Travail et éthique

Aller en bas

Travail et éthique Empty Travail et éthique

Message par teddybear le Lun 17 Juil 2017 - 16:12

Bonjour à toutes et tous,

La question de l'attachement aux "valeurs" est souvent mentionnée quand on parle de Zèbres. Jusqu'il y a peu, je considérais ce discours comme faux et infantilisant, et servant à justifier a posteriori la motivation fluctuante et la procrastination. Jusqu'à ce qu'arrive la situation que je vais décrire ci-dessous.
Au-delà du partage, j'aimerais savoir si d'autres que moi ont un jour été confrontés à de graves problèmes éthiques au travail, et comment ils (i) ont trouvé une solution (ii) en ont parlé à leur entourage et leur environnement professionnel et (iii) si cela existe, des moyens d'éviter en amont ce type de problème (analyse d'une entreprise, attitudes "à risque" d'un manager analysable en entretien, etc.)

Voici donc mon histoire, somme toute banale: il y a 3 ans j'ai débuté un projet conduisant à un changement d'équipe et de manager. Cette dernière, amène et enthousiaste lors des entretiens, a ensuite révélé un potentiel toxique à mes yeux.
Ce projet faisant appel à plusieurs fournisseurs, j'ai mis mon énergie à analyser au plus près les offres des différents concurrents, négociant au plus près et allant (je pense) au-delà des attentes dans ce type de processus. Le résultat de cet appel d'offres ne lui a visiblement pas plu, car elle m'a renvoyé plusieurs fois à mon travail, en privé mais également auprès d'autres membres de l'équipe, prétextant un manque de professionnalisme dans mon travail. La raison réelle était que le grandissime favori, d'après mon analyse, n'était pas la société avec laquelle elle souhaitait travailler. J'avais pourtant pris soin de faire revoir mon analyse par plusieurs personnes afin d'éviter tout biais humain.
Le favoritisme souhaité par cette responsable a été clair pour moi depuis le début du fait de légers sous-entendus, mais je n'ai pas supporté 2 choses
- sa malhonnêté à ne jamais admettre publiquement que son choix était fait avant analyse (malgré plusieurs questions explicites sur le sujet). J'aurais pu comprendre qu'elle me dise "écoute on doit passer par un processus d'appel d'offres, mais je veux que X gagne. Arrange-toi en conséquence", que les motifs sous-jacents soient louables ou non. Au moins l'honnêteté aurait pris le pas et j'aurais accompli (sans gloire mais consciencieusement) mon travail
- sa remise en cause publique de la qualité de mon travail, dont le seul travers - il me semble - est justement d'avoir été aussi impartial et documenté que possible! J'ai eu un profond sentiment d'injustice et d'humiliation.
Cet événement est venu s'ajouter à plusieurs autres paroles ou actions ayant sabordé ma motivation: entre preuves ostensibles de manipulation et discrets sabordages de mon travail, je n'y arrivais plus.

Un élément m'a pourtant surpris: lorsque j'en ai parlé à la seule personne que je juge de confiance dans cette équipe, et qui a suivi tout ce travail de A à Z, ces notions de favoritisme ne semblaient pas du tout la gêner - même si elle ne les avait pas remarquées jusque-là. Pour elle, je devais écouter la boss me dire que j'avais fait du mauvais travail et refaire comme elle le souhaitait. Point. Ce qui avait été une forte source de malaise me concernant n'avait pas l'air de déranger une autre personne. Je pensais avoir une oreille attentive, je n'ai rencontré que de l'incompréhension.

J'ai depuis changé de job, sur le conseil d'amis et anciens collègues qui voyaient en moi tous les signes avant-coureurs du burn-out et de la dépression, mais je reste depuis terrorisé à l'idée de revivre une telle expérience. Une charge de travail immense ne me fait pas peur, parfois à l'encontre des principes basiques de santé, mais l'idée de revivre une telle attaque brutale sur mes valeurs, aussi "ridicule" qu'elle puisse apparaître aux yeux des autres, me hante.

Y a-t-il d'autres personnes ayant vécu ce type de problème?

(merci à celles et ceux ayant lu jusqu'au bout!)
teddybear
teddybear

Messages : 9
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 32
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Travail et éthique Empty Re: Travail et éthique

Message par Pieyre le Lun 17 Juil 2017 - 16:49

Si ton travail correspondait à une éthique, c'est en fonction de quels principes ? C'est ce qu'il faudrait savoir. Est-ce que tu estimais que le projet pour lequel tu te prononçais rapporterait davantage (auquel cas c'est une éthique de responsabilité plutôt qu'un éthique de conviction) ou bien à des valeurs supérieures, qui se référeraient à une morale plus globale ?

De mon côté, j'ai travaillé lors de mon service militaire à l'ONERA (recherche aérospatiale). Mon travail, c'était de traduire dans un autre langage informatique et de développer un logiciel de détection de missiles. Il était question de prévention mais peut-être aussi d'agression. Cela m'a pas tellement posé de problème moral, parce que c'était pour mon pays, mais cela aurait pu.

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Travail et éthique Empty Re: Travail et éthique

Message par teddybear le Lun 17 Juil 2017 - 17:07

Pieyre a écrit:Si ton travail correspondait à une éthique, c'est en fonction de quels principes ? C'est ce qu'il faudrait savoir. Est-ce que tu estimais que le projet pour lequel tu te prononçais rapporterait davantage (auquel cas c'est une éthique de responsabilité plutôt qu'un éthique de conviction) ou bien à des valeurs supérieures, qui se référeraient à une morale plus globale ?
Bien vu.
Le contenu du travail était effectivement loin d'être exempt de tout reproche : le projet était un cheval de Troie dont la finalité était de supprimer des postes et réduire l'engagement social de l'entreprise.

A l'origine, j'avais accepté cette mission car je fondais de gros espoirs dans cette manager (louée par tous ses subordonnés) et la perspective de travailler sur un projet - et donc ne pas me perdre dans l'ennui mortel de la routine. J'acceptais donc l'objectif critiquable pour ces deux motifs.
Pieyre a écrit:De mon côté, j'ai travaillé lors de mon service militaire à l'ONERA (recherche aérospatiale). Mon travail, c'était de traduire dans un autre langage informatique et de développer un logiciel de détection de missiles. Il était question de prévention mais peut-être aussi d'agression. Cela m'a pas tellement posé de problème moral, parce que c'était pour mon pays, mais cela aurait pu.
L'intérêt supérieur de la nation, c'est une valeur qui se suffit à elle-même, pour quiconque est patriote (au sens littéral du terme, pas sa reprise par l'extrême-droite). C'est donc compréhensible, même si l'échelle des valeurs n'est pas la même pour chaque individu.
teddybear
teddybear

Messages : 9
Date d'inscription : 22/12/2016
Age : 32
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Travail et éthique Empty Re: Travail et éthique

Message par Pieyre le Lun 17 Juil 2017 - 17:46

D'accord, je comprends : en dehors de la question sociale, qui est certes personnelle, il était donc question d'une évaluation rationnelle du meilleur projet. Personnellement, j'aurais eu beaucoup de mal à accepter qu'on me demande de travailler sérieusement, et puis que l'on se moque de moi, parce que l'on avait déjà en tête une solution qu'il s'agissait juste de valider. Cela me semble révélateur de ces gens qui sous-estiment la qualité des personnes qu'ils engagent, comme si ces dernières devaient se plier à des implicites plutôt que travailler effectivement. Si je m'était rendu compte d'une telle mentalité, et peut-être de la volonté d'être conforté dans son choix pour éviter d'en assumer l'arbitraire, est-ce que j'aurais été complaisant ou bien est-ce que j'aurais tenu à manifester de façon évidente à quel point il y avait là un déni de réalité ? Difficile à dire en situation. Mais, à distance, c'est la deuxième solution qui me convient davantage.

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Travail et éthique Empty Re: Travail et éthique

Message par cyranolecho le Lun 17 Juil 2017 - 18:38

teddybear a écrit:....

Y a-t-il d'autres personnes ayant vécu ce type de problème?

(merci à celles et ceux ayant lu jusqu'au bout!)

Oh que oui, et plutôt plusieurs fois qu'une.

D'ailleurs j'avais choisi de ne plus travailler dans le privé à cause de cela, grosse erreur, c'est pire.

Concernant l'éthique, il suffit de constater le sort des lanceurs d'alertes (qui généralement ne lancent pas de broutilles)

L'intérêt national, encore faudrait il que nous soyons une nation, nous ne le sommes plus depuis longtemps, une nation suppose une naissance, alors que c'est une mort qui est annoncée.

Patriote, je l'ai été, certainement à un point qu'on ne peut imaginer, mais quand cette patrie s'évertue à bafouer les fondements de sa constitution, alors elle n'est plus rien.

Travail, éthique...

L'éthique peut être un travail, mais le travail ne peut plus être éthique, seuls les rêveurs y croient et les pervers en abusent.

La question de nos jours n'est plus "Comment vais je accomplir ce travail de la meilleure façon?" mais "Comment vais je pouvoir tirer un maximum de profit du travail qu'on me donne, soit en l'abandonnant pour un autre plus profitable, soit en usant de l'influence que je peux avoir pour en tirer profit?"

Le mérite n'est plus qu'un mot, encensé par ceux qui n'ont jamais travaillé mais ont eu des occupations lucratives, le manager ne manage plus, il va aux résultats.

Me semble qu'il y a eu au moins un cas d'irradiation à l'ONERA, c'était il y a quelques années, mais bon, la protection des travailleurs, on sait maintenant où on peut se la mettre.

Pardon
cyranolecho
cyranolecho

Messages : 3090
Date d'inscription : 29/07/2015
Age : 99
Localisation : là, oh oui, là

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum