Prof de math en souffrance...

+10
nikoku74
isadora
Maxim
newlife
jeachlo
Chuna
minord
DLS
Marquise45
Dodie
14 participants

Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Prof de math en souffrance...

Message par Dodie Mar 6 Fév 2018 - 9:31

Bonjour,

Je suis prof de math en collège pour la 4e année et je suis à bout.

Depuis 2 ans environ je vais au boulot à reculons, je cumule les crises d'angoisse. Certains jours tout va bien et d'autres matins je peux à peine sortir de mon lit, l'idée d'y aller me paralyse. La première idée qui me vient quand je suis comme ça c'est l'image du bruit que je vais subir, la violence des sons : les bavardages, le bruit de la craie, le raclement des chaises, les cris dans les couloirs, les profs qui parlent tous en même temps en salle des profs, le self avec les couverts, les cris, le monde, la cour...
Je suis une éponge, tout m'atteint, tout me fait douter, tout me fait mal...

J'essaie dans la mesure du possible de m'isoler de tout cela en restant dans ma salle, en amenant mon repas... Malgré cela certains matins c'est insurmontable.

De plus je n'arrive pas à décrocher. Je n'arrive plus à me détendre. J'ai toujours en arrière pensée une petite voix qui me liste tout ce que j'ai à faire, les cours que je dois préparer, les copies que je dois corriger... Et je suis à un tel niveau de sous motivation, que je me retrouve à plus ou moins procrastiner. Je me mets officiellement au travail mais je n'avance à rien car je me disperse énormément. Je passe un temps infini à corriger un paquet de copies, ce qui amplifie mon sentiment d'être noyée. J’ai l'impression de ne plus avoir de vie, de ne rien faire à part bosser, manger et dormir ; j'en souffre énormément, je n'évacue plus rien, je suis lobotomisée.

Même la nuit je ne décroche pas. Les idées tournent, ma tête pédale toute la nuit. Je suis épuisée... J'aurais peut être du commencer par là, c'est peut être ça mon souci initial. C'est sans doute ça qui trouble ma concentration et mon seuil d'acceptation du bruit. Je m'épuise, je suis constamment fatiguée...

Et je ne me reconnais pas dans la machinerie Éducation Nationale. J'ai l'impression d'être un numéro, un être sans importance qu'on broie à petit feu...
Et je ne parle pas des réunions à n'en plus finir, c'est pareil partout je pense...
Au delà de ça, j'ai du mal avec le travail en équipe. J'ai du mal avec "l'esprit prof". J'ai du mal avec toute l'hypocrisie qui règne partout, que ce soit en salle des profs ou dans les relations avec l'administration.

Je ne comprends pas toujours mes élèves. Je ne comprends pas leur refus de s'enrichir, je ne comprends leur mépris, je ne comprends pas leurs attitudes. Ils me désemparent et me donnent le sentiment d'être impuissante (bon il y a aussi des chouettes gamins dans le lot quand même, ne généralisons pas).

Au final j'ai l'impression d'aller bosser en environnement hostile, j'ai l'impression de devoir affronter cet environnement hostile. (et comme si cela ne suffisait pas, une collègue m'a prise en grippe depuis la Toussaint et me le fait payer dès qu'elle peut !)

J'envisage une réorientation. Mes proches me disent que je suis folle, que j'ai une position rêvée : des vacances, une sécurité d'emploi... Mais heureusement qu'elles sont là ces vacances, j'aurais disjoncté depuis longtemps sinon !! Il y a des points positifs à ce métier, certes, mais j'avoue que là je n'arrive plus à les voir.

Pour la réorientation je suis un peu perdue. Je n'arrive pas à me focaliser sur une idée. Et je suis tellement changeante que je n'ose pas non plus me lancer.

D'autres profs dans mon cas ? auriez-vous des conseils pour m'aider à remonter un peu la pente ? Ma psychologue me conseille de m'arrêter, mais je n'aime pas trop cette idée, ça me culpabilise et je ne suis pas sûre que fuir soit une solution...


Dernière édition par Dodie le Mar 6 Fév 2018 - 13:26, édité 1 fois

Dodie

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 9:39

Trop fatigué pour tout lire.
Juste je suis en train (avec énormément de difficultés) de faire ce qu'il faut pour quitter l'EN.
C'est un ministère de merde. Sauve-toi !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Dodie Mar 6 Fév 2018 - 9:43

Je suis en mode "sauve qui peut" également.

C'est difficile de partir vu qu'ils refusent parfois les démissions.

Qu'envisages tu de faire par la suite ?

Dodie

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Marquise45 Mar 6 Fév 2018 - 10:06

Bonjour,
Je ne suis pas prof, mais j'ai vécu la même chose que toi : souffrance au travail à tel point que ça t'empêche de dormir et de profiter de la vie, le matin t'y vas en pleurant etc... Et je connais d'autres personnes ayant vécu la même chose. Dans ce cas, je persiste et je signe, la fuite est la solution. Pour soi. Ce n'est pas mal de penser à soi. Il faut prendre soin de soi, aussi. Et si tu t'en vas, le monde ne s'arrêtera pas de tourner. Bien sûr, tu te sentiras coupable, mais là c'est vital pour toi, il faut que tu t'en sortes. Te mettre en arrêt, pourquoi pas, mais si tu passes ton temps à ruminer en attendant la reprise, aucun intérêt. Il faut que tu mettes ce temps à profit pour réfléchir à ce que tu vas faire après. J'ai l'impression que ce n'est pas ton métier qui te pose problème, mais l'environnement dans lequel tu l'exerces ? Je n'ai pas de suggestion particulière, mais j'imagine qu'il y a un certain nombre de métiers que tu pourrais exercer en te calant sur tes compétences en maths ? Ou alors tu pourrais devenir prof pour adultes en réorientation ?
Il est grand temps de penser à toi. Et crois-moi, ça fait un bien fou ! Penser et agir pour ton avenir, ça aide à survivre au quotidien.
Courage à toi ! Smile

Marquise45

Messages : 120
Date d'inscription : 15/07/2013
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Dodie Mar 6 Fév 2018 - 10:11

Merci Marquise45. Je refuse en effet de rester ruminer chez moi (j'ai de toute façon un paquet de copies qui est toujours là pour m'occuper^^).
En soi enseigner me plait, mais en effet, pas dans ces conditions.
J'ai démarché mon syndicat et le rectorat pour obtenir des pistes et éventuellement un bilan de compétences.
Prof pour adulte en réorientation ça me tente bien, c'est une des pistes que j'envisage.

Dodie

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 10:43

Je t'ai mp.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par DLS Mar 6 Fév 2018 - 10:44

"C'est difficile de partir vu qu'ils refusent parfois les démissions."

Comment peut-on refuser une démission ?

Pour info, j'ai démissionné de l'EN (j'étais certifié en maths) il y a plus de quinze ans. Je m'en porte très bien Very Happy !
Sinon, quelques pistes : 1) l'informatique recrute encore pour développer. Ça peut être une expérience intéressante et un boulot passionnant si l'on aime le domaine, bien sûr (mais tout n'est pas rose dans le milieu, loin de là...).
2) Il y a des possibilités pour enseigner hors-EN (supérieur, privé hors-contrat, formation continue...). Il faut creuser et ça demande du temps ; et l'on perd le statut de fonctionnaire en général (mais de toute façon...).
3) Il y a beaucoup de passerelles pour changer de métier et rester fonctionnaires avec les concours internes, que ce soit au niveau bac (pour devenir techniciens après deux ans de formation payés), niveau bac+1 ou niveau bac+2 (pour devenir ingénieurs après 3 ou 4 ans de formation payés). Renseigne-toi sur !
4) On a parlé récemment du dégraissage de la fonction publique avec possibilité de rupture conventionnelle. Peut-être attendre un peu jusque là pour en profiter (profiter est le bon mot, et il n'y a pas à en rougir ! la fonction publique profite de beaucoup de gens sans que les hauts dirigeants n'aient l'air de s'en soucier, surtout quand ils gagnent entre 3 et 10 fois plus par mois Wink !)...

PS : Oui, s'arrêter, c'est se préserver, c'est l'instinct de survie. Il n'y a aucune hésitation à avoir ! La première chose qu'on apprend dans les stages de secourisme, c'est que le secouriste doit se mettre à l'abri lui-même avant d'intervenir (quand il est déjà sur le lieu de la catastrophe). On ne demande à personne d'être un héros. Il faut laisser ça au cinéma...

Bon courage !
DLS
DLS

Messages : 857
Date d'inscription : 22/06/2017
Age : 49

https://spiritualite.art.blog/blog-feed/

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 10:52

édifiant sur l'etat de l'enseignement en france...

notez chez nous c'est pareil

pourtant les maths c'est cool




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Dodie Mar 6 Fév 2018 - 11:32

Alexandre a écrit:"C'est difficile de partir vu qu'ils refusent parfois les démissions."

Comment peut-on refuser une démission ?

Pour info, j'ai démissionné de l'EN (j'étais certifié en maths) il y a plus de quinze ans. Je m'en porte très bien Very Happy !
Sinon, quelques pistes : 1) l'informatique recrute encore pour développer. Ça peut être une expérience intéressante et un boulot passionnant si l'on aime le domaine, bien sûr (mais tout n'est pas rose dans le milieu, loin de là...).
2) Il y a des possibilités pour enseigner hors-EN (supérieur, privé hors-contrat, formation continue...). Il faut creuser et ça demande du temps ; et l'on perd le statut de fonctionnaire en général (mais de toute façon...).
3) Il y a beaucoup de passerelles pour changer de métier et rester fonctionnaires avec les concours internes, que ce soit au niveau bac (pour devenir techniciens après deux ans de formation payés), niveau bac+1 ou niveau bac+2 (pour devenir ingénieurs après 3 ou 4 ans de formation payés). Renseigne-toi sur !
4) On a parlé récemment du dégraissage de la fonction publique avec possibilité de rupture conventionnelle. Peut-être attendre un peu jusque là pour en profiter (profiter est le bon mot, et il n'y a pas à en rougir ! la fonction publique profite de beaucoup de gens sans que les hauts dirigeants n'aient l'air de s'en soucier, surtout quand ils gagnent entre 3 et 10 fois plus par mois Wink !)...

PS : Oui, s'arrêter, c'est se préserver, c'est l'instinct de survie. Il n'y a aucune hésitation à avoir ! La première chose qu'on apprend dans les stages de secourisme, c'est que le secouriste doit se mettre à l'abri lui-même avant d'intervenir (quand il est déjà sur le lieu de la catastrophe). On ne demande à personne d'être un héros. Il faut laisser ça au cinéma...

Bon courage !

malheureusement c'est déjà arrivé que certaines personnes de l'EN voient leur démission refusée s'il n'y a pas assez de personnel pour les remplacer (pour ma part je suis pour le moment remplaçante donc on me laissera partit sans soucis)

Merci pour tes pistes, je vais explorer cela Smile

Je sais que certains entreprise d'informatique dans le coin recrutent des gens à profil hors informatique pour les former à la programmation dans des domaines spécifiques (biologie etc.). Je vais aussi me renseigner de ce côté là vu que j'ai un M2 biologie en plus de mon M2 d'enseignement des maths.

Quant à profiter, je le ferai sans scrupule. Ils n'en ont pas quand ils mettent les gens sur plusieurs établissements dans la même journée en faisant faire 2 à 3h de route par jour...

Dodie

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 11:36

[quote="Alexandre"]"C'est difficile de partir vu qu'ils refusent parfois les démissions."

Comment peut-on refuser une démission ?

Pour info, j'ai démissionné de l'EN (j'étais certifié en maths) il y a plus de quinze ans. Je m'en porte très bien Very Happy !
Sinon, quelques pistes : 1) l'informatique recrute encore pour développer. Ça peut être une expérience intéressante et un boulot passionnant si l'on aime le domaine, bien sûr (mais tout n'est pas rose dans le milieu, loin de là...).
2) Il y a des possibilités pour enseigner hors-EN (supérieur, privé hors-contrat, formation continue...). Il faut creuser et ça demande du temps ; et l'on perd le statut de fonctionnaire en général (mais de toute façon...).
3) Il y a beaucoup de passerelles pour changer de métier et rester fonctionnaires avec les concours internes, que ce soit au niveau bac (pour devenir techniciens après deux ans de formation payés), niveau bac+1 ou niveau bac+2 (pour devenir ingénieurs après 3 ou 4 ans de formation payés). Renseigne-toi sur !
4) On a parlé récemment du dégraissage de la fonction publique avec possibilité de rupture conventionnelle. Peut-être attendre un peu jusque là pour en profiter (profiter est le bon mot, et il n'y a pas à en rougir ! la fonction publique profite de beaucoup de gens sans que les hauts dirigeants n'aient l'air de s'en soucier, surtout quand ils gagnent entre 3 et 10 fois plus par mois Wink !)...

PS : Oui, s'arrêter, c'est se préserver, c'est l'instinct de survie. Il n'y a aucune hésitation à avoir ! La première chose qu'on apprend dans les stages de secourisme, c'est que le secouriste doit se mettre à l'abri lui-même avant d'intervenir (quand il est déjà sur le lieu de la catastrophe). On ne demande à personne d'être un héros. Il faut laisser ça au cinéma...

Bon courage ![/quote]

Je t'approuve à 100 %.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 11:42

[quote="Dodie"]

malheureusement c'est déjà arrivé que certaines personnes de l'EN voient leur démission refusée s'il n'y a pas assez de personnel pour les remplacer (pour ma part je suis pour le moment remplaçante donc on me laissera partit sans soucis)[/quote]

ça ne change rien : ça n'est pas ton problème, c'est celui de l'EN !
Sinon, tu les mets devant le fait accompli en faisant un abandon de poste.
La France est un pays libre, je ne vois pas de comment un employeur pourrait empêcher un employé de démissionner (à l'exception de quelques cas très particuliers, comme ceux des militaires tenus au secret ou des personnels dont les études ont été payées par l’État qui doivent rembourser ce dernier en cas de démission) !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 11:50

L'un de mes professeurs de français, que j'ai eu en première, enseignait pour sa toute première année en lycée. Ce professeur était génial (et je soupçonne qu'il le soit toujours). Nous avions eu l'occasion de discuter un peu sur ces années collège (je voulais savoir comment un aussi bon prof ne se retrouve en lycée que... maintenant ?). Je précise que ce professeur est un zèbre qui s'ignore et que nous étions plutôt complice dans la relation prof/élève - j'ai tendance à me faire des amis professeurs encore aujourd'hui. Lorsque nous avions parlé, il avait évoqué justement le bruit infernal des élèves. C'était un professeur qui savait gérer le bruit de ses élèves par l'humour, toujours, ce qui donnait envie aux élèves de travailler, et ils charriait gentiment ceux qui bavardait, ce qui forçait les élèves dispersés à rester concentrés, ou du moins à ne pas faire de bruit. J'avoue ne pas avoir échappé aux lancés de marqueurs. ^^"

Je ne sais pas si ça peut t'aider, je sais que le collège est totalement infernal, mais comme me disait ce même prof, il faut bien des gens pour enseigner là-bas.

J'espère que tu ne vas tomber dans l'indifférence, qui est un moyen de défense face à certain environnements hostiles "passifs" (dans le sens où l'hostilité ne te vise pas personnellement). Est-ce que tu as essayé les boules "qui est-ce" ? Laughing
Arrives-tu a faire une réelle séparation entre vie pro et vie privée ? En théâtre on dit avant de rentrer dans salle de répétition ou sur la scène "on laisse ses chaussures à l'entrée".

Si tu me permets de supposer, l'hyper-émotivité couplée à de l'hyper-sensibilité est assez redoutable en milieu scolaire, surtout au collège. Ce n'est pas évidant d'instruire des jeunes ***s, c'en est d'ailleurs tout un métier ! Laughing
Après je pense que tu n'as pas choisit la voie de l'éducation nationale par hasard. Certes le système ne facilite pas les choses, mais il y aura toujours quelque chose de noble et de passionnant à construire l'avenir de jeunes personnes.

Mon ancienne prof de théâtre, avec laquelle je bois un café de temps en temps (oui encore), a une quarantaine d'années d'année d'enseignement (ou pas loin) derrière elle dans différents lycées et collèges de France. Elle en a vu des vertes et des pas mûres, une sensibilité à fleur de peu et une vie personnelle complexe. Et pourtant, quand elle parle de ses élèves, tu verrai comme ses yeux brillent et comme elle est pleine de vie...

J'espère que ce que tu vis n'est qu'une passage. Je ne peux que te conseiller de te glisser entre les mailles du systèmes, de le "hacker", en rivalisant d'ingéniosité. La créativité au service du cours ça se fait, j'ai déjà vu un prof de maths écrire tout ses cours sur les tables des élèves et ils devaient s'expliquer les uns les autres ce que c'était. Bon et puis boules quies en mousse qui atténue le son, et méditation sur le blocage et le filtrage des sons.

En fait, dans ton texte, ce qui attire le plus mon attention, c'est cette perte de motivation. J'ai peur que tu n'aimes pas ou plus le boulot que tu fais...

(écrit d'une traite, j'ignore si ça t'aiderai, et je m'excuse des fautes d'orthographe, pas le temps de relire)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 11:54

Je me reconnais énormément dans ce que tu écris, même si j'enseigne depuis 23 ans et en français (collège aussi).
J'ai aimé mon métier avec passion, m'investissant énormément, mais toujours avec l'impression que mes efforts et ma présence n'étaient pas particulièrement reconnus. J'avais toutefois "fait mon trou" pendant 10 ans dans le même établissement, je m'y sentais respectée et soutenue par l'administration quand les élèves dérapaient.
Mais c'était il y a 8 ans... Je trouve aujourd'hui les élèves plus exigeants, les parents de même. Ils s'attendent à "être bien" en cours, à profiter d'une bonne ambiance, sans du reste y mettre du leur pour que cela se passe bien. Ils ne voient pas pourquoi leurs bavardages dérangent le cours, c'est leur vie. J'ai aussi eu malheureusement à bouger sans cesse depuis - je dois donc chaque année refaire mes preuves au niveau "autorité" et c'est lourd.
Aujourd'hui ont eu lieu des évolutions que je ne comprends plus vraiment, et qui ne m'intéressent pas particulièrement : les compétences, le travail en îlots, le numérique. Si, ça m'intéresse, mais conceptuellement - je me méfie des effets de mode et des expérimentations conduites sans discernement. L'approche "bienveillante" (avec excès) des personnels d'encadrement (Principal, CPE) me paraît dangereuse, car ils n'assument plus la nécessaire fermeté et conduite de la discipline, ils ne sont même plus les garants du respect du règlement intérieur. A toi de te débrouiller dans ta classe, et si des parents se plaignent, attention !
De plus, tu es remplaçante, ce qui est plus difficile : tu prends les choses en route, et les collègues ne font pas forcément attention à toi. Si je comprends bien, tu es sur plusieurs établissements ?
Je ne pense pas qu'ils refusent une démission, mais ils ne t'aideront pas à dresser un filet de sécurité financier le temps que tu te retournes. C'est parfois long de penser une reconversion, et on ne peut pas le faire dans la précipitation.
Pourrais-tu contacter le médecin de prévention du travail ? Sinon, tu dois t'arrêter si tu es épuisée et dors mal (en plus !), mais en sachant que lorsque tu y retourneras, les difficultés seront toujours là. Tu seras plus reposée pour les affronter, c'est déjà ça.
Je te souhaite bon courage. Tu peux m'envoyer un MP si tu le désires, je te raconterai mes tentatives pour me réorienter (bénéfice nul !).


Dernière édition par zebra sara le Mar 6 Fév 2018 - 11:57, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par DLS Mar 6 Fév 2018 - 11:56

Pour la démission, j'ai du mal à voir ce que veut dire "refuser" vu que d'après mes connaissances, sauf cas (à prouver) où la démission a l'intention de nuire à l'employeur, ce dernier ne peut s'opposer à un départ de son salarié.
Refuser veut dire pour moi faire des difficultés au salarié. Si cela arrive, se mettre en arrêt maladie indéfiniment (l'état est perdant au final, ceux qui trinquent après le prof malade sont les élèves, mais les gens qui gèrent tout cela sauvent la face car ils ne sont pas "responsables" de la situation : c'est ainsi que fonctionne les administrations !) et faire tout ce qu'il faut dans les règles pour démissionner (on peut le faire durant un arrêt maladie si l'on n'est pas en période d'essai) : respect des formes, des délais, réponse graduée jusqu'au tribunal administratif s'il le faut...

Et se rapprocher des syndicats qui n'hésiteront certainement pas à aider pour certains même si l'on n'est pas adhérent, quitte à payer sa cotisation dans l'heure Dent pétée (chose vécue dans une autre administration !)...
DLS
DLS

Messages : 857
Date d'inscription : 22/06/2017
Age : 49

https://spiritualite.art.blog/blog-feed/

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Dodie Mar 6 Fév 2018 - 12:06

Greysome a écrit:L'un de mes professeurs de français, que j'ai eu en première, enseignait pour sa toute première année en lycée. Ce professeur était génial (et je soupçonne qu'il le soit toujours). Nous avions eu l'occasion de discuter un peu sur ces années collège (je voulais savoir comment un aussi bon prof ne se retrouve en lycée que... maintenant ?). Je précise que ce professeur est un zèbre qui s'ignore et que nous étions plutôt complice dans la relation prof/élève - j'ai tendance à me faire des amis professeurs encore aujourd'hui. Lorsque nous avions parlé, il avait évoqué justement le bruit infernal des élèves. C'était un professeur qui savait gérer le bruit de ses élèves par l'humour, toujours, ce qui donnait envie aux élèves de travailler, et ils charriait gentiment ceux qui bavardait, ce qui forçait les élèves dispersés à rester concentrés, ou du moins à ne pas faire de bruit. J'avoue ne pas avoir échappé aux lancés de marqueurs. ^^"

Je ne sais pas si ça peut t'aider, je sais que le collège est totalement infernal, mais comme me disait ce même prof, il faut bien des gens pour enseigner là-bas.

J'espère que tu ne vas tomber dans l'indifférence, qui est un moyen de défense face à certain environnements hostiles "passifs" (dans le sens où l'hostilité ne te vise pas personnellement). Est-ce que tu as essayé les boules "qui est-ce" ? Laughing
Arrives-tu a faire une réelle séparation entre vie pro et vie privée ? En théâtre on dit avant de rentrer dans salle de répétition ou sur la scène "on laisse ses chaussures à l'entrée".

Si tu me permets de supposer, l'hyper-émotivité couplée à de l'hyper-sensibilité est assez redoutable en milieu scolaire, surtout au collège. Ce n'est pas évidant d'instruire des jeunes ***s, c'en est d'ailleurs tout un métier ! Laughing
Après je pense que tu n'as pas choisit la voie de l'éducation nationale par hasard. Certes le système ne facilite pas les choses, mais il y aura toujours quelque chose de noble et de passionnant à construire l'avenir de jeunes personnes.

Mon ancienne prof de théâtre, avec laquelle je bois un café de temps en temps (oui encore), a une quarantaine d'années d'année d'enseignement (ou pas loin) derrière elle dans différents lycées et collèges de France. Elle en a vu des vertes et des pas mûres, une sensibilité à fleur de peu et une vie personnelle complexe. Et pourtant, quand elle parle de ses élèves, tu verrai comme ses yeux brillent et comme elle est pleine de vie...

J'espère que ce que tu vis n'est qu'une passage. Je ne peux que te conseiller de te glisser entre les mailles du systèmes, de le "hacker", en rivalisant d'ingéniosité. La créativité au service du cours ça se fait, j'ai déjà vu un prof de maths écrire tout ses cours sur les tables des élèves et ils devaient s'expliquer les uns les autres ce que c'était. Bon et puis boules quies en mousse qui atténue le son, et méditation sur le blocage et le filtrage des sons.

En fait, dans ton texte, ce qui attire le plus mon attention, c'est cette perte de motivation. J'ai peur que tu n'aimes pas ou plus le boulot que tu fais...

(écrit d'une traite, j'ignore si ça t'aiderai, et je m'excuse des fautes d'orthographe, pas le temps de relire)

En effet, je n'y trouve plus mon compte. Même les élèves gentils, même le regard dans leurs yeux quand ils y arrivent enfin...ne parviennent pas à compenser le gros ras le bol que j'éprouve, ce sentiment de vulnérabilité. Je réfléchis à la réorientation mais je ne veux pas me précipiter.
J'espère que ce n'est qu'une passade, mais une passade de 2 ans sur 3 ans 1/2 de carrière ça me parait long quand même...

Actuellement je suis un médecin spécialiste en hypnose, j'espère qu'il pourra m'aider à me concentrer, me canaliser et gérer les bruits. J'attends également de voir ce que cela va donner.

zebra sara a écrit:Je me reconnais énormément dans ce que tu écris, même si j'enseigne depuis 23 ans et en français (collège aussi).
J'ai aimé mon métier avec passion, m'investissant énormément, mais toujours avec l'impression que mes efforts et ma présence n'étaient pas particulièrement reconnus. J'avais toutefois "fait mon trou" pendant 10 ans dans le même établissement, je m'y sentais respectée et soutenue par l'administration quand les élèves dérapaient.
Mais c'était il y a 8 ans... Je trouve aujourd'hui les élèves plus exigeants, les parents de même. Ils s'attendent à "être bien" en cours, à profiter d'une bonne ambiance, sans du reste y mettre du leur pour que cela se passe bien. Ils ne voient pas pourquoi leurs bavardages dérangent le cours, c'est leur vie. J'ai aussi eu malheureusement à bouger sans cesse depuis - je dois donc chaque année refaire mes preuves au niveau "autorité" et c'est lourd.
Aujourd'hui ont eu lieu des évolutions que je ne comprends plus vraiment, et qui ne m'intéressent pas particulièrement : les compétences, le travail en îlots, le numérique. Si, ça m'intéresse, mais conceptuellement - je me méfie des effets de mode et des expérimentations conduites sans discernement. L'approche "bienveillante" (avec excès) des personnels d'encadrement (Principal, CPE) me paraît dangereuse, car ils n'assument plus la nécessaire fermeté et conduite de la discipline, ils ne sont même plus les garants du respect du règlement intérieur. A toi de te débrouiller dans ta classe, et si des parents se plaignent, attention !
De plus, tu es remplaçante, ce qui est plus difficile : tu prends les choses en route, et les collègues ne font pas forcément attention à toi. Si je comprends bien, tu es sur plusieurs établissements ?
Je ne pense pas qu'ils refusent une démission, mais ils ne t'aideront pas à dresser un filet de sécurité financier le temps que tu te retournes. C'est parfois long de penser une reconversion, et on ne peut pas le faire dans la précipitation.
Pourrais-tu contacter le médecin de prévention du travail ? Sinon, tu dois t'arrêter si tu es épuisée et dors mal (en plus !), mais en sachant que lorsque tu y retourneras, les difficultés seront toujours là. Tu seras plus reposée pour les affronter, c'est déjà ça.
Je te souhaite bon courage. Tu peux m'envoyer un MP si tu le désires, je te raconterai mes tentatives pour me réorienter (bénéfice nul !).

Je comprends complètement. Les évolutions des élèves et des méthodes me laissent perplexes aussi...
J'ai contacté la cellule mobilité du rectorat et je voulais également voir le médecin du rectorat pour lui expliquer mon cas.

Mon médecin m'a arretée deux jours. Ma psy estime que ce ne sera pas suffisant. Je verrai. A écrire ces lignes les larmes me viennent donc je suppose qu'elle n'a pas tout à fait tort...

Je t'envoie un MP,

Merci à vous pour vos réponses en tout cas Smile

Dodie

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par minord Mar 6 Fév 2018 - 12:31

Dodie a écrit:auriez-vous des conseils pour m'aider à remonter un peu la pente ? Ma psychologue me conseille de m'arrêter, mais je n'aime pas trop cette idée, ça me culpabilise et je ne suis pas sûre que fuir soit une solution...
La fuite est une bonne solution temporaire en cas d'urgence. Si vous n'osez pas, appuyez-vous sur votre psychologue. Elle est votre alliée.


minord

Messages : 66
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 53
Localisation : Avignon

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Chuna Mar 6 Fév 2018 - 13:05

Je rejoins les autres.

je suis prof depuis 6 ans cette année. C'est ma 4ième année en collège, et je commence enfin à supporter les élèves, avec des moments où je rame et j'ai envie de les assassiner ^^ (je suis prof principale de 6ième, "de la volaille" comme disent mes collègues, toujours des histoires de bébé à régler, c'est bien chiant lol)

les 2 premières années en collège, même chose que toi avec le bruit. C'est épuisant, et ça me rendait agressive.
La salle de prof, ça gueule, ça braille, et en plus, on doit vendre les chocolatines à 10h Shocked

J'ai du bol, ça s'est calmé tout seul.
Mais j'ai qd même fait un burn out dans le premier établissement où j'étais (élèves difficiles, en structure agricole, directrice folle, j'ai fini par un blocage du coup, et pleurer devant les élèves, je suis jamais revenue et basta).

On n'a qu'une vie.

Tu as plein de pistes.

Enseigner aux adultes est chouette, franchement. Pour le coup, tu as du calme (et c'est très surprenant quand tu as l'habitude d'enseigner en collège lycée lol)

Enseigner au lycée, parait que c'"est bien mieux. Le collège, tu fais surtout de la discipline...

Bref, bon courage!
Chuna
Chuna

Messages : 22222
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 41
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 13:20

5


Dernière édition par ZebMckay2 le Mar 6 Fév 2018 - 22:03, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 13:23

pas vu

belle coquille dans le titre

"Prof de math en souffance..."

souffler... faire pause

sous france

truc de ouf france

parlant non ?


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Dodie Mar 6 Fév 2018 - 13:27

ZebMckay2 a écrit:pas vu

belle coquille dans le titre

"Prof de math en souffance..."

souffler... faire pause

sous france

truc de ouf france

parlant non ?


En effet ^^
J'ai corrigé Wink

Dodie

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Chuna Mar 6 Fév 2018 - 13:30

Donc si ce sont des surdoués, on doit avoir de la considération pour eux et pas pour les autres ?
Mouais...

De la volaille, c'est que ce sont des bébés, qu'il faut materner.
Moi je fais, ça me dérange pas trop, mais c'est vrai que c'est épuisant. Quand au bout de 3 mois ils te demandent encore ce qu'ils doivent faire en arrivant au bas de la page (ben tu la tournes.... si si, c'est régulier).

Donc oui, c'est de la volaille, et on peut qd même avoir de la considération pour eux. Surdoués ou pas.
Chuna
Chuna

Messages : 22222
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 41
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 13:41

p


Dernière édition par ZebMckay2 le Mar 6 Fév 2018 - 22:02, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 6 Fév 2018 - 13:49

x


Dernière édition par ZebMckay2 le Mar 6 Fév 2018 - 22:02, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par jeachlo Mar 6 Fév 2018 - 13:53

J'ai été instable professionnellement toute ma vie, mais bon, j'arrivais toujours à faire quelque chose.
J'ai bossé pendant 10 ans dans la formation professionnelle en alternance et continue, monté une boîte de formation, enseigné différentes matières d'abord, droit, puis éco, puis mana puis com. je me formais au fur et à mesure. Finalement me dis-je quitte, à enseigner autant le faire pour de bon. Direction EN filière technologique STMG, pour ne pas les citer.

3ans j'ai tenu Crazy l'EN m'a épuisé, le système écrasé, l'ambiance etouffé, l'expérience effrayé pour l'avenir de mes propres enfants, j'étais frustrée non stop, sur mes gardes constatement vu que je pratiquais hors des clous...c'était ça où appliquer des méthodes HS sur mes élèves. J'avais double prép, celle que je faisais et celle que je devais montrer en cas d'inspection. Je m'assurais que l'inspecteur ne puisse pas me prendre. Conclusion j'étais contractuelle, j'ai jamais vu d'inspecteur !! et je me suis épuisée. Pourtant j'ai bossé en libéral, j'ai même bossé comme avocate...rien ne m'a usé à ce point. bon ok, j'étais aussi au bout de mon parcours et fatiguée par des années à faire ce que l'on attendait de moi, à vouloir rentrer dans les clous. Mais je pense que l'expérience à précipiter ma chute !!!

le bon côté, j'ai fini en thérapie et enfin eu un diagnostique de ce que je suis.

Depuis...je me reconvertis dans le domaine artistique et enfin je vis Hourra !

le souci des zèbres c'est qu'à vouloir faire ce que la société attend de tout à chacun, on s'oublie, on s'épuise.

jeachlo

Messages : 173
Date d'inscription : 20/11/2017
Age : 46
Localisation : lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Chuna Mar 6 Fév 2018 - 13:58

c'est quoi un bon prof en 2018 ?

Quelqu'un qui essaie, au moins, de faire quelque chose pour les gosses. Qui les oublie pas.
Chuna
Chuna

Messages : 22222
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 41
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par newlife Mer 7 Fév 2018 - 20:55

Bonsoir Dodie,

tu es en plein burn out… Tous les signaux sont là:
stress permanent
allergie au travail (cf tes hypersensibilités sensorielles exacerbées)
dépersonnalisation
fatigue persistante

Classique en somme et hélas de plus en plus banal chez les enseignants…

Ce sentiment d’impuissance alors qu’on est au coeur du système, on est nombreux à l’avoir ressenti. Ca lamine littéralement.

Classique aussi la réaction de l’entourage. Pas forcément  compréhensif ni bienveillant. Ils ont peur aussi, parfois sans raison valable. Même les gens les mieux intentionnés peuvent nuire dans le cas du burn out car on se sent tellement fragilisé qu’on ne sait plus quoi faire et on devient influençable.

Se réorienter demande du temps. Ce n’est pas une progression linéaire mais plutôt beaucoup de petits pas, qui demandent d’avoir un mental de marathonien. Ca ne veut pas dire non plus que c’est un supplice, parce que quand on a commencé à sortir la tête hors de l’eau, on revit! Avoir un projet, se lancer, ça stimule les idées, la motivation, on agit plus facilement et la confiance se renforce.

Je pense que la priorité serait de t’arrêter en tout premier lieu…
Quand j’ai fait mon burn out, il y a eu un moment où j’ai senti que je finirai par faire des erreurs professionnelles: je ne me sentais plus responsable des élèves tellement j’étais devenue un zombie, dégoûtée, tendue continuellement, totalement à fleur de peau. Même sans aller jusque-là, tu sais parfaitement qu’on ne peut pas faire de bon boulot dans ce métier si on n’est pas en forme. Pense à toi et si ça peut t’aider, pense aussi que pour les élèves il vaut mieux un remplaçant plutôt qu’un prof qui ne va pas bien.

S’arrêter n’est pas fuir. Un prof a quasiment toujours le syndrome du bon élève. Et un prof HPI, je n’en parle même pas! Perfectionniste, consciencieux à l’extrême…
S’arrêter c’est se respecter, se rendre compte que travailler ne doit pas être synonyme de souffrir.
Je sais bien que c’est plus facile à dire qu’à intégrer, mais dis-toi bien que tu ne pourras retrouver la forme qu’en prenant cette pause, nécessaire, salutaire, indispensable.

Et surtout, si tu souhaites te reconvertir, il te faudra retrouver des forces pour entamer ce nouveau voyage.
Avoir les idées claires pour ne pas se perdre entre les options possibles, avoir la force d’oser de nouvelles choses, garder la motivation.. tout ça n’est possible qu’une fois qu’on a pris le temps de récupérer et de se distancer du travail.

Pour ma part, j’ai fait un burn out qui m’a valu un arrêt de 5 mois au total. Il me fallait bien ça! S’en est suivie une phase de reconstruction et une reprise d’études qui a constitué une vraie bouffée d’oxygène. J’ai ainsi pu mieux supporter le travail car j’avais un nouvel horizon en vue (et surtout j’apprenais des tas de trucs passionnants!). Si je n’avais pas vécu cette phase de transition, je n’aurais pas pu mener ma reconversion à terme.

Chaque petit pas compte, écoute-toi pour savoir ce qui est le mieux pour toi. Et surtout entoure-toi bien.
Quelle est la priorité du moment pour toi?

Bon courage, prends soin de toi!

newlife

Messages : 5
Date d'inscription : 22/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Maxim Mer 7 Fév 2018 - 22:29

Salut,
Tout à fait d accord avec newlife, c est typique du burn-out. Pour moi ce n est pas forcément le métier d enseignant qui est à mettre en cause ici. On peut faire un burn-out quel que soit la profession.
(même si je peux admettre que le métier d enseignant soit difficile; en Belgique on pense à le passer en métier dit "pénible": https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_la-penibilite-du-metier-d-enseignant-est-un-fait-d-apres-laurent-henquet-mr?id=9809261)
Quand l épuisement s installe de plus en plus, quand le travail s invite à la maison et dans toutes les pensées, c est un signal d alarme à ne pas négliger!

Je pense également que s arrêter au moins un temps peut être salutaire. Un congé maladie est il possible?
Un congé non pas pour ruminer et passer son temps à redouter le retour au travail mais plutôt un congé que tu utiliserais à bon escient pour te ressourcer et retrouver les idées claires. Je le conçois comme ca: quelques jours pour reprendre son "souffle" et ensuite prendre le temps de penser à quelle activité te permettrait de te ressourcer (sport, voyage, nature, famille...); ce n est qu une fois reboostée que tu pourra avoir les idées claires pour penser à une éventuelle réorientation, pas avant. Une fois de plus, le métier n est peut-être pas à remettre en cause ici, à toi de voir.

Petit article: http://www.levif.be/actualite/sante/burn-out-ne-restez-pas-sur-la-corde-raide/article-normal-24349.html
pour montrer que tu es loin d être un cas isolé.

Le burn-out étant proche de l état dépressif, je compatis. Je sais à quel point les idées peuvent devenir floues et à quel point on peut être désemparé.
Courage, je te souhaite de retrouver un bon équilibre, c est bien de cela qu il s agit.
Maxim
Maxim

Messages : 222
Date d'inscription : 20/04/2016
Age : 40
Localisation : Dans la lune

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Dodie Jeu 8 Fév 2018 - 13:31

Merci à vous. Merci pour votre compréhension, vos message et votre soutien.
Je suis allée voir mon médecin et il m'a arrêtée pour 10 jours.
Je vais me déconnecter du boulot, me reposer et envisager une autre piste de boulot.

Dodie

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Jeu 8 Fév 2018 - 13:35

Très intéressant ces liens Maxim. J'aimerais bien faire lire ça à ma Direction. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Jeu 8 Fév 2018 - 13:36

Dodie a écrit:Merci à vous. Merci pour votre compréhension, vos message et votre soutien.
Je suis allée voir mon médecin et il m'a arrêtée pour 10 jours.
Je vais me déconnecter du boulot, me reposer et envisager une autre piste de boulot.

Super Dodie. Tu vas pouvoir souffler et te retrouver. Je t'accompagne en pensée. flower

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par newlife Ven 9 Fév 2018 - 9:22

Bon courage Dodie, prends le temps d'aller mieux. Smile

newlife

Messages : 5
Date d'inscription : 22/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par isadora Ven 9 Fév 2018 - 13:47

un petit encouragement à continuer ce métier :

hier soir, les résultats du premier semestre des alternants sont tombés. Luc a presque la moyenne, malgré une dyslexie sévère, et le jury lui permet de poursuivre la formation à condition d'équilibrer sur le deuxième semestre.

sur ma matière, je lui ai mis deux points de bonus sur sa copie, pour deux remarques particulièrement affutées en cours, une façon de lui faire un petit clin d'œil de zébritude.

rien que pour ça, ça vaut le coup de continuer à donner des cours en plus de mon boulot.
isadora
isadora

Messages : 3182
Date d'inscription : 04/09/2011
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par nikoku74 Ven 9 Fév 2018 - 18:09

moi je n'ai même pas pu terminer mon année de stage de prof de maths et j'ai été licencié car j'étais en dépression. Je ne parvenais pas notamment à appliquer ce que l'ESPE me demandait de faire (expérimentatons, dossiers, mémoire...) car je n'étais pas d'accord avec leurs projets et j'avoue aussi que je ne savais pas bien tenir ma classe et en plus enseigner les notions de collège me barbait.
Bref je me reconstruis petit à petit au chômage zn donnant quelques cours particuliers mais n'ai pas encore trop d'idées pour rebondir.
nikoku74
nikoku74

Messages : 1409
Date d'inscription : 22/06/2012
Age : 47
Localisation : Loire

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Ven 9 Fév 2018 - 19:35

nikoku74 a écrit:moi je n'ai même pas pu terminer mon année de stage de prof de maths et j'ai été licencié car j'étais en dépression. Je ne parvenais pas notamment à appliquer ce que l'ESPE me demandait de faire (expérimentatons, dossiers, mémoire...) car je n'étais pas d'accord avec leurs projets et j'avoue aussi que je ne savais pas bien tenir ma classe et en plus enseigner les notions de collège me barbait.
Bref je me reconstruis petit à petit au chômage zn donnant quelques cours particuliers mais n'ai pas encore trop d'idées pour rebondir.

Tu n'as pas eu de chance, parfois il suffit d'une chose qui aille mieux et ça passe. J'ai connu l'IUFM et non l'ESPE, mais à mon époque (lol : je parle comme un dinosaure !), une ou deux jeunes profs avaient demandé de l'aide, une visite conseil, et ils s'étaient fait casser.
Quand on arrive à dépasser cette barrière de la formation, parfois ça se passe beaucoup mieux sur le tas, avec les collègues et un Principal humain. Je te souhaite de recevoir des offres d'emploi intéressantes et qui t'épanouissent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Gulliver Ven 9 Fév 2018 - 22:31

Bonjour à tous !
Pour ma part de suis professeur d'anglais dans l'enseignement privé sous contrat depuis vingt-cinq ans, et depuis neuf ans j'enseigne uniquement en collège. Je vis mon métier comme une grande source de satisfaction et d'épanouissement. C'est au point que j'ai refilé le virus à mes deux enfants ; ma fille de vingt-et-un ans s'apprête à devenir professeur de lettres, et mon fils de vingt-trois ans, géologue de formation, commence à envisager de devenir professeur de SVT.
Devenir enseignant fait partie des grandes décisions de ma vie que je me félicite tous les jours d'avoir prises.
Et en plus, après m'avoir laissé tout le temps nécessaire pour élever mes deux enfants (tout en étant seul), l'enseignement le laisse maintenant tout le loisir de vaquer à diverses occupations qui m'apportent beaucoup.
Du coup, j'ai du mal à comprendre pourquoi ce métier est sans cesse décrié, d'autant plus par ceux qui le pratiquent. Je suis tout à fait d'accord pour dire qu'en enseignant dans un petit collège privé à la campagne, je travaille dans des conditions optimales. Cependant j'ai travaillé aussi dans des LEP où les élèves étaient nettement plus difficiles, et dans une boîte à bac où, pour d'autres raisons, la vie n'était pas toujours facile non plus. Je n'ai jamais connu les souffrances des collègues qui travaillent dans de gros bahuts publics où les élèves semblent grimper aux murs. Plutôt que de faire dépression sur dépression, il vaut mieux partir.
J'entends aussi beaucoup de professeurs se plaindre des lourdeurs administratives, de ce qu'un peu plus haut quelqu'un ici appelle ce « ministère de merde ». Or, ce qui contribue à mon bonheur c'est le face à face avec les élèves, la joie de la transmission, l'amour de la matière. Pour moi le reste n'est que bavardage.
Gulliver
Gulliver

Messages : 217
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 55
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Ven 9 Fév 2018 - 23:09

Ben on est contents pour toi @Gulliver, mais à la base c'est une prof qui n'en peut plus qui a écrit ce post. On ne décrie pas le métier, on essaie de l'aider.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Gulliver Sam 10 Fév 2018 - 0:00

zebra sara a écrit:Ben on est contents pour toi @Gulliver, mais à la base c'est une prof qui n'en peut plus qui a écrit ce post. On ne décrie pas le métier, on essaie de l'aider.
Je ne pense pas avoir écrit quoi que ce soit de nature à enfoncer qui que ce soit. Je suis assez expéditif : comme je l'ai écrit, je pense que plutôt que faire une dépression, il vaut mieux démissionner et tâcher de trouver un métier moins douloureux subjectivement.
Ceci dit, je suis, comme l'auteur de ce fil, hypersensible et hyperacousique. L'enseignement n'est pas a priori le métier le plus indiqué. Mais alors, que faire ?? J'ai appris à vivre avec mon hypersensibilité et mon hyperacousie, et j'ai vite compris que changer sans cesse de métier, de logement et de vie n'était pas la solution. Il est vrai aussi que quand j'étais en LEP c'était moins facile que dans mon établissement actuel. J'ai fait en sorte de changer d'établissement... ce qui est infiniment plus facile dans l'enseignement privé que dans l'enseignement public.
Gulliver
Gulliver

Messages : 217
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 55
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Sam 10 Fév 2018 - 13:29

Je suis d'accord avec toi Gulliver : on doit à un moment donné choisir de persévérer, et puis c'est aussi un travail qui nous permet de gagner notre vie.
Je me surprends malgré tout, même si cela me paraît stérile de critiquer sans cesse, à espérer que l'EN puisse changer, se soucier autant du bien-être des profs que des élèves, lutter efficacement contre le bruit (après tout, il y a des campagnes nationales en ce sens, pourquoi n'arriveraient-elles pas jusque dans les collèges ?), mutualiser davantage les idées, plutôt que chacun cherche seul dans son coin...
J'aimerais échanger, et surtout travailler vraiment avec des collègues, mais on n'a pas forcément les mêmes emplois du temps, et l'administration ne fait rien pour permettre des temps de concertation, ne serait-ce qu'une heure de trou en commun pour tous les profs d'une matière.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Gulliver Sam 10 Fév 2018 - 13:55

zebra sara a écrit:...Je me surprends malgré tout [...] à espérer que l'EN puisse changer...
L'un des secrets de mon bonheur, c'est que je me contrefous de l'ÉN. Lorsque je fais cours, je ne suis pas en face de l'ÉN mais de trente enfants. C'est ça mon métier. Bien sûr, je trouve les programmes aberrants, les méthodes prescrites honteusement dogmatiques et contre-productives, ces histoires de tronc commun et l'obsession des compétences ridicules, la suppression annoncée des notes criminelle ; mais ça non plus, ce n'est pas mon métier. Je fais ma popote, je m'adapte.
Gulliver
Gulliver

Messages : 217
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 55
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Sam 10 Fév 2018 - 14:00

Gulliver a écrit:
zebra sara a écrit:...Je me surprends malgré tout [...] à espérer que l'EN puisse changer...
L'un des secrets de mon bonheur, c'est que je me contrefous de l'ÉN. Lorsque je fais cours, je ne suis pas en face de l'ÉN mais de trente enfants. C'est ça mon métier. Bien sûr, je trouve les programmes aberrants, les méthodes prescrites honteusement dogmatiques et contre-productives, ces histoires de tronc commun et l'obsession des compétences ridicules, la suppression annoncée des notes criminelle ; mais ça non plus, ce n'est pas mon métier. Je fais ma popote, je m'adapte.

Tellement d'accord avec toi ! Mais je ne sais pas si on y est moins sensible dans le privé - nous dans le public on finit par ne plus s'y retrouver.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Gulliver Sam 10 Fév 2018 - 14:43

zebra sara a écrit: ...je ne sais pas si on y est moins sensible dans le privé - nous dans le public on finit par ne plus s'y retrouver.
Le système est le même, puisque même dans les domaines où autrefois l'enseignement privé exerçait ses droits dus à sa fameuse « spécificité », aujourd'hui il s'aligne de façon honteusement servile ; voir l'accueil à bras ouverts de la réforme Belkacem, même par l'APEL, la principale association des parents d'élèves du privé. De plus les inspecteurs nous attendent au tournant : j'ai été inspecté onze fois en vingt-cinq ans, pour prix de mon franc-parler. Mais je m'en fous. Mon métier ne consiste pas à faire des ronds de jambe devant les camarades commissaires politiques qui défilent année après année dans mes cours.
Ceci dit, les établissements privés sont plus petits, ils ne sont pas soumis à la carte scolaire donc ils peuvent renvoyer un élève avec une facilité déconcertante, et on peut obtenir une mutation très facilement aussi, puisque les « points » des profs du public n'existent pas (je ne sais même pas en quoi ça consiste). C'est bien pour ça que j'ai fortement encouragé mes enfants à opter pour le privé.


Dernière édition par Gulliver le Mer 14 Fév 2018 - 8:29, édité 1 fois
Gulliver
Gulliver

Messages : 217
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 55
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Lâche la patate mon gars

Message par Sciberâne Mer 14 Fév 2018 - 6:28

Moi j'ai choisi la ferme!

- temps pour l'extérieur de la ferme
Mais + de temps de qualité sur celle-ci.
Plein d’innovation possible, toujours plein de trucs à apprendre, peut construire et aménager son idéal de vie. Moi ça fait 12 ans que je développe ma ferme écosystémique. Wow je ne reviendrai pas en arrière. Je ne gagne pas un gros salaires. Mais je mange comme un roi! En plus de la ferme je dois faire un tit 9 heures / semaine de Math aux secteur adultes mais seulement 7 mois par années.
La vie est courte! Stabilise toi une vie pour t'épanouir. Il ne faut pas procrastiner sur son bonheur. Fait les choix qui vont te mener vers tes rêves de vie! Si tu n'en as pas trouve toi en! Prend du temps pour toi. Rencontre des gens qui vont-t'aider ou prend rendez-vous. Fait toi mettre à l'arrêt et redessine ta vie! C'est possible il faut juste le faire, c'est toi qui t'en empêche pas l'EN. Bonne chance et n’oublie pas que c'est toi qui à le pouvoir sur ta vie.

p.s. j'ai pas tout lu si ce message est redondant désoler.
Sciberâne
Sciberâne

Messages : 41
Date d'inscription : 18/02/2015
Age : 43
Localisation : Baie des chaleurs, Québec

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Dodie Lun 9 Avr 2018 - 19:43

Bonjour,
Merci pour vos messages. Je suis contente de voir que certains s'épanouissent dans ce métier, tant mieux, il en faut pour tout le monde.
Changer d'établissement ? pas une solution malheureusement, je suis déjà trimballée de collège en collège chaque année et ça n'a rien changé.
Pour ma part, plutôt que de continuer à me détruire dans un univers qui ne me correspond pas, je suis en phase active de réorientation, en espérant que ça aboutisse...

Dodie

Messages : 27
Date d'inscription : 25/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Invité Mar 10 Avr 2018 - 2:17

Courage ça va forcément aboutir à quelque chose de moins pire comme on dit.

Ton partage m'a touché car on oublie que depuis longtemps, professeur ce n'est pas seulement un métier où il faut enseigner et qu'il faut surtout encaisser au quotidien ou gérer en permanence, notamment en collège !

Par rapport à ta zébritude qui décuple l'effet, je te souhaite de trouver une orientation sereine et puis, idéalement, qui te fasse rentrer plus facilement dans d'autres habitudes et perspectives plus réjouissantes. Peu importe ce que tu feras, la vie est aussi une aventure que tu peux choisir et tu le sais déjà pour avoir franchi le pas ! Cool !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par Anyamaranth Ven 24 Aoû 2018 - 12:32

nikoku74 a écrit:moi je n'ai même pas pu terminer mon année de stage de prof de maths et j'ai été licencié car j'étais en dépression. Je ne parvenais pas notamment à appliquer ce que l'ESPE me demandait de faire (expérimentatons, dossiers, mémoire...) car je n'étais pas d'accord avec leurs projets et j'avoue aussi que je ne savais pas bien tenir ma classe et en plus enseigner les notions de collège me barbait.
Bref je me reconstruis petit à petit au chômage zn donnant quelques cours particuliers mais n'ai pas encore trop d'idées pour rebondir.

C'est exactement ce que j'ai vécu cette année, à l'exception que j'étais prof-stagiaire de lettres modernes et que j'ai terminé l'année de stage, mais j'ai eu trois avis défavorables et l'inspecteur a dit qu'une année de renouvellement de stage ne me serait pas bénéfique. Mes camarades-stagiaires d'intelligence médiocre ont, quant à eux, tous été titularisés, youpi ! pale
Anyamaranth
Anyamaranth

Messages : 25
Date d'inscription : 24/01/2014
Age : 32
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Prof de math en souffrance... Empty Re: Prof de math en souffrance...

Message par zelda007 Ven 24 Aoû 2018 - 21:16

Bonjour dodie,
Je suis prof en école supérieure et je sais combien ce n'est pas facile d'enseigner. Pour être honnête, ce métier me plait beaucoup et j'arrive à m'épanouir même si je suis souvent déçu du fait de ne pas réussir à aider tout le monde. J'ai tendance à prendre cela comme un échec personnel mais il est très difficile de réussir à satisfaire tous les étudiants.
Oui plein de réorientations sont possibles, je suis aussi ingénieur en informatique en parallèle. J'ai vécu une réorientation professionnelle et même à l'heure actuelle, j'hésite à en faire une autre dans un tout autre domaine. Ne désespère pas et si tu veux des infos ou juste en discuter, tu peux me contacter par MP.
Bon courage sunny

zelda007

Messages : 141
Date d'inscription : 05/04/2018
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum