Les moments charnière, "sur le fil"

Aller en bas

Les moments charnière, "sur le fil" Empty Les moments charnière, "sur le fil"

Message par Névromon Mer 6 Jan 2021 - 10:58

Bonjour,

J'ai à plusieurs reprises vécu des moments durant lesquels j'avais l'impression que tout pourrait basculer, parfois avec des conséquences potentiellement dramatiques, ou en tout cas lourdes.
Et même lorsque je ne suis pas directement concerné, je peux sentir les moments suspendus, quand quelque chose se joue, relationnellement parlant, que le temps semble se ralentir, les respirations se retenir, les cœurs ratant un battement, les regards se tourner vers une personne, en général une seule personne, qui a une décision à prendre pouvant fortement impacter un groupe social (par exemple).
Dans ces moments-là, j'ai une impression étrange, une conscience aiguë : "Ah, il se passe quelque chose de crucial, là ! ". Comme un moment de bascule métaphysique qui pourrait presque faire charnière et pivoter un pan du réel vers une autre option de l'avenir.

Comme une sorte d'ultra-instinct de suricate ou de marmotte sentinelle, à l'instant-même précédant son cri d'alarme ou même sa propre sidération devant le danger ou l'inhabituel. J'ai presque parfois que l'on touche là à un sentiment "fantastique", dans le sens littéraire du terme : l'irruption de l'inquiétante étrangeté, transformant le réel, ne semble alors pas loin.

Est-ce que cela vous parle? Savez-vous si cela porte un nom? Si cela a été théorisé?
Névromon
Névromon

Messages : 1231
Date d'inscription : 29/12/2020

Revenir en haut Aller en bas

Les moments charnière, "sur le fil" Empty Re: Les moments charnière, "sur le fil"

Message par infp Jeu 22 Avr 2021 - 1:38

Névromon a écrit:Bonjour,

J'ai à plusieurs reprises vécu des moments durant lesquels j'avais l'impression que tout pourrait basculer, parfois avec des conséquences potentiellement dramatiques, ou en tout cas lourdes.
Et même lorsque je ne suis pas directement concerné, je peux sentir les moments suspendus, quand quelque chose se joue, relationnellement parlant, que le temps semble se ralentir, les respirations se retenir, les cœurs ratant un battement, les regards se tourner vers une personne, en général une seule personne, qui a une décision à prendre pouvant fortement impacter un groupe social (par exemple).
Dans ces moments-là, j'ai une impression étrange, une conscience aiguë : "Ah, il se passe quelque chose de crucial, là ! ". Comme un moment de bascule métaphysique qui pourrait presque faire charnière et pivoter un pan du réel vers une autre option de l'avenir.

Comme une sorte d'ultra-instinct de suricate ou de marmotte sentinelle, à l'instant-même précédant son cri d'alarme ou même sa propre sidération devant le danger ou l'inhabituel. J'ai presque parfois que l'on touche là à un sentiment "fantastique", dans le sens littéraire du terme : l'irruption de l'inquiétante étrangeté, transformant le réel, ne semble alors pas loin.

Est-ce que cela vous parle? Savez-vous si cela porte un nom? Si cela a été théorisé?

Je vois un lien :

site a écrit:On le retrouve ainsi dans l'illusion oraculaire de la tragédie grecque. Henri Bergson soulignait déjà le lien entre la structure oraculaire et le thème du double[1]. Pour Clément Rosset, l'oracle, tel que celui prononcé dans l'Œdipe roi de Sophocle, ou celui de Sigismond dans La vie est un songe de Pedro Calderón de la Barca, ou encore celui du Vizir dans Ce soir à Samarcande de Jacques Deval, l'oracle donc n'est autre qu'une figure du destin dont la prédiction se réalise, mais d'une tout autre façon que celle attendue et imaginée. Celle qui est attendue ne se réalise pas mais prend figure de réalité. L'autre façon, celle qui est effective, réelle, apparait curieusement comme le double de la première, une usurpatrice : "l'autre c'est ce réel-ci, soit le double d'un autre réel qui serait lui le réel même, mais qui échappe toujours et dont on ne pourra jamais rien dire ni rien savoir". Pour C. Rosset, ce réel n'est pas accepté comme tel, parce qu'il a pris en quelque sorte la place de celui qui aurait dû advenir, plus attendu et plus plausible. Ce réel devient l'autre de rien, un mauvais réel, une copie, doublure trompeuse et perverse. Cette tromperie n'est en fait que le miroir de celui qui s'est fait piéger par l'attente d'un évènement qui n'a pas eu lieu là où il aurait dû. L'oracle a ceci de surprenant qu'il "gomme la possibilité de toute duplication" et force à penser l'unique, là où coexistaient deux aspects d'un même évènement, prenant chacun une existence autonome [...]
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_R%C3%A9el_et_son_double
infp
infp

Messages : 173
Date d'inscription : 23/01/2021

Revenir en haut Aller en bas

Les moments charnière, "sur le fil" Empty Re: Les moments charnière, "sur le fil"

Message par infp Dim 25 Avr 2021 - 4:01

Névromon a écrit:Est-ce que cela vous parle? Savez-vous si cela porte un nom? Si cela a été théorisé?

Cioran a écrit:Pendant que nous agissons, nous avons un but; l'action finie, elle n'a pas plus de réalité pour nous que le but que nous recherchions. Il n'y avait donc rien de bien consistant dans tout cela, ce n'était que du jeu. Mais il en est qui ont conscience de ce jeu pendant l'action même : ils vivent la conclusion dans les prémisses, le réalisé dans le virtuel, ils sapent le sérieux par le fait même qu'ils existent.

La vision de la non-réalité, de la carence universelle, est le résultat combiné d'une sensation quotidienne et d'un frisson brusque. Tout est jeu — sans cette révélation, la sensation qu'on traîne le long des jours n'aurait pas ce cachet d'évidence dont ont besoin les expériences métaphysiques pour se distinguer de leurs contrefaçons, les malaises. Car tout malaise n'est qu'une expérience métaphysique avortée.
infp
infp

Messages : 173
Date d'inscription : 23/01/2021

Revenir en haut Aller en bas

Les moments charnière, "sur le fil" Empty Re: Les moments charnière, "sur le fil"

Message par infp Mar 27 Avr 2021 - 2:40

J'ai l'impression de priver d'autres personnes de leur droit à la parole chaque fois que j'interviens sur ce fil. D'être un oppresseur qui répand le ronron du modèle dominant qui écrase les diverses formes d'existences et leur sensibilté.

Pardon.
infp
infp

Messages : 173
Date d'inscription : 23/01/2021

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum