debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

+4
MrMerlin
Mowa
Chunasse
mononoke
8 participants

Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par mononoke Jeu 5 Juil 2018 - 15:30

Hello les Zébrés du ciboulot!! ^^

je n'écris pas beaucoup ici, mais j'ai passé la matiné à lire différents posts, discussions etc....
ça faisait longtemps que je n'etais pas venue...
je me croyais forte..je le suis ma foi, toujours débout dans quel état....
je vous parle d'abord de moi pour ensuite lire sur vous.
Vos retours et témoignages m'apportent beaucoup.
merci encore aux créateurs de ce forum...

attention je lache les chevaux et ça viendra dans l'ordre de mon cerveau....( ça ne devrait pas vous choquer..vous connaissez...)

ma vie commence par la mort de maman quand j'avais 14 ans....
La mort, rencontrée de près donc à cette époque où l'on ne pense qu'à embrasser des garçons, m'a moi, mis sur les chemins ésotériques.
Je trouvais les gens de mon age futiles...les filles qui ne pensaient qu'à être belles...moi je pensais au corps de ma mère sous terre et à quoi bon toutes ces vanités pour en finir là.....

ça a donné le ton de mes questionnements pour la suite, mais comme dit dans le titre, même très consciente et lucide de la mort, jeune,j'ai porté des couleurs de l'originalité et de la fantaisie, comme pour conjurer le sort.. et j'adore pleurer de rire....ça m'arrive beaucoup moins depuis quelques années...

vers 2009 je me suis dit que je faisais le meme job depuis 3 ans et qu'il fallait que je fuis ça (j'etais merchandiser dans le pret a porter, je me sentais comme un vegetarien dans une boucherie)pas que je n'aime pas les fringues..l'environnement doux du textile, couleur et motifs me plaisait mais pas les gens se ruant dans les affres de la consommation futile...déjà là y'a comme une contradiction.

Ai trouvé la force de tout quitter en debut 2011 et quand jsuis arrivée au pied du mur à la fin de mes indemnités en 2012 je suis partie un an en Australie, et j'ai touché le bonheur du bout des doigts en lachant tout ce qui m'etait connu, en virant mes fringues chez emmaus et vendant mes meubles.repartir de zero, à 24 000 km de la "maison" ou je me fais C hier.
la bas, j'aimais etre anonyme. je me sentais libre et les anglo saxons font confiance aux gens motivés, faut pas un bac +4 pour faire la plonge.
j'ai acheté un van, j'ai fais 35 OOO km, j'ai travaillé un peu partout, je me suis faite avoir par des jeunes couillons de français...
mars 2013, visa arrivant a échéance j'ai dû rentrer, la larme à l'oeil et les boyaux tordus de retrouver ma vie trop petite à la française.
qui ne s'arrange pas depuis les elections. ici je trouve qu'on n'a plus aucune marge de manoeuvre. bientot il faudra repondre de nos actes pour peter dans la rue.

Depuis je galère entre RSA, nouveaux choix de vie, et une experience d'interimaire dans le shuttle (j'etais membre d'équipage pour le tunnel)ma pire expérience professionnelle jusque là qui m'a TRAUMATISE.
la méchanceté des clients qui nous hurlent dessus pour des considérations techniques sur lesquelles nous n'avions aucun pouvoir....et il fallait rester pollie, sourire, trouver des solutions, courber l'echine face à ces gens qui nous fustigeaient dans des compartiments à 40° car la clim était cassée..
bref..
je fais court.
Et le statut d'interimaire aussi.....tu deviens un pantin à disposition de l'agence qui t'appelle à 22H pour remplacer un malade qui commence à 23H.....ça arrivait aussi à 4H du matin...ou comment manquer de respect à la vie des gens...
bref tout cela m'a scandalisée, outrée et depuis j'ai peur de revivre ce genre d'experience....une boite trop grande, 150 bises a faire aux collegues en arrivant sinon tu passes pour l'impolie de service, alors que sur les 150, 148 n'en n'ont rien à secouer de ta carcasse puisque tu n'es là que 18 mois, y'en a eu 50 avant toi et y'en aura encore beaucoup après..
donc aucun lien émotionnel ou affectif...

bin moi j'avais l'impression d'être dépossédée de mon âme, de mon identité.
j'ai beaucoup pleuré pendant ces 18 mois là. j'ai failli abandonner beaucoup de fois et je suis devenue simplement vénale. j'ai epargné à fond. il n'y avait que ça pour me tenir et l'argent n'etant pas une des valeurs vitales à mes yeux j'ai perdu le sens de la vie et mon rapport aux choses.
Il a fallu porter un masque, essayer de trouver quelques alliés dans ce monde hostile...
comme j'etais soulagée le jour où j'ai rendu le costume!! (j'ai jamais réussi à dire "uniforme")
un psy m'avait dit que j'allais faire une depression a force de travailler sous terre...ce qui m'a fait déprimer c'est la petitesse des gens et leur conditionnement à etre de bons petits soldats qui ne remettent absolument rien en question....rares sont les personnes qui ont une vraie personnalité et l'assument..
c'est la compet' à la reussite sociale dans ces boites là...machine qui a acheté un Porsche....cayenne et qui rend jaloux bidule....truc qui a eu une prime et ça emmerde pigniouf.... bref..les Craneurs de CE2 avec leur montre bioman, on les retrouve tout au long de notre vie avec d'autres objets...

là j'ai repris les etudes en design d'espace, j'en c hie des ronds de carottes pour apprendre à faire fonctionner les logiciels et je pleure tous les jours que le monde devienne ça et que j'en fasse partie et que le dessin papier devienne totalement obsolète alors qu'enfant je voulais être "dessinatrice"..j"exècre les tablettes, les stylets, les smartphones et autres connerie du genre.....je suis technophobe.
j'observe la distance que l'ere de la communication crée entre les gens...les quiproquos, les gens qui s'entretuent pour des points de vue, les selfies sans fond des poupouf a paillettes...
l'image.
il n'y a plus que ça qui compte.
le paraitre.
la séduction, le mensonge, la compétition...ou alors l'inertie...

entre les deux je pense qu'il y a NOUS.
je crois parfois qu'on est les gens du milieu.

je ne comprend pas les entretiens DRH ou l'on te demande "et si vous étiez un animal?" euh??? attend meuf c'est quoi le rapport avec le stylisme?? arretes ton char avec tes conneries psycho à deux balles....je ne serai pas un animal car je suis déjà moi et c'est très bien comme ça. alors là tu peux sortir ton beau discours de menteur, je serais un tigre, un lion, un loup.....un truc féroce...

mais moi je suis une bulle de savon.......et ça, toi, DRH, tu veux pas l'entendre parce qu'il faut faire semblant d'etre fort....là ou moi j'essaye de briller par mon integrité je vois tous ces voraces qui courent à la première place....mais mec, quand t'es tout là haut, un jour ou l'autre tu finis par tomber tu sais?

et donc, j'attends des nouvelles justement d'une DRH que j'essaye de joindre depuis lundi, pour un contrat pro dans une boite familiale (l'idée que ça soit plus petit que ce que j'ai connu jusque là me rassure)normalement ma prof m'a dit que j'avais le poste...

et moi j'ai PEUR PEUR PEUR de pas etre à la hauteur...

cette année scolaire, j'ai 36 ans je me suis mis la pression comme jamais pour sortir parmi les meilleurs quand même...car si je sors de ça avec un niveau médiocre je n'aurais aucune fiérté et ça n'aurait pas d'interet puisque ça voudrait dire que je ne suis pas à la hauteur de ce que j'attend de moi (vous savez, le perfectionnisme qui rend dingue, parce qu'au final t'as plus le temps et tu rends un truc bof et tu te dégoutes...)

et aussi je fais des crises de "rage" je ne savais pas comment nommer ça..j'en ai parlé a ma doc homeopathe qui tente de me calmer à coup de gelsemium..mais là ça ne marche plus..je suis sous pression de la pression que je me mets toute seule..je cherche à m'épater et je ne m'épate jamais.
ça fait avancer vous m'direz..
mais je me degoute..parce que je ne suis pas meilleure que ce que je voudrais etre...

et alors ces crises, je pense qu'en fait c'est de l'anxiété..ça reprend tout ce qui est dit dans ce forum mais pensouillard qui se met en route, en mélangeant :

"la vie, la mort, l'amour, le sexe, les études, le sens des choses,faudrait que j'aille prendre une douche froide, les autres,l'amitié,j'ai les yeux qui brulent et mal à la tête, la futilité, la complicité, la technologie,j'ai envie d'HURLER P***** et de me jeter contre un mur pour disparaitre, la face du monde, mon chien va mourir un jour comment je vais faire sans? j'ai envie de passer quatre jour au lit dans le noir dans mon nuage de fumée et fuir les responsabilité que je ne souhaite pas affronter, j'ai pas d'enfant, c'est moi l'enfant, je veux pas d'enfant, il serait triste mon enfant avec une mere a moitié folle et après j'aurais plus le temps de pleurer sur mon sort qu'il faudrait que je 'moccupe du sien..c'est egoiste de faire des enfants pour voir a quoi ca ressemble un mini-moi, j'aime pas mon gyneco il est catho,tiens si je me remettais à la guitare? une partie de solitaire pour faire diversion?ah non c'est dur la vie, t'facon mon mec il m'aime pas, il me desire juste et il confond les deux, t'facon je m'aime pas non plus...on m'a dit que javais tout pour reussir alors ça veut dire que j'ai echoué? mais echouer ou reussir quoi? j'aime bien moi me promener dans la vie, c'est les autres qui mettent la pression quand ils voient que nous on essaye d'etre libre et qu'ils sont jaloux dans leur 4 petits murs....est ceq ue je suis bipolaire ou bordeline? la psy a dit non, mais elle s'est peut etre trompé? et si j'avais des symptomes d'asperger?je m'ennuie avec les gens.....j'ai viré tout le monde d ema vie...personne avec qui passer un moment complice..meme jules il me regarde comme si j'etais un objet dans une vitrine du Louvres le pauvre....il ne me voit que belle.....il sait pas comment faire....il joue un role pour me garder a ses cotes.....ahhh je suis malheureuse, j'arrete pas de penser, ça me fatigue.....je vais tout peter j'en ai marre!!! ah y'a trop d'buit, y'a trop d'lumiere!!!faites taire ces goelands et arretez de klaxonner!!! mon cerveau fait un bruit de tracteur ahhhhhhhh j'ai envie que ça s'arrete!! j'ai mal partout!!! ma tete explose mon corps se crispe je transpire ça y est je vais peter un plomb"

et là jules rentre du boulot, il n'a qu'a ouvrir la bouche pour dire un truc anodin et je lui saute dessus.representant à mes yeux tous les gens coincés dans leur zone de confort "bin ouai mais faut travailler hein" c'est sur qu'entre une vie d'errance et d'hesitations ou 2000 euros par mois et un gros burn out les gens préfèrent la deuxième option....

et moi mon burn out c'est de faire ce constat tous les jours.
et d'avoir peur pour ma pomme..suis en situation de survie a chaque fois que j'ai laissé trop de temps passé et que j'arrive au RSA..d'ailleurs je n'y ai pas droit parce que jules est trop riche....et qu'aux yeux de l'etat concubinage pacs et mariage cest pareil...
a quoi ça sert de pas etre marié alors??!!!!!

du coup je suis triste, j'ai peur, je suis en rage et quand je fais une crise de "rage" j'ai la tete qui tourne, un pic de pollution au niveau des aisselles, un trou dans la couche d'ozone de ma lucidité et tout se melange en moi comme les couleurs qui deviendraient marron.

est ce qu'on peut dire qu'il s'agit d'un crise d'angoisse? parfois je pete les plombs sur un designé coupable qui ne comprend pas ce qui lui arrive.. ensuite je suis morte de honte, je dois m'excuser d'etre moi et d'etre vivante comme ça....
et voila qu'on me colle l'etiquette d'hysterique, ai-je recemment appris.

ce qui en rajoute a mon sentiment de "je ne suis pas aimable..je ne suis pas recevable comme ça....je ne mérite pas de faire partie de la société car j'ai un pète au casque"

alors hier j'ai pris la moitié d'un alprazolam 0,25mg (qui traine dans le meuble pour jules depuis des mois sans que la boite n'ait été ouverte) et ça m'a fait un bien fou!!
comme une crème toute fraiche sur un coup de soleil poncé à la limaille de fer.....
mon cerveau est passé d'un orage tourmenté a quelque chose de plus simple, comme si quelqu'un avait sorti les poubelles de mon hypothalamus...
et j'ai bien dormiiiiii et j'ai revé et aujourdhui je me sens bien.

d'ordinaire j'ai la machoire serrée....

j'ai peur.
j'ai pas envie d'avoir recours à ça pourtant j'avoue que ça fait vraiment du bien.
j'ai toujours été pour les medecines alternatives et douces..j'ai eu de l'euphytose pour soigner ma peine quand maman est morte..
autant vous dire qu'aujourdhui j'en veux au corps medical et a mon père, qui je trouve a l'époque m'ont abandonné à ma peine.
c'est pas parce qu'une enfant ne pleure pas (par pudeur et gène) et ne dit pas "je souffre" qu'elle ne souffre pas.
j'ai ramassé mon deuil toute seule à pleurer de 14 à 23 ans tous les jours à grandes eaux en sachant que je ne reverrais jamais ma mère et que j'avais envie de lui parler.etudiante à paris en 2000 suis allée voir une psy gratuite, qui m'a dit "mais non vous n'avez pas de probleme, vous faites votre crise d'adolescence" et ça meuf, c'est NON ASSISTANCE A PERSONNE EN SITUATION DE BESOIN!!!!

par la suite j'ai cherché le coma dans l'alcool et l'amour dans les bras des mecs qui prenaient ça pour de la prostitution.Une fille facile, ai je aussi appris récemment..je m'en suis effondrée en larmes quand jules m'a dit que dans les bars il se dit de moi "elle tu lui fais boire de la biere et ensuite tu peux rentrer avec".. quelle mediocrité..quelle méchanceté.....quelle erreur...et quelle naiveté de ma part....j'ai cru que tous ces mecs avaient gardé le silence, comme moi.....puisque je n'etais pas amoureuse de A il fallait que j'aille voir si je pouvais tomber amoureuse de B... et ce n'etait pas la levrette qui me motivait.
je me sentais pure et tellement triste pendant ma jeunesse, et de ça on a vu de moi une fille paumée et pathétique et obsedée alors que la dessus depuis toujours je me force pour faire plaisir aux mecs mais je pourrais bien m'en passer....
je respectais malgré tout les gros C *** qui ont vu mon lit de près...il semblerait qu'eux non....
et là t'as envie de choper un porte voix et d'hurler au monde que tu n'es ni un P**** ni une histerique mais juste une fille qu'on a laissé tomber quand sa mére est morte.
et qu'a travers les hommes tu cherchais juste à etre consolée dans les bras de quelqu'un mais que pour obtenir ça il fallait d'abord enlever ta culotte.

alors ouai..j'ai passablement les nerfs à vif quand parce que je n'arrive pas a finir un taf sur mon ordi y'a tout ça qui vient se mélanger à mon sentiment d'infériorité. et tous ces mots qui ont sali et terni mon image...

alors les questions ici sont "est ce qu'on ne pourrait pas inviter un psy scpecialisé en HPI à repondre à nos questions sur ce forum? bien que les actes gratuits ne sont pas l'apanage de nos nouvelles sociétés...

est ce que vous etes passés par un ou des cheminements comme ça?comment ça va aujourdhui?

est ce que vous aussi vous faites des crises de debordements emotifs ingérables?

est ce que vous vous ennuyez avec les gens et donc preférez etre seuls?

bref, vous voulez être mon ami?
vous avez des blagues en stock? j'aimerai bien pleurer de rire plutot que pleurer par overdose de cerveau actif...

et comment vous gerez VOUS????

en fait tout va bien quand je marche dans la nature....faudrait qu'on puisse etre payé pour ça , ça rendrait la vie plus belle.

allez, j'vous embrasse .

et allez y vous pouvez lacher les chevaux aussi. je crois que a me ferait du bien de voir que j'suis pas toute seule à tourner chevre comme ça.....

a p'luch...


















mononoke
mononoke

Messages : 23
Date d'inscription : 02/08/2016
Age : 39
Localisation : calais

Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par Chunasse Jeu 5 Juil 2018 - 17:27

Hello toi, je viens de lire ton message, et j'en ai les larmes aux yeux.

Je suis triste pour toi, et en colère que personne ne te soit venue à l'aide.

Et que les gens soient si bêtes et si peu empathiques.


Je n'ai pas tant de choses dans le sac à dos portant mes casseroles.
Je n'ai pas tant de crises, ou pas de la même façon.
Un peu de temps en temps. ça m'arrive d'avoir des crises de rages qui sont déclenchées par des conneries, genre mon chat fait tomber un truc, et je me mets à avoir envie de le frapper, pauvre minou. Je le fais pas, encore heureux, mais je m'en veux d'avoir eu envie de le faire.


Du coup, je ne peux pas t'apporter grand chose...

Si ce n'est te dire que tu parles de la nature, du bien que ça te fait, et que je pense que ça serait ptèt une solution.
Ya plein de trucs de nos jours qui se montent. Des villages écologiques collaboratifs.
Que tu trouverais peut être un peu de paix là bas, en t'éloignant de ce monde qui ne te convient pas.

C'est un peu la voie que j'ai choisie. Seuls les animaux m'apaisent vraiment, même s'ils sont source de stress.
Je vis pour eux, et avec eux.
J'ai eu une chance extraordinaire, via ma famille, de pouvoir intégrer une maison qui me permette mes projets. Tout le monde n'a pas cette chance, j'en suis bien consciente.

Mais je reste persuadée qu'il y a d'autres voies pour y arriver.
Si j'avais pas mes bêtes, je les aurais choisis. Une vie plus simple ne me dérangerait pas, si elle est de qualité.
Si ensuite on arrive à créer des liens sociaux fiables et de qualité.

Courage à toi I love you

Chunasse

Messages : 21096
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 40
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par Mowa Jeu 5 Juil 2018 - 20:25

Purée... Que dire face à une cocotte minute prête à exploser? Comment désamorcer un tel maelström? Je suis démunie. Tant de colère... Je suis désolée pour toi, et j'entends ta peine. Toute cette souffrance là derrière.

Faudrait commencer par trier un peu entre les différents sujets, non? (Je sais, c'est pas évident). Le deuil mal géré, mal accompagné. Le chagrin pas terminé. La peur. Le job qui n'a pas de sens. La misogynie sociale, qui veut qu'une femme qui couche est méprisable. Le désarroi d'être submergé par ses propres émotions...

Il te faut probablement l'aide de plus qu'un médecin homéopathe. Je te souhaite plein de courage.
Mowa
Mowa

Messages : 4392
Date d'inscription : 07/07/2012
Age : 53
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par MrMerlin Jeu 5 Juil 2018 - 20:40

Rien que je puisse dire ne pourra sonner autrement que terriblement banal. Je ne peux que vous offrir ma compassion et vous souhaiter du courage. Je pense qu'on peut choisir d'autres voies, et parvenir à un équilibre, mais toutes les routes sont différentes. Certaines sont juste beaucoup plus difficiles que d'autres.
Tenez bon!
MrMerlin
MrMerlin

Messages : 613
Date d'inscription : 09/02/2016
Localisation : Près de Brocéliande (Bzh)

Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par Invité Jeu 5 Juil 2018 - 22:31

Bon courage.

Excuse moi de ne pas pouvoir intervenir davantage, parce que j'ai trop de casseroles pour t'aider là. Mais je suis de tout coeur avec toi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par mononoke Lun 9 Juil 2018 - 9:28

merci à vous d'avoir pris le temps de me lire..je me sens ridicule de venir pleurnicher sur ce forum pour dire "à l'aide au secours je suis triste et je ne sais pas trop pourquoi.."
mais se sentir lue et reconnue, grâce à vos commentaires c'est déjà se sentir un peu réconfortée.
j'ai toujours lu qu'il fallait arrêter d'attendre de l'aide de l’extérieur car tout est en soi...que l'instant present était la reponse à tout mais manquant cruellement de discipline je n'arrive pas à me mettre a la meditation ou ces trucs new age qui permettent d'etre ici maintenant..

et meme le sommeil qui était mon refuge grace au monde des reves n'est plus efficace car je ne me souviens plus de mes reves depuis que je vis avec un plus angoissé que moi, et parfois je me demande si c'est une forme d'empathie qui fait que je me perds entre mes emotions perso et celles des autres...

bref...
c'est pas encore aujourdhui que les choses vont s'apaiser mais merci à ce forum d'exister.
et merci a vous, anonymes du net, qui ne m'avaient jamais vu en représentation "speciale crise de rage"....

biz biz caillou.
mononoke
mononoke

Messages : 23
Date d'inscription : 02/08/2016
Age : 39
Localisation : calais

Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par janedoe19 Sam 4 Aoû 2018 - 17:23

Comme je me reconnais dans ce que tu décris... Et merci de me faire voir que je ne suis pas la seule. Accroche-toi bien : nous ne sommes pas folles, nous ne sommes pas hystériques!
Nous sommes les damnés de ce monde, les incompris, les indomptables, les écorchés, les vivants!

Pourquoi je dois constamment m'excuser auprès des gens? M'excuser de quoi, de vivre, d'exister, de respirer, de penser? On t'a demandé de t'excuser d'être C** toi?
Moi j'ai tué mon bébé à 17ans, je savais même pas que je pouvais en avoir et me voilà en train de prendre des médocs pour décrocher ce truc tout minus en moi mais à qui je suis déjà tellement connectée... Non c'était pas le moment ni choisi mais j'suis humaine et sensible voire un peu trop alors c'est normal que ça me touche, et là personne ne te facilite la vie, des gens du corps médical se permettent de te dire que tu fais le mauvais choix, de te filer les photos de ton échographie... Et si j'ai jamais d'autre enfant? Est-ce que j'en veux des enfants? Est-ce que je l'aimerais celui-là?
Tu passes ton BAC tant bien que mal, et là tu patauges car malheureusement pour toi t'es inadaptée au système scolaire duquel on a bien voulu t'exclure. Le serpent qui se mange la queue.
Tu finis pas faire des trucs pour prouver aux autres que t'en es capable, pour te prouver à toi-même qu'ils ont tord : 2nde année de licence à l'Ecole du Louvre (oui, tu fais pas les choses à moitié mais c'est jamais assez bien de toute façon) mais qu'est-ce que je fou là? C'est quoi cette secte droitiste? Une spécial cellule psychologique dans une école tout le monde trouve ça normal? Un taux de 70% d'élèves dépressifs ça choque personne? Depuis quand rabaisser les gens et leur faire croire qu'ils sont jamais assez bon c'est productif?
Et puis moi qu'est-ce que je fou là? C'est bien d'être là mais c'est pas assez bien parce que j'ai eu ma 1ère année avec 10 tout pile donc j'suis nulle, j'suis au repèches pour la 2e donc j'suis une ratée , à quoi bon j'sors de chez moi j'vais m'noyer dans le chardonnay oh tiens qu'est-ce qui m'arrive j'arrive plus à monter dans le métro. Ni dans le bus. J'me sens toute bizarre, j'ai mal à l'intérieur, monsieur aidez-moi je suis en train de mourir!
Et puis pourquoi B m'a quitté de cette façon? Il avait promis qu'il me quitterait jamais. Et puis pourquoi on s'aime alors qu'on finit toujours par se quitter? Pourquoi la vie?
T'abandonnes tout sur place et tu rentres chez tes parents à la campagne sans prendre le temps de te retourner. Ma vie est une dépression ponctuée de moments bofs.
Et puis j'ai l'impression de mourir tout le temps, mon coeur fait des pics à 160, j'ai chaud j'ai froid, je maigris, je suis épuisée... J'appelle cela la petite mort.
Et puis la petite mort est passée, grâce à la sophrologue, à la psychologue et au psychiatre, l'alprazolam et le flexxor combinés à de la méditation et un environnement de nature me permettent des temps de pause, où je peux souffler et arrêter de pleurer, moi qui suis anti-médicaments pour survivre je n'avais plus d'autre solution.
Et puis j'ai travaillé sur moi, j'ai appris à me connaitre, connaitre mes angoisses, je me déteste mais j'ai pas le choix je suis obligée de vivre avec moi-même donc j'essaye de faire connaissance, c'est qui cette nana elle est inintéressante et moche et nulle qui voudrait être ami avec si même moi j'veux pas, non je l'aime pas m'obligez pas!
Et puis C est arrivé et mon coeur a refait boum, depuis que je me suis fait mon cocon je me sens mieux.


C'est quoi pour eux la définition de la normalité dans un monde qui part totalement en C*******? T'es beau t'es bien t'es un bon p'tit français... Moi ça me fait gerber, moi j'ai envie de courir partout tout le temps, de me révolter, d'hurler, de les secouer, de leur faire la guerre et l'amour, "mais tu sais cocotte t'es rien dans ce monde et c'est plus compliqué que ça, t'y connais rien toi" ; je suis pas rien j'suis moi et c'est déjà pas mal parce que moi j'ai rien demandé à personne, moi j'me retrouve à 25 piges dans ce monde que j'ai pas choisi et qui me correspond pas à essayer de pas couler alors que j'ai des crampes partout, j'm'accroche j'm'accroche, j'ai peur de vivre et j'ai peur de mourir, j'ai peur de tout et ça me rend malade physiquement même, et toi t'es qui? C'est quoi ta mission sur Terre?
Et puis pourquoi y'a des méchants, des pauvres, des morts? Pourquoi je suis impuissante? J'ai l'impression de porter le monde sur mes épaules et c'est trop lourd.
Et là ça te prend tu sais jamais quand, ces moments où tu te transformes en monstre hystérique, tu pleures tu pleures tu cries, tu hurles de douleur tu t'arrache la peau tu cours partout tu frappes tout ce qui est devant toi même C, il a rien fait mais il reste, encore, toujours, pourquoi il m'aime lui? Pourquoi il s'inflige tout ça? Va-t'en je me déteste, tu m'énerves laisse-moi!!
J'vais finir en HP, lobotomisée, j'suis inapte à ce monde, j'y comprends rien il me fait vriller, regarde dans quel état je me mets, je les déteste, je me déteste, Ô rage ô désespoir...
Désolée papa maman et C d'être comme ça, de vous faire subir ça...
Et puis ça s'en va pas, c'est toujours là même si un peu moins fréquent, mais maintenant t'es plus toute seule, et puis maintenant tu sais que t'en meurs pas, et que ça finit toujours par passer jusqu'à la prochaine.
La liberté finalement c'est de ne jamais avoir à dire qu'on est désolé.
Les médicaments, mes parents et C il m'ont appris à être spontanée, à dire non, à avoir un tout petit peu moins peur, à m'en faire un petit peu moins de ce que les gens pensent, et penser surtout à moi, ne jamais accepter une contrainte, savoir ce qui me fait du bien et aller le chercher même s'il y a des mais.
Aujourd'hui je me rends compte qu'ils m'ont appris tout ça mais que c'est un peu aussi grâce à moi. Peut-être que finalement j'ai une place ici, peut-être pas celle qu'ils attendraient de moi, mais une place que je peux me fabriquer et qui pourra les tenir éloignés.

Merci à toi, ça ne s'apaise vraiment jamais, mais ça devient de plus en plus supportable.
Biz biz.

janedoe19

Messages : 2
Date d'inscription : 04/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par Boldbobby Sam 4 Aoû 2018 - 18:17

J'passais par là, faute d'idée et de motivation, et ton message m'a fasciné/peiné. En te lisant mononoke, me suis dit : elle, j'aimerais bien la rencontrer.

Pour répondre à la question "Comment vous gérez vous?", moi j'ai verrouillé. Je n'écoute plus les gens, je n'attend/exige rien au-delà de mon cercle très restreint famille/amis, je dis ce que je pense sans ménager les susceptibilités et puis je me complais dans ma solitude. Avant je me tenais à une règle de réciprocité que je voulais la plus stricte possible, maintenant je m'en fous. Si je suis pire que les autres, bah tant pis. Un collègue m'a d'ailleurs qualifié d'infect pas plus tard qu'hier, ça m'a vexé jusqu'à ce que ça fasse rire un ami. Tout de suite après ça allait mieux.
En fait, j'ai l'impression qu'il faut confier les clés des verrous au cercle restreint, pour les autres, moins on s'y attache mieux on se porte. Ca n'empêche pas la curiosité, ni la générosité d'ailleurs, ça désamorce juste l'attente
C'est ma réponse à l'instant t, qui aura probablement bougé d'ici qq semaines

Mon message n'est pas aussi poignant que le tien ^^
En espérant proposer une piste intéressante malgré tout

A+

Boldbobby

Messages : 2
Date d'inscription : 11/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par Invité Sam 15 Sep 2018 - 23:32

mononoke , ce que tu écris de toi (ta vie) et sur toi (comment tu as fait avec ..) est dur mais j'espère que tu ne prendras mal que je te dise que j'aime beaucoup le "comment" tu l'écris , tout comme janedoe d'ailleurs , il y a de la beauté dans la façon dont vous "lâchez les chevaux" ... je m'y retrouve aussi et ça me parle ..ça me parle des "moi" d'avant et du moi d'aujourd'hui encore sur les questionnements , les angoisses, les pétages de plombs , la colère ,mais tellement moins fort .. mais encore trop Smile  ...Boldbobby c'est une piste intéressante je trouve Smile..je me suis rapprochée de la nature aussi mononoke

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par Déraciné Sam 29 Sep 2018 - 13:42

Bah moi je sais pas. Belle entrée en matiere qui en dit long.

Comment on se libère des envies qu'on ne peut pas assouvir ? Comment on décroche, comment on compartimente ? Comment on coupe, on arrête d'attendre ou d'éxiger ? Quand je le fais c'est que je ferme la porte, que je tourne la page, que je passe à autre chose. C'est un adieu, et il me coute cher, à chaque fois. Et il ne règle rien, jamais. "Salut Jean-Jean, tu m'ennuies officiellement et je n'attends plus rien de toi, ça m'a rendu trop malheureux alors il faut que je me protege maintenant. Je vais voir ailleurs. Ah tiens ! Salut Jean-Jean 2 ! Tu veux être mon ami ?"

Merde.

Putain de consumérisme devenu modèle universel. Qui veut être mon ami ? Qui ça intéresse, vraiment, d'apprendre à me connaitre ? "T'es beau, t'es intelligent, t'es sensible ! Je comprends pas pourquoi t'as pas toutes les filles de la terre à ton bras ?" Combien de fois entendu dans la bouche des "amis" ou des "amantes". Mais moi je traverse le désert, mon bon ami, elles sont où toutes les filles de la terre ? Je vois personne, je suis tout seul dans mon putain de Mojave. Si je croise un busard c'est deja un fait notable, s'il me becte pas c'est encore plus fabuleux.

Je veux du sens, je veux du vrai, je veux du riche et du profond. J'en ai marre du masque, marre du faux, ça me coute trop cher et ça m'apporte trop peu. Faites moi rire, bande de clowns tristes, faites moi rever, faites moi danser. Emmenez moi vers d'autres horizons, des horizons inconnus, de nouveaux lieux à découvrir, à s'approprier. Putain, donnez moi envie de vivre ! Personne ? Bah voyons.

Cette semaine, au boulot : "Tu me rappelles Astier dans Kaamelott, toujours un peu blasé, toujours un peu aigri. LOL !!" Ouais. Je comprends Arthur peut-être différemment. Et comme lui je sature de tous les Perceval, Karadoc, Leodagan et Lancelot de la terre. "Oui." je réponds, avec le sourire le plus faux que j'arrive à pondre. Intérieurement j'ai envie de massacrer des chatons, j'ai envie de hurler à la lune, et j'ai envie de disparaitre dans une grotte. Tout ça à la fois. Et quelque part, au fond à gauche, j'ai envie de lui dire ce que je pense, ce que je ressens, j'ai envie de lui expliquer, de lui donner des outils pour comprendre. Mais à quoi bon. Dès que je formule plus de 2 phrases d'affilée, les gens décrochent, trop compliqué, trop prise de tête, pas assez LOL. Surtout si je parle de choses qui m'enthousiasment, et là c'est dur.

Merde.

Marre d'un monde qui marche sur la tête, qui redouble d'effort pour créer malaise et frustration pour ensuite les fuir comme la peste.

Marre des potes de 10 ans qui oublient de te prévenir d'un heureux évenèment parce qu'ils l'ont mis sur cette saloperie de Facebook. J'ai pas Facebook, tu le sais mec.
Marre des invitations qui ne mènent jamais à rien.
Marre d'écouter les mêmes gens se plaindre des mêmes choses banales, sans jamais t'entendre quand tu leur suggères de chercher des choses plus porteuses.
Marre de m'ennuyer en société.
Marre de m'ennuyer tout seul.
Marre de toucher à tout et de ne m'arrêter sur rien.
Marre des mêmes compliments creux et des mêmes reproches fades.
Marre de m'entendre dire que je gache mon potentiel. Mon potentiel à faire quoi ? T'as regardé Will Hunting hier soir et tu t'es dis que tu recaserais bien le monologue de Ben Affleck ? Je t'emmerde, je te dois rien. Tu m'as bien fait comprendre que tu me devais rien.

Je veux de l'air pur. Je veux visiter Mars, et voir le cosmos. Je veux tacler un Grand Ancien, je veux bruler des billets, je veux faire un tour en fusée, rencontrer un être si diamétralement opposé qu'il me faudra développer tout un tas de compétences inexplorées pour réussir à lui dire bonjour. Qu'il (ou elle) me parle d'un monde si différent qu'il me rendra l'envie d'écrire et de dessiner. Je veux déplacer des montagnes, juste parce que ça serait plus joli un peu plus à droite. Je veux pouvoir toucher les gens au plus profond de leur être, et qu'ils aient envie de faire de même avec moi.

Je veux explorer des choses nouvelles, et redécouvrir des choses connues.

Et quand je lis ton message, Mononoke (le choix du pseudo est deja révélateur) ça me rassure, parce que je suis pas le seul. Ca me rassure, parce qu'il existe d'autres personnes qui ont ces mêmes besoins, ces mêmes envies, ces mêmes obstacles à affronter. Qui ont été trahis par leurs pairs, et trop déçus par la vie. Mais qui cherchent, encore et encore, à faire sens de tout ça, et à trouver des pistes pour repousser les ténèbres.

Et bordel, ya de la rage et du maletre dans ton post. Mais qu'est-ce qu'elle résonne. Elle secoue, elle réveille. Elle m'invite à "lacher les chevaux" moi aussi, quelque chose que je néglige depuis trop longtemps.

Elle me fait faire un petit tour en fusée. Un voyage chaotique, y a des trous d'airs, les perturbations sont réelles. Mais au bout du compte, ça fait du bien.

Merci à toi Mononoke. J'espère que ton voyage te portera vers de meilleurs horizons, et les plus beaux endroits inconnus à t'approprier.
Déraciné
Déraciné

Messages : 10
Date d'inscription : 26/09/2018
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky.... Empty Re: debordement émotionnel/ crise de rage/ pourtant j'croyais être une fille funky....

Message par Fille d'Agar Mer 3 Oct 2018 - 17:21

Amour

Il est difficile de trouver de quelle manière ces coléres pourraient se transformer, se sublimer. Comment transcrire cette frustration par des gestes, des actions ?
D'ailleurs doit-on forcément se débarasser de cette colére ? La recherche du bien-être, de la sérénité, la "zenitude" semble être encouragé mais parfois je m'interroge sur le côté mouton de panurge. A chercher a méditer, a être en paix dans un monde d'une violence extrême j'ai l'impression de me jeter aveuglément dans ce gouffre. De jouer le jeu. Pourtant il y en a bien des raisons d'être en colére. Bien sûr le problème est qu'être sensible a tout cela entraîne du mal-être.

J'imagines que se délester du trop de souffrance est la première étape, peut-être même primordiale.
C'est vrai que s'offrir un cocon avec des gens aimants oú l'on peut être soi, rêver, investir et partager peut être une solution pour ne pas affronter ce mur de glace qu'est la société.
Ce retranchement n'est pas possible pour tout le monde, il n'est pas aisé pour tous de trouver l'amour. Puis, vivre dans une bulle peut aussi être frustrant, le désir de faire changer le monde ou de lutter contre les injustices est parfois vitale. Je ne sais pas si ça s'oppose vraiment. J'ai une vision dichotomique.

Enfin, merci du partage.
Fille d'Agar
Fille d'Agar

Messages : 147
Date d'inscription : 07/03/2017
Age : 33
Localisation : Sous la ligne de Kármán (ou alors ?)

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum