--------

5 participants

Aller en bas

-------- Empty --------

Message par Corollule Mar 20 Avr 2021 - 14:28

-


Dernière édition par Corollule le Sam 18 Déc 2021 - 9:39, édité 2 fois

Corollule

Messages : 213
Date d'inscription : 20/02/2021

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Archiloque Mar 20 Avr 2021 - 17:04

Sans connaître le niveau de ton amie, après 15 ans d'immersion, je le suppose tout de même assez solide et il est probable que l'impact de la langue soit dès lors assez peu influent, éventuellement plus sur l'ICV, mais à part peut-être sur des questions de CG (histoire ou géographie du Japon ?), je n'en suis même pas convaincu. Sur les autres indices, je ne me demande même pas, les consignes sont simples (il faut rappeler que le test est aussi conçu (et c'était son but initial) pour détecter les QI déficients), les items utilisés universels et hors du langage maternel du testé. Les nombres, quant à eux, sont souvent l'un des tous premiers éléments qu'on apprend et maîtrise d'une langue et pour ce qui est de les manier, les mathématiques sont un langage universel. Beaucoup d'éléments qui me font penser que dans ces conditions, les résultats ne seraient pas très différents d'un test en français.

Cela me parait d'autant plus simple dans son cas du fait que le japonais est une langue atonale et agglutinante donc fondamentalement plus simple à appréhender et à acquérir. La grammaire du verbe est parait-il subtile mais je suis persuadé qu'elle a dû la maîtriser en 15 ans.

Ce que je ne sais pas, c'est si les grilles de résultat du WAIS disposent d'un outil pour adapter la grille au caractère non natif du locuteur. C'est tout de foi bien possible (cela existe bien pour des tests professionnels). Mais même si ce n'est pas le cas, l'écart a des chances d'être inférieur à l'intervalle de confiance, même si on devrait plutôt privilégier alors la marge haute à la marge basse.

À titre de comparaison puisque c'est le plus accessibles à beaucoup d'entre nous, je ne suis pas sûr qu'on chute de plus de quelques points à passer un WAIS en anglais tant on y est confronté régulièrement sur le web (les anglophobes me pardonneront), et pourtant ce n'est vraiment pas le même niveau d'immersion que celui qu'à ton amie pour le japonais.
Archiloque
Archiloque

Messages : 1538
Date d'inscription : 22/09/2020
Localisation : Les terres

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par fift Mar 20 Avr 2021 - 17:23

Je rejoins Archiloque, je ne pense pas que le passage du test soit problématique, outre les questions de vocabulaire et de culture générale, forcément calibrées pour des japonais "de souche".

Cependant : le WAIS évalue les résultats par rapport à une population générale donnée, cette population dépendant de l'âge ET du pays dans lequel se passent les examens. Ton amie va donc avoir des résultats qui la placeront à tel ou tel niveau par rapport à la population japonaise de même âge. Il y aura donc un écart par rapport au même test évalué par rapport à une population française. Reste à savoir si un tel écart est significatif ou non (je ne pense pas, mais tout dépend du niveau de précision souhaité).

fift

Messages : 6982
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 45
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par higeekomori Mar 20 Avr 2021 - 18:59

Salut Tchao

Perso, je me dis juste qu'il vaut mieux une française (ou une francophone, du moins) qui a déjà 15 ans de vie et de culture de la langue, directement au Japon, pour affronter le test, qu'un/e psy japonais-e qui devra faire nécessairement un effort de gestion technique vers le Français ou bien l'Anglais. Car, pas sûr qu'il/elle dispose de 15 ans de recul sur ces dites-langues. Pour le coup, ton amie prend sûrement moins de risque à analyser le sistus avec des idéogrammes. Non désolé


A plus tard.


Hig.


.
higeekomori
higeekomori

Messages : 3165
Date d'inscription : 20/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Corollule Mar 20 Avr 2021 - 20:24

-


Dernière édition par Corollule le Sam 18 Déc 2021 - 8:42, édité 1 fois

Corollule

Messages : 213
Date d'inscription : 20/02/2021

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Archiloque Mar 20 Avr 2021 - 21:00

J'avais lu aussi cette subtilité au niveau de la personne à qui on s'adresse (dans un bon livre de Michel Malherbe, le linguiste pas le philosophe, sur les langues du monde), cependant, il me semble pas que cela interfère dans le test et je l'ai donc éludée. Les concepts sont relativement abstraits et les questions relatives au vocabulaire ne portent en principe que sur des mots pas sur des phrases complexes. Donc le fourvoiement sur la personne, il me parait surtout risqué au début et à la fin de l'entretien, en saluant. ^^

Et pour le fait que même les Japonais s'y perdent, en ce qui concerne ma restitution, le rapport de la neuropsy était bourré de fautes d'orthographe. Ça relativise, ton amie ne va pas faire face à un linguiste.
Archiloque
Archiloque

Messages : 1538
Date d'inscription : 22/09/2020
Localisation : Les terres

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Corollule Mar 20 Avr 2021 - 21:46

-


Dernière édition par Corollule le Sam 18 Déc 2021 - 8:42, édité 1 fois

Corollule

Messages : 213
Date d'inscription : 20/02/2021

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Corollule Ven 4 Juin 2021 - 11:56

-


Dernière édition par Corollule le Sam 18 Déc 2021 - 8:42, édité 1 fois

Corollule

Messages : 213
Date d'inscription : 20/02/2021

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Corollule Jeu 8 Juil 2021 - 14:15

-


Dernière édition par Corollule le Sam 18 Déc 2021 - 8:42, édité 1 fois

Corollule

Messages : 213
Date d'inscription : 20/02/2021

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Topsy Turvy Jeu 8 Juil 2021 - 14:33

Différences culturelles très intéressantes...
Et pas "trop" mauvaises nouvelles au final, tant mieux.

Describes how the Japanese do not overtly accept the concept of giftedness and hold capable individuals in check for the benefit of the whole. The need for the Japanese to allow their gifted to be educated for excellence is urged
(Eileen Cooper en 1999) https://eric.ed.gov/?id=EJ583826
The definition of the terms gifted education or giftedness in Japanese is not clear among Japanese equivalent terms. There is no official gifted and talented education in Japan. Because government-sponsored gifted education does not exist in Japan, gifted or talented students are not recognized. Most Japanese people strongly believe in equal educational opportunities; thus, they are generally against a special form of education for top learners. Many Japanese people feel that selecting special students would promote elite education instead of egalitarianism. Japanese culture emphasizes student effort and diligence rather than innate ability or intelligence. Japanese people in general believe that all students will become high achievers if they study hard. This entry describes the modern education system, the private education industry [...]
https://sk.sagepub.com/reference/giftedness/n220.xml
Japan has no formal educational system for gifted children. However, in 2005, Japan’s Cabinet approved and established the third Science and Technology Basic Plan (2006-10), which includes “nurturing the individuality and ability of gifted (sainou in Japanese) children.” Enforcement of this plan is exemplified in programs such as “Super Science High Schools,” “Next-Generation Scientists Programs,” “Science Camps,” and “Japan Science Tournaments.” The number of Japanese participants in the Science Olympiad has increased threefold within 5 years. The characteristics of gifted (sainou) education in Japan are domain-specific, however, and emphasis is placed on science and technology and research and development rather than on education. On the other hand, Japanese people put great faith in the thought that giftedness can be taught. This paper describes trends in educational policy on the gifted in Japan, and the characteristic of Japanese education for the gifted is discussed from both historical and cultural viewpoints.
https://doi.org/10.1177/0162353213493534
Topsy Turvy
Topsy Turvy

Messages : 5079
Date d'inscription : 10/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Corollule Jeu 8 Juil 2021 - 15:08

-


Dernière édition par Corollule le Sam 18 Déc 2021 - 8:43, édité 1 fois

Corollule

Messages : 213
Date d'inscription : 20/02/2021

Revenir en haut Aller en bas

-------- Empty Re: --------

Message par Topsy Turvy Jeu 8 Juil 2021 - 15:39

C'est fascinant les différences de conceptions entre sociétés...

En Israël, au contraire, tous les enfants sont testés dans l'idée de dépister les "HQI".
Gifted Education in Israel
June 9, 2009 By Hannah Katsman

A reader whose child was being tested for giftedness asked me to write about the Education Ministry’s programs.

Testing
Israeli children are tested for giftedness in second or third grade, depending on the municipality. To be accepted into the education ministry’s programming for the following year, a child must pass two tests.

The first test, known as Shlav Aleph, takes place within the school. Parents are notified in advance so they can opt out.  Usually schools send the five top-scoring children from each class to the second test.  If your child isn’t chosen, it’s relatively easy to get accepted for the second test.

The second test, Shlav Bet, is administered in a local elementary school by a testing agency. There are five parts: math, reading comprehension, word analogies, general knowledge, and a fifth part, probably visual series but I am not sure. I heard once that the general knowledge section is not counted in the final score. There is talk about rewriting the test because it grades achievement and not innate intelligence. About two-thirds of the children who pass are boys.
[...]
https://www.amotherinisrael.com/gifted-education-in-israel
Many parents of gifted, talented and high-ability children seek counseling in the belief that a diagnosis of their child as gifted will solve the problems they and their child are encountering. In Israel, most children are screened for giftedness using the Szold examinations in grade 2 or 3 between the ages of 7 and 9 years. The Szold test screens for mathematical, logical and verbal abilities, but it does not screen for creativity. In the letter of acceptance/rejection, the only information given is whether or not the child is entitled to participate in the local program for the gifted. In this article I will endeavor to explain why it is not always desirable or necessary to seek an additional clinical diagnosis of potential ability because the problems expressed by both parents and children derive from emotional causes, particular learning disabilities or a mismatch between the child's potential and the level of curricula provision.
https://www.researchgate.net/publication/270725028_Diagnosis_of_the_gifted_in_Israel
Topsy Turvy
Topsy Turvy

Messages : 5079
Date d'inscription : 10/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum