A la recherche d'avis...

Aller en bas

A la recherche d'avis... Empty A la recherche d'avis...

Message par nathea le Mer 1 Aoû 2012 - 23:24

Il est toujours difficile de savoir si son écriture est agréable à lire ou si nous n'avons aucuns talents pour l'écriture, c'est pourquoi je me permets de vous proposer ces quelques lignes, tout début d'un thriller, pour des critiques en règle Smile . Merci à celles et ceux qui auront le courage de lire! désolé pour les fautes, je n'ai pas encore relu...

"
Cette soirée se passait bien. Lisa connaissait la plupart de ces notables. Elle avait appris à entretenir et développer son réseau d’influence.
Tient, voici le maire qui s’avance vers moi. Quelle promotion, Se dit-elle. Il y a à peine un an, j’étais une parfaite inconnue pour tous ces pourris corrompus et ventripotents, aujourd’hui ils me regardent avec envie.
Lisa savait comment entamer les discussions et, très adroitement, pouvait tirer plusieurs informations de quelques phrases anodines lâchées au hasard des discussions entre personnes. Des hobbies, le nombre d’enfants, leur métier, leur centres d’intérêts, leur voyages, leur maîtresses.
Le maire arriva à sa hauteur et lui tendit la main.
- Lisa ! comment allez-vous ? merci de vous être jointe à nous.
Lisa savait depuis qu’il ne fallait pas commencer les conversations par : « je suis sur que vous allez remporter ces élections» ou encore « vous pensez que les bulls vont gagner le championnat cette année ? ». Elle lança simplement, après avoir remarqué que ses boutons de manchettes étaient affublés du sigle ILA.
- Monsieur le Maire, merci pour cette soirée. J’ai un ami qui possède les mêmes boutons de manchette que les vôtres. Vous le connaissez peut-être, Gabriel B, promotion 1974.
- Ce nom me dit quelque chose, lui dit le maire.
- Mais oui c’était le président du cercle des Gamma. Lança-t-il tout joyeux de se remémorer ce moment marquant de son adolescence.
- Venez ma chère ! les amis de mes amis sont mes amis ! comment va ce vieux Gabriel ? A-t-il enfin réussi à se libérer de son alcoolisme chronique ? dit-il d’un air songeur.
Lisa avait connu Gabriel B. lors d’une cérémonie de mariage du conte A.B il y a 3 ans. Ils avaient entretenu des correspondances riches et se rencontraient dès qu’ils le pouvaient. Gabriel était un homme intelligent et cultivé mais également un homme à femmes. Lisa avait appris beaucoup de cet homme et lui en était reconnaissant.

Vers 1h du matin, Lisa poussait la porte de son loft.
- la soirée s’est encore mieux passée que prévue. J’ai sympathisé avec le maire et il m’a invité à la garden party de la semaine prochaine.
Ces soirées étaient épuisantes. Beaucoup de bruit, et elle avait les zygomatiques douloureuse à force de sourire bêtement aux blagues idiotes de tous ces abrutis, assoiffés de pouvoir et d’argent.
Lisa se précipita dans la douche. A chaque fois c’était la même chose, elle se sentait salie par le regard et les condescendances de ces « chiens galeux » comme elle aimait à les nommer.
En peignoir, elle se dirigea vers la cuisine ou l’attendait une bouteille de vin. Elle n’avait pratiquement pas bu ni mangé de la soirée. Non pas que le banquet de M le Maire n’était pas à son goût mais elle savait que boire et manger nuisait à sa perception et à ses analyses. Elle se servi un verre de vin et se dirigea à son bureau. La pièce dans laquelle elle rentra ne ressemblait guère à un bureau. Le sol était jonché de livres et de manuscrits. Sur le mur, Lisa avait punaisé ce qu’elle appelait « sa théorie ». Pour n’importe qui, cela ressemblait à un trombinoscope géant. Chaque photo étant reliée par un ou plusieurs fils. Certaines photos étaient regroupées ensemble par paquet. Il appelait ça des « cellules ».
Elle accrocha un fil à la punaise qui fixait sa photo et relia l’autre extrémité à la punaise qui fixait la photo du maire.
Lisa s’installa dans un siège près de son bureau Napoléon qu’elle avait échangé contre une bibliothèque Louis XV quelle avait acheté à un vieux brocanteur sénile. Elle contempla son mur en pensant à la soirée qu’elle venait de passer.
A demi somnolente, elle se revit à la soirée. Lisa avait toujours un calepin près d’elle, lorsqu’elle était à demi-éveillé, des détails qui lui avaient échappé pouvaient ressurgir.
Elle laissa cheminer ses pensées, puis la fatigue, laissa ressurgir de vieilles images. Elle aimait ces moments là, elle se souvenait du visage de son père, toujours souriant et prêt à la couvrir de baisers, elle se rappelait aussi sa mère, douce et bienveillante
Elle sombra dans un profond sommeil.
Elle fut réveillée par un murmure et par une caresse si douce qu’elle aurait pu se rendormir aussitôt lorsqu’un détail de la soirée lui sauta aux yeux. Pourquoi ne l’ai-je pas vu avant ? Elle bondit hors du lit et sauta sur son stylo pour noter ce fait troublant. Dès qu’elle eue refermé son calepin, elle se retourna vers un homme en tenue de soirée qui lui adressait un regard interrogateur.
Tu me surprendras toujours lui dit-il. Ils prirent un petit déjeuner copieux et se racontèrent leur soirée respective avec enthousiasme.
Lisa est avocate, elle passe ses journées entre le tribunal, son bureau et les soirées mondaines données par les hommes les plus influents de la ville. Elle était considérée comme quelqu’un ayant bien réussi sa vie. Elle vivait seule dans son loft. Elle n’était pas prête, comme elle le disait très souvent aux hommes qui bourdonnaient autour d’elle, à fonder une famille. Elle ne supportait pas l’idée d’appartenir à un homme. Elle aimait sa liberté et aimait également butiner à droite à gauche. Lisa attirait la gente masculine, sa chevelure dorée, ses yeux d’un bleu clair comme l’eau d’un lagon. Du haut de son mètre soixante dix, elle charmait du plus jeune au plus âgés des hommes qui croisaient son chemin.
La matinée était déjà bien avancée lorsqu’elle quitta le tribunal. Elle venait juste de se poser dans un café lorsque la pluie fit son apparition. Elle venait toujours prendre un café brulant après ses plaidoyers. Cela lui permettait d’évacuer le stress qu’elle avait engrangé à chaque affaire qu’elle défendait. Elle regardait les gouttes d’eau ruisseler sur la vitre et se laissa aller à ses pensées. Son plaidoyer raisonnait encore dans sa tête mais tranquillement, petits à petits, des souvenirs firent surface. Elle se remémora l’époque ou elle gagnait sa vie en tant que serveuse dans un bar minable. Aguichée tous les soirs par des ivrognes, elle avait fini par prendre des cours d’arts martiaux pour se défendre. Elle avait également appris à manier les armes à feu, au cas où, quand on lui demandait pourquoi elle possédait une arme chez elle.
Une sirène retentit dans la rue et la tira de sa rêverie, il était déjà 12h. Elle avala son café, régla sa note et couru sous la pluie pour récupérer sa voiture.
Lisa


Monsieur, Monsieur cria quelqu’un à la porte, ouvrez !
Stan grommela en se levant de son lit grinçant qui avait du être jeté aux ordures il y a plus d’un siècle et récupéré par le gérant de cet hôtel miteux. Il ouvra les yeux sur une chambre crasseuse et si petite que même les rats s’y sentaient à l’étroit.
- C’est pour quoi ? marmonna-t-il l’œil collé à l’œilleton et la main sur la crosse de son 9mm.
- Vous avez deux semaines de loyer en retard, si vous ne payez pas, j’appelle la police.
Stan ricana en ouvrant la porte. Il se retrouva en face d’un homme bedonnant, couvert de sueur. Franck le dépassait d’une tête.
Le tenancier de l’hôtel fut pris d’une peur panique en voyant cet homme immense, bâtit comme une armoire à glace et qui posait sur lui des yeux menaçants.
Montrant son badge de la police, il lança amusé au pauvre homme apeuré :
- Vous avez demandé la police ? Maintenant, dégagez !!
L’homme se précipita dans l’escalier.
Stan souriait alors qu’il rangeait son arme dans son étui.
La nuit avait été courte, couché à 6h du matin, il avait traqué sa cible et noté par écrit ses moindres faits et gestes. Il ouvrit son calepin et relu ce qu’il avait noté :
- 19h,
- 21h30
- 4h
- Cet homme doit être aussi malheureux que moi pour trainer dans des lieux aussi sordides 2 à 3 fois par semaine.
Stan n’était plus le même homme depuis quelque temps, sa transformation n’avait pas plu à sa femme, 20 ans de vie commune pour en arriver là. Un fils qui ne lui parle plus, les dettes qui s’accumulent mais il s’en moquait, il connaissait maintenant son but, sa raison d’avancer, et il le ferait coute que coute.
Il enfila son blazer, sorti de l’hôtel puis s’engouffra dans les ruelles de la ville. Il connaissait cette ville comme sa poche, toutes les petites frappes le laissaient en paix. Ce matin, il avait besoin d’un bon café et d’un copieux petit déjeuner. Il ne lui fallut que de 10min pour rejoindre le petit restaurant qu’il appréciait, Mollie, la serveuse lui avait tapé dans l’œil et il aimait la voir de temps en temps.
Le café fumait, Stan le regard lointain semblait observer une goutte de pluie qui ruisselait doucement le long de la vitre. Son esprit s’évada quelques minutes. Ces quelques instants qui le ramenait vers son passé. La goutte d’eau était toujours là mais le décor avait changé, il était à présent dans le quartier tranquille de Pit Island, où résidaient ses parents. Il avait grandi avec les garçons du quartier, une petite bande qui faisaient les quatre cents coups pour passer le temps. Quand il rentrait, à l’heure du diner, Il aimait ces moments de simplicité autour des plats cuisinés par sa mère, il se souvenait de crises de fous rires avec son père lorsque le plat n’était pas bon. Dorie était une femme dévouée à son mari et à son fils mais une piètre cuisinière. Elle adorait ses deux hommes et ils le lui rendaient bien, il y avait une grande complicité entre ces trois là. Il revint doucement à la réalité avec la douce voix de Mollie qui lui proposait tendrement un autre café. Il avait le sourire aux lèvres en se remémorant ces souvenirs et Mollie le prit pour elle, elle se mit à rougir et Stan ne put s’empêcher de rire. Il refusa gentiment, régla sa note, laissa un large pourboire et s’en fut sous la pluie qui avait doublé d’intensité lorsqu’il franchit le seuil du restaurant.
"
nathea
nathea

Messages : 88
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 45
Localisation : NIMES

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'avis... Empty Re: A la recherche d'avis...

Message par pie3636 le Mer 1 Aoû 2012 - 23:35

J'aime bien ce style Very Happy
Par contre, ma nature pointilleuse m'oblige à te faire remarquer deux choses :
- "Tiens, voici le maire qui s'avance vers moi", "Tiens" avec un "s"
- "Il appelait ça des « cellules »." Ce ne serait pas plutôt "elle" ?
J'ai vraiment honte d'écrire ça Embarassed
En tout cas, je t'encourage dans l'écriture de ce livre Wink
pie3636
pie3636

Messages : 161
Date d'inscription : 03/07/2012
Age : 24
Localisation : Allier

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'avis... Empty Re: A la recherche d'avis...

Message par nathea le Mer 1 Aoû 2012 - 23:52

et oui quelques erreurs de frappe Wink . merci pour les corrections et les encouragements Smile
nathea
nathea

Messages : 88
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 45
Localisation : NIMES

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'avis... Empty Re: A la recherche d'avis...

Message par Fata Morgana le Mer 1 Aoû 2012 - 23:54

Un accent à "sûr" et comte avec un M. Et le pire, c'est que je n'ai même pas honte... Very Happy
Pour le reste pardonne-moi, je n'arrive pas à lire de romans. Seulement des essais ou de la poésie (et encore, de moins en moins.)
Fata Morgana
Fata Morgana

Messages : 20818
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 63
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'avis... Empty Re: A la recherche d'avis...

Message par nathea le Jeu 2 Aoû 2012 - 10:51

merci quand même ^^
nathea
nathea

Messages : 88
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 45
Localisation : NIMES

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'avis... Empty Re: A la recherche d'avis...

Message par bandini le Mer 8 Aoû 2012 - 3:16

Salut Nathea,

"Lisa est avocate, elle passe ses journées entre le tribunal, son bureau et les soirées mondaines données par les hommes les plus influents de la ville."

Tu repasses au présent... ça fait bizarre...Il y a deux ou trois autres problèmes de "temps" employés.

J'ai l'impression que ce début est un bon début, mais que ce n'est pas retravaillé. C'est drôle, je viens de poster sur un sujet où on parlait entre autres de la dualité imagination/discipline dans l'écriture. Ce qui me gêne ce dont quelques accrochages, disons que ça manque parfois de fluidité. Il y a aussi quelques répétitions dérangeantes. Mais encore une fois c'est juste une question de travail.

Je suis confus de te dire tout ça, mais j'écris moi même et j'attends des amis à qui je fais lire le plus de franchise possible. Je ne peux qu’encourager tout travail d'écriture, et je ne peux pas me prononcer sur le fond étant donné le peu que nous avons lu...

Enjoy, c'est chouette, il faut continuer!!!

Ne m'en veux pas surtout...

bandini
bandini

Messages : 22
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 41
Localisation : dakar

Revenir en haut Aller en bas

A la recherche d'avis... Empty Re: A la recherche d'avis...

Message par bandini le Mer 8 Aoû 2012 - 3:17

"Franck le dépassait d’une tête"

A mon avis tu voulais dire Stan. Very Happy
bandini
bandini

Messages : 22
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 41
Localisation : dakar

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum