Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 13:05

et quel joli couple

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 13:14

Danslesetoiles, je ne l'ai pas aimé non plus. Le happy end (l'ours change d'école et rencontre une oursonne comme lui) c'était flippant à lire à mon fils qui me demandait tous les soirs pour changer d'école.

#mode_HS_off

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 13:28

chuna56 a écrit:Moi non plus je ne me suis pas retrouvée dans ce livre, plus dans un autre. Je ne l'ai pas trop aimé au final, justement pour ce truc du "les zèbres sont comme ci ou comme ça" un peu trop absolu. ça manquait de rigueur scientifique, dans mon souvenir (faudrait ptèt que je relise).
Mais bon, je ne suis pas testée, et ça n'a pas tant d'importance pour moi en ce moment, alors je suis pas une référence.

Par contre, j'ai pu grâce à ce forum entre autres commencer à rencontrer des zèbres certifiés (yen a dans mon entourage, mais pas testés), et un aspie pas loin du THQI.
et franchement, aspie, c'est un mode de fonctionnement très particulier. Beaucoup plus cérébral, une autre forme de logique, l'émotionnel est là, mais pas géré de la même façon.
Une logique implacable, et impressionnante, d'une puissance que je n'avais jamais croisée avant (probablement parce que les émotions sont alors mises de côté, ou n'interviennent pas?)

AMHA, aspie peut suffire à expliquer le décalage.
chuna, j'ai déjà rencontré des Aspies (diagnostiqués aspies sachant qu'un professionnel peut se tromper) qui n'étaient pas plus logiques que cela. Je pense notamment à une aspie pas surdouée.
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 13:39

Godzilla a écrit:Bon à lire vos messages, je me dis que je vais annuler ma commande du bouquin de JSF, au final j'ai bien peur que ça m'apporte pas grand chose en fait... Etre un Godzilla suffit à mon "bonheur" Razz
ce livre m'a l'air bien chiant à lire :p
tu as l'air intelligent et pas autiste. Ca m'arrive de traîner avec des autistes et autres. J'ai pas mal l'habitude pour cerner les gens. Wink Sinon fais signe si tu passes sur Paris Wink
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 13:41

Parisette a écrit:Danslesetoiles, je ne l'ai pas aimé non plus. Le happy end (l'ours change d'école et rencontre une oursonne comme lui) c'était flippant à lire à mon fils qui me demandait tous les soirs pour changer d'école.

#mode_HS_off
c'est en changeant d'environnement que j'ai enfin pu me sentir mieux Wink
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Numero6 le Lun 5 Déc 2016 - 14:17

je continue de me reconnaitre dans tipeh mais je n'en suis plus amoureux pour le dire ainsi, quelque part cela forme une fondation pour un couple épanoui

Je ne suis jamais tombé amoureux de TIPEH, pas assez complexe pour que je puisse me valoriser à le comprendre, pas assez exigeant. N'importe quelle intelligence moyenne peut le lire sans problème.
Et pas assez simple non plus. De cette simplicité qu'on ne retrouve que dans la synthèse dont seuls sont capables les gens les plus brillants.
Beaucoup de verbiages, beaucoup d'allégories, ça me donnait l'impression de noyer la merde au chat, de meubler des étagères vides.

J'ai fait mon cake à la file d'attente de la FNAC, je lisais les pages à toute vitesse, je me prenais déjà au jeu, un vrai gamin parfois. J'avais envie que ça se voit que j'étais vachement intelligent.

Mais le contenu du bouquin est super décevant, peu argumenté, peu de chiffres, peu d'études. Les citations se rapportent à des trucs littéraires, ou d'autres ouvrages sur la douance, eux-mêmes plus lyriques que scientifiques.

Et j'ai fini par me dire que ce n'était pas un livre écrit pour les surdoués, mais alors pas du tout.
Comment je vois les choses, je le sais depuis toujours, d'ailleurs je ne vois pas comment je pourrais voir autrement.
On me dit que c'est le signe d'une douance. OK, je veux bien.
Mais je voulais quoi moi ?
Et bien apprendre ce dont aucun bouquin sur la douance ne traite jamais : c'est comment dans la tête de ceux qui ne sont pas concernés ?

Parce que, si ce bouquin était logique, c'est bien à cette question qu'il devrait répondre, si ce qui me parait normal ne l'est pas, c'est comment quand c'est normal ?
Numero6
Numero6

Messages : 6843
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 14:33

Isis75, sauf que le changer d'école n'était pas simple, pour quelle ecole ? et avec le recul aujourd'hui ca n'aurait pas été la solution.

Pour être un brin dans le sujet, je ne me suis pas reconnue dans TIPEH non plus, mais par contre beaucoup dans son livre précédent "enfant précoce". Je l'avais acheté en pensant y lire mon fils, et c'est moi que je visualisais.
C'est pour ca que j'ai acheté celui sur les adultes qui amha est beaucoup moins bien réussi.
Ou peut-être que j'avais le profil type quand j'étais gamine, et que j'ai tellement archi compensé, que maintenant je me fonds dans la masse. Chaipa

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 14:42

pas de pensée en arborescence, moins d'adaptation possible peut-être, moins de résilience, plus besoin des autres (pour le cognitif), se croire intelligent, grande gueule, banal, lâche (pour certains), plus de tendance à la routine, moins de facilité pour l'introspection ni pour l'extrospection, ne voit pas quand il est manipulé car ne cerne pas bien les intentions cachées de certaines personnes...
sinon, de la différence entre le zèbre et le tigre : le zèbre est peut-être moins sage...

une classe spéciale. Essaie de l'envoyer au moins dans un lycée "bien famé".


Dernière édition par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 14:44, édité 1 fois
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 14:43

Numero6 a écrit:
je continue de me reconnaitre dans tipeh mais je n'en suis plus amoureux pour le dire ainsi, quelque part cela forme une fondation pour un couple épanoui

Je ne suis jamais tombé amoureux de TIPEH, pas assez complexe pour que je puisse me valoriser à le comprendre, pas assez exigeant. N'importe quelle intelligence moyenne peut le lire sans problème.
Et pas assez simple non plus. De cette simplicité qu'on ne retrouve que dans la synthèse dont seuls sont capables les gens les plus brillants.
Beaucoup de verbiages, beaucoup d'allégories, ça me donnait l'impression de noyer la merde au chat, de meubler des étagères vides.

J'ai fait mon cake à la file d'attente de la FNAC, je lisais les pages à toute vitesse, je me prenais déjà au jeu, un vrai gamin parfois. J'avais envie que ça se voit que j'étais vachement intelligent.

Mais le contenu du bouquin est super décevant, peu argumenté, peu de chiffres, peu d'études. Les citations se rapportent à des trucs littéraires, ou d'autres ouvrages sur la douance, eux-mêmes plus lyriques que scientifiques.

Et j'ai fini par me dire que ce n'était pas un livre écrit pour les surdoués, mais alors pas du tout.
Comment je vois les choses, je le sais depuis toujours, d'ailleurs je ne vois pas comment je pourrais voir autrement.
On me dit que c'est le signe d'une douance. OK, je veux bien.
Mais je voulais quoi moi ?
Et bien apprendre ce dont aucun bouquin sur la douance ne traite jamais : c'est comment dans la tête de ceux qui ne sont pas concernés ?

Parce que, si ce bouquin était logique, c'est bien à cette question qu'il devrait répondre, si ce qui me parait normal ne l'est pas, c'est comment quand c'est normal ?

oui c'est un bouquin facile à lire mais ce qui m'intéressait c'est l'aspect relationnel et affectif , l'isolement et son descriptif commun

on peut lire du gauvrit ou autres plus poussés, s'ils citent eux des études , je ne me retrouve pas plus dans leurs descriptifs ou plutôt leurs négations

finalement je suis d'accord aucun ne décrit vraiment le surdon et aucun ne décrit vraiment le normal, de sorte qu'on peut finir par se considérer les deux

certains n'hésitent d'ailleurs pas à nier l'existence des surdons ou à les relativiser ou pire les considérer comme certains aux usa comme une maladie à soigner

un livre qui cause à la fois aux deux hémisphères sans doute, raison et affection c'est toujours en attente

de la même manière qui cause à la fois aux parties feminines et masculines que chacun a en soi , sans doute encore plus complexe

il ya peu de livres sur la douance écris par des hommes c'est sans doute dans le même fil

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 14:45

catherine vo.s est surdouée et a écrit des livres (petits en plus, comme j'aime) Wink
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 14:48

ISIS75 a écrit:
tu as l'air intelligent et pas autiste. Ca m'arrive de traîner avec des autistes et autres. J'ai pas mal l'habitude pour cerner les gens. Wink Sinon fais signe si tu passes sur Paris Wink

Pour l'autisme effectivement, je ne suis pas diagnostiqué (et pas pressé de l'être, j'ai tellement mieux à faire !), mais j'ai quand même bcp de traits. Il se peut que ce ne soit qu'une "évolution convergente" Question
Sinon c'est gentil Very Happy Malheureusement je suis fumeur (malgré des efforts pour tenter de m'arrêter), je crois que je t'incommoderais Neutral

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Chuna le Lun 5 Déc 2016 - 14:51

Il doit bien exister des livres en neurosciences qui expliquent le fonctionnement du cerveau...

D'un point de vue pédagogique, j'ai toujours trouvé qu'on ne pouvait réellement comprendre un fonctionnement que par comparaison.
Je n'ai jamais mieux compris le fonctionnement physiologique qu'en comparant les bestioles. ça amène à mieux se questionner, et aller chercher le pourquoi du comment des détails qui passent inaperçus, sinon.

(on comprend aussi en se trompant, mais c'est pas le sujet lol c'est juste que je suis en train de regarder mes gosses galérer avec les ordis, je me dis qu'en les laisser se tromper et trouver ensuite, ils s'en rappelleront mieux ^^)

Nr6 : Tu penses donc que l'intuition que l'on peut avoir à comprendre les gens (et donc à saisir leurs sentiments, émotions, motivations), c'est de la m*** ?

Chuna

Messages : 17068
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Asperzebre le Lun 5 Déc 2016 - 15:03

Tiens ça me fait penser à une jolie hypothèse tout ça, un petit dessin sera probablement plus explicite qu'on long pavé pour une fois (mais le pavé d'explication est tout de même présent, vous n'y échapperez pas si facilement  tongue ).

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 8KqH70C

Sur ce graphique, j'ai fait l'équivalent du fameux QI et sa courbe de gauss, mais en distinguant capacités cognitives et capacités émotionnelles.
Selon mon hypothèse, la ligne rouge correspond aux capacités cérébrales des personnes non autistes, chacun se situant le long de cet axe, pas nécessairement exactement dessus, mais avec un écart modéré.
Chaque point rouge correspondrait à une personne non autiste, la densité étant plus importante près du centre qu'aux extrêmes, ce qui explique le sentiment de décalage des zèbres avec la majorité de la population.

Toujours selon mon hypothèse, la ligne bleue correspondrait (en très simplifié) aux capacités cérébrales des autistes, chaque autiste (représenté par un point bleu) se situant aux alentours de cette ligne.
Je précise bien que c'est très simplifié, il y a de nombreuses formes d'autismes, chacune avec des particularités différentes, et pour bien faire il aurait fallu tracer une ligne différente pour chaque forme d'autisme mais ça aurait rendu le graphique totalement illisible.
Pour faire simple, on va partir du principe qu'on ne prend en compte qu'une seule forme d'autisme, en l’occurrence la mienne.

Les points bleus du graphique correspondent aux personnes autistes.

Mon hypothèse, ce serait que les gens sont incapables de concevoir qu'on puisse sortir du cadre, et en l’occurrence ici, le cadre c'est la ligne rouge du graphique.
Un peu comme si ils étaient inconscients de l'aspect bidimensionnel de ce graphique, qu'ils ne voyaient qu'une seule dimension, la dimension 'intelligence', basse pour ceux en bas à gauche de la ligne rouge, et haute pour ceux en haut à droite.

Pour ma part, je suis situé en haut à gauche, le point bleu où j'ai écrit 'Moi'.
Les gens n'imaginent même pas que mon cas soit possible, ils cherchent à évaluer mon intelligence selon leur référentiel qui est la ligne rouge.
Les gens confrontés à mes capacités de raisonnement vont se dire: "lui il est vachement intelligent", et me situer aux alentours du point vert que j'ai nommé "Image A".
C'est probablement le cas d'une bonne partie des membres de ce forum.
Les gens confrontés à moi en interactions sociales vont se dire: "lui il est complètement attardé", et vont me situer aux alentours du point vert que j'ai nommé "Image B".

Une personne ayant déjà constaté mon intelligence (donc m'ayant associée à l'image A) et constatant mon comportement en interactions sociales (comportement qu'elle associe à l'image B) va être incapable de comprendre la situation.
Elle ne va pas être en mesure de concevoir qu'une personne située en haut de la ligne rouge puisse avoir un comportement digne d'une personne située tout en bas.
Elle va en conclure que je "joue au con", elle va peut-être alors rigoler, pensant que c'est une tentative d'humour de ma part, ou avoir un autre comportement tout aussi inadapté, par exemple se moquer de moi, ou encore être outré parce que la situation ne se prêtait pas du tout à faire de l'humour.
Je peux parfois provoquer de gros malaises en société, sans en comprendre la cause.

Et si je demande, en toute sincérité, ce qui cloche dans mon comportement, si je cherche à comprendre ce qui a déclenché de telles réactions chez mes interlocuteurs, ça sera encore pire: ceux-ci vont se persuader que je suis une personne en haut de la ligne rouge qui cherche à leur faire 'gober' l'idée que je serais une personne en bas.
Ils vont croire que je les "prend pour des cons", au sens premier du terme, probablement une pensée du style "pour qui il se prend celui-là, parce qu'il est plus intelligent que nous, il nous prend pour des attardés mentaux?", et ils vont très mal le prendre.


Dernière édition par Asperzebre le Lun 5 Déc 2016 - 15:13, édité 1 fois
Asperzebre
Asperzebre

Messages : 2207
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 15:06

Je crois fermement qu'une petite chansonnette bien écrite peut contenir tellement plus qu'un pavé pompeux comme 'tits pets TIPEH.

Tiens j'écoutais ça à l'instant, j'avais jamais trop percuté les paroles, pourtant c'est tellement "moi" Laughing
N6 - qui parle anglais, même si tu aimes parfois le nier pour des raisons disons N6-ienne Razz - ca va te faire marrer Wink
(mort de rire le passage sur les Beach Boys ^^)

I'm going totally round the bend
I don't want to see my friends
I don't want to see my mad friend
Because he's driving me insane

I don't want to see my friends
I'm going totally round the bend
Earlier on today I tried to walk down the street
But my feet kept slipping on the pavement

I find myself at 90 degrees to the rest of the world
It's not much fun you can take it from me

I'm not having too good a time
There's people worse off than me
Don't think I don't realize that
But I'm going round the bend again
The last thing I wanna do is see my friends again
I'm going quietly round the bend again

I try to function as a normal human being
I washed my car earlier on this evening
And now I'm trying to get it together to cook a little meal
Before I go for a drink with my friends

But I've got no food
I've got no time to go to the supermarket
It's not that I couldn't make time
It's more I get confused when I get there

People walking past see the green trees outside
They see a nice little flat and imagine the person inside
Is having a great old time
Well I wish I was having a good a time as
They possibly imagine that I'm having

All I wanna do is go far away
And see things I've never seen before
Like the Pyramids they weren't built in a day you know
Those 4th dynasty pyramids just don't fit into the equation

But I'm so paranoid, I can't even make it to the supermarket
Let alone go to Egypt to see my favorite pyramid
Now I'm going to go round to Robin's and try to eat some food there
Sometimes it eats better if you're in the company of men
He's just said he's had a glass of red wine, so I might have mine

I listened to the Beach Boys just a minute ago
'Wild Honey' it's not their best album but it's still pretty good
They've got some funny little love songs on there
But its not mainly a Brian Wilson production
So it's probably not as good as something like 'Pet Sounds'

I'm going totally round the bend
I don't wanna see my friends again
I just want to be left alone
And never bothered ever again
Never again, never again, never again
Ever again, ever again


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 15:12

@godzilla : bcp de surdoués, de psychotiques et de borderlines reconnaissent avoir des comportements autistiques Wink
sinon t'as bien des manières pour essayer d'arrêter de fumer ou diminuer, "naturels" ou "moins naturels". Déjà avoir une bonne hygiène de vie et éviter tous les polluants aident plus qu'on ne le croit, je pense... j'ai vu une video d'une thérapeute américaine sur le net, je crois que c'était le trailer d'un docu.
http://www.huffingtonpost.fr/simon-chapman/dix-idees-recues-sur-le-tabagisme-qui-ont-la-vie-dure/
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 15:15

Casper, très sympa ce graphe, c'est parlant...même si, bon tu as prévenu, il y a autant de profils que d'autistes, mais je trouve tes points bleus exagérément tous sur la gauche.
C'est pas le bon fil pour en discuter donc j'irai pas plus loin.

En tout cas, ca aide à comprendre le décalage dans la perception que l'on peut avoir sur toi

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 15:18

@asperzèbre : le fait que tu te poses des questions signifie pour moi que tu as des capacités émotionnelles !
tu sais que je connais un autiste pescavore ? des autistes amoureux ? des autistes capables d'introspection ?
les gens vers la gauche, ce sont plutôt les pervers narcissiques Wink
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 15:20

Parisette a écrit:Casper, très sympa ce graphe, c'est parlant...même si, bon tu as prévenu, il y a autant de profils que d'autistes, mais je trouve tes points bleus exagérément tous sur la gauche.
C'est pas le bon fil pour en discuter donc j'irai pas plus loin.

En tout cas, ca aide à comprendre le décalage dans la perception que l'on peut avoir sur toi
casper ?
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 15:21

Isis : je pourrais pas te répondre sans raconter ma vie et ce serait HS (et chiant pour tout le monde Dent pétée )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Pieyre le Lun 5 Déc 2016 - 15:23

Asperzebre, ton graphique est intéressant mais je crois que, si tu veux prendre en compte l'ensemble des personnes, tu devrais placer des points un peu partout, pas seulement selon deux directions bien distinctes.

Il y a sans doute des distinctions génétiques qui font que tout l'espace n'est pas couvert avec la même densité (avec peut-être même des zones interdites). Mais, la plupart du temps, les distinctions psychologiques me semblent varier de façon continue. Ainsi, tout en ne correspondant pas bien au profil Asperger, je me reconnais dans ce que tu indiques relativement à ta façon de te comporter dans un groupe, dans nombre de cas (notamment je ne peux quasiment pas regarder quelqu'un dans les yeux – c'est trop violent); et pourtant dans d'autres cas il m'arrive de batailler intellectuellement au sein d'un groupe, quand le sujet me convient et que je m'y sens à l'aise.


Dernière édition par Pieyre le Lun 5 Déc 2016 - 15:26, édité 1 fois

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 15:23

@godzilla : tkt mon post ne demandait pas spécialement de réponse Wink
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Asperzebre le Lun 5 Déc 2016 - 15:40

Attention sur mon graphique, la gauche ne signifie pas "absence d'émotions".
Ça signifie mauvaise maîtrise des émotions (ne pas voir/trop voir les émotions des autres, ne pas savoir partager ses émotions...)

@Pieyre: je suis tout à fait d'accord avec ta remarque.
Ce graphique a pour but d'aider à transmettre une idée, un concept, dans son sens global.
Il n'est pas fait pour être regardé comme quelque chose de factuel.
Si j'avais voulu le faire réaliste, j'aurais du mettre des points partout, mais il aurait alors été incompréhensible et n'aurait servi à rien.
Asperzebre
Asperzebre

Messages : 2207
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Chuna le Lun 5 Déc 2016 - 15:43

Cool l'avatar, aspezebre Wink

Ton graphe suggère alors que plus t'es intelligent, plus tu maîtrises tes émotions.
Pas certaine que ça soit juste!...

Chuna

Messages : 17068
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 15:57

OMG, Asperzebre est codeur chez Firefox ! Je savais que ce mec était un bon Courbette

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Pieyre le Lun 5 Déc 2016 - 15:57

Asperzebre, en effet : c'est plus pédagogique comme ça. Tu n'as jamais été prof dans ta vie ? ou souhaité l'être ?

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Mildiou le Lun 5 Déc 2016 - 16:01

Salut o/
Pour moi le cadre c'est le plan.
Comment pourrais-tu tester ton hypothèse ?


Mildiou
Mildiou

Messages : 655
Date d'inscription : 26/10/2016
Age : 39
Localisation : Rouen

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 16:04

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 N553111

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par izo le Lun 5 Déc 2016 - 16:08

Numero6 a écrit:


J'adore prendre en levrette mon besoin de contrôle.
Et depuis ça ne m'a pas quitté, je suis passionné par tout ce qui trompe le cerveau, les techniques de manipulation, les idéologies, la propagande, les hormones.

J'ai remarqué que l'humain détestait penser que son cerveau n'était pas pertinent à 100 %. C'est un biais cognitif dont on ne parle pas, il n'est pas considéré comme tel, mais je le trouve majeur dans nos erreurs d'appréciation.

Autre biais majeur, les limites de notre champ de connaissance. Nous le croyons étendu alors qu'il est souvent très limité. Prenez n'importe quel sujet pour lequel vous n'avez aucune compétence mais qui vous passionne. Pour chaque mot que vous utilisez vous aurez un mal fou à donner des définitions correctes, alors que les mots sont la base de la réflexion.
Il a fallu que j'aille récemment sur Wiki pour enfin savoir ce qu'on appelait une république.

Une autre source d'erreurs vient de ce que nous croyons appréhender le monde et nous-mêmes. Or nous ne pouvons l'aborder qu'avec ce que nous connaissons. Et nous connaissons peu. " On ne trouve que ce que l'on cherche, et l'on ne cherche que ce que l'on connait. "
Malgré ça, il nous est extrêmement difficile de tenir compte dans nos réflexions de l'existence de ce qui nous échappe.

Mais je trouve qu'il y a encore plus difficile, ce que j'appelle " penser ce qui n'existe pas ". Notre cerveau fonctionne avec ce qu'il est persuadé de voir. C'est très, très difficile de réussir à penser l'absence. Ce qui normalement, nous en sommes convaincus, ne peut pas ne pas exister.

" Mais il y a quoi à comprendre ? " qu'on s'énerve parfois. Pourquoi est-il si douloureux de penser à un cerveau qui ne voit pas ce que l'on voit ? Pourquoi on préfère s'énerver plutôt que penser que l'autre ne voit pas ? Tout simplement.
Il n'y a que les chercheurs pour qui la démonstration de ce qui n'existe pas constitue un progrès dans leurs travaux.
J'aurais bien une petite explication.
En face, l'autre vit le cauchemar sus-cité. On lui exige de penser avec ce qu'il ne voit pas, ce qu'il ne peut pas ne pas voir selon nous. Tu m'étonnes qu'il résiste ! Tu m'étonnes qu'il nous donne l'impression de faire exprès de ne pas comprendre. On pressent du sournois, on suspecte du nuisible, on a envie de le détruire à coups de figues molles.

Nous prêtons aux gens des émotions, des besoins, des capacités qu'ils n'ont pas. Je ne compte plus le nombre de fois où l'on m'a supposé des sentiments. Je crois avoir compris une partie du truc.
Normalement, il y a des choses que l'on ne fait jamais sans être motivé par certains sentiments ou certaines émotions.
Donc, les gens me supposent ces émotions. Je le vivais assez mal, comme une tentative de manipulation, évoquer mes émotions pour les provoquer.
Si j'écoute une femme c'est parce que ce qu'elle dit m'intéresse. Ça peut avoir l'air con comme ça mais, apparemment, personne ne le fait sans l'intention d'emmener le petit au cirque, en tout ils ne sont pas nombreux.
Je prends plaisir à découvrir les gens comme Chuna prend plaisir à découvrir les chevaux.

J'ai mieux compris le truc quand l'inverse s'est produit. Je prêtais des sentiments à une femme (besoin de protection, des trucs dans ce genre), et non, ce sentiment n'existait pas.
Oh putain, je vous assure que penser ce qui n'existe pas réclame une discipline de fer.
La tentation au début est de chercher une explication psychologique, une cicatrice, pour comprendre pourquoi ce sentiment qui devrait exister n'existe pas. C'est comme faire la cour à une idée, ça permet de tourner autour mais ça ne permet pas de conclure.

Le moyen que j'ai trouvé pour m'en sortir c'est de partir de l'absence, de la prendre comme un fait, et de remonter la piste en sens inverse, comprendre pourquoi j'étais convaincu et pourquoi j'inventais un réel absent.
Faut avouer, les surdouées ça aide pour se motiver, on élimine d'emblée le manque de ressources cognitives.
Je vous assure que j'ai bossé pour comprendre, j'ai lu, j'ai vu, et effectivement tout m'indiquait que ce sentiment que je lui prêtais n'existait pas. J'avais les preuves sous les yeux, c'était écrit partout, et pourtant je vous assure qu'instinctivement je reste convaincu qu'il existe.

Malgré l'évidence mon cerveau continue à se laisser biaiser, cet enfoiré continue à m'envoyer des informations fausses. C'est comme une erreur de viseur, si je veux atteindre le centre de la cible, je dois tirer à droite.

Et encore, là, je ne vous parle que du cerveau conscient.
Parce qu'il y aussi l'autre, le cerveau limbique, l'usine à retraitement de tout ce qui constitue notre patrimoine évolutionniste, le coordinateur des émotions, le grand maitre des hormones, le temple de la religion.
C'est dingue non ? Ce qui semble constituer le niveau le plus élevé de notre cerveau, la conceptualisation du mystique, prend sa source dans la partie animale.

Et le plus étonnant c'est qu'on parvient quand même à vivre malgré toutes ces erreurs. On peut conduire, se nourrir, vivre en société, se reproduire et rouler des joints malgré tout ça.
Je crois que les emmerdes commencent quand nous lui faisons trop confiance à notre cerveau.
Je crois que l'on commence à perdre les pédales quand nous sommes tentés de penser que le monde ne peut pas être comme il est, que les gens ne peuvent pas être comme ils sont.
C'est un signe qui ne trompe pas : notre cerveau est en train de nous biaiser.
Parce que le monde et les gens ne changeront pas, ils sont comme ils sont, que ça nous plaise ou non. Même si notre cerveau fait son étroite.

J'aurais tendance à croire que nous ne sommes jamais aussi intelligents que lorsque nous faisons l'effort d'observer, et jamais aussi cons que lorsque nous nous vautrons dans le jugement.

Je vous prends un exemple à la Chuna. Vous arrivez près d'un magnifique alezan, qu'il est beau comme un dieu, vous mourrez d'envie de le caresser, vous éprouvez une attirance forte pour la bête. Et vous y caressez le museau. Au lieu de vous renvoyer votre élan de tendresse, ce con-là vous chique.
Bête mauvaise ? Séquelles de maltraitance ?
Non, un cheval ne voit pas grand-chose dans les deux premiers mètres, en plus l'espèce doit sa survie à la fuite. Et dans un box il ne peut pas fuir.

Il y a donc une chose que vous croyez et qui n'existe pas, qu'il vous voit comme vous le voyez. Et il existe des tas de choses qui existent et que vous ne savez pas, son instinct de fuite, sa double vision monoculaire et des tas de trucs encore. Sa dernière mauvaise expérience est peut-être lié à un cavalier qui portait le même chapeau blanc que vous.

Le cheval réagit en fonction de ce qu'il est, et un peu, mais un peu seulement, en fonction de vos propres attentes.

J'ai l'impression que c'est transposable à l'humain.
Je trouve que les gens réagissent beaucoup en fonction de ce qu'ils sont et très peu en fonction des émotions que vous leur portez, et pratiquement pas du tout en fonction des sentiments que vous leur prêtez qui, si on réfléchit bien, ne concerne que vous.
Pour faire simple, si vous êtes raide dingue amoureuse d'un connard, que vous le trouvez génial, et bien vous ne vivrez pas avec un génie, non, non, vous vivrez avec un connard. " Tu épouses un chien, tu vis avec un chien ", comme ils disent en Tunisie.
Votre cerveau vous nique profond, tout le monde vous le dit, les meilleurs copines vous le démontrent, il a fait souffrir toutes ces ex, il est odieux avec les serveuses, mais votre cerveau vous dit que ce mec est génial.
Il va même plus loin dans l'odieux votre cerveau, il vous fait croire que vous êtes la seule, l'unique capable de faire épanouir son génie.

L'aveuglement amoureux est très utile pour la reproduction de l'espèce. Mais c'est un bel exemple de ce que l'on croit voir, le génie, et de ce que l'on occulte totalement, la connarditude. Amoureux d'une illusion, selon la formule d'un psy canadien.

A force de fréquenter ce forum j'ai compris à quel point il était quasiment impossible de montrer aux gens quand leur cerveau les biaise. C'est mal vécu, c'est souvent perçu comme une agression. C'est violent, c'est douloureux, c'est un effort considérable, angoissant, de penser que notre cerveau n'est pas fiable à 100 %. Argumenter ne sert qu'à augmenter la sensation douloureuse, l'esprit résiste, il se défend, il contre-attaque.

C'est nécessaire dans l'action, " mort à l'intelligence " pour reprendre la formule d'un général franquiste, " vive la mort " se plaisait-il à ajouter. Quand je suis dans l'action je fais mes plus belles erreurs dés que je tiens compte des facéties supposées de mon cerveau, j'ouvre toutes les hypothèses, et je fais souvent la même connerie : je choisis la plus belle hypothèse, pratiquement jamais la bonne, celle que me soufflait le cerveau efficace, celui qui est convaincu qu'il ne se trompe pas.

Autant j'ai du mal à comprendre comment font certains pour ne jamais penser qu'ils puissent se tromper en échangeant sur ce forum, autant cette réaction me parait parfaitement cohérente, si utile, si souvent. L'intelligence n'a finalement que peu d'applications pratiques.
Notre survie est rarement dépendante de notre capacité de réflexion, quand seul le néo-cortex est en mesure de nous fournir une solution, c'est que tout le reste a échoué, on est dans la mouise jusqu'au cou. En dernier recours, on réfléchit, mais alors vraiment parce qu'on est très mal.

Savoir qu'il convient de faire confiance à une machinerie qui se trompe aurait un peu tendance à m'angoisser.
Je me rassure en me disant que jusqu'à présent on n'a pas fait mieux. Son fonctionnement est quand même le résultat d'une sélection naturelle sévère, c'est qu'il ne doit pas si mal fonctionner que ça, malgré ses erreurs de parallaxe.
Je me dis que c'est une machine délicate, qui a besoin d'être étalonné régulièrement, par la culture ou par la nature. Par la nature et par la culture.

Si l'on perd le contact avec la nature, et si la culture n'est plus là pour la régulation, on finit quand même par dire d'énormes conneries. Et tout ça avec conviction, parce « Que trépasse si je fayblis », bon sang ne saurait mentir, mon cerveau ne peut pas se tromper.
.

Très intéressante réponse qui est une bonne nouvelle, car elle pousse à ne pas se satisfaire de soi et des illusions et croyances que l'on se construit et donc à se méfier de...soi aussi ce qui demande un labeur continuel. La bonne nouvelle réside également en ce que pour saisir ne serait-ce qu'une image fugace du monde, il nous faudrait rompre avec notre acceptation habituelle de celui-ci. Est donc une journée de gagnée celle qui me révolutionne !
izo
izo

Messages : 3559
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par izo le Lun 5 Déc 2016 - 16:09

Zebulon3.0 a écrit:Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 N553111

Cette représentation graphique gagnerait en sens si elle était bâtie en référence à une référence et donc, pour les émotions, à une gamme de stimuli. Je ne sais pas si il est possible d'extrapoler une réaction ou absence de réactions de manière aussi théorique.


Dernière édition par izo le Lun 5 Déc 2016 - 16:15, édité 1 fois
izo
izo

Messages : 3559
Date d'inscription : 20/04/2016
Localisation : Izolune

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Asperzebre le Lun 5 Déc 2016 - 16:10

D'après vos remarques, je pense que l'aspect "compétences émotionnelles" est mauvais dans mon graphique.
J'aurais plutôt du appeler cet axe "compétences relationnelles", ça aurait été plus clair.

@Pieyre: on m'a souvent dit que j'étais très bon pédagogue.
Professeur est une piste de reconversion que j'envisage sérieusement si mes prochaines tentatives d'intégrations professionnelles en tant que développeur informatique (avec diagnostic Asperger) ne fonctionnent pas.
Mais il me faudrait alors viser "haut", je pourrais enseigner à des adultes, pas à des ados.
Prof d'informatique, voire prof de maths (avec un boulot de remise à niveau plus conséquent pour les maths que pour l'informatique).
Asperzebre
Asperzebre

Messages : 2207
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Pieyre le Lun 5 Déc 2016 - 16:11

chuna56 :
Il doit bien exister des livres en neurosciences qui expliquent le fonctionnement du cerveau...
Je ne m'intéresse pas plus que cela à la douance; mais évidemment, il y a parfois des livres ou des articles scientifiques qui sont mentionnés ici ou là, et qui surclassent toute la littérature grand public qui n'est faite que pour susciter l'attention et sensibiliser les gens.

Sur ce forum, il y en a eu des mentions, dans la présentation de Bibo notamment, ou ailleurs... Et puis on pourra trouver des références de façon plus ramassée sur le site Adulte Surdoué.


Dernière édition par Pieyre le Lun 5 Déc 2016 - 16:11, édité 1 fois

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Numero6 le Lun 5 Déc 2016 - 16:11

Chuna a écrit:Nr6 : Tu penses donc que l'intuition que l'on peut avoir à comprendre les gens (et donc à saisir leurs sentiments, émotions, motivations), c'est de la m*** ?

Pff, pour une fois que j'essayais de faire court...

Mah non, c'est essentiel. C'est comme le réflexe de la main qui fuit la plaque brulante de la cuisinière. Heureusement qu'une partie de notre cerveau n'attend pas de recevoir les consignes de la réflexion élaborée.

Notre cerveau limbique, appelé automatique parce qu'il échappe à notre conscience, nous est indispensable. Il nous permet de ressentir de l'attrait pour un partenaire sur un nombre incalculable de critères, largeur du nez, niveau de QI, proximité génétique, je crois même que la complémentarité immunitaire entre en jeu. Le syndrome " les filles, je vous préviens, celui-là il est pour moi ". Le tout à l'insu de notre conscience. Ce n'est qu'après que nous mettons des mots sur cette attirance.
Si l'amygdale ne vibre pas, il est prudent de passer son chemin.

Et c'est très puissant. Et c'est très efficace dans le cadre de la reproduction. Si l'on dispose d'une grille de lecture correcte, on se rend compte que les critères de séduction qui nous semblent si futiles sont en réalité la traduction d'une optimisation très abouties des chances de prolonger son patrimoine génétique.

Un connard peut parfaitement déclencher cette réaction en chaine. Un bad boys va taper très fort sur l'amygdale, les émotions provoquées vont renforcer la réaction, elles vont activer l'attraction, elles vont envoyer partout le signal que c'est celui-là le bon, je le veux, je le veux, je le veux.
En termes d'évolution du système limbique ça se compte en siècles. Le gros connard triomphant, fort, a sans doute constitué un partenaire parfait il y a quelques temps.

Dans une société plus structurée, plus complexe, où la force physique du conjoint est de peu de valeur pour l'avenir de la marmaille, le cerveau limbique continue à faire son boulot comme avant, Mac/PC il ne connait pas.
Le cerveau limbique fonctionne parfaitement, il continue a savoir réagir aux stimuli, et celui qui attire reste toujours celui qui déclenche le signal des émotions.

C'est une question d'équilibre. Savoir écouter ses émotions, leur faire confiance. Mais savoir aussi que les gènes et les hormones sont des tyrans, ton bonheur ils s'en foutent, eux, tout ce qu'ils veulent, c'est répondre à la mission de reproduction sexuée. Et même s'il n'y a pas de projet d'enfants conscient, la nature s'en fout, elle fait son boulot.

Tu penses donc que l'intuition que l'on peut avoir à comprendre les gens, c'est de la m*** ?

Non, c'est seulement trompeur. On croit les comprendre. Et plus le système émotionnel est stimulé, et plus on est aveugle. Ce que nos gènes adorent.
L'intuition ça peut vouloir dire des choses bien différentes.
Ça peut aller de toutes ses prémonitions mises en place par le cerveau limbique et qu'on est totalement incapable d'analyser, jusqu'à l'absence de réflexion que l'on cherche à dissimuler simplement par paresse.

Un équilibre, entre un cerveau limbique qui n'en fait qu'à sa tête, mais qui reste indispensable, et un néo-cortex pour le moduler, mais qui est totalement incapable de rendre les mêmes services. Monture et cavalier en quelque sorte.
Numero6
Numero6

Messages : 6843
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 16:14

oui c'est un peu cela, la terre est ex-centrée elle aussi par rapport au centre galactique tout va bien :-)

les é-motions je sais pas, parfois il me semble maitriser, parfois pas du tout, en règle générale je suis très hypersensible et émotif

d'ailleurs je ne sais pas ce que j'ai depuis une heure j'ai envie de pleurer

j'y vois un bateau et sa voile, traversée en solitaire , en parcourant les étoiles

on jurerait du james kirk ? lol

ça va me passer

il y un fort vent particulaire du soleil aujourd'hui, je suis sensible à ces choses aussi

http://www.spaceweather.com/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Chuna le Lun 5 Déc 2016 - 16:20

Ou bien réagir et réfléchir.

Pour moi, la personne qui a une vraie intelligence émotionnelle, c'est celle qui sait écouter son intuition, et ensuite la décortiquer.
On réagit (perception intuitive), puis on analyse le pourquoi du comment (perception cognitive), afin de faire la part des choses.

ça m'épate les gens qui ont une forte intuition, et qui savent l'expliquer.
c'est pas tout le monde.

Moi avec les chevaux, puisque je suis partie en sens inverse : apprendre de manière intellectuelle, puis ressentir à partir de ça.
avec les humains, ça me fait penser à cette série intéressante : lie to me ou un truc comme ça.

Chuna

Messages : 17068
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Asperzebre le Lun 5 Déc 2016 - 16:27

Mildiou, comment te répondre sans faire un énorme pavé?
Tester l'hypothèse de manière scientifique, c'est à dire mettre un procédé au point qui permettrait de la vérifier, je ne dis pas que c'est fatalement impossible, mais ça me semble hors de ma portée.
La tester au sens 'constater que ce qui arrive dans ma vie correspond bien à cette hypothèse', c'est ce que je fais en permanence, sans le vouloir, le comportement des autres vis-à-vis de moi que je décris ici n'est pas du domaine de l'hypothèse, mais du domaine du vécu (et c'est là que le gros pavé est nécessaire à la compréhension, je te demanderais si tu veux bien d'admettre ce que j'écris ici, je ne me sens pas le courage de raconter ma vie tout de suite).
Ce qui est du domaine de l'hypothèse, c'est mon interprétation du 'pourquoi ce comportement?'.
Asperzebre
Asperzebre

Messages : 2207
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Asperzebre le Lun 5 Déc 2016 - 17:11

J'ai continué de réfléchir, tout en prenant vos remarques en considération.
Je vous propose le fruit de mon raisonnement (rien ne garantit que j'aie vu juste), avec une version modifiée de mon graphique.

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 UFj8tCi

Je ne réexplique pas ce qui était déjà présent.
J'ai remplacé capacités émotionnelles par capacités relationnelles, ça me semble plus proche du concept que je voulais exposer (l'inconvénient majeur de la pensée non verbale est là: on ne choisit pas forcément les bons mots pour l'exprimer et on peut en dénaturer le sens).

J'ai rajouté une ligne violette, qui correspond à l'image que je pense me faire des gens (je pars du principe que ceux-ci ont une image fausse de moi, il n'y a pas de raison que la réciproque ne soit pas vraie).
En l’occurrence, pour les capacités relationnelles, je suis tellement 'à la ramasse' que je ne verrais pas du tout la différence entre une personne 'largement meilleure que moi' et une personne 'encore plus largement meilleure que moi'.
Pour simplifier, il y a moi d'un côté, pas doué, et les autres de l'autre côté, doués. Je ne perçois pas de nuance de douance relationnelle entre les autres personnes.

Chaque point violet correspond à l'image que j'ai d'une personne, selon mon référentiel qui est la ligne violette, la ligne rouge n'étant pour moi que du domaine de la théorie.

J'ai rajouté 6 écarts, numérotés de 1 à 6.
Le 1 correspond au décalage réel entre moi et un zèbre.
Le 2 correspond au décalage que je ressens avec un zèbre.
Le 3 correspond au décalage qu'un zèbre ressent avec moi sur ce forum (n'ayant pas accès à ma communication corporelle).
Le 4 correspond au décalage entre moi et une personne normale (le décalage réel et le décalage ressenti étant à peu de chose près les mêmes).
Le 5 correspond au décalage que ressent une personne normale exposée à ma pensée (lecture de mes écrits par exemple).
Le 6 correspond au décalage que ressent une personne normale exposée à mon comportement (rencontre IRL).

C'est un peu compliqué tout ça, j'espère que je ne vous ai pas perdus et que vous ne trouvez pas mon hypothèse trop farfelue.
Asperzebre
Asperzebre

Messages : 2207
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Pieyre le Lun 5 Déc 2016 - 17:30

Je comprends ce que tu veux dire, mais je crois qu'il y a un problème quant à la définition des axes pertinents.

Il y a le plan des interactions ordinaires, où l'on peut distinguer la pensée et la parole (ou le geste), c'est-à-dire une maîtrise rationnelle et une maîtrise émotionnelle de soi.

Et il y a l'espace des capacités, qui correspondent à des réalisations; là j'en distinguerais trois : le charisme (qu'on peut appeler une capacité relationnelle), l'intelligence et la créativité.


Dernière édition par Pieyre le Lun 5 Déc 2016 - 18:12, édité 1 fois (Raison : expression)

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 18:08

en quoi finalement, "trop voir" les émotions des autres serait un si grand défaut ? et je veux bien que tu me donnes des exemples pour décrire en quoi un autiste verrait trop les émotions des autres (à moins que tu ne parlais pas des autistes à ce moment-là).
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Pieyre le Lun 5 Déc 2016 - 18:15

Il n'est pas même besoin d'être autiste pour cela. Comme Asperzebre, je dois dire que j'ai du mal à supporter les personnes qui expriment leurs émotions de façon trop importante, que ce soit des émotions négatives ou même des émotions positives. Je me sens enjoins de réagir dans le sens qu'elles attendent, et j'ai besoin de recul pour m'exprimer.

Pieyre

Messages : 20908
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Lun 5 Déc 2016 - 18:18

j'appelle cela "subir" les émotions des autres. Plus d'un point de vue hyperesthésique ou hypersensible. D'où l'intérêt de fréquenter des gens qui "savent réfléchir" (dixit un psy).
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Numero6 le Lun 5 Déc 2016 - 18:32

J'ai bien compris que tu souhaitais illustrer ton sentiment de décalage avec ce schéma, asperzebre.

Il y a une chose qui me pose problème, ton schéma évoque des normalités qui, à mon sens, n'existent pas. Malgré l'usage prudent d'un nuage de points, ton schéma trace une ligne de corrélation directe entre le niveau de QI et les capacités relationnelles (ou émotionnelles au départ de ton intention).

Et finalement je trouve ce schéma tout à fait significatif, il traduit bien tes écrits. J'ai souvent l'impression que pour signifier ton message tu as besoin de partir d'une normalité environnante qui m'a toujours parue trop simple, trop linéaire.

Je ne dis pas que tu ne sois pas différent parmi les différents, je ne te connais pas, ce serait bien prétentieux. C'est une proposition, peut-être une piste pour toi, on ne sait jamais. Je connais un peu les gens, j'ai l'impression que globalement ils sont plus complexes et plus variés que tu ne le symbolises sur ton schéma.
Numero6
Numero6

Messages : 6843
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 18:42

Pour arriver au complexe il faut parfois passer par le simple quitte à perdre un peu sur le complexe. Une fois le simple assimilé, le complexe peut prendre en dentelles fines.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Numero6 le Lun 5 Déc 2016 - 18:51

Alors remplace complexe par nuancé.
Numero6
Numero6

Messages : 6843
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 19:07

Non, non. Je parle de complexe.
Mais faites pas gaffe, j'écris à voix haute parfois... continuez sans moi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Pola le Lun 5 Déc 2016 - 19:37

Le siège de la conscience se situerait hors du corps...

Mouais scratch

Pola

Messages : 6058
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Chuna le Lun 5 Déc 2016 - 20:09

Pour le coup je suis plutôt ok avec nr6, mieux vaut partir du complexe.

Probablement qu'il y a bien plus que 2 variables (lesquels ?) et que ça se répartit en nuages de points. Et qu'à partir de ça on peut trouver des corrélations.

Oui, je sais, je suis en train de réinventer le fil à couper les acp ^^

Chuna

Messages : 17068
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 21:13

Edit : complexe dans la tête à cuicui, c'est pas pareil que compliqué.


Dernière édition par Cuicui le Sam 10 Déc 2016 - 10:51, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Invité le Lun 5 Déc 2016 - 21:19

Cuicui a écrit:Rââââ: ça y est, j'ai trouvé le morceau de N6 qui m'a fait kiffer

Numero6 a écrit:J'adore prendre en levrette

pig

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Chuna le Lun 5 Déc 2016 - 21:26

mdr parisette Razz

Cuicui : compliqué, c'est quand tu as du mal à comprendre, complexe, c'est quand c'est pas simple, ça veut pas dire que tu trouves ça compliqué.

Tu comprends mon explication ou elle est trop compliqué ?
Mais peut être qu'elle est en fait trop complexe que je devrais faire plus simple ? Dent pétée

Chuna

Messages : 17068
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par ISIS75 le Mar 6 Déc 2016 - 4:38

Godzilla a écrit:IntoTheStars : en fait j'avais fait un jeu de mot avec le film "Avatar" que je hais passionnément ^^
(bon ben là je me dis qu'en fait tu avais probablement compris... ou pas ? - perplexité du matin Laughing )

Et sinon ton avatar est sympa !

ah oui ? pourquoi le hais-tu ?
ISIS75
ISIS75

Messages : 2829
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux". - Page 6 Empty Re: Ne pas se reconnaître dans "Trop intelligent pour être heureux".

Message par Asperzebre le Mar 6 Déc 2016 - 8:25

Cuicui a écrit:Pour arriver au complexe il faut parfois passer par le simple quitte à perdre un peu sur le complexe. Une fois le simple assimilé, le complexe peut prendre en dentelles fines.

C'est comme ça que je fonctionne, c'est d'ailleurs l'esprit de mon schéma.
C'est réducteur, mais c'est nécessaire, pour avoir des bases.
On part du simple, puis on va vers le compliqué.
Si on part du compliqué, c'est même pas la peine d'essayer, autant admettre qu'on ne comprendra jamais rien à rien.
C'est un peu comme si on essayait d'apprendre les fractales aux élèves de CP avant de leur apprendre à compter...

Mon axe horizontal: compétences émotionnelles, puis compétences relationnelles, vous voyez bien où je me suis situé dessus: aux alentours de 40.
C'est quelque chose qui me dépasse beaucoup, mon graphique m'a déjà demandé beaucoup d'efforts.
Me demander de 'mieux' comprendre les différents fonctionnements cognitifs de l'humanité, c'est trop tôt, beaucoup trop tôt.
Asperzebre
Asperzebre

Messages : 2207
Date d'inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum