre gêne, aussi sûrs d’eux et souriants que s’ils disaient vrai, ils nous renvoient à la nature incertaine du langage. Non, les mots ne sont pas entièrement fiables ; l’autre a toujours la possibilité de me mentir, de me tromper sans que je m’en aperçoive : rien, a priori, ne distingue une vérité d’un mensonge. (…) D’ailleurs, aucun spécialiste n’est en mesure d’évaluer le degré de lucidité du mythomane. Nous avons tous des fantasmes « mégalos » qui nous permettent de protéger notre narcissisme, notre amour propre, face aux coups durs.

Dès qu’un échec nous met le moral au plus bas, immédiatement une issue s’offre à nous : l’imagination. Nous nous voyons en bienfaiteurs de l’humanité, sauvant des êtres en détresse, et suscitant l’admiration de tous, ou bien membres d’une riche famille, d’un clan plus intéressant que le nôtre. Ce sont précisément les images de nos scénarios mégalos les plus courants que véhiculent les affabulations des mythomanes. Mais généralement, nous savons que nos fantasmes ne sont que des fantasmes, et nous les gardons pour nous (sauf, ponctuellement, quand nous avons envie de paraître, face à un personnage dont nous cherchons l’admiration). Ce n’est pas le cas du mythomane, qui, lui, les vit sans recul.

Si le menteur « normal » – y compris l’escroc – trompe sciemment son interlocuteur, le mythomane se trompe d’abord lui-même : l’autre, en tant qu’individu, compte peu, il n’est que le réceptacle – certes, indispensable – de ses affabulations : même si ses thèmes de prédilection sont de nature à inspirer le respect, l’admiration, ses récits sont d’abord destinés à son propre usage. En fait, il se parle à lui-même.

Une vie de mythomane n’a rien de facile. Pour rester dans son monde fantasmatique, qui la protège de la dureté du réel, Jeanne doit en permanence briser les liens noués à la faveur de son errance mentale et géographique : partir, toujours partir. En effet, le pire, pour un mythomane, est d’être placé face à son mensonge et de perdre ainsi sa raison d’être. C’est pourquoi, lorsqu’il est découvert, le mythomane embraye immédiatement sur une nouvelle affabulation. Mais une part de son psychisme est entamé. Et c’est l’angoisse. De terribles crises d’angoisse, qui conduisent Jeanne tout droit à l’hôpital. Dont elle sort pour poursuivre ailleurs, autrement, la même existence.

Si le mythomane ne supporte pas la réalité telle qu’elle est, c’est d’abord qu’il ne se supporte pas lui-même tel qu’il est. Nous sommes là face à une pathologie du narcissisme, c’est-à-dire de l’amour de soi. « Tout mensonge emporte avec lui un désir, explique le psychanalyste Juan David Nasio en préface de l’ouvrage de Paul EkmanPourquoi les enfants mentent (Rivages « Psychanalyse », 1991). Celui du mythomane est d’être reconnu… pour ce qu’il n’est pas. » Comme s’il lui fallait se dépeindre sous les traits d’un autre pour s’accorder le droit d’exister.

A l’inverse de ce que prétendait le grand psychiatre Ernest Dupré, la mythomanie n’est pas innée. C’est vers 3, 4 ans que les enfants commencent à s’essayer au mensonge : ils maîtrisent alors suffisamment bien le langage et ont désormais compris que les adultes ne savent pas tout ; on peut donc tenter de les tromper. C’est ainsi que naît le mensonge, celui, banal, dont nous ferons tous plus ou moins usage durant notre vie. Mais le mythomane, lui, par une sorte de décision de l’inconscient et pour éviter les frustrations, s’enfermera dans un univers factice. En fait, pour lui, le réel et la fiction sont équivalents. Le psychiatre Michel Neyraut compare d’ailleurs son existence à une partie de poker, dans laquelle le mythomane ne connaîtrait même pas son jeu. Il abat ses cartes, ses affabulations, « et si personne ne s’est récrié, c’est peut-être que cette carte était la bonne. Au fond, toute carte peut être la bonne ». Il y a une "jouissance" particulière dans la mythomanie : se faire croire à soi-même que tous les désirs sont possibles. »

« Le mythomane peut aller très loin dans la provocation, son désir étant d'advenir en tant qu'objet du désir de l'Autre (…) Démasqué, le mythomane va vivre ce moment - à la fois tant attendu et redouté - comme un point d'acmé de la jouissance. Les réactions diffèrent : si certains vont s'enfoncer davantage dans leurs mensonges, d'autres peuvent éprouver une sorte de dépression qui peut les amener à s'isoler ou fuir le plus loin possible dans un ailleurs où tout est à recommencer (…) Pour vouloir "guérir", il faut se sentir "malade". Or, ce n'est pas le cas du mythomane. Tout au plus se sent-il un peu "différent". En outre, ce sentiment, loin de le faire souffrir, lui procure une grande fierté. Ce sont donc des symptômes totalement étrangers à sa mythomanie, qui pourront éventuellement le conduire au divan. Ce n'est que secondairement que le problème de la mythomanie sera abordé au cours de la cure, lorsque va commencer le véritable travail d'élaboration. Comme la parole perverse se moque du sens et que lorsqu'elle se deploie, elle ne laisse que peu de place à l'interprétation analytique, nous allons assister à un alternative : ou bien le sujet se met au travail pour se reconstruire, ou bien, se sentant piégé, il résiste et fuit l'analyse. »


La paraphrénie

l'existence d'une production délirante importante juxtaposée à la réalité. Le délirant garde longtemps intacte et disponible une image relativement saine de sa personnalité. Il peut prendre à l'égard de son délire une certaine distance. Il en reste le maître, ce qui lui laisse une certaine latitude d'adaptation à la vie sociale;


  • La grande fréquence des thèmes empruntés aux mythes infantiles et aux mythes archaïques universels (C. Jung), avec une prédilection pour les choses fabuleuses et surnaturelles;
  • La prédominance du langage sur l'action. Souvent, le paraphrène est riche d'expressions verbales et graphiques. Son langage écrit est encore plus perturbé que son langage parlé. Il fait appel au symbolisme des mots, des nombres, des couleurs, à la concrétisation des idées et des sentiments ;
  • La longue persistance de l'intégrité des fonctions intellectuelles et de l'affectivité. L'évolution vers la dissociation schizophrénique, la déstructuration de la personnalité ou la détérioration mentale n'intervient pratiquement pas.


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:10, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Jeu 21 Fév 2013 - 20:33

Ce qu'il y a d'extraordinaire avec le mensonge, et d'abord sur celui qu'on propage partout, c'est le fait qu'il enferme son émetteur plus surement qu'une prison !
Un mensonge de la sorte est souvent une réflexe de déni ou d'affabulation. Émis par peur ou par vengeance. Et puis, sous peine de se faire prendre par peur, encore, du discrédit, les menteurs de ce type s'enferment dans leurs propres pièges, secoués tant et plus dans une nasse dont ils n'arrivent plus à sortir, frisant alors la mythomanie.

http://tremintin.com/joomla/index.php?option=com_content&task=view&id=2466&Itemid=244

Comme quoi la vérité personnelle, même si parfois n'est pas "bonne" à dire (vue des autres ça Wink), possède au moins le mérite d'en analyser les conséquences et de les assumer clairement. Elle conduit à sa propre liberté, laisse le choix de reconnaitre ses torts. Pas mal, hein ?

http://www.devoir-de-philosophie.com/dissertation-verite-compatible-avec-liberte-6125.html

http://www.philopsis.fr/spip.php?article185


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:10, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Sam 23 Fév 2013 - 20:14

Que nous apprennent les sciences cognitives sur notre capacité à gérer les conflits d'intérêts?

http://www.canal-u.tv/video/universite_bordeaux_segalen_dcam/que_nous_apprennent_les_sciences_cognitives_sur_notre_capacite_a_gerer_les_conflits_d_interets.5398

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Sam 23 Fév 2013 - 21:26

Le respect, ça s’impose ! (Francine Tremblay)


Les vendeurs trouvent en nous une proie idéale. Nos amis s’immiscent dans notre vie privée. Notre conjoint accapare tout l’espace vital. Et, comble de malheur, notre patron nous réduit à l’esclavage. Mais pourquoi donc ne parvenons-nous pas à nous faire respecter ?

Marielle a accepté un poste de directrice dans un vieil hôtel, avec mission de le remettre sur pied. Elle ne ménage pas sa peine pour satisfaire son nouveau patron. Une fois les rénovations terminées, le système de réservation élaboré et le personnel embauché, le maître des lieux la remercie tout simplement de ses services. Comme si cela ne suffisait pas, son propriétaire n’honore pas ses engagements, et son chum, de son côté, l’incite à délaisser ses activités professionnelles afin qu’elle se consacre un peu plus à lui. « Je ne comprends pas, avoue Marielle à un gourou des relations humaines qu’une amie lui présente. Je suis toujours très gentille avec les gens et ils ne cessent de profiter de moi ». La réponse est une douche froide: « Si je comprends bien, tu veux te faire aimer, mais pas te faire respecter ? »

Comme bien des femmes, Marielle ressent un tel besoin de plaire et d’être aimée qu’elle ne se rend pas compte qu’on la méprise pour sa faiblesse et sa soumission. Certes, ceux qui abusent d’elle le font parfois inconsciemment, mais le résultat est le même. « Il faut avoir une conscience morale exceptionnelle pour ne pas profiter d’une personne qui ne se fait pas respecter », assure Marielle Bordeleau, psychologue. Pourquoi profite-t-on de ceux qui n’inspirent pas le respect ? Parce que « les gens conciliants passent pour des faibles et encouragent les autres à les exploiter davantage », soutient Joseph Kirschner, dans l’Art d’être égoïste. En y réfléchissant bien, on se rend compte que chacun essaie de tirer toujours avantage d’autrui. La famille veut que nous soyons une mère dévouée, et nos supérieurs sont plus soucieux de nous voir suivre leurs directives que de ménager notre santé.

C’est normal ! « Plus les gens s’habituent à voir quelqu’un se sacrifier pour eux, plus ils se déchargent de leur fardeau sur cette personne, explique Kirschner. En sont-ils plus reconnaissant pour autant ? Certainement pas ! Le jour où vous cessez de satisfaire leurs exigences grandissantes, ils se sentent lésés et, dès que vous n’avez plus rien à leur apporter, vous perdez toute importance à leurs yeux. » Bref, la reconnaissance à la mémoire courte !


L'estime de soi

Bien sûr, ça fait 2000 ans que la femme est habituée à passer au second plan. Et cela fait seulement 20 ans qu’elle jouit d’une plus grande liberté. Cependant, les mentalités n’évoluent pas aussi rapidement qu’on le voudrait et certains conditionnements archaïques ont la vie dure. À preuve, l’exemple de cette dynamique directrice d’entreprise dans la trentaine, remarquée par un homme d’affaires qui la convainc de quitter son patelin pour le suivre à la ville. Pour lui plaire, elle s’occupe activement de la maison et des repas et ne cherche que très mollement un nouveau travail. Devenue soumise et incapable de prendre une décision, elle ne tarde pas à perdre le respect de celui qui l’admirait.

« Se faire respecter, c’est aussi refuser de faire ce qui ne nous convient pas », fait remarquer la psychologue Nicole Tremblay. Pour certaines femmes, le besoin d’être aimées surpasse toute considération d’amour-propre et de dignité. Kirschner les met cependant en garde: « Il y a un prix à payer pour vivre selon les désirs des autres: quand on sacrifie ses propres désirs, ses rêves les plus chers, ses aspirations les plus secrètes et ses besoins les plus légitimes. » Par conséquent, l’oubli de soi mène tout droit au manque d’estime de soi: on se croit indigne de respect. De là, il n’y a qu’un pas à franchir pour que l’autre le croie également.


Peur du rejet

Alors, pourquoi se laisse-t-on exploiter ? Selon Kirschner, « en échange de leur docilité et de leur soumission, les gens trouvent une certaine sécurité ». Nous craignons de perdre notre poste. Nous ne voulons pas renoncer à l’estime dont nous croyons jouir. Les louanges nous flattent. Nous adorons entendre: «Je sais que je peux toujours compter sur vous!»

Est-il si difficile de renoncer à ces plaisirs éphémères et de dire non ? Oui, si la peur du rejet nous paralyse. Évidemment, le fait d’établir des limites que personne n’a le droit de franchir et de faire valoir son opinion peut provoquer une réaction négative et même un abandon de la part des autres. « Mais il faut être capable de supporter l’effet négatif du « non » pour être en mesure de prendre la place qui nous revient », explique Mme Tremblay. D’autant plus que la peur du rejet n’est pas toujours fondée sur une menace réelle, car une personne qui sait dire non avec tact et fermeté est davantage respectée que celle qui acquiesce toujours aux propos des autres.


S'affirmer

Pourquoi est-il si difficile de se faire respecter ? Flash-back sur l’enfance: la gentille petite fille s’efforce de plaire à papa et à maman. Elle imite une mère conditionnée à se sacrifier pour les autres. La graine est semée. « Lorsque la mère renonce toujours à ses besoins personnels au profit de ceux du conjoint et des enfants, les filles n’apprennent pas à s’affirmer et à exprimer leurs besoins », déclare Nicole Tremblay.

Au moment de l’adolescence, alors que la jeune fille devrait trouver « les mots pour le dire », elle se contente souvent de claquer les portes. Après tout, elle n’a jamais appris à nommer ses sentiments, ses émotions et les limites dont elle voudrait que les autres tiennent compte. « C’est le rôle des parents, affirme Mme Tremblay, de lui apprendre à se faire respecter sans créer de conflit et sans agir de façon négative, à maintenir sa position malgré l’opposition de l’autre sans rester nécessairement sur ses positions, mais sans toujours céder si elle n’est pas d’accord. »


Les règles du jeu

Malheureusement, il ne suffit pas toujours de se respecter et de respecter autrui pour créer une réciprocité. Associée de la firme d’avocats Ducharme Stein Monast de Québec et officier de l’Ordre du Canada, l’honorable Paule Gauthier croit que « le respect, c’est une question de jugement et de gros bon sens à exercer selon les circonstances ». Circonstances variables qui assouplissent forcément les règles !

Mais quelles sont ces règles ? Elles concernent premièrement l’apparence extérieure, les codes non verbaux. Emerson ne disait-il pas: « Ce que vous êtes parle si fort que je ne peux entendre ce que vous dites »? Apparence négligée, mollesse de la poignée de main, posture avachie, visage fermé et regard fuyant n’ont jamais inspiré beaucoup de respect. Ces indices influent beaucoup sur le respect que les gens peuvent nous accorder: la façon de s’asseoir, de se tenir debout, la façon d’être plus intime avec ses amis et d’être un peu plus réservée en affaires. Même les inflexions de voix et le langage que l’on tient ont une influence sur les égards que l’on peut ou non recevoir. J’ai connu des gens qui ont pris des cours de pause de la voix et fait des exercices de respiration afin de corriger des inflexions qui les désavantageaient.

« La tenue vestimentaire joue aussi un rôle dans le message que l’on communique », affirme Mme Gauthier, qui opte pour une tenue classique au travail. L’avocate accorde également une grande importance aux autres aspects de l’apparence: « À mon sens, la coiffure dénote bien la discipline ou le laisser-aller d’un individu. »

Mme Gauthier a aussi appris à maîtriser l’art de plaire, c’est-à-dire essayer de connaître l’autre pour s’adapter à lui tout en restant toujours soi-même. Bref, il faut apprendre à plaire et à nous faire accepter, mais sans brimer notre personnalité ni admettre trop de compromis, ce qui mettrait en jeu notre intégrité.

Naturellement, dans le monde implacable du travail, ces louables efforts ne sont pas suffisants. De fait, Mme Gauthier souligne que si nous voulons imposer le respect au travail, nous devons être compétentes dans notre domaine. Il s’agit évidemment d’un exercice actif qui exige un certain effort. « On emploie l’expression imposer le respect, et ce n’est pas pour rien: c’est parce qu’on doit s’imposer », soutient Mme Gauthier. Mais n’exige pas qui veut! « Pour imposer le respect, il faut également être un bon communicateur, dit-elle. Parce qu’on a beau être bien mis et très compétent, si on n’est pas capable d’exprimer clairement les messages que l’on veut passer, on n’obtiendra pas de respect, mais plutôt de la pitié ».


Être soi-même

Chacune peut développer ses propres règles de conduite et ne laisser personne l’en faire déroger. Pierrette Blackburn est agente à la Sûreté du Québec depuis près de dix-huit ans. Après cinq ans de patrouille, elle en est à sa treizième année à l’escouade du Crime organisé, et occupe depuis deux ans la fonction de caporal par intérim, un poste clé. « Je me sens respectée, assure-t-elle. Je le constate à la façon dont mes collègues me traitent, me parlent et accomplissent le travail que je leur demande de faire ».

Le secret de sa réussite ? Être soi-même ! « Je n’ai jamais eu de difficulté à me faire respecter, parce que je n’ai jamais changé ma façon d’être. On n’a pas à changer sa personnalité parce qu’on fait partie d’un milieu d’hommes. Avant tout, nous sommes des femmes, nous pensons comme des femmes. » Mais est-ce suffisant ? « Il ne faut pas avoir peur d’émettre nos opinions, même si elles sont différentes », ajoute Mme Blackburn pour qui diverger d’opinion ne constitue pas un manque de civisme. « Je me suis déjà fait dire par un citoyen que la femme devrait être à ses casseroles. Je ne considère pas cela comme un manque de respect envers moi, mais plutôt une mentalité. C’est seulement une opinion. »

Mais attention ! il y a une limite qu’il ne faut pas dépasser. « Si quelqu’un nous manque de respect, il faut le remettre à sa place pour ne pas laisser dégénérer une situation. Je pense qu’on n’a pas le droit de laisser quelqu’un nous manquer de respect », conclut l’agente Blackburn.


Tout un programme !

« On admire davantage les gens qui se font respecter que ceux qui se laissent écraser », note la psychologue Marielle Bordeleau. Alors, un petit effort. Mme Bordeleau révèle la technique qu’elle propose à ses clientes.« Elles doivent penser à un événement où elles se sont fait rouler. Quand elles ne sont plus dans le feu de l’action, elles analysent la situation et imaginent comment elles auraient pu réagir pour s’attirer des égards et une certaine appréciation de la part des autres. »

Quelques trucs ? Accorder à sa propre opinion autant d’importance qu’à celle des autres, défendre son point de vue, ne pas faire passer les autres avant soi-même, s’affirmer, ne jamais se laisser rabaisser ou humilier par les autres, développer sa confiance en soi et son sens de l’humour, ne pas être crédule et ne pas abandonner ses rêves. Ouf ! Tout un programme ! Toutefois, le jeu en vaut la chandelle puisqu’il s’agit de se faire respecter !


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:10, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 25 Fév 2013 - 12:31

http://pour-reflechir.blogspot.fr/search/label/Psychologie

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 25 Fév 2013 - 12:31

http://pour-reflechir.blogspot.fr/search/label/Sociologie

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 25 Fév 2013 - 16:07

Aider sans agir en sauveteur (Alain Rioux, Psychologue)


Êtes vous un sauveteur ?


  • Vous arrive-t-il de venir en aide à des personnes qui ne vous ont pas clairement  exprimé qu'elles avaient besoin de vous ?
  • Vous sentez-vous coupable ou fautif lorsque quelqu'un de votre entourage éprouve des difficultés à se prendre en charge ?
  • Vous sentez-vous quelquefois en colère parce que vous êtes convaincu que cette personne irait beaucoup mieux si elle suivait vos directives ?
  • Vous arrive-t-il de vous sentir exploité dans votre travail et d'avoir l'impression que vous n'êtes pas apprécié malgré tout ce que vous faites pour aider les autres ?

Si vous avez répondu: OUI, à une de ces questions, il est possible que vous adoptiez à l'occasion des comportements de sauveteur à l'égard de votre entourage. Ces comportements vous placent dans une situation inconfortable et risquent de vous mener à l'épuisement.  Ils peuvent vous empêcher d'aider les personnes qui ont légitimement besoin d'aide et le demande.  


Les sauveteurs potentiels

Plusieurs personnes ont choisi de travailler dans les secteurs de la santé et des services sociaux, motivées par le désir d'aider.  Elles ont généralement une conscience sociale plus développée et sont sensibles aux difficultés vécues par leur entourage.  La compassion qu'elles ressentent guide une attitude authentique et leur permet d'accorder leur aide en toute connaissance de cause.  Cependant, l'aidant doit se protéger des missions de sauvetage ou de l'investissement total en autrui qui sont désastreuses pour lui-même et les personnes qu'il souhaite aider.  Effectuer un sauvetage prive souvent l'autre de sa liberté d'action.  La motivation du sauveteur est souvent d'accomplir un exploit qui s'éloigne du désintéressement propice à une aide thérapeutique.

D'après Melody Beattie, thérapeute auprès d'alcooliques et de toxicomanes, les attitudes du sauveteur se retrouvent beaucoup chez les conjoints d'alcooliques.  Il s'agit d'une des composantes propre à la codépendance que vivent ces personnes à l'égard des conjoints alcooliques.  Le codépendant agit souvent en sauveteur en se sacrifiant pour l'autre.  Il vole à son secours en mettant de côté ses propres besoins, émotions et désirs.  Selon Melody Beattie, le sauvetage est constitué de "tous les actes qui contribuent à faire qu'un alcoolique continue de boire, qui l'empêchent d'en supporter les conséquences ou lui rendent les choses plus faciles sans qu'il ait rien à changer à ses habitudes".  Un autre thérapeute, Scott Egleston signale que " l'on agit en sauveteur chaque fois que l'on prend quelqu'un en charge, dans ses pensées, ses sentiments, ses décisions, ses attitudes, son évolution, son bien-être, ses problèmes ou son destin. "      


Le triangle de Karpman                              

Les observations de Stephen B. Karpman sur les comportements de sauveteur et les rôles correspondants lui ont permis de mieux comprendre cette dynamique qu'il résume dans un triangle étonnamment véridique.

Fiche de lectures - Page 2 Triangle-dramatique-copie-5


La dynamique

C 'est souvent de la pitié, de la culpabilité ou simplement l'anxiété qui mettent le sauveteur en action.  Celui-ci est la plupart du temps convaincu qu'il doit absolument faire quelque chose.  Il croit savoir ce qu'il faut faire mieux que quiconque, se sent indispensable et irremplaçable même si on ne lui a rien demandé.  Il est porté à croire que le monde ne peut fonctionner sans lui, que la personne en face de lui est incapable de se débrouiller seule, de se prendre en charge elle-même.  En fait, il se croit plus compétent que la personne elle-même pour décider de ce qui est bon pour elle.  Le sauveteur agit avec une bonne intention, il se sent à cette étape une âme charitable et un grand coeur, mais il protège quelqu'un sans tenir compte de ses besoins réels.

Malgré cette image de pureté relative, c'est plutôt pour se libérer de l'inconfort ressenti par la détresse de l'autre, que le sauveteur passe à l'action.  Malheureusement, il se rend compte rapidement qu'il ne voulait pas vraiment faire cela, il s'irrite et la plupart du temps il s'en veut.  Il s'aperçoit que ce qu'il a fait n'était pas vraiment de son ressort ou encore il se retrouve avec des problèmes qui ne le concernent pas ou sont très différents de ce qu'il avait imaginé. Il se demande s'il n'est pas allé trop loin, ne sait plus où s'arrêter et voit la dépendance de l'autre s'installer.  Bref, il s'est sacrifié et il s'en veut.  De plus, la victime, cette âme en détresse ne lui témoigne aucune reconnaissance.  Elle ne se comporte pas correctement et n'écoute plus les conseils.  Elle se sent contrôlée, incapable d'agir et résiste.  


Le persécuteur et la victime

Loin de s'améliorer, la personne sauvée, libre de toutes responsabilités, poursuit ses comportements destructeurs et elle a tout le loisir d'en faire le reproche au sauveteur.  Si celui-ci est convaincu de sa mission, il poursuit un peu plus ses efforts, toujours en laissant de côté ses besoins et désirs.  A ce moment, le sauveteur peut finir par s'épuiser et abandonner.  Il se sent alors exploité, vidé et devient lui-même victime.  Autrement, il laisse le gilet de sauvetage pour le gourdin et se transforme en persécuteur.  Il impose des règles sévères qui doivent être respectées.  Il surveille attentivement le comportement de l'autre et au moindre écart, intervient.  Il se met en colère et menace de couper les privilèges.  Dans le couple où un conjoint est alcoolique, c'est à cette étape que le sauveteur menace de le quitter s'il ne stoppe pas sa consommation d'alcool.  Quelquefois cette tactique fonctionne, mais le changement est factice puisque le buveur est menotté plutôt que libéré de son alcoolisme.

En harcelant, contrôlant et persécutant l'autre, le sauveteur finit tôt ou tard dans le coin de la victime.  Les sentiments à cette étape sont extrêmement douloureux et vont de la perte d'estime à une sensation profonde d'inadéquation.  Malheureusement, le cycle continue de se répéter tant et aussi longtemps que le sauveteur ne se rend pas compte de sa dynamique.  Il parcourt à nouveau le triangle de Karpman, quelquefois en une journée, quelquefois en plusieurs mois.  


Se libérer du sauvetage

Il n'est pas facile pour le sauveteur de changer sa façon d'agir.  Comme nous l'avons dit, il ressent au point de départ de la pitié, de la culpabilité ou de l'anxiété et c'est pour calmer ses émotions désagréables qu'il se porte au secours de l'autre.  Cette façon de réagir, le sauveteur l'a souvent apprise dans son enfance surtout s'il a dû prendre soin d'un parent malade, alcoolique ou souffrant d'un problème d'adaptation sociale.  Même enfant, il a dû prendre soin de l'autre à un moment de sa vie où il aurait dû apprendre à prendre soin de lui-même.  Ainsi, il perpétue à l'âge adulte ce qu'il a appris dans l'enfance et continue de porter secours à tous sauf à lui-même.  Le sauveteur a de la difficulté à reconnaître ses propres désirs, ses propres besoins.  C'est à travers les autres, et à son propre détriment, qu'il cherche à se valoriser et à se réaliser.  Pour ne plus avoir besoin de voler au secours des autres, il doit apprendre à prendre soin de lui-même.  Il doit le faire malgré la culpabilité, la tristesse et la colère qui surgissent lorsqu'il se rend compte qu'il s'est négligé pendant tant d'années.

Pour briser le cycle du sauvetage et sortir du triangle, le sauveteur doit d'abord se prendre en charge lui-même mais il doit aussi, au quotidien, apprendre à distinguer le rôle d'aidant du gilet de sauveteur.  En premier lieu, lorsque quelqu'un près de lui vit une difficulté, l'aidant doit prendre le temps de bien écouter le message qui lui est livré en intervenant le moins possible.  Quelquefois, écouter suffit mais si ce n'est pas le cas, écouter lui permettra d'évaluer s'il peut être utile ou non.

Deuxièmement, il est primordial d'avoir une demande claire avant d'aider quelqu'un, dans la mesure où la personne a la possibilité de faire cette demande.  Il est souvent utile de poser simplement la question:  "Aimeriez-vous avoir mon aide ?"  Par la suite, il est possible de clarifier si tout le problème est de son ressort où s'il n'aura pas, lui aussi, besoin d'aide.  Avant de passer à l'action, l'aidant peut se poser plusieurs questions:  Suis-je la meilleure personne pour répondre à cette demande ?  De quelle façon vais-je partager les responsabilités ?  Quel est mon objectif ?  Qu'est-ce que je dois éviter de faire ?  Quelles sont les limites à l'aide que je désire prodiguer ?  Suis-je confortable avec l'aide que je me prépare à offrir ?

Finalement, les besoins, les désirs et le bien-être de l'aidant ne devraient jamais souffrir ou alors le moins possible, du secours qu'il porte à autrui.  Lorsque l'inconfort surgit c'est le meilleur signal d'alarme pour qu'il se rende compte qu'il se sacrifie au lieu d'aider et que le sauveteur se prépare à faire son apparition.


Bibliographie

Beattie, M. (1992). Vaincre la codépendance. Montréal: Éditions Hazelden.

Bradshaw, J. (1992).  La famille. Laval:  Éditions Modus Vivendi.

Freudenberger, H. (1987).  L'épuisement professionnel: La brûlure interne.  Québec: Gaétan Morin.

Schuller, R. A.(1994). Maîtriser vos comportements.  Québec: Les Éditions un monde différent Ltée


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:11, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 25 Fév 2013 - 17:38

Cela s'apprend, mais, il est vrai certains s'épuisent à suivre leurs vieux schémas dans les professions d'aidants.
J'en ai vu tomber dans un service, car elles repoussaient l'intervention qui consiste à placer un "stent" coronarien pour pouvoir continuer à travailler...et le même service se retrouver avec trois soignants en moins : en arrêt maladie emportés en urgence, à cause de ce genre de fonctionnement.


Si j'ose parler de cela, c'est parce que je faisais partie des 3 "folles" alors que pourtant je ne fais pas partie des "sauveteurs" dans l'âme, mais quelques fois, les "besoins" de "l'autre" sont patents et nombreux.
Cependant, pour certains, il arrive qu'un mécanisme d'auto-protection se mette en place et occasionne un "burn-out" Dent pétée


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 25 Fév 2013 - 17:50

Bonjour Ekaterina Smile

Je suis sincèrement persuadé de deux choses :


  • Pour pouvoir prétendre à aider (et pas sauver), il est nécessaire de s'aider d'abord soi-même. Respecter ses propres limites et prendre le temps de peser les retombées de ses investissements.
  • Rester lucide : Personne ne peut pas faire à la place de l'autre. Trop donner va à l'inverse du but recherché. Imagine un supermarché gratuit durant deux ans. Et, du jour au lendemain, devenant payant. Non seulement les clients se rebelleraient, mais ne se souviendraient aucunement (à part de très rares personnes) de la gratuité précédente.

Ce à quoi l'on tient, généralement, est intrinsèquement porteur de valeur (je ne dis pas prix, j'insiste). Donner sans limite, c'est donc se dévaloriser. Et ce qui n'a plus de valeur n'est plus considéré...


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:11, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 25 Fév 2013 - 17:56

Tout à fait et j'ajouterai : "n'est plus considéré....même par lui même".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Lun 25 Fév 2013 - 17:57

Exact !!! Complètement exact !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mer 6 Mar 2013 - 18:02

Allez, je continue à alimenter le fil avec des ebooks téléchargeables.

Psychologie des foules : http://batizen.blogspot.fr/2013/02/ebook-psychologie-des-foules.html

Faire face aux émotions - Pour gérer au quotidien larmes, conflits, stress, agressivité : http://batizen.blogspot.fr/2013/02/ebook-faire-face-aux-emotions-pour.html

Maxi fiches de psychologie - Les grandes théories et les grands débats : http://batizen.blogspot.fr/2013/02/ebook-maxi-fiches-de-psychologie-les.html

La voie de la non-violence : http://batizen.blogspot.fr/2013/02/ebook-la-voie-de-la-non-violence.html

Les envieux : http://batizen.blogspot.fr/2013/02/ebook-le-envieux.html


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mer 6 Mar 2013 - 18:04

Article sur la haine

Nous avons tous des ennemis. Ils nous menacent, ils nous font peur. Ils veulent prendre ce qui est à nous, notre travail, nos femmes ou notre homme, nos biens, notre culture, tout le reste.

Les politiciens savent que nous avons beaucoup d’ennemis. Et ils rivalisent tous pour nous prouver que ce sont eux qui le mieux pourront nous débarrasser d’eux. Et purifier notre pays de tout ce qui le menace. Il faut se débarrasser de tous ces ennemis sinon, on arrive à la catastrophe. C’est du moins ainsi qu’ils nous présentent l’avenir de nos pays

Le drame dans tout cela c’est qu’à force d’entendre parler de menaces et d’ennemis, et de voir des coupables tout désignés, on finira par y croire, on se protège, on a peur, on se méfie, on se barricade, on se ferme, on évite le contact et on devient un mur.

La logique de la haine et de la guerre ne détruit pas seulement l’ennemi, mais – et c’est encore pire – la haine nous transforme. Elle nous durcit.

Les soupçons et les suspicions s’installent, on essaie de s’éloigner des autres, plutôt que de chercher à les rencontrer et à les connaitre.

La haine et la méfiance nous atteint dans ce que nous avons de meilleur, dans notre humanité.

Il est évident et légitime de comprendre ses amis et ses proches, de faire du bien à ceux qui nous veulent du bien, de sourire à ceux qui sont sympa avec nous, de chercher la complicité des personnes qui nous ressemblent.

Comprendre les membres de sa famille, ses amis, ceux qui nous veulent du bien et qui nous le rendent c’est tellement normal, mais cela ne relève pas d’une prouesse. La prouesse ce n’est pas comprendre les amis, mais de comprendre les ennemis.

Car comprendre ses ennemis : c’est agir contre nature, c’est une décision qui relève de la volonté plus que des sentiments. Cette attitude présuppose l’espérance et la confiance en l’autre, autant que l’amour. Pas de sentiment, mais bien un engagement.

Certains diront qu’agir ainsi, c’est de la lâcheté, c’est le refus du conflit, c’est céder aux méchants et renoncer à la vérité. Qu’on a le droit de se défendre.

La logique de la haine et de la guerre ne détruit pas seulement l’ennemi, mais – et c’est encore pire – la haine nous détruit nous-mêmes.


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:11, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mer 6 Mar 2013 - 18:06

La solitude positive

À mesure que nous avançons en maturité, la solitude devient positive. Nous sommes de plus en plus conscients que les déceptions et les joies sont des réalités de la vie, que les barrières du chemin peuvent être enlevées et que l’autre n’est pas une menace pour nous. L’apprentissage de vivre avec nous-mêmes nous permet d’accepter l’autre dans sa réalité à lui sans vouloir la changer.

La solitude est souvent perçue comme une épreuve quand on l’expérimente après une rupture, un abandon, un deuil. Alors plutôt que de tenter de la fuir, il faut faire face et traverser cette épreuve. En se disant que c’est l’occasion d’une rencontre avec soi et une ouverture sur tous les possibles. Au lieu de penser que l’on ne peut plus rien faire, que l’on devient inutile parce que l’on est seul, il faut au contraire plonger au plus profond de soi pour découvrir toutes les richesses que l’on possède.

Nous avons besoin de solitude pour intégrer un à un les événements de notre vie et pour les intérioriser. Nous avons la liberté de bien profiter de nos sentiments de solitude pour nous recréer intérieurement.

La solitude qui s’offre à nous est un nouvel apprentissage de la vie, dans ses limites comme dans ses moments de grande plénitude. Même si notre besoin de l’autre est très grand, il ne peut remplir notre vide et nous apporter la sécurité que nous recherchons.

Cette sécurité, il faudra la trouver en nous-mêmes, car il est impossible de penser que nous pouvons nous trouver en quelqu’un d’autre. C’est tout le sens de l’identité personnelle qui entre en jeu. Cette identité se trouve en marchant sur notre propre chemin et en nous connaissant bien nous-mêmes. Le secret, c’est cette plongée à l’intérieur où nous irons puiser force et inspiration.

C’est bien souvent le regard des autres qui nous culpabilise en imaginant qu’il nous prennent pour égoïstes. Prenons alors conscience que c’est nous qui créons notre vie, qui en sont responsables et non les autres.

La solitude nous offre cette belle leçon : il faut d’abord attendre de soi et non des autres. Il faut d’abord savoir compter sur soi et s’aider soi-même. Et les autres viendront vers nous car ils ne seront pas là pour, en premier lieu, combler notre manque et animer notre vie car ils ont les leurs.


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:12, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Fiche de lectures - Page 2 Empty Re: Fiche de lectures

Message par Invité Mer 6 Mar 2013 - 18:13

Comment reconnaitre les personnes toxiques ?


Les manipulateurs

Ceux-là sont les pires et les plus dangereux car ils agissent en semi camouflage, s’insinuant dans votre vie par des luttes de pouvoir semi-discrètes et constantes sur un lit de mensonges pour avoir une sensation de pouvoir et d’importance dans leur vie.

Même quand vous avez l’impression de savoir très clairement qui ils sont et que vous les avez démasqué avec leur petits jeux, ils savent très bien se calmer et vous dire ce que vous avez besoin d’entendre pour que vous leur laissiez encore de la place dans votre vie.

Un manipulateur peut être très déstabilisant car ils alternent les remarques gentilles avec les petites remarques cassantes en permanence dans le but de vous déstabiliser.

Quand vous croyez que c’est un bon ami, il va vous pourrir ou essayer de créer une compétition malsaine, mentir et justifier ces actes en accusant d’autres personnes. Quand vous en avez marre, il va jouer les pauvres victimes pour vous amadouer mais ne vous y trompez pas. Le manipulateur passe son temps à épuiser les relations amicales et amoureuses de toutes sortes car peu de gens l’apprécient.

Le pire c’est qu’il entretient le mystère et donne l’illusion d’être très charmant et sympathique mais il se dévoile parfois et cause beaucoup de problèmes que ce soit au travail ou dans des groupes d’amis. Puisque le manipulateur relève de la pathologie clinique, on vous recommande de simplement couper les ponts avec lui.

Toutes vos tentatives et vos espoirs de le voir être moins toxiques sont peines perdues, il cherche en permanence à prouver qu’il est le meilleur et à diminuer les autres et critiquer plus ou moins ouvertement pensant que cela fonctionne alors que pas du tout.


Les hypocrites

Ceux-là sont tout simplement faux et ça se sent à plein nez. Nous devons tous être hypocrites (à moins de pratiquer l’honnêteté radicale, ce que peu de gens font) dans une certaine mesure mais dans une autre il est aussi normal d’avoir l’honnêteté de dire aux gens lorsqu’ils dépassent les bornes ou de leur donner une retour juste même si un peu difficile à entendre sur leur attitude.

Henry David Thoreau a dit « Plutôt que l’Amour, que l’Argent, que la Gloire, donnez-moi la vérité ».

Ces paroles sont très profondes et très vraies. L’hypocrite pense qu’il doit plaire à tout prix et donc passer du temps à faire des sourires (faux) et passer de la pommade (fausse) pour se sentir en sécurité dans ses relations.

Ne vous laissez pas avoir par les flatteries , sachez garder ce que vous pensez qui s’applique mais sachez garder la tête froide sur ce que vous voulez vraiment améliorer chez vous sans écouter la ritournelle des hypocrites.


Les caméléons

Ceux-ci sont assez difficiles à vivre, spécialement pour les personnes qui sont peu affirmées et qui se laissent trop faire. Le caméléon va parfois alterner la sympathie et la critique très lourde sur les personnes qui se laissent faire. Il peut être très abrasif et chercher sans cesse le point faible des personnes autour de lui pour voir sur lesquelles il peut avoir du pouvoir.

Il envoi des piques et il critique durement sur le ton de la rigolade. A force de taper à droite à gauche, il finit par faire mal. Tolérer ce genre de comportement sans mettre des limites très claires et être prêts à couper les points peut être très douloureux au quotidien.

Pour le caméléon c’est très simple : ignorez le lorsqu’il est désagréable, rentrez lui dedans quand il dépasse les bornes et ne vous laissez pas amadouer par ses tentatives de sympathie car elles ne sont là que pour vous attirer dans un coin et se moquer de vous devant d’autres afin d’essayer d’avoir un statut et de se sentir important.


Les plaintifs

Ils vont toujours avoir mal quelque part, avoir passé une mauvaise journée ou simplement ne pas se sentir « bien » pour X ou Y raison. Ils ne sont pas méchants en général et ils existent des actions simples à utiliser pour aider ces personnes à être moins plaintives et plus positives.

Si la relation que vous avez avec cette personne vous tient suffisamment à cœur ou si vous n’avez simplement pas le choix car elle fait partie de votre famille proche ou de personnes que vous voyez dans un groupe et dont vous ne pouvez simplement pas vous défaire.

Ceux-là peuvent être très usant à la longue car ils se plaignent sans en avoir conscience et en permanence. Il est aussi facile de s’en rendre compte si vous prenez le temps.


Les vampires

Ceux-là ne sortent pas que la nuit. Ils sont là, ils parcourent notre vie à la recherche d’âme charitables qui sont prêtes à tendre leur cou pour se faire vider métaphoriquement de leur sang.

En fait le vampire bien que d’apparence sympathique au premier abord, se révèle assez vite. Il fait des demandes à n’en plus finir et se soucie bien peu de l’équité et de vous rendre l’ascenseur. Vous pouvez le déposer et aller le chercher en voiture matin et soir, il rechignera toujours à vous rendre service quand c’est votre tour.

On peut aussi parler tout simplement d’égoïsme mais leur description ne s’arrête pas là. En effet, ils peuvent aussi parfois être très persuasifs et insistants pour obtenir ce qu’ils veulent. En fait ils sont prêts à rentrer dans un conflit ouvert à chaque fois qu’ils n’arrivent pas à obtenir ce qu’ils veulent de vous. Par contre ils ne sont pas rancuniers, si vous refusez de leur donner ce qu’ils veulent, ils continueront à revenir vers vous pour continuer à vous pomper votre argent et votre énergie.

L’avantage est qu’ils sont en général très transparents et que vous pouvez difficilement les manquer. Puisqu’ils choisissent des personnes en général serviables, le challenge de ces personnes est simplement de savoir couper le robinet, mais dire non n’est pas toujours choses faciles ce qui les rend les victimes idéales des vampires et « vampirettes » qui parcourent ce monde.


Dernière édition par Mjöllnir le Lun 17 Juin 2013 - 23:12, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum