Forum ZEBRAS CROSSING
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Loxosceles

Aller en bas

Loxosceles Empty Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 22 Juil 2016 - 23:55

Les présentations, c'est toujours ce moment de page blanche, à se demander de quelle encre virtuelle on va bien pouvoir les remplir sans faire exactement la même chose que tous les prédécesseurs. Rien qu'y trouver un titre est parfois terrifiant, alors on cède à la facilité.

Pourquoi j'ai choisi de m'inscrire aujourd'hui, et sur ce forum, alors que ça fait des années que je traîne cette difficulté, et que depuis quelques mois, je me considère comme autiste Asperger quasiment certain (non diagnostiqué, mais avec déjà pas mal d'échanges sur le sujet avec une psychologue qui me suit depuis quelques années pour anxiété chronique), et bien je ne le sais pas exactement, mais ce soir je ne me sens pas très bien, tout simplement.

Je m'étais dit d'essayer d'éviter de me mêler à ce genre de forum, ne serait-ce que pour ne pas m'enfermer dans ce diagnostic qui peut être restrictif par rapport à moi-même, et à l'image que j'ai de moi-même, mais il y a des jours où c'est juste trop difficile.

Pour parler un peu de mon cas sans faire un roman, disons que je suis une personne très solitaire, de maintenant 42 ans. J'ai eu un parcours scolaire chaotique, rebondissant entre grandes facilités et un vague à l'âme qui m'a fait préférer largement l'école buissonnière à l'école carcérale, dans l'indifférence, d'ailleurs, de mon entourage. Livré à moi-même, deux redoublements, pas de bac, abandon des études après cet échec, sans avoir jamais fourni le moindre effort scolaire du CP jusqu'au bac. Ce qui s'ensuit n'est que la suite logique. Quelques années de travail s'embrayant dans la foulée d'un service d'objection de conscience, au bout de 5 ans, mon contrat se termine à l'issue d'un conflit avec ma hiérarchie, et depuis je n'ai jamais réintégré le milieu professionnel (16 ans déjà).

Depuis, j'ai fait des choses beaucoup plus intéressantes, et notamment des choses de mon propre choix (monté une association puis passé à autre chose, écrit des romans, effectué des études de naturopathie, pris des cours de dessin, etc.), mais mon histoire me rattrape toujours. Passé depuis environ 9 ans au régime de l'AAH, je n'espère même plus réintégrer un parcours normal, et suis devenu très isolé, à part quelques membres de ma famille et un ou deux amis (surtout dans le monde virtuel). D'un côté, cette solitude relative me va bien, d'un autre elle est pesante, lorsque je ne trouve personne pour partager mes centres d'intérêt, ou simplement échanger avec moi sur certains sujets assez "pointus". Et puis quand je me sens mal, et que mon entourage ne veut pas en entendre parler, ou bien se trouve de toute façon trop loin de moi pour m'apporter un soutien autre que symbolique. La situation est parfois dangereuse, car sans être suicidaire, je suis conscient que cette tendance existe en moi, et resurgit dans les moments difficiles, ne serait-ce que comme une porte de sortie imaginaire... du moins, jusqu'à présent.

Bref... Je n'irai pas plus loin dans le pathos, et j'espère à l'occasion pouvoir faire découvrir des aspects de moi-même plus réjouissants.

Quoiqu'il en soit, merci de m'accepter sur ce forum.
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par utilisateurdebase le Sam 23 Juil 2016 - 9:02

entièrement d'accord avec toi concernant la volonté de ne pas s'enfermer dans une identité, de ne pas se coller une étiquette et de ne pas s 'engluer dans la pathos Smile
comme on est au moins 2, tu devrais statistiquement trouver plein de gens à qui parler ici^^

utilisateurdebase

Messages : 787
Date d'inscription : 30/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Cassiopée34 le Dim 24 Juil 2016 - 13:39

Je te souhaite la bienvenue à mon tour Smile
Ton histoire est touchante...
Cassiopée34
Cassiopée34

Messages : 116
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 30
Localisation : Montpellier / Hérault

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Dim 24 Juil 2016 - 18:38

Merci pour l'accueil. Smile
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Yoda300 le Lun 1 Aoû 2016 - 18:56

Bienvenue !

Les amitiés virtuelles, c'est bien pour commencer en douceur.
Yoda300
Yoda300

Messages : 1253
Date d'inscription : 12/06/2016
Age : 47
Localisation : Haute-Garonne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par ortolan le Lun 1 Aoû 2016 - 19:05

.


Dernière édition par ortolan le Ven 8 Déc 2017 - 1:48, édité 1 fois
ortolan
ortolan

Messages : 13579
Date d'inscription : 31/07/2016
Localisation : Pas de MP : boîte pleine

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Jeu 4 Aoû 2016 - 22:07

Bienvenue Loxosceles, Où l'on voit que la définition 'Asperger' et sujette à bien des variations d'appréciation individuelle, quand on lit ton parcours associatif, d'objecteur, de choix de vie qui sont effectivement plus les signes de ton refus d'hyper-adaptation.
Tu trouveras ici beaucoup de réponses, les bonnes les mauvaises, c'est une navigation stimulante.
PatriciaClaire
PatriciaClaire

Messages : 62
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Jeu 4 Aoû 2016 - 22:19

Salut et merci pour la bienvenue.

J'aimerais te demander si tu pourrais clarifier ceci :

PatriciaClaire a écrit:Où l'on voit que la définition 'Asperger' et sujette à bien des variations d'appréciation individuelle, quand on lit ton parcours associatif, d'objecteur, de choix de vie qui sont effectivement plus les signes de ton refus d'hyper-adaptation.

C'est pour être sûr que je n'ai pas compris à côté de la plaque. Merci d'avance.
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Jeu 4 Aoû 2016 - 23:22

Ah, une phrase qui fait tilt?
Je te conseille de lire les premiers chapitres du livre de Monique de Kermadec, "L'adulte surdoué à la conquête du bonheur"....

Le terme hyper-adaptation peut être remplacé par un autre terme que j'ai oublié ce soir, mais c'est le sens qui est important.

Je pense que tu es plus le siège d'une douance que d'une structure Asperger, encore que la limite entre les deux soit à mon avis obsolète.
Pour Monsieur Toutlemonde, l'apprentissage des normes n'a pas posé question, mais pour les HPI, les zèbres de toutes natures, tout question est mise en balance, ce qui ne permet pas de s'adapter, de s'identifier à la norme, à moins de se nier soi même. (c'est très résumé)....
De fait, tu me fais l'effet d'avoir refusé cette sorte de perdition de soi-même, que provoque la volonté d'être 'Normal'.
Refuser cette 'sur-adaptation' permet une sorte de résilience, de construction originale de soi, une création, qui évite de se perdre soi.
Malgré tout, le risque est de s'enfermer, au lieu de s'ouvrir aux autres.

Si j'ai mis cette phrase énigmatique, c'est que dans ta présentation, tu ne fais que peu référence à la douance, à la zébritude, et tu mets en avant ton 'autisme'.
Malgré tout, les thèmes que tu abordes, ressemblent fort à la problématique des surdoués..
Sans doute voulais-je lancer quelques pistes!...
PatriciaClaire
PatriciaClaire

Messages : 62
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 5 Aoû 2016 - 0:06

Merci pour ta réponse, je comprends mieux ce que tu voulais dire en effet. Je crains de ne pas pouvoir m'épargner une longue réponse...

Pour ce qui est de la "douance", j'ai dit ailleurs que j'évitais d'utiliser tous ces termes : douance, zèbre, précocité, etc., surtout parce qu'à mon avis ils sont trop vagues et chargés de lourds présupposés. Tu me dis que la définition d'Asperger l'est tout autant, et que finalement, les problématiques qui se posent entre autisme Asperger et douance tendent à se brouiller, et j'en suis bien d'accord.

A ce stade, j'insiste bien sur le fait que je suis auto-diagnostiqué Asperger, et pas du tout diagnostiqué officiellement, mais il y a une raison à cela, qui éclairera d'un autre jour ce que tu dis sur le brouillage Asperger/surdon. Je vais raconter ça un petit peu en détail.

A deux reprises, une fois pour les "3 jours", avant ma période de travail, et une fois lors d'un bilan de compétence, après cette même période (donc plusieurs années d'intervalle, je dirais 7 ou 8 ), j'ai passé des tests psychotechniques, et à chaque fois, on m'a dit que mes résultats étaient exceptionnels. Le militaire qui m'a reçu après les tests des 3 jours m'a même parlé d'un sans faute, et il voulait me recruter pour les paras, les chasseurs alpins ou autre bidule d'élite. Pas de bol, j'avais déjà mon statut d'objecteur, et ma convocation aux 3 jours était vraisemblablement une erreur de leur part. Ça ne m'a pas beaucoup frappé à l'époque, je savais que j'étais doué pour ce genre d'exercice là, et pourtant j'avais raté mon bac (et étais passé à côté de ma scolarité). Disons que ça me permettait de me dire que j'étais quand même mieux que ces cons de militaires... (désolé s'il y en a qui me lisent)

Pour le bilan de compétence, c'était encore plus frappant. La femme qui m'a fait passer les tests était stupéfaite. Je me rappelle clairement qu'elle a dit "c'est du jamais vu... il y a clairement un potentiel non exploité", puis elle a parlé d'une orientation vers une carrière d'ingénieur. J'imagine qu'elle doit pourtant voir des tas de tests passer tous les jours (idem pour le militaire, puisque les 3 jours se passaient par troupeaux entiers). Mais voilà, ça ne m'a encore pas frappé. En fait, j'étais conscient de ça, et ces tests ne faisaient que confirmer une aisance intellectuelle, ça ne me flattait même pas tant que ça qu'on me le reconnaisse, mais un peu quand même, et à vrai dire, ça me suffisait... Je n'ai eu aucune envie de m'enfermer pour des années d'étude pour raccrocher une carrière d'ingénieur, après le vécu scolaire calamiteux que je trainais, donc j'ai simplement laissé tomber...

Tout ça pour dire que je sais, j'ai toujours sur que j'étais "doué", oui mais et alors ? La première réflexion que je me suis faite à moi-même après ce bilan de compétence a été de me dire "je n'ai aucune envie de m'insérer dans leur truc, là... devenir l'esclave bien rangé qui met ses talents au service de ce système pourri qu'on ne me laissera jamais changer de l'intérieur ? adios..." J'avais vécu ça au travail : animateur socio-culturel perdu au milieu des petits arrivistes de ce milieu précis, semi-incompétents, certes pleins de bonne volonté, d'envie de bien faire, mais décourageant toute tentative d'amélioration du travail et de ses conditions... Dans ma tête, c'était déjà fini pour moi, le monde du travail... Ce que l'avenir n'a fait que confirmer, et plus encore au moment où j'écris ces lignes.

Donc tu as sûrement raison avec cette affaire de résistance à l'hyper-adaptation, mais je n'ai pas tout dit... Par la suite, j'ai eu deux expériences bien précises qui m'ont mené là où je suis.

La première : après plusieurs années d'errance, je me coltine une formation  dans un domaine qui m'intéresse vaguement, mais qui est surtout un vaste fourre-tout pour asociaux avec quelque chose dans la tête (l'infographie). C'était facile, relativement intéressant, et cerise sur le gâteau, mes deux profs étaient supers, dont un vieux hippie sur le retour, et l'autre un type super-compétent, pertinent dans ses remarques et tout. J'apprenais beaucoup de choses, seulement voilà, j'ai quand même pété un câble. La formation devait durer 6 mois à mi-temps, j'ai commencé à m'écrouler au bout de 3, et j'ai craqué durant le 4e (idées noires, angoisses, cauchemars, insomnies). Je suis allé voir mon médecin, alors que j'avais commencé (comme au lycée) à faire sauter des cours. Plutôt penaud, ne sachant pas comment formuler la chose, je vais au plus court, et je lui dis le truc pratiquement comme ça : "voilà, j'ai entamé une formation, mais euh... je n'y arrive pas". Il a commencé par piquer une colère, et alors que je lui avais toujours fait confiance, il m'a répliqué "mais enfin, la normalité c'est le travail, c'est pas le non-travail"... visiblement choqué dans ses références, et pensant sur le coup avoir à faire à un simple tire au flanc. Puis il s'est repris tout seul, en voyant que je ne savais comment réagir, puis il s'est rappelé qu'il m'avait signé une reconnaissance de handicap, genre deux ans plus tôt, portant sur des raisons physiques et psychiques, et il a dit à peu près "ah mais c'est vrai, vous... vous n'arrivez pas à travailler..." et il a fait un arrêt de travail. Je ne suis plus jamais retourné à cette formation (qui était rémunérée, il faut le savoir, je n'avais aucun intérêt à ne pas la finir).

La seconde : après avoir refusé pendant longtemps tous les diagnostics et conseils ("vous feriez un excellent ingénieur", "vous êtes borderline et anti-conformiste", "vous devriez faire une psychanalyse", "je te verrais bien comme agriculteur..." ) qui pourtant avaient probablement du vrai dans une certaine mesure, au moins dans certains cas, mais ne me semblaient ni expliquer ma situation, ni en fournir une issue autre qu'une fuite, et après avoir passé des années à lire des trucs sur les surdoués (sur internet, aucun bouquin en l'occurrence), il me semblait que le surdon n'était qu'une part de l'explication, qu'il devait y avoir des choses dans mon passé, mon vécu, ma famille, etc. J'ai vu des psys (j'en voyais bien avant cela) par intermittence, m'agaçant aussi de leurs discours après quelques séances en général. J'ai pourtant fini par avoir un déclic quand je suis tombé sur le sujet spécifique de l'autisme Asperger. Au début, comme d'habitude, je n'y prêtais pas trop attention, mais assez rapidement, je me suis dit "nom de Dieu mais... ça pourrait expliquer tant de choses... ce sentiment d'être émotionnellement coupé du monde, la difficulté quasi insurmontable à me rapprocher de mes aspirations, le fait que je sois aussi démuni face à certaines situations de l'intimité que face à beaucoup de situations de la société..." et j'en passe, et j'en passe... C'était comme une révélation, alors bien sûr, j'ai fait des tests (ce n'était pas la première fois, j'ai toujours été assez friand de systèmes typologiques comme l'ennéagramme, le MBTI, et d'autres) et pour la seconde fois (l'ennéagramme avait été la première, mais beaucoup plus superficielle, avec le recul) j'ai eu le sentiment que ça me correspondait tellement que ça devait être la clef.

Enfin bon, voilà... Pour tenter de conclure, je crois que chez moi, les problématiques du surdon (j'en comprends très bien les implications, en terme d'incompréhension, de décalage, d'esprit critique, etc.) et de l'autisme se superposent (cela expliquerait plus particulièrement pourquoi j'ai pu subir un harcèlement de la part de profs, une solitude maladive malgré mon aspiration à avoir des amis et une vie sociale riche, une profonde aversion pour tout ce qui me ramène au réel froid, comme les paperasses, ma fuite de toute forme d'obligations sociales qui va bien au-delà du simple dégoût, etc.).

Je ne veux pas sur-interpréter non plus, ni surestimer l'aspect autistique dans mon cas, d'ailleurs je suis plus attaché à la vérité qu'à m'enfermer dans une quelconque étiquette victimaire, même si je suis clairement en quête de quelque chose qui me protègerait de la société, car je la vois clairement comme une menace vitale envers moi-même. Je suis persuadé que je deviendrais fou, si je devais m'y intégrer réellement. Peut-être n'est-ce pas propre à l'autisme Asperger, certainement même, mais il me semble évident qu'il renforcerait ce problème.

Enfin, j'ai tendance à voir mon père comme un exemple d'Asperger hyper-adapté, ne se connaissant pas lui-même, et ayant certaines caractéristiques que certains attribueraient à la perversion narcissique (autre étiquette que je déteste), mais que je vois plutôt comme des débordements de colère qui proviennent d'une mauvaise connaissance de lui-même avant tout.

Désolé pour le pavé, mais ton hypothèse nécessitait de raconter un peu l'ensemble avec autant d'honnêteté et de précision que possible, je pense. Je n'ai pas tranché, pour ma part, et je suis avant tout ici pour mieux comprendre (et compléter mon actuelle psychothérapie).


Dernière édition par Loxosceles le Ven 5 Aoû 2016 - 5:35, édité 1 fois
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Ven 5 Aoû 2016 - 3:02

J'ai goûté ton texte et tes explications avec plaisir. Il est tard, je me permettrai une réponse demain, plus fournie, pour continuer le dialogue. Ta réponse est super belle.

La définition qu'on donne des zèbres et du rapport avec Asperger, je suis tout à fait d'accord pour la moduler, c'est une question ouverte, et je ne détiens que quelques clés:

Mon père, je le définis comme asperger intégré à sa façon, mais qui sans colère, a fui ses enfants autant qu'il le pouvait, fuyant par là l'affrontement à l'affectif que nous voulions recevoir. Ma petite soeur, elle, milite dans une association Aspi, elle a deux fils, un 'classé' THQI, l'autre HQI et Asperger, et elle même, se définit comme possiblement HQI (c'est même certain, pour moi) et limite aspi (nous avons réfléchi ensemble, le problème est justement cette lisière floue du malaise RESSENTI qui finit par faire se ressembler les deux conditions...

Quand à moi, j'ai été testée HPI il y a bien des années (à 15 ans; j'ai 56 ans) sur la pression de ma soeur, j'ai effectué le test Aspi sur internet, il ne fonctionnait pas (incohérence), ou ne montrait que des signes non aspi, pour ce qui est ma vie actuelle... mais par le passé, ma soeur me faisait remarquer comme ma symptomatologie ressemblait à la problématique aspi...

...Je ne suis pas d'accord. Elle avait des notes genre 21 sur 20 partout, moi j'avais des zéro partout, tout en étant hpi dépistée. ce n'est qu'après mon arrêt de travail, à lire les descriptions (sur internet aussi, le seul bouquin que j'ai lu ,partiellement!, est celui que je t'ai cité...) j'ai pu avoir la certitude que la symptomatologie d'échec des HPI est identique à la mienne.

Voilà, en guise d'introduction pour ce soir, pourquoi je t'ai lancé sur ma propre vision des choses, et tes réponses sont admirables, parce qu'elles sont dans la même cohérence, j'aime beaucoup et je relirai plus tard ton texte pour bien l'assimiler.

Je n'ai pas non plus une haute opinion du monde dans lequel nous sommes forcés à vivre. J'ai cessé de travailler, et je ne reprendrai pas non plus le travail. Après un congé de longue durée pour dépression, parce qu'il faut bien mettre un motif, je serai en retraite anticipée.
Au départ, j'ai fait une sorte de burn-out, sans doute lié à mon traumatisme lombaire assez grave qui m'a affaibli, mais j'ai pu voir comme je m'abîmais à essayer de contenter ce même milieu bourgeois que je servais indirectement.
On a critiqué mon travail, malgré mes efforts désespérés pour palier ma pathologie que je ne comprenais pas non plus, il faut dire, mal diagnostiquée... J'ai donc quitté brusquement mon travail et par deux fois ayant repris, j'ai lâché à nouveau.
Je ne peux que me sentir en résonance avec ce que tu as vécu. Comme dans les dialogues avec ma sœur par le passé, j'ai du mal à croire que ce côté mimant asperger ne soit pas une résultante d'un cerveau différent, dit HPI, au sens où son fonctionnement est différent, causant une difficulté à s'adapter à un monde qui de toute manière, nous est étranger.
Ma sœur dit s'être construite une bulle, qui lui permet de travailler sans état-d'âme.
Pour ma part, mes lectures, mes connaissances de travaux scientifiques, me permettent au contraire d'aller vers les autres, limpide, avec une certaine naïveté assumée, qui m'expose terriblement aux autres, mais qui est aussi une clé pour explorer l'arrière façade de la pseudo-normalité des gens.




PatriciaClaire
PatriciaClaire

Messages : 62
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 5 Aoû 2016 - 5:33

Merci beaucoup pour cet échange dors et déjà, qui me donne l'occasion d'une réflexion sur mon cas et me fait entrevoir quelques possibilités. J'aurais dors et déjà une ou deux choses à dire qui me sont venues, mais que je vais laisser mûrir un peu, en attendant la suite de tes remarques, avec beaucoup d'intérêt. Nos expériences semblent en effet fournir quelques croisements...
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Ven 5 Aoû 2016 - 22:53

Ma référence scientifique pour le sujet 'Asperger', c'est en langue anglaise, les travaux du Pr Simon Baron-Cohen, et de son Autism-research-Center à Cambridge. (Ouille, si tu lis et comprends l'anglais...de Cambridge!)
Là tu peux t'y perdre des heures pour intégrer des données des neurosciences, et tout l'arsenal neuropsychologique des tests que cette équipe utilise pour cerner la question de la condition autistique.
Là, je veux dire sur leur site internet www.autismresearchcentre.com
et sur Youtube où S.Baron-Cohen a été filmé lors de nombreuses conférences qu'il a donné à travers le monde.
Pour être plus complète, il faut aussi chercher des articles sur la particularité du cerveau des autistes, sur la maladie pseudo autistique liée aux additifs des vaccins ou aux vaccins eux-mêmes, sur la part génétique des formes d'autisme grave.

Pour ce qui est la partie HPI, j'aime beaucoup le site http://www.talentdifferent.com/sommaire

...tu apprécieras certainement le terme?

J'y ai trouvé des articles, des liens intéressants, et surtout des témoignages passionnants qui me renvoient à moi-même, d'autant que les femmes sont nombreuses à intervenir...

Mais bon, ça c'est encore un de mes trucs, la douance ne me semble pas la même selon la sexuation du cerveau (je n'ai pas dit selon le sexe...) et si tu es passé avant chez Simon Baron-Cohen, tu comprendras certainement le distiguo.

Malgré tout, je suis assez seule à défendre ces idées, de même que le lien avec 'la condition Asperger'

Pour ce qui est de l'isolement, de l'incapacité à se faire à la norme, carrière-confort financier-vie banale, en explorant le forum, ou plutôt les témoignages, tu t'apercevras que ta situation est assez représentative de certains types de HPI.

Nous nous posons trop de questions pour enfiler le costume de la norme, et d'une manière ou d'une autre, nous supportons mal l'injustice, l'à-peu-près, le mensonge des normes qui se disent universelles... et cætera
J'aurai été courte ce soir!, mais avec les liens qui vont se ramifier, c'est toute la recherche sur la condition Asperger qui s'ouvre à toi!
Je m'efface donc un moment.... : Arrow sleep:
PatriciaClaire
PatriciaClaire

Messages : 62
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 5 Aoû 2016 - 23:19

Merci à toi, je vais grignoter les liens à mon rythme, sans me bouffer le cerveau quand même. Jusque là j'ai pas mal rechigné (trop de blogs où chacun donne sa petite vision subjective et trucs comme ça, sans qu'il soit vraiment possible de vérifier les propos sans s'impliquer), mais il faut bien que je rentre un peu dans le truc à un moment.

J'ai déjà croisé pas mal de discussions enrichissantes, et j'ai bien vu que ma problématique n'est pas isolée. Après il reste la question : d'accord mais ce type qui dit comme moi, il est pas un peu Asperger, aussi ?

J'ai songé à ouvrir un sujet sur les spécificités du syndrome, mais chaque chose en son temps.
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Sam 6 Aoû 2016 - 2:59

Ici une page de plusieurs i-tests de référence dont un sur le risque autistique:
http://mindchecker.channel4.com/

Ce site a été le support d'une i-recherche sur un demi million de personnes qui ont répondu au test sur l'autisme, publiée sur l'Autism research center.
Mon résultat, conforme:
Loxosceles Captur11
PatriciaClaire
PatriciaClaire

Messages : 62
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Sam 6 Aoû 2016 - 3:32

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=517126autismtest.jpg

En fait, j'avais déjà fait deux fois ce test en français, je crois. A chaque fois il y a deux ou trois questions qui me font un peu hésiter, mais je tombe toujours sur un résultat de ce genre... J'en ai fait d'autres, qui donnent des résultats similaires, en général.

PS : je ne sais vraiment pas où commencer, sur autismresearch... c'est effrayant...

PS 2 : effrayant...
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par PatriciaClaire le Sam 6 Aoû 2016 - 4:16

essaie une conférence de SBC, c'est moins fatiguant!

www.youtube.com/watch?v=eEYy1GXaNNY

moi je lâche je vais au dodo, ça peut être utile!
PatriciaClaire
PatriciaClaire

Messages : 62
Date d'inscription : 25/01/2016
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Lun 8 Aoû 2016 - 13:44

Donc j'ai regardé ça et j'ai fouillé un peu les liens, mais je me suis rendu compte que j'avais déjà exploré plusieurs de ces pages. J'aurais plutôt tendance à me conforter dans mon auto-diagnostic, puisque ces tests que j'ai fait pointent bien vers une certaine forme, ou un certain degré d'autisme, mais surtout, j'ai du mal à voir l'intérêt d'éplucher en profondeur tous les articles sur le sujet. Ça ne peut qu'alimenter une certaine obsession, et je crois malheureusement que seul un professionnel pourrait m'aider à trancher la question, ce que je n'ai pas forcément très envie de faire, pour ne pas créer un effet d'étiquette trop puissant.

Je retiens l'idée que la tendance à l'hyper-adaptation, ou au contraire, la résistance à cette hyper-adaptation, peut brouiller les cartes, en apportant des éléments acquis qui vont se greffer sur un éventuel autisme inné, ou sur tout autre schéma pré-existant, et qu'une situation du "surdon" pourrait suffire à expliquer certaines choses, en conjonction avec la résistance à l'hyper-adaptation. Donc j'en suis à peu près à ce stade de la réflexion sur cet aspect.
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Sun Simiao le Lun 8 Aoû 2016 - 17:24

Bonjour cher ami !
J'ai lu tes premières publications... mmmh. Je ne suis certes pas psy (mon père l'est, mais c'est pas génétique Wink ), mais connaissant une vraie de vraie Aspeger certifiée, bien autiste comme il faut, j'ai du mal, à te lire, à t'imaginer autiste. Voilà mon ressenti. Tout ce que tu veux, mais pas autiste. Je peux me tromper, bien évidemment, mais à mon avis, t'es un cas bien moins désespéré... et plus banal... et donc bien plus apte au bien-être, à l'épanouissement. Je ne sais pas comment... y'a des tas de choses utiles à lire ici... Trauma ? =>EMDR ? + Un vrai bon psy ? Problèmes relationnels ? idem, EFT ? CNV + introspection intelligente ? Etc...
Il semble que tu aies simplement du mal à accepter l'imperfection du réel, et que tu doutes du fait que tu puisses contribuer à l'améliorer. Plus de l'auto-sabotage. Mais bon... A la limite, c'est l'extrême du banal ! Wink
Sun Simiao
Sun Simiao

Messages : 732
Date d'inscription : 04/08/2016
Localisation : ici

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Mar 9 Aoû 2016 - 0:01

...


Dernière édition par Loxosceles le Mar 9 Aoû 2016 - 5:59, édité 2 fois
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Mar 9 Aoû 2016 - 5:24

PatriciaClaire a écrit:
Je ne peux que me sentir en résonance avec ce que tu as vécu. Comme dans les dialogues avec ma sœur par le passé, j'ai du mal à croire que ce côté mimant asperger ne soit pas une résultante d'un cerveau différent, dit HPI, au sens où son fonctionnement est différent, causant une difficulté à s'adapter à un monde qui de toute manière, nous est  étranger.
Ma sœur dit s'être construite une bulle, qui lui permet de travailler  sans état-d'âme.

Ce que j'ai du mal à comprendre, c'est comment une structure non-asperger peut donner une telle ressemblance. Mimétisme, dis-tu. Mais alors il y a forcément une base commune. Dans mon cas, dans tous les tests que j'ai fait, l'aspect autistique est fort. Il est vrai que je ne me retrouve pas dans tous les aspects typiques d'Asperger, mais il est vrai aussi que certains traits apparemment typiques sont très forts chez moi. Alors... dans mon cas, une base autistique qui m'aurait induit en erreur ? Une définition d'Asperger pas assez exclusive ?

J'avoue que le côté autistique à lui seul pourrait déjà expliquer pas mal de choses, maintenant tu dis que le monde est étranger aux HPI en général. J'avoue avoir du mal à comprendre pourquoi. Dans mon cas j'en suis à un point que, pendant longtemps, je ne savais jamais dans quel magasin acheter tel ou tel truc... Je devais toujours demander à d'autres. Pareil, quand je faisais des voyages, c'est toujours les autres qui organisaient tout, moi ça me dépassait. Exemples parmi d'autres de ce décalage, de la déconnexion à laquelle me conduit cet état de rêverie quasi-permanente dans laquelle je baigne depuis la petite-enfance (j'ai quelques souvenirs, rares mais assez parlants, de cela, mais de l'ordre du ressenti, essentiellement, et aussi quelques images).

Bref, je cherche...
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Beautymist le Lun 18 Sep 2017 - 18:34

@Loxosceles : bienvenue à toi Smile

Belle présentation, qui donne envie d'en savoir plus, en particulier...

j'aimerais savoir... quels sont tes intérêts spécifiques ? les fameux "sujets pointus" qui te passionnent, et sur lesquels tu ne trouves pas forcément grand'monde pour échanger ?

@Patricia Claire : merci pour tes interventions limpides, elles sont très éclairantes.
Beautymist
Beautymist

Messages : 1612
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 47
Localisation : Ailleurs

http://teatatteredpages.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Lun 18 Sep 2017 - 20:43

Je ne sais pas trop si "pointu" était le bon terme. Disons des intérêts bien particuliers. Comprendre l'humain, sa société, et puis le mystère en général. Mieux comprendre en tout cas. Ne pas rester dans l'ignorance ou la simple indifférence, je suis très curieux. Et je ne rencontre pas grand monde trouvant écho dans mes intérêts... d'où le sentiment peut-être qu'ils sont "pointus".

Tout ce que je ne comprends pas, et tout ce qui me choque, m'intéresse. La banalité m'ennuie, comme si j'en avais fait le tour par nature en venant au monde (pour être un peu prétentieux, quoi... en grandissant on perd un peu de sa capacité à s'émerveiller, forcément, et malheureusement). Après on a tous sa définition de la banalité, et on est bien d'accord que simplicité et banalité sont deux choses distinctes.
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Beautymist le Mar 19 Sep 2017 - 16:26

J'ai bien aimé ton aticle sur la pyrale du buis (avec un joli tacle à l'anthropocentrisme ! Smile ) - j'ai un intérêt particulier pour les insectes, alors j'ai commencé ton blog par ce biais.
Beautymist
Beautymist

Messages : 1612
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 47
Localisation : Ailleurs

http://teatatteredpages.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Mar 19 Sep 2017 - 23:27

D'accord, oui en effet. Ce n'est pas forcément le genre de sujet que j'aborde souvent, mais je n'ai pas de tabou. Je travaille sur un article concernant les villes, les méfaits de l'urbanisme sur la santé mentale, mais là je fais une pause...
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Ven 22 Sep 2017 - 22:00

J'ai vu des insectes sur ton blog, en effet. Du coup, si tu (ou d'autres) veulent voir des insectes (et des chats, un serpent, des marmottes et d'autres bricoles), je remets le lien vers mon deviant art (je suis pas photographe, mais je me débrouille).

https://cyclocosmia.deviantart.com/gallery/

Y en a ici :

https://cyclocosmia.deviantart.com/gallery/50495627/Vie-animale-haute-Maurienne

Et puis ici :

https://cyclocosmia.deviantart.com/gallery/50480358/Loire-et-haute-loire

(le blanc et brun-roux est mon chat)

Je suis assez fan de ces deux là, moi qui n'avais jamais fait de macro avant :

https://img00.deviantart.net/c3f2/i/2012/160/9/6/coleoptere_by_cyclocosmia-d52vnm5.jpg

https://pre00.deviantart.net/53b4/th/pre/i/2012/160/0/d/bourdon_noir_by_cyclocosmia-d52vntw.jpg

J'ai quelques images à rajouter, notamment mes derniers dessins, mais là j'ai la flemme... ou plutôt une grosse fatigue psychique.
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Ladislas le Sam 23 Sep 2017 - 0:54

Bonsoir Loxosceles,
Le spectre autistique en général et asperger en particulier est un éventail vaste et ramifié comme l'infinité des couleurs existantes. J'enseigne à des asperger - on m'a dit aussi que j'aurais un pied dedans... - et si tu l'es, tu le serais à mon sens uniquement sur le plan relatif à tes difficultés relationnelles (phobie du contact, repliement vers une solitude exclusive, etc...), car je ne repère pas dans ce que tu écris la structure insularisée de l'esprit d'un autiste "classique", constituée en ilots d'extrêmes compétences, séparés par de vaste zones d'assèchement cognitif analogique et relationnel. J'essaye de mettre en place des stratégies pour "repeupler" ces béances chez mes élèves: on verra bien ce que ça donnera... Mais tu ne me sembles pas relever de cela: tu disposes au contraire d'un formidable esprit d'analyse et d'une pensée extrêmement structurée dont on voit l'empreinte dans ton orthographe impeccable. Si je peux me permettre, en toute fraternité amicale: il ne te manque que de te mettre en marche pour aller aider tous ceux qui t'attendent et ont terriblement besoin de toi et de la si belle vision du monde qui est la tienne, loin de toute cette médiocrité qui nous tue.
Je t'envoie toute mon amitié chaleureuse et mes encouragements: quand tu vas te lever, le monde va changer, au moins autour de toi.
Ladislas

Ladislas

Messages : 25
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Sam 23 Sep 2017 - 1:17

Salut. Je vois ce que tu veux dire. La question est : où sont mes jambes ?

Les tests que j'ai pu faire semblent confirmer ton appréciation, puisque je correspondrais seulement à certains aspects de ce spectre autistique. Cela pourrait trouver une origine dans mon enfance, dans mon passé médical ou psychique, peut-être... Sans doute aussi dans des traumatismes ayant heurté ma psychologie fragile, avec un comportement timide me donnant parfois beaucoup de mal à trouver des ressources. J'ai aussi remarqué que cela peut dépendre complètement des jours, avec des moments où je suis vivant et communicatif, et d'autres où je me montre incapable d'aborder qui que ce soit, je bredouille avec hésitation (j'ai tendance à parler très faiblement). Mon père me ressemble un peu sur ce point, mais il a beaucoup plus d'énergie et d'assurance (qu'il n'a pas contribué à me transmettre, tout au contraire). Enfin, je travaille sur ça... mais il est vrai que j'ai tendance à toujours plus me renfermer, avec toutefois des sursauts pour m'intégrer dans le monde, trouver des activités, mais sans trouver la solution pour engendrer une dynamique relationnelle positive (je m'épuise très vite à ce jeu).

Bref... une partie de mon énergie semble me manquer. Ceci ajouté à un relatif manque de foi en l'humain qui s'est alimenté au fil du temps (à cause d'échecs répétés, vraisemblablement).

Enfin voilà... j'essaye d'évoluer, ça suit son cours (j'avais écrit "corps", lapsus...) mais pas forcément dans le bon sens en ce moment, quoique...
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Weigela le Sam 23 Sep 2017 - 1:30

joyeux anniversaire (me semblait bien que j'avais pas vu le même âge) Smile
Weigela
Weigela

Messages : 972
Date d'inscription : 23/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Ladislas le Sam 23 Sep 2017 - 1:42

Cher Loxosceles,
Je crois sentir que ton problème avec les autres résulterait peut-être - note bien le conditionnel qui t'indique que je prends très au sérieux le fait de me planter possiblement complètement en te parlant - d'un problème de place. Nous venons au monde par une succession de processions généalogiques, de sorte que nos pères nous "surplombent" symboliquement...jusqu'à un certain point seulement, dont certains pères ne savent pas apprécier correctement les limites, en empiétant sur un territoire qui ne leur appartient pas. Si je peux me permettre, j'ai le sentiment, au travers de la mélodie profonde qui émerge de tout ce que tu écris, que tu peines à te mettre debout sur tes jambes - comme tu le dis si bien - parce que se serait - note le conditionnel - immiscée en ton esprit l'idée qu'une fois debout il n'y aurait pas de place pour les semelles de tes chaussures: ta place à toi, inaliénable à jamais, du simple fait que tu sois avec nous tous en ce monde. Ton père t'a-t-il permis de prendre ta place, ou a-t-il campé abusivement dessus? Si c'est la deuxième proposition qui est la bonne, comme j'en ai l'idée, tu trouveras cette place disponible pour tes pieds à toi le jour où tu sauras te persuader que cette place n'appartient qu'à toi seul. Et ce jour-là, tous ceux qui t'attendent et ont besoin de toi seront chanceux.
Je te souhaite avec toute mon amitié et ma sympathie d'aller chercher cette force en toi: elle s'y trouve, sois-en certain.
Fraternellement,
Ladislas

Ladislas

Messages : 25
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Dim 24 Sep 2017 - 20:13

Merci pour vos messages.

Ladislas, je suis assez touché de ton attention, d'autant que je vois bien que tu n'es intervenu que sur mon fil...

Je n'ai pas répondu parce que j'ai préféré méditer à tout ça, et je continuerai. Aussi je ne vais pas trop épiloguer, je dirais simplement qu'il me semble qu'il y a au moins une part de pertinence dans ton propos, mais je n'arrive pas encore à bien cerner. Ça me viendra si ça doit me venir, j'imagine...

Enfin voilà.
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Ladislas le Lun 25 Sep 2017 - 2:38

Cher Loxosceles,
(Au passage, je suis persuadé que tu ne partageais jusqu'à présent avec ces charmantes petites bêtes que la tendance à un certain repli et une solitude non choisie, et non le caractère défensif mais très venimeux de leur morsure: je suis persuadé qu'avant peu tu pourras choisir un pseudonyme qui te correspond mieux)
Je suis infiniment heureux si j'ai pu t'aider ne serait-ce que de manière infime. Ce dont il est question est une affaire de structure chez nous autres humains. L'écrasante majorité des problèmes qui nous font souffrir est due à cette question de place. Le décalogue, dont Jacques Lacan disait qu'il est la condition sine qua non de possibilité de tout langage (je donne le sens de ce qu'il a dit), et, je rajoute, de toute relation humaine correctement instituée, ne s'emploie pas à autre chose que d'établir les bornes viables de cette question centrale de place.
Le problème est que notre substrat corporel nous fait appartenir dans un premier temps au règne animal, régi par des dominants et des dominés, des oppresseurs et des opprimés. Et la matrice de toute relation se trouve dans celle que nous entretenons avec nos propres parents, qui n'ont pas toujours su s'émanciper de cette origine-là. Qu'est-ce qui est plus vulnérable à une relation non correctement établie qu'un bébé puis un enfant? Or nous appartenons à ce que l'on appelle dans la Bible le Royaume, où seules les lois fondamentales du langage définies dans le Décalogue ont cours, loin de toute perversion, de tout détournement et de tout abus. Le langage ne s'établit correctement qu'entre pairs et égaux, entre lesquels toute notion de hiérarchie fondée sur la domination où la distinction quelles qu'elles soient a disparu.
Je ne suis intervenu que sur ton fil, car j'ai senti que tu étais réellement en souffrance, ce qui m'est intolérable. Ce qui me permet de te dire tout ce que je te dis, c'est que j'ai traversé pour ma part ce mur de feu-là, avec grande souffrance, et que j'en suis sorti complètement transformé. Si par ce biais je peux t'aider, même de manière infime, je suis heureux. Quand tu te seras mis debout, avant peu je le sais, tu pourras à ton tour aider ceux autour de toi qui ont besoin d'un appui pour pouvoir prendre leur place à eux. Rentrer dans cette dimension, dans les limites justes et correctement établies de sa propre place, c'est ce qu'on appelle rentrer dans le Royaume: tu y as ta place qui t'attend.

Avec toute mon amitié fraternelle,

Ladislas

P.S.: si tu avais quelques doutes, je ne suis pas le moins du monde curé, il s'en faut de beaucoup.

Ladislas

Messages : 25
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Ladislas le Lun 25 Sep 2017 - 3:19

Un mot encore, si tu m'y autorises: liberté, souveraineté, considération et respect de soi-même comme des autres forment l'horizon ultime et le sens de notre être au monde. Tout le reste n'est que de la broderie.
Je viens de prendre connaissance d'une très pertinente analyse de Bernard Charbonneau de l'épisode du Christ à Séville tiré des "Frères Karamazov", dont le texte t'intéressera peut-être, je pense. Il y est question avant tout de liberté:
(Il faut rajouter h t t p s : / /)
lagrandemue.wordpress.com/2017/06/06/un-satan-chretien-la-parabole-du-grand-inquisiteur-de-dostoievski/

Le texte de Dostoïevski est ici : (Il faut rajouter h t t p s : / / w w w. )
akklesia.eu/public/pdf_gratuit/Le_Grand_Inquisiteur_2016.pdf

Amicalement,
Ladislas

Ladislas

Messages : 25
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Mar 26 Sep 2017 - 18:37

Merci. Je vais prendre le temps de lire tout ça dès que mon esprit sera disponible pour ça. Comme je l'ai dit dans l'autre sujet, c'en est terminé pour mon chat. J'ai vécu son départ de manière assez brutale, même si j'imagine que ça n'est jamais facile, et même si ça n'est pas mieux quand la souffrance dure des semaines.

J'ai déjà souvent et beaucoup réfléchi à la question de la place. J'en étais arrivé à une conclusion provisoire qu'on n'a pas toujours ce qu'on veut dans la vie, qu'il y a et aura toujours des marginaux, parias et autres exclus à divers degrés. Qu'il faut sans doute apprendre à assumer, quitte à le vivre difficilement (cf la discussion sur l'hyper-adaptation, plus haut). Maintenant je conçois qu'on puisse y voir de la résignation. Je n'ai pas de point de vue définitif, mais je me suis rendu compte qu'un des drames de ma vie était souvent de ne pas faire de choix, et donc avoir des difficultés à assumer (on ne peut assumer un choix qu'on ne fait pas...). J'ai un tempérament ambivalent. En toute chose, en toute personne, je vois toujours de bons et de mauvais côtés, j'arrive en général à composer avec l'ensemble. L'ennui est quand cela conduit à une immobilité (au sens propre et figuré). Puisque tout a tendance à un peu se valoir, on glisse facilement dans l'aquoibonisme. Exemples :

-A quoi bon s'affirmer puisqu'on ne sera jamais totalement en adéquation avec un point de vue bien affirmé ? (note : ce n'est plus tout à fait vrai en ce qui me concerne, j'ai appris à dire ce qui me convient, mais surtout ce qui ne me convient pas)

-A quoi bon saisir sa place quand on peut tolérer d'être écarté de la société ?

J'en conviens, cela peut-être une position de replis un peu trop confortable, qui empêche d'avancer.

Je ne suis pas choqué par tes références. Moi-même très défiant envers la religion, j'aurais tendance à me situer quelque part dans ce spectre assez flou : athée-agnostique-panthéiste-animiste-païen-bouddhiste. Je voulais faire le pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle cette année (au moins une bonne partie), et j'avais commencé à m'entraîner en fin d'année 2016. Des tendinites aux hanches (surtout la droite) sont apparues aussitôt, ce qui est malheureusement assez prévisible quand on a des troubles surrénaux et de la spasmophilie. J'ai donc renoncé... et j'ai baissé les bras sur les plus petites randonnées que j'aurais pu faire malgré tout. La vie a tendance à me paraître épuisante... et on voit que mes jambes (autrefois très fidèles, j'étais un bon marcheur) sont devenues rétives. Des sensations aux jambes sont également apparues lors de me séances EMDR. Il y a sans doute quelque chose à creuser...


Ah oui et je voulais aussi réhabiliter un peu les araignées, qui ne se contentent pas d'être des piqueuses très mal vues dans nos sociétés. Ce sont des créatures fondamentales aux écosystèmes et à leurs équilibres, des nettoyeuses et régulatrices. Mais ce sont aussi des créatures extrêmement importantes dans certains symbolismes distants de nos manichéismes. Ainsi, elles sont liées à la créativité, à l'onirisme, ce sont même des protectrices sur le plan mental. :

https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/822/reader/reader.html?t=1473092294535#!preferred/1/package/822/pub/823/page/15

https://nospensees.fr/legende-capteurs-de-reves/

http://www.animal-totem.fr/animal-totem-araignee/


Je suis un type assez fou pour pour me balader en ville et enjamber un grillage ou m'enfoncer dans des fourrés quand j'aperçois une belle toile ou un beau nid d'araignée. Ces animaux sont fascinants et superbes. J'en avais la phobie, autrefois. Je reconnais qu'elles expriment aussi un côté sombre, que là aussi certaines personnes doivent assumer, surtout dans l'univers de Walt Disney et des happy endings. Quant à savoir si j'ai raison d'endosser cela... Mais j'ai finalement bien peu de responsabilités sérieuses (à part envers moi-même, certes).
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Beautymist le Mar 26 Sep 2017 - 19:34

Cadeau :

Loxosceles 37335596311_68b04057c8_o
Beautymist
Beautymist

Messages : 1612
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 47
Localisation : Ailleurs

http://teatatteredpages.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Mar 26 Sep 2017 - 19:43

Merci à toi. Il y a quelques années j'en ai vu une toute petite entre deux barreaux d'un portail. Minuscule araignée au milieu aussi, le tout sans la rosée, mais irisé dans la lumière de l'aube...

Ah puis ça me fait penser que je voulais garder mémoire de ces liens sur ce sujet aussi.

https://www.zebrascrossing.net/t32475-des-fleurs-poussent-aupres-de-toi#1334310

http://seilenos.canalblog.com/archives/2017/09/26/35712741.html

Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Ladislas le Mar 26 Sep 2017 - 20:59

Cher Loxosceles,
Je te remercie pour ta réponse substantielle et bien charpentée, comme tout ce que tu écris, c'est-à-dire comme tu es en toi-même. Je suis désolé pour ton chat, et m'associe à ta tristesse.
Sur la question de la place: j'ai le sentiment - peut-être erroné - que tu évoques avant tout la place au sens d'une insertion dans le corps social, ou d'un des éléments essentiels à l'avènement de toute relation, interpersonnelle, notamment. Ce n'est pas de cette place-là que je te parlais. J'avais présent à l'esprit la place existentielle et ontologique que tu consens ou non à frayer à ta propre personne. Vois-tu, le sujet, loin de répondre aux définitions vides et tautologiques des linguistes - "est 'je' qui dit 'je' - se tisse et se constitue a contrario, dans la petite enfance, des interractions relationnelles avec son entourage - la mère tout d'abord, puis le père; de telle sorte que l'on peut dire qu'est 'je' qui a été institué par 'tu', ce 'tu'-là étant lui-même institué en tant que 'je' par cet autre 'je' lui faisant face, qui est un 'tu' pour lui.
Ce qui est au coeur de l'institution du - des - sujet(s), c'est donc la relation, très fondamentalement. Progressivement, le jeune enfant introjecte cette circulation relationnelle en lui-même, au travers de ce que l'on peut nommer le "moment éthique", où il découvre qu'il est un autre pour autrui, ce qui lui permet de prendre bonne note symétriquement qu'autrui est un autre lui-même - un autre 'je'. Ce moment de la constitution du sujet est souvent le lieu d'un dêraillage, durant lequel l'amour de soi - le narcissisme primaire - se met à boiter du fait d'une blessure spécifique et se dégrade en amour propre -
en narcissisme secondaire. On voit par tout ceci que la structure subjectale elle-même est de nature relationnelle, et qu'habite en nous une altérité très étroitement tissée avec notre ipséité. Nous devenons ainsi, pour reprendre le merveilleux titre d'un ouvrage par ailleurs terriblement filandreux de Paul Ricoeur, "soi-même comme un autre". Le tissage correct de cette altérité convenablement établie en soi dépend pour une très grande part de la manière dont nos proches ont accueilli dans notre petite enfance le sujet en nous, reflété dans leurs yeux, leur voix, leur sourire, leurs attitudes, au fil des nombreux jours qui doivent finalement conduire à notre autonomie et à notre émancipation. La place dont je te parlais est celle que tu consens ou non à t'octroyer à toi-même à tes propres yeux, tant il est vrai que sont reflétés en nous les ombres chinoises de ceux qui ont été nos parents, ombres qui continuent toutes seules à s'agiter en nous de manière autonome et possiblement destructrices. Or, derrière ces ombres manoeuvre à notre insu un marionettiste, qui n'est autre que...nous-mêmes, qui pouvons à notre corps défendant continuer à perpétuer les termes d'une dramaturgie mortifère à coup de ventriloquisme - la petite voix... Nous sommes seuls, jusque dans les moindres échos de notre théâtre intérieur, où nous assumons tous les rôles. Nous avons la possibilité, de ce fait, de venir réhabiter les entités symboliques qui nous constituent, en faisant cesser ce ventriloquisme et en lui substituant notre voix à nous, en tant que sujets souverains. C'est dans ce sens que peut se comprendre et se sauver définitivement le commandement exposé en Exode 20-12, "tu honoreras ton père et ta mère"'. Que faire quand l'un ou l'autre ou les deux ont été profondément destructeurs pour l'enfant, au point de lui barrer toute possibilité d'un chemin vers la vie? Ce qu'il faut honorer, c'est le père et la mère qu'ils auraient dû être, enfin restaurés en nous. Et là, nos jours se prolongent... Dès lors que tu te seras octroyé à toi-même la place éminente qu'à l'instar de tout être humain tu mérites, tout s'ouvrira pour toi, et tu cesseras d'être un marginal, paria ou autre exclu. Il ne faut pas apprendre à assumer cela et se résigner, jamais. Car tu offenserais gravement ta nature, appelée à la plus haute distinction: celle de ta pleine et entière liberté et de ta pleine et entière souveraineté, au delà de tous les déterminismes. Pourquoi crois-tu donc que le Christ parle de "Royaume"? (J'espère ne pas offenser ni heurter tes convictions par de telles références, que j'emploie de manière presque structurelle, comme moyen de donner un contour parlant à mon propos, et non à des fins de je ne sais quel prosélytisme, que je fuis comme la peste - je pourrais tout aussi bien emprunter son champ lexical à la psychanalyse, par exemple, n'était sa fâcheuse tendance à s'imaginer dire tout de l'homme).
Si tu ne parviens pas à faire de choix, c'est que tu ne te sens pas autorisé à en faire. En d'autres termes tu ne te sens pas l'autorité suffisante pour en faire - voir ce que tu dis plus haut de ta voix, faible d'après toi. Or celui qui détient l'autorité, en latin, c'est l'"auctor", l'auteur de ce qu'il dit - et non celui qui consent à la capitulation de prêter sa voix à d'autres. Celui qui dit 'je' de manière puissamment incarnée - lui, et nul autre. Celui qui est en mesure de t'autoriser à faire tes choix n'est autre que toi-même. Tu es en route cependant, car tu sais déjà ce qui ne te convient pas. Je n'ai pas agi différemment dans ma vie, en me déterminant uniquement à partir de ce que je refusais, de sorte que ce que je finissais par accepter était ce qui me restait comme étroit sentier une fois sommés tous mes refus.
Je ne suis pas le moins du monde étonné que tu aies développé des tendinites au moment où tu voulais te mettre en marche, puisque ton problème est précisément celui-là. Comme toujours en ce cas, ton corps a parlé avec génie. Tout cela disparaîtra et tu retrouveras tes jambes de jeune homme une fois que tu seras debout en toi-même.
Tu es la moderne incarnation de cet homme cloué à son brancard, cité en Marc 2, 1-12. Il faut néanmoins analyser à fond la signification exacte de la phrase du Christ ("tes péchés te sont pardonnés") pour éviter de tomber dans les épluchures de sacristie qui encombrent et étouffent ces textes. D'une certaine manière, je t'ai livré plus haut cette analyse.
Je ne te trouve pas le moins du monde fou d'être capable de te passionner pour tel ou tel sujet, bien au contraire. Mais cette passion pour les araignées est très expressive, et dit beaucoup de toi, et de ce que tu crois être. Moi, je vois un autre en toi.

Avec toute mon amitié chaleureuse et fraternelle,

Ladislas

Ladislas

Messages : 25
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Loxosceles le Mer 27 Sep 2017 - 10:15

Salut.

J'ai très bien compris ce que tu me dis. Je me pose quelques questions, et puis la première chose à laquelle je pense est cette crainte de changer, de perturber l'entourage.

Je n'ai pas très envie de développer, je dirais que tout ça fait beaucoup pour moi en ce moment. Je reconnais cependant que mes parents ont du se "rater", comme le font certainement une majorité de parents avec un enfant atypique, et que j'ai déjà beaucoup abordé ça en thérapie, ce qui a suscité quelques ajustements bienvenus de mon côté. Donc oui, j'ai commencé à prendre la mesure de la chose et à modifier certaines choses, comportements, dans la relation, de manière à me protéger (ce qui a aboutit à une légère prise de distance).

Cette nuit, je n'ai pas trop mal (ni trop bien) dormi. J'ai rêvé que j'étais encore au collège et que je décidais unilatéralement de quitter le cours pour mettre fin à cet énième épisode de coercition et d'embrigadement, et que le prof essayait de me retenir, me disant qu'il restait une demi heure de cours. Je lui ai répondu que ça suffisait et que désormais c'était son problème et plus le mien, et je suis parti. Les souvenirs d'incarcération scolaire me hantent encore, quoique de moins en moins, et d'habitude je subis ces situations. J'ai toujours eu le sentiment que j'ai appris infiniment plus en dehors et après l'école que dans ces salles closes en position statique... que j'y ai essentiellement perdu mon temps (je faisais énormément sauter les cours, l'âge augmentant).

Bref, pour aujourd'hui je vais essayer de faire quelques choses utiles y compris un peu d'exercice et sortir un peu, au lieu de végéter dans cet appartement comme je le fais trop souvent. Hier et avant-hier j'ai beaucoup pleuré (et je le dis certes sans pudeur, mais avec sincérité), essayant d'évacuer au maximum et de ne pas retenir, et aujourd'hui je suis agréablement surpris de ne pas être trop oppressé, malgré un mal de crâne (qui me semble sur le point de s'évanouir). J'ai déjà fait beaucoup de ménage, histoire de débarrasser un peu les spectres de plus de 18 ans de relation (mais j'en ai laissé un peu, le deuil suit son cours...).
Loxosceles
Loxosceles

Messages : 590
Date d'inscription : 22/07/2016
Age : 46
Localisation : Saint-Etienne

Revenir en haut Aller en bas

Loxosceles Empty Re: Loxosceles

Message par Ladislas le Mer 27 Sep 2017 - 10:37

Cher Loxosceles,

Crainte de changer et de perturber l'entourage... J'en ai connu, à commencer par moi-même, qui se sont abyssalement perdus à ce jeu-là. Une femme à laquelle je tenais infiniment vient de se marier avec un homme qu'elle n'aime pas pour ne pas perturber son entourage et complaire à son père: quelle sera sa vie? "On n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau": nous avons pour vocation d'éclairer le monde, non de nous enfermer volontairement au fond d'un tombeau. La liberté, la vraie, la liberté intérieure demande un prix exhorbitant que peu sont prêts à payer. Lis le texte de Dostoïevski que je t'ai envoyé, si tu en as le temps et l'envie, c'est un résumé frappant des enjeux de notre condition. Il faut pour la liberté une carrure d'athlète. Tu l'as, cette carrure. Tu as rencontré ton aurore personnelle, je le vois à ce que tu m'écris. Mes pensées fraternelles t'accompagnent sur ce chemin qui est le tien.
Je t'envoie toute mon amitié.

Ladislas

Ladislas

Messages : 25
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum