A Choual

Aller en bas

A Choual Empty A Choual

Message par Chunatak le Lun 31 Juil 2017 - 16:37

Pourquoi le cheval ?

Parce que c’est grand, c’est beau, c’est doux, c’est chaud.
Parce que ça représente beaucoup de choses, la force, la tranquillité, l’esprit de liberté, l’espoir, l’apaisement, le lien avec la nature.
Parce qu’il communique, tout le temps.
Parce qu’il est le reflet de ton âme.
Parce qu’il te pousse à aller plus loin, toujours plus loin, à sortir de ta zone de confort.
Parce qu’il est source de réflexions sans fin.
Parce qu’il t’apprend à faire confiance, et surtout à avoir confiance en toi.
Parce qu’il te rend responsable. Et qu’en même temps tu lui confies ta vie.
Bref, parce que c’est un vrai moteur de développement personnel.

Le bonheur, il est là, dans le pré, à côté de lui, sur son dos.
Plus encore qu’avec une autre bête. Et dieu sait ce qu’il y en a eu, des bêtes, plus ou moins grosses, à poils ou à plumes, qui t’ont brisé le cœur en traversant le rainbow bridge.

Pour ceux qui le veulent, cavaliers, piétons ou simples observateurs, venez partager vos réflexions sur les chevaux.

A Choual 10353460_10203416829955483_6795477445654131549_o
Chunatak
Chunatak

Messages : 19285
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

A Choual Empty Re: A Choual

Message par Chunatak le Lun 31 Juil 2017 - 16:52

C’est assez étrange, je ne me rappelle pas de la toute première fois où j’ai vu un cheval. Comme si j’étais née en les aimant déjà. Dès que j’ai su tenir un crayon, j’ai commencé à les dessiner. Un carré pour le ventre, un trait pour l’encolure et les pattes, un ovale pour la tête, une cloche pour les sabots…

Je me suis toujours demandé si ce n’était pas simplement inscrit dans les gènes. Mon arrière-grand-père était éleveur de chevaux et maréchal ferrant. Il a suivi ses chevaux début du siècle dernier dans les campagnes en Afrique du Nord. Il est ensuite revenu ici s’installer dans ma maison, continuer à les élever. Mon grand-père a fait naitre des purs sangs de course, dont un qui a gagné quelques prix. Impossible de retrouver quelqu’information dans les archives de France Galop, alors que je suis certaine qu’il y a aujourd’hui de la descendance de cet étalon. Ça serait vraiment chouette de faire un jour rentrer dans mon écurie, la même qui l’a vue naître, un arrière arrière arrière… petit fils de ce cheval.
Mon père a peur des chevaux, il les trouve imprévisible. Oui, et non. Ça serait trop long à développer maintenant. Il en a peur mais les aime quand même. Surtout sa ponette. Une jument cob, avec « du poil au pattes ». Que j’ai prise pour lui. Il est en fou.
Et puis ya moi. Passionnée depuis toujours. Il n’y a jamais eu que les chevaux. Aujourd’hui ils sont ma motivation pour travailler. Mon handicap en même temps. C’est autour d’eux que j’ai construit mal vie, à cause d’eux que j’ai renoncé à un travail intéressant, et qu’aujourd’hui je galère à trouver chaussure à mon pied.

L’équitation, c’est autre chose. Ça va avec les chevaux, forcément, mais il y a mille façon de le vivre.
On peut aimer l’équitation sans être réellement passionné par les chevaux. D’ailleurs, peut-être est-on meilleur cavalier dans ce cas-là, lorsque l’émotionnel ne perturbe pas l’envie de performance. Lorsque l’on ne s’attache pas au point de renoncer à l’excellence, et lorsqu’on accepte que les chevaux sont interchangeables.  
Mais tout de même, c’est rare, un cavalier de longue date qui n’aime pas les chevaux, ou s’en moque. Et si certains comme moi sont paralysés par la peur de mal faire et d’abimer le cheval et choisissent de monter moins, d’autres au contraire deviennent encore plus performants grâce à cette pression, afin de monter au mieux leur cheval, et épargner leur santé (connaissance pointue de la biomécanique).

Donc voilà, pour moi, le cheval, c’est avant tout un animal de compagnie, puis une monture.
Beaucoup de stress (gestion de la santé), et surtout beaucoup de bonheur.

Et pour toi, un cheval, c’est quoi ?


A Choual 11893785_10206277761596986_3848493675002276679_o
Chunatak
Chunatak

Messages : 19285
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

A Choual Empty Re: A Choual

Message par Chunatak le Jeu 3 Aoû 2017 - 11:38

La vision du cheval.

Très important pour le cavalier de comprendre comment le cheval voit.
Ses yeux sont placés latéralement sur la tête, avec une pupille horizontale qui laisse passer beaucoup de lumière, ce qui implique une bonne vision nocturne, mais difficulté à s’adapter aux changements brusques de luminosité (attention donc lorsque l’on passe d’un bois ombragé à une plaine ensoleillée, le cheval peut être ébloui et met plus de temps que nous à s’y habituer).
Le cheval a une vision très large de son environnement : différentes sources, 325° pour l’une, 340° pour l’autre… . Il a une vision monoculaire sur les côtés et derrière lui (vision moyenne, il perçoit surtout les mouvements sans grande précision sur les formes vers l’arrière, d’où l’intérêt de toujours prévenir le cheval quand on passe derrière lui, et éviter une réaction de peur qui le ferait botter et vous esquinter gravement), et une vision binoculaire devant (d’où le fait qu’il tourne la tête vers vous quand il est attentif à vous).
Le cheval ne vous voit pas très bien lorsque vous êtes sur son dos, vu qu’il y a une zone morte. Mais dès qu’il tourne la tête, il peut vous percevoir.

C’est quelque chose à prendre en compte lors du débourrage (période où on dresse le cheval à accepter le cavalier sur le dos). En effet, lorsque le cavalier monte sur le dos du cheval, il va changer d’œil. C’est-à-dire qu’il vous voit de l’œil gauche quand vous êtes à côté, et que vous mettez le pied dans l’étrier, et ensuite vous apparaissez brusquement côté œil droit lorsque vous passez votre jambe droite de l’autre côté de la selle. Cette apparition brutale peut être perçue comme un danger, et le cheval peut s’emballer de peur.

Les solutions :
- La mécanique : il suffit de tourner la tête du cheval du côté où vous êtes avant de monter. Le gros avantage est que l’encolure ainsi incurvée, le cheval a mécaniquement moins de puissance pour partir en rodéo si l’envie lui prend (ce qui arrive régulièrement quand il reçoit un cavalier sur le dos pour les premières fois). Le souci est que l’on ne règle pas réellement le souci par un apprentissage réfléchi, le cheval subit une habituation, il n’apprend pas à prendre sur lui dans cette situation. Il peut ainsi rester des fantômes dans sa mémoire, et tôt ou tard la peur ressurgira, lorsqu’un cavalier peu agile grimpera dessus sans préliminaires.
- Il est donc intéressant de coupler la méthode mécanique à un travail de désensibilisation au préalable. C’est très bête : on apprend au cheval à ne pas bouger lorsqu’on lui lance un truc sur le dos. On peut utiliser la longe, que l’on lance de manière rythmée par dessus le garrot (la zone un peu moins sensible pour débuter, et éviter de déclencher une peur panique et un cheval qui part en mégaflip et se met et vous met en danger), en arrêtant le lancer dès que le cheval cesse de bouger (« j’arrête de bouger, le truc désagréable cesse  mieux vaut ne pas bouger quand y un truc qui s’agite, et que mon humain est à côté de moi »).
Ce travail sur le changement d’œil est essentiel en équitation, il est pourtant souvent ignoré des méthodes classiques, qui ont tendance à exiger du cavalier qu’il ait une bonne assiette pour tenir en cas de rodéo, sans forcément travailler en amont à éviter les futures réactions intempestives de l’animal.

N’ayant pas une très bonne assiette, et ayant perdu de ma souplesse, je choisis de sécuriser au maximum mes actions au sol afin de ne pas risquer une gamelle désagréable le jour où je dois monter sur la bourrique. Et je me sécurise également en tournant la tête vers moi au montoir.
Courageuse mais pas téméraire !...



A Choual 1601069_10207627118850074_537781332567337_n

Je te dévisage, je lis en toi comme dans un livre. Chaque contraction de ton corps m'en apprend un peu plus sur toi. Je sais au premier regard où tu en es avec toi-même, et si je peux te donner ma confiance et mon respect.
Et toi ? Te crois tu digne de moi ?
Chunatak
Chunatak

Messages : 19285
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

A Choual Empty Re: A Choual

Message par LaArchiMadOldR le Dim 6 Aoû 2017 - 11:15

J'y connais que dalle, aux chevaux.
Et j'ai jamais voulu connaître.

D'abord, j'ai des a priori aussi tenaces que puérils.
D'un côté, j'associe le cheval à un produit de luxe, un signe extérieur de richesse, une marque de statut social, et je mets dans le même paquet la rolex, le yacht, la jaguar,...
D'un autre côté, j'associe le cheval à un objet de convoitise et un sujet de connivence de petites meufs auxquelles je ne comprends rien, et je mets dans le même paquet la barbie, les fringues, la coiffure,...

Ensuite, les images qui me viennent en premier ne sont ni inspirantes, ni fun, ni glamour,...
-un ou deux canassons désoeuvrés, errant au grand air (dans les grands jours) dans un espace boueux du format d'une piste de cirque, pas plus (dans le coin où j'ai grandi)
- des pauvres bêtes ayant à supporter en haute saison toute la bêtise humaine sur leur dos, y compris la mienne (dégoutée d'avancer moins vite perchée sur un de ces trucs que si on m'avait laissée marcher, même pieds nus sur les sentiers caillouteux d'alors).

Mais...

Depuis quelques années, dès que je prends de la vitesse sur un engin non motorisé, je vois tout l'intérêt pour l'être humain d'avoir eu des bêtes robustes et puissantes à chevaucher, ou à exploiter comme force de traction, avant l'invention de la machine à vapeur, du moteur à explosion,...

Et, depuis que je te lis, Chuna, j'associe le cheval à "toi", que j'apprécie beaucoup. Et j'ai beaucoup de plaisir à en apprendre sur le cheval grâce à toi (depuis la leçon de génétique liée aux robes, en particulier).

Par ailleurs, avant même de "faire ta connaissance", j'en étais venue à adorer le mot "cheval", qui me fait automatiquement penser au film d'animation "Panique au village", dont je suis totalement fan. Avant de le mentionner ici, je me le suis remise, et moi ça me fait toujours autant marrer. Mais j'ai vraiment un humour à la con.

Pour toi, Chuna.
LaArchiMadOldR
LaArchiMadOldR

Messages : 817
Date d'inscription : 09/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

A Choual Empty Re: A Choual

Message par Invité le Dim 6 Aoû 2017 - 12:15

Pour moi, un animal qui symbolise bien mon rapport ambigu à la nature, mélange d'immense respect, admiration, et de crainte (animal coupé en grande partie de la réalité naturelle, comme une majorité d'humains, j'ai systématiquement peur de mal faire/mal interpréter avec les autres animaux... y compris les autres humains d'ailleurs ^^).
A mon grand regret, je ne les approche donc jamais de trop près (j'en ai pourtant vu assez souvent dans le 92 de ma jeunesse, ou pullule le monde de l'équitation "snob" - d'ailleurs bien loin, à mon avis de la vérité nue d'un cheval "non humanisé" ou traité décemment)
Celles et ceux qui y parviennent (dans un authentique respect), comme Chuna, ça me laisse baba Courbette

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

A Choual Empty Re: A Choual

Message par MissJeanne le Mar 8 Aoû 2017 - 11:23

Cavalière depuis plus de 10 ans, j'ai commencé comme tout les enfants, les clubs, les poneys, les mors, les fers, sans me poser la question du ressenti du cheval, sans savoir qu'ils souffraient pour nous. Sans me rendre compte que tout ces gentils poneys finissaient blasés et démoralisé de cette vie sans écoute et sans pauses jusqu'à qu'on n'ai plus besoin d'eux et que beaucoup fini dans l'assiette.
Préparation des championnats de France, CSO intensif, et une chute. Failli mourir, failli perdre ma jambe. Quelque chose en moi s'est brisé, je ne voulais plus monter. J'ai pris peur, j'étais dégoûtée et fatiguée de cette équitation qui pousse autant les chevaux que les cavaliers à bout.
Et puis un jour, la redécouverte, deux années plus tard, d'un endroit différent, ici pas de mors ou de fers, pas de coup dans la gueule, pas de coup sur la croupe. On ne les force pas, et on ne te force pas à être performant, juste à travailler, à pied, monté aussi. Dans le respect, le calme. J'ai appris à ouvrir les yeux, voir leur langage, entendre leur corps, leur signes, leur volonté. Apprendre à travailler avec eux et non contre eux, voir de jolies choses, reprendre confiance en moi, retomber amoureuse des chevaux. Retrouver ma voie, apprendre à gérer mon calme, avoir une patience infinie car l'impatience et la colère n'apportent rien pour eux. Tomber amoureuse d'une ponette, petite et ronde, douce, généreuse et battante à la fois. Tombé amoureuse d'un poulain, fier et filou, entier et pétillant, l'acheté.
Avoir pris conscience que ma vie ne se ferait plus jamais sans eux. Vouloir les rendre aussi heureux que tout ce qu'ils m'apportent au quotidien.

MissJeanne

Messages : 13
Date d'inscription : 15/06/2017

Revenir en haut Aller en bas

A Choual Empty Re: A Choual

Message par Chunatak le Lun 1 Jan 2018 - 21:48

La pluie, le vent, la tempête...

Toute cette eau s'abat sur lui, roule sur le pelage épaissi par l'hiver, l'humidifiant. Le vent s'engouffre dans les poils pourtant dressés sur la peau pour former une couche isolante d'air destinée à limitée les pertes d'énergie.
Il refroidit, se met à trembler, pour se réchauffer.

Dos aux intempéries, il sait trouver l'endroit dans le pré où ce satané vent n'est pas aussi mordant. Il ne s'abrite pas forcément, il sait qu'il est adapté pour résister.

Il engrange un maximum de fibres qui fermenteront dans son caecum, appendice de son gros intestin, le réchauffant ainsi de l'intérieur.

Il apprécie cependant le confort momentané du box, tant qu'il peut entrer sortir à sa guise.

Il a besoin de bouger, tout le temps. Pour son système digestif avant tout. Il doit aussi pouvoir se sentir en sécurité, ou bien garder la possibilité de fuir.
Dans un box, on ne peut pas fuir. On ne peut pas dépenser toute cette énergie qui s'accumule dans les muscles, d'autant plus si la ration est copieuse et chargée d'hydrates de carbone (orge, et le pire, avoine, dont une protéine, l'avénine, serait excitante, bien qu'à priori cela n'aie jamais été prouvé scientifiquement, selon certains livres).

S'il se sent en sécurité, il se couchera, quelques dizaines de minute. Dans un endroit totalement sécuritaire, tout le groupe sera couché. Sinon, il restera debout pour veiller sur ses congénères.

Lorsque le froid devient piquant mais sec, il se sent de suite mieux. C'est l'humidité qu'il déteste le plus, après la chaleur et les mouches qui viennent avec.
De temps en temps, il lui prendra un coup de folie, un galop effréné, un coup de cul, jouer à se faire peur, souffler fort comme un dragon...
Dès qu'il y aura un brin de soleil, ce sera un bain paisible, à moitié endormi, un postérieur au repos, la lèvre pendante.

L'hiver, au final, c'est chouette...

A Choual 12418795_10207142296369815_3209878424479540943_o

A Choual 17265_1298445815276_6132283_n

A Choual 17265_1298445455267_7567847_n

A Choual 133485_1668826394559_2752213_o

A Choual 1798363_10207002796882415_4409510706407258809_n
Chunatak
Chunatak

Messages : 19285
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

A Choual Empty Re: A Choual

Message par Chunatak le Jeu 10 Mai 2018 - 13:12

https://www.facebook.com/HORSE.TRIBUTE/videos/436887783361852/

Chevaux sauvages des états unis. Les fameux mustangs.
Chevaux échappés des espagnols lors de la conquête du continent.
Ils vivent dans des endroits splendides, adaptés à leur physiologie, plus que les plaines normandes regorgeant d'herbe riche créant tout un tas de maladies.

La scène ici montre une jument ayant pouliné quelques instants auparavant.
Les juments s'éloignent généralement pour mettre bas. Elles ont besoin de tranquillité, et cette scène nous fait bien comprendre pourquoi.
Le poulain sort généralement rapidement, en 20 minute c'est plié. Il tente de suite de se lever. Il doit être levé dans l'heure suivant sa naissance, et être de suite capable de suivre la mère et le troupeau en cas de fuite. Il doit avoir tété dans les 3h. Il doit prendre le premier lait essentiel à sa survie : le colostrum, riche en immunoglobulines (anticorps), tandis que son intestin est encore perméable à ces molécules salvatrices. Il doit également expulser le méconium, premier crottin. L'aventure de la vie peut alors débuter.

Dans cette vidéo, la mère est dérangée par ce que je pense être l'étalon de son troupeau. Elle protège courageusement son petit qui n'a pas encore eu le temps de se remettre de sa naissance et se lever. On ne sait pas depuis combien de temps il est né.

Je pense que l'étalon est aussi excité car il y a aux alentours un groupe de jeunes étalons, qui pourraient lui voler ses juments.

C'est terrible de voir ces idiots se battre à proximité de ce tout jeune petit, qui ne comprend pas ce qui se passe, et qui risque de se prendre un mauvais coup.

La mère tente de les éloigner, elle est virulente, et ses coups doivent faire mal.

Mais un coup de pied ne fait pas peur à un étalon, qui est une machine de guerre, prévu pour se battre et encaisser les coups. Cependant, un coup mal placé, un membre brisé, et c'est la mort...
Les étalons entre eux sont d'une terrible violence.

Finalement, le petit finit par se lever et suivre sa mère, qui a été rejointe par les autres juments du troupeau (j'en vois 2, dont une suitée).

Magnifique vidéo, témoignant de la dureté de la vie sauvage.
Chunatak
Chunatak

Messages : 19285
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum