Schizophrénie et risques "COVID) ...

2 participants

Aller en bas

Schizophrénie et risques "COVID) ... Empty Schizophrénie et risques "COVID) ...

Message par Sélène-Nyx Jeu 28 Jan - 15:18

Je viens de lire ceci

 
Des recherches avaient déjà montré que les personnes atteintes de maladies mentales, particulièrement de dépression et de schizophrénie, avaient plus de risque d’être infectées par le coronavirus. Mais une nouvelle étude, publiée dans la revue JAMA Psychiatry ce mercredi 27 janvier 2021, montre aussi que souffrir de schizophrénie serait associé à une probabilité plus élevée de décéder de la Covid-19. Ce trouble psychique en serait même l’un des principaux facteurs de risque, le deuxième juste après l’âge.

Un risque 2,7 fois plus élevé
Les dossiers de 260 cliniques et quatre hôpitaux de la ville de New-York (États-Unis) ont été épluchés. Sur les 26.540 étudiés, 7.348 adultes ont été testés positifs à la Covid-19 entre le 3 mars et le 31 mai 2020. Les chercheurs ont ensuite divisé les personnes qui présentaient une maladie mentale en trois catégories — spectre de la schizophrénie (75 individus), trouble de l’humeur (564) et trouble anxieux (360) — et ont comparé leurs données à celles des patients qui ne souffraient d’aucun trouble psychiatrique diagnostiqué.

Les résultats ont été ajustés en fonction des facteurs de risque déjà bien connus (cf. vidéo en tête d'article). Or si les scientifiques n’ont pas trouvé d’association entre troubles de l’humeur ou anxieux avec une mortalité accrue, ils ont constaté que les malades schizophrènes étaient environ 2,7 fois plus susceptibles d’en succomber. En comparaison, ce chiffre s’élève à 3,9 chez les 45-54 ans, à 1,65 chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque ou à 1,28 chez les diabétiques.


Le système immunitaire en ligne de mire
Pourquoi alors une maladie mentale est-elle liée à un risque augmenté de mourir d’une infection au SARS-CoV-2 ? "C'est à la fois attendu, mais aussi surprenant", explique à Livescience le Dr Donald Goff, professeur de psychiatrie à la NYU School of Medicine et auteur principal de l’étude. Plus généralement, les personnes atteintes de cette affection psychotique vivent 20 ans de moins en moyenne. Et ils décèdent souvent de pneumonie et de maladies virales plutôt que de la schizophrénie en elle-même.

Il semblerait qu'il y a quelque chose dans la schizophrénie, ou peut-être ses traitements, qui renvoient les malades à un risque de mortalité très élevé. Par exemple, la maladie ou les médicaments pourraient perturber le système immunitaire", développe le spécialiste. Et en effet, des recherches ont montré que les schizophrènes présentaient des variations dans leurs gènes régulant la réponse immunitaire. Notamment, une activation des protéines qui ciblent les intrus, appelées "cytokines".

Or il s’avère qu’une cause fréquente de décès lié à la Covid-19 est une réaction excessive du système immunitaire et de ses cytokines, appelée "tempête de cytokines" — ce qui pourrait expliquer le lien nouvellement découvert. Toutefois, l'étude s’est vue limitée par le faible nombre de patients schizophrènes et par le manque de données sur leurs médicaments spécifiques. En attendant de plus amples recherches, les individus atteints devraient être parmi les prioritaires pour les vaccins, indiquent les auteurs.


   https://www.msn.com/fr-fr/lifestyle/voyage/cette-maladie-mentale-serait-le-deuxi%C3%A8me-facteur-de-risque-de-mourir-de-la-covid-19-apr%C3%A8s-l-%C3%A2ge/ar-BB1dayWk?ocid=msedgntp

    (Je n'ai pas eu le temps de rechercher l'étude ni le lien de "JAMA", juste l'info Google qui était sur ma page d'accueil ....). Sorry! Embarassed
Sélène-Nyx
Sélène-Nyx

Messages : 3842
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Schizophrénie et risques "COVID) ... Empty Re: Schizophrénie et risques "COVID) ...

Message par Topsy Turvy Jeu 28 Jan - 15:38

Flemme de tout lire et traduire des extraits choisis, mais divers spécialistes donnent leurs avis sur cette étude ici :
https://www.sciencemediacentre.org/expert-reaction-to-covid-and-schizophrenia/
Je propose les premières réaction en traduction rapide avec surlignage de parties :
Trad rapide a écrit:Le professeur James MacCabe, professeur d'épidémiologie et de thérapeutique, Institute of Psychiatry Psychology and Neuroscience, Kings College London, a déclaré:

«L'augmentation du taux de mortalité due au COVID-19 chez les personnes atteintes de schizophrénie est une source de préoccupation. Nous savons que les personnes atteintes de maladie mentale grave ont une mortalité globale plus élevée et ont souvent un accès réduit aux soins de santé. Ils peuvent être moins susceptibles de se présenter aux établissements de soins de santé et peuvent être soumis à un rationnement des soins de santé dans certains contextes. Ces disparités d'accès aux soins de santé peuvent être particulièrement sévères aux États-Unis, où cette étude a été menée. Pour mettre les résultats en contexte, l'ampleur de l'effet est comparable à celle observée dans les conditions de santé physique, y compris le diabète et les maladies neurologiques. Surtout, cette étude n'a pas pris en compte l'obésité, ce qui peut expliquer une partie ou même la totalité de l'effet. L'étude la plus comparable est probablement celle menée en Corée du Sud, qui a révélé que les personnes souffrant de dépression étaient légèrement plus susceptibles de mourir du COVID-19 que de la schizophrénie, ce qui suggère que ces résultats peuvent varier selon les systèmes de santé. Il sera donc important d'examiner cet effet au Royaume-Uni et de lutter contre les inégalités d'accès aux soins de santé chez les personnes atteintes de maladie mentale grave.



Le Dr Sameer Jauhar, chercheur principal et JMAS Sim Fellow, Institut de psychiatrie, de psychologie et de neurosciences du King’s College de Londres, a déclaré:

«Nous savons depuis plusieurs années que les personnes atteintes de maladies mentales graves, telles que la schizophrénie, ont une espérance de vie réduite, qui varie selon le pays et le système de santé, et peut être jusqu'à 10 à 15 ans de moins que la population générale. .

«Il existe une littérature plus ancienne datant d'environ dix ans, suggérant que les personnes atteintes de schizophrénie et de pneumonie étaient presque deux fois plus susceptibles d'être admises à l'UIT que les personnes atteintes de pneumonie qui n'avaient pas de diagnostic de schizophrénie.

«Par conséquent, les résultats de cette étude, où les personnes atteintes de schizophrénie et de COVID-19 étaient plus susceptibles de mourir que la population générale et les personnes atteintes d'autres maladies mentales telles que des troubles de l'humeur et de l'anxiété, sont plausibles.


«Les auteurs de cette étude ont pu contrôler un certain nombre de facteurs qui pourraient avoir été associés à cette augmentation du risque de mortalité, tels que le tabagisme, les maladies cardiaques et la race.

«Il convient de garder à l'esprit que les résultats sont basés sur des données de 75 personnes atteintes de schizophrénie et de CO-VID 19, et donc, bien que plausibles, doivent être interprétés avec prudence.

«Les auteurs parlent de la fonction immunitaire étant compromise, et bien que cela puisse être le cas (et il y a un petit niveau de risque accru des études génétiques à l'appui), il existe une myriade de facteurs qui pourraient être en jeu ici, y compris les obstacles à l'accès précoce aux soins, et peut-être une interaction entre ces facteurs sociaux et la vulnérabilité de cette population de personnes.

«À mon avis, cette étude a des implications pratiques - il s'agit d'un groupe de personnes vulnérables et devrait être ciblé pour les vaccins, à peu près de la même manière que les autres personnes à risque accru de mortalité par CO-VID 19. Parité pour les personnes atteintes de maladie mentale grave. est un slogan depuis plusieurs années, et les résultats de cette étude le soulignent.


Le professeur Terrie Moffitt FMedSci, Institut de psychologie, de psychiatrie et de neurosciences, King’s College London, a déclaré:

«Je conseille aux lecteurs d'aborder cette publication avec prudence. Le nombre de patients atteints de schizophrénie dans l'étude était très faible. Le groupe de patients schizophrènes étudié est probablement biaisé et ne représente pas les personnes atteintes de schizophrénie dans la population, car les patients étudiés avaient accès à des soins hospitaliers, ce qui peut être inhabituel dans un pays dépourvu de système de santé national.


Le professeur David Owens, professeur émérite de psychiatrie clinique, Université d'Édimbourg, a déclaré:

«Étude intéressante et importante - mais dont le titre révèle l'interprétation étroite que les auteurs présentent dans leur discussion.

«L’étude ne montre PAS que la« schizophrénie »augmente le risque de mortalité, mais qu’un« diagnostic de schizophrénie (spectre) »comporte un tel risque.
Bien que bien contrôlée pour une enquête épidémiologique, l'étude ne tient pas compte du large éventail de désavantages sociaux, cognitifs et comportementaux qu'un tel diagnostic induit généralement. S'il est important de prendre en compte les prédispositions biologiques inhérentes à la maladie, il est surprenant que les auteurs jettent un coup d'œil sur le fait que leurs travaux peuvent, encore une fois, illustrer les inégalités sanitaires et sociales auxquelles les patients souffrant de troubles psychiatriques de longue durée tels que la schizophrénie demeurent enclin".

[...]
Topsy Turvy
Topsy Turvy

Messages : 3995
Date d'inscription : 10/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum