L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Mer 30 Juin 2021 - 17:30

J’aurais bien voulu parler de notre santé à chacun, par des témoignages vécus mais il n’y a pas d’endroit pour parler largement de sa santé, faudrait aller sur un autre forum. Alors je vais me contenter de parler d’un souci de santé qui est probablement lié au « haut potentiel » : l’hyperactivité qui a des conséquences sur le système nerveux.

Plus je prends de l’âge, plus j’accumule des symptômes neuro- et psychosomatiques. Est ce la machine qui s’huile moins ou une surcharge grandissante en stress et obligations, ou encore une dégénérescence neurologique qui fait que ça perd en performance?
Plus je vieillis, plus je fais des liens entre tout ce que mon corps manifeste. Ce matin, un nouveau symptôme s’est ajouté. Un symptôme de plus qui allume le warning. Vais-je en faire quelque chose? Puis-je en faire quelque chose, je ne suis pas bien sûre.

J’ai été chez le dentiste car cela fait deux semaines que j’ai des douleurs aux dents... diffus et pas tjrs à la même dent. Ça me rendait perplexe. J’ai cru que ça allait passer. Ça a fluctué. Alors je me suis dis « y’a sans doute une carie qui traîne » tests + radio, la dentiste me dit « pas de carie! » elle regarde un peu plus près (et moi aussi car je dois tjrs tout contrôler...) et elle me dit qu’il il y un espace entre la dent et l’os qu’on voit un peu bcp et que c’est la place du ligament qui joue le rôle d’amortisseurs lorsque l’on mâche. J’avais déjà compris avant qu’elle ne continue : la douleur que vous me décrivez peut être liée à une irritation de ce ligament par contractions trop répétées des mâchoires pendant la journée et/ou la nuit. Elle m’explique donc qu’au repos, les deux mâchoires sont relâchées et les dents ne se touchent pas. Et là je lui dis « zut, ça veut dire que le stress induit une contraction involontaire et chronique des mâchoires. Et ça me fait chier!

Se détendre? Purée je sais pas du tout comment on fait, je suis envahie d’angoisse lorsque je ne sers à rien.
Je suis sous stress chronique oui. Mais pourquoi ça doit se déglinguer avec le temps?

Mes intestins me font eux aussi la misère par des crampes bien douloureuses.
Ma tête me fait de plus en plus souvent des migraines.
Les chutes de tension arrivent même en station assise.
Et les nausées neurologiques sont présentes dès que la fatigue s’installe.
Je dors mal.
J’ai des effets boucles dans cette cervelle : le soir, la nuit, le matin, il y a une phrase (qui parfois ne veut rien dire car ce n’est pas une langue existante), une phrase d’une chanson, n’importe quoi, et ça tourne et encore. Ce matin, encore en semi sommeil je me suis auto-engueulée « je te déteste x » en me nommant par mon nom de famille. Car j’en ai marre que ce cerveau soit ingérable. Il m’épuise, et ne se rassasie jamais. Il culpabilise constamment alors qu’il n’y a aucune raison légitime si ce n’est d’être née à la mauvaise époque, dans la mauvaise espèce.

Je me fatigue sans cesse jusqu’à ce que le corps craque. J’essaie de l’écouter mais souvent je le nie et je continue jusqu’à ce qu’il me fasse tomber. C’est une forme de maltraitance et une forme d’addiction.

Moi qui pensais n’avoir aucune addiction, et toc dans ta face ! J’ai conscience que je me fais du mal et je continue quand même. Car ce que je pose comme actes c’est bénéfique, c’est propre, c’est sain, c’est utile. Ce n’est pas comme boire, prendre des stupéfiants, jouer, niquer, ou ne rien faire.

Je dois mnt à chaque fois penser à « relâche tes mâchoires ! » ça va être gai!
J’ai déjà l’impression d’être un vieil outil qui devrait être recyclé.
Je n’arrive pas à lever le pied.

Qqn m’a dit : « un jour, il t’arrivera qqchose d’irréversible! » et j’essaie d’y penser régulièrement !

Lutter contre soi... moi qui adore relever des challenges, celui-là il met le level très haut.
Constamment, des injonctions de ma part sont répétées, « tu as encore ça à faire! Et n’oublie pas ça. Ah et encore ceci » et ça se termine jamais. Grâce au potentiel, je ne fais quasi aucune erreur. Quand ça arrive, je m’engueule sévère. Comme le fait d’avoir acheté deux plaques en pvc avant de comparer dans le second magasin pas loin qui vendait les mêmes, deux fois moins cher. C’est pas le prix qui me fait chier, c’est le fait que je n’ai pas pris la peine de comparer. Je vais trop loin dans cette dureté infligée.

J’ai pensé à faire de l’acupuncture? Ça fonctionne pour calmer ses nerfs?
Il y a un problème de fond et le haut potentiel n’aide pas pour le solutionner.

C’est difficile de diminuer son niveau d’exigences. Il faut une grosse frayeur !

Qqn dans la salle qui a cette même hyperactivité qui l’épuise jusqu’à induire de multiples symptômes neurologiques? Et question qui m’intéresse encore plus : vous avez trouvé des solutions pour la manager à un niveau optimal ?

Des fois, je pense qu’un coup sur la tête serait une solution adéquate. Je vais prendre qqes jours d’anti épileptiques, pour calmer le corps...
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par fift Mer 30 Juin 2021 - 18:21

Tu as consulté un psychiatre ?

(un bon, hein, si possible avec des accointances en neurosciences)

Ca me parait être totalement dans son domaine de compétence.
L'acupuncture, oui, ça détend ponctuellement (warf), mais l'effet ne dure pas.

fift

Messages : 6740
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 44
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par isNaN Mer 30 Juin 2021 - 18:31

il y a plein de pistes : changer d'alimentation, de fonctionnement, se faire suivre en psychologie, psychiatrie, médecine...
tout dépend de ce que tu veux au final et quels efforts pour y parvenir

comme tu le soulignes, il faut un gros revers de situation pour oser changer de l'intérieur au lieu d'attendre que ce soit l'extérieur qui change

bon courage
isNaN
isNaN

Messages : 504
Date d'inscription : 30/07/2020

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Mer 30 Juin 2021 - 19:09

fift a écrit:Tu as consulté un psychiatre ?

(un bon, hein, si possible avec des accointances en neurosciences)

Ca me parait être totalement dans son domaine de compétence.
L'acupuncture, oui, ça détend ponctuellement (warf), mais l'effet ne dure pas.

Quand j’étais jeune (20 ans) et pour d’autres raisons. A cette époque je n’avais pas de symptômes trop dérangeants. Avec l’âge, les responsabilités se sont accumulées et mon niveau de « toujours plus » a pris du galon. Un bon psychiatre comme tu dis, faut le dénicher...

Pour l’acupuncture il me semble bien que c’est une thérapie ponctuelle, de relaxation. En plus, pas sûre que j’accepte de prendre du temps pour « ça ».

Et le serpent se mord la queue.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par astronaute Mer 30 Juin 2021 - 19:46

Va voir un psychologue ou un psychiatre et VITE!!!!!!!!! Quitte à en faire plusieurs pour trouver celui ou celle qui te convient le mieux.
astronaute
astronaute

Messages : 288
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 33
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Nolimit Mer 30 Juin 2021 - 19:48

Se faire aider pour poser le stylo au plus tôt avant que cela ne parte en couille !
Plus vite aidé, plus vite remis.

Par contre pour trouver la bonne personne c'est souvent un chemin de croix.
Mais si je peux me permettre juste un conseil : Il faut un moment faire confiance au thérapeute, lui laisser faire son boulot, ne pas vouloir le controler et ne pas se croire plus malin que lui/elle.

En attendant que cela soit traité, respiration et marche de pleine conscience dans les pointes d'hyperactivités/agitations.

Méthodes éprouvées dans les phases de stress intense : Respirer. Plus con qu'un corps stressé, il n'y a pas
Nolimit
Nolimit

Messages : 2536
Date d'inscription : 29/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Confiteor Mer 30 Juin 2021 - 19:49

Car ce que je pose comme actes c’est bénéfique, c’est propre, c’est sain, c’est utile. Ce n’est pas comme boire, prendre des stupéfiants, jouer, niquer, ou ne rien faire.
J'adore le fourre-tout (?) consistant à placer sur le même registre faire l'amour et être sujet à une addiction !
Confiteor
Confiteor

Messages : 6318
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 62
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Nolimit Mer 30 Juin 2021 - 19:50

niquer n'est pas faire l'amour ! Dehors Confiteor Razz
Nolimit
Nolimit

Messages : 2536
Date d'inscription : 29/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Mer 30 Juin 2021 - 22:22

isNaN a écrit:il y a plein de pistes : changer d'alimentation, de fonctionnement, se faire suivre en psychologie, psychiatrie, médecine...
tout dépend de ce que tu veux au final et quels efforts pour y parvenir

comme tu le soulignes, il faut un gros revers de situation pour oser changer de l'intérieur au lieu d'attendre que ce soit l'extérieur qui change

bon courage

Changer d’alim? Je remarque que mes soucis au bidou ne sont pas liés aux aliments, d’autant que là je mange bcp du jardin dont une overdose de fraises (ça n’arrête pas de produire, j’ai donné 3kg autour de moi auj).

Mon alimentation est, je pense, très bonne à quelques exceptions près : un peu trop de soda, un peu trop de sucre le soir. C’est à peu près tout comme correction à faire. Plein de laitues du jardin, des petits pois, haricots, courgette et co et cette année je fais mon ail, c’est délicieux, découvrir les vraies saveurs des légumes c’est waouw!

Changer de l’intérieur yes, pas une mince affaire. Il faut un moteur puissant, une raison vraiment valable.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par RonaldMcDonald Mer 30 Juin 2021 - 22:38

De ce que je vois, vu de loin, c'est la difficulté à faire entrer une case "glandouille" dans un planning bien rangé, très optimisé. La glandouille - peu importe la forme qu'elle prend - est essentielle à l'équilibre. On en a besoin, et ton corps te le rappelle violemment, il semblerait. Et tu n'en fais jamais, de ce que tu décris.

L'acupuncture, c'est un peu une forme très codifiée de glandouille : tu t'allonges sur le divan, on te colle des aiguilles qui ont un effet antistress (scientifiquement mesurable, de mémoire), il y a un peu de cérémonial, et puis voilà. Toi, tu ne fais rien, tu divagues, tu vagabondes intellectuellement, mais tu n'as aucune obligation.

D'ailleurs, tu me parais tellement dans l'optimisation de ton temps que même une glandouille très codifiée comme ça me parait être pas facile pour toi (tu me corriges si j'ai mal compris). Je ne parle même pas de te mettre sur un banc face à la rivière, et de regarder l'eau couler pendant 45 minutes. C'est très déstressant - pour peu qu'on arrive à lâcher prise des urgences du quotidien, et tu ne me sembles pas là du tout. Donc des activités planifiables ou on te ballade me semblent être une première étape. N'importe quelle forme de massages fait l'affaire aussi. Ce n'est pas le contenu de l'activité qui est important (hormis pour que tu l'acceptes, voire l'apprécies), mais le fait que tu doives te laisser faire, laisser toute l'initiative à un(e) autre. Lâcher prise. Lâcher prise pour ne pas laisser ton auto-contrôle te détruire. Et commencer en douceur, par un lâcher prise contrôlé, sinon la transition va te stresser encore plus.

Un collègue m'a dit que les massages thaïlandais, les vrais, pas ceux qu'on voit dans les films faciles, sont fortement thérapeutiques, et ça fait souvent mal sur le moment. Peut-être une piste à creuser, pour trouver un truc qui aille dans le sens de ta personnalité (simple proposition, hein, tu peux dire non si ça te chante, je ne suis pas un dictateur).
RonaldMcDonald
RonaldMcDonald

Messages : 3095
Date d'inscription : 15/01/2019
Age : 45
Localisation : loin de chez moi, dans un petit coin de paradis

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par daurinak Mer 30 Juin 2021 - 22:48

My_illusion a écrit:
J’ai été chez le dentiste car cela fait deux semaines que j’ai des douleurs aux dents...
J'ai eu ça aussi. Soupçonné une carie. Dentiste : rien.

My_illusion a écrit:Mes intestins me font eux aussi la misère par des crampes bien douloureuses.
J'ai visiblement des intolérances alimentaires, en particulier aux huiles. Mais lire les emballages, connaître les composants ne suffit pas à prévoir. Il doit y avoir des subtilités.

My_illusion a écrit:Ma tête me fait de plus en plus souvent des migraines.
J'ai toujours eu des migraines. J'ai fini par comprendre que c'est lié au stress (80%). Mais aussi à l'hygiène de vie (Activités physiques permettant de faire bouger l'ensemble), et à la qualité(/quantité) du sommeil.


My_illusion a écrit:Les chutes de tension arrivent même en station assise.
J'avais ça plus jeune. Ce n'est pas trop un problème en ce moment. Alimentaire ? Psychologique ? Je ne saurais pas dire quelle était la cause. C'est toujours bien de réviser les nutriments essentiels, et de faire une cure d'un mois ou deux + activité physique.


My_illusion a écrit:le soir, la nuit, le matin, il y a une phrase (qui parfois ne veut rien dire car ce n’est pas une langue existante), une phrase d’une chanson, n’importe quoi, et ça tourne et encore.
Chez moi ça semble (peut être) lié à un manque de stimulations extérieures. Ca va mieux si je travaille sur quelque chose, si j'ai des expériences intéressantes.


My_illusion a écrit:Ce matin, encore en semi sommeil je me suis auto-engueulée « je te déteste x » en me nommant par mon nom de famille. Car j’en ai marre que ce cerveau soit ingérable. Il m’épuise, et ne se rassasie jamais. Il culpabilise constamment alors qu’il n’y a aucune raison légitime si ce n’est d’être née à la mauvaise époque, dans la mauvaise espèce.
Ça ma rappelle des choses, cette période que j'ai appelé ma période dépressive.


My_illusion a écrit:Je me fatigue sans cesse jusqu’à ce que le corps craque. J’essaie de l’écouter mais souvent je le nie et je continue jusqu’à ce qu’il me fasse tomber. C’est une forme de maltraitance et une forme d’addiction.
j'appelle ça un micro suicide personnel.



My_illusion a écrit:J’ai pensé à faire de l’acupuncture? Ça fonctionne pour calmer ses nerfs?
La méditation, écoute de la respiration, les étirements. (en général tout ça va ensemble). Oui ça ressemble au Yoga, mais sans formalisme particulier, juste l'Etude et la pratique. J'ai du mal à être régulier, mais quand je le fais j'observe des améliorations.

daurinak

Messages : 227
Date d'inscription : 21/06/2021

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Mer 30 Juin 2021 - 23:15

astronaute a écrit:Va voir un psychologue ou un psychiatre et VITE!!!!!!!!! Quitte à en faire plusieurs pour trouver celui ou celle qui te convient le mieux.

T’en fais pas Astro, je ne suis pas à la porte de la mort. Je suis en auto-maltraitance depuis mon enfance, c’est juste que le corps le supporte moins qu’avant...

J’ai oublié le blepharospasme qui dure depuis deux semaines, ça ne fait pas mal mais C’est chiant d’avoir la paupière qui tremble. Et j’ai parfois le syndrome des jambes sans repos. Quand je me pose dans le fauteuil, une sensation légèrement ennuyeuse fait que je doive secouer une jambe, et ça peut durer plusieurs heures. il ne fait plus aucun doute que mon système nerveux ne peut plus suivre. Je mets tout bout à bout, ce système nerveux déconne et je conscientise que je suis la principale fautive.

Un psychiatre me dira de prendre des cachetons et il essaiera de connaître l’origine de cet auto-maltraitance.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Mer 30 Juin 2021 - 23:20

Nolimit a écrit:Se faire aider pour poser le stylo au plus tôt avant que cela ne parte en couille !
Plus vite aidé, plus vite remis.

Par contre pour trouver la bonne personne c'est souvent un chemin de croix.
Mais si je peux me permettre juste un conseil : Il faut un moment faire confiance au thérapeute, lui laisser faire son boulot, ne pas vouloir le controler et ne pas se croire plus malin que lui/elle.

En attendant que cela soit traité, respiration et marche de pleine conscience dans les pointes d'hyperactivités/agitations.

Méthodes éprouvées dans les phases de stress intense : Respirer. Plus con qu'un corps stressé, il n'y a pas

Merci no limit pour ton message Wink

La cohérence cardiaque c’est de ça dont tu parles ?

Je dois dormir avec une qualité minimum, car sans réparation dans le sommeil, le reste n’ira pas mieux.
Pour ça qu’ici je prends quelques jours un médoc (que je dose très faible vu comme je réagis fort et longtemps même à demi-dose normale) que je refuse de prendre en continu. Car je ne veux être addict d’aucune substance exogène, ça ne peut être qu’une aide ponctuelle ! Mais yes je suis nulle pour trouver une solution à long terme.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par astronaute Mer 30 Juin 2021 - 23:35

Je maintiens qu’il te faut une aide extérieure, un psychologue comportementaliste ? Il faut que tu te fasses aider. D’ailleurs, est ce que tu as été reconnue hyperactive ?
astronaute
astronaute

Messages : 288
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 33
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Mer 30 Juin 2021 - 23:53

@Ronald : yes, je ne priorise jamais ma personne dans ma liste de tâches...

Je m’en veux même d’avoir été chez le dentiste alors qu’il n’y avait pas de carie. J’ai l’impression de m’être alarmée excessivement. Mais au moins, j’en connais la raison. Ça ne me fait pas plaisir qu’on s’occupe de moi, tout mon corps se raidit et attend que ça passe vite. Les massages ce doit être thérapeutique yes, et ça j’avoue j’aime bien. Fait à Bali et effectivement le lendemain ça faisait bien mal. Massage très fort mais sur le moment « ça fait du bien ». Je n’ai pas de masseur à la maison et justement j’avais pensé à acheter un fauteuil ou tapis masseur. Mon ami le ferait volontiers mais je ne veux pas que ça alimente son désir... c’est un truc plutôt de couple, faisant partie des « préliminaires ».

Bref je me trouve des excuses et je m’énerve davantage contre moi en retour.

C’est effectivement le noeud du problème : les idées yen a plein, leur mise en pratique est évidente, mais je refuse en bloc de prendre soin de moi, ça me fait ressentir du dégoût. Et ça c’est pas rationnel, c’est un émotionnel mal placé. Je crois qu’en profondeur je me déteste réellement. C’est mon héritage. Difficile d’aimer un être qui a été tellement nié-humilié-abandonné-utilisé-insulté-maltraité. Je reproduis ce que je connais d’une façon peu perceptible par les extérieurs. J’ai appris à souffrir en silence. Même quand je pleure, il n’y a pas de son qui sort, deux larmes couleront sans sanglot, c’est grandement étouffé, même à l’abri des regards.

Dormir en vidant la bande magnétique, c’est le premier soin à me donner. Donc bonne nuit Ronald !! Et merci.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Opium Jeu 1 Juil 2021 - 0:20

Difficile d’aimer un être qui a été tellement nié-humilié-abandonné-utilisé-insulté-maltraité.

ça s'apprend, mais surement pas tout seul. et ça peut prendre des années. Tout comme le manque de confiance chronique (en soi mais surtout en l'autre).
Balayer de la main la solution psychologue/psychothérapeute n'est pas une bonne chose. Il y a des incompétents, mais estimer que ça ne va pas marcher, c'est une croyance dangereuse.
S'il y a une seule chose pour laquelle tu devrais te faire violence, c'est là : te forcer à aller voir un  thérapeute, quitte à prendre le temps d'en choisir un vraiment compétent.

En attendant, une gouttière pour la nuit serait peut-être une bonne chose. Deux fois par le passé j'ai eu ce problème, cru à une infection dentaire, pour rien. Les douleurs sont lancinantes, et les dents s'esquintent. Un membre de la famille désormais âgé a les incisives usées comme celle d'un cheval.

Opium

Messages : 79
Date d'inscription : 13/09/2020

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Confiteor Jeu 1 Juil 2021 - 0:31

Bon courage. Ce que tu expliques est rude.

Toutes les méthodes de relaxation profonde, de sophrologie, d'auto-hypnose, etc. sont efficaces pour ce que tu décris.
Il ne faut cependant pas en attendre des résultats sur l'instant, la plupart nécessitent de la persévérance avant de les maîtriser assez pour en tirer un réel profit.

Il est sans doute utile de démarrer avec l'aide d'un professionnel du domaine, puis de pratiquer seul, durablement et avec régularité afin d'adapter la technique à sa propre personne.
J'ai appris les bases du training autogène de Schultz en quelques semaines dans la fin des années 70. Je l'ai pratiqué toute ma vie. Désormais, ce que je fais au quotidien est bien loin de l'enseignement de base !
J'ai la conviction que c'est une aide précieuse pour limiter les dégâts du SCPT et aider à supporter la douleur physique chronique. Mais bien entendu, c'est une croyance que je serais bien en peine de démontrer.
Confiteor
Confiteor

Messages : 6318
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 62
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Stef-âne Jeu 1 Juil 2021 - 23:28

My_illusion a écrit:J’aurais bien voulu parler de notre santé à chacun, (Etc.....)

J’ai été chez le dentiste car cela fait deux semaines que j’ai des douleurs aux dents... diffus et pas tjrs à la même dent. Ça me rendait perplexe. J’ai cru que ça allait passer. Ça a fluctué. Alors je me suis dis « y’a sans doute une carie qui traîne » tests + radio, la dentiste me dit « pas de carie! » elle regarde un peu plus près (et moi aussi car je dois tjrs tout contrôler...) et elle me dit qu’il il y un espace entre la dent et l’os qu’on voit un peu bcp et que c’est la place du ligament qui joue le rôle d’amortisseurs lorsque l’on mâche. J’avais déjà compris avant qu’elle ne continue : la douleur que vous me décrivez peut être liée à une irritation de ce ligament par contractions trop répétées des mâchoires pendant la journée et/ou la nuit. Elle m’explique donc qu’au repos, les deux mâchoires sont relâchées et les dents ne se touchent pas. Et là je lui dis « zut, ça veut dire que le stress induit une contraction involontaire et chronique des mâchoires. Et ça me fait chier!

.....
.

J'interviens sur ce fil, juste pour apporter un témoignage (ma belle-sœur, qui avait exactement ces symptômes).

Cette contraction involontaire de la mâchoire, souvent liée aux grincements de dents s'appelle le "bruxisme", et c'est une conséquence du stress chronique. Le stress est cause de beaucoup de problèmes.

Quelques liens sur "Bruxisme et stress chronique":

https://tmd-dentalmedical.org/le-stress-chronique-et-bruxisme-destructeur-de-neurones-2/

https://www.stress-chronique.fr/

https://www.psychologue.net/articles/le-bruxisme-une-consequence-du-stress

Bonne chance pour trouver des explications à tous ces problèmes (et surtout des remèdes!).


Stef-âne

Messages : 57
Date d'inscription : 05/06/2021

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Ven 2 Juil 2021 - 0:16

astronaute a écrit:Je maintiens qu’il te faut une aide extérieure, un psychologue comportementaliste ? Il faut que tu te fasses aider. D’ailleurs, est ce que tu as été reconnue hyperactive ?

Pas reconnue hyperactive non, je ne pense pas que je suis hyperactive au sens pathologique du terme. Je peux rester assise sans bouger, je ne suis pas « difficile » et bruyante. C’est juste que je ne sais pas rester à ne rien faire car les choses à faire sont infinies. Ça me nourrit d’être active et voir les résultats de mes efforts. C’est comme si le programme était plein chaque jour et que si je prends du retard, trop de tâches s’accumulent. Je délègue pratiquement rien. Je fais les travaux moi-même à la maison, je ne paie personne pour le ménage ou autres. Une baraque demande bcp de travail à vrai dire. Je passe bcp de temps également à potager. Et j’ai tendance à mettre trop de plantations car ça me passionne de voir les cultures réussir et les récolter. Je suis curieuse de voir le développement de la graine aux produits consommables. Chaque année, je fais de nouvelle cultures. Et je m’émerveille à observer l’évolution. Et faire mieux l’année d’après, comprendre ce qui est le mieux pour chaque culture. Auj’ j’ai été chercher la nouvelle voiture et puis j’ai poncé et peint une structure métallique jusque... 22h15. Timing serré car faut que je passe la seconde couche demain pour que samedi on puis déjà poser les plaques de la petite pergola. J’ai besoin de l’aide d’un ami pour faire ça (surtout de ses longs bras loooool). Et je fais de multiples autres tâches entre les deux jobs, ma passion pour le potager et la restauration de la maison. J’aime cette activité sans relâche car c’est stimulant. J’adore par exemple optimiser et coordonner les différentes tâches. J’adore car c’est comme si le cerveau était en ébullition, c’est un peu comme une drogue endogène. J’en conviens que ce ne soit pas commun lol. C’est une gymnastique mentale en quelque sorte. En gros, j’ai une to do list à l’infini, et vla que je me rends compte que j’ai oublié de relever mes compteurs au 30 juin (je fais ça chaque fin de mois pour contrôler les consommations...). Donc une to do list à l’infini et j’en assemble plusieurs pour les faire à des moments opportuns. Comme si j’ai un client à domicile à faire, je vais tjrs chercher ce que je peux ajouter avant ou après dans les environs. Rentabiliser les déplacements, apporter par la même occasion des fruits/légumes aux autres. Je trouve tjrs de quoi faire. G une horloge dans la tête presque pour arriver à goupiller le tout. Je fais des ratés comme de penser que le magasin de bricolage ouvre jusque 18h en pensant avoir vérifié alors qu’en fait c’était le parc à container que j’avais zieuté (tâche dans la même journée). Et du coup, pester car je débarque au magasin de bricolage à 17h30 et que je trouve porter close. Alors, au lieu de me dire « c’est pas grave » (et en vrai ce n’est pas grave) je me dis « ce cerveau ne fonctionne plus très bien! » je ne m’autorise pas les erreurs, mêmes celles qui ne sont pas graves, c’est pour moi un manque de concentration que je ne devrais pas avoir. Après, j’essaie d’instiller de l’indulgence car oui la fatigue est là, le sommeil est mauvais et la tête est saturée. Mais c’est pas évident de l’accepter. C’est comme si je me pensais déjà à jeter, défaillante. Alors qu’objectivement, j’assure un max. Lol.

Auj’ la forme était meilleure car dodo est meilleur grâce à l’anti épileptique. J’y retourne d’ailleurs. Bonne nuit Astro’ et merci pour ta bienveillance mais je t’assure il ne faut pas s’inquiéter. Je dois apprendre à réajuster. Et à accepter aussi que mon corps (pourtant pas encore vieux) supportera de moins en moins ce que je lui demande...
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Confiteor Ven 2 Juil 2021 - 12:08

Apprend à te pardonner et à t'aimer pour toi-même. Et non pour des performances et un potentiel que tu éprouves la nécessité incessante de te prouver alors que tu les connais désormais fort bien.
C'est indispensable afin de préparer les temps durant lesquels tu les verras inéluctablement décroître. Sinon, tu souffriras énormément le jour venu.
Acquérir une forme de résilience face au réel.

Je ne sais hélas pas comment on peut le faire ...
Peut-être en se concentrant plus sur la lutte que sur son résultat ?

Confiteor
Confiteor

Messages : 6318
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 62
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Nolimit Ven 2 Juil 2021 - 14:42

Je suis bien d accord Confit. Je me suis cramé comme MyI...."Je suis indestructible et sans faille"

Se prouver à soi, puis se prouver la preuve précédente et ainsi de suite. Une exponentielle qui abruti et anhile plus qu'elle ne produit.

Cela me rappelle Icare, sauf que nous sommes a la fois la cire et le soleil
Nolimit
Nolimit

Messages : 2536
Date d'inscription : 29/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par horizon artificiel Ven 2 Juil 2021 - 16:44

My illusion

Quelques infos peut-être utiles :

Chez les personnes maniaco-dépressives ou bipolaires, tu peux imaginer l'amplitude haut-bas très marquée. Mais en fait on a tous ces hauts et ces bas sans que ce soit si marqué ou pathologique.

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/depression
Les épisodes maniaques correspondent à une période où l’humeur est élevée, irritable, à une hyperactivité, un important débit de paroles, une estime de soi exagérée et une diminution des besoins de sommeil.


J'espère que tu trouveras un bon équilibre.



Edit : J'ai nettoyé les informations privées que je préférais ne pas laisser... mais j'ai laissé le reste au cas où ça pourrait servir dans la réflexion


Dernière édition par horizon artificiel le Sam 3 Juil 2021 - 19:06, édité 1 fois
horizon artificiel
horizon artificiel

Messages : 2294
Date d'inscription : 23/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par horizon artificiel Ven 2 Juil 2021 - 16:47

J'oubliais, pour son bruxisme, il porte une gouttière...

PS : j'effacerai ces messages dans qq jours car je n'aime pas trop laisser des messages avec des infos concernant d'autres personnes... surtout de ma famille...
Merci d'éviter les citations.

Edit : My illusion, tu n'as rien posté ajd, j'espère que j'ai pas encore dit un truc qui fallait pas.....

Demain j'efface.
horizon artificiel
horizon artificiel

Messages : 2294
Date d'inscription : 23/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Sam 3 Juil 2021 - 0:07

@ Opium : j’ai réessayé avec une psy spé en HP, ça ne m’a rien apporté, ce temps perdu m’énervait. Je l’ai trouvé nulle. J’avais déjà des années à refaire le pas. J’sais pas combien d’années faudra pour que je réessaie… je préfère les témoignages de ceux qui ont vécu similaire et qui sont « plus avancés » que moi pour modérer les excès qui donnent des symptômes physiques. Le blepharospasme est tjrs là, je crois que c’est à cause des écrans. Pour les dents, je ne fais que serrer les mâchoires sans déplacements horizontaux, heureusement car ça doit effectivement être dur à vivre, surtout si ça se passe la nuit.

@Confiteor: scpt ? Tu veux dire sspt ? Syndrome de Stress Post-Traumatique. Je ne connais pas ta méthode, en deux mots? Faudrait accepter d’accueillir cette relaxation. J’ai une amie hypnotherapeute, elle avait insisté pour me faire une séance, et j’ai buggé, lorsqu’elle me disait qu’on était en été puis que les feuilles craquaient sous les pieds, du coup je ne savais plus si c’était l’été ou l’automne. Et j’ai pas réussi à me détendre, c’est comme baisser sa garde. Là présentement, un des chats est sur mon torse avec son coeur contre le mien et ses ronronnements dans mon oreille gauche. Ça lui fait plaisir et ça apaise mon corps aussi. Elle fait ça très souvent. Seul chat que g eu qui fait ça. C’est une forme de relaxation aussi : zoothérapie.
Tu soulèves un noeud central Confiteor concernant le fait que je ne me donne de la valeur que par mes actes. Je n’ai de l’estime que pour ce que je fais. Et je réagis de la même façon (mais en étant moins exigente/sévère) envers autrui… pour moi, on ne peut pas s’aimer juste par le simple fait d’être… mais je dois me tromper vu que souvent les gens s’aiment eux même et autrui sans pouvoir en donner des raisons, c’est comme ça. Faut pas de raison pour aimer en somme, ce qui donne à l’amour de la légèreté, ça ne tient à rien de solide, tout peut changer du jour au lendemain. Mais au fond je ne m’aime même pas à travers mes actes puisque je dois les renouveler sans cesse. Je suis plutôt dans le fonctionnement suivant : « pour mériter de vivre et d’être un être polluant, tu dois en payer le prix! » aussi, j’ai ce goût pour le toujours plus et toujours mieux. Je n’atteindrai jamais le niveau que je souhaiterais. Ce n’est pas suffisant pour s’aimer, loin de là. Plus jeune, je pensais que si je n’avais pas de parents, c’est que je ne méritais pas d’en avoir. Et je ne comprenais pas pourquoi les autres enfants en méritaient souvent même deux ! C’est la loterie qui décide. L’amour ne se mérite pas, il ne faut rien faire de spécial, ça vient ou ça vient pas… pourquoi je n’accepte pas que l’on m’aime? Car ça me rend redevable. Et comme je m’aime pas, que l’on m’aime ne me fait pas chaud au coeur. Je me dis plutôt « tu ne devrais pas aimer qqn comme moi, tu vas souffrir! » donc zoup, je fuis.

Curieuse que je suis « qu’est ce que ce thread t’enseigne Confit’? »

@ Stéphane : merci pour les liens car je pensais que le bruxisme nécessitait des déplacements horizontaux des mâchoires (faisant du bruit) alors que le simple fait de serrer les mâchoires est déjà dû bruxisme. On en apprend tous les jours…

@ Horizon : merci pour ce témoignage (même si tu vas le supprimer). Je ne pensais pas que tu avais cet âge je pensais que tu étais jeune (dans la vingtaine lol). Je ne suis pas bipolaire ou maniaco-dépressive, heureusement. La dernière psy en date m’a fait passer quelques tests, pas de pathologies mentales, je fonctionne « normalement ». Comme tu dis, ça n’empêche pas d’avoir des up and down fort marqués. Heureusement que ça va mieux avec sa prise d’âge Wink
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par horizon artificiel Sam 3 Juil 2021 - 0:09

Eh ouais j'ai 55 ans depuis 3 jours mais chuis jeune dans ma tête....

Bon courage !


Dernière édition par horizon artificiel le Sam 3 Juil 2021 - 1:16, édité 1 fois (Raison : manquait un s dans la précipitation.....)
horizon artificiel
horizon artificiel

Messages : 2294
Date d'inscription : 23/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Sam 3 Juil 2021 - 0:17

Ah voila, en fait j’aurais dit que tu es perchée looool.

Concernant ton édit : point eu de temps en journée Wink tu n’as rien dit de travers lol.

Et Bon anniv en retard la jeune vieille !
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par horizon artificiel Sam 3 Juil 2021 - 1:15

Merci !
horizon artificiel
horizon artificiel

Messages : 2294
Date d'inscription : 23/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par astronaute Sam 3 Juil 2021 - 18:31

Je voulais te poser une question my illusion. Est-ce que tu te considères comme ayant un ou des problèmes comportementale ? Ou pour toi, c’est juste ta façon de vivre ?

Car ton corps, commence à tirer la sonnette d’alarme.
astronaute
astronaute

Messages : 288
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 33
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par astronaute Sam 3 Juil 2021 - 18:41

C’est vrai que ça ressemble à de l’autopunition. Ça me rappel un épisode de malcolm, ou la femme de grotto, faisait le ménage à s’en faire saigner les genoux pour extirper tout les pêchés qu’elle avait commis. Plus elle saignait, plus elle était sur la bonne voie.

Tu as une très haute exigence envers toi-même, tellement haute que tu te fais du mal. Comme si tu ne méritais pas le bonheur.

Il faudrait un truc, ou quelqu'un qui te prenne par la main et te fasse débrancher. Le travail, c’est bien, mais la vie, c’est mieux. Tu n'es pas un robot !

astronaute
astronaute

Messages : 288
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 33
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Sam 3 Juil 2021 - 23:52

astronaute a écrit:Je voulais te poser une question my illusion. Est-ce que tu te considères comme ayant un ou des problèmes comportementale ? Ou pour toi, c’est juste ta façon de vivre ?

Car ton corps, commence à tirer la sonnette d’alarme.

Je dirais que c’est mon héritage ? Ma façon de fonctionner a permis la survie sans disjoncter. Mes pieds sont tjrs sur terre et ma tête bien sur mes épaules.

Je vis mal dans ce monde d’humains aux comportements malsains. Je me trompe peut-être mais je me trouve saine, lol. J’accomplis juste trop de choses pour un seul humain dont le corps n’a plus 20 ans. Je ne cherche pas à me faire saigner les genoux pour me laver de péchés. Je n’ai pas de péché à laver, rien commis d’immoral. J’ai été témoin d’horreurs et ai dû en poser quelques unes mais par nécessité … quand même génitrice a tué un chien en parfaite santé en l’étranglant, mon chien by the way, et qu’elle n’a pas cessé son étreinte malgré mes cris et pleurs, je ne suis pas devenue tarée, j’ai juste rendu à Cesar ce qui lui appartenait : la tarée alcoolique c’était elle. Si elle n’était pas en état d’ébriété avancé, peut-être qu’elle n’aurait pas tué mon chien à mains nues. J’ai juste voulu faire l’opposé, être du côté de ceux qui sauvent les animaux plutôt que du côté de ceux qui les tuent sans l’once d’une culpabilité. Car jamais, elle n’a regretté son geste, pour elle c’était toujours la faute des autres, du chien, du paternel, mais jamais la sienne. Les comportements qu’elle m’a montrés de ma jeune enfance jusque mes 30 ans ont fini par ne plus trop me choquer car lorsque ça venait d’elle c’était prévisible, mais ma rage face aux dégâts qu’elle induisait n’a jamais diminuée. Elle n’était pas psychotique je crois, les médocs et l’alcool ont comme grillé sa capacité à culpabiliser et se remettre en question. Tous ces comportements étaient dictés par de l’émotionnel. Si elle a tué mon chien, c’est uniquement parce que ma sœur lui a dit que son chat aurait été tué par mon chien mais elle ne l’avait pas vu, elle l’a juste accusé sans preuve, et comme c’était sa fille préférée, elle a voulu vengé ma sœur, par un émotionnel que je qualifie de petite gens. Celui qui est impulsif et sans aucune réflexion. Même si mon chien avait eu l’instinct de tuer le chat, non seulement ça ne lui méritait pas la mort, encore moins comme elle l’a fait et également pas sous mes yeux d’enfant, sans même broncher face à mes cris et pleurs. J’avais pas conscience de tout à cette époque car c’était un événement parmi des centaines qui sont choquants, fallait enchaîner… fallait malgré tout aller à l’école, faire ses devoirs toute seule, attendre cette alcoolique imbibée sous le saule d’un magasin qui avait une taverne, s’occuper des animaux et avoir pour vie ce même schéma : subir les humains, compenser leurs erreurs et manquements, et bosser constamment. Je n’ai pu avoir aucune activité extra scolaire. C’était tjrs un planning rempli car avec autant de bêtes à la maison et un grand terrain, fallait toujours faire. J’ai toujours appris à faire mon maximum, génitrice m’empêchait même d’aller en voyage scolaire (et à vrai dire, ça m’allait) en disant qu’elle avait besoin de moi à la maison. Elle ne me demandait pas mon avis, j’étais son outil, sa bonniche. Même ses pieds je devais lui demander de les soulever pour que je nettoie … elle laissait des tas de squames de psoriasis partout, immonde. Et pourtant je ne suis pas maniaque mais nous vivions dans une crasse sans nom, et c’est bien pour ça qu’on a fini par tout faire nous-mêmes. Il y a trop à raconter et je ne peux que me dire qu’on peinerait à me croire. Tout ce qui comptait pour cette « femme » c’était de boire et de pieuter. Sans aucune obligation. La seule chose qu’on lui demandait c’était de nous conduire à l’école et au magasin pour faire les courses. « Son » argent c’était celui de ses parents, fille unique assistée. Mais même ça (nous conduire et pas tous les jours) c’était de la négociation constante avec des « tout ce que je fais pour vous et le peu que vous me rendez, vous êtes ingrats ! » et le pire c’est que je croyais que c’était vrai. Elle m’a fait culpabiliser toute ma vie. Même les rares fois où je riais elle me le reprochait. A force de ses excès et ses plaintes constantes, je suis devenue plus insensible. Mais j’ai jamais réussi à la laisser dans son vomis et chialer, jamais réussi à tourner les talons, c’est pas possible pour moi de faire aux autres ce qu’ils me font même s’ils le méritent.

Alors mes troubles comportementaux, je les trouve plutôt légers et sains au vu de ce que j’étais censée devenir.

J’al gardé cette façon d’être qui en fait trop. Car ça a son apport endorphinique et c’est pas inutile. Même lorsqu’il pleut je ne me dégonfle pas, ça rend le réconfort après l’effort plus grand… j’aime le fait d’être capable de faire malgré les conditions hostiles, sans devenir une fainéante qui, parce que mnt elle a des sous, pourrait s’alléger de telle et telle tâche. J’aime cette sensation de me sentir avec « rien », comme si je luttais toujours pour survivre. Je préfère garder ce mindset, ça a même un effet garde-fou. Je crois que ça me protège des addictions de lâches (si je parle comme ça c’est avant tout car ça me fait chier que trop de gens s’abandonnent facilement dans les comportements destructeurs). On peut me dire qu’on ne choisit pas ses comportements, on garde quand même une emprise sur eux. Lorsque mon corps déconne de trop, je freine un peu quand même car mon but n’est pas de bousiller mon corps qui me sert de véhicule. Certains moments sont plus excessifs que d’autres. Je ne suis pas parfaite, je ne l’ai jamais pensé.

Mes troubles comportementaux je ne sais même pas vraiment les nommer… en tout cas aucun des psys que j’ai rencontrés ne m’a mis d’étiquette spéciale.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Opossum Dim 4 Juil 2021 - 1:15

Hello My_Illusion
Les psychologues ne peuvent faire de diag.
Les psychiatres seuls le peuvent.  

Serait-ce possible pour toi de considérer un instant de vivre autrement ?
La réponse est non.
Jusqu'où cette réponse mènera -t- elle ?  Un épuisement général, avec de la somatisation.  Arrêt de travail ?
Qui lui-même induira de fait la création d'un autre mode de vie.  Sinon, remise sur pied, le cycle reprend.
Jusque quand cette réponse sera-t-elle non ?
Opossum
Opossum

Messages : 2277
Date d'inscription : 04/08/2019
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Dim 4 Juil 2021 - 7:16

Excellente remarque Oppossum (sur le fait qu’il faudrait quoi pour que je change).

J’ai vu deux psychiatres à mes 20 ans suite à un geste intentionnel de ma part qui a nécessité de me recoudre. J’étais étudiante vivant dans un bâtiment de logements étudiants (je rentrais le we pour faire les mille et une tâches accumulées). Suite à une profonde trahison du fait de frère 2, la goutte de trop, je me suis autorisée ce que je refusais depuis des années : me délivrer de cette vie de merde. Mais avant tout, savoir si j’étais encore en vie émotionnellement, si ça valait la peine de se laisser en vie juste pour subir. En bas de ce bâtiment il y avait un centre médical, je me disais donc « c’est pratique, si besoin, ils feront la couture! » le 31 janvier 2006, après avoir envoyé paître le psychologue soi disant super doué dans son domaine (hypnose) et après avoir réussi les examens de janvier, je m’arrête à temps, ayant ressenti ce que je cherchais « une émotion qui me suppliait de ne pas me tuer! » c’est tout ce que je voulais savoir. Si ça valait encore la peine de subir si l’émotionnel avait été complètement détruit. Cette sensation, je me la rappelle régulièrement, histoire de me donner le courage de continuer, à croire qu’un jour je ressentirai de l’apaisement. A cet âge, je pensais donc juste que l’on m’aurait recoud et que je remonterais nettoyer ma chambre et reprendre mon bout de chemin, je n’avais pas anticipé que ce centre allait envoyer une ambulance nécessitant de me faire voir par une psychiatre… j’avais beau insisté que ce n’était pas nécessaire, j’ai fini par dire « ok je comprends vous suivez des règles de protocole, je ne vais donc pas insister vu que ça n’y changera rien ! » tout en ajoutant « désolée de prendre de votre temps pour rien, je ne pensais pas que c’était un protocole obligatoire !  » je comprends la théorie mais si on écoute le «patient » on peut facilement trier entre les fous et les pas fous… à 20h, un lundi si mes souvenirs sont bons, je vois cette psychiatre après avoir tourné des dizaines de fois dans cette salle d’attente, j’espérais qu’elle comprendrait mon récit… et franchement j’ai été très agréablement surprise par son analyse. Travaillant dans un service psychiatrique hospitalier (l’hôpital que tu m’as mentionné en mp Oppossum) elle en avait déjà vue des choses. Du coup, elle n’a pas focalisé sur le symptôme mais a réellement écouté ce que j’expliquais, sa capacité analytique m’avait impressionnée, elle fut une des rares personnes que j’ai trouvées sensée et juste. Elle m’a laissée rentrer le soir même, j’ai franchement apprécié qu’elle ne me colle pas l’étiquette de « folle » car elle travaillait avec pas mal de gens déconnectés du réel. Elle m’a juste demandé de revenir pour des séances, ce que j’ai fait. Également des séances « familiales » avec un second psychiatre qui m’a appris une chose étonnante : la maison était ce qui nous reliait entre nous, comme si c’était une personne supplémentaire, j’ai trouvé ça pertinent! Mais ces séances n’ont rien donné de positif, on avait rien à se dire. J’ai vu cette psychiatre pendant deux années. Elle m’a fait un compliment qui me reste « vous êtes très lucide ! » et elle a respecté ce qui avait une importance capitale pour moi : que sa parole soit tenue d’actes. Elle ne m’a pas déçue à vrai dire. J’ai juste fini par en avoir marre qu’elle veuille que je prenne soin de moi… à m’habiller en femme alors que je n’avais aucune envie d’attirer les regards. J’ai fait quelques efforts vestimentaires pour lui faire plaisir mais ça ne me faisait pas plaisir (quelle perte de temps de s’habiller, maquiller et bijouter) et surtout « à quoi bon? »
Tu vois Oppossum, jamais cette psychiatre ne me parlait de troubles du comportement. Et elle ne me médicalisait pas, elle disait que j’étais trop lucide que pour prendre des médocs, j’savais insisté pour avoir un peu de répit et elle avait cédé pour une boîte d’anti histaminiques qui ne m’a rien fait.
Il y a quelques mois, j’ai essayé de la recontacter mais le service du secrétariat m’a grave énervée à me faire tourner en rond, ça répondait pas, puis ça me disait qu’ils retéléphoneraient (sans le faire) puis elle était en congé etc, à la troisième fois g abandonné, j’aimerais passé directement par elle mais je comprends que son emploi du temps ne le lui permet pas. De plus, je crains que je sois déçue si je la revoyais… le souvenir que j’en ai, je n’ai pas envie de le tacher, j’ai pas bcp de souvenirs positifs donc si je peux en conserver l’un ou l’autre…

Effectivement, que faudrait-il pour que je change? C’est une question que je me pose tout le temps. Parfois, j’y réponds glacialement « jusqu’à ce que ça ait ma peau ! » comme disait Daurinak que je paraphrase, c’est une forme de suicide à petit feu. Dans un monde dans lequel je ne me sens pas à ma place, je fais en sorte de ne pas avoir besoin de place.
Mon rêve le plus fou est de disparaître sans que ça ait des conséquences (pas de tristesse chez autrui, comme si je n’avais jamais existé dans leur vie) et qu’en disparaissant tout le Bon qu’il y a en moi soit redistribué. Souvent quand je sais que des gens meurent alors qu’ils ont tellement envie de vivre, je voudrais pouvoir leur donner cette chance et partir à leur place. Comme si c’était un juste équilibre « Toi tu veux vivre? Et toi ne plus devoir vivre, hop on échange les destins! »
Comme je souhaitais que ce soient mes géniteurs qui meurent plutôt que ceux des autres qui ont laissé une grande tristesse dans le cœur de leurs enfants.
Je ne sacralise pas ma vie. Je suis contre le fait de tuer des vies en bonne santé. Et peut-être que mon inconscient cherche une raison valable : lorsque je serai franchement défaillante neurologiquement, je pourrai utiliser l’argument : tu es dangereuse pour les autres vies, avant de commettre une erreur vitale sur autrui, il serait temps que tu te termines ! » c’est peut-être ça ! Faut-il s’acharner à maintenir en vie? Non. Faut-il tout tenter pour donner cette envie de vivre? Oui. Je suis née à la mauvaise époque et dans la mauvaise espèce, c’est ce que je me dis souvent.

J’ai tout pour être heureuse mais je ne m'allume pas, ça porte quoi comme nom pathologique ce phénomène ?

Est ce réellement pas normal de pas kiffer de vivre ?
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par margot Dim 4 Juil 2021 - 10:10

my_illusion a écrit:je ne me donne de la valeur que par mes actes. Je n’ai de l’estime que pour ce que je fais.
Est ce réellement pas normal de pas kiffer de vivre ?

Ne rien faire te fait très peur. Ne rien faire ce n'est pas une addiction...
C'est l'inspiration avant la création,
c'est la page blanche avant le roman,
c'est la toile vide avant le tableau,
c'est la terre retournée de l'hiver avant les plantations,
c'est le champ vide avant la moisson,
c'est l'intention avant l'action,
c'est le choix avant la direction,
c'est le mur poncé lavé et purifié avant la couleur,
c'est le vide avant le sens,
c'est ce vide qui te permettra de donner une intention plus forte à tes actions.

Tu le sais déjà, c'est très difficile de rester sans rien faire très longtemps, les idées viennent, essaie de les repousser une à une sans agir et puis viendra l'inspiration, celle qui est pleine d'intention, de sens parce que le reste n'était qu'action sans direction.



margot

Messages : 63
Date d'inscription : 06/05/2021

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Opossum Dim 4 Juil 2021 - 11:30

Hello,
Alors, pour mettre un peu de cadre à mes propos, j'ai lu pas mal (enfin, je crois) sur ce que l'on nomme maintenant la psy clinique.  Parce qu'il apparaissait quand même bien que
1. ma famille toute normale qu'elle soit avait tout plein de désordres (et qu'est-ce que c'est chiant)
2. il fallait bien se rendre à l'évidence que je somatisais gentillement à l'époque des trucs et que j'y comprenais rien aux gens en règle générale.

Qui dit névrose, dit psychose, d'ailleurs ça rime.
Le truc marrant que j'en ai retenu c'est que les grands psychotiques ne sont "jamais" malades.  Et que les crises psychotiques alternent avec les crises de somatisation. (j'ai évidemment jamais noté les références).

En plus de cela, il apparaît que ces deux trucs sont des défenses qui s'installent très tôt (genre époque préverbale).  C'est-à-dire que c'est contre une agression extérieure que ce mode de fonctionnement s'installe.  
Il est dit qlq part qu'on ne guérit jamais de ses névroses, mais qu'on peut les aménager.  J'aurais comme un doute là-dessus, mais suis partie prenante et toujours pas psy. Et que les névroses sont en fait un signe de vitalité de la psyché, qui se défend (encore et) toujours.  En gros, vaut mieux être névrosé que psychotique.
A la même époque préverbale, il est également possible pour l'être en devenir de "tomber" en dépression.  Les bébés très calmes sont parfois "trop" calmes.  
Les trois sont donc dans ma tête liés et peuvent "tourner".  Cela faisait un petit lien avec les cyclothymiques.  Mais à nouveau, je ne suis pas psy.

J'ai aussi lu qu'il existe des dépressions "blanches".  Qui, sans symptômes classiques de dépression, sont des comportements adoptés par des "névrosés" normaux.  Des gens avec une très bonne vitalité quoi.  Mais potentiellement très chiants, selon ma classification toute personnelle.

La psychosomatique est apparemment un des thèmes actuel en psychiatrie.  Le lien, entre l'esprit et le corps.  Cette matière que tous nous habitons et qui n'en est pas moins une partie de nous.
Le toucher n'est jamais anodin je pense.

Toutes ces représentations de la psyché (et le reste, avec les autres que je n'ai pas lu) sont en évolution et je n'ai pas les compétences pour les lire en finesse.  Elles ont (eu) leurs succès et à ce titre, doivent sans doute bien décrire quelque chose du réel.

Dernière chose : les systèmes de pensés tendent à être cohérents, à moins d'être fou (ou bien bien névrosé).  Mais la cohérence d'un système ne peut jamais être vérifié de l'intérieur et doit tenir compte des éléments nouveaux qui lui sont présentés.  Prétendre pouvoir vérifier soi-même sa propre cohérence est le début de la folie ou de l'enfermement sur soi-même.
L'embêtant, c'est que parfois, parfois, cela signifie qu'il faut bien reconnaître le caractère obsolète d'une partie.  Et si cela a trait à ces défenses initiales, c'est l'être entier qui est ébranlé, d'une manière qui ne peut se dire.

Les différents types d'accompagnement sont fonctions de ce qui veut s'exprimer.
Il me semble qu'un premier tri parmi les praticiens peut et doit inclure cela.
Les puristes vont me tomber dessus en disant qu'il ne faut pas aller chez le psy en ayant soi-même lu sur le sujet....


Dernière édition par Opossum le Dim 4 Juil 2021 - 12:57, édité 1 fois (Raison : Et avec les correction, genre il manque des mots...)
Opossum
Opossum

Messages : 2277
Date d'inscription : 04/08/2019
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Dim 4 Juil 2021 - 15:27

margot a écrit:
my_illusion a écrit:je ne me donne de la valeur que par mes actes. Je n’ai de l’estime que pour ce que je fais.
Est ce réellement pas normal de pas kiffer de vivre ?

Ne rien faire te fait très peur. Ne rien faire ce n'est pas une addiction...
C'est l'inspiration avant la création,
c'est la page blanche avant le roman,
c'est la toile vide avant le tableau,
c'est la terre retournée de l'hiver avant les plantations,
c'est le champ vide avant la moisson,
c'est l'intention avant l'action,
c'est le choix avant la direction,
c'est le mur poncé lavé et purifié avant la couleur,
c'est le vide avant le sens,
c'est ce vide qui te permettra de donner une intention plus forte à tes actions.

Tu le sais déjà, c'est très difficile de rester sans rien faire très longtemps, les idées viennent, essaie de les repousser une à une sans agir et puis viendra l'inspiration, celle qui est pleine d'intention, de sens parce que le reste n'était qu'action sans direction.



Action sans direction? Tout ce que je fais a une direction, je ne brasse pas de l’air. Toutes les tâches vraiment inutiles je les retire comme le repassage par exemple… je n’ai pratiquement jamais rien repassé car ça c’est une perte sèche en temps actif. Je nettoie le sol de ma maison une fois tous les deux trois mois (en vrai je ne calcule pas). Je lave le lavabo de la sdb que quand je me dis « ah ouais ça c vraiment crados! » car en effet le ménage ce n’est pas essentiel, c’est sans direction.

Je sais pas, il y a 1001 choses à faire sans que ce soit sans direction. J’ai réussi à péter le manche d’une bêche pourtant de qualité. J’ai acheté un nouveau manche en un autre matériau et c’est un ami qui me l’a fixé et en prime il a relimé la lame. Le pneu de la brouette était à plat, je regonfle et constate que la chambre à air est percée —> aller en chercher une nouvelle, une de mes tâches d’aujourd’hui est de la remplacer. Retirer le pneu avec trois « minutes » qu’on m’a prêtés. J’ai jamais fait mais je suis contente d’apprendre. Chaque semaine il y a des choses à réparer, construire, améliorer… hier on a colmaté une entrée potentielle d’eau (lorsqu’il neige et que ça fond…) ce matin il a draché très fort, je suis remontée sur le toit et j’ai trouvé le second point d’entrée ! Ça n’arrête pas en fait. Et vraiment je ne trouve pas que ce soit du « sans direction ». Le potager, j’apprends tellement de choses hyper utiles, dont je me souviendrai lorsque je vivrai plus reculée dans la Nature. J’essaie d’optimiser le rendement/travail. C’est pas sans direction. Créer de l’art, des textes, des vidéos, des photos, des pièces de théâtre, ça pour moi ça n’a aucune saveur et c’est, pardon de le dire, sans direction. Mais je respecte ceux qui ont l’âme d’artiste, moi ça ne m’intéresse absolument pas l’Art et la Culture. Au fond, c’est très Subjectif ce qu’on jugera avoir une direction ou être une perte de temps. La voisine ne comprenait pas que je n’ai pas regardé le match de foot Belgique-Italie. Je m’en fous tellement que je savais même pas quels pays jouent. Regarder un match de foot est une perte sèche en temps. J’entendais le voisinage gueuler, du coup, j’avais les infos sans même les vouloir. Ces règles socio-culturelles sont débiles pour moi, un sport ça se pratique avant tout. Mais bon, ce n’est que mon avis auquel je demande pas qu’on adhère.

Je n’ai pas besoin d’être en inertie pour déjà enclencher les actions efficaces. Par contre c’est pendant le développement d’un projet que je rectifie la trajectoire car des tas de questions se greffent au fur et à mesure.
Ici, j’ai sous-estimé l’intelligence que demandait le fait de remplacer une pergola. Y’a un tas de trucs auxquels on ne pense pas avant d’y être. Ce genre de challenge qu’il est agréable d’accomplir du coup.

Comme il pleut comme vache qui pisse, je redirige mes actions vers de l’indoor. Rester au fauteuil à regarder la télé, bof.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Dim 4 Juil 2021 - 15:40

@ Oppossum : j’ai du mal à suivre ce que tu expliques dans ton dernier message. Tu y mets beaucoup d’informations et je n’arrive pas à savoir où tu veux en venir?

Tu fais une différence entre psychose et état psychotique? Tu veux dire que qqn de psychotique se défendra de l’être? Tu penses que je manifeste un état psychotique (car en effet je suis persuadée de ne pas être psychotique).
Tu dis que la névrose serait une psychose? (« qui dit névrose, dit psychose »)
Le terme de névrose a supplanté le terme d’hystérie, c’est bien ça? C’est une notion difficile à définir mais je veux bien accepter que je sois névrosée (à vrai dire on est soit psychotique, soit névrosé, on peut être un mélange ?)

Tu es en études psys alors si je te suis?

La dépression blanche, j’en avais jamais entendu parler ! Peut-être pour ça que je me qualifierais de dépressive mais rien à voir avec la dépression amorphe. Perturbant nan?

Il y a tellement de termes et ils sont tellement difficiles à circonscrire qu’on s’y perd.

Je suis un cas sympa à étudier sinon (rires) genre un cas d’école (double rire).

Merci pour tes explications Oppossum Wink
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par Opossum Dim 4 Juil 2021 - 20:41

Ha oui, c'est juste.
Les états en -ique ne sont pas des comportements stables.

Il y a un collègue, dès qu'un peu de pression se met en place, il devient assez bien paranoïaque.
L'hystérie est une forme de névrose (de mémoire) et je vois pas pourquoi on ne pourrait pas avoir des états névrotiques et psychotiques. Mais je ne suis pas psy, ni étudiante en psy ^^

Quand je dis que névrose rime avec psychose, c'est que d'une part c'est vrai ^^ et que d'autre part, ce sont toutes deux des défenses.
Opossum
Opossum

Messages : 2277
Date d'inscription : 04/08/2019
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par margot Lun 5 Juil 2021 - 8:51

Je suis d'accord avec toi sur le fait que c'est à toi de déterminer ce qui est important pour toi (réparer, cultiver...) et de virer le reste (repassage, foot...).
Ce qui me chiffonne c'est que tu te décris toujours en mouvement, non pas comme si tu suivais ton chemin mais comme si tu fuyais.

Et puis, tu vas me dire que tu t'en fou, mais je trouve ça très dur ce que tu as vécu, et ta réaction d'alors admirable, tu as réussi à rester entière dans un chaos pas possible, tu étais comme une petite adulte éduquée par une grande enfant irresponsable qui tapait du pied. A l'époque tu as du agir sans réfléchir, mais continuer cette suractivité aujourd'hui c'est laisser encore tout son pouvoir au passé jusqu'à ce que ton corps te bloque. Et c'est ça le problème, tu commences à sentir des douleurs.

Je ne sais pas l'expliquer c'est comme si tu compensais quelque chose qui te fait peur par son contraire. Pourquoi tu n'aurais pas le droit d'équilibrer l'activité et l'inactivité, t'autoriser les deux: inspirer un temps (et te laisser inspirer comme avec ta "félino-thérapie") puis expirer (et agir longuement dans la direction choisie mais sans plus rien fuir)... Pour pouvoir tenir la distance et ne pas te retrouver un matin avec le dos bloqué.

margot

Messages : 63
Date d'inscription : 06/05/2021

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par RonaldMcDonald Lun 5 Juil 2021 - 9:13

Tiens, je vais prendre la défense du repassage, activité que pourtant je déteste (et qui me le rend bien).

(1) Pour nombre de personnes(pas moi, mais je ne suis pas un échantillon statistiquement représentatif), le repassage, ça permet d'améliorer l'image de soi. Image de soi qui permet ensuite d'affronter les vrais problèmes. Quand on a le moral dans les chaussettes, on ne fait souvent rien de bon. Avoir la satisfaction d'avoir un linge fraichement repassé contre le corps, améliorer l'image que nous renvoie le miroir, être propre et non froissé, ça fait partie du rituel d'auto-motivation de bien des gens.

Tu n'en a pas besoin? Tant mieux pour toi. Moi non plus, d'ailleurs. Mais j'essaye de respecter ceux pour qui c'est important.

(2) Etre non froissé, c'est soigner sa propre image. Son propre prestige. Avoir du prestige, ça permet d'obtenir des trucs de la part des gens. Et c'est tout sauf anodin. C'est pour ça que parfois, quand même, je m'astreins au repassage. Ca me stresse pendant une demi-heure, j'utilise une position à la noix (repasser debout, je peux pas, ça me casse le dos, donc je règle la planche en position nabot, et je repasse assis, ce qui n'est pas très productif). Mais je le fais, notamment pour les évènements professionnels, parce que la prochaine fois que la RH m'aura dans le collimateur, au moins, elle n'aura pas ça à me reprocher.

Maintenant, je repense au fil complet, et je me dis que le point 1 est en totale adéquation avec le sujet. Repasser, ou faire le ménage, c'est prendre soin de notre environnement, c'est donc indirectement mais fortement prendre soin de soi. Ce qui semble être, si je te lis correctement, ton point faible. C'est pour ça que j'insiste sur ce point qui parait complètement mineur - mais qui me semble symboliquement fortement représentatif de la situation. Quand j'ai commencé à écrire cette réponse, le point 2 me semblait le point principal. Mais non, je m'en suis aperçu en écrivant, dans ton cas, tu dois repenser le point 1. Prendre soin de soi, c'est aussi prendre soin de son environnement. Les vêtements, le logement font partie de cet environnement.
RonaldMcDonald
RonaldMcDonald

Messages : 3095
Date d'inscription : 15/01/2019
Age : 45
Localisation : loin de chez moi, dans un petit coin de paradis

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par astronaute Lun 5 Juil 2021 - 12:24

Tu as de nombreuses blessures dues à ton passé. Difficile de faire table rase de tout cela et de continuer à avancer sans que cela ne revienne tout le temps. Mais je pense qu’il y a moyen que tu effaces un peu tout ce qui t’empêche de vivre confortablement.

Tu es éteinte de l’intérieur et c’est normal après tout ce que tu as vécu. Le fait pour une gamine et une jeune adulte de voir sa propre mère sombrer et devoir prendre le rôle de mère alors qu’elle devait vivre sa vie de gamine, ça doit bien te rester en travers de la gorge. Pour l’épisode du chien, c’est catastrophique d’avoir dû vivre ça.

Tu es lucide de ton passé, ça, c’est une chance. Tu es aussi lucide de ton pouvoir de rebondir. Et tu es aussi lucide qu’il faut que tu fasses un break et que tu t’occupes un peu de toi.

Comment rallumer cette flamme en toi ? Je maintiens qu’il te faut quelqu'un à qui parler. Éponger ce putain de passé et faire enfin le deuil de toute cette merde.

Ça t’aidera à ne plus te sentir coupable pour un oui ou pour un non. Tu sais my illusion, je suis moi aussi un peu éteint de l’intérieur, mais je ne perds pas espoir de pouvoir me rallumer.

Tu as tout ce qu’il faut en toi pour aller bien, sauf qu’il faut apprendre à lâcher prise. Essaye au moins une fois. Et si cette petite voix, qui te fait culpabiliser, arrive, et bien laisse la venir et casse lui la gueule.

Ton passé te hante, c’est normal. Mais il faudrait maintenant que tu passes à autre chose, que tu vives pour toi. Je ne sais pas si tu comprends ce que je veux te dire. Un voyage dans un autre pays pourrait te faire du bien.

Mais s’il te plaît, va voir quelqu'un, rentres en contact avec la psy dont tu parles plus haut.

Et bordel de merde arrête de culpabiliser dès que tu n’arrives pas à faire un truc, je te jure que ça s’apprend.

Tente le coup, qu’est ce que ça te coûte ?

On s’habitue à avoir de mauvaises pensées, mais on s’habitue aussi à avoir de belles pensées.

astronaute
astronaute

Messages : 288
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 33
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par ryder on the world Lun 5 Juil 2021 - 13:07

astro' prédicateur de bonheur à mi-temps
ryder on the world
ryder on the world

Messages : 2491
Date d'inscription : 21/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par ryder on the world Lun 5 Juil 2021 - 13:23

On peut essayer de calquer ses expériences pour les autres, un phénomène dit ''classique", sinon comment inspirer son modèle mais je pense à sa force pour contrer ses propres défaillances et 2 je pense qu'il faut ne pas lâcher et pourquoi pas s'inspirer d'une lutte incessante seul, nous nous en avons les forces et la farce (de la vie) et s'accouder pour y réfléchir seul dans les méandres de contrition et se déclarer forfait avant de passer à l'oeuvre...La solution est en chacun avec des moyens propres que l'on s'octroie, être et ne pas se déprécier
ryder on the world
ryder on the world

Messages : 2491
Date d'inscription : 21/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par ryder on the world Lun 5 Juil 2021 - 15:12

Je pensais à une architecture tanségrite, construire sur un juste équilibre faisant appel à ses ressources faibles mais par tension mise en accord sur un plan de juste "équilibre instable", défaillant certes fragile aussi mais viable par son apport de tensions fortes si ça ne l'épuise de fait et de compression qui se répartissent et s'équilibrent au final c l'intéressé/ée qui y verra clair il/elle même nsp Perplexe
ryder on the world
ryder on the world

Messages : 2491
Date d'inscription : 21/05/2019

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Lun 5 Juil 2021 - 21:39

@ Margot : fuir quoi, tu penses? Je dirais plutôt que je comble mon intérieur affectif en me saoulant par des actions concrètes et utiles… c’est un peu mieux que juste se saouler d’alcool, pas vrai?

Pourquoi penses-tu que je m’en fous de ton empathie ? Au contraire, quand c’est réellement ressenti sans me prendre en pitié ou me prendre pour une malade, j’apprécie. Donc merci à toi! J’ai toujours réfléchi mais je me sentais obligée de faire, je n’ai pas eu de parent (et si ça avait été juste ça, ç’aurait été moins dur) ni de sœur aînée, à la place j’ai eu une génitrice et une soeur maltraitantes envers elles-mêmes et du coup envers autrui. Si j’avais pas éteint mes propres besoins émotionnels, j’aurais suivi le même chemin. Ce n’est pas enviable le chemin que ma génitrice et ma sœur ont pris, vraiment pas. Je préfère mourir à bout de souffle que détruire ce et ceux qui m’entoure. Entre la peste et le choléra, faut parfois choisir le moins pire. On ne peut malheureusement pas faire un reset dans sa tête, ce qu’on a éteint en soi, c’est irréversible. Quand j’ai compris ça, ça a été un coup très dur.

Je compense oui. Car je suis incapable de faire confiance. Je ne ressens pas d’émotions dépendantes envers autrui. Je ne suis jamais tombée amoureuse, je n’ai fait aucune crise adolescentaire. Et si tous ceux qui m’entourent mouraient, je resterais la même, sans impact majeur dans ma vie quotidienne. Lorsqu’on pleure, c’est soi-même que l’on console, pas l’être disparu. Pleurer n’est pas une mesure de l’affection que l’on porte à l’autre, c’est juste une expression démonstrative de sa propre peine. La société fonctionne avant tout par le paraître.

Ce qui permet la transition vers ce que Ronald a répondu : porter des vêtements bien repassés donne le paraître d’être plus propre sur soi (un linge froissé sent aussi bon et est aussi propre que ce même linge sans plis), comme on dit « l’habit ne fait pas le moine »
A vrai dire, je préfère qu’on me croit inférieure, et pouilleuse (la première femme de mon frère aîné m’appelait parfois comme ça car il est vrai que je mettais n’importe quoi, du moment que c’était confortable). J’ai bel et bien conscience que le paraître est une monnaie sociale. Le second point est plus sensé : porter des vêtements sans pli pour se sentir mieux dans sa peau, une façon de prendre soin de soi. Comme le maquillage qui n’est pas forcément pour draguer ou pour cacher sa laideur mais avant tout, ça fait du bien à la femme (et homme) de porter son embellissement. Où placer la limite? Puisque pour prendre soin de soi, des gens ont recours à de la chirurgie esthétique, même un simple lifting qui ne signifie pas une dysmorphophobie c’est une limite déjà franchie sur la modération de son paraître. Si je n’ai pas besoin de paraître, c’est avant tout parce que je n’ai pas du tout envie d’attirer les regards masculins (les femmes non plus mais ça va, les homosexuelles n’ont pas ces regards lascifs). Mais aussi car j’ai effectivement une incapacité à prendre soin de moi. Les deux paramètres font que je ne prête pas trop d’attention à mon paraître. Par contre, je prends soin de ma peau, de mes cheveux et je veille à la santé de mes ongles… la peau est le miroir de sa santé physique. La santé physique (et mentale) sont importantes car on a qu’une santé. Est ce que je crame mes neurones à force de tirer la corde? Je ne sais pas. Le blépharospasme hémifacial est toujours là alors je prends du magnésium même si le lien n’est pas vraiment étayé, j’essaie de me berner avec l’effet placebo loooool. J’ai déjà eu ça mais pas aussi longtemps. Si ça ne part plus faut injecter du botox pour tétaniser les mini-muscles de la paupière… je prends trois à 4 semaines de congé fin août-septembre, en espérant que ça retape ma santé !

@ Astronaute : c’est gentil à toi, tu me répètes que je ne peux pas y arriver seule, mais comment être sûr qu’un extérieur puisse faire mieux que moi? Là où je suis d’accord c’est que je dois retenter avec la psychiatre de mes 20 ans, en plus je dois lui dire que je suis vétérinaire car à l’époque, je lui parlais de ces études et elle semblait pas trop croire que je le ferais car j’étais déjà dans des études en biologie. Elle disait que c’était probablement une voie à tenter, quelque chose du genre. Et déjà à cette époque, je savais que si j’entamais, j’irais jusqu’au bout, je n’ai jamais abandonné ce que je commençais. C’est important de bien évaluer avant de se lancer et puis une fois la décision prise, faire son max pour y arriver.

Il y a un hôpital à 5 minutes à pied de chez moi, je vis ici depuis presque 4 ans et je me suis souvent dis qu’il fallait que j’entre dans cet hôpital, par curiosité… je ne sais pas exactement pourquoi je freine autant des 4 fers. Je me dis souvent qu’il y a bien d’autres gens qui ont besoin de soins, que je ne suis pas un cas urgent ou préoccupant.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par astronaute Lun 5 Juil 2021 - 23:33

Je te souhaite tout le courage possible. En tout cas, t’es un sacré bout de femme.
astronaute
astronaute

Messages : 288
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 33
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par RonaldMcDonald Mar 6 Juil 2021 - 8:29

My_illusion a écrit:Il y a un hôpital à 5 minutes à pied de chez moi, je vis ici depuis presque 4 ans et je me suis souvent dis qu’il fallait que j’entre dans cet hôpital, par curiosité… je ne sais pas exactement pourquoi je freine autant des 4 fers. Je me dis souvent qu’il y a bien d’autres gens qui ont besoin de soins, que je ne suis pas un cas urgent ou préoccupant.
Pourquoi tu freines? Parce que malgré tous les désagréments de ta situation actuelle (que tu as décrit avec une minutie toute scientifique), c'est une situation que tu connais. Changer, c'est risquer. Et tu as connu suffisamment de situations, euh, désagréables, pour avoir quelques raisons objectives de ne pas foncer à pieds joints dans le premier changement venu. J'en suis un peu là aussi, d'ailleurs (même si techniquement mes problèmes n'ont rien à voir avec les tiens).

Et comme moi je n'y arrive pas, je ne suis pas en position de te donner des conseils sur comment y arriver. La difficulté, c'est de trouver ce %£¤µ§ de déclencheur qui fera que finalement, on va faire le premier pas dont on sait depuis des années qu'il est nécessaire.
RonaldMcDonald
RonaldMcDonald

Messages : 3095
Date d'inscription : 15/01/2019
Age : 45
Localisation : loin de chez moi, dans un petit coin de paradis

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Mar 6 Juil 2021 - 13:59

Merci Astro’

J’ai un symptôme récent qui m’emmerde encore plus, c’est que pour me calmer, mnt j’ai tendance à ingurgiter la nourriture. Cela m’embête fort car plus jeune, le stress avait un effet inverse, il me coupait l’appétit et me donnait la nausée. Je n’ai pas envie de grossir !!! Par double énervement, je risque de faire un jeûne forcé car c’est moi qui décide bordel de q (lol). Je dois me calmer! Je suis énervée par l’incompétence de certains, leur manque d’implication, et leur façon bien déguisée de se planquer. Mais zennnn! Coup de stress à midi avec une plaque ondulée pas encore fixée (car cette putain de pluie n’arrête pas) qui s’envolait, presque tombée chez la voisine. Un vent de tapé aujourd’hui ! Un beau tournesol à terre, purée ça me fait chier. Alors je peste sur tous ces gens qui rasent les arbres de leur propriété pour y mettre une pelouse à là con qui n’abrite que trop peu de vies! On a besoin de haies et de strates pour protéger des vents violents ! Limiter l’érosion des sols par le lessivage en permettant le développement d’une biomasse intraterre (toutes les racines agissent comme une passoire). Les humains sont cons cons et cons. Ah ça va mieux de le dire et le redire.

On me demande d’être veto pour une exposition canine et on me dit pas ce qu’on attend de moi. Combien je demande pour ça? Mais j’en sais rien !

Arf.

(Et arrête de serrer tes mâchoires !)

Respire-inspire.

Bonne journée !!

En effet Ronald, il est toujours évident de voir que chez les autres, les solutions semblent simples à appliquer. Mais c’est jamais simple concrètement sinon ça se ferait spontanément.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par astronaute Mar 6 Juil 2021 - 17:51

Je ne connais que trop bien ce que tu décris my illusion. J’ai toujours eu des problèmes avec la nourriture, pareil que toi j’ai expérimenté après un fort stress la sensation de coupe-faim quand ça arrive. J’ai tendance à bouffer, notamment du sucré ce qui fait augmenter mon poids. Demain, je dois reprendre le sport, sport que j’ai arrêté depuis fin octobre 2020 à cause du confinement. Je vais bien en chier, entre la fonte de la masse musculaire, le poids que j’ai pris, ça va vraiment me faire drôle. Sans parler des courbatures qui m’attendent.

Mais comme tu l’as compris et expliqué, c’est un refuge tout ça.

Au fait, tu fais du sport ?
astronaute
astronaute

Messages : 288
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 33
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par My_illusion Mar 6 Juil 2021 - 18:58

Le plus dur c’est l’impulsion Astro’ t’as bien raison de reprendre ça a un tas de bonnes vertus. Je ne fais pas de sport à proprement parler, des fois je refais 30 minutes mais vu que je vois pas d’effet, j’abandonne. Il faudrait pas. Par contre, je suis tellement nerveuse que j’en brûle des calories. Puis je suis active au jardin et travaux divers donc je me maintiens bien. Là tantôt juste après avoir fermé l’ordi j’ai fait 10 bumpees d’affilée, j’ai des « zin » parfois quand je veux évacuer un trop plein. Ou bien je me mets à faire le poirier dans le jardin voire la roue. Ou des kick et autres mouvements appris. Quand j’ai un sécateur ou un plantoir en main, je m’exerce à le planter par self défense, et je répète une phrase « tu enfonces et tu tournes pour que la plaie reste ouverte ! » mais je ne suis pas violente pour un sou, c’est juste au cas où j’aurais besoin de me défendre. Je dois rester agile et vive au cas où.
Lorsque je dois faire une petite course pas loin, je prend le VTT. Tout sport même de quelques minutes est bon à prendre, le corps DOIT rester en mouvement modéré (pas constamment ni trop fort) pour garder souplesse. J’applique tout ce que j’apprends, lol.
Et donc, je me dépêche avec ce vélo, je prends un raccourci en voulant gravir une butte en terre, en me disant je passe le premier obstacle puis je descends car j’y arriverai pas sinon. Et bardaf, je me réceptionne pas comme je l’avais prévu. Pas vautrée complet mais bon, quand même trébucher, la honte car yavait un voisin qui marchait à côté et qui m’a vue. Alors je rigole avec lui et lui dis « tu n’as rien vu, pas vrai!? » ça me fait rire de me ridiculiser.

Sinon yes, le sport détend aussi… je devrais refaire mes vidéos « gym direct », c’est pas mal. En tout cas, la balance je la surveille de près, hors de question de grimper à 54 kg. Tous les jours je me pèse, juste pour réagir à temps car insidieusement les 100g par ci par là ils arrivent à s’installer. En 2015 j’étais à 52 et ça me plaisait déjà pas. Donc gare à moi, je vais sévir sinon!. Mon poids idéal (à mes yeux) c’est 50. Mais vas-y pour y arriver ! Et si j’étais pas nerveuse comme je le suis, ça monterait bien plus vite ! Ce midi, j’ai pas mangé car colère. Et ce soir, je pense que pour ma pénitence ce sera récolter les petits pois et ne manger que ça. Je l’éduque ce petit corps non mais!
My_illusion
My_illusion

Messages : 4195
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

L’hyperactivité avec symptômes neurologiques Empty Re: L’hyperactivité avec symptômes neurologiques

Message par astronaute Mar 6 Juil 2021 - 23:20

Tu me fais rire my illusion avec tes péripéties. Je t’imagine bien en train de faire le poirier dans ton jardin Very Happy

54 kilos, tout dépend de combien tu mesures.

Pour le sport, ça prend des mois pour voir les résultats, ne lâche pas.



astronaute
astronaute

Messages : 288
Date d'inscription : 07/07/2011
Age : 33
Localisation : Saturne

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum