se préserver, penser à soi

Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty se préserver, penser à soi

Message par Invité Mer 7 Fév 2018 - 22:09

J'ai eu plusieurs fois l'occasion de lire, d'entendre et même de donner ce conseil : pense à toi pour aller mieux. Et le comble, c'est que je me laisse parfois engluer par les difficultés, la tête dans le guidon, sans y arriver. Alors qu'est-ce que c'est exactement, penser à soi ?
- Pour moi, avant tout : être altruiste d'accord, mais ne pas m'oublier totalement.
- Rester intègre, ne pas accepter de situations qui me font sentir mal.
- Savoir dire non quand il le faut (pas facile, j'ai souvent envie de rendre service).
- Ne pas me laisser tellement submerger par l'angoisse que je ne trouve plus d'autre solution que travailler toujours plus pour lutter contre mon sentiment d'imposture.
- Trouver du temps : pour dormir, pour lire, faire de la cuisine, écrire ; continuer à faire du sport même quand je suis trop surbookée et fatiguée ; continuer mes activités même quand j'ai juste envie de m'enfermer et de ne voir personne. Et euh... ça non plus je n'y arrive pas !
- Prendre soin de moi physiquement.
- Rester reliée à la vie, ne pas me déconnecter, "être dans" et non "assister à".
- Demander de l'aide (j'ai honte de me sentir la seule à "ne pas y arriver").
- Comme le dit ma psy : être indulgente envers moi-même, personne ne le sera sinon, et noter ce que je retiens de positif à la fin d'une journée de travail.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Maxim Mer 7 Fév 2018 - 22:57

Salut,
En fait, je dirais que penser à soi, c est avant tout se regarder comme avec un regard extérieur (être son meilleur ami on entend souvent). Etre attentif aux choses (activités, personnes, etc...) qui nous ont fais nous sentir mieux, qui nous ont procuré du bien-être. Essayer de voir objectivement si cette séance de jogging nous à fait du bien, si après (et non pas pendant ces dites activités) on observe un "mieux-être". A contrario remarquer ce qui peut nous épuiser, ce qui peut provoquer un éventuel mal-être (comme un repas de famille par exemple). Ce n est qu en trouvant ces activités, personnes, qui provoquent ce bien-être et en équilibrant les choses qu on peut avoir une vie épanouissante.
Je pense qu il n est pas si difficile de perdre de vue cela et de faire des choix de raison qui nous poussent à priori vers une meilleure situation (financière, affective, etc...) mais pas forcément vers le bien-être.
Maxim
Maxim

Messages : 222
Date d'inscription : 20/04/2016
Age : 38
Localisation : Dans la lune

Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Mer 7 Fév 2018 - 23:42

je connais, l'enfer c'est les autres, une très grande partie des charges que je traine sont le fait des autres, famille, boulot etc

on se rend pas compte qu'on se fait pieger, parce qu'on fait confiance ou qu'on veut aider, triangle de je sais plus qui, victime sauveur, harcelleur

cartman..eu non Karpman lol

http://anti-deprime.com/2015/10/13/sortir-du-triangle-persecuteur-victime-sauveur-triangle-de-karpman/

j'ai vécu tellement de merde ces dernières années grandes et petites qu'un temps on se préserve, on n'a plus ce choix, ce luxe

pas facile de le faire comprendre aux autres que là on n'est plus dispo ou opérationnel pour eux

j'en ai encore fait l'experience aujourd'hui

c'est que les gens s'habituent tres vite a ce que vous portiez leurs charges

mauvais service à rendre en plus



"
"- Pour moi, avant tout : être altruiste d'accord, mais ne pas m'oublier totalement."

chez moi c'est moi d'abord les autres ensuite, ce n'est pas de l"égoisme c'est la seule maniere de se preserver des autres, et une fois bien avec soi on va versles autres demaniere plus équilibrée

il m'a fallu du temps, mon parcours de vie n'a pas été sympa sous ces angles, j'ai fini par accepter l'egoisme soit disant affiché commeun réflexe élémentaire de survie



- Rester intègre, ne pas accepter de situations qui me font sentir mal.

oui j'essaie le plus souvent pour une raison assez simple se sentir mal pollue, occupe l'esprit etmange de l'energie , on eprd son temps dans une boucle mentale


- Savoir dire non quand il le faut (pas facile, j'ai souvent envie de rendre service).

pareil, mais j'ai appris à dire non plus souvent et surtout sans me justifier ,je peux adoucir cependant parfois mon non ,mais il reste un non

si on craque le oui a des conséquences sur soi et sur les autres parce qu'on est forcé en quelque sorte


- Ne pas me laisser tellement submerger par l'angoisse que je ne trouve plus d'autre solution que travailler toujours plus pour lutter contre mon sentiment d'imposture.

je suis paresseux, je le revendique de plus en plus comme mon mode de fonctionnement, j'ai tellement bossé pour les autres sans reconnaissance que l'imposture s'est envolée et est remplacée par de l'envie, qu ai je envie de faire moi.. je me reserve cet espace partout, egoisme de survie

le risque est de s'isoler

- Trouver du temps : pour dormir, pour lire, faire de la cuisine, écrire ; continuer à faire du sport même quand je suis trop surbookée et fatiguée ; continuer mes activités même quand j'ai juste envie de m'enfermer et de ne voir personne. Et euh... ça non plus je n'y arrive pas !

on n'est pas des surhommes surfemmes, j'ai une liste mentale de choses que j'aime ou que je veux faire et je peux laisser une partie de la liste dormir 5 ans avant d'y revenir, je bannis les tu devrais tu auras du , les autres se chargent suffisamment de me coller leurs besoins

leurs besoins ne sont d'ailleurs jamais prioritaires sauf exceptions

- Prendre soin de moi physiquement.

pas assez mais je suis passé par un burn out il ya deux ans et je suis en train de reglisser


- Rester reliée à la vie, ne pas me déconnecter, "être dans" et non "assister à".

oui trouver les bonnes personnes, fuir les fâcheux, ceux qui fâchent

cotoyer ceux qui vous grandissent et font naitre en vous reves et envies et non c'est pas simple de les trouver

- Demander de l'aide (j'ai honte de me sentir la seule à "ne pas y arriver").

j'ai demandé de l'aide et cela m'a sauvé la vie, je n'ai àaucun moment eut honte de demander cette aide

paradoxalement cette aide a merdoyé apres et du coup j'aiun syndrome de blocage , j'ai demandé de l'aide à 6 personnes pendant mon burn out, pas une seule ne m'a aidé ,même un tout petit peu , cela marque


- Comme le dit ma psy : être indulgente envers moi-même, personne ne le sera sinon, et noter ce que je retiens de positif à la fin d'une journée de travail.

oui etre fier ce qu'on fait, de ce qu'on est, ne aps avoir honte de l'etre en rien, revendiquer meme

mais peut etre faut il un caractere combattif pour ce genre de choses même si je suis plus dans le consensus ,j'édite ma prose, je desamorce les polémiques, j'aime pas la violence enr ien ,le monde est déhjà assez violent comme cela je trouve et la mort est violente aussi

j'ai constaté dans les conférences tedx et autres que la plupart des orateurs avaient une forme de culot et de naiveté mêlée ,entrepreneurial en quelque sorte, dans le sens entreprendre,afficher ce qu'on est, ce qu'on aime faire

evidemment se préserver des hordes de jaloux aussi



charité bien ordonnée commence par soi même et ce n'est pas une boutade, c'est terriblement profond

comment pourriez vous avoir cet orgueil d'aider les autres si vous ne vous respectez pas vous même , si vous ne vous aimez pas suffisamment que pour éviter de n'etre qu'une chose aux services des autres ?

mais une affirmation de soi qui ne doit pas virer en une négation des autres, même si on en écarte certains et pas d'autres




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Mer 7 Fév 2018 - 23:48

se préserver, penser à soi 2bf70b10

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Mer 7 Fév 2018 - 23:50


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Jeu 8 Fév 2018 - 8:54

Merci @Maxim : je vais réfléchir à cette notion intéressante de ce qui fait du bien après coup et non pendant. Par exemple, j'avais décidé d'aller nager 3 fois dans la semaine, mais cela entrait en conflit avec mon travail à la maison, c'était trop. Résultat, je me suis découragée et je n'y vais plus du tout ! Alors que ça me fait du bien pendant (ça me procure une grande paix) et après.
@Zeb Mackay2 : merci d'avoir tout repris point par point pour y répondre, et merci pour la vidéo ! Ton expérience est intéressante, et je mesure le chemin qu'on peut parcourir en partant du même point : penser trop aux autres et devenir plus égoïste, dans le bon sens. J'espère que j'y parviendrai, sans ruiner encore quelques années de vie.
J'ai eu le bouquin de Thomas Ansenburg, mais à l'époque je n'étais pas prête, ce discours me heurtait.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Jeu 8 Fév 2018 - 10:56

Salu zebra sara, un bouquin intéressant comment je suis devenu 10% plus heureux en pratiquant la méditation pleine conscience.

Le titre doit être plus court, mais je m'en rappelle plus, je l'avais offert à une amie qui était en pleine dépression, elle a adoré (elle la lue à la fin de sa dépression).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Jeu 8 Fév 2018 - 13:12

kenshin a écrit:Salu zebra sara, un bouquin intéressant comment je suis devenu 10% plus heureux en pratiquant la méditation pleine conscience.

Le titre doit être plus court, mais je m'en rappelle plus, je l'avais offert à une amie qui était en pleine dépression, elle a adoré (elle la lue à la fin de sa dépression).

Merci kenshin ! Je n'ai pas lu celui-ci, mais je suis très intéressée par la pleine conscience. J'ai lu les bouquins de Christophe André sur le sujet, et j'ai appris la méditation bouddhiste. Mais j'ai du mal à y recourir quand je suis mal et stressée, alors que c'est là que j'en aurais besoin !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Jeu 8 Fév 2018 - 15:25

J'ai eu une discussion très intéressante à ce propos : penser à soi. Nous avions abordé cela par la notion d'égoïsme. Nous avions conclu qu'il existait plus ou moins deux sortes d’égoïsme : le "moi d'abord" et le "moi tout seul". La premier était nécessaire et vital ; il est difficile d'aller bien quand on prend le poids des problèmes du monde sur ses épaules. Le second est plutôt de l'ordre du narcissisme et de la perversion ; utiliser les autres pour ses propres intérêts au détriment de tout autre but, céder à ses désirs etc... .

Je ne sais pas si ça peut t'aider ces deux notions, mais il est clair que pour aller bien, il faut un minimum s'intéresser à soi, mais aussi prendre de la distance face aux autres. Il faut se connaître, c'est impératif, et ce chemin de connaissance passe effectivement par du temps pour soi, du temps dans ce qui nous fait plaisir, du temps de méditation et de questionnement. Il faut savoir s'écouter, et surtout choisir de faire qui l'on est - je connais beaucoup de personnes qui agissent sur des attendus supposés de l'autre (je fais cela parce que l'autre pense sûrement que c'est comme cela que je dois agir, etc...).

Je ne sais pas quoi rajouter de plus, j'espère t'avoir aidé un peu.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Jeu 8 Fév 2018 - 17:50

Oui tu m'aides @Greysome : j'aime bien cette distinction "moi d'abord" / "moi tout seul" (qui me fait aussi penser aux petits bouts qui veulent s'autonomiser "ma tout seul", et dans ce cas c'est positif Very Happy ).
J'ai longtemps agi justement, en amour et dans le travail, pour donner satisfaction, pour être jugée compétente par d'autres. J'emploie mon intelligence alors à faire ce que je veux quand même, mais à l'enrober d'un papier cadeau conforme à ce qu'ont envie de voir ou d'entendre les personnes qui ont à m'évaluer (inspection, par exemple). En un sens je garde mon autonomie et libre-arbitre et on ne m'emmerde pas, mais d'un autre côté je ne me montre pas courageuse, je ne monte pas assez au front pour défendre mes valeurs et opinions. C'est juste comme un jeu.
Résultat : quand je veux vraiment faire le point, pour moi et uniquement pour moi, je ne sais plus me situer, je ne trouve plus de repères internes de mes réussites ou échecs, et je passe en mode panique parce que seul ce que j'interprète du regard des autres, de ce qu'ils me renvoient sur moi, me renseigne. Et c'est bien sûr sujet à caution, et cela peut se fragmenter en milliers de petites facettes différentes.
Alors bien sûr, je ne suis pas comme ça tout le temps : la plupart du temps, je suis dans l'action, consciente de ce que je fais et de comment je veux le faire. C'est si je viens à douter de ma légitimité et de mes compétences que je ne sais plus rien. Et là, je suis incapable de me reconnecter aux bonnes choses en moi, de me faire du bien. Je deviens comme un zombie qui subit les intempéries, jusqu'à la prochaine fin du monde, où il pourra à nouveau consommer de la cervelle (j'exagère, mais il fallait bien que j'aille jusqu'au bout de la comparaison Twisted Evil)...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par noctrens Ven 9 Fév 2018 - 18:07

Rester reliée à la vie, ne pas me déconnecter, "être dans" et non "assister à.
"

Si quelqu'un a une solution je suis preneur, j'ai tout ce qu'il me faut pour être heureux mais je suis complétement déconnecter de tout ce qui se passe autour de moi (et même de mes propres sensations corporelles).
Je n'arrive pas a "prendre le temps" comme si la seule chose qui comptait c'était le temps, alors que quand j'arrive a prendre mon temps tout reviens comme si ce soucis n'avais jamais exister.
Mais pourquoi est ce que je m'obstine a courir après le temps? Cette chose immatérielle qui n'a aucune importance si on ne place pas d'émotions dedans, si on n'en profite pas. J'en arrive a me demander si je suis seul dans ce cas là ou pas. Je repense (enfin a moitier lol, j'arrive même plus a pensé, je n'ai plus cette petite voix intérieure Colère rentrée), je ne ressens plus les émotions de la même façon quand je suis dans cet état, et quand j'arrive enfin a me lâcher je pleure, sois de soulagement sois de tristesse pour tout les moments ou j'ai pas profité....
Et puis pensé a sois ? Je sais plus comment on fais j'arrive déjà pas a pensé tout court, je fais les choses de façon automatique sans rien voir ou avoir conscience de quoi que ce sois, comme une machine. Et je repense a ce que m'a dit une formatrice, d'après elle je veux trop que tout sois parfait et pour elle il n'y a pas de superhéros en quelques sorte. Sauf que je n'arrive plus a faire autrement, le mode automatique ne semble pas vouloir me laisser tranquille. Sauf que je suis en train de me rendre compte que le mode automatique me pose problème dans mes relations aux autres mais je ne sais pas comment l'arrêter. Il y a, depuis quelques temps une personne qui a réussi a m'en faire sortir et qui a fait ressurgir des émotions oubliées depuis longtemps et une facette de ma personnalité que je ne connaissais pas. J'ai aussi radicalement changé de vie grâce a elle, mais je n'arrive pas a me laissé porté, a lâcher prise, ou plutôt j'y arrive par moment et ils sont de plus en plus longs mais ça ne dure pas plus d'une nuit et c'est déjà un exploit pour moi, je repense a une nuit ou j'avais horriblement mal au dos et ou je ne m'étais pas sentis aussi bien depuis environ 3 ou 4 ans. Donc je garde espoir, et comme on dit l'espoir fait vivre lol

noctrens

Messages : 42
Date d'inscription : 21/04/2013
Age : 32
Localisation : Ambérieu en bugey

Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Ven 9 Fév 2018 - 19:39

Noctrens sur ce sujet-là je me sens exactement comme toi : courant après le temps qui me glisse entre les mains comme une brume, et tellement saturée de choses à faire, la tête farcie de choses à ne pas oublier, je n'arrive plus à penser non plus.
J'essaie de noter, mais soit je ne le fais pas sur le moment, donc c'est mort, je ne m'en souviens plus, soit j'oublie ensuite de relire les listes et agendas... pale

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Mer 14 Fév 2018 - 19:19

J'ai tout de même l'impression qu'on va passer vers un tout autre débat : à quoi sert le temps dans l’existence ? (<- le point interrogation étant plutôt sur cette impression que sur la question même).

Je connais une personne qui est incapable de ne rien faire, et qui a justement cette impression de "perdre son temps" lorsqu'elle ne fait rien. C'est assez étrange, parce que de mon côté, j'aime beaucoup prendre le temps de... ne rien faire (l'ennui étant tout autre chose) m'est particulièrement agréable. Ce sont dans ce genre de moments que je m'ouvre vraiment, que je me recentre sur moi même et que j'arrive enfin à modifier mon cerveau. Le calme apaise, et l’inactivité est comme la mue entre deux phases d'activités - je laisse derrière moi tout le négatif, ma peau de chagrin et mes angoisses. J'évolue. Cette personne incapable de ne rien faire (sous entendu, de passer en mode pause), je présent comme une angoisse de la mort (et qui peut lui en vouloir ?), et ces activités permettent d'occuper le cerveau à autre chose qu'à une angoisse. La peur de l'échec, le perfectionnement constant par la pratique, constante et constamment - et dès qu'on arrête, ça recommence, le vide de l’existence revient, l'angoisse de la mort et la solitude, et pour pallier cela : le détachement. Cette "vilaine" impression qui colle à la peau ; la séparation de soi : d'un côté l'esprit, d'un côté le corps, et le "recul sur les choses absolu". Mes sensations sont-elles réelles ? Les autres existent-ils ? Mes émotions ne sont que des flux, mes sensations de même, qui suis-je, suis-je mon esprit ?

Soit. Bref. Je ne tape peut-être pas dans le mille. Le temps est précieux, il faut savoir prendre du temps pour soi. L'esprit n'est pas fait pour être en activité constante. Un étudiant qui fait une pause de 5 minutes toutes les 20 minutes, est plus efficace qu'un étudiant qui révise 2 heures et qui prend une longue pause ensuite. Juxtaposons la logique au sommeil et à la productivité, on obtient un mot : monophasique - délicieux mot de réflexion sur la sommeil.

Non ? Suis-je encore à côté ?

La différence entre exister et vivre alors peut-être...? Je ne sais plus, ça y est j'ai oublié ce que je voulais dire. Je n'arrive pas à traduire ce que je viens d'écrire, c'est jeté là (vous m'en voyez navrée... ou pas !).
Peut-être vous aurai-je aidé ? Un peu j'espère, j'ai mit ça là, en vrac, en brut.

I love you

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Mer 14 Fév 2018 - 20:39

Greysome a écrit:J'ai tout de même l'impression qu'on va passer vers un tout autre débat : à quoi sert le temps dans l’existence ? (<- le point interrogation étant plutôt sur cette impression que sur la question même).

Je connais une personne qui est incapable de ne rien faire, et qui a justement cette impression de "perdre son temps" lorsqu'elle ne fait rien. C'est assez étrange, parce que de mon côté, j'aime beaucoup prendre le temps de... ne rien faire (l'ennui étant tout autre chose) m'est particulièrement agréable. Ce sont dans ce genre de moments que je m'ouvre vraiment, que je me recentre sur moi même et que j'arrive enfin à modifier mon cerveau. Le calme apaise, et l’inactivité est comme la mue entre deux phases d'activités - je laisse derrière moi tout le négatif, ma peau de chagrin et mes angoisses. J'évolue. Cette personne incapable de ne rien faire (sous entendu, de passer en mode pause), je présent comme une angoisse de la mort (et qui peut lui en vouloir ?), et ces activités permettent d'occuper le cerveau à autre chose qu'à une angoisse. La peur de l'échec, le perfectionnement constant par la pratique, constante et constamment - et dès qu'on arrête, ça recommence, le vide de l’existence revient, l'angoisse de la mort et la solitude, et pour pallier cela : le détachement. Cette "vilaine" impression qui colle à la peau ; la séparation de soi : d'un côté l'esprit, d'un côté le corps, et le "recul sur les choses absolu". Mes sensations sont-elles réelles ? Les autres existent-ils ? Mes émotions ne sont que des flux, mes sensations de même, qui suis-je, suis-je mon esprit ?


Marrant, c'est à quelque chose près, l'idée que donne le philosophe Heidegger : l'ennuie comme "fondamentalité" et qui ouvre à l’existant, plutôt dire l'être.
Comme toi, il invoque l'angoisse. Fuir l'angoisse dans la dispersion du "on" et le "passe-temps".

« Au sens courant, l’ennui est gênant, désagréable et insupportable. Pour l’entente courante, toutes les choses de ce genre sont aussi de peu de valeur, elles sont indignes et à rejeter. Etre ennuyé est un signe qui dénote un caractère superficiel, de façade. Celui qui fixe à sa vie une vraie tâche et lui donne un contenu n’a pas à redouter l’ennui et est assuré devant lui. On peut néanmoins se demander ce qui l’emporte dans cette morale – l’assurance mensongère ou bien la banalité. »
Martin Heidegger 

https://www.cairn.info/revue-etudes-2009-2-page-231.htm

https://www.cairn.info/revue-psychotropes-2011-2-page-9.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Mer 14 Fév 2018 - 21:59

@46 fois merci

J'en connais un qui va être content de ces nouvelles références... encore faut-il qu'il veuille bien lire (c'est un véritable combat !!).

Je remercie mon prof de philo défoncé à tout les cours, qui l'air de rien, ne racontait pas que des idioties ou délires, ainsi que ma mémoire passive ! (je devais sûrement faire mon rubik's cube pendant le cours sur Heidegger, si tant est que mon fil de pensée ne sort pas d'autre part  scratch ).

Je terminerai par dire, "le temps, c'est de l'art-gens" ! Dent pétée

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

se préserver, penser à soi Empty Re: se préserver, penser à soi

Message par Invité Mer 14 Fév 2018 - 22:12

Greysome a écrit:si tant est que mon fil de pensée ne sort pas d'autre part

Va savoir.

Greysome a écrit:Je terminerai par dire, "le temps, c'est de l'art-gens" !



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum