Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

+15
SB.ABcube
stupeca
PavZ
Jora
Lucy
MoojiKadja
Bovary
JimTOnic_bzz
Mitrandir
Maboroshi
RoyJade
Mercreudii
EnBleuEnNoir
apprenti surdoué
Draklight
19 participants

Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Draklight Sam 2 Sep 2017 - 13:04

On passe tous par là. Dans nos moments de déprime, on évoque nos troubles et de nos soucis à nos proches, amis, psy. Alors qu'on ne se comprend déjà pas soi-même, on attend d'eux qu'ils nous donnent un remède à nos tourments. Pleins de sollicitude (ou parfois pleins d'indolence) nos proches nous servent des conseils ultra-classiques, usés jusqu'à la corde pour aller mieux. Si, sur le moment, on se sent soulagé d'avoir été écouté, appliquer le conseil devient bien vite un casse-tête, voire provoque un véritable malaise chez nous. Déjà perdu à la base, on se retrouve à se comprendre encore moins bien.

Je me suis donc "amusé" à faire un Top cinq des pires conseils que peuvent donner les gens "normaux" à des surdoués qui s'ignorent ou ne s'assument pas.

Est-ce qu'ils vous parlent? Si vous avez d'autres conseils foireux, n'hésitez pas et je les rajouterai Wink

5) Evite de te mettre une étiquette, évite de te couper des autres :
C'est un conseil qui m'a souvent été servi dans des périodes où je me découvrais moi-même, et le partageais avec les autres. Notamment, quand je me suis découvert introverti, et aujourd'hui quand je me découvre zèbre. Au début, quand on leur parle de notre découverte de nous-même, nos proches peuvent être sceptiques. Ils constatent que tu leur tiens un discours clair, cohérent, et intellectualisé sur toi, que tu émets des désirs "bizarres" (envies de solitude prolongée...) et ça leur fait peur. Ils trouvent que tu te décris de façon trop carrée, péremptoire, ou alors ils craignent que tu te coupes des autres. Alors, ils te mettent en garde : attention de ne pas te mettre dans une case, attention de ne pas t'exiler...
Sur le fond, ils n'ont pas forcément tort. Mais quand tu es zèbre, tu es de toute façon déjà en décalage avec tes pairs. C'est un fait irréfutable. Que tu arrêtes de fréquenter tes amis pendant 3 mois, ou continue d'aller en boîte de nuit avec eux chaque semaine n'y changera rien
D'autre part, le zèbre qui a grandi avec un faux self hypertrophié a besoin, en priorité suprême, de se réapproprier son fonctionnement. Et, parfois, cela passe par se "mettre une étiquette". Certes, ça a des inconvénients, en nous amenant à se voir de façon trop rigide et prédéfinie. Mais une personne qui se redécouvre à mille fois intérêt à vivre à fond sa réappropriation de lui-même, quitte à aller dans des excès, quitte à devoir modérer son discours plus tard, quitte à cesser les sorties. Pour un zèbre, s'identifier de façon "excessive" comme zèbre est mille fois préférable à ne jamais oser assumer son unicité.

4) Vis au présent, profite de la vie :
Souvent, le surdoué est un hyperactif du cerveau...et il aime ça ! Vivre au présent concourt peut-être au bien-être de "Monsieur Toulemonde" mais le zèbre, lui ne peut pas se contenter de ça. Il a besoin de se projeter, de découvrir le monde, de s'identifier à des causes sociales et politiques, d'apprendre...Pour lui, se contenter toute la journée de "vivre au présent" c'est la déprime assurée.

3) Arrête de te poser plein de questions, d'intellectualiser :
Ignorons nos problèmes, n'essayons pas de les comprendre, comme ça ils n'existeront plus? Ca peut marcher pour certains. Mais, quand quelque chose nous trouble sérieusement, quand notre faux-self est si hypertrophié que nous n'arrivons pas à nous comprendre, et qu'on se bat contre nos propres émotions. Alors, essayer d'éviter de se poser des questions ne fait que renforcer notre angoisse, notre détresse. En effet, le faux-self hypertrophié (qui a fini par étouffer le vrai self) nous a amené à nous couper de nos émotions et motivations propres. A court terme, on s'adapte aux autres. A long terme, le retour de bâton est terrible : puisque nous les refusons, nos émotions se rappellent à nous de façon terrible, violente, absurde. Cette souffrance se nourrit précisément de notre refus permanent d'être sincère avec nous-même sur nos envies, nos émotions. Cette souffrance se nourrit de notre terreur d'apparaître en décalage, d'assumer nos fragilités émotionnelles. Quand on fonctionne en faux-self hypertrophié, et que cette souffrance, cette incompréhension de nous-même nous envahit, "arrêter de se poser plein de questions" ne peut pas mettre fin au malaise puisqu'il contribue à nous refuser nous-même. Si quelque chose nous perturbe, nous met très mal à l'aise sans qu'on comprenne, oui, il faut se poser des questions. Mais il faut se poser les bonnes.

2) Il faut que tu affrontes tes angoisses / tes peurs secrètes :
Pour rester dans le sujet du faux-self envahissant, ce conseil peut être donné à des personnes qui se sentent mal à l'aise dans leur relation amoureuse ("peur de l'engagement"...), qui éprouvent des "phobies sociales" (se sentent en souffrance quand ils participent à des sorties avec les amis). Le problème initial est que la relation amoureuse, ou amicale du zèbre s'accompagne de violents sentiments de malaise, de souffrance. Cela perturbe énormément le zèbre qui aimerait au contraire "réussir" son couple, sa vie amicale.
Les interprétations faites par certains conseillers de bonne foi sont souvent ainsi : tu as des espèces d' "émotions irrationnelles", un peu pathologiques. Tu es victime de tes peurs : peur de l'engagement, peur d'être aimé...Pour t'en sortir, il faut affronter tes peurs, oser vivre l'amour...
J'ai trouvé un sujet super intéressant, avec témoignages de personnes saisies par la peur de l'engagement:
http://forum.psychologies.com/psychologiescom/aide-et-entraide/angoisses-amour-sujet_808_5.htm
Ce qui rend ce fil si intéressant, c'est qu'il s'étale sur plusieurs années et montre l'évolution des relations amoureuses de ces personnes. Celles-ci aiment leur partenaire, mais éprouvent un malaise très perturbant. Alors elles décident d'affronter cette peur de l'engagement, d'y faire face. Et les résultats sont intéressants: pour tous les cas présentés dans ce fil, la personne finit par perdre le combat qu'elle a décidé d'enclencher contre ses "peurs". L'amoureux a beau refuser son malaise, essayer de vivre son amour malgré tout, la tension psychique augmente, et finit par devenir si intenable que, ne supportant plus cette situation, l'amoureux rompt...
Pourquoi "affronter ses peurs" ne marche pas? Eh bien, parce qu'il y a une confusion entre peur et malaise.
On a peur de quelque chose qui semble menaçant, qui peut nous fragiliser: rupture, critique de nos proches...
Par contre, ce qui nous met mal à l'aise, c'est quand on nous propose une relation ou une activité "sympa" (relation romantique, sortie pour s'éclater en boîte...), et qu'on se sent forcé d'adhérer sans réserve à la relation qui nous est proposée, d'entrer dans un moule...
Le plus gros souci pour ces personnes ci-dessus n'est pas vraiment la "peur" car la relation ne les menace pas, mais la sensation qu'elles doivent à tout prix correspondre à un "modèle" reconnu par les autres : être le parfait prince charmant, être le bon pote de soirée..
Plutôt que de vouloir "affronter leurs peurs", ces personnes devraient plutôt se reconnecter à leurs motivations et envies propres, et les assumer.

1) Sois plus cool / sois moins sérieux / apprends à t'amuser :
J'ai classé celui-ci en n°1. Pourquoi? Les précédents conseils peuvent être inadaptés à un zèbre, mais ils partent d'un souci sincère du bien-être psychique de la part du conseiller. Ce conseil là est particulièrement nuisible, car il appuie directement sur la douleur du surdoué de se sentir en décalage avec les autres, et invite explicitement le surdoué à vivre en faux-self, au mépris de ses émotions.
Ici, il n'y a qu'une possibilité, assumer ses côtés cérébral, anxieux, introverti, et si ça ne colle vraiment pas avec nos amis, alors les lâcher.


Dans un prochain post, on pourra bien sûr envisager un top 5 des meilleurs conseils pour aider un zèbre en souffrance à aller mieux.
Draklight
Draklight

Messages : 29
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 29
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par apprenti surdoué Sam 2 Sep 2017 - 22:31

Draklight a écrit:Est-ce qu'ils vous parlent?

J'ai souffert pendant toute mon adolescence de ces conseils désinvoltes et de la solitude à laquelle ils ont pu me conduire. Mais encore pourrions-nous distinguer le message proprement dit de la manière de le faire passer dans ce domaine. Parce qu'il y a un monde entre un appel bienveillant à s'ouvrir aux autres se faire des copains, une petite copine… et s'entendre dire «bouge-toi, hein, sors, parce qu'un jour on va te retrouver pendu à une corde» No
Dans ce second cas c'est bien compréhensible, le seul bénéfice que l'on peut en retirer c'est un sentiment de désarroi encore plus intense: renforcement des résistances aurait dit un psychanalyste.
Il y aussi le cas de figure du copain de notre âge qui se libère totalement de ses propres tourments sur nous au motifs que nous deux sommes curieusement proches… Et ce, tout à fait inconsciemment bien sûr. Le tout est d'en avoir soi-même conscience Wink
apprenti surdoué
apprenti surdoué

Messages : 178
Date d'inscription : 15/05/2017
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par EnBleuEnNoir Lun 4 Sep 2017 - 21:00

Bonjour Draklight,
Oui, cela me parle. Je me reconnais assez bien dans ce que tu as décrit. Je n'ai pas eu de conseils mais plus des remarques.
J'ai suivi tes 5 points.

5-a) Eviter de se couper des autres
Je distinguerai deux choses:
- avoir des moments où l'on est seul avec moi-même dans son rythme de vie: cela fait partie d'un équilibre personnel entre sa vie sociale (professionnel, relationnel, amical, familial) et son rapport à soi-même - ces moments "seul"-. Donc, chacun a le sien.
Pour moi, ça a toujours été clair. Si bien que lorsque des personnes (amis, famille, autres) me faisaient la remarque, cela ne m'atteignait pas.
- Le besoin de faire une pause dans sa vie (plus ou moins longue) pour réfléchir, comprendre et remettre de l'ordre par rapport à soi-même et ces besoins afin de (re)partir sur des bases saines. Là c'est différent. Je pense que dans ces moments, les seules personnes que nous devrions fréquentées sont celles qui sont bienveillantes, font preuve de compréhension et de tolérance.
Pour ma part, j'ai fini par couper les ponts avec les personnes que je fréquentais, je ne me retrouvais plus dans ces relations: besoins, attentes, visions des choses et centres d'intérêt différents. J'ai compris beaucoup de choses à ce moment-là. J'ai pu me reconnecter à moi-même de manière saine et mieux comprendre et accepter mes besoins.

5-b) Éviter de se mettre une étiquette
Je l'ai souvent entendu sous forme de "remarque", de zèbre qui ne s'assument pas d'ailleurs (paradoxal quand même).
Alors, j'y vois deux choses.
La  première, effectivement nous sommes tous des "êtres humains avec notre personnalité" peu importe que l'on soit zèbre ou non-zèbre. Je suis d'accord que, de ce point de vue, on est tous sur une ligne horizontale, et par conséquent que des personnes puissent ne pas vouloir se mettre une étiquette ou se classer dans une catégorie.
La deuxième chose prend en compte deux points de vue: le premier est que les non-zèbres fonctionnent au sein d'un groupe et/ou au sein de la société dans une hiérarchie où chacun a un rôle et/ou une position; le deuxième est que le fonctionnement du cerveau d'un zèbre est différent et plus intense que celui d'un non-zèbre, c'est un fait. La population se positionne et se différencie en fonction du groupe/société, il est rare d'y échapper. D'où les questions habituelles: 1ère étiquette: qu'est-ce que tu fais dans la vie? / 2ème étiquette: Es-tu marié(e) ou en couple? / 3ème étiquette: As-tu des enfants? / 4ème étiquette: Où habites-tu? / 5ème étiquette: tu viens d'où ou quelles sont tes origines? / 6ème étiquette: Tu as des hobbies? ou des activités extra-professionnelles? etc. / 7ème étiquette: Que font tes parents, travaillent-ils ou sont-ils à la retraite? (Mais qu'est-ce qu'on s'en fout!!)
Cela nous demande certes une adaptation. A nous de le faire en fonction de nous et de nos besoins et d'être au clair avec nous même. Il n'est absolument pas question de supériorité pour moi, mais d'adaptation et de bon sens afin de pouvoir vivre notre vie avec notre différence assumée.
Je rejoins tout à fait ce que tu dis, il est important de prendre conscience de sa douance et de ce qu'elle implique, du fait que l'on est différent des non-zèbres. Alors, s'il faut parfois se mettre une étiquette, en tout cas dans un premier temps, mettons-là et assumons-là. N'ayons pas peur.
Pour ma part, le fait de vouloir assumer ma douance m'a complètement libéré et décomplexé. Je peux me projeter complètement dans l'avenir.

Après je fais une distinction entre assumer sa douance et dévoiler sa douance aux "autres". Parce que là, on peut être face à l'ignorance de la douance, l'incompréhension, les préjugés et le jugement. Quand j'ai besoin d'expliquer comment je fonctionne, je pars de moi, de ma personnalité et de ma manière d'aborder les choses. Cela m'a semblé plus simple et plus compréhensible pour les "autres". Après, je ne sais qu'il y aura des personnes qui feront l'effort de m'écouter, de m'entendre et feront preuve de tolérance, et d'autres, qui ne comprendront pas, se braqueront, etc. Ben, tant pis pour eux. On ne peut pas plaire à tout le monde de toute façon. Et on est chacun soi!

4) Vis au présent, profite de la vie
Je comprends ce que tu dis, j'ajouterai une nuance, ou plutôt une distinction entre le fait de raisonner qui peut amener à se projeter et voir au delà des choses, et le fait d'apprécier la situation dans laquelle je me trouve à un instant T.
Nous avons naturellement cette capacité de raisonner "compréhension/réflexion" qui nous amène à voir au delà des choses. Donc entendre dire "arrête" n'a aucun sens, puisque cela veut dire "arrête de fonctionner comme tu fonctionnes, comme tu es ou comme tu penses".
Maintenant, cela n'empêche pas d'apprécier une situation dans laquelle je me trouve à cet instant T. Pour moi, cela fait partie d'une philosophie de vie. Si je vais dans un parc dans le but de me reposer, entourée de nature, dans une ambiance calme, alors je vais vivre cet instant et juste cet instant, sans chercher plus que ce que je suis venue chercher. Je vais donc "vivre au présent".
Je distingue d'ailleurs trois façons de voir les choses:
- vivre au présent (apprécier le moment présent pour ce qu'il est),
- se projeter (ce que l'on veut ou souhaite pour soi dans l'avenir, ou bien se construire une vie)
- et le raisonnement/projection (de ce que l'on pense des choses, de la compréhension de notre monde).
Je peux aller plus loin en disant que "vivre au présent "est, d'un côté, apprécier le présent à un instant T, et, d'un autre, poser les pierres pour atteindre ce que l'on veut pour soi dans l'avenir, c'est à dire concrétiser petit à petit le "se projeter".

3) Arrête de te poser plein de questions
Alors là, ça tape dans le mille!
- Poser des questions sur un sujet ou plusieurs dans le sens de la curiosité
"Tu n'as pas mal aux cranes à force de te poser toutes ces questions?" ou bien "A quoi ca sert?"  ou "T'en as pas marre de réfléchir?" ou "Comment tu fais?"
Réponse: "ben à rien, excepté, trouver des réponses, s'intéresser et être curieux!" "Ben, non, j'aime bien réfléchir. Ça me plait!"
Là, c'est pour moi le plus gros décalage avec "certains" non-z! Les gens qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez... Perso, Je les laisse là où ils sont. C'est sûr que c'est décevant, frustrant quand ce sont des amis et que l'on sait, à ce moment là, que cela ne sert à rien de s'obstiner et que la relation n'ira pas plus loin.
- Se poser des questions quand quelque chose ne va pas dans la vie
Tu as tout dis! Rien à ajouter.  Very Happy

Sur les deux derniers points, je suis parfaitement d'accord avec toi.
2) Il faut que tu affrontes tes angoisses / tes peurs secrètes
Celle-là, on me l'avait jamais sortie:
Draklight a écrit:"émotions irrationnelles" un peu pathologiques".
1) Sois plus cool / sois moins sérieux / apprends à t'amuser
Je trouve cela rasoir et ennuyeux à force d'entendre dire "Sois moins sérieuse"... Franchement.
Bon,voilà ce que je me dis dans ma tête: "tu penses à rien, c'est pour cela que je te gêne avec mon sérieux!" et voilà ce que je leur répond "chacun est comme il est, et effectivement, je suis sérieuse!".
J'ai aussi eu le droit à "t'es folle", Comme je suis spontanée, facilement joyeuse et souriante et que j'aime bien m'amuser. J'ai mis longtemps à comprendre qu'en fait j'étais finalement assez à l'aise avec moi-même pour m'autoriser des choses que les autres réfréner.

Bon, tout s'est bien terminé pour moi, au final, je suis juste "zèbre" et bien avec moi-même! Wink

Je te remercie pour ton post et d'avoir partagé un peu ton vécu car sous un point de vue différent "conseils les plus foireux", tu résumes très bien les situations par lesquelles nous pouvons passer. Courbette


Dernière édition par EnBleuEnNoir le Jeu 7 Sep 2017 - 19:04, édité 1 fois
EnBleuEnNoir
EnBleuEnNoir

Messages : 169
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Mercreudii Jeu 7 Sep 2017 - 13:18

C'est incroyable de vous lire, dans le sens positif hein, cest tout à fait ca ! Je débute le travail avec une psy, et à la fin du premier entretien ma exprimé son incompréhension face au fait que je souhaite absolument expliquer tout. Ce besoin de se sentir comprise. Vous résumez tout à fait cela! Merci pour ces échanges, ca aide à voir les choses d'un autre point de vue et ca pose dès mots sur des ressenti et fonctionnement difficilement explicable pour l'extérieur, je devrai peut être lui faire lire, quoique ça lui confirmerai cela ^^ ou alors elle me prendrais pour quelqu'un de vraiment obstiné alors que le but c'est surtout de l'éclairer ..

Mercreudii

Messages : 12
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Draklight Jeu 7 Sep 2017 - 20:06

Mercreudii ravi que ça te parle ! Smile Je pense que, si en plus tu es en découverte de toi-même, ça te sera utile si ce "Top 5" peut t'apporter un esprit critique face aux jugements et conseils trop faciles donnés par l'entourage ou par tes lectures. Pour se réapproprier son identité, il faut parfois sortir des sentiers battus de la pensée.

Apprenti surdoué, je suis tout à fait d'accord, la façon d'amener le conseil y est pour beaucoup dans son effet déprimant, ou au contraire positif.

Dans l'absolu, pour filer la discussion avec vous trois également, l'idée d'un "Top 5" des conseils les plus foireux en développement personnel m'est venu après mes propres expérimentations, quand je me suis rendu compte que certains conseils, de bon sens et donnés de bonne foi, m'enfonçaient dans mon problème au lieu de m'aider.
Dans l'absolu, aucun conseil n'est bon ni mauvais. Tout est une question de situation. Pourquoi ce Top 5? J'ai constaté, dans mon propre parcours, que certains conseils / points de vue revenaient plus souvent. Il y a des "sagesses convenues", des conseils qu'on donne facilement à notre époque. Nos proches, en particulier les non-zèbres, peuvent nous les apporter de bonne foi, mais ils ignorent que ces conseils sont inadaptés vu notre personnalité particulière, ou notre situation psycho-émotionnelle du moment.

EnBleuEnNoir:

5) Eviter de se couper des autres :
C'est une très bonne distinction. Au-delà de notre tempérament "ordinaire" plus ou moins solitaire, lorsqu'on est soi-même perdu ou dans une période de doute, la solitude peut être nécessaire pour se retrouver et se réapproprier son identité.

5) Eviter de se mettre une étiquette :
Au fond, l'idée d' "éviter de se mettre une étiquette" est un bon conseil. On est zèbre, mais on est pas que ça. Les surdoués ne sont pas une espèce différente d'humains, ils ont juste des particularités de fonctionnement, et tous les zèbres sont différents. On peut être très proche de non-zèbres, et ne pas s'entendre du tout avec d'autres zèbres. Je dirais qu'il ne faut pas utiliser ce concept pour établir une barrière entre soi et les autres (non-zèbres), mais plutôt pour se comprendre et s'accepter, et faire comprendre à nos proches et relations notre singularité et leur faire accepter. En cela, comme tu le résumes très bien, certaines façons d'expliquer sont à privilégier selon son public.
En tout cas, il faut mieux s'approprier excessivement ce concept s'il nous aide à nous comprendre, plutôt que ne jamais s'assumer.

4) Vivre au présent
Quelle subtilité philosophique ! Pour utiliser les trois "positionnements face au présent" que tu emploies, je dirais qu'aucune disposition n'est a priori meilleure ou moins bonne que les autres. Vivre au présent est quelque chose de naturel, épanouissant pour certains, pour d'autres c'est insatisfaisant, ils ont besoin, soit de se projeter dans le futur, soit d'analyser / comprendre le monde.
Le conseil n'est pas idiot en soi et il y a des moments où la projection nous épuise. Mais je soutiens qu'il n'y a pas de recette miracle pour tous, au contraire par ex de Eckhart Tolle dans "Le pouvoir de l'instant présent" qui érige la vie au présent comme seul modèle de vie désirable.

2) Affronter ses angoisses, ses peurs
Ce conseil est plus "spécifique", il faut avoir vécu de douloureuses situations où l'on est perdu dans ses contradictions pour que ce soit "parlant".
Affronter ses peurs est souvent un conseil pertinent, mais pas toujours cela dépend de la situation. Le problème, dans la situation décrite, est qu'on confond une peur (peur d'une menace) et un malaise (besoin de sortir d'une situation qui ne nous convient pas). A mon sens, les deux sentiments nécessitent des approches différentes.
Draklight
Draklight

Messages : 29
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 29
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par EnBleuEnNoir Ven 8 Sep 2017 - 19:16

Bonjour Draklight, Mercreudii et Apprenti surdoué,

@Apprenti surdoué: la personne qui se déverse, à qui le dis-tu...! C'est à force et à force d'être dans cette situation que j'ai compris: mettre les limites et ne pas prendre les problèmes des autres pour soi. ça a été long et surtout salvateur.  Smile

@Mercreudii: Contente aussi que cela te plaise et t'aide.  Wink Deux questions me viennent en te lisant, ta psy sait-elle que tu es surdouée? Et Connait-elle la douance?

@Draklight
Draklight a écrit:Dans l'absolu, aucun conseil n'est bon ni mauvais
Oui. En plus, c'est à l'autre de choisir ce qu'il veut en faire et décide si le conseil est assez pertinent de son point de vue pour être appliqué.

5) éviter de se couper
Draklight a écrit:Établir une barrière entre soi et les autres (non-zèbres), mais plutôt pour se comprendre et s'accepter, et faire comprendre à nos proches et relations notre singularité et leur faire accepter.
Je suis tout à fait d'accord avec toi. L'idée en se mettant une ou cette étiquette n'est pas de "mettre une barrière entre soi et les autres (non-zèbres)" ou s'opposer aux autres, mais bien une différence entre "se différencier des autres" et "se mettre à l'écart des autres". L'idée étant de penser: je suis différent et je veux trouver ma place au sein de la société ou d'un groupe.

4) Vivre au présent
Tout à fait, cela fait écho avec une discussion que j'ai eu avec un ami récemment: il y a ceux qui aiment se tourner vers le passé, ceux qui aiment vivre au présent et ceux qui se tournent vers l'avenir. Ceci est évidement une orientation relative. Finalement, on a les trois avec un fort penchant pour un seul. Je pense qu'il est souhaitable de le savoir, d'être conscient de ce que cela implique et d'être à l'aise avec cette orientation.
Moi, par exemple, je me projette en permanence dans l'avenir. Je vois très loin. Le problème, c'est que j'ai oublié que c'est au présent qu'on se construit son avenir... J'ai donc dû "rectifier" pour être plus au présent, notamment professionnellement: vivre les situations présentes et les orienter / diriger vers ce que je veux pour l'avenir. Je ne te cache pas que cela a été difficile et que je l'ai pris comme une "remise en question". Cette phrase me parle complètement:
Draklight a écrit:Vivre au présent est quelque chose de naturel, épanouissant pour certains, pour d'autres c'est insatisfaisant, ils ont besoin, soit de se projeter dans le futur, soit d'analyser / comprendre le monde
Après, aujourd'hui, je m'aperçois que j'ai peur de m'ennuyer, mais au final, je ne m'ennuie pas. Que j'ai peur d'être insatisfaite, et que je ne le suis pas. Par contre, la latence de cette "peur" est parfois pesante, alors que dans le même temps, quand je n'y pense pas, je me sens bien et sereine. Bizarrement, cela calme mon impatience, car je sais où je veux aller et m'en donne les moyens.
Bon, après cela n'empêche pas de temps à autre d'imaginer autre chose, juste pour le plaisir d'imaginer et d'inventer. Quant à "analyser et comprendre le monde", ce sera toute la vie... Ca a commencé quand j'étais toute petite et cela ne s'est jamais arrêté! J'ai besoin de comprendre ce "monde" pour y vivre.

2) Affronter ses angoisses, ses peurs
Draklight a écrit:Le problème, dans la situation décrite, est qu'on confond une peur (peur d'une menace) et un malaise (besoin de sortir d'une situation qui ne nous convient pas). A mon sens, les deux sentiments nécessitent des approches différentes.
C'est une remarque très pertinente et une très bonne définition de la peur et du malaise.
Oui, c'est délicat. Il y a plusieurs types de peurs déjà, liées à des causes ou traumatismes très personnels et qui ne sont pas au même degré. Certaines peurs pourront être désamorcées par la pensée ou en franchissant le pas / être courageux pour la dépasser et d'autres nécessiteront d'aller se faire aider par un professionnel car le peur s'est installée au plus profond de la personne et durablement.
Alors que le malaise peut se résoudre en réfléchissant aux solutions possibles qui s'offrent à nous et à celles que l'on choisit en fonction de nous, de la situation et de nos besoins.


Dernière édition par EnBleuEnNoir le Jeu 14 Sep 2017 - 14:07, édité 1 fois
EnBleuEnNoir
EnBleuEnNoir

Messages : 169
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Invité Ven 8 Sep 2017 - 19:32

1) Sois plus cool / sois moins sérieux / apprends à t'amuser

Celle là il faut la prendre au sérieux ! Dent pétée

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par RoyJade Ven 8 Sep 2017 - 19:38

Le pire que j'ai entendu, qui m'a fait plus mal que quasiment tout le reste réuni, est une extension du point 5).
"Tu n'es pas différent ou spécial, arrête de vouloir faire les choses autrement, les autres arrivent bien à s'en sortir sans". C'était suivi d'un "tu n'es pas surdoué, j'en connais deux et ils ont 20 partout en cours, pas toi". Le déni de la différence, et par extension du droit d'exister, c'est vraiment le pire. Cumulé aux idées reçues, c'est une purge.

Le premier (bon) conseil que je donnerai à un zèbre est justement de s'accepter soi même, pour ensuite avec ses outils et ses manières arriver à un résultat similaire aux autres. Supprimer la différence, c'est supprimer l'existence.
RoyJade
RoyJade

Messages : 525
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 29
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par apprenti surdoué Ven 8 Sep 2017 - 23:55

Mystère Blue a écrit:1) Sois plus cool / sois moins sérieux / apprends à t'amuser

Celle là il faut la prendre au sérieux ! Dent pétée

superbe exemple d'injonction paradoxale, ou quand l'invitation à lâcher prise prend les allures d'un ordre Cool
apprenti surdoué
apprenti surdoué

Messages : 178
Date d'inscription : 15/05/2017
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Invité Sam 9 Sep 2017 - 7:33

Oui, faut voir ça comme des assouplissements nécessaires, car sinon on est plein de courbatures, tout crispé, on finit par être ronchon, tout raide, les autres vous diront que vous avez un balai dans le cul, même si c'est un Dyson ! Dent pétée

En gros, à être trop sérieux on finit par ne plus être pris au sérieux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Maboroshi Sam 9 Sep 2017 - 9:33

"Oui, faut voir ça comme des assouplissements nécessaires, car sinon on est plein de courbatures, tout crispé, on finit par être ronchon, tout raide, les autres vous diront que vous avez un balai dans le cul, même si c'est un Dyson !"

Ouah ! Ouaaah ! J'ai enfin compris d'où venait mon adorable surnom quand j'étais ado c'était " C.D.C "

Maboroshi

Messages : 9
Date d'inscription : 08/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Draklight Sam 9 Sep 2017 - 19:53

EnBleuEnNoir :
5- Eviter de se couper des autres :
En effet, à mon sens le plus important avec la conscience d'être surdoué, c'est de pouvoir se réapproprier son fonctionnement, pour choisir les activités / modes de vie / personnes / orientations / comportements qui nous correspondent, qui ont du sens pour nous.
Ensuite, choisir de se rapprocher de personnes surdouées est une question secondaire.
Monique de Kermadec, dans son livre L'adulte surdoué à la conquête du bonheur, indiquait qu'un surdoué n'avait pas forcément intérêt à chercher des personnes au caractère semblable au sien, mais plutôt avec des intérêts / passions communes.

4 - Vivre au présent :
Je vois tout à fait ce que tu veux dire. Parfois, je me rends compte que j'ai tendance sur certains sujets à beaucoup me projeter dans l'avenir, à éprouver une certaine impatience, alors que le temps avance à son rythme, avec des imprévus qui ne correspondent pas à nos buts, et qu'il faut l'accepter. En amour notamment j'essaie de moins me projeter car mon mental finit par m'enserrer dans des rigidités (il faut qu'on se mette en couple..) qui finissent par m'éloigner de mes émotions.
Bref comme tu le dis aucune orientation n'est mauvaise, on doit bricoler pour trouver un arrangement convenant

2- Affronter ses peurs, ses angoisses :
En effet, et pour aller plus loin dans ton développement, je dirais qu'il faut distinguer si :
- la peur est "irrationnelle", et qu'en se confrontant à l'objet de sa peur, on pourra réellement améliorer son bien-être. Par ex, si tu te forces à participer à un groupe d'amis qui ne te convient pas du tout, par simple peur d'être seul, mais que tu te sens mal / en décalage / démoralisé avec eux, alors il faut mieux se confronter à sa peur d'être seul
- l'objet de la peur peut être destructeur et ne rien t'apporter. Par ex, les moqueries continuelles à l'école, le harcèlement scolaire, les humiliations au long cours ne peuvent en aucun cas faire grandir émotionnellement un enfant : ils dévasteront juste un peu plus, jour après jour, son psychisme. Je ne suis pas sûr qu'un enfant harcelé à l'école ait intérêt à continuer à "affronter sa peur"

Concernant le malaise, à mon sens tout malaise exige pour être résolu que, d'une façon ou d'une autre, on réaffirme son libre-arbitre et ses émotions propres. Mais cette réaffirmation peut se faire de différentes façons :
- en évitant la relation / l'activité qui nous déplaît. Simple et efficace, il y a parfois des relations qu'il est plus simple de ne pas entretenir
- en renversant la table, et en affirmant notre envie de faire les choses à notre façon. Il peut y avoir un risque que les personnes avec qui nous sommes en relation ne soient alors plus sur la même longueur d'onde. A nous de voir notre priorité : faire les choses à notre façon ou préserver nos relations?
- en affirmant certaines volontés / certains goûts, tout en acceptant divers accommodements, en faisant un compromis avec les envies de l'autre personne. Ca c'est quand une personne nous est chère et que garder la relation nous semble important


RoyJade :
En gros, on te déniait la possibilité de vouloir des choses différentes sans être catalogue négativement comme anormale? Et as-tu pu résister à ces dénis?
Draklight
Draklight

Messages : 29
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 29
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par RoyJade Sam 9 Sep 2017 - 21:03

C'est à peu près ça Draklight. Pour re-situer, c'était ma meilleure amie qui tentait de m'aider, et qui un jour où je désespérais de ne pas réussir à comprendre la recherche de travail m'a dit ça. Tu imagine le résultat. Ça reste une excellente amie, mais je ne prend plus ses conseils comme primordiaux depuis, car je sais désormais qu'elle ne me comprend pas.
RoyJade
RoyJade

Messages : 525
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 29
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Draklight Dim 10 Sep 2017 - 14:58

Je comprends tout à fait. On a parfois des proches très bien intentionnés, qui souhaitent nous soutenir, mais ils ne nous comprennent pas suffisamment pour nous donner les bons conseils. C'est à nous de trouver notre propre voie. Plus difficile mais heureusement ce type de forum est là pour nous aider Wink
Draklight
Draklight

Messages : 29
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 29
Localisation : Roubaix

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par EnBleuEnNoir Jeu 14 Sep 2017 - 15:07

Bonjour à tous,

RoyJade:
RoyJade a écrit:Le pire que j'ai entendu, qui m'a fait plus mal que quasiment tout le reste réuni, est une extension du point 5).
"Tu n'es pas différent ou spécial, arrête de vouloir faire les choses autrement, les autres arrivent bien à s'en sortir sans". C'était suivi d'un "tu n'es pas surdoué, j'en connais deux et ils ont 20 partout en cours, pas toi". Le déni de la différence, et par extension du droit d'exister, c'est vraiment le pire. Cumulé aux idées reçues, c'est une purge.
Le premier (bon) conseil que je donnerai à un zèbre est justement de s'accepter soi même, pour ensuite avec ses outils et ses manières arriver à un résultat similaire aux autres. Supprimer la différence, c'est supprimer l'existence.
Je suis vraiment d'accord avec ce que tu dis.
Ca me fait penser à une émission que j'ai vue, où la femme qui s'est découverte zèbre à l'âge adulte avait dit à peu près la même chose: "Avoir passé le test et savoir qui je suis surdouée m'a permis de m'autoriser à être et à penser comme je suis" (ce n'est pas le phrase mot pour mot, mais l'idée générale).
L'idée que les autres ne nous autorisent pas à être et à exister comme on est, est franchement violente. C'est d'autant plus marquant quand cela vient d'un proche.
Je me souviens ne pas m'être confiée auprès de mes amis parce que je sentais qu'ils ne me comprendraient pas et que leurs conseils ne serviraient à rien. Par moment, je sentais leurs dispositions à m'écouter, mais volontairement, j'ai préféré ne rien dire. Il y avait assez d'incompréhension comme cela sans qu'en plus je leur raconte mes difficultés. Ca me gênait pour eux car je sentais que cela venait d'un bon sentiment. J'ai préféré penser à moi.
Draklight a écrit:C'est à nous de trouver notre propre voie. Plus difficile mais heureusement ce type de forum est là pour nous aider
Oui, j'apprends des autres et j'apprends sur moi. Very Happy
Pour ma part, c'est réellement la première fois que je participe à un forum.

Draklight:
5- Eviter de se couper des autres :
Oui, je suis d'accord sur les centres d'intérêt, passions et préoccupations communes.
C'est ce que je suis en train de vivre en ce moment. En plus d'une grande compréhension et tolérance, ils sont zèbres. Ca me change du tout ou tout. Et ca s'est fait par hasard, on apprécie la même chose, on s'apprécie les uns, les autres, on décide de faire des choses ensemble autour de cette/ces activité(s) commune(s).
Zèbre + affinité de centres d'intérêt = super stimulant! Wink

4- Vivre au présent :
Quand tu dis "on bricole pour trouver un arrangement convenant", ça me fait penser à une chanson de Berry "le bonheur" (album Mademoiselle) où elle dit que "le bonheur conjugal restera de l'artisanat local".  J'aime bien l'idée qu'on fait comme on peut en fonction des situations et de notre évolution.

2- Affronter ses peurs, ses angoisses :
Je suis tout à fait d'accord (peur/malaise).
Le harcèlement pour moi n'endurcit pas, il fragilise et casse l'individu.
Pour l'avoir vécu, il m'a fallu une psychothérapie pour y remédier. Et même une fois la thérapie faite, on ne change pas le passé, on vit avec. Le tout est de pouvoir ensuite réussir à faire sa vie.
Par rapport au mot "compromis", j'ai une préférence pour utiliser le mot "conciliation" qui prend plus facilement en compte les besoins de chacun que le mot "compromis" qui implicitement dit que c'est le besoin de l'un qui prime sur le besoin de l'autre, ce qui peut entrainer une certaine frustration, insatisfaction... Je pense que dans la vie, on peut arriver à concilier les besoins de chacun, surtout quand la relation nous tient à cœur, c'est plus facile d'y mettre du sien d'être de bonne volonté. Ca ne change pas le sens de ce que tu voulais dire.
EnBleuEnNoir
EnBleuEnNoir

Messages : 169
Date d'inscription : 20/05/2017
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Mitrandir Sam 16 Sep 2017 - 14:55

"tu es trop sérieux" / "tu te poses trop de questions" / "c'est quand que tu nous présentes une copine"

Autant de phrases toxiques de la famille, collègues, amis ... Je suis content de savoir que d'autres se sont posés la question.

Être soi quand on ne trouve pas les bonnes personnes est souvent une mission quasi impossible et souvent on devient hypocrite avec soi.

Ces témoignages sont précieux en tous cas, j'espère un jour être capable d'un tel retour d'expérience.

Mitrandir

Messages : 20
Date d'inscription : 14/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par JimTOnic_bzz Sam 16 Sep 2017 - 15:16

J'ai découvert ça, il y a quelque temps. Si seulement ça avait été plus tôt...

J'ai sombré dans une "apathie" profonde (un faux moi hypertrophié ?), pendant plusieurs années, a essayer d'appliquer ces conseils. Quand on ne sait pas qu'on est zèbre, et que ces conseils sont les seuls solutions, et bien on est coincé. Un cube ne rentre pas dans un cercle.

Spécial dédicace au médecin de famille et son "arrête de te poser toutes ces questions".

Merci Draklight.

JimTOnic_bzz

Messages : 42
Date d'inscription : 27/08/2017
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par apprenti surdoué Sam 16 Sep 2017 - 18:36

JimTOnic a écrit:Spécial dédicace au médecin de famille et son "arrête de te poser toutes ces questions".

Comme quoi, d'un médecin à l'autre… C'est le mien qui, après une énième crise existentielle de ma part m'avait dit que mes questionnements et mon mal-être étaient probablement induits par «une intelligence et une sensibilité un peu au dessus de la moyenne». Il connaissait quant à lui, et pour cause, bien le sujet, mais pourtant ses propos m'étaient passé un peu au dessus de la tête à l'époque… Je pensais qu'il essayait avec cette astuce de me remonter le moral, et que je serais bien présomptueux de les prendre pour argent comptant Rolling Eyes Maintenant tout cela à plus de signification pour moi.
apprenti surdoué
apprenti surdoué

Messages : 178
Date d'inscription : 15/05/2017
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Bovary Mar 19 Sep 2017 - 10:53

Au risque que vous me lanciez des cailloux je les trouve plutôt bien les conseils du premier post (enfin les 5-4-3). Biensur ils sont à nuancer, mais ce sont des conseils que j'ai reçu, que j'applique, et qui rendent ma vie plus simple, plus agréable.

"Evite de te mettre une étiquette, de te couper des autres"

Ben oui, se mettre une étiquette c'est s'enfermer. Sauf si tu gardes à l'esprit que tu peux changer d'étiquette à tout moment et t'en rajouter d'autres, sinon ça empêche d'évoluer. C'est comme les gens qui disent "je peux pas faire ça, c'est dans ma nature". Ben non, tu peux tout faire, tu peux prendre toutes les étiquettes que tu veux, mais faut pas s'en coller une sur le front et se dire "ok je suis ça, j'ai mon étiquette, c'est bon". Grave erreur, c'est restreindre ses possibilités.

Quant à se couper des autres, c'est pas très sain non plus. Les recherches en psycho sur le bonheur tendent à montrer que le lien social favorise le bien-être. Alors c'est sur il ne faut pas s'imposer de rester avec des gens qui nous frustrent, nous bouffent, nous saoulent, nous empêchent de nous exprimer, mais il ne faut pas non plus se dire "personne me comprend alors je vais rester tout seul et je vais devenir ermite pour trouver la paix". Mais bon je vous accorde que jouer les ermites de temps en temps ça fait du bien Very Happy

"Vis au présent, profite de la vie"

Mais oui là encore les études sur le bien-être décrivent une forme de bonheur qu'on trouve lorsqu'on se sent en harmonie avec son environnement, bien ancré dans le présent. On peut en faire l'expérience par des méditations de pleine conscience par exemple. Et vivre dans le présent n'empêche pas en arrière plan de faire mille projections sur l'avenir, et d'agiter tous tes neurones superpuissants.

Croire que ça ne peut pas te satisfaire parce-que tu n'es pas un monsieur tout le monde est une double erreur : Non seulement monsieur tout le monde ça n'existe pas (on peut seulement dire que parmis tous les gens, certains partagent des similarités, et les zébrures ne sont qu'un moyen de catégoriser parmis d'autres), et ensuite l'ancrage dans le présent ça satisfait tout le monde, c'est comme ça, c'est la psychologie. Ca aide à accepter ses émotions au lieu de les combattre, ça donne la sensation d'être au bon endroit, ça calme, et ça améliore même les capacités cognitives. Tout ça c'est testé expérimentalement par les psychologues. C'est juste que certaines personnes ne peuvent pas se contenter uniquement de ça.

"Arrête de te poser plein de questions, d'intellectualiser"

Ce conseil je rajouterai juste un "tout" ; "arrête de te poser plein de questions et d'intellectualiser tout". Faire des pauses, ça permet de souffler. Une petite pause méditation de pleine conscience par exemple ? Very Happy

Parce-que vous n'allez pas me dire que ça vous arrive jamais que ces questionnements incessants vous fatiguent plus qu'autre chose ? Pas toujours bien-sur, la plupart du temps au contraire c'est très agréable, ça donne la sensation de maîtriser son environnement. Mais ça enferme aussi dans une bulle de rationalité, ça isole de la vie, du spontané, de l'authentique. Alors c'est notre fonctionnement, mais ça ne nous fait du bien que dans une certaine mesure. Intellectualiser tout sans but ni utilité ni nécessité... Pourquoi ? Par exemple l'amour ; ça avance à quoi de l'intellectualiser à part à enlever un peu de sa saveur ?

Après je conçois que la perte de contrôle du lacher prise intellectuel soit trop terrifiante pour permettre de savourer les bénéfices dudit lacher prise.

ET concernant les conseils 1 & 2 oui d'accord ce sont des conseils pourris, mais ils sont pourris pour tout le monde, pas que pour les zèbres. Forcer n'importe qui à affronter ses peurs si il se sent pas prêt c'est pas bon, qu'il ait 80 ou 150 de QI. Pareil pour les injonctions "soit plus cool, soit moins sérieux" ; c'est dire à quelqu'un de pas être lui-même haha c'est tellement déplacé.

Enfin bref je voulais rentrer un peu dans la polémique parce-qu'il faut faire attention à pas s'enfermer dans un "faux vrai-self" avec des idées du genre "ces conseils là sont pas bon pour NOUS". Ben non, c'est pas parce-qu'on a une réflexion différente qui nous donne un regard différent qu'on a pas les mêmes besoins que tout être humain. C'est pas parce-qu'on peut cogiter pendant des heures à se retourner le cerveau que c'est forcément bon pour nous. On a aussi besoin comme tout le monde d'amour, de lien social, de bien-être, de quiétude, de paix intérieure ; toutes les choses visées par ces 3 bons conseils qui sont, dit autrement : Ne met pas de limites à ce que tu peux être, pense à souffler, et pense à vivre.
Bovary
Bovary

Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2014
Age : 24
Localisation : L'Isle-Jourdain

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par MoojiKadja Mar 19 Sep 2017 - 13:48

Bovary a écrit:Au risque que vous me lanciez des cailloux je les trouve plutôt bien les conseils du premier post (enfin les 5-4-3).
Je ne te jetterai pas la première pierre, en tout cas. Et sur celles que tu recevras éventuellement, s’il te plaît, bâtis une église, ou je ne sais quel autre temple symbolique pour diffuser et célébrer une si belle parole, empreinte de sagesse et de clairvoyance. Smile

Bovary a écrit:"Evite de te mettre une étiquette, de te couper des autres"

Ben oui, se mettre une étiquette c'est s'enfermer. Sauf si tu gardes à l'esprit que tu peux changer d'étiquette à tout moment et t'en rajouter d'autres, sinon ça empêche d'évoluer. C'est comme les gens qui disent "je peux pas faire ça, c'est dans ma nature". Ben non, tu peux tout faire, tu peux prendre toutes les étiquettes que tu veux, mais faut pas s'en coller une sur le front et se dire "ok je suis ça, j'ai mon étiquette, c'est bon". Grave erreur, c'est restreindre ses possibilités.
Rien à ajouter de personnel à ce bon sens ; juste le point de de Kierkegaard, pour achever d’annihiler toute résistance face à l’évidence (le philosophe danois le disait bien : « La résistance est le péché de l’intelligence. », pour nous délivrer enfin de cette aberrante quête de fixation terminologiques : « Me donner un nom c'est m'annihiler, en me donnant un nom, en me donnant une étiquette, vous annihilez toutes les autres choses que je pourrais être. » Le penseur danois enfonçait même dyonisaquement le clou : « Quel vin est aussi pétillant, savoureux, enivrant, que l'infini des possibles ! » Et il achève de (me) convaincre en alléguant ceci, qui parle tant à l’abstinent volontaire que je suis devenu, par intime conviction et nécessité : « Le plaisir est décevant, les possibilités jamais. »

Bovary a écrit:"Vis au présent, profite de la vie"

Mais oui là encore les études sur le bien-être décrivent une forme de bonheur qu'on trouve lorsqu'on se sent en harmonie avec son environnement, bien ancré dans le présent. On peut en faire l'expérience par des méditations de pleine conscience par exemple. Et vivre dans le présent n'empêche pas en arrière plan de faire mille projections sur l'avenir, et d'agiter tous tes neurones superpuissants.

Croire que ça ne peut pas te satisfaire parce-que tu n'es pas un monsieur tout le monde est une double erreur : Non seulement monsieur tout le monde ça n'existe pas (on peut seulement dire que parmi tous les gens, certains partagent des similarités, et les zébrures ne sont qu'un moyen de catégoriser parmi d'autres), et ensuite l'ancrage dans le présent ça satisfait tout le monde, c'est comme ça, c'est la psychologie. Ca aide à accepter ses émotions au lieu de les combattre, ça donne la sensation d'être au bon endroit, ça calme, et ça améliore même les capacités cognitives. Tout ça c'est testé expérimentalement par les psychologues. C'est juste que certaines personnes ne peuvent pas se contenter uniquement de ça.
Le présent étant la seule et unique chose existant réellement – le passé étant révolu et l’avenir incertain –, le seul temps vraiment vivable, nous aurions tort de ne pas tâcher de nous y consacrer prioritairement et assidûment. Alors, sans nécessairement prétendre à marcher dans les pas du Bouddha (le seul être ayant jamais su vivre dans l’éternel présent), il nous faut travailler et aspirer, avec opiniâtreté, humilité et sagesse, à exister pour ici et maintenant seulement, pour ne pas gâcher cette existence ridiculement courte à chercher d’illusoires alternatives dans le jeu de la vie par procuration ; ou, pire, à se perdre dans de pernicieuses compulsions, en se complaisant à ressasser « le passé qui n’est pas passé » ou à se torturer inutilement en fantasmant un futur hypothétiquement sombre et prétendument fatidique.

Bovary a écrit:"Arrête de te poser plein de questions, d'intellectualiser"

Ce conseil je rajouterai juste un "tout" ; "arrête de te poser plein de questions et d'intellectualiser tout". Faire des pauses, ça permet de souffler. Une petite pause méditation de pleine conscience par exemple ? Very Happy

Parce-que vous n'allez pas me dire que ça vous arrive jamais que ces questionnements incessants vous fatiguent plus qu'autre chose ? Pas toujours bien-sur, la plupart du temps au contraire c'est très agréable, ça donne la sensation de maîtriser son environnement. Mais ça enferme aussi dans une bulle de rationalité, ça isole de la vie, du spontané, de l'authentique. Alors c'est notre fonctionnement, mais ça ne nous fait du bien que dans une certaine mesure. Intellectualiser tout sans but ni utilité ni nécessité... Pourquoi ? Par exemple l'amour ; ça avance à quoi de l'intellectualiser à part à enlever un peu de sa saveur ?

Après je conçois que la perte de contrôle du lacher prise intellectuel soit trop terrifiante pour permettre de savourer les bénéfices dudit lacher prise.
Et pourtant, il n’y a que cette attitude à prôner face à l’agitation des vagues mentales à la surface de l’océan de présence consciente que nous sommes. C’est là le jeu de la conscience, du Soi Suprême (à opposer au mental-ego, qu’il faut apprendre à tuer) qui veut sans doute, par cette animation chaotique ou soi-disant structuré, épicer son sentiment d’exister. Sachons-le une bonne fois pour toute, et amusons-nous en, tout simplement.
(J’avais récemment amorcé de partager mes préoccupations sur ce sujet ici, pour ceux et celles que ça intéresserait : https://www.zebrascrossing.net/t32131-comment-calmer-notre-cerveau#1324849 )

J’achève ce message par un souci de nuancer, moi aussi, l’une de tes affirmations – comme tu as judicieusement pu le faire en ajoutant ce subtil et décisif « tout » (que tu as finalement substitué à « en permanence » Wink ) pour donner la plus juste proposition : « arrête de te poser plein de questions et d'intellectualiser tout ». Mon plussoiement global de ton intervention n’en aura que plus d’authenticité, je crois – du fait-même de cette scrupuleuse nuance, que je veux présenter comme un gage d'intégrité :
Bovary a écrit:Quant à se couper des autres, c'est pas très sain non plus. Les recherches en psycho sur le bonheur tendent à montrer que le lien social favorise le bien-être. Alors c'est sur il ne faut pas s'imposer de rester avec des gens qui nous frustrent, nous bouffent, nous saoulent, nous empêchent de nous exprimer, mais il ne faut pas non plus se dire "personne me comprend alors je vais rester tout seul et je vais devenir ermite pour trouver la paix". Mais bon je vous accorde que jouer les ermites de temps en temps ça fait du bien Very Happy
Je vais cette fois m’appuyer sur mon cas personnel (sacrifiant là à une sale manie parasite à laquelle je tends enfin à renoncer) pour dire que l’évolution d’une existence – notamment sous le coup d’une désintégration positive – réclame que l’on coupe inexorablement et massivement avec l’entourage que l’on s’était patiemment et sentimentalement composé, au fil des années. Tout bonnement parce que la personne qui a secrété ces liens n’existe plus à proprement parler ; une disparition impérieuse, requise par le processus de changement et de renouvellement décrit par Dabrowski, et qui rend par là-même caducs lesdits liens jadis générés. Aussi, il devient impossible et surtout absurde de vouloir absolument sauvegarder des relations fatalement vidées de leur sens et de leur substance par cette escamotage de la personne que nous étions autrefois, lorsque nous avons sincèrement désiré ces liens désormais frappés d'obsolescence, leurs motifs originels n’ayant plus lieu d’être aujourd’hui – le seul temps qui existe, vous savez. Wink
Il faudra alors, si possible, savoir progressivement renouveler son cercle de proches ; et, surtout, souhaiter profondément ce réinvestissement de la sphère sociale – cette gageure ! La grisante perspective, en tout cas...

A propos de conseils navrants et autres injonctions stupides que l’on peut faire à la jeunesse (surdouée par essence) :

MoojiKadja
MoojiKadja

Messages : 351
Date d'inscription : 21/05/2017
Localisation : Avant « Je Suis »

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par RoyJade Mar 19 Sep 2017 - 15:50

Pour l'étiquette, il faut nuancer deux façon de donner ce "conseil" :
- ne pas s'enfermer dans une idée -> c'est ce que tu dis, quand certains se mettent une étiquette, ils se ferment au reste. Bloquer des possibilités est généralement négatif.
- tu n'es pas particulier -> ou on pourrait l'écrire comme ça : interdit d'être différent. C'est pratiquement la même chose, et c'est pour ça que ce conseil a été cité dans les pire.

Personnellement, il me faut définir pour agir. C'est en connaissant mes avantages que je peux les exploiter, en connaissant mes défauts que je peux les corriger ou les compenser. S'enfermer dans une case supprime la liberté et bien souvent le bonheur, mais ça va dans les deux sens : que tu te considère "comme ça" à ne pas pouvoir faire autre chose, ou que les autres refusent de considérer tes particularités et d'accepter que tu fasse autre chose. Et la quasi totalité des fois où j'ai entendu ce conseil, il avait ce second sens clairement nocif.
RoyJade
RoyJade

Messages : 525
Date d'inscription : 15/11/2016
Age : 29
Localisation : Généralement chez moi

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Invité Mar 19 Sep 2017 - 16:46

Et les BONS conseils, ça existe ?

(je trouve que déjà, se poser en conseilleur, c'est se donner une position supérieure à celui qui souffre, zèbre ou pas... le présupposé de départ, dans la relation, est faussé). Peu de gens sont cappables de laisser l'autre parler de sa peine, et sans interrompre, ni faire de commentaires, ni se précipiter à donner des conseils (souvent inapplicables à la réalité) dire, en toute simplicité : "en quoi puis-je t'aider ?" sans imposer "sa" solution toute faite à autrui, ce qui revient, bien souvent, non pas à aider mais à envahir, infantiliser et/ou humilier.

CHACUN EST UNIQUE

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Bovary Mer 20 Sep 2017 - 9:03

MoojiKa       Respect
Bovary
Bovary

Messages : 72
Date d'inscription : 16/04/2014
Age : 24
Localisation : L'Isle-Jourdain

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Lucy Lun 25 Sep 2017 - 22:16

D'abord, j'ai survolé le post. Et je me suis rendu compte que, comme surdouée et heureuse, c'est précisément les conseils que j'ai fini par mettre en application et qui ont fait qu'à présent, je suis heureuse.
Alors oui, ça choque dit comme ça, c'est tellement politiquement pas correct, mais je vais vous expliquer pourquoi ce sont des BONS conseils et pourquoi moi aussi je vous recommande de les suivre.
Pour ceux qui se poseraient la question, je suis diagnostiquée par test WAIS effectué par une psychologue connaissant le sujet. Si cela peut suffire à vous garantir que je suis zèbre, tant mieux.
Pour ceux qui se poseraient cette autre question, je sais que je suis heureuse parce que j'ai régulièrement envie de danser dans le métro, sous la pluie, je fredonne au boulot, je suis toujours souriante et aucune des merdes qui me tombent dessus à échéance régulière ces dernières semaines, n'a entamé ma joie de vivre.
Draklight a écrit:5) Evite de te mettre une étiquette, évite de te couper des autres
C'est un conseil con, mais objectivement, très objectivement, si vous vous coupez des non-surdoués, vous allez vous retrouver à parler à une personne sur 50.
Projets professionnels ? Vous oubliez.
Vie de famille ? Vous oubliez.
Vos anciens amis normaux ? Vous oubliez.
OK vous êtes surdoués, mais franchement qui de vous (qui vous prenez la tête sur une étiquette qui n'existe que dans la tête des psys) ou des gens normaux (qui vivent leur petite vie tranquille sans histoire et sans nuage) est le plus heureux ? Pas vous. S'ils sont heureux, équilibrés et pas vous, c'est sûrement qu'ils ont compris quelque chose que VOUS, vous avez raté.
Et ce quelque chose, c'est que n'importe qui peut vous apprendre quelque chose, sur un plan humain, intellectuel, amical, professionnel ou autre.
Draklight a écrit:4) Vis au présent, profite de la vie
Projetez-vous, projetez-vous autant que vous voulez, tant que vous vous projetez, vous ne vivez pas.
Le passé est passé, le futur n'est pas encore arrivé, mais ce qu'il y a entre les deux, c'est tangible, c'est sous vos yeux et ça passe sous votre nez.
Ca s'appelle le présent.
Personnellement, je préfère le formuler ainsi : Profite des plaisirs simples de l'existence, vois la beauté au quotidien et tu n'en seras jamais privé.
Cette réflexion m'est venue lorsque j'ai regardé les volutes formés par un glaçon dans un verre de rosé pas assez frais. C'était d'une beauté envoûtante et depuis, je profite de la beauté extrême qu'on trouve partout. En ce moment, je suis fascinée par le bruit des feuilles de platane dans le vent.
Draklight a écrit:3) Arrête de te poser plein de questions, d'intellectualiser
Probablement le conseil qui vous paraît le plus impossible à réaliser.
Sauf qu'en fait non.
On se pose des questions, mais on peut choisir lesquelles on se pose. Je ne demande jamais "pourquoi". Je m'en fous pourquoi les gens agissent comme ça, je m'en fous qu'ils souffrent, je m'en fous de leur enfance, de leur femme qui les a quittés, de leur mère qui les a pas assez aimés. Une fois adulte, chacun est responsable de ses actes et de ses paroles. Certes, chacun a son passé, chacun a ses cadavres, et je suis bien placée pour savoir qu'ils peuvent nous pénaliser.
Mais j'estime qu'une fois adulte, on peut se libérer ou au moins dépasser tout ça. Mieux : j'estime que comme surdoués, notre intelligence devrait nous permettre, plus qu'à n'importe qui, de dépasser tout ça.
Bref, je m'en fous du pourquoi. La question que je pose, c'est comment : comment on devient heureux, comment on enterre ses cadavres proprement au cimetière, comment on apprend à vivre avec des enclumes aux pieds. Quand vous parlez du comment, même les gens normaux vous comprennent et acceptent que vous posiez la question, parce que ce n'est pas stérile comme pourquoi. Comment, c'est l'action, c'est trouver des solutions à des problèmes pour vivre mieux dans un monde meilleur. C'est utiliser son intelligence à faire quelque chose au lieu de tourner en rond dans sa tête.
Et tous les bricoleurs de tous les temps vous le diront : planter un clou, bien droit, bien net, c'est peut-être con comme ça, mais ça fait un bien fou.
Draklight a écrit:2) Il faut que tu affrontes tes angoisses / tes peurs secrètes
Et oui, il faut affronter ses peurs. C'est dingue, mais c'est la seule façon de les dépasser c'est de les regarder dans les yeux.
Au bout d'un moment, ça suffit ! Qui a envie d'avoir peur de son ombre, de son enfance, de lui-même ou des autres ? Avec la peur, on cesse de se respecter, on cesse d'être soi-même et on se laisse empoisonner par un faux self comme disent les psys. Quand on regarde la peur en face, on finit par se dire qu'il y a pire que souffrir en l'affrontant ou même de mourir : c'est de ne plus oser se regarder en face.
Draklight a écrit:1) Sois plus cool / sois moins sérieux / apprends à t'amuser
Combien d'entre vous ont déjà dansé sous la pluie ? Moi, j'ai osé. En pleine rue, noire de monde. Public maximal. J'étais avec un pote qui avait un parapluie, je l'ai envoyé bouler parce que franchement, la pluie ça mouille et après ? après ça sèche ! Et il y avait de la musique, et j'étais heureuse, et j'avais envie de danser, alors j'ai dansé sous une pluie battante. Les gens me regardaient comme on regarde une folle. Moi je riais aux éclats. Non seulement parce que je faisais quelque chose sans me priver, sans la peur de leur regard, mais parce que dans leur regard méprisant, il y avait de la jalousie : ils avaient envie de me ressembler, d'être libres, heureux et insouciants, de profiter de l'instant présent et de se libérer de l'interdit social qui dit qu'il faut être comme il faut...

Ouais, tous ces conseils sont bons. Ils sont bons parce que pris dans cet ordre précis, ils vous apprennent à vous libérer des chaînes qui vous emprisonnent depuis trop longtemps et que vous nouez encore plus en suivant des conseils à la con.
Ca ne se fait pas en deux jours et moi aussi j'ai rejeté en bloc des conseils que je trouvais tellement débiles et convenus qu'ils ne pouvaient pas s'appliquer à quelqu'un de spécial comme moi.
En fait, ce sont ces conseils qui m'ont rendue vraiment spéciale.

[EDIT] J'avais pas vu le "à des surdoués qui s'ignorent ou ne s'assument pas". Là, je suis totalement d'accord, car ils comprennent ces conseils de travers.
Un surdoué qui ne s'ignore pas, en revanche, devrait appliquer ces conseils en respectant sa personnalité propre (je ne parle pas de la personnalité "surdouée" mais des qualités et fragilités propres à chacun). Des conseils à sa sauce, en somme ! Wink
Lucy
Lucy

Messages : 171
Date d'inscription : 16/10/2014
Age : 33
Localisation : Ligne 13

https://alicecolvert.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Mitrandir Lun 25 Sep 2017 - 22:43

Pour autant les réponses précédentes je me retrouvais au moins partiellement; mais la dernière m'a perdue, pour être franc.

Le comment sans le pourquoi ? Rien que ça, je n'arrive pas à comprendre le concept; mais comme tu l'as dit chacun est différent. Alors du coup ... je ne sais pas.

Mitrandir

Messages : 20
Date d'inscription : 14/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Jora Mar 26 Sep 2017 - 22:33

Je me retrouve beaucoup dans le message de Lucy.

Pour moi, ce sont aussi des bons conseils, pour les zèbres comme pour les non-zèbres, mais ils sont juste difficiles à appliquer tout d'un coup et ils sont surement beaucoup plus difficiles à s'approprier et à mettre en place pour un zèbre.

Je reviendrais surtout sur le "vis au présent" et "arrête d'intellectualiser" parce que c'est ceux sur lequel j'ai le plus progressé. Ça me parait tellement de bons conseils. Il doit y avoir un truc avec les volutes parce que moi c'est en regardant brûler un bâton d'encens que j'ai réalisé "la vie c'est ça"! La vie heureuse en tout cas. Vivre dans le présent c'est momentanément être là, juste là, juste être. J'avais pourtant eu "la leçon" souvent et je la comprenais rationnellement, mais je n'arrivais pas à me l'approprier. Jusqu'à ce jour. Quand je regardais les volutes j'étais tiraillée entre regarder l'ensemble, regarder des détails, envahie par le fait que je voulais en profiter, profiter de tout avant que le bâton n'ait fini de se consumer, noyé par ma réflexion pour trouver la manière d'en profiter au mieux... mais au final j'étais coincée dans mes pensées incapables de profiter de l'instant présent, de la beauté des volutes. Et j'ai réalisé qu'être dans le présent c'était être là, à apprécier l'instant parce que toutes mes pensées ne changeraient rien au fait que le bâton cesserait de brûler dans un moment, que mes choix successifs de regarder l'ensemble ou le détail ne changeraient rien non plus au fait que le bâton cesserait de brûler dans un moment. Pour un zèbre évidemment l'intellectualisation est un art de fonctionner et il ne s'agit pas de dire qu'il ne faut plus intellectualiser, c'est ce qu'on est, mais savoir sortir de ça momentanément c'est un vrai bonheur aussi ; je n'ai jamais été aussi heureuse que depuis que je médite et que je peux rencontrer la partie silencieuse de moi-même, même si c'est souvent furtif, celle qui ne se pose pas constamment des questions, celle qui ne veut pas tout comprendre tout le temps. Et je rejoins aussi Lucy sur la question du comment plutôt que du pourquoi. Mes questionnements en pourquoi (surtout à propos de l'humanité) génèrent beaucoup de frustration parce qu'ils me ramènent à des logiques qui ne sont pas les miennes et à un jugement de valeur par rapport à ma propre logique (qui finit généralement par "Dieu que les humains me fatiguent" dans la version la plus sobre), alors que le comment me permet juste de décoder un environnement pour comprendre comment on en est arrivé là et chercher comment on pourrait poursuivre ou changer la donne (trouver une façon d'agir).

Pour ce qui est d'"affronter ses peurs", c'est pareil c'est de bons conseils à partir du moment où nos peurs nous empêchent de réaliser des choses importantes à nos yeux. Voyager pour moi par exemple. Alors aussi, il ne s'agit pas d'affronter toutes ses peurs comme si on avait pas le droit d'en avoir, mais de lutter à certains moments, contre certaines, parce qu'elles freinent notre épanouissement personnel. Donc oui j'ai lutté contre ma peur de voyager et je suis super fière de mes réalisations (ça a pris des années) et non je n'ai pas lutté contre ma peur d'appeler les administrations et je continue de relégué la tache à un tiers aussi souvent que c'est possible. Et j'ai arrêté de considéré que mon manque d'attrait pour la vie sociale (de type aller en boite, au resto, au ciné, faire la fête, avec plein d'amis) était une peur, en fait c'est pas une peur, c'est juste un profond non désir et je veille juste à maintenir une vie sociale qui corresponde à mes attentes... ( à petit comité et à petites doses).

Bref je comprends que ça puisse être des conseils désarçonnants et difficile à s'approprier (et faut pas se leurrer le travail est long et les progrès lents), je peux même comprendre que ce soit perçu comme des mauvais conseils pour un zèbre, mais je pense sincèrement que ça reste en fait de bons conseils.

J'attends de voir la liste de bons conseils, parce que j'ai réfléchi mais je n'ai pas trouvé. Il y a bien "soit bienveillante à ton égard" qui compte beaucoup pour moi, mais je ne sais pas si ça ferait sens pour les autres.
Jora
Jora

Messages : 82
Date d'inscription : 13/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par PavZ Mar 14 Nov 2017 - 12:49

Sans méchanceté aucune je trouve aussi bête de dire que ces conseils sont vrais ou faux à 100% sans prendre en compte les besoins de chacun et les moments de vie...
Et personnellement je pense que c'est ni vrai, ni faux, cela dépend de mon envie du moment, des périodes, ....

5) Evite de te mettre une étiquette, évite de te couper des autres :
- Evite de te mettre une étiquette => concrètement ça veut tout et rien dire...accepte toi tel que tu es maintenant = oui je pense que c'est un pré-requis pour évoluer. Enferme toi dans une posture de victime (j'y peux rien je suis comme ça, c'est pas de ma faute..) = se fermer la porte à une évolution possible...
- Evite de te couper des autres => y'a des fois t'as besoin d'être seul ben c'est bien fais le, écoute-toi. Par contre globalement on est des animaux sociaux donc passer sa vie en solitaire...bref est-ce que tu souffre de solitude ou est-ce que tu es bien comme ça ? suivant la réponse de chacun le conseil s'adapte...

4) Vis au présent, profite de la vie :
- Oui il semblerait qu'on ait une tendance à avoir un mental super actif, c'est une partie de nous, mais est-ce que cela te rend heureux ou est ce que tu as l'impression de passer à côté de la vie parce que tu n'es pas capable d'apprécier un coucher de soleil sans penser à la théorie de X/Y/Z....perso me reconnecter au moment présent et mettre en pause mon mental à été d'une grande aide ! Ça ne veut pas dire que je rejette mon fonctionnement mais plutôt que j'ai pas envie d'être esclave d'un outil qui souvent ne me sert pas à grand chose...je préféres penser que je peux faire appel à mon esprit au besoin et le mettre en silencieux quand il ne me sert pas...

3) Arrête de te poser plein de questions, d'intellectualiser :
- Pas d'avis arrêté là-dessus...Vrai ou faux selon la situation, le contexte, ....

2) Il faut que tu affrontes tes angoisses / tes peurs secrètes :
Plutôt que de vouloir "affronter leurs peurs", ces personnes devraient plutôt se reconnecter à leurs motivations et envies propres, et les assumer.
- D'accord avec toi là-dessus mais je trouve globalement le conseil pertinent..

1) Sois plus cool / sois moins sérieux / apprends à t'amuser :
- Effectivement le "Sois ceci, sois celà..." est mauvais parce que ca peut culpabiliser...
Mais la question reste entière, est ce que tu arrive à t'amuser ? est-ce que tu arrive à être détendu et à te sentir bien ?
Si c'est oui ben tant mieux c'est cool, si c'est non pourquoi ? est-ce que un des conseils précédent serait pas intéressant à essayer justement ???

Bref tout ça pour dire que à mon avis la question n'est pas est-ce qu'ils sont vrai ou faux mais est-ce que tu en as besoin ou pas ? est-ce que tu souffre ou pas ? est-ce que tu es prêt à remettre en question ton fonctionnement parce qu'il te fait souffrir ou pas ?

PavZ

Messages : 39
Date d'inscription : 05/02/2015
Age : 35
Localisation : Anglet

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par stupeca Dim 19 Nov 2017 - 22:23

God Damn it!
Je viens de me pencher plus sérieusement sur ce forum! Et c'est beau de vous lire, vous imaginez pas! C'est dingue..
J'me suis toujours dit qu'il me manquait une case ou deux... Persuadé parfois d'être pervers narcissique vu la manière dont les autres me prenaient, en ne participant pas à l'oisiveté ambiante..

Celle qui m'a couté le plus dans ces conseils, ça doit être, "donnes aux gens ce qu'ils veulent." Et ceux qu'ils veulent, c'est de "l'amour" qu'ils disaient, Amour qui, pour eux, se faisait sous forme de reconnaissance, d'écoute...
Mais dans notre honnêteté latente de vivre de manière véritable nos émotions ( en tant que zèbre), j'ai juste l'impression que cet aspect social n'était autre qu'une hypocrisie latente, et si tu ne trouves pas personne interessante, tu ne fais pas d'effort.. Et si tu n'y participes pas, tu n'es pas reconnu, et donc pas d'amour! Bref!

Ecoutes les gens, et donnes leurs ceux qu'ils veulent et tu auras une belle vie sociale.

stupeca

Messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par SB.ABcube Jeu 18 Jan 2018 - 17:33

Alors moi le Keep cool !!! compatissant....

Ou pour ceux qui le savent. Ne pas se mettre à distance des autres hors du troupeau ou le moule ou le mouroir ou reste à ta place ou dans ta caste.....

Le "vrai self" chez moi c'est comme un tempête dans le dessert alors "keep cool"....

Le "faux self" est un tout gentil qui ne dit rien de perturbant. Du coup, j'en conclut qu'il ne faut pas dire à un con qu'il est con sinon il l'est moins du coup. Heureusement pour la paix de tous que mon "faux self" est là.

Pour la paix de tous sauf la mienne d'ailleurs.


Ah oui!!! j'oubliai le "faut te reposer"



SB.ABcube
SB.ABcube

Messages : 212
Date d'inscription : 06/03/2016
Age : 42
Localisation : Entre le froid et le chaud mais plutôt froid

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Monomane Sam 3 Mar 2018 - 18:38

Simple conseil, mais que je déteste plus que tout :

- Et pourquoi tu ferais pas de la meditation ? Ça te ferait du bien tiens ! (Meme ma psy me la proposé)
Monomane
Monomane

Messages : 53
Date d'inscription : 18/12/2017
Localisation : Geneva

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Stegos Sam 3 Mar 2018 - 19:00

-Tu devrais prendre un verre, tu t'amusera plus, mieux, tu seras plus cool, plus dans l'ambiance

-Tu devrais fumer (du tabac), ça te détendra, tu seras mieux après

-Tu devrais fumer ça, c'est mieux que du tabac, ta vie sera mieux aprés

Et le top du top du top.

-Vous DEVEZ prendre cette substance miracle concoctée par la chimie, en 4 semaines maximum vous serez en forme et capable de produire....pour être sûrs que vous allez mieux et que le traitement est adapté, on va prendre votre urine et votre sang, mais c'est pour votre bien.
Si vous le faites pas alors vous êtes un patient rétif, et vous pouvez aller crever....mais ne vous inquiétez pas, avec ce produit, vos questionnemens et idées négatifs vont disparaître
Stegos
Stegos

Messages : 4490
Date d'inscription : 18/02/2018
Age : 102
Localisation : 3ème planète autour du soleil

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Re: Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux

Message par Mowa Sam 3 Mar 2018 - 23:52

Mon top personnel: "Toi, il faut que tu arrêtes d'essayer de comprendre!"

Heuuuuu.... Je dois le comprendre comment? Laughing
Mowa
Mowa

Messages : 4392
Date d'inscription : 07/07/2012
Age : 53
Localisation : Suisse, la Côte

Revenir en haut Aller en bas

Top 5 des pires conseils pour aider un surdoué à aller mieux Empty Antisocial tu perds ton sang-froid

Message par Nyaga Jeu 22 Mar 2018 - 16:56

Personnellement je trouve également ces conseils très stressants et je crois savoir pourquoi. En dehors du fait qu’ils sont compliqués à appliquer quand on est zèbre ou hypersensibles, ils renvoient selon moi à un certain nombre de tendances et d’injonctions sociales. Je relève surtout ceux auxquels j’ai eu le droit et qui m’ont marquée :

- « Evite de te mettre une étiquette, évite de te couper des autres »

Déjà totalement d’accord avec ce qui a été dit plus haut. Mettre une étiquette permet dans un premier temps de se sentir moins seul(e). Puisque c’est la solitude qui est vraiment insupportable.
Là je pense qu’on est plutôt dans une injonction sociale à l’originalité. C’est bien d’etre « Original ». Mais pas trop attention. Avoir un look décalé c’est cool. Être timide non.

L’ideal serait je pense un juste équilibre entre les deux accepter l’etiquette de zèbre tout en considérant que ça ne suffit pas à définir l’intégralité d’une personnalité.

- « Vis au présent, profite de la vie »

Ici on a le droit au fameux carpe diem dont se revendiquent la génération Y et les millenials. Carpe diem détourné de son sens originel hein au profit d’un vitalisme qu’il s’agit d’afficher sur Facebook, Instagram, Tweeter... Donc : « profite de la vie, fais plein de choses rapidement, ne t’arrête pas (oui même pour regarder un arbre dans la rue) et prends des photos pour montrer tout ça tellement que t’es heureux ». Selon moi c’est plus le caractère potentiellement hypocrite et très psychologie de comptoir de ce conseil que me dérange.

J’ai d’ailleurs l’impression que les autres conseils relèvent du même type d’injonctions. Et le problème c’est que j’ai un esprit de contradiction très fort face à ça. J’ai tendance à être passive agressive vis-à-vis de ce que j’ai l’impression que la société tente de m’imposer. Je fais semblant (sans m’en rendre compte parfois) d’accepter mais dans les faits, je dit non.

Premier post : je m’excuse d’avance si le raisonnement est un peu décousu j’ai vraiment du mal à lier les idées entre elles parfois. Ravie par ailleurs de pouvoir discuter avec vous tous Smile !
Nyaga
Nyaga

Messages : 23
Date d'inscription : 19/03/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum