Études pour un zèbre

+4
Badak
Nathan
Lyla
Arsène
8 participants

Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Études pour un zèbre

Message par Arsène Mar 10 Oct 2017 - 23:40

Je ne sais où commencer, étant un peu intimidé par la moyenne d'âge et la maturité du forum.
Bon.
Je suis en première année de prépa PCSI.
En sortant du lycée, je me considérais comme délivré d'un système ennuyant qui oprimait ma façon de penser.
Enfin, j'allais pouvoir rentrer dans le fond des choses, utiliser ma créativité et mon imagination.
Mais c'était faux.
Moi qui rêvait de science, je me retrouve à encore essayer de rentrer dans le moule.
Je ne sais plus quoi faire, ce système me dégoûte de tout.
J'adore la physique, les mathématiques, la chimie,... mais aussi les matières littéraires comme le français ou la philo. Mais aujourd'hui réviser est devenu une torture.
Je ne peux pas abandonner les études, mais je voudrais s'il y en existes compatibles avec mon mode de fonctionnement.
Y a t-il un peu d'espoir ? S'il-vous-plaît !
Arsène
Arsène

Messages : 19
Date d'inscription : 25/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Lyla Mer 11 Oct 2017 - 8:27

Je pense que pour faire des études supérieures, ils faut toujours à un moment se conformer (au moins en apparence) à un moule. Moins qu'au lycée (surtout à la fac) mais quand même.

Personnellement, je n'ai pas fait prépa, j'y pensais un peu au lycée, mais je me suis dit que ce serait 2 ans de torture alors qu'à la fac c'est bien plus cool. Le rythme aurait été trop soutenu j'y aurais certainement abandonné mes études.

Les études sont prévues pour les gens non HPI cela dit, donc il faudra toujours t'adapter, mais peut-être que la prépa n'est pas faite pour toi. La réorientation pourrait être une idée, si tu réfléchis à un domaine qui te plait plus que les autres pour aller à la fac ou en IUT (sinon il y a aussi les doubles licences si tu ne peux pas choisir 1 seul domaine, ce que je comprends aussi Smile, mais c'est du boulot aussi)

Des efforts d'adaptation on devra toujours en faire, mais dans certains endroits moins que dans d'autres je pense. J'ai bien aimé mes années licence, j'ai fait une fac d'histoire, on était un petit groupe, on rigolait pas mal, on avait un peu les mêmes centres d'intérêts. Quoi qu'il arrive, j'ai toujours détesté réviser, je préférai les bons cours, ou lire, mais je me suis faite violence pour réussir mes partiels.

Les études, ça peut-être génial si ton sujet te plait, si tu es avec des gens bien et tout, mais, à moins de faire des études dans le domaine artistique voire littéraire, je n'en connais pas qui permettent d'utiliser créativité et imagination (j'ai toujours séparé les deux, écrivant des romans à côté de mes études)

Après peut-être qu'il existe des études idéales pour zèbres, mais ça m'étonnerait.
Enfin bref, n'abandonne pas tes études, réfléchis à ce que tu veux faire comme métier et si vraiment la prépa est une torture pense aux autres options pour faire des études (IUT, fac...)


Dernière édition par Lyla le Mer 11 Oct 2017 - 19:02, édité 1 fois

Lyla

Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Nathan Mer 11 Oct 2017 - 9:37

Mais aujourd'hui réviser est devenu une torture.

Pour quelle raison ?

Je ne peux pas abandonner les études, mais je voudrais s'il y en existes compatibles avec mon mode de fonctionnement.

Peut-être l'école que tu vas intégrer à la fin de ta prépa ?

Je te déconseille d'abandonner maintenant, ce serait dommage. Pour répondre au titre, je pense qu'une prépa fait parti des études pour les zèbres.

Nathan

Messages : 38
Date d'inscription : 30/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Arsène Mer 11 Oct 2017 - 22:17

En faite j'ai vraiment du mal à me conformer aux exigences de la prépa (les horaires qui laissent peu de liberté, les réponses standardisés).
Au final je fais des sauts de confiances en moi tout les jours. Des fois c'est le trou profond et des fois je culpabilise d'avoir une trop haute opinion de moi même.
J'ai prévu une porte de sortie, l'avantage de ne plus être au lycée. Soit la fac, soit l'utc qui me semble un meilleur choix. Mais j'ai peur que même si dans mes jours optimistes je trouve que l'utc est parfait pour moi, cela reste une déception supplémentaires.
Arsène
Arsène

Messages : 19
Date d'inscription : 25/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Invité Dim 15 Oct 2017 - 21:15

Tu sais, peu importe où tu ira. Dessin, Droit, Mathématique, Botanique... tu devra toujours apprendre les bases : maitriser un outil pour pouvoir jouer avec ensuite, maitriser un raisonnement pour en découvrir de nouveaux, connaître tes acquis pour développer encore et toujours ce qui t'a permis d'aller jusque là.

Les premières années sont les plus durs parce qu'on ne s'amuse pas. Mais si tu as des objectifs, et idées de recherche à mener, alors accroche toi !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Badak Dim 15 Oct 2017 - 21:36

Arsène a écrit:En faite j'ai vraiment du mal à me conformer aux exigences de la prépa (les horaires qui laissent peu de liberté, les réponses standardisés).
Au final je fais des sauts de confiances en moi tout les jours. Des fois c'est le trou profond et des fois je culpabilise d'avoir une trop haute opinion de moi même.
J'ai prévu une porte de sortie, l'avantage de ne plus être au lycée. Soit la fac, soit l'utc qui me semble un meilleur choix. Mais j'ai peur que même si dans mes jours optimistes je trouve que l'utc est parfait pour moi, cela reste une déception supplémentaires.


Le problème c'est que même si on continue à l'université et qu'on se dirige vers une carrière académique, ça devient au final plus contraignant au'au Lycée. Au Lycée, les devoirs finis, hop, on est libre. Au doctorat, non. Au postdoc non plus.
On est libre de son horaire, ça oui, mais en ce qui me concerne, le problème était d'apprendre à me contraindre moi-même à suivre un horaire que je me ferais pour moi-même. Bref, on ne peut pas non plus se considérer comme pouvant toujours faire ce qu'on veut et c'est bien dommage...

Je connais un gars (surdoué sûrement aussi) qui après avoir obtenu un diplôme en chimie théorie et un autre en informatique, a fondé son propre café. Alors toutes la journées il prépare des cafés et de petits repas, tout en discutant de sciences, de psychologie ou de philo avec les étudiants et travailleurs autonomes qui viennent travailler à son café. Il se trouve moins contraint que dans une entreprise ou que dans le monde académique, encore qu'il lui faut jongler avec les problèmes concrets de loyers et de permis etc...
Bref on n'en sort pas complètement...

Je dis ça, mais il y aussi des profs qui s'éclatent en recherche, et qui parviennent à dénicher un labo qui ne les pousse pas trop dans le derrière pour publier et ou il est possible de ne pas faire trop de paperasse. C'est ce que j'aurais aimé, mais alors il faut être le plus discipliné et le plus productif AVANT d'en arriver là. On n'en ai pas tous capable non plus... ou ne veut pas nécessairement se plier à cela.

Badak
Badak

Messages : 1230
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Nathan Lun 16 Oct 2017 - 9:57

A l'opposé de la prépa, il y a les cours par correspondance (ou l'inscription en candidat libre). Tu as une totale liberté au niveau des horaires, et tu peux gagner beaucoup de temps : tu n'es pas obligé de subir une heure de cours si tu as compris en 20 minutes.

Par contre je ne recommanderai les cours par correspondance qu'aux zèbres (j'ai peur qu'un normy se perde dans cette liberté). Mais ça tombe bien on est sur un forum de zèbres.

Nathan

Messages : 38
Date d'inscription : 30/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Qu'ouïë-je Lun 16 Oct 2017 - 19:33

Salut,

J'espère que tu sais lire, car je te réponds par écrit, et ne pas te dévoyer.
Je comprends que tu attends de tes études qu'elles t'aident dans la vie.

Une difficulté pour toi semble être ta créativité vs le sillon des formations : n'hésite pas donner le statut d'étude à ce qui peut être remis en cause, sinon tu vas te faire gommer, oublier ce que tu cherchais.
Mais attention à la tentation réactionnaire : suivre un cursus, ce n'est pas s'amputer de soi dans un moule.  Il faut trouver un juste milieu, et motiver ses intérêts.
Au contraire, il n'y a pas officiellement de hors cursus type quête initiatique à tiroirs.

Mon exemple est sans grande aide : j'ai fait comme il faut un master 2, et puis, ça ne m'a pas assez aidé. Aussi, je recommence Smile
Qu'ouïë-je
Qu'ouïë-je

Messages : 913
Date d'inscription : 18/07/2016

http://yopyyo.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Juliettebelay Lun 16 Oct 2017 - 20:54

Salut, ton message et ta situation m'interpellent et me touchent particulièrement. pour te faire un tableau : J'ai eu un parcours scolaire relativement banal et fait d'obligations et d'exigences à me conformer, que je m'imposais. Après le lycée, ou comme toi je m'ennuyais profondément et ou en plus je me sentais incomprise par mes profs dans mes manières de faire et de réagir, je pensais aussi que les études supp seraient une petite délivrance. Je me suis inscrite en licence à la fac car ça me paraissait être le biais qui octroie le plus de "libertés" en terme d'entreprise et de pensée, j'ai eu ma première année mais ce que je faisais ne m’intéressait plus à la fin de celle ci, j'avais le sentiment d'avoir fait le tour de ce qui pouvait retenir mon attention et mon attrait était ailleurs, j'ai fait ça trois fois de suite. Aujourd'hui j'ai le bac depuis quatre ans et j’entame ma quatrième.... L1. La rentrée c'était à peine il y a un mois et déjà je divague, m'ennuie, et ai un sentiment d'incomplétude car comme toi tout m’intéresse! Comme toi aussi, je me refuse à abandonner les études mais aujourd'hui je suis malheureuse car plus j'avance (ou recule?) plus je m'ennuie des méthodes (qui déjà de base me bloquent) qui restent les mêmes bien que les sujets d'études changent, les gens sont de plus en plus jeunes et je me sens de plus en plus en décalage. Alors je n'ai pas de solution mais je te dis tout ça pour t'exprimer un ressenti et un avis : je regrette de ne pas avoir continué sur la lignée de ma première année, je me dis que j'aurais eu à prendre encore un peu sur moi mais aujourd'hui j'aurais ma licence et l'opportunité de me tourner peut être vers quelque chose qui m'épanouirait plus, hors du cadre "scolaire" encore bien présent dans les études supp. mais ça veut dire quoi : se résigner ? ça pose la grande question de que fait-on nous les zèbres? à l'école, à la fac et dans la vie professionnelle la même question revient et il n'y a pas d'étapes dans ce système qui soit délivrance. Alors comme cela a été dit plus haut : nous sommes toujours plus ou moins obligé de nous adapté mais ce n'est pas une fatalité je crois que ça dépend encore une fois de ce qu'on en fait. Pour m'aider je me dis désormais que ce n'est pas seulement moi qui m'adapte mais ce que j'ai en face qui va devoir s'adapter aussi, et je fais à ma sauce, je compose, je brode... mais je n'ai pas de solution miracle. Seulement à titre perso, je te conseillerais de ne pas arrêter maintenant quitte à t'orienter autrement à la fin de cette prépa. c'est bien malheureux mais plus tu prends "du retard" (chronologique) plus c'est difficile de rebondir. Malgré le moule etc nous sommes quand même une composante d'un système et d'une société et avoir au moins un diplôme assure une "sécurité". Quand tu dis "tu rêves de sciences" ça me fait écho, moi je rêve de cinéma et d'art visuel, de suivre mes passions et instincts mais il faut manger à la fin du mois! Ceci dit je n'apporte pas ça du tout comme une condamnation, une fatalité, je pense juste de manière pragmatique qu'il faut encore faire quelques efforts et une fois qu'on a une situation "assurée" alors la ce qu'il y a en toi peut s'exprimer, tu pourras entreprendre tes passions aussi varaiées soient-elles. Pour moi il faut retourner le système à son avantage (bien sûr quand tu ne te retrouves pas dans des filières d'études, sûrement plein de zèbres qui trouvent leur bonheur et leur passion dans leurs études et métiers!)
Ne te décourage pas cependant, c'est un avis perso lié à un vécu perso, mais par ailleurs je suis persuadée qu'un jour je parviendrai à m'éclater, ne baisse pas les bras et en tout cas quelque soit ta décision : bon courage et j'éspère que tu trouveras ta voie(x) Wink

Juliettebelay

Messages : 7
Date d'inscription : 14/10/2017
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Invité Ven 20 Oct 2017 - 13:46

Moi j'ai beaucoup aimé l'IUT, j'y ai trouvé le compromis idéal me permettant de naviguer plutôt bien dans un enseignement supérieur pas très zébro-compatible :

- plus de liberté qu'au lycée, à un âge où on en a marre d'être traité comme un enfant
- petits effectifs comme en BTS (30 pour ma part), donc profs accessibles
- IUT adossé à un centre de recherche, donc beaucoup d'enseignants chercheurs
- possibilité de conserver le choix de ce que je voulais faire après

Avec un DUT, on se ferme des portes hors du domaine étudié. Par contre dans le dit domaine du DUT, tout reste ouvert. Alors qu'en prépa au final, si tu n'est intéressé que par 1 ou 2 école d'ingé, tu as le risque de pas l'avoir. C'est ces qui m'a gêné, et je trouvais aussi débile d'en chier pour rien. Pousser les élèves à bout ne trie pas les meilleurs selon moi, juste ceux qui sont capable d'encaisser ce format d'études. Mais à quoi ça sert? Quand on voit ce qu'on fiche ensuite au boulot... pas la peine de se former comme des champions chinois...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Invité Ven 20 Oct 2017 - 20:17

Le problème avec les cours, c'est qu'ils bourrent les étudiants de théories et ils se retrouvent vite submergés et travail et perdent leur motivation. Ils ne se rendent pas compte que c'est la mauvaise méthode.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par Minuit Ven 20 Oct 2017 - 22:23

Coucou Arsène,

J'ai écrit un truc long, mais le sujet de ce thread m’a inspirée...

...:

May the Force be with you. Hamster

PS : ce que je dis là concerne surtout les gens tentés par les "longues études", celles dans lesquelles on plonge avec beaucoup de rêves, pas seulement dans l'idée de se former professionnellement sur un truc précis, et initialement en les idéalisant. Tout ceci donc pour inviter à modérer ses ardeurs, et en même temps dire que si, si, et dans ce genre d'études plus qu'ailleurs, il me semble pour moi-même que la dimension de rêve n'est pas du tout un truc cul-cul la praline dont il faut se débarrasser et destiné de toute façon à être piétiné, mais aussi au contraire ce qui permet d'avancer sans trop se paumer, et même d'être efficace à condition d'apprendre à "manier" cette faculté...

PS2 : Et sinon pour des conseils plus concrets et dans les filières qui te concernent, je viens d'aller faire un tour, la catégorie "L'école, les études" est bien fournie en threads intéressants...
Minuit
Minuit

Messages : 182
Date d'inscription : 14/01/2013
Age : 28
Localisation : Paris

http://8-12hz.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Études pour un zèbre  Empty Re: Études pour un zèbre

Message par MoojiKadja Dim 5 Nov 2017 - 21:19

À Minuit, tout est permis:
MoojiKadja
MoojiKadja

Messages : 351
Date d'inscription : 21/05/2017
Localisation : Avant « Je Suis »

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum