Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

4 participants

Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Jeu 9 Jan 2020 - 12:11

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:01, édité 4 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Zorglub_33 Jeu 9 Jan 2020 - 12:51

Ouh la, respire !

Bon, d'abord : le suicide, c'est une très mauvaise solution, crois-moi, surtout quand on se loupe ça entraîne tout une série d'emmerdes pas possible, hospitalisation et suivi psy, incompréhension de l'entourage. Si tu crois que tu es dans la merde en ce moment, essaie de te suicider et tu verras : c'est pire. Tu as juste 16 ans, tu traverses une mauvaise passe ça fait partie de la vie, qui par ailleurs peut être tellement géniale que ce serait dommage d'arrêter là, je te conseille plutôt un peu de patience et de recul. Perso je considère la vie comme une expérience géante, faite de plein de petites expériences, certaines étant meilleures que d'autres.

Donc, 16 ans. 16 ans c'est pas très drôle, on est en pleine construction de soi, on a le nez en plein sur son nombril, j'aurais tendance à dire que la division cellulaire ne se termine pas à la naissance, loin de là, moi j'ai commencé à me sentir bien à partir de 35 ans, et je trouve qu'à partir de 40 ans c'est vraiment cool.

Je pense que tu devrais éviter de te focaliser sur tes capacités intellectuelles. Tu es surdoué, tu le resteras, ce n'est pas parce que tu as pris un peu de zoloft ponctuellement que tu as perdu des neurones. Par contre tu devrais travailler à aller mieux, d'une part en cherchant à comprendre le pourquoi de tes crises d'angoisse, et d'autre part en travaillant avec tes parents à mieux fonctionner en fonction de ta surdouance. Pour le point un : ce serait bien de te trouver un psy qui s'y connaisse en haut potentiel, pour le point deux : te trouver un établissement scolaire adapté peut-être ? Je sais que le fils d'une amie, surdoué, a fait une partie de sa scolarité dans un établissement pour ados précoces, donc ça doit exister.

Je prends le risque d'être hors sujet, mais pour avoir un cousin dans le même cas que le tien je préfère mettre les pieds dans le plat : pour le cas où tu consommerais du cannabis ou tu serais tenté : attention danger. Danger d'augmenter les angoisses, danger d'y laisser des neurones, danger d'y laisser ta vie sociale.

Pour répondre à ta dernière question à laquelle tu penses qu'on ne saura pas répondre Laughing il n'y a pas un mode de pensée qui caractériserait une personne surdouée. Fais un tour sur le forum tu verras que nous sommes tous différents. La surdouance peut s'exprimer de bien des façons, et heureusement !

Zorglub_33

Messages : 219
Date d'inscription : 30/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Jeu 9 Jan 2020 - 13:00

Bonjour,

Je vais donner mon avis, que je t'invite à prendre avec des pincettes, car je ne sais que très peu de choses sur ce que tu as vécu et que je suis un inconnu pour toi.

Je ne pense pas que tu devrais t'attendre à plus de compréhension de la part de tes parents par rapport à ton profil cognitif singulier que ce qu'ils en ont montré par rapport à tes angoisses (d'après ce que je lis, ils ne t'ont pas aidé, au contraire).

La base, pour un parent, quand son enfant est en détresse, c'est de l'entendre, d'entendre sa plainte. C'est le b-a ba. Pourquoi un gamin qui s'est fait un bobo court voir sa mère ? Tu n'es plus un petit enfant, mais c'est pour illustrer le concept. Ça devrait être la base aussi pour des soignants de t'entendre. Je ne sais pas comment cela s'est passé, je ne sais pas ce qu'ils ont été capables d'entendre.

La vie ne se limite pas à tes parents, quoi qu'il en soit, donc (pardon de le dire si bêtement) ne te suicide pas.

Par rapport à ta question sur comment rétablir sa façon de fonctionner, je n'en sais rien. Quelles caractéristiques avais-tu que tu voudrais retrouver ? (Je demande histoire de mieux comprendre, sans sous-entendre qu'une réponse à cette question pourrait m'en faire trouver une à la tienne.)

À mon idée, il faudrait que tu évalues s'il y a des chances que tes parents puissent te soutenir moralement, et si oui, dans quelle mesure. Que sont-ils capables d'entendre ? Comment te soutiennent-ils quand ils le font ?
Est-ce que leur parler de neurodiversité ne peut-il pas les rendre encore plus sourds à tes paroles ? (Je pose cette question "en l'air", c'est à toi de juger.)

Je ne te comprends pas trop ici : "comment faire accepter à mes parents les caractères de ma précocité ? Bien que moins marqués maintenant, il en reste toujours quelques traces, même si elles ne sont plus qu'au niveau du comportement, et j'aimerais réveiller les autres fonctions que j'ai perdues, ce avant quoi je dois m'assurer qu'elles sont comprises de mes parents qui, autant que j'aie pu en juger, ne sont toujours pas enclins à comprendre ma remise en question de leur volonté..."

J'aurais cru que le plus gros à faire passer, c'était l'aspect comportemental.

HPI ou pas, tu as le droit de décider de ta vie (un minimum, même si tu es mineur). Et peut-être que tu n'es pas tombé sur les bonnes personnes pour obtenir de l'aide pour tes angoisses et ce qu'il y a derrière.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Jeu 9 Jan 2020 - 13:27

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:02, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Jeu 9 Jan 2020 - 14:10

Quand tu veux partager un lien en étant nouveau sur le forum, il faut enlever le début de l'adresse. Tu ne mets pas les trois w, tu ne mets que le reste qui suit.

Je vois bien de quelle page internet tu parles : douance.be/douance-ahp-caracteristiques.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Zorglub_33 Jeu 9 Jan 2020 - 14:59

Fly, j'ai dit "ponctuellement" car il s'agit d'une prise, certes quotidienne, mais qui n'a duré que quelques mois, en opposition aux personnes qui sont sous traitement en permanence.

Une piste à explorer pour ce que tu ressens comme une perte d'identité, des particularités que tu évoques : ne souffrirais-tu pas d'une légère dépression ? Au regard de ce que tu décris dans ton post initial cela me parait plausible. Une dépression peut tout autant affecter tes capacités qu'un traitement (d'autant plus que tu ne prends plus rien actuellement).

Parles-en avec ta psy, n'oublies pas que c'est une professionnelle qui a de l'expérience. Si tu n'accroches pas avec elle, ou que tu n'as pas confiance, consultes en un autre. Il y a des psychiatres spécialisés dans le suivi des adolescents, renseigne-toi, prends conseil, auprès de ton généraliste par exemple s'il te connaît bien. Si tu redoutes la prise d'un traitement médical, parles-en aussi au médecin qui voudra t'en prescrire, pour qu'il t'explique bien les tenants et les aboutissants du traitement, mais sois certain que le but d'un traitement, c'est d'améliorer les choses, pas de les aggraver. Si cela peut te rassurer, je prends un neuroleptique depuis des années, et celui-ci n'affecte en rien mes capacités intellectuelles, mais me permet de vivre plus sereinement que si je ne le prenais pas.

Zorglub_33

Messages : 219
Date d'inscription : 30/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Jeu 9 Jan 2020 - 15:11

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:02, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Jeu 9 Jan 2020 - 15:19

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:02, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Zorglub_33 Jeu 9 Jan 2020 - 15:27

Une piste pour t'aider à aller mieux : chercher les endorphines où elles sont. Le sport, par exemple, est un bon moyen de se faire du bien.

Zorglub_33

Messages : 219
Date d'inscription : 30/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Jeu 9 Jan 2020 - 15:40

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:02, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par timo Jeu 9 Jan 2020 - 15:48

Ah mon avis (disclaimer : je ne suis pas psy et je ne te connais pas), ce que tu déplores provient de tes angoisses et de la dépression. Disons qu'à ta place j'essayerais de creuser et régler ça avant d'envisager autre chose. Difficile de s'épanouir tel qu'on est dans ces conditions, HP ou pas. Que te dis ton psychiatre là dessus? Et puis le coté HP, j'essayerais de l'oublier un peu en attendant de régler le reste.

Comme dit Zorglub, il faut tomber sur un psy avec qui ça accroche... N'hésite pas a en essayer un autre. Ton médecin de famille/traitant/généraliste devrais pouvoir t'orienter.

En tous cas c'est une bonne chose que tes parents aient pris conscience de leur erreur... Mais je me mets à leur place, ils ont pas dû savoir comment gérer tout ça. Les hospitalisations d'office, c'est jamais très joyeux...

Et oui, le sport est une très bonne idée.
timo
timo

Messages : 775
Date d'inscription : 26/07/2018
Age : 42
Localisation : Compiègne

Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Jeu 9 Jan 2020 - 18:24

Je partage le lien au cas oû cela intéresse quelqu'un. Le rapport avec le sujet de départ est peut-être vague.

fabula.org/colloques/document1831.php

extrait:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Ven 10 Jan 2020 - 7:23

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:02, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Ven 10 Jan 2020 - 11:16

Comme je l'ai dit : "Je partage le lien au cas oû cela intéresse quelqu'un. Le rapport avec le sujet de départ est peut-être vague."

En fait, un peu comme toi, Artaud dit qu'il ne sait plus penser ni écrire et pourtant il sait bien l'exprimer. C'est un paradoxe que je trouve intéressant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Ven 10 Jan 2020 - 12:12

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:02, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Ven 10 Jan 2020 - 17:05

C’est curieux cet effort uniquement concentré sur le maintien d’un potentiel lequel permettrait aux yeux de tes parents de leur faire comprendre qui tu es. Tu te mets en pression sur un sujet hors sujet. Artaud a fini fou à tourner en rond dans sa cage qui pourtant était sans fin ni commencements (pluriel mis à bon escient), à se retrouver dans des états d’extrêmes secousses. Il y a la pensée dévorante et le centre qui est irrésistible au point de rendre cette pensée centripète. Pourquoi ne pas la rendre centrifuge pour lui donner un allant et se défaire de cette étreinte étouffante. Le sport est un bon conseil car il propulse déjà le corps dehors, il te faudrait trouver quelque chose qui propulse identiquement ton esprit dehors un peu hors de toi pour te donner les bons angles te permettant de bien te contempler (Et non plus seulement à partir du mal intime qui se finit en un noeud d’asphyxie), mais avant tout pour donner de la nourriture extérieure à tes pensées. Je ne sais pas si je suis claire. 
Je voudrais avant tout, te féliciter pour ta clairvoyance qui démontre l’acuité de ton esprit. L’abuser à l’aide de calculs est superflux. 
Quant à tes parents une discussion s’impose peut être au calme pour faire un point et utilement déterminer qui a besoin d’aide (en l’occurrence toi) et qui doit aider (en l’occurrence eux).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Ven 10 Jan 2020 - 17:27

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:03, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Ven 10 Jan 2020 - 17:32

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:03, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Ven 10 Jan 2020 - 23:16

Plus j'y réfléchis, et plus le sport me paraît bénéfique pour soigner mes problèmes.
Je recommence à dormir très mal depuis l'arrêt de mon traitement à cause de mes ruminations et mes pensées incessantes que j'ai finalement réussi à retrouver à l'aide d'exercices et en retrouvant la confiance en moi qui me permet de poursuivre des raisonnements, et je pense qu'être actif la journée me permettrait de combler le besoin de conscience et de travail de mon cerveau, de le satisfaire pour qu'il n'ait plus besoin de fonctionner pleinement le soir, qui est normalement le moment de la journée où je me détache enfin des écrans hypnotiques qui me permettent la journée de stopper ma perception du monde réel et les efforts qui vont avec.
Est-ce que tu connais la série Elementary ?

Au tout début de la série, Holmes explique à Watson comment il satisfait aux besoins de son corps (avec une espèce de sport, en l'occurrence), et un peu plus tard (peut-être bien dans l'épisode 2), il lui explique comment fonctionne son cerveau : il détaille sa théorie "du grenier".

Pour la première explication, c'est convenu, faire du sport libère des endorphines, etc. Pour la seconde, Watson lui rétorque que le cerveau humain ne fonctionne pas de cette façon (c'est-à-dire que l'esprit humain n'est pas comparable, dans son mode de stockage, à un grenier : les infos superflus n'effacent pas celles qui sont importantes). Watson est une ex-chirurgienne dans la série, son avis fictif doit avoir un peu de valeur (je blague).

Bref, je voulais juste dire que je ne crois pas que ça fonctionne comme ça. Je ne suis pas docteur, mais les intuitions que tu as sur comment réactiver tes facultés ont toutes les chances d'être juste des théories. En revanche, se fatiguer la journée au lieu d'être devant des écrans pour mieux dormir le moment venu, ça, c'est valable sans aucun doute.

Pourquoi est-ce que tu n'essaies pas d'être en bonne santé avant tout, au lieu de vouloir carburer à fond du cerveau pour te sentir aussi mal qu'avant la prise de ces médicaments ?
Plusieurs personnes ici t'ont conseillé de trouver l'aide psychologique nécessaire (je te laisse les relire).
Je sais que ma recherche du calme et de mes ruminations en même temps peut paraître illogique, et je conçois qu'elle est contradictoire, mais je cherche avant tout à retrouver l'état dans lequel j'étais avant mon hospitalisation qui, bien que critique pour ma santé, correspond à celui que j'ai toujours connu. Je dis simplement que si je pouvais me retrouver dans cet état en me reposant la nuit, ce serait bien
Tu lances un appel à l'aide dramatique pour ensuite dire que tu vas sciemment te remettre en danger... Bah, c'est toi qui vois, mais c'est du délire.


Dernière édition par Luc le Mer 1 Juin 2022 - 0:11, édité 2 fois (Raison : voit --> vois)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Sam 11 Jan 2020 - 0:33

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:03, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Zorglub_33 Dim 12 Jan 2020 - 18:13

Ca, c'est une bonne nouvelle :-)

Je me permets de revenir une nouvelle fois sur ce que j'ai dit : si tu as la sensation d'avoir perdu des neurones, ce n'est qu'une impression, c'est que quelque chose les ralentit. Je ne suis pas médecin, mais au vu de ce que tu décris, je penche pour une dépression. Dépression et adolescence, ça semble bien incongru, mais j'ai plusieurs cas autour de moi, c'est une réalité. Les crises de panique sont un symptôme, pas une maladie en soi.
La dépression ça se soigne avec des médicaments, un suivi psy, mais pas que. Avoir des projets, une vie sociale, des activités, ça aide énormément à en sortir.
Tu te sens mal, c'est normal, déjà l'adolescence c'est pas facile, alors en plus une adolescence avec une particularité telle que la surdouance, c'est source de mal-être. Pour autant, je t'invite à prendre de la distance : tu n'es pas le seul à éprouver un sentiment de décalage, de bizarrerie. J'ai passé plusieurs mois à dire à un psy "mais je ne suis pas normale" ce à quoi il me répondait systématiquement "mais la norme n'existe pas". Un jour j'ai râlé en disant "et si moi j'ai envie qu'il existe une norme à laquelle me référer ?" ce à quoi il m'a répondu "vous avez tout à fait le droit, mais il faut que vous ayez conscience que cela vous met une pression inutile.". Réfléchis à ça.
Encore une fois : prends le temps d'aller mieux, prends le temps également de te documenter sur la surdouance. Ne crois pas que tous les surdoués sont des gens capables de faire des divisions avec trois décimales. Perso je ne sais pas faire une division. Ma douance s'exprime autrement. A toi d'avancer dans la connaissance de toi-même, dont le surdon n'est qu'une particularité annexe.


Zorglub_33

Messages : 219
Date d'inscription : 30/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Lun 13 Jan 2020 - 9:55

Oui bravo pour cette reprise de sport car comme le disait Newton, les objets en mouvement ont tendance à rester en mouvement. De plus tes plages horaires auront l'avantage de se structurer à partir de ces occupations (sport lycée) qui rendront certaines d'entre elles désirables et donc vécues comme une récompense plutôt qu'une obligation (ex lire, écrire faire enfin ce que tu sens vouloir (note ma précaution Smile).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Ven 17 Jan 2020 - 22:37

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:03, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Sam 18 Jan 2020 - 8:58

Sur les effets du Zoloft, je n’aurai rien qui puisse t’éclairer.

Pour autant : tu as 16 ans !!! ton cerveau connait actuellement une période de remaniement massif sur le plan neuronal et ce pour encore quelques années, donc pas de panique. C’est entre 15 et 30 ans que les capacités d’encodage mnésique et d’adaptation au changement sont les meilleures. Mieux : tu seras au top entre 20 et 25 ans.

D’ici là, tu as deux choix : soit tu te crées des blocages à coup de doute, d’anxiété et de stress, excellent cocktail pour une inhibition intellectuelle bien corsée, soit tu optimises ton potentiel à l’aube d’une période idéale pour le faire.

J'ai lu que le traitement pouvait entraîner un arrêt du développement de l'adolescent, et que la réduction de la longueur du bout des neurones (le nom ne me revient pas) pouvait ne jamais être corrigée par le cerveau, ou l'être seulement après des décennies.
Mettons. Mais "peut entrainer" ne veut pas dire "entraine forcément". Et tout ça va dépendre de la durée du traitement sans doute, dans ton cas, une durée très courte, et de ton potentiel personnel, donc pas de raison de paniquer.

Chute de notes ? Plusieurs raisons possibles : si tu es trop préoccupé par tes performances ou par les risques potentiels de ton traitement, tu perds notablement en efficacité.
Le niveau de difficulté augmente forcément en première, le virage est forcément plus difficile à négocier dans ton cas. Pas significatif, donc.
Es-tu certain que tes méthodes de travail sont bonnes ? les miennes ont montré leurs limites justement en 1ère S ; à l’époque, mon interprétation était que j'avais atteint les limites de mon intelligence et… bref : je m’étais auto sabordée de désespoir, jusqu'à hypothéquer mon avenir, ce qui était d'une connerie abyssale, j'aurais mieux fait d'apprendre à apprendre, mais j’ignorais ce que je sais aujourd’hui et que j'essaie de te faire comprendre…

Ton comportement a changé ? la belle affaire ! il changera encore tant que ton cerveau n’aura pas terminé sa maturation. Et se modifiera encore un peu tout au long de ta vie selon ton expérience, les événements que tu vas vivre et ta manière de les affronter. Il faut que tu comprennes (et que tu acceptes) que tu es dans une période de GROS bouleversements.

Tu n’as plus les comportements typiques des HPI ? la plume ne fait pas l’oiseau. Ces comportements sont des comportements souvent observés, mais qui n’ont pas de valeur scientifique. J’ai connu plusieurs HPI qui m’ont dit  qu’ils n’avaient jamais été précoces, dans le sens du comportement généralement attribué aux enfants précoces.

Stimule tes neurones de toutes les façons possibles. Et il y en a de beaucoup plus amusantes et épanouissantes tout en étant aussi efficaces que le calcul mental. Lis. Écris. Joue du piano. De la batterie. Apprend une langue étrangère en plus de celles du lycée. Apprend à jongler. A danser. Joue aux échecs dans un club. Au jeu de Go. Fais de la course d’orientation, du tir à l’arc, de l’escalade, de la natation. Du bénévolat dans une association. Donne des cours de maths à ton petit voisin. Oublie les écrans au maximum (autorise toi Tétris, c'est un bon antistress). Pense à long terme, au lieu de rester bloqué sur ce que tu crois identifier de négatif au présent. Ne te focalise pas sur les détails de ton comportement par rapport à la précocité, c’est aussi inutile que ridicule.
Et puis je vais te dire, juste comme ça entre nous, vu ta manière de rédiger, de réagir, de réfléchir, je ne suis pas inquiète pour toi.
Vraiment pas.

Voilà. On fait un premier point dans un an, ok ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Sam 18 Jan 2020 - 14:32

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:03, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Dim 19 Jan 2020 - 10:57


Ce moment de flottement
pendant lequel tu te demandes
POURQUOI
(alors qu'il y a eu plein d'autres
intervenants avant toi)
c'est à TOI      
qu'on pose cette question... ^^


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Dim 19 Jan 2020 - 11:21

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:04, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Bimbang Dim 19 Jan 2020 - 11:24

Je viens de lire le fil, et je peux te dire déjà que des posts comme les tiens pour 16 ans, ça file le respect.

J'ai l'impression qu'il y a une incompréhension depuis le début sur ce que tu cherches réellement. Je me trompe peut-être bien sûr. Mais n'est ce pas tes émotions que tu recherches plus que des capacités intellectuelles que tu as toujours ?
Ca pourrait expliquer que le médicament te les ait ôtées, pour un temps.

Si c'est bien ça, il faut se réorienter sur d'autres solutions.
Bimbang
Bimbang

Messages : 6345
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Dim 19 Jan 2020 - 11:32

Associe, associe... Wink

Mais surtout, écoute-moi quand je te dis de ne pas t'inquiéter, et de juste faire travailler ton cerveau de toutes les manières possibles - en t'éclatant, c'est encore mieux.

Comme tu me paraissais globalement intelligente
globalement, oui, ça va encore assez bien...  clown
(il n'y a que moi que ça aura fait rire, mais t'inquiète, tu as réussi à mettre une touche de gaité dans un jour d'humeur maussade, c'est remarquable. Merci...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Dim 19 Jan 2020 - 13:30

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:03, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Dim 19 Jan 2020 - 13:34

<supprimé>


Dernière édition par FlyDwen le Mer 1 Juin 2022 - 0:04, édité 2 fois (Raison : Informations privées)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Bimbang Dim 19 Jan 2020 - 15:06

Je ne voulais pas parler vraiment du titre du fil, mais plus des solutions que tu envisageais.
Ne plus ressentir ses émotions, c'est comme ne plus être vivant. On est d'accord. Mais vouloir les ressentir en mode exacerbé comme tu l'as vécu avant, n'est pas non plus une bonne chose.

Les pensées "collantes" ne sont pas non plus une bonne chose si ce n'est le signe (peut être) que tes émotions se remettent en route.
Pour canaliser tout ça, il faut se pencher sur tout ce qui est méditation, ou Qi Gong, être à l'écoute de son corps, réapprendre à les laisser monter tout en n'étant pas dupe sur ce qu'elles sont : des symptômes qui peuvent te guider si tu sais les interpréter, et ne pas se laisser bouffer/envahir par elles.

Je ne suis pas certaine que les neurosciences pourront t'aider à ça, mais explore quand même, c'est toujours intéressant.
Pour moi, c'est la pratique qui entre en jeu, ta pratique et ton expérience, et beaucoup de recul sur tes sensations, sur ce qui se passe en toi.
Bimbang
Bimbang

Messages : 6345
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : 44

Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Invité Dim 19 Jan 2020 - 16:44

Spoiler:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux Empty Re: Non-acceptation de mes caractères cognitifs et récupération après un traitement médicamenteux

Message par Asclépios Dim 19 Jan 2020 - 18:31

Bonsoir,
J'ai lu le fil dans ses grandes lignes et j'espère pouvoir t'apporter quelques pistes, en ne reprenant pas trop ce que les autres ont dit (parce qu'ils en ont dit beaucoup, des choses!).

Déjà tu te plains de tes capacités désastreuses en ce moment, mais comme l'a dit Bimbang (et c'est la 1ère chose qui m'est venue à l'esprit), tu t'exprimes vraiment bien, et quand je lis tes messages j'ai bien l'impression d'avoir affaire à une personne intelligente. Quand j'ai vu que tu avais 16 ans, cela m'a d'autant plus sauté aux yeux.
Alors peut-être que tu es habitué à "plus". Quand on est habitué à penser vite et efficacement, on supporte mal de "perdre" un peu de ses capacités (même si c'est un peu).
Personnellement je me déteste quand je suis fatiguée et que je ne vais pas assez vite à mon goût, je pense que ton ressenti est assez similaire.
Une de mes angoisses est d'ailleurs de finir avec une maladie neurodégénérative, je pense que je ne supporterais pas de me voir décliner à ce point. Et même si j'obtiens une performance "moyenne" sur un test psychotechnique (j'ai des capacités très hétérogènes donc je suis moyenne sur certaines choses, et j'ai des "pics" de compétence sur d'autres), j'ai alors l'impression d'être complètement nulle.

Mais ne t'inquiète pas trop pour tes capacités, car j'ai bien peur que ça ne soit un cercle vicieux: plus tu vas t'en inquiéter, pire ça va être, l'anxiété et la dépression pouvant être de très bons "ralentisseurs".
Bien sûr c'est plus facile à dire qu'à faire, et dire "ne t'inquiète pas" a souvent pour effet d'augmenter l'anxiété de la personne. Mais reconnaître le cercle vicieux qui s'installe peut t'être utile pour tenter de le rompre.

D'autre part, être HPI, ce n'est pas seulement avoir des bonnes capacités, on ne vit pas que pour ça et heureusement. Quand on vient d'être diagnostiqué, c'est logique de se poser des questions, on a l'impression qu'on peut tout expliquer grâce à ça, mais ce n'est qu'un facteur explicatif parmi tant d'autres, qu'un aspect de nous parmi tant d'autres.
Avec le temps on apprend à relativiser son importance, et à accepter ce "diagnostic" (je mets entre guillemets car ce n'est pas une pathologie, or un diagnostic se rapporte à une détection d'une maladie).

Ne t'inquiète pas non plus pour les "caractères associés à la précocité qui ont disparu" : la plupart sont de toute façon non reconnue de façon scientifique (encore une fois, ça ne veut pas dire que ces caractéristiques sont fausses, mais il faut faire attention à l'effet barnum).
Un lien que je sème partout: http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/cerveau-surdoues/

En outre, on a longtemps utilisé le terme de précocité, parce que ses caractéristiques sont plus visibles chez l'enfant. Un gamin qui lit à 3-4 ans, ça impressionne, mais un gamin qui lit à 7 ans, ça n'impressionne plus personne. Il subsiste des caractéristiques à l'âge adulte, le terme précocité est donc tombé en désuétude, mais ce qui subsiste est souvent moins marqué. Car la personnalité s'est construite et modifiée, et la personne s'est adaptée. Certaines caractéristiques "problématiques" ont pu s'atténuer avec l'âge... et heureusement.
Tu as 16 ans, tu es donc presque un adulte, il est donc logique que ce qui était avant très visible le soit moins à l'heure actuelle. Ca ne veut pas dire pour autant que tu as perdu des capacités.

Si tu regardes les caractéristiques de la précocité, quand j'étais gamine je les avais toutes. J'étais la caricature la plus caricaturale possible qu'on pouvait établir, l'enfant précoce telle que les gens se l'imaginent.
Bah maintenant, quand j'ai lu le livre de JSF il n'y a pas si longtemps, j'étais loin de me reconnaître dans tout (même si ce qui est avancé par JSF n'est pour la majorité pas prouvé scientifiquement).
Suis-je pour autant devenue une idiote finie? Dès qu'il y a une situation nécessitant de réfléchir, ou dès qu'il faut se rappeler de quelque chose, les gens de mon entourage font systématiquement appel à moi, et on me qualifie très souvent d' "intello".
Alors j'ai quelques années de plus que toi (mais pas beaucoup), mais tout ça pour te dire que ne pas se reconnaître dans les caractéristiques de la précocité ne veut pas dire ne pas être HPI (cf le lien ci-dessus de Franck Ramus).
Il ne faut pas oublier non plus que tu évolues, à 16 ans tu es en pleine construction de ta personnalité, il est normal que certains aspects de ta personnalité changent. Globalement, en psychologie, on considère que la personnalité se "fixe" vers la fin de l'adolescence-début de l'âge adulte (elle peut encore se modifier plus tard, mais ne bougera plus trop passé cet âge).

Le syndrome "PASS" je ne connaissais pas, pour une simple et bonne raison: cela ne fait pas partie des classifications psychiatriques internationales reconnues (telles que le DSM par exemple).
Je ne dis pas que ça n'existe pas, mais attention aux dénominations non reconnues, certaines ne valent pas grand chose (telles que les pervers narcissiques et autres).
Toujours est-il que d'après ce que j'ai lu, les symptômes sont globalement ceux d'une dépression, et le Zoloft qui t'a été prescrit semble aller dans ce sens.
Ensuite, le Zoloft, comme tous les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS pour les intimes) a une durée d'action longue: les 1ers effets se ressentent vers 2-3 semaines de traitement. Donc si tu as ressenti une diminution de tes capacités dès la prise du traitement, il est plus vraisemblable que cela vienne de l'épisode dépressif en lui-même qui provoque effectivement une diminution des capacités et un ralentissement global, et pas du Zoloft en lui-même (même si le moment de survenue peut coïncider, corrélation ne voulant pas dire causalité).
Maintenant, il est effectivement possible que tu aies mal toléré le traitement, et comme tu l'as dit, les menaces d'internement de ton psychiatre sont bel et bien illégales.
Je te conseillerais de changer de psychiatre si cela ne "colle" pas.
Un petit article que j'avais lu il y a pas très longtemps, qui me semble plein de bonnes choses et qui pourrait t'intéresser: https://www.vice.com/fr/article/xwgzw7/toutes-les-choses-que-jaurais-aime-savoir-avant-dentamer-une-therapie

Pour ce qui est de l'acceptation de la précocité par tes parents, ce n'est pas seulement l'acceptation de ta précocité mais bel et bien de l'acceptation de toi en tant que personne qui se pose.
C'est une nouvelle pas forcément évidente à digérer pour soi, alors quand c'est pour son enfant, ce n'est pas une notion facile à accepter non plus.
Je ne dis pas ça pour les excuser, car leur comportement face à tes crises d'angoisse a été loin d'être optimal.

Enfin, ne t'excuse pas d'être toi Wink
Tu as m'as l'air de manquer beaucoup de confiance en toi (ce qui n'est pas grave en soi à 16 ans), donc essaye vraiment de t'accepter toi-même, de te faire confiance. Cela aidera sûrement les autres à avoir confiance en toi eux aussi et à t'accepter tel que tu es.
Pour ce qui est des solutions, le sport est bénéfique dans tous les cas, et certaines techniques de méditation peuvent fonctionner, mais attention aux potentielles dérives de CERTAINS clubs de méditation (je dis bien certains, la méditation en elle-même c'est pas mal, mais il y a parfois des dérives).
Encore une fois si ça ne "colle" pas, il ne faut pas hésiter à changer.
Une psychothérapie peut aussi t'être utile, à discuter avec un psychiatre autre que celui qui t'a menacé de t'hospitaliser.
Les TCC marchent généralement plutôt bien, certaines psychothérapies aussi (par contre la psychanalyse n'a pas prouvé son efficacité donc attention).

En te souhaitant plein de courage et plein de réussite flower
Asclépios
Asclépios

Messages : 337
Date d'inscription : 13/03/2019
Age : 22
Localisation : "Un peu plus à l'ouest"

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum