"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Ardel le Lun 10 Juil 2017 - 13:47

http://theconversation.com/ces-femmes-autistes-qui-signorent-75998

(Je partage l'article que je trouve très complet mais étant doublement non concerné, je n'y réagis pas.)

_________________
Le beau vert de mon pseudo indique que je suis un accueillant. Nouveaux arrivants, n'hésitez pas à me solliciter, ici ou sur le Discord (lien ci-dessous) !
Ma présentation     Charte ZC-mode d'emploi     Groupe "signatures"      [Glossaire] des ressources évoquées sur ZC     Discord officiel ZC (chat écrit et vocal)
Ardel
Ardel

Messages : 5009
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 32
Localisation : Palaiseau et Paris

https://www.zebrascrossing.net/t10090-six-mois-apres-mon-inscrip

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Lun 10 Juil 2017 - 14:47

J'ai souvent lu que les femmes sauraient mieux camoufler leurs différences pour s'adapter et que ca rendrait le diagnostic de l'autisme plus difficile.
Cependant je pense que la difficulté de la reconnaissance de leur autisme tient surtout à la forme trop restreint, trop stigmatisé du diagnostic actuel. Je dirai donc que ca ne concerne pas seulement les femmes, mais toute personne ne rentrant pas dans les cases actuels du diag.
Par exemple, on sait que le syndrome Asperger et QI élevé sont compatibles, pourtant les psychiatres vont avoir du mal à séparer les deux et souvent vont penser que tout s'explique par le HQI et réfuter l'autisme.

Un point qui m'a fait tiquer dans l'article. L'auteur semble penser que le diagnostic permet une prise en charge optimal, surtout dans l'enfance. C'est un leurre de penser ca. Être diagnostiqué n'empêche pas le harcèlement dans la cour de récréation, ni n'empêche une école de refuser la scolarisation de l'enfant (oui oui, malgré la loi de 2005, peu d'enfants autistes sont scolarisés en milieu ordinaire !!), ni n'oblige les enseignants à faire des efforts particuliers.

Le diagnostic pour un enfant permet de guider les parents dans la prise en charge, qui doit cependant rester cibler au besoin particulier de chaque enfant.

Le diagnostic c'est mieux que l'errance, évidemment. Ca permet d'expliquer les différences. Mais ce n'est pas parce qu'on a un diagnostic que la vie est belle !!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Chunapeuprès le Lun 10 Juil 2017 - 15:04

C'est ce que j'ai découvert réellement cette année, en effet Sad
"Ces pseudo pathologies qu'on s'invente pour s'éviter de faire des efforts"

Asperger et thqi, j'avoue que plus je me renseigne, moins c'est clair (ou presque) Embarassed
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18439
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Lun 10 Juil 2017 - 15:25

Ces pseudo pathologies qu'on s'invente pour s'éviter de faire des efforts"

Tu ne peux pas empêcher les gens de penser que tu te te cherches des excuses. Avec un diagnostic officiel, tu peux faire taire les nouvelles langues.
Mais les efforts seront toujours nécessaires, à moins de vivre en total autarcie.

Moi je trouve le HQI et l'autisme très différentiable pourtant. Le HQi n'aura pas la rigidité d'esprit de l'autiste, et son anxiété ne se manifeste pas de la même façon.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Lun 10 Juil 2017 - 15:43

J'aime bien cette image, je la poste ici si ca ne gène pas Ardel

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" 18118810

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par fift le Lun 10 Juil 2017 - 16:02

Parisette a écrit:

Moi je trouve le HQI et l'autisme très différentiable pourtant. Le HQi n'aura pas la rigidité d'esprit de l'autiste, et son anxiété ne se manifeste pas de la même façon.

Est-ce que tu pourrais développer Parisette, notamment l'histoire de la rigidité d'esprit et de la gestion de l'anxiété ?
J'avoue que je suis comme Chuna, pour moi la frontière est assez floue (et pour être très honnête, je me pose des questions dans les périodes de "crise").

fift

Messages : 6042
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 43
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Chunapeuprès le Lun 10 Juil 2017 - 16:19

(moi c'est un aspie qui n'arrête pas de me dire que mes singularités sont très similaires aux siennes, il finit par me faire douter parfois, ceci dit, ça ne me prend pas la tête plus que ça ^^)

J'aime beaucoup cette image, Parisette.

Mon souci concerne un de mes élèves, sur lequel je ne suis pas certaine de pouvoir veiller l'an prochain, le diagnostic est trèèèèèèèèès long, et je sais que certains adultes ne sont pas bienveillants...
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18439
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Lun 10 Juil 2017 - 16:42

La rigidité et l'anxiété sont liées chez l'autiste. Les certitudes, routines, rituels les rassurent, ils ont donc une place essentielle dans leur vie. Sortir de ces routines les angoisse énormément.  Il faut les prévenir à l'avance dès qu'un élément change, pour qu'ils puissent s'y préparer.

Petit ca peut être une cuillère préférée (et aucune autre cuillère ne fera pas l'affaire, sinon c'est la crise), un chemin pour rentrer de l'école, des horaires, etc.


Dernière édition par Parisette le Sam 15 Juil 2017 - 15:25, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Lun 10 Juil 2017 - 16:44

Et puisque le fil traite des femmes autistes, il est fort possible qu'elles soient justement plus souples, plus à même de plier et se faire violence

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par fift le Lun 10 Juil 2017 - 17:01

Parisette a écrit:La rigidité et l'anxiété sont liées chez l'autiste. Les certitudes, routines, rituels les rassurent, ils ont donc une place essentielle dans leur vie. Sortir de ces routines les angoisse énormément.  

Je comprends bien ce lien. Mais justement, ce n'est pas également le cas chez les HPI ?

fift

Messages : 6042
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 43
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Pieyre le Lun 10 Juil 2017 - 17:07

Excusez-moi si je ne dis pas les choses comme il faudrait; mais, est-ce que l'autisme ne pourrait pas être comparé à une forme d'hyper-masculinisation ? C'est une comparaison abusive bien sûr quant aux mécanismes en cause; mais je ne parle que de la forme, de ce qui est perçu par ceux qui n'y connaissent rien. Que les filles soient plus disposées à accepter les règles, c'est ce qu'on constate à l'école, où elles sont souvent en tête en primaire ou au collège, alors que les garçons, y compris doués, sont plus rebelles ou plus négligents ?

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par meï le Lun 10 Juil 2017 - 17:16

pour les femmes, Meme avec un diag officiel, les gens pensent  totu autant qu'on se trouve des excuses....je vous rassure.
meconnaisance, refus de comprendre...et jugement.
La plupart du temps les gens, paraissent bien intentionnés au debut ....puis, voyant que parfios vous vous avez des sous à rester chez vous (AAH) ou alors que vous pouvez bosser à mi temps, alors qu'eux bossent dur 35h ou plus depuis 30 ans.....ca attise des idées moins tolerantes.
"ca ne se voit pas" alors..et si ca n'existait pas?
un excellent article aussi d'une bloggeuse.
http://royaumeasperger.com/2017/07/06/se-faire-dire-nest-grave-ca-ne-parait/
meï
meï

Messages : 1321
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 47
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Lun 10 Juil 2017 - 19:30

Superbe cette article Mei. Je trouve que ca illustre très bien les efforts constants qui sont faits et l'énergie que ca demande.

Mais justement, ce n'est pas également le cas chez les HPI ?

Un HQI peut être angoissé et rigide, mais ce n'est pas une caractéristique du haut potentiel. Les HQl sont souvent très sensibles, ce qui entraîne de l'anxiété, mais pas forcément de la rigidité. Je peux me tromper mais j'ai l'impression que l'anxiété chez les zèbres est souvent géré par des médicaments, drogues ou alcool (on éteint la petit voix dans la tête).

Et les enfants précoces sont souvent avides de découvertes, de nouveauté, de compétition. Quand mon fils avait 7 ans et que l'école le gérait comme un enfant précoce, la maitresse lui proposait de tutorer un autre élève, ou de faire des exercices supplémentaires plus difficiles, il refusait tout en bloc. Il voulait faire comme d'habitude, pas autrement.

Pieyre, je ne saurai pas te répondre pour l'hyper- masculinisation chez les autistes... Je ne maitrise pas du tout ce point.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Pieyre le Lun 10 Juil 2017 - 20:12

Concernant l'hyper-masculinisation, j'avais entendu parler de cela sans avoir de référence précise. D'après mes recherches, il semblerait que Simon Baron-Cohen en parle.

Voir notamment : http://www.inforautisme.be/Articles/Autisme_cerveau_masculin.htm

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Hugues le Lun 10 Juil 2017 - 21:04

Parisette a écrit:J'aime bien cette image, je la poste ici si ca ne gène pas Ardel

C'est bien ça le problème, tu as une béquille mais pas de carte position debout pénible on te laisse la place dans le bus mais quand tu as la carte et tes 5 membres tu crève debout

L'autisme c'est pareil on te verra toujours comme une personne valide qui se cherche des problèmes, sur la forme c'est peut être un peu vraie mais dans le fond l'autiste n'a pas besoin de chercher quoique ce soit.

Hugues

Messages : 291
Date d'inscription : 25/08/2014
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Mer 12 Juil 2017 - 17:09

.


Dernière édition par Kasconaute le Dim 30 Juil 2017 - 22:02, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par meï le Mar 18 Juil 2017 - 12:56

Kasconaute a écrit:Dixit, ancienne chef du CRA de ma région, lors d'une première et unique consultation : "Vous n'êtes pas autiste, vous êtes une femme !"
Par ailleurs, elle a ensuite remis en question mon diagnostic pourtant établi rigoureusement et approuvé par deux autres spécialistes des TSA, parce que mon THQI entrerait en contradiction avec un syndrome Asperger.
Bref, les femmes qui se pensent Asperger et ont un HQI auraient bien tort de penser qu'elles sont autistes quand pourtant des diagnostics sérieux l'affirment.
Expérience édifiante quant aux connaissances sur l'autisme en France et les dégâts causés durant moultes années par la psychanalyse et son hégémonie bien française...
Article très intéressant.

ohh que oui..cette position se retrouve encore pourtant enormemnt dans les cabinets psy!
elle n'a qu'à venir discuter avec les femmes de l'AFFA (asso francophone des femmes autistes)...on lui expliquera. Wink
on est toutes diag autistes, (asperger ou AHN, auj TSA)), parfois mères (d'autistes même, incroyable!), parfois en emploi; parfois les 2!! tongue

on reve en France c'est une situation incroyable.
la dernière fois que je me suis trouvée devant une de ces psys, (une pedopsy pour mon fils alors en hospitalisation en unité ado, je soupçonnais un TSA (a juste titre..) et il etait deja detecté thqi.bref, je lui a fait part de mes soupçons et de mon propre diag..je suis passée pour une affabulatrice complete, et elle a pas cru quand j'ai dis connaitre bcp d'autres autistes ("mais comment avez vous fait pour communiquer avec d'autres personnes autistes asperger?? les yeux ecarquillés..(genre les aspergers sont rarissimes, on ne les trouve que dans les bouquins...).moi destabilisée sur le moment, (ben heu internet vous connaissez? non?...)j'ai laissé tombé, et n'en ai plus jamais parlé dans son cabinet.je l'ai laissé dire....et suis allée chercher un diag CRA pour lui (positif) dès qu'on est sorti de la...pfff......

ceci dit c'est la pire que j'ai eu, puisque a coté j'ai croisé des supers professionnels aussi.(ouf..)mais semble t-il ce n'est pas la majorité en activité....
meï
meï

Messages : 1321
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 47
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Ventdouest le Lun 21 Aoû 2017 - 0:28

Bonsoir,
Pour répondre à Pieyre, sur l'hyper-masculinisation du cerveau chez un autiste, je ne peux que confirmer le fait pour ce qui me concerne.
Je suis donc une femme, féminine, et auto-diagnotisquée depuis peu comme étant autiste Asperger. Je travaille dans un milieu masculin où je me sens à l'aise alors que dans un groupe de femmes, je me sens un peu perdue.
Lorsque j'ai vu le spectacle "Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus" de Paul Dewandre (https://www.youtube.com/watch?v=Nq56nDye-VQ) j'ai pu constater en effet combien je fonctionne (étant une femme) plus souvent que la moyenne "comme un homme". J'ai clairement des facilités pour des compétences généralement connotées masculines, comme l'orientation (le GPS interne) et les mouvements dans l'espace. C'est ce que Baron-Cohen, dans ton article rattache à la Systématisation.
Plusieurs fois, au bureau, un supérieur ayant apprécié mon travail m'a dit que je "raisonnais comme un homme".
Ainsi, dans mon cas, il se trouve que mon cerveau de femme autiste semble en effet hyper-masculinisé. Est-ce le cas pour d'autres femmes autistes sur ce forum ?
Ventdouest
Ventdouest

Messages : 56
Date d'inscription : 24/05/2016
Age : 45
Localisation : Cestas (Gironde)

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par veraza le Dim 3 Sep 2017 - 16:13

Salut ! J'apporte ma petite pierre à l'édifice. Ce sujet m'intéresse énormément car je viens de recevoir un diagnostic officiel de TSA. D'après la psy qui m'a remis le compte-rendu, ce serait chez moi très "léger", et ça se manifesterait de façon très "discrète" et très "subtile". Il semblerait que j'ai mis en place beaucoup de stratégies de compensation au cours de mon développement, et que le HPI m'ait pas mal aidé à m'adapter à mon environnement. Le fait d'avoir reçue une éducation genrée a sans doute beaucoup joué aussi.

Honnêtement, j'ai longtemps pensé que je ne pouvais pas être autiste, car je ne me reconnaissais que très peu dans la plupart des témoignages que je pouvais lire sur internet. Je sentais bien qu'il y avait des points communs, mais je me disais : "non, quand même, pas à ce point-là !". Surtout que j'avais déjà réalisé des bilans neuropsychologiques, et qu' a priori mon profil cognitif n'avait rien de très aspi : par exemple, je n'ai pas du tout une pensée visuelle et je suis nulle pour capter les détails (au contraire, il semblerait que j'ai un fonctionnement plutôt global et intuitif, comme quoi). Mais voilà, on m'a bien expliqué que même s'il y avait des traits qui revenaient souvent, il fallait toujours garder à l'esprit que chaque autiste était différent.

En réalité, si une de mes amies proches n'avait pas été diagnostiquée à la suite d'un parcours assez houleux, je n'aurais probablement jamais fait de démarche en ce sens.

veraza

Messages : 94
Date d'inscription : 01/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Castiel le Dim 3 Sep 2017 - 16:16

Tu dis avoir reçu un diagnostic de psychiatre ou de psychologue ?

_________________
Steal Sae Niijima's heart !Modérateur du forum Zebras-Crossing.

♔ Je ne suis pas un zèbre, je suis autiste Asperger. Mes compétences sociales sont vraiment limitées.
Castiel
Castiel

Messages : 151
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 22
Localisation : Royaume des Nuages.

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par veraza le Dim 3 Sep 2017 - 16:29

Parisette a écrit:

Mais justement, ce n'est pas également le cas chez les HPI ?

Un HQI peut être angoissé et rigide, mais ce n'est pas une caractéristique du haut potentiel. Les HQl sont souvent très sensibles, ce qui entraîne de l'anxiété, mais pas forcément de la rigidité. Je peux me tromper mais j'ai l'impression que l'anxiété chez les zèbres est souvent géré par des médicaments, drogues ou alcool (on éteint la petit voix dans la tête).

Et les enfants précoces sont souvent avides de découvertes, de nouveauté, de compétition. Quand mon fils avait 7 ans et que l'école le gérait comme un enfant précoce, la maitresse lui proposait de tutorer un autre élève, ou de faire des exercices supplémentaires plus difficiles, il refusait tout en bloc. Il voulait faire comme d'habitude, pas autrement.


Moi cette question de rigidité me questionne.  Chez les personnes qui cumulent SA et HPI, j'imagine que c'est encore plus compliqué que chez d'autres populations de décrire des traits stables qui seraient valables pour tout le monde ou presque. J'avais lu il y a quelque temps une petite étude comparative sur les enfants HPI avec ou sans SA, et c'est vrai que ça allait plutôt dans ton sens cependant.

Après, c'est aussi possible d'avoir un peu les deux tendances : lorsque mes parents ont rencontré la psy pour faire l'entretien ADI-R, ils ont bien insisté sur le fait que j'avais été une petite fille très entreprenante, toujours avide de nouveauté, enthousiaste à l'idée de faire de nouvelles activités, et pourtant ça n'a pas été considéré comme un facteur discriminant à l'heure de poser le diag. A côté de ça, c'est vrai que j'étais particulière, un peu en retrait, avec certes pleins de petits rituels, d'intérêts obsessionnels, des comportements inappropriés, des difficultés à comprendre les codes qui régissent la vie en communauté, et à m'adapter aux situations mouvantes de la vie sociale, etc.

veraza

Messages : 94
Date d'inscription : 01/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par veraza le Dim 3 Sep 2017 - 16:31

Castiel a écrit:Tu dis avoir reçu un diagnostic de psychiatre ou de psychologue ?

C'est une femme qui a la double casquette psychologue-chercheuse universitaire. Comme ça fait de nombreuses années qu'elle bosse sur l'autisme, je suis assez confiance en son expertise Wink

veraza

Messages : 94
Date d'inscription : 01/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Castiel le Dim 3 Sep 2017 - 16:38

D'accord, mais du coup tu as reçu un pré-diagnostic et pas un diagnostic, c'est une différence fondamentale parce que les psychologues ne sont pas habilités à faire reconnaître la présence d'une situation de handicap. En l'espèce, pour dire que tu as été diagnostiquée et si ça t'intéresse, il te faudra voir le C.R.A ou un psychiatre en libéral.

_________________
Steal Sae Niijima's heart !Modérateur du forum Zebras-Crossing.

♔ Je ne suis pas un zèbre, je suis autiste Asperger. Mes compétences sociales sont vraiment limitées.
Castiel
Castiel

Messages : 151
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 22
Localisation : Royaume des Nuages.

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Dim 3 Sep 2017 - 16:39

Bonjour Veraza, je profite de ton post sur ce fil pour te souhaiter la bienvenue.
Ton témoignage est très intéressant. Ma théorie sur la rigidité des Aspergers tient plus à mes observations personnelles qu'à quelque chose d'officiel.
Effectivement chaque autiste est différent

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par veraza le Dim 3 Sep 2017 - 16:46

Castiel a écrit:D'accord, mais du coup tu as reçu un pré-diagnostic et pas un diagnostic, c'est une différence fondamentale parce que les psychologues ne sont pas habilités à faire reconnaître la présence d'une situation de handicap. En l'espèce, pour dire que tu as été diagnostiquée et si ça t'intéresse, il te faudra voir le C.R.A ou un psychiatre en libéral.

Ce que tu dis m'intrigue, je vais quand même téléphoner à la psy en question pour lui redemander confirmation Smile . D'après ce qu'elle m'a dit la dernière fois, il me suffirait de faire valider son diagnostic par un médecin généraliste ou un psychiatre pour pouvoir envoyer un dossier à la Mdph.

veraza

Messages : 94
Date d'inscription : 01/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par veraza le Dim 3 Sep 2017 - 16:48

Parisette a écrit:Bonjour Veraza, je profite de ton post sur ce fil pour te souhaiter la bienvenue.
Ton témoignage est très intéressant. Ma théorie sur la rigidité des Aspergers tient plus à mes observations personnelles qu'à quelque chose d'officiel.
Effectivement chaque autiste est différent

Merci beaucoup Parisette !

Pour nuancer un peu quand même, concernant cette affaire de rigidité, la psy a quand même prononcé ce mot me concernant. Plus précisément, elle a parlé d'un fonctionnement très cérébral, d'un fonctionnement "intellectuel rigide". Sur le moment, je n'ai pas très bien compris ce qu'elle avait voulu dire, et j'avoue que ça m'a fait sourire, car je n'ai pas trop l'impression d'être rigide moi, mais sûr je peux me tromper !! Laughing

veraza

Messages : 94
Date d'inscription : 01/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Castiel le Dim 3 Sep 2017 - 16:53

veraza a écrit:
Castiel a écrit:D'accord, mais du coup tu as reçu un pré-diagnostic et pas un diagnostic, c'est une différence fondamentale parce que les psychologues ne sont pas habilités à faire reconnaître la présence d'une situation de handicap. En l'espèce, pour dire que tu as été diagnostiquée et si ça t'intéresse, il te faudra voir le C.R.A ou un psychiatre en libéral.

Ce que tu dis m'intrigue, je vais quand même téléphoner à la psy en question pour lui redemander confirmation  Smile . D'après ce qu'elle m'a dit la dernière fois, il me suffirait de faire valider son diagnostic par un médecin généraliste ou un psychiatre pour pouvoir envoyer un dossier à la Mdph.

Oui, c'est le cas. Tu peux faire valider ton pré-diagnostic auprès d'un C.R.A, ou auprès d'un médecin en capacité de dispenser des certificats médicaux.
En théorie, un médecin généraliste peut le faire. En pratique, il vaut mieux un psychiatre qui connaît le dossier.

_________________
Steal Sae Niijima's heart !Modérateur du forum Zebras-Crossing.

♔ Je ne suis pas un zèbre, je suis autiste Asperger. Mes compétences sociales sont vraiment limitées.
Castiel
Castiel

Messages : 151
Date d'inscription : 27/01/2016
Age : 22
Localisation : Royaume des Nuages.

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par Invité le Dim 3 Sep 2017 - 16:59

veraza a écrit:Ce que tu dis m'intrigue, je vais quand même téléphoner à la psy en question pour lui redemander confirmation  Smile . D'après ce qu'elle m'a dit la dernière fois, il me suffirait de faire valider son diagnostic par un médecin généraliste ou un psychiatre pour pouvoir envoyer un dossier à la Mdph.

"il me suffirait" me parait être en trop Wink. Tu dois faire valider le bilan de la psy par un psychiatre, qui posera ainsi un diagnostic officiel, mais ce n'est pas toujours simple. Cela dit, un bilan est rarement fait à la légère, donc pour moi il n'y a pas de raison de douter.

La rigidité chez l'autiste est souvent due à une grande anxiété, qui entraine un besoin de maitrise. Si tu as grandi dans un environnement rassurant (famille, école, etc), tu n'as peut-être pas eu ce besoin de mettre en place des rituels rassurants.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par meï le Dim 3 Sep 2017 - 17:07

le psychologue nest pas habilité à poser le diagnostic; juste à effectuer des bilans prediagnostic et faire des suggestions.
il faut le faire valider par un médecin psychiatre/equipe pluri ...
la plupart du temps cela se fait, mais il arrive que les equipes ou psychiatre n'aillent pas dans le sens des prediags (et de plus en plus seion mes dernieres lectures de temoignages...)
meï
meï

Messages : 1321
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 47
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par veraza le Dim 3 Sep 2017 - 17:10

Autant pour moi ! Merci beaucoup pour vos précisions Smile Moi qui m'imaginais naïvement que l'étape médecin généraliste ou psychiatre ne serait qu'une formalité, j'espère que ne sera pas trop compliqué de trouver quelqu'un qui accepte de reconnaître la validité du bilan réalisé par la psy ...

veraza

Messages : 94
Date d'inscription : 01/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par meï le Dim 3 Sep 2017 - 20:37

veraza a écrit:Autant pour moi ! Merci beaucoup pour vos précisions Smile Moi qui m'imaginais naïvement que l'étape médecin généraliste ou psychiatre ne serait qu'une formalité, j'espère que ne sera pas trop compliqué de trouver quelqu'un qui accepte de reconnaître la validité du bilan réalisé par la psy ...
si le bilan prediag est de qualité alors il n'y  a pas de raison....
je dis ca aussi, pour une simple raison, lorsque je suis allée au CRA faire valider le prediag que m'avait fait une psychoogue specialisée dans les tsa ('et ayant travaillé avc mottron pdt 7 ans), j'ai été très surprise, en effet le prediag avec les resultats de quelques  tests, a été mis de coté par le médecin chef du CRA et il a posé ses questions, (il ne l'a meme pas regardé.!..)
a la fin de l'entretien il a quand meme dit bon, c'est surement le SA , on va faire le bilan pour poser le diag, mais franchement, le prediag n'a eu aucun effet. d'ou ma reaction quand je lis cela, pour eviter que cs gens n'aient de deconvenues ensuite (avec la mdph ou autre..) Wink

attention, la mdh peut tout  afait statuer sans que le diag soit encore posé et finalisé  juste sur les faits de difficultés quotidiennes reconnues par le medecin sur le certif medical de la demande, etc...mais ils finissent par vouloir un vrai diag le plus souvent.(par medecin psychiatre/CRA.)pour renouveller sur la durée.
meï
meï

Messages : 1321
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 47
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par veraza le Dim 3 Sep 2017 - 21:19

Merci Meï pour ton témoignage, tout ça c'est vraiment bon à savoir ! Je vais essayer de faire valider rapidement le prédiag par un psychiatre libéral, en espérant que ça fonctionne, et puis je pense que je me ferai mettre sur liste d'attente pour le CRA. La psy que j'ai vu m'a dit que pour elle, il n'y avait pas de doute, et elle me semble réellement très compétente, mais c'est sûr que ça offre beaucoup plus de crédibilité et de légitimité d'être passée entre les mains d'une équipe pluridisciplinaire !

veraza

Messages : 94
Date d'inscription : 01/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par meï le Dim 3 Sep 2017 - 22:03

veraza a écrit:Merci Meï pour ton témoignage, tout ça c'est vraiment bon à savoir ! Je vais essayer de faire valider rapidement le prédiag par un psychiatre libéral, en espérant que ça fonctionne, et puis je pense que je me ferai mettre sur liste d'attente pour le CRA. La psy que j'ai vu m'a dit que pour elle, il n'y avait pas de doute, et elle me semble réellement très compétente, mais c'est sûr que ça offre beaucoup plus de crédibilité et de légitimité d'être passée entre les mains d'une équipe pluridisciplinaire !
par contre si le diag est deja validé par une psychiatre en liberal pas besoin d'aller au CRA! i( ls sont surchargés et quand le diag a déja été validé ils ne prennent pas/plus ..).c'est un le psy libé ou le cra.
bonne chance!
meï
meï

Messages : 1321
Date d'inscription : 26/07/2009
Age : 47
Localisation : à l'Ouest

Revenir en haut Aller en bas

"Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin" Empty Re: "Ces femmes autistes qui s'ignorent" - article détaillé sur l'autisme de haut niveau "au féminin"

Message par veraza le Lun 4 Sep 2017 - 11:56

Dans ce cas, je vais peut-être prendre le temps d'y réfléchir un peu. Déjà, je vois bien que depuis de très nombreux mois, je n'arrête pas d'osciller entre quasi certitude et sentiment d'imposture concernant le SA. Si je n'ai pas un bilan vraiment complet avec ortho, psychomotricien et toute la clique, j'ai peur de passer mon temps à cogiter en me demander si les psys en libéral ne se sont pas trompés Sad

J'ai trouvé d'autres posts où tu reparlais de ton expérience de diagnostic d'ailleurs, et où tu évoquais le peu de cas que le médecin du CRA avait fait de ton pré-diag. J'avoue que ça me semble pas franchement rassurant tout ça, enfin on verra bien !

veraza

Messages : 94
Date d'inscription : 01/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum