Conscience collective

+8
Auto-Thérapie
Hrms
Le champ de l'abstraction
Nefelibata
Zarbitude
Caveman
Mindview
My_illusion
12 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Lun 3 Juin 2019 - 18:39

Hahaha j’ai environ 10 ans de moins que toi ! ^^
Mais si je parais sage dans mes conseils, je n’ai jamais dit que j’arrivais à les appliquer correctement  Razz
Après c’est un travail d’une vie, et même si nous arrivons à rationaliser notre colère, elle n’en reste pas moins ravivée à chaque preuve d’injustice et de destruction causée par l’humain.

Ta position ne me paraît pas du tout paradoxale, on dit souvent que les misanthropes sont des humanistes déçus. D’ailleurs le thème du paradoxe du misanthrope humaniste a fait coulé beaucoup d’encre. Tu es loin d’être seule dans cette position, même si il est clair que ça ne concerne pas la majorité des gens.

Personnellement, je ne pense pas du tout que la colère est un défaut de faible. Ne pas savoir la gérer par contre, oui. Et là-dessus, si tu arrives à l’intérioriser pour préserver les autres, c’est déjà une partie du chemin de fait.
J’ai tendance à penser qu’une fois la colère pleinement comprise et acceptée, elle se dissout toute seule car elle n’a plus de raison d’être. Les émotions sont les indicateurs de nos états mentaux, ils servent à nous alerter ou nous conforter sur ce qu’il se passe dans notre environnement extérieur et intérieur, et nous aider à prendre les bonnes décisions (et à nous faire réagir, comme notamment la colère ou la peur, mais qui peuvent aussi nous bloquer si non gérées). Donc une fois pleinement intégrées, leur rôle est rempli et elles cessent de se manifester. Enfin c’est ma théorie de comptoir.

Je pense qu’apprendre à maîtriser sa rage est un processus de maturation. Il faut déjà être prêt à ressentir cette colère. Combien de personne préfèrent le déni ? Surtout lorsque nous savons pertinemment aujourd’hui que nous sommes responsables du désastre écologique et climatique. Une fois que nous sommes suffisamment matures pour regarder la situation en face, que nous prenons conscience du problème et de l’ampleur de ses conséquences, nous connaissons la colère. Après, suivant les personnes, une durée plus ou moins longue sera pleine de plaintes, d’agacement, d’anxiété, de culpabilisation et d’accusation, etc. Bref, on attend que quelqu’un vienne nous sauver ou faire le boulot à notre place, ou tout simplement que le problème se résolve tout seul avec le temps parce-que de toute façon ce n’est pas de notre faute. Ou plutôt que nous avons trop peur d’essayer de régler le problème parce-que nous ne nous sentons pas à la hauteur, nous avons peur d’échouer, nous avons peur de nous abîmer car cela demanderait trop de ressources, ou que sais-je…

Tant que nous n’acceptons pas que nous sommes les seuls responsables de la solution au problème, que nous sommes les seuls à pouvoir prendre notre vie en main, la colère peut-être abêtissante voir nuisible en renforçant les comportements néfastes car c’est la solution la plus rassurante. Tout le monde n’est pas apte à oser sortir de son confort pour essayer des choses effrayantes ou incertaines. C’est un processus de maturation qui dure plus moins longtemps en fonction des personnes, de l’environnement, de l’éducation, du tempérament, etc…

Et c’est clair que nous ne sommes absolument pas préparés à vivre dans une sobriété même volontaire, que cela relève encore de l’expérimentation et l’expérimentation fait peur à notre société et à l’individu. Je salue l'effort de ce monsieur.

Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Mindview Mar 4 Juin 2019 - 9:27

Fenrir et My_Illusion, à quel age avez vous été informés de vos rayures si ce n'est pas indiscret ?
Mindview
Mindview

Messages : 660
Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 36
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Mar 4 Juin 2019 - 18:00

Une psy que je consultais pour un tout autre problème aurait diagnostiqué ça sur la base de mon comportement lorsque je la voyais entre 5 et 7 ans. Ma mère m'en a informé quand je lui posais des questions sur le décalage avec les autres que j'ai commencé à ressentir vers mes 6-7 ans (enfin au CP si je me souviens bien).

Mais je n'ai jamais passé le test, je compte le faire quand j'aurais un peu d'argent de côté et un peu moins peur (ça c'est pas encore prêt ^^).
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mar 4 Juin 2019 - 21:25

Il n’y a qu’un an et demi parce que d’autres me le disaient. Mais jamais la famille proche ou éloignée ne s’est intéressée à moi pour me faire révéler quoi que ce soit. J’étais juste la benjamine qui n’avait qu’un seul droit: se taire. « T’as rien à dire t’es qu’une gamine » ça j’entendais constamment. J’ai toujours su que je ne fonctionnais pas de façon « normale » mais je pensais que c’était lié à mon enfance dure et le fait qu’on ne croyait pas en moi, aucune valorisation etc, je dérangeais la plupart du temps mais je servais bcp aussi en tant que larbine et torchon à larmes. 

Rétrospectivement, ya pas mal de signes. Mais aucun adulte n’a été là donc ça ne m’étonne pas non plus d’avoir passé tardivement les tests. Et je n’ai toujours rien dit à la famille car je sais d’avance qu’ils vont le dénigrer, qu’ils ne prendront pas la peine d’écouter ce que ça veut dire. 

Et toi mindview?

@Fenrir, Se prosterneBravo !Respect bravo pour ta perspicacité !
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Mindview Mar 4 Juin 2019 - 23:11

D'accord, merci pour vos réponses.
Moi ça remonte à 4 ans, au même âge que toi à quelque chose prés.

J'allais me lancer dans un truc, mais j'enfonce des portes ouvertes ...
En bref : je mène ma petite enquête depuis, et selon mon échantillon (à mon niveau personnel, amis, connaissances, collègues, ex & co) les personnes "diagnostiquées" durant leur enfance n'ont pas ce type de problème, à l'inverse les autres en chient.

Au dodo !
Mindview
Mindview

Messages : 660
Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 36
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mer 5 Juin 2019 - 18:19

De quel problème parle-tu exactement? 

Les psys disent, et c’est très logique, qu’il faut reconnaître cette (ces) différence(s) le plus tôt possible pour justement éviter que l'enfant ancre en lui de la mésestime envers lui-même. Si ça ne paraît pas par le virtuel, je manque cruellement de confiance en moi, même si je sais que c’est juste un héritage psycho. Car factuellement, je devrais être fière de moi. 

A l’inverse, des parents qui reconnaissent la différence de leur enfant peuvent entrer dans un autre travers qui, lui aussi, fait des dégâts : celui de surinvestir l’enfant en lui mettant de la pression de performance parce qu’ils n’ont pas bien saisi ce que hp veut dire. Ils peuvent trouver normal et même un pré requis que leur enfant excelle. Et se vanter, trop auprès de l’entourage. Je n’aurais pas aimé avoir cette éducation non plus. Mais c’est clair que d’errer plus de 30 ans en se sentant un vilain petit canard ça fait des dégâts. Cette eco anxiété, la lucidité sur le monde, l’anticipation, l’analyse rapide et précise n’ont jamais été relevés comme étant des qualités, au contraire, ça a induit du rejet car je passe pour une chieuse de service doublement tarée par le pessimisme. Même si je ne croyais pas les autres qui me renvoyaient cette image, ça m’a éloignée bcp du social. Je suis malgré tout très sociable mais pas du tout sociale. Les gens qui me connaissent peu voient en moi une fille chouette, dynamique, souriante et drôle. Mais ce n’est évidemment qu’une partie de moi. Ce qui est moins positif, on le rejette. Donc pour m'éviter des emmerdes, je donne aux gens ce qu’ils veulent mais à petite dose, la solitude me fait bcp plus de bien que les humains, hum. Je pensais que les gens aimaient s’intéresser à la vie de leurs semblables mais en fait, ils veulent juste prendre le positif de la relation, ce qui ne pourra évidemment jamais vraiment m’intéresser. Je peux jouer le clown, faire le show et à la limite de l’hypocrisie mais pas longtemps non plus. Des collègues voudraient qu’on fasse des activités en dehors du taf’, venir voir où j’habite... mais  je ne suis pas chaude pour ça, les collègues peuvent rarement être de bons amis. Vaut mieux éviter le copinage en dehors du taf’ car après ça caquète. Et dans ma vie, je n’ai besoin que de quelques vrais bons amis. Être aimée du nombre, ça n’a pas d’intérêt. 

S’adapter. 
Faire avec.

Mindview, prends soin de toi (clin d’oeil)
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Mindview Mer 5 Juin 2019 - 22:10

Ce rapport à la vie, aux autres, aux relations sociales, au bonheur (égoïste?) ... Tout ce que tu exprimes si bien, je trouve Smile

C'est ce que j'aime sur ce forum, non seulement il me permet de me sentir un peu moins singulier, mais en plus certaines personnes arrivent à exprimer toutes ces choses, avec nuances et précision. C'est quelque chose que j'admire et dont je suis (ou me sens, ça dépend des jours) présentement incapable, mais qui me laisse entrevoir une possible progression, toujours ça de prit. D'un autre coté c'est à double tranchant, vous faites tout le boulot et nourrissez mon indécrottable flemme Laughing

Merci Bisous
Mindview
Mindview

Messages : 660
Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 36
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mer 5 Juin 2019 - 23:17

La non-reconnaissance de l’enfant tel qu’il est.

Mais je ne pense pas que je serais moins angoissée vis-à-vis des soucis provoqués par l’humain sur la Nature et ses semblables en ayant été un enfant aimé et reconnu. Car mes frères et ma sœur ne ressentent/ressentait pas comme moi alors qu’ils ont (eu) les mêmes blessures. Justement, eux sont très peu soucieux de leur empreinte écologique. Mes frères veulent kiffer la vie, comme la plupart en ayant peu de scrupules sur les conséquences. Mais il y a bien pire qu’eux. On a grandi dans un bois (résidentiel of course) donc ils ont qd même du respect pour la Nature mais ils aiment bcp le confort matériel artificiel, ce qui est contraire au respect de la Nature. Je leur en voulais de manquer de cohérence, et ça arrive encore (colère power) mais maintenant g compris qu’ils ne peuvent pas accéder au même niveau de conscience. Même s’ils ne sont pas cons, qu’ils ont du QI, il leur manque certaines hypersensibilités. 

La recherche effrénée du plaisir facile et direct... ça me lasserait. Je ne pourrais pas en tirer de vrai plaisir. Je vogue sur une autre orbite et avec le temps j’y trouverai bien des satellites. 
Le printemps est une période géniale pour se ressourcer à travailler au potager. Tout évolue, je passe minimum 2h par jour à chipoter au jardin et c’est mon plaisir principal je crois. J’ai la sensation d’être plus proche de ma vraie nature, c’est le cas dle dire. J’ai ce besoin depuis enfant. Je suis très contente de ne pas avoir les mêmes besoins que la majorité.

N'hésite pas à écrire mindview Wink
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par RonaldMcDonald Jeu 6 Juin 2019 - 11:07

My_illusion a écrit:A l’inverse, des parents qui reconnaissent la différence de leur enfant peuvent entrer dans un autre travers qui, lui aussi, fait des dégâts : celui de surinvestir l’enfant en lui mettant de la pression de performance parce qu’ils n’ont pas bien saisi ce que hp veut dire. Ils peuvent trouver normal et même un pré requis que leur enfant excelle. Et se vanter, trop auprès de l’entourage.(.../...)

J'ai eu de la pression, mais standard dans la famille. Fils de surdiplômé, binoclard intellectuel, je devais réussir. Et c'était à ma portée, sans trop bosser. Après, il ne s'agissait pas non plus de faire le programme de prépa en première(je l'ai vu faire), juste d'être premier de la classe. J'ai eu quand même de la chance. Je ne me suis fait taper sur les doigts que deux fois. Une en CM2, après un premier trimestre fini à la quatrième place(tu vaux mieux que ça!!!) et en cinquième quand je me suis jeté à corps perdu dans le jeu vidéo(un mois d'interdiction d'ordinateur). Pour le reste, étant identifié comme haut potentiel scolaire, les profs ne m'ont jamais traité de débile, et ils ont juste ignoré mes intuitions, sans jamais m'humilier publiquement(ça aurait pu me démolir) pour avoir utilisé des méthodes, euh, hors-programme.

Je me doute bien que dans des circonstances moins favorables, le dégât peut être massif. Je n'ai jamais porté seul sur mes épaules les ambitions de la famille. Avec un grand-père directeur d'usine, une tante directrice de ligne de transport mariée à un prof de maths de prépa, une autre mariée à un ponte du CNRS, et des cousins tous bourrés de succès scolaire(ingénieurs en grand nombre, mais aussi commerciaux, universitaires, pilotes de ligne, médecins...), faire mieux que les autres à l'école faisait de moi un individu normal dans la famille(et une bête curieuse à l'école, mais on ne peut pas tout avoir). Si toute ma famille avait été dans un milieu, disons faiblement scolarisé, mon succès scolaire aurait posé des problèmes dans la famille, aussi. La partie "trop se vanter auprès de l'entourage" était juste impossible : l'entourage était insurpassable - égalable, au mieux. Quand à la pression du succès, eh bien elle est beaucoup plus facile à accepter quand tout le monde y a droit(cf l'éducation à la chinoise, un truc massivement brutal, mais personne n'y échappe, donc personne ne s'en plaint).

Tout ça pour dire que je suis d'accord avec toi. J'ai eu la chance de me faufiler dans le chemin étroit entre ces deux écueils du don - rejet/exclusion et excès de pression - et j'ai frôlé suffisamment les deux cotés de la falaise pour prendre conscience du risque, et de la chance que j'ai eu(enfin, sur ce sujet. Sur d'autres.....).
RonaldMcDonald
RonaldMcDonald

Messages : 3149
Date d'inscription : 15/01/2019
Age : 45
Localisation : loin de chez moi, dans un petit coin de paradis

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Jeu 6 Juin 2019 - 18:41

Dans mon cas, le fait de savoir que j’étais HQI jeune m’a juste apporté un panier où jeter nombre de mes maux (sentiment de distanciation avec les autres et donc solitude, menant à un désintérêt pour les relations sociales pour préférer ma petite vie intérieure, principalement), et ça n’a fait aucune vague. Il n’y a eu aucun impact sur ma scolarité ou sur la vision de mes parents sur moi, ça paraissait « normal » en fait… Ou en tout cas, pas assez atypique pour qu’on s’y intéresse plus que ça. Mes parents sont ingénieurs, ça semblait logique que leurs enfants ne soient pas trop cons, donc ça n’a pas poser plus de questions que ça.

Ce n’est que depuis quelques temps que je me rends compte de l’ampleur des impacts que ça a eu et a toujours sur ma vie, et que je vais devoir faire avec.

Donc ça n’a pas changé grand-chose à ma vie de savoir jeune, dans le sens où il ne s’est rien passé. Mais je pense que ma vie aurait été vraiment très différente si je n’avais pas pu savoir quand j’étais jeune d’où venait ce décalage, car je me suis construit sur cette information (en partie erronée, car à l’époque on disait EIP, sous-entendu ça passera en grandissant. Très mauvaise blague).
Et maintenant, si je me pose moins de questions sur la cause de cette différence (encore à confirmer par un test), j’ai encore beaucoup de mal à identifier jusqu’où ça modifie mon être et ma vie.
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Jeu 6 Juin 2019 - 21:29

Que 4ème ! Ouch C’est tout de même une pression qui peut peser. Je crois que je n’ai jamais fait partie du top 5. Je n’ai juste jamais doublé et je faisais vaciller les notes dans leurs extrêmes, pour moi retenir des choses par cœur n’est pas attirant. Et souvent je n'étais pas d’accord avec le fait qu’il fallait apprendre une marche à suivre, ne laissant pas place à d’autres pour un même résultat. 

Ça me fait penser que je viens aussi d’un milieu très diplômé et que du coup, ça me semblait normal de réussir. Je pensais que je devais faire de hautes études alors que franchement si j’avais su... autant faire un job qui stresse pas trop mais qui rémunère modestement que se tuer à la tâche et angoisser. J’aurais très bien pu me contenter de nettoyer des cages d’animaux ou de faire du jardinage (non je mens, en fait g besoin de polyvalence...) ça repose le cerveau de faire du manuel sans responsabilités mais ça tue aussi de par la répétition gestuelle. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai tjrs eu la sensation que je devais faire une différence, faire du plus difficile, du plus compliqué car j’en avais les capacités? Bof. Je constate bien qu’il y a bien plus doué(e)s que moi et que le job véto est loin d'être un job de rêve. Y’a 10% de topissime puis y’a le reste. Les jeunes ont cette verve de penser que tout peut être mieux. Puis la réalité vient frapper. Pareil pour le job salarié (bioingenieur) que je fais actuellement, de l’extérieur on peut penser que c’est super enrichissant mais au final, je rends des avis d’expertise qui peuvent être outrepassés pour des besoins politico-économiques. Ça fait tjrs mal à devoir accepter. Au fond, nous sommes très peu de chose. Enfin, je n’ai jamais été attirée par la lumière mais j’aurais aimé être plus utile à un monde meilleur. La seule façon d’aspirer au changement c’est en consommant moins, en produisant un maximum par soi-même, en réparant, en troquant, en s’auto-soignant au maximum (apprendre +++ sur notre physiologie, les voies métaboliques, les composants des plantes, apprendre en prenant exemple sur la Nature, l’humain imite énormément ce qui existe déjà). Par autodidactie. Je ne sais pas comment on fait pour se convaincre que tout puisse être possible, qu’on ne sait pas de quoi est fait demain. Les miracles ça n’existe pas. 

Les illusions perdues, j’en recherche d’autres du coup car vivre dans l’illusion c’est tellement plus reposant!

Je me souviens que mon frère (le 2) me disait que biologiste c’était pas suffit, il voulait que je fasse plus haut. Je voulais juste bosser dans la Nature parmi les animaux. Lui a fait bio ingénieur, il gagne bcp de sous mais je ne voudrais pas du tout faire son boulot. Je manque de cette « ambition » d'être à la tête, j’aime le travail dans l’ombre, mon besoin premier est de me sentir vraiment utile, je ne cherche pas la reconnaissance sur ce que je fais, et le salaire est secondaire. Mais je n’ai tjrs pas trouvé. Je suis probablement trop exigeante. J’ai surtout compris que le plus utile c’est de travailler sur soi-même. Et que ça inspire les autres. Moins penser et moins ressentir apaisent... à court terme.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par nikoku74 Ven 7 Juin 2019 - 6:19

attendre la mort, en se comportant le plus juste possible, sans plus rien attendre de ses congénères, en essayant de ne pas trop se confronter aux cons, tel est mon objectif maintenant : et c'est je pense une belle ambition. Pas la même que la plupart des gens c'est sûr!
nikoku74
nikoku74

Messages : 1371
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 46
Localisation : Loire

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Ven 7 Juin 2019 - 7:30

nikoku74 a écrit:attendre la mort, en se comportant le plus juste possible, sans plus rien attendre de ses congénères, en essayant de ne pas trop se confronter aux cons, tel est mon objectif maintenant : et c'est je pense une belle ambition. Pas la même que la plupart des gens c'est sûr!

Pareil, mais c’est maigre en satisfactions. Mais yes, pas trop d’autres choix. C’est ça ou se mentir à soi ou se bourrer de consommations ou comportements destructeurs pour compenser l'absurdité de notre fonctionnement. 

Ce n’est pas joyeux et je n’ai pas à l'être. 

Ce que je ne comprends pas, c que toi nikoku tu aurais voulu faire un enfant. Que si ça ne s’est pas fait, c’est parce que tu n’as pas trouvé la mère ? Ou bien g mal compris, ce qui est tout à fait possible aussi (ma mémoire...)
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Mindview Ven 7 Juin 2019 - 12:35

My life:
...


Dernière édition par Mindview le Jeu 13 Juin 2019 - 8:30, édité 1 fois
Mindview
Mindview

Messages : 660
Date d'inscription : 25/03/2016
Age : 36
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Ven 7 Juin 2019 - 14:15

Accepter qu’on a juste des facilités dans quelques domaines et des sous-facilités dans celles qui sont évidentes pour le commun des mortels? 

Le social est souvent un point qui coince, c’est assez remarquable.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par nikoku74 Dim 9 Juin 2019 - 7:24

my_illusion a écrit:Ce que je ne comprends pas, c que toi nikoku tu aurais voulu faire un enfant. Que si ça ne s’est pas fait, c’est parce que tu n’as pas trouvé la mère ? Ou bien g mal compris, ce qui est tout à fait possible aussi (ma mémoire...)

c'était juste il y a une dizaine d'années : maintenant je suis déjà trop âgé et aussi plus conscient de la merde monde aussi (surtout du fait que ce n'est pas possible d'y changer quoi que ce soit).
nikoku74
nikoku74

Messages : 1371
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 46
Localisation : Loire

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Dim 9 Juin 2019 - 7:51

Comment expliquer que le cerveau mette tant d’années à conscientiser? Comme si l’instinct biologique poussait à nier que l'avenir Humain ne peut qu'être incertain et douloureux. Ce déni est puissant. En parlant avec les plus âgés, y’en a qui me disent que s’ils avaient su, ils n’auraient pas fait d'enfant. Qu’ont-ils appris de neuf entre temps? 

Il y a des phénomènes sociaux vraiment étranges qui se passent. Et même chez les gens pas cons. Comme quand ça ne va plus trop dans le couple, ils ne trouvent rien de mieux que de faire à nouveau un enfant, pour combler leur vide intérieur ? Comment on fait pour être si inconscient en fait? J’ai bcp trop de respect pour la vie que pour l’utiliser à mon intérêt personnel, même animale. J’ai grandi dans l’élevage et g côtoyé de nombreux éleveurs. Même si j’adore élever des animaux et que g les skills pour le faire et bien (je fais très attention à les rendre bien dans leur tête, ce qui est un gros travail de désensibilisation à tout ce qu’ils vont rencontrer dans leur vie), cela me culpabilise car les animaux ne devraient que vivre en pleine Nature, pas en captivité. Car même si la plupart des domestiqués s’en sont accommodés, il y a énormément de signes de détresse qui parfois sont flagrants mais en majorité sont peu perceptibles. Le chat en montre bcp plus, cette espèce est très facilement stressable, et les signes pour l’exprimer demande un bon œil éthologique. Le chat est le plus capable de retourner à une vie sauvage car il garde ses compétences de méfiance et d’affût. Le chien lui c’est beaucoup plus difficile, d’autant que de nombreuses races ont été accentuées par l’homme les rendant inapte à la vie sauvage. 

Tout ce que l’humain touche se dégrade. C’est le pire animal que la Terre s’est permise de porter.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Tux Dim 9 Juin 2019 - 9:49

Hello .. discussion intéressante.

Je rebondis sur une phrase du message initial :
"Pour survivre, je disparais du relationnel. Je m’éloigne et j’agis ça et là pour me sentir utile. Maigre lot de consolation. Les autres ne peuvent souvent pas m’apporter grand chose. "

En fait si, les autres peuvent t'apporter beaucoup !

Nous sommes des être sociaux, et nous avons besoin des échanges avec les autres, c'est comme ça.
Donc il faut commencer par avoir une vie sociale, pour espérer s'épanouir.
Pas besoin de se dévoiler, avec les autres, mais simplement ne pas se priver de partager des choses simples.

Et cette vie sociale t'apporte des rencontres, qui font qui finalement tu rencontre des gens qui ont la même sensibilité que toi, tu ne te sens pas seul et c'est déjà beaucoup

Il ne faut pas être prétentieux, en se disant qu'on a une intelligence supérieure aux autres, même si c'est vrai, cela ne fait pas de nous les détenteurs de la vérité.
Le 4 accords toltèques sont assez intéressants, je trouve, pour pouvoir avancer assez sereinement, avoir un rapport sain entre soi même et les autres, en évitant de se torturer l'esprit

Je finirais sur la dernière phrase de ce fil :
Tout ce que l’humain touche se dégrade. C’est le pire animal que la Terre s’est permise de porter.

Bon, ok, mais une fois qu'on a dit cela on fait quoi ?

C'est peut être HS, ou peut-être pas, mais je vous partage ce lien du https://fr.wikipedia.org/wiki/Noble_Chemin_octuple. Cela fait longtemps que des hommes (et femmes) ont trouvé quelques explications à nos problèmes existentiels
Tux
Tux

Messages : 28
Date d'inscription : 24/10/2018
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Dim 9 Juin 2019 - 23:39

Bonsoir Tux et merci pour ta réponse,   

Justement, je rencontre très peu de personnes qui me font du bien, même dans le simple.

Être entouré(e) ne fait pas se sentir moins seul(e) je trouve. Je vois qd même pas mal de monde et svt je m’y sens mal, je ressens tout ce que les autres portent en eux, j’essaie de ne pas y prêter trop d’attention mais ça me parasite tjrs. Alors je reste à l'écart et on me le reproche. Prendre que le bon des autres... j’ai jamais su faire. J’ai qqes valeurs sûres qui sont des ami(e)s c’est déjà ça. La plupart des gens me frustrent. Et comme dire ce que je pense n’est que rarement utile (dans le sens que l’autre s’en fout) je m’éloigne, ça me semble logique. 

On fait quoi ensuite? De son mieux en ne laissant pas de descendant, c déjà beaucoup. 

Et sinon, je ne me sens pas plus intelligente.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Lun 10 Juin 2019 - 10:09

« Le Noble Chemin ou Sentier octuple(sanskrit IAST aṣṭāṅgamārga ; pāliaṭṭhāṅgika magga) est, dans le bouddhisme, la voie qui mène à la cessation de dukkha (insatisfaction, souffrance) ainsi qu'à la délivrance totale (nirvāṇa)[1]. Il est également appelé « Chemin du milieu », car il évite les deux extrêmes que sont d'une part la poursuite du bonheur dans la dépendance du plaisir des sens et d'autre part la poursuite de la libération dans la pratique de l'ascétisme et de la mortification ».
 
Ok je suis donc dans le deuxième extrême: ascétisme et mortification. 
A choisir entre les deux extrêmes, j’aurais consciemment choisi celui là. 
Déplacer le curseur vers la gauche... ok.
J’ai un dégoût profond pour le plaisir que l’on s’octroie sans égard pour ce qui nous entoure. Oui cela fait résonner mon histoire personnelle. Oui il m’est même arrivée de peter un câble et sortir lorsqu’une personne s’est octroyée le droit de fumer et me faire subir sa fumée dans un espace clos. Je lui ai d’abord demandé gentiment de faire ça dehors (c’était avant l’interdiction de fumer en milieux clos autres que fumoir) puis j’ai argué que ceux qui l’entouraient n’avaient pas à s’intoxisuer passivement. Ce à quoi elle m’a répondu « je fais ce que je veux, si les autres sont pas contents, ils s’éloignent » et bam en une fraction de seconde, elle venait de couper notre lien. Car oui g une tolérance zéro pour ce genre de manque de respect. Cela me renseigne grandement sur le type de personnalités. J’ai brisé le lien en silence, le dégoût à dominé, tout le reste que pouvait porter cette personne n’avait plus de poids. Nombreux exemples. 


Exagération ? Ou une valeur morale très profonde ? 


Aurais-je envie d’en changer ? Non. 
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Lun 10 Juin 2019 - 14:47

Petit point par rapport à la conscientisation sur le problème du réchauffement climatique : j’ai lu un excellent bouquin là-dessus, Le syndrome de l’autruche écrit par Georges Marshall (2014). Il est allé rencontré tout un tas de chercheur en neurosciences, sciences cognitives, psychologie sociale, écologistes et climato-sceptiques, etc. afin de faire une étude globale du sujet. C’est un livre passionnant mais il faut être un peu averti sur le sujet je pense, car si il est vulgarisé, ça reste un pavé de 400 pages assez technique qui demande un peu de concentration pour tout suivre. Mais je le conseille vraiment, vous aurez beaucoup de réponses à la question : pourquoi on met si longtemps à accepter ce qu’il se passe tout en sachant pertinemment que nous sommes dans la merde, et pourquoi nous mettons si longtemps à réagir ? Même si ces réponses sont pour la majorité pas très optimistes, car vous verrez que notre cerveau ne semble vraiment pas adapté pour gérer ce type de problème.

Mais sinon, pour en revenir à un de tes précédents postes My_illusion, personnellement je comprends tout à fait ta réaction face à ce type de comportement. Je me rappelle avoir parlé à une amie un jour à propos d’une personne que je ne souhaitais pas apprendre à connaître davantage à cause de son orientation politique. Elle me répond alors que cela ne veut pas dire grand-chose et que cela ne fait pas de cette personne quelqu’un de méchant ou de non-fréquentable et qui ne pourrait pas devenir un ami. A mon sens, quand on est presque néo-nazi, c’est quelque chose qui fait effondrer toutes les bonnes choses à côté. Je ne pourrai jamais sympathiser avec quelqu’un comme ça, même si il a des hautes valeurs sur d’autres aspects. Même si ce penchant semblait peu basé sur un raisonnement logique et plus sur son environnement familial et social en général (et donc qu’il adhère à ces idées sans trop les remettre en cause, rendant cette personne peu intéressante à mes yeux), ça laisse penser que ce type de positionnement doit pas mal déteindre dans d’autres domaines. Je suis toujours en grande sidération quand des gens balaient ces "détails" dans leurs relations avec les autres et ne les prennent pas en compte, comme si tout ce qui comptait était de passer un moment agréable avec ces gens, peu importe qui ils sont à l'intérieur.
On m’a aussi parfois reproché d’avoir beaucoup d'exigences envers les autres sur des valeurs morales. Mais je ne baisserai pas mes exigences envers moi-même, et je souhaite juste pouvoir vivre avec quelques personnes qui sont aussi exigeantes, c’est tout. Si cela m’impose une solitude car ces personnes sont rares, ainsi soit-il, car je ne désire pas baisser la barre pour l’instant, en tout cas envers moi-même. Peut-être que j'aurai plus de tolérance en vieillissant, mais cette situation ne cessera jamais de me désoler.

Après, si je n’attends pas non plus grand-chose de l’humanité en général sur ces aspects, je vois bien qu’il y a des réveils de conscience et des actions qui commencent à prendre, et c’est une bonne chose même si ça n’a pas encore atteint la majorité. En tout cas je pense qu’il ne faut pas attendre les autres pour être heureux. Évidement que les contacts sociaux sont essentiels pour se développer et s’épanouir, notamment dans des projets collectifs qui nous dépassent et sont bénéfiques à de nombreuses personnes. Mais je pense que ça peut être très intéressant de trouver une voie qui nous permettent de nous développer à côté de ça, en parallèle, notamment pour les zèbres qui peuvent avoir beaucoup de mal à trouver du sens à leurs actions, à trouver une place dans la société, voire même à trouver un cercle de personnes intimes avec qui se sentir à l’aise et compris, et avec qui avoir des relations suffisamment profondes et intéressantes.

Personnellement, j’essaye de développer ça de mon côté car je ne sais pas si je pourrai connaitre ça un jour à travers des relations avec les autres, et je n’ai pas envie d’attendre de rencontrer les bonnes personnes pour avoir une vie qui vaut la peine d’être vécue. Cela peut être difficile de trouver sa voie, nos rêves peuvent nous faire peur, il faut arriver à descendre de son nuage pour les transformer en projets et cela demande beaucoup de travail dont on ne sait pas si il aboutira comme on le voudrait.
Mais 100% des gens qui ont réussi leur rêve sont des gens qui ont essayé.

Et je plussoie la philosophie bouddhiste pour trouver un équilibre dans sa vie. Ils sont d’ailleurs assez strictes niveau règles de conduite et valeurs morales ^^
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Tux Lun 10 Juin 2019 - 21:03

My_illusion a écrit:A choisir entre les deux extrêmes, j’aurais consciemment choisi celui là.
Le "chemin du milieu" c'est ni l'un ni l'autre. Ce qui n'est pas si simple.
Mais tu es libre de tes choix !

My_illusion a écrit:Ce à quoi elle m’a répondu « je fais ce que je veux, si les autres sont pas contents, ils s’éloignent »
Pourquoi prêter tant d'attention à cette conne ? Je comprends que ça t'ai profondément énervé, mais je crois qu'il vaut mieux oublier ce genre de confrontations.

Fenrir a écrit:car vous verrez que notre cerveau ne semble vraiment pas adapté pour gérer ce type de problème.
Effectivement, les hommes (et femmes) ne sont pas aptes à affronter un danger lointain

Fenrir a écrit:Personnellement, j’essaye de développer ça de mon côté car je ne sais pas si je pourrai connaitre ça un jour à travers des relations avec les autres,
C'est une démarche qui demande une grande volonté, félicitations.

Personnellement, la perte de biodiversité m’inquiète bien plus que le réchauffement climatique, car ça se passe maintenant et partout (même en France)

Je vous partage ce clip de Coldplay .. Don't Panic

Tux
Tux

Messages : 28
Date d'inscription : 24/10/2018
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Lun 10 Juin 2019 - 22:45

C’est assez étonnant Fenrir car je me vois en toi sur les quelques échanges récents, j’étais déjà ainsi à 20 ans, je n’ai pas vraiment changé, juste accumulé davantage de données avec les années. 

Je ne doute pas que le livre que tu proposes soit intéressant, je n’ai pas peur des termes techniques (d’ailleurs je les préfère à la narration romanesque). J’adore le fonctionnement du cerveau, j’ai eu un cours de neuropsycho (c’était une option, lol). J’ai lu pas mal sur la plasticité neuronale. Et la théorie de Boris Cyrulnik sur le lobe frontal. C’est la machine centrale, celle qui fait de nous, ce que nous sommes. Si l’on pouvait la programmer comme un ordinateur...

Tu peux en partager les grandes lignes si tu veux.
Dans une vidéo dont je ne me souviens plus la référence, il était expliqué que l’humain est très peu capable d’anticiper et que même lorsqu’on l’avertit de ce qu’il va se passer, il n’écoutera pas car l’humain ne réalise l’urgence que lorsqu’elle se présente à sa porte. L’humain parvient assez bien à vivre l’instant présent. Et surtout, il veut se faire du bien. Il ne veut pas se faire du mal s’il n’est pas directement et imminemment en danger. Je crois que j’ai appris bcp par mon enfance, même en ayant vécu sous de belles latitudes, j’ai connu la faim, la peur et l’angoisse d’être tuée ou blessée. Ça fait voir le monde dans lequel on vit différemment. 

Oui Tux, le juste milieu, ce n’est pas simple non.
L’exemple que j’ai donné n’était pas qu’une sombre conne, c’était mon ex belle sœur qui a été top avec moi qd j'étais Ado. Mais elle était accro à la cigarette et ça empiétait sur tout respect du coup.

La perte de biodiversité est plus préoccupante oui par ses causes multi-factorielles. Le RC participe à la perte d’espèces aussi, mais la destruction des écosystèmes pour loger et amuser les humains aussi. Puis les autres causes. 
Le koala est déclaré déjà en extinction, il reste 80000 individus mais ils ne vont plus pouvoir se maintenir en dehors de la captivité. Ils meurent par déshydratation surtout dus aux étés trop caniculaires en Australie et perte de leurs habitats spécifiques (forêts d’eucalyptus)... les seuls que j’y ai vus, ils étaient aidés par les humains... dont un centre de revalidation. 

Après pour rassurer, on parle d’espèces qui se réimplantent, mais le vase se vide plus qu’il ne se remplit donc ça n’a pas de côté rassurant.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par nikoku74 Mar 11 Juin 2019 - 7:42

My illusion a écrit:Comment expliquer que le cerveau mette tant d’années à conscientiser?

ce que tu ne vois pas c'est que mon parcours de vie m'avait beaucoup protégé de la mauvaise face de la nature humaine jusqu'à mes 30 ans, donc ce n'était pas une question de conscientisation. C'est juste que j'avais cheminé dans un quasi microcosme...
nikoku74
nikoku74

Messages : 1371
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 46
Localisation : Loire

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mar 11 Juin 2019 - 8:03

Càd ? 

C’est sûr que l’entourage peut empêcher d’ouvrir les yeux. C clair que j’ai cette chance-là d’avoir eu la tête en plein dans le caca : « tiens gamine, regarde comment peut être le monde, regarde les dégâts que font les humains! » « tu n’es rien en ce monde et tu n’en seras jamais rien! » ça permet de s'éveiller, d’avoir les pieds sur Terre et pas la tête dans les étoiles ou la lune. 

Mais quitte à devoir vivre, autant vivre d’illusions. Juste pas se reproduire car quand même, c’est vraiment pas cool d’offrir un monde qu’on sait se dégrader de décennie en décennie.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par RonaldMcDonald Mar 11 Juin 2019 - 9:22

L'instinct est puissant. J'en parlait avec une collègue, il y a quelques jours. Le sujet n'était pas l'environnement, juste la quantité astronomiques de boulot que représente un gamin. Et elle avait avoué qu'au moment de faire le second, tout ce qu'elle en avait chié pour le premier, elle l'a oublié.

Ma femme, pareil. Après la naissance du deuxième - alors qu'elle avait déjà 45 ans, et que le petit a failli crever à la naissance, et qu'il a fallu 6 mois de kiné pour qu'il puisse marcher, et qu'on a pas la place dans l'appart' pour un troisième gamin, et qu'il demande un boulot de dingue - elle m'a reproché de prendre mes précautions pour ne pas en avoir un troisième. Elle était(et est toujours partiellement) face à une tâche qui la dépasse, et pourtant elle en redemandait. C'est l'instinct de reproduction, notre instinct animal. Ca fait partie de nous. La plupart du temps, c'est une bonne chose.

Parfois, non.
RonaldMcDonald
RonaldMcDonald

Messages : 3149
Date d'inscription : 15/01/2019
Age : 45
Localisation : loin de chez moi, dans un petit coin de paradis

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mar 11 Juin 2019 - 17:47

Vi c’est ça qui me sidère, lorsque la pulsion domine, l’analogie est peut-être grossière mais ça me fait penser à l’alcoolique qui a besoin de sa dose. Il sait que ça arrange pas sa vie ni celle de son entourage mais c’est plus fort que lui. Ma belle sœur essaie depuis un an et demi d’avoir un second alors qu’elle me dit régulièrement que ça ne va pas avec mon frère et que les travaux dans la maison n’avancent pas. Et elle, elle ne prend pas le temps (flippe à mort) de passer son permis. Je sais pas, ça me semble tellement absurde, je ne pige vraiment pas pourquoi le rationnel ne finit pas à un moment donné par guider vers le mieux, ou le moins pire. 

Ça me fait penser que je suis pas du tout sujette aux addictions. Pe juste à internet, mais si c’était nécessaire, je pense que je pourrais m’en passer. J’ai beaucoup souffert des addictions des autres, qu’ils m’ont imposé. Conne comme je suis, je pensais que j’arriverais à les aider. J’avais cette illusion là oui. Mnt c’est fini. Je fuis les addictifs car c’est maladif sans guérison bien sensible. Ça peut aller vers un mieux et puis rechuter à la moindre vulnérabilité et c’est reparti pour un tour. 

Je crois que je fuis tout simplement tout ce qui est source de souffrance. Même au boulot, le patron a essayé de me manipuler (manipulation positive) mais s’il croit que je suis naïve, je ne vais pas tomber dans le panneau, ce mec n’a pas de face, aucune fiabilité et son management est pourri, j’appelle mon service « les chaises musicales » il n’arrête pas de faire changer les gens de leur fonction sans égard pour l’esprit d'équipe. Quand une équipe fonctionne, il ne faudrait pas y toucher, car si on retire un membre, on déstabilise le bon fonctionnement. Je lui ai susurré d’engager des New et lui ce qu’il veut c pas se casser la tête, il vient me dire « je m’occupe du reste » alors que si je quitte mes collègues directs, je les fous dans la merde. Pour moi, c’est un idiot. Un de ses arguments m’a fait bien rire « en plus, ainsi tu travaillerais avec moi » genre ça va me tenter ?! Il croit que je suis naïve mais je l’ai observé depuis plus de deux ans et ça me suffit pour cerner les grandes lignes du personnage. Il n’est pas sain donc je m’en éloigne, logique. Il n’a aucune gêne à faire ralentir le service et à mettre mal les équipes. C’est pas du management ce qu’il fait, c’est boucher des trous en en créant d’autres. La dimension humaine il ne la considère pas, et il ne se rend pas compte qu’il perd la confiance de tous. Il se prend pour le chef qui a tous les droits alors qu’un bon leadership il fédère, il ne divise pas. En plus, il a voulu me faire bosser avec un gars qui ne fout rien, qui m’agace et qui pue. Je me suis retenue de rire. Quel honneur vraiment... et il essaie d’asseoir une autorité glissée au savon, et l’autorité n’a pas de poids sur moi, je la défie et la rejette avec véhémence dès que je la ressens abusive, déplacée. Ahhh ça, ca m’en a valu des renvois et notes au journal de classe mais ça ne m’a jamais impressionnée. Même aujourd’hui, j’estime que mes réactions étaient appropriées. En plus, je signais tout moi même donc personne ne pouvait se douter qu’il y avait falsification de signature. Ça a des avantages aussi de ne pas avoir eu de parents. 

Bref, la conscience donc, c’est un atout pour éviter de s’embourber dans les problèmes mais ça pèse par d’autres aspects. On a toujours les qualités de ses défauts et les défauts de ses qualités comme on dit.

Je crois que pour mieux vivre, j’ai vraiment pas le choix : me déconnecter du réel. Et pour y arriver, je dois berner le cerveau par des substances chimiques. J’aime pas ça, pas du tout même! 

Mais pour vivre heureux, faut vivre un peu concon dans un cocon, Hum.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Mar 11 Juin 2019 - 18:53

Pour le livre, il me serait difficile d’en faire un résumé tellement l’auteur a évoqué des choses, il faudrait que je m’y replonge et que j’en sorte un pavé tellement plein de choses sont abordées ^^
Un truc dont je me souviens est que le problème climatique est un « problème cognitif parfait », il est très multivalent avec de multiples sens et interprétations possibles, et surtout sans identité claire : pas d’échéance, pas de lieu précis, pas de cause unique, pas de solution, pas d’ennemi. Donc difficile à appréhender pour notre cerveau.
Il aborde plein d’aspect de notre fonctionnement cérébral qui permettent de mieux comprendre comment les humains fonctionnent, au-delà du problème du réchauffement climatique (il aborde le racisme, l’homophobie, le nazisme, l’avortement, etc.), en regardant les biais cognitifs, tous nos mécanismes de déni ou de logiques fallacieuses. En vrai il m’a beaucoup plus brassée par rapport à ce qu’il révèle sur le fonctionnement humain en général que sur notre façon de traiter le problème du réchauffement climatique en particulier.

D’ailleurs un autre livre qui m’a aussi beaucoup fait réfléchir est la Psychologie de la connerie, ou quelque chose comme ça. Si au début le ton est plutôt léger en essayant de décrire ce qu’est la connerie, plus on avance plus le sujet devient complexe et pesant. C’est aussi un livre qui regroupe une trentaine de références de neuroscience et sciences cognitives, il y a notamment la question de la rationalité qui y est abordée (ça a l’air d’être un sujet assez présent dans tes réflexions My_illusion), en citant notamment  « Système 1/Système 2 : les deux vitesses de la pensée » de Daniel Kahneman, psychologue qui a reçu un prix Nobel d’économie pour ce livre qui explique très bien la base du raisonnement en économie comportementale. En gros il explique le fonctionnement du cerveau concernant notre programmation à raisonner et prendre des décisions : le système 1 serait rapide, intuitif et émotionnel, le système 2 serait lent, logique et rationnel. Je ne l’ai pas encore lu mais il a l’air vraiment très intéressant, c’est devenu une référence dans les milieux psycho et neuro.
Il cite aussi quelqu’un qui a fait des recherches sur la rationalité et monter un test de rationalité. En gros, la rationalité serait peu corrélée au QI, et serait bien différente de l’intelligence mesurable avec le QI. Elle se rapprocherait plus du « bon sens », et de notre capacité à prendre les meilleures décisions pour nous.

Bref, tout ces livres apportent pas mal pour comprendre pourquoi des gens prennent des décisions à la con ou contre eux, même avec tous les éléments en main pour prendre une meilleure décision, pourquoi c’est plus facile de réfléchir avec ces émotions que sa raison même si le résultat a plus de chance d’être merdique, et surtout pourquoi on est programmé pour le faire.
Notamment avec le livre de Kahneman, d’après les citations que j’ai pu en lire, on est à un millimètre de dire que le libre-arbitre n’existe pas car nos cerveaux sont déjà programmés pour nous dire comment réfléchir. Ça fait assez peur, et en même temps ça permet de mieux accepter le comportement des gens, ils sont programmés biologiquement pour se comporter ainsi et n’ont pas forcément les ressources intellectuelles, émotionnelles ou suffisamment de connaissances ou de méthodes pour éviter/modifier ça.
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mar 11 Juin 2019 - 23:22

Mon cerveau n’a rien de commun, ni même avec le groupe hp je crois, aucun bouquin ne parle de ce que je ne peux pas mettre en mots. Ou bien oui je ne l’ai pas trouvé, je lis très peu car souvent je n’apprends rien qui me stimule, je ne lis du coup plus que des revues vétérinaires, ou des articles concis mais condensé  dans un journal Razz . On m’a passé le livre « trop intelligent pour être heureux » je le trouve nul, je l’ai donc abandonné. C’est si niais ce qui est écrit. 

Souvent, les livres sont tirés en long et en large, ce qui me fait bailler, lol. 

Cette scène entre Robin Williams et Matt Damon dans le film « the good will hunting » est top : 

Cela m’a rassurée sur mon manque d’intérêt pour la lecture. Et j’aimerais bien rencontré un psy comme ça car il en bouche un coin. Que l’autre puisse lire en moi sans que je n’ai à parler, que son analyse soit fine et précise. Pour que j’en sois impressionnée. 

Les deux vitesses de la pensée, on les a tous toutes les deux j’ose espérer. 

Puis j’ose espérer aussi qu’on puisse être très rationnel et avoir un gros QI, lol. 

L’humain est censé être la seule espèce qui ait conscience d’être conscient. Il peut faire bien plus que ce qu’il se contente. En tout cas, c’est mon souhait, acquérir ces outils pour se décortiquer de l'intérieur et rendre ses comportements plus sensés, plus sains. 

C’est étonnant que tu lises ce genre de livre Fenrir, mais c cool ! Ça t’apprend vraiment pour ta propre vie, ton propre fonctionnement ?
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Mer 12 Juin 2019 - 18:31

Hum… Je ne sais pas si ça m’apprend quelque chose sur moi-même, par contre ça me permet de vraiment mettre des mots sur les comportements que j’observe et d’avoir des explications scientifiques dessus. Et donc de mieux comprendre les autres, et évaluer la différence entre mon fonctionnement et le leur. De voir ce qui me semble à peu près similaires et ce qui est complètement différent ou présent/absent.

Je ne sais pas si beaucoup de gens se retrouvent entièrement dans le groupe HP, même si au début, le fait de voir autant de ressemblances peut nous laisser penser qu’on a enfin trouver un groupe auquel s’identifier. Personne n’est « que » HP, tant de choses influencent notre fonctionnement.
De mon côté, si je ne me retrouve pas entièrement dans le groupe HP (en sachant que je ne suis même pas sûre de l’être), je m’y retrouve sur pas mal d’aspects qui ne correspondent pas à d’autres populations, et je me sens plus proches de ces gens quand j’en rencontre.
Mais il reste toujours une grande distance qui m’empêche de me sentir vraiment proche, comprise et perçue pour ce que je suis vraiment, voire « connectée » ou liée avec quelqu’un. Un peu comme si il était impossible de vraiment comprendre ce que je suis. Ta vidéo m’a beaucoup parlé car si j’explique aux gens ce qui se passe dans ma tête, ils comprennent bien le concept même si ils pensent effectivement que c’est bizarre ou peu commun, mais ce qui est sûr, c’est qu’ils sont incapables de vraiment comprendre car ils n’ont jamais éprouvé, ressenti au plus profond d’eux ce que je leur raconte. Ils ne l’ont jamais vécu, ils ne peuvent donc pas comprendre ni même imaginer l’ampleur des impacts que cela a sur mon être ou ma vie, ma vision du monde.

En tout cas, grâce aux livres, je sais qu’il y a plus que le possible côté HP pour expliquer ma différence. Si je n’ai pas encore vraiment réussi à la nommer, je sais au moins que je suis vraiment loin de la « norme », et ça me permet de prendre conscience que ça ne va pas être possible de continuer à faire semblant d’être capable de vivre normalement pour le reste de ma vie. Je ne veux pas de ça, le prix en terme de déni de soi-même en est exorbitant, en plus de l’effort nerveux que ça demande et du renoncement à une vie plus adaptée que ça entraine.
Après, je ne suis malheureusement pas sûre qu’un psy comme tu le décris existe, mais ça serait beaucoup plus simple si c’était le cas ^^
Très peu de gens sont capables de tomber juste avec peu d’information, je reste d’avis que la connexion « ultime » ou fusionnelle est impossible, on ne comprendra jamais totalement ce qui se passe chez autrui (mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas essayer de l’atteindre, c’est un idéal intéressant à mes yeux). Seul de longues discussions régulièrement mises à jour (car on évolue constamment) me semblent appropriées pour espérer comprendre l’autre du mieux que nous pouvons. Et ça vaut pour soi-même ! Plus on discute avec soi-même, mieux on se comprend et mieux on est capable de repérer nos évolutions internes.
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mer 12 Juin 2019 - 19:24

C’est ça, c’est tout à fait ça : Il faut le vivre pour le comprendre. Et je crois que c’est pour cela que tous les discours et écrits ne serviront à rien (presque à rien) pour amener plus de conscience collective. 
Je le sais au fond de moi, mais je me résiste à l’accepter, comme je résiste à accepter trop de choses pour lesquelles je n’ai aucun pouvoir. Cela anéantit toute forme d’espérance et cela est impossible à supporter. 

Si tu n’as pas vu ce film, « the good will hunting », je te le conseille vivement. Enfin...il me résonne fortement car je me sens proche de will hunting sans avoir ses capacités intellectuelles qui sont archi élevées. Pour se faire accepter du monde, il traine avec des gens qui aiment profiter simplement de la vie et il fait un job banal, il ne veut pas qu’on le regarde comme une bête étrange. En plus du très haut potentiel intellectuel, il a un vécu dramatique. Et c’est ce qui me touche le plus, ce film fait ressentir l’impuissance de pouvoir être compris. Will rejette l’apitoiement et ne fait pas confiance aux autres, si bien qu’il détruit les liens qui comptent le plus pour lui. C’est ce que je fais également. Parce que les autres ne voient pas le vrai Will, et seul son psychiatre y parvient et l’aidera vraiment à atteindre la catharsis émotionnelle. Par le « c’est pas ta faute! » qu’il va répéter bien 10-15 fois. Mais comme tu l’as si bien dit Fenrir, ces psys n’existent pas dans le vrai monde.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Mer 12 Juin 2019 - 19:42

En effet je ne l'ai pas vu, et il a l'air très intéressant de ce que tu en décris donc j'espère arriver à le regarder d'ici peu !
Après peut-être que des psys comme ça existe, mais ils doivent être très rares. Déjà trouver un bon psy tout court, c'est pas une mince affaire...

Et oui je suis d'accord avec toi, cette conscientisation ne peut que s'éprouver pour être comprise et pleinement intégrée, les discours et les preuves rationnelles ne suffisent pas. C'est à chacun de faire ce chemin intérieur, cette acceptation de la réalité qui ne correspond pas à leurs croyances ou à leurs souhaits. Je ne sais pas si il est possible de voir la réalité complètement dénuée de tout nos filtres qui nous protègent, nous rassurent ou qui nous évite simplement un effort cognitif trop important pour la comprendre. Mais on ne peut qu'espérer que de plus en plus de gens ouvrent les yeux par eux-même, on ne peut que proposer, supposer et inciter sans imposer, et tout en ayant l'humilité de savoir qu'on ne détient pas la vérité absolue non plus.
C'est toute la question de définir la réalité et d'essayer de déterminer collectivement vers quelle réalité ou perception de la réalité nous souhaitons tendre, en sachant que jamais nous n'arriverons à l'unanimité (même si on était télépathes, je ne pense pas que ça serait possible ^^ On aurait toujours des avis et des envies différentes).
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Jeu 13 Juin 2019 - 8:28

Actuellement je dois appliquer ce lâcher prise dans un exemple très simple: laisser le père de mon filleul lui distiller de mauvais apprentissages. Je dois accepter qu’il n’y a pas de parent parfait. C très difficile à accepter quand j’anicipe déjà tous les dégâts à venir. Je ne sais pas tout et je reconnais que très certainement je ne serais pas capable de rassurer et soutenir suffisamment un enfant. Car il est bien vrai qu’on peut pas donner ce que soi-même on ne s’apporte pas. Je dois me taire sinon je me mettrai son père à dos et du coup, ce sera encore moins constructif. Alors j’espère secrètement que ce petit pourra suivre les bonnes lignes sans son père. Je vais lui instiller les gouttes mais je ne dois pas m’attendre à un résultat. Ce que je crains, c’est que je m’en éloigne car s’il est un humain insuffisant, qui suit la trace de son père, je vais l’éloigner de moi, c’est instinctif presque, j’éloigne de moi tout ce qui est malsain, c’est la seule façon que j’ai trouvé pour maintenir un semblant de stabilité. Car ce qui tourne mal me rend malade et ça finit par me rendre acerbe. Je ressens alors que tous les efforts sont vains et que limite on se fout de ma gueule. Donc, gâchis de temps et d'énergie. Je ferai ce que je peux, sans dépasser mes limites émotionnelles. J’espère que j’y arriverai. Pour le bien du petit. Ce qui est positif c’est qu’il est très sensible à ce que je dis, il pleure quand je suis pas contente d’une bêtise qu’il a faite, ce qui me calme très vite aussi car bon je n’aime pas faire pleurer non plus! Mais cela veut dire que je peux avoir une influence et j’espère qu’il apprendra de moi le respect de la Nature, le fait de manger sainement et équilibré, qu’il ne s’exprimera pas avec des gros mots à chaque phrase. J’essaierai de faire ce que je peux et si ça ne donne rien, je devrai m'éloigner. Il est aimé (par son père et ses grands parents paternels) et je ne suis pas essentielle à sa stabilité affective, cela me rassure. J’ai peur de comment il va tourner, mais je n’ai pas grand pouvoir là dessus. Ça se saurait si l’humanité de manière générale évoluait vers du mieux... on ne refait pas le monde comme on dit. 

Dans le film ‘will Hunting’ il y’a pas mal de scènes émotionnellement fortes. Ça fait chialer même. J’ai bcp aimé l’explication qu’il a donné pour expliquer comment il faisait pour résoudre des exercices mathématiques/chimiques/physiques complexes, il dit « c’est comme Beethoven devant un piano, il voyait le piano et il savait comment en jouer, personne ne lui demandait comment il faisait, il le faisait c’est tout. »

La scène entre lui et sa copine... elle veut qu’il déménage pour vivre avec elle et lui, lui demande pourquoi, sous-entendu des garanties que ça va pas capoter, et elle ne trouve pas les mots pour le rassurer alors il se sent piégé et la rejette. En réaction, elle pleure et lui dit qu’il ne l’aime pas. Il comprend à ce moment qu’ils ne peuvent pas se comprendre alors il coupe court et lui dit ce qu’il ne pense pas mais qui solutionne le problème. 

Bon désolée je spoile loooool.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Lun 17 Juin 2019 - 18:22

« la lucidité exacerbée sur le monde et sur les autres rend difficile la sérénité intérieure » 

C’est exactement ça !
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Zarbitude Lun 17 Juin 2019 - 20:02

Etrangement, c'est lorsque "tout va mal" qu'il est sage de garder son sang froid.
J'espère me souvenir de ça à la prochaine "merdouille" Very Happy
Zarbitude
Zarbitude

Messages : 8895
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Lun 17 Juin 2019 - 21:35

Je te rassure je ne pète jamais de durite, tout se passe en interne sans éclabousser sur les autres. J’ai juste le corps qui ne suit plus trop. Un blepharospasme à gauche ne veut pas s’en aller depuis des semaines. Je fais de l’enteropathie fonctionnelle, nausées psychogènes, maux dorsaux, anxiété, le tout est chronique et d’origine essentiellement nerveuse. C’est un peu comme si la tête poussait dans les retranchements et que le physique ne pouvait pas le supporter. Il n’y a pas de filtre protecteur, je me ferai toujours ce mal, cela me pousse à faire de mon mieux, pour déculpabiliser d’exister. Je suppose que l’origine est la blessure égotique. Peu perceptible par le virtuel. Les 5 blessures de l’âme: trahison, rejet, abandon, injustice et l’humiliation. G eu le bonheur de connaître les 5, très tôt dans ma vie, et puis y’a eu perte de ma propre identité par clivage. C’est pour ça que je vois le monde différemment et que je peux aller voir et supporter les coulisses, ce qui est derrière et qui est caché. Je peux ressentir en dehors de ma petite personne. Enfin, c’est ce que j’en analyse. Et même si je voulais en changer, je n’en ai pas les moyens. Le mal est fait et irréversible, l'étincelle de vie est éteinte. Ma seule utilité est alors de juste transmettre ce que je pense être bon, droit, juste. 

La gratitude je l’exprime par le respect de la Nature. Mais évidemment jamais je ne vais dire merci d’avoir été mise au monde. Pour moi, vivre est une somme d’efforts et de contraintes. D’autant plus quand je m’époumone à tenter de rendre le monde un peu moins laid et que rien ne change car je n’ai pas de pouvoir sur la conscience des autres. T’as beau utiliser des arguments rationnels solides, ça ne passe pas si ça trouble celui qui les reçoit, comme c’est trop dur à supporter, le cerveau se charge de distordre le rationnel. C’est la base du processus phobique par exemple. 

Jeune, on se pense omnipotent. 

Vieux, on perd ses illusions.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Zarbitude Mar 18 Juin 2019 - 7:35

Il y a une profonde tristesse en toi. Probablement dûe aux 5 blessures. C'est beaucoup 5 !
Ce qui est contradictoire c'est que tu aimes protéger et respecter la nature et....que tu ne le fais pas pour Ta propre nature. Tu épuises ton corps alors que tu cherches à ne pas épuiser la terre et ses ressources.
Il te suffirait peut-être d'appliquer ce traitement à toi.
Tu crois que tu pourrais le faire dans cette optique ?
Zarbitude
Zarbitude

Messages : 8895
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Caveman Mar 18 Juin 2019 - 13:08

RonaldMcDonald a écrit:

Parfois, non.
Souvent dans ce cas là
Caveman
Caveman

Messages : 435
Date d'inscription : 21/05/2019
Localisation : fcuk

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Mar 18 Juin 2019 - 19:44

Je plussoie grandement le message de Zarbitude, après j’imagine bien que tu y as déjà penser et que ce n’est pas si simple.
J’imagine qu’il est possible de ne pas trouver de raisons de le faire, tout simplement : est-ce que l’on mérite ? Quel sens cela peut-il avoir ? Mais soigner la Terre n’a pas plus de sens. On le fait par respect parce-que nous avons subjectivement décidé qu’elle méritait le respect (ou la protection, l’adoration, ce que vous voulez), mais ça n’a pas de sens "réel" (à mes yeux en tout cas). Les seuls intérêts sont « psychiques » : donner du sens à sa vie, se démarquer en voyant que nous faisons des efforts et pas les autres, se déculpabiliser en faisant du bien à un endroit pour compenser et pouvoir nous auto-donner le droit de vivre (Il n’y a aucun jugement négatif dans les propositions que j’écris, c’est naturel de chercher à combler ces besoins et sain lorsqu’ils sont mesurés) ; et matériels : soigner la Terre nous soigne nous et les générations futures, préserve notre habitat et sa fonction à satisfaire nos besoins.

J’imagine qu’un profond altruisme t’anime pour pouvoir faire passer la nature avant toi, mais cela te détruit car tu n’arrives pas à toi toute seule à rendre le monde suffisamment meilleur, plus beau et moins violent, et les gens plus conscients et responsables, plus compassionnels. C’est là que l’illusion dont tu parles s’estompe et te montre une vision fade et douloureuse à supporter.

Ce n’est que mon avis, mais je pense que la solution vient d’une acceptation profonde de tout ça, d’un très gros travail de lâcher-prise, d’accepter que tu ne puisses pas améliorer le monde dans sa totalité malgré une grande volonté de le faire, de ne plus chercher à contrôler/améliorer cette situation au-delà de tes forces et de ton échelle d’action. Accepter qu’on ne puisse que vivre dans le monde qui existe, s’y adapter et faire sa part d’amélioration à notre portée en sachant que certains ne vont pas se gêner pour ne pas le faire (donc on n'est pas dans le renoncement total, mais dans une vision un peu plus réaliste pour espérer des résultats concrets réalisables).
C’est difficile et douloureux, mais je ne vois pas d’autres moyens que d’accepter cette situation, tolérer les limites de sa propre existence et être capable de la chérir pour ce qu’elle est, si on est dans un objectif de profiter au maximum de la vie sans marcher sur les autres, car il n’y a pas grand-chose d’autre à faire dans sa vie et que chacun désire probablement un truc du genre et que comme ça on ne freine personne (oui la réalité est plus complexe, la répartition des richesse et les égalités sociales de naissance toussa toussa mais on fait avec ce qu’on a et ça fait partie du problème à accepter).
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mar 18 Juin 2019 - 20:02

Zarbitude a écrit:Il y a une profonde tristesse en toi. Probablement dûe aux 5 blessures. C'est beaucoup 5 !
Ce qui est contradictoire c'est que tu aimes protéger et respecter la nature et....que tu ne le fais pas pour Ta propre nature. Tu épuises ton corps alors que tu cherches à ne pas épuiser la terre et ses ressources.
Il te suffirait peut-être d'appliquer ce traitement à toi.
Tu crois que tu pourrais le faire dans cette optique ?

Je ne le ressens pas de façon contradictoire car en fait comme je me ressens comme étant dans un état émotionnel irréversible, foutu pour foutu en somme, autant que je donne mon Max pour au minimum apaiser ma conscience. C’est la seule chose qu’on n’a jamais pu me voler, cette sensation de faire et vouloir le bien, je crois que c pour ça que c si important. 

Une personne me dit souvent « tu changeras le jour où ça ira trop loin » ou «tu n’as pas encore assez souffert ». Comique de me dire ça je dois dire. En partant du postulat qu’on veut sauver sa peau quoi qu’il en coûte et tendre tjrs plus vers du plus confortable, c’est logique : moi d’abord puis les autres. Y’a des durites en moins chez moi à ce niveau. Je fonctionne à l'envers : mon environnement doit être sain pour que je puisse m’y sentir bien. Du coup, je ne me nourris pas de ce que je peux profiter, uniquement du bon que je peux faire. Je ne suis pas une profiteuse ça c clair et net, on profite de moi plutôt. Ça laisse un maigre lot de consolation pour tenir ! Est ce qu’on apprend ça quand on est gosse? A prendre soin de soi et prendre sans trop se questionner sur le pourquoi du comment? Est-ce que ça vient de l’amour inconditionnel que le parent voue à sa progéniture ?

Je sais que je suis pas une merde. J’ai juste poussé dans un tas de merde(s) ça oui. Je suis fière de ce que j’ai accompli, ce que je véhicule. Tout ou presque reste cohérent. Je suis pas fière de ma méfiance et dureté. Je suis même fâchée sur moi d’être si incapable de voir le verre à moitié rempli. Enfin ... je le vois mais je focalise qd même sur la partie vide, insuffisante, qui se casse la gueule. Je suis fâchée sur moi de ne pas pouvoir trouver une solution collectivement acceptable pour un avenir moins dramatique. Je suis frustrée de mon manque de pouvoir sur l’inéluctable. 100 fois le problème retourné, aucune solution viable sur le long terme n'émerge. Si je ne suis pas utile, je n’ai pas de raison d’exister. Si je ne peux pas faire tjrs un peu mieux, je dois stopper mon existence. En fait, je crois que c’est comme si j’étais déjà morte et que mon seul moteur de vie était dans le faire au mieux. C’est une bien lourde charge. Personne ne me demande de fournir ces efforts, ils sont édictés dans mon propre code moral. Je suis mon bourreau, mon dictateur. C’est assez étonnant comme processus. Raviver la libido, l’estime de soi, construire son égo bien placé, poser des œillères et sa tête dans le sable aux moments opportuns. Ce sont des apprentissages difficiles car j’en ressens du dégoût. Mais y’a pas le choix n’est ce pas? S’aimer soi, prendre soin de soi c’est à peu près ce que ça veut dire.

Le faire concrètement, ouch!

Puis je viens de voir ton message Fenrir, j’y réponds un peu plus tard, merci déjà
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Zarbitude Mar 18 Juin 2019 - 21:52

Oui c'est ça, tu es ton propre bourreau. A présent tu n'as plus besoin de personne pour te maltraiter Sad
Une vieille habitude venue de ton enfance où tu n'as connu que de la maltraitance.
C'est du boulot de changer ça mais c'est possible. Ca dépend de toi à présent.
Pour ce qui est d'être utile, voici quelque chose qui te fera peut-être sourire : il y a quelques années de ça, j'ai essayé de n'être utile à personne. Juste comme ça, pour voir.
Et bin c'est im-po-ssi-ble, même à court terme!
On est toujours utile à quelque chose ou à quelqu'un, même sans vraiment le vouloir.
Parce que chaque existence est unique et joue un rôle unique dans le grand tout.
@Fenir : moi aussi j'apprécie tes interventions Wink
Zarbitude
Zarbitude

Messages : 8895
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Mer 19 Juin 2019 - 8:39

Tu analyses très bien Fenrir. 

La Nature est ma seule vraie mère, c’est mon seul dieu. C’est ainsi je crois que mon cerveau le ressent. 
J’ai confiance en ses capacités de résilience, elle ne sera jamais complètement détruite par l'humain, qui lui en crèvera de la maltraiter. La souffrance du vivant je la ressens très fort. Je pense à toutes ces vies qui agonisent et vont agoniser. Une terre rasée et sèche par exemple c’est pas triste en tant que tel mais ça signifie qu’elle est peu propice à la biodiversité, que ces endroits dénaturés font fuir la vie qui ira mourir un peu plus loin. 
On sous-estime l’importance d’un arbre par exemple. Même dans mon petit jardin je vois à quel point c’est important. 

Mais oui, ça reste subjectif, si l’on veut. Si c’est si fort en moi, ce n’est pas sans raison. Si j’avais grandi ailleurs et entourée d’autres humains, ça ne me préoccuperait probablement pas autant.

Je ne sais pas si on peut parler d’altruisme, je ne sais pas trop bien pourquoi je suis comme ça. Je suis fatiguée de devoir vivre ça oui. Et j’aimerais pouvoir m’en aller et que le bien qui est en moi soit dispersé. Pas pour qu’on se souvienne de moi, mais juste pour dire « tiens kdo, je n’en ai plus besoin » et moi, égoïstement, pouvoir ne plus vivre, déposer le sac de pierres, ne plus rien ressentir. 

Je ressens ça parfois, pendant une micro seconde et qu’est ce que ça fait du bien, cet évanouissement. Lorsque je suis fort fatiguée et en hypotension, il arrive fréquemment que je me sente en dehors de mon corps, comme si j’allais perdre connaissance. C’est très facile à comprendre, ce sont de micros réactions vagales. Il n’y a plus aucun poids et si je m’y laissais aller, je m’écroulerais à terre. Ce n’est pas récent, j’ai ça souvent. Et pas forcément lorsque je passe de la station assise à debout très vite (hypotension orthostatique), ça arrive aussi qd le champ visuel est saturé et que je me déplace énergiquement. J’ai souvent mon côté lazy qui me dit « lâche, laisse toi tomber, ça te soulagera! » et ma raison qui répond « Bé non, on va croire que je fais un malaise ! ». Le fait de résister à cet appel entretient donc la nausée. 

Je vais finir par croire que c’est à ça que ressemble peut-être le burnout. Mais bon, je suis solide, résistante, persévérante. C’est pas mnt que ça va craquer ! Quoique. 

L’acceptation, le lâcher prise. Tu as raison Fenrir, oui, totalement. Comment se satisfaire de cette vie quand on sait comment ça va évoluer? Comment profiter des avantages socio-économiques quand on sait que c’est pour enfoncer un peu plus notre sort? Comment faire du vrai utile? Comment accepter de n’être qu’un humain. 

Je suis chiante à ce niveau, oui. 

Merci à vous deux, vous avez la tête sur les épaules, vous ne vous foutez pas de ma tronche, et vous comprenez ce que je veux dire. 

Rien que de ce fait, vous faites une bonne action, une action sociale, rire. Ça changera pas la face du monde mais ça peut me donner l’énergie de me recentrer pour préserver un peu ma petite personne. Car si mon véhicule (corps) est cassé, la tête ne peut plus faire grand chose. 

Mes fraisier ont donné 815 g de fraises hier, et je vais en donner au cours de langue de ce matin, des fraises sans pesticides ni adjuvants ni hormones, du sain, c’est une micro goutte dans l'océan mais ça me soulage un tout petit peu. Je vous en donnerais bien aussi, l’intention y est donc!! 

Belle journée!!
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Mer 19 Juin 2019 - 22:23

Merci Zarbitude. Et My_illusion, merci pour le don de fraises imaginaires ^^

Bon déjà point positif : tu es sûre de toi et de ce que tu vaux, tu sembles stable dans tes émotions et raisonnement. C’est un super bon point de départ, une super base sur laquelle se poser et commencer à travailler sereinement.
Tu dis te ressentir dans un état émotionnel irréversible « foutu pour foutu », tu es fatiguée de vivre ça et voudrait t’en aller, on est pas loin du genre de cercle vicieux typique des dépressions nous entrainant au fond du désespoir. Ce que tu décris de tes symptômes physiques, cette grande somatisation de ta charge nerveuse traduit effectivement quelque chose proche du burn out, je pense. Ça ce sont les mauvais points. Tu es effectivement ton propre bourreau qui te conduit à l’épuisement et à une situation de non-sens, donc d’immobilisme par manque d’énergie et de solutions satisfaisantes envisageables.

D’une part, si tu ne peux te nourrir que du bien que tu peux procurer à ton environnement et entourage, et étant donné que tu essayes de le faire à ton échelle, n’en as-tu aucun retour ou sont-ils trop maigres ?
Ou le problème ne viendrait-il pas du fait que tu n’arrives pas à le recevoir ? (pas forcément des humains, mais de la part de cette nature que tu contribue à préserver et dont on peut puiser une grande énergie) Tu dis que s’aimer et prendre soin de soi reviendrait à se construire un ego et se poser des œillères, mais je pense que tu sais que ce n’est pas vrai, c’est juste difficile de trouver le chemin du milieu.

Et d’autre part, en parlant du Chemin du Milieu, dans le bouddhisme il est très clairement décrit la différence entre l’amour propre et l’amour de soi, que c’est impératif de ne pas les confondre. Ce sont des questions d’estime de soi qui seraient derrière, l’amour-propre étant le masque que nous créons pour correspondre aux attentes des autres, et l’amour de soi le véritable amour qui nous permet de nous respecter et de nous accepter tel que nous sommes. Peut-être qu’il faut d’abord que tu acceptes qui tu es avant de pouvoir accepter les autres et l’état du monde ? Cela t’aiderait justement à recevoir l’amour que penses peut-être ne pas être digne de recevoir (c'est un très gros peut-être car tu n'as encore jamais dit que c'était le cas, de ce que j'en sais pour l'instant).

Petite citation : « Si vous vous aimez vous-mêmes, vous vous libérerez du piège d’exiger que les autres vous aiment. Pour ma part, j’ai besoin de l’amour des autres, mais je ne peux pas le commander. Si mon besoin d’amour n’est pas comblé par les autres, je m’assure de pouvoir m’aimer moi-même. Ainsi, je laisse les autres libres de me donner ou non leur amour." Bouddha poursuivit ainsi son enseignement : "Pour atteindre cet idéal d’estime de vous-même, vous devez abandonner l’idée de vous croire meilleur ou inférieur ou même leur égal. Quel choix vous reste-t-il si vous n’êtes ni supérieur, ni inférieur, ni égal ? L’idéal est de rester vous-même. »
Ou comment s'aimer soi-même pour combler ses propres besoins avant d'aimer les autres et combler leurs besoins à eux. Au final, s'aimer soi-même est une porte pour aider les autres, donc ça ne devrait pas te dégouter en ce sens.

Ce n’est peut-être pas la bonne direction pour t’aider, mais peut-être qu’avec toutes les blessures que tu as subi plus jeune, peut-être que tu essayes de combler quelque chose. Le fait d’avoir grandi parmi des gens que tu n’appréciais voire n’estimais pas, peut-être que tu essayes de le combler en étant encore meilleure qu’eux ? Pour tout un tas de raison : te prouver à toi-même que tu vaux mieux qu’eux, que cette situation ne t’a pas détruite et que tu en ressors plus forte, la possible idée que l’abandon serait dû au fait de ne pas être à la hauteur et donc essayer d’être meilleure, etc…
Je pense qu’entre les souffrances que tu as vécues enfant et celles que la nature subit et que tu ressens fortement, ça s’emboite très bien. Dans les deux cas, est-ce que ce ne serait pas deux êtres vivants maltraités injustement alors qu’ils n’ont rien fait, qu’ils essayent de faire du mieux qu’ils peuvent malgré des actions toxiques de leur entourage, qu’ils essayent de faire le bien en aidant sans que les gens n’en soient conscients et reconnaissants ?

Tout ceci a été écrit avec les quelques informations que j’ai à disposition pour l’instant et avec beaucoup d’extrapolations, donc je tape peut-être complètement à côté de la cible.
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Jeu 20 Juin 2019 - 0:15

Vraiment, tu as une très belle capacité d’analyse Fenrir (zarbi’ aussi d’ailleurs), plus douées que le psy lambda!! Je vous paie les séances en quelle monnaie? Lol. 

Une psy à la retraite pense lire en moi mais elle est svt à côté de la plaque. Elle me dit par exemple que je suis préoccupée par les maux naturels causés par l’humain pour fuir le travail que g à faire sur ma personne. Mais la vraie raison est celle que tu décris Fenrir, bravo à toi, c’est pas évident à relever. La Nature est maltraitée alors qu’elle donne tout ce qu’elle a et l’humain ne fait qu’abuser d’elle, de lui voler tout le bon qu’elle offre. Je la défends car c’est une injustice qui ressemble à celle que g vécue et que je ne peux plus défendre. Comme tout enfant, j’ai aimé mes parents, j’ai fait tout ce que g pu pour eux. Ils en ont tellement abusé. Et j’ai continué à me vider et perdre mon identité parce que je croyais naïvement que je les sauverais. Ils ont tout gâché. Et ils m’ont montré de nombreux côtés honteux de l’humain. Et bien sûr, le respect de la Nature était le cadet de leurs préoccupations. Tout ce que je suis est l'opposé de ce qu’ils sont. Ils n’ont pas été des modèles mais des contre-modèles. 

Mon affectif est fichu oui, je suis incapable de faire pleinement confiance, je ne donne plus de pouvoir aux autres sur moi. Je ne les laisse pas s’approcher de trop près, je ne crois pas ce qu’ils disent, j’observe leurs actes sur des années et ce n’est qu’ainsi que l’apprivoisement peut se faire. Mais jamais je ne crois que l’on m’aimera sans me la mettre à l’envers tôt ou tard. Et ainsi, je provoque ce que je crains, et les autres s’en vont. Mais au moins, ils ne me font pas mal. 

C’est donc bien un besoin vital oui de faire mieux car si je fais de la merde, je vais me sentir être une merde et là, aucune pitié envers moi, je m’écraserai sans retenue. La violence que je ressens envers moi est très élevée. Celle que j’exprime aux autres est minime et souvent jugée excessive. 

En effet, je reçois mal ce qu’on me donne, parce que soit je n’y crois pas, soit je n’ai pas la capacité à éprouver de la compassion envers moi-même. Je me nourris alors surtout du simple fait d’avoir fait. Je n’attends pas des autres qu’ils me rendent, mais si ça peut les inspirer là ça me fait plaisir. C’est un résultat plus porteur en somme. Je suis contente de ne pas avoir besoin de retour envers moi. Quand on me complimente, j’entends juste ceci « continue à me donner » parce que oui le seul compliment que j’ai retenu tellement il était fréquent était que j’étais courageuse. Et c’était pour que je continue. Car ce courage était utile à génitrice. Elle m’a instrumentalisée c’est comme ça que je l’analyse aujourd’hui. Comme un outil. Et le pire c’est que ça fait partie de mon fonctionnement, je suis un outil oui. Et la psy à la retraite va appuyer sur ce sentiment vu qu’elle me dit régulièrement que j’ai des missions à accomplir. Que je dois faire car je peux le faire. Elle me dit ça comme si c’était un compliment mais ça me garde dans la sensation d'être obligée de fournir les efforts. 

La Nature me rend bien ce que je tente de lui apporter. Je retire des milliers de mini bouts de plastique que les anciens proprios ont laissé, chaque morceau que je retire le fait du bien. Le sol s'améliore doucement mais sûrement et ça me nourrit oui. En plus, la terre te rend tout ce que tu lui donne, une terre saine donnera du sain et de l’abondance. Et j’essaie de rester au maximum dans un circuit fermé. Réduire le gazon, le couper pas trop court et laisser l’herbe (mulchee) en place, car retirer l’herbe coupée retire des nutriments. 

En en effet, j’ai bien du mal à accepter que l’on m’aime pour un tas de raisons, soit c’est pas vrai soit c’est intentionnel. Même si je sais que là j’exagère ! Je n’arrive pas à accepter, sans cesse je vais me demander ce qu’on attend de moi en retour. Et en plus, je pense qu’on ne peut pas, ne doit pas m’aimer car je ne peux pas prendre soin affectivement t des autres, je suis convaincue que je ferai du mal. Par le rejet entre autres. Même si c’est pas mon intention, l’affection m’angoisse et me donne envie de fuir, de disparaître. Je l’accepte que quand c’est exprimé indirectement. Je crée en somme ce que je crains. Ça je dois travailler je reconnais, il y a un manque de logique dans le bazard. 

Les fraises ont été appréciées ! Et la prof nous aime bien (jcrois même que je suis sa préférée looool) et elle nous a proposé de visiter la ville pour le dernier cours, en langue bien entendu. Hahah je suis sûre qu’elle propose pas ça à toutes ses classes. C’est très amusant d’observer le début et l'évolution au niveau social. Dans la vraie vie, on m’apprécie facilement, c’est étonnant. Je dégage malgré moi de l’attendrissant. Je souris et taquine gentiment. Cette prof est excellente car g vraiment pas d’attrait pour les langues et elle parvient à rendre ça très didactique. Elle ne suit pas un cours préfait, elle a du bagage. Elle s’adapte à chaque niveau et s’implique réellement. Cette passion qu’elle a, me motive à faire de mon mieux. Je veux la remercier pour ça. C’est important de valoriser ce qu’elle porte. 

Bonne nuit et merci encore. On a jamais fini de travailler sur soi. 

La conclusion est tjrs la même: s’aimer soi. Mais hard.
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Zarbitude Jeu 20 Juin 2019 - 11:40

Quand "les autres", nos parents, éducateurs etc, ne nous ont pas aimé, c'est compréhensible qu'on ait soi-même du mal à le faire. Ca m'a pris du temps Wink
Mais quand j'ai regardé à l'intérieur de moi, j'ai vu une personne aimable ( en toute humilité ).
Et je suis bien certaine que si tu regardes en toi, avec sincérité et objectivité, tu vas aussi y trouver une personne aimable, avec de belles qualités.
Tout étant relatif, on peut toujours améliorer, c'est certain.
Et ça tombe bien parce que c'est ce qu'on a envie de faire naturellement. La nature nous a dotés de la possibilité de le faire.
Alors hauts les coeurs et on y va!
On améliore ce qui est à améliorer selon notre conscience du moment et on n'oublie pas d'apprécier ce qui est déjà "beau" Very Happy
Big kisses à toutes les belles âmes ici I love you
Zarbitude
Zarbitude

Messages : 8895
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Jeu 20 Juin 2019 - 13:54

Pour Toi
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Fenrir Jeu 20 Juin 2019 - 18:36

Ah bah mince alors, j’aurais dû faire psy, j’ai peut-être raté ma vocation ^^

En tout cas je pense que ce n'est peut-être pas une très bonne chose de continuer à voir cette psy à la retraite, ce n'est vraiment pas sain que d’entendre des compliments-injonctions qui t’emmènent vers un chemin que tu n’aurais probablement pas choisi par toi-même.

Pour reprendre, tu as grandi dans un environnement toxique qui a laissé de gros dégâts, il y a un souci niveau relationnel avec d’un côté accepter que les humains sont ce qu’ils sont et font ce qu’ils font, et d’un autre s’accepter soi-même de faire ce que tu peux et pas plus. Et le milieu qui fait qu’il est difficile d’apprécier les autres et de ressentir qu’ils t’apprécient sans t’utiliser.
Tout ça semble le résultat des blessures de ton enfance qui t’ont probablement fortement conditionnée sur le plan de tes réflexions et de tes émotions. Je pense qu’une bonne TCC s’impose et te ferait beaucoup de bien (mais faut trouver le bon psy) Very Happy  
Tu arrives pour l’instant à puiser un peu de joie dans ce que tu fais, mais je doute que cela soit suffisant pour avoir une qualité de vie correcte niveau équilibre trucs agréables et trucs désagréables.

Donc moi je conclurais qu’il faut lâcher prise, accepter et se déconditionner, déconstruire ces mécanismes même si ils sont justifiés, peut-être qu’il y en a d’autres plus sains qu’il serait tout autant justifié de mettre en place. Mais beaucoup de travail en perspective dans cette voie, et un peu de « renoncement » car il faut savoir faire table rase pour regarder quels comportements et pensées garder ou jeter. Ça ne veut pas dire baisser ses exigences envers soi ou les autres, mais ça veut dire les mettre complètement de côté un moment pour choisir sans leur emprise, et choisir comment les aborder sous un angle plus vivable. Pour vraiment choisir ce que toi tu veux, si tu n'avais pas toutes ces marques sur le dos.

Je te souhaite d’arriver à vivre la vie que tu veux vivre ! Pour Toi
Fenrir
Fenrir

Messages : 58
Date d'inscription : 13/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Jeu 20 Juin 2019 - 23:38

Merci les filles Bisous


Je pense que la solution est plutôt simple : médocs qui assomment ou bien drogue (diverses, y’a du choix), alcoolisation, qqchose qui met le cerveau hors service. Ainsi paf, y’a le lâcher prise. 


Je plaisante. 


Je dois arrêter de prendre soin des autres qui ne le méritent pas. Arrêter d’espérer un mieux, et me consoler avec de bienveillantes personnes comme vous deux, qui ne me devez rien, vous me répondez gratuitement, avec votre cœur. Donc merci à vous deux. Même si ma reconnaissance virtuelle est maigre, sachez que ça restera dans ma mémoire (enfin dans mon cœur quoi). J’ai beaucoup d’admiration pour la bienveillance gratuite. C’est qqchose qu’on ne peut pas feinter. Vous êtes deux belles personnes. Je dois prendre exemple, en prendre de la graine. 


Respect



Belle et douce nuit
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par Zarbitude Ven 21 Juin 2019 - 8:41

Il n'y a que toi qui puisses faire ce choix crucial : la vie ou la mort.
Pour le moment tu hésites. Tu es juste une survivante.
C'est déjà bien d'en avoir conscience. C'est le point de départ.

Zarbitude
Zarbitude

Messages : 8895
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Conscience collective - Page 2 Empty Re: Conscience collective

Message par My_illusion Ven 21 Juin 2019 - 23:19

J’avais fait une longue réponse mais c’est pas le bon sujet et puis ça n’a pas sa place en public. 

Bisous zarbi’
My_illusion
My_illusion

Messages : 4240
Date d'inscription : 11/12/2017

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum