Asperger et relations intimes

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Ven 24 Aoû 2018 - 20:43

bah oui
y a pas le feu au lac, mais ça tu l'as bien vu !


les 3 éléments sont les suivants :


" une certaine tendance au "tout ou rien"

la difficulté de gestion émotionnelle (y compris compréhension/analyse)

la projection (non toujours aisée mais souvent présente) "



noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Ven 24 Aoû 2018 - 20:48

J'ai lu, ces trois éléments mais que veux-tu en faire ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Ven 24 Aoû 2018 - 21:41

Hortense a écrit:J'ai lu, ces trois éléments mais que veux-tu en faire ?
moi, j'ai tout (à modulations)
toi, tu peux essayer de comprendre, reprendre ??
ce que tu as pu écrire
ce que d'autres ont pu écrire (cf le pavé quote multiple)
à l'aulne de ces éléments
??

suggestion
ou laisser couler
et voguer sur le lac des mots perdus

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Ven 24 Aoû 2018 - 22:30

Bon, "on" m'a expliqué avec d'autres mots que je suis manichéenne. Certes, je suis binaire.

Chez moi, tout est 0 ou 1, je ne sais pas comment ça peut fonctionner autrement. Je n'ai jamais compris. Ca n'est pas compréhensible. Je n'ai jamais compris les discours des uns et des autres sur des sentiments ou des émotions qui sont à mille milles de ce que je ressens.

Je ne suis pas câblée pour, et, de toutes façons, ce que j'ai vécu ne m'aurait pas permis de développer de la nuance, si jamais mon cerveau en avait eu la capacité.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Miss aux yeux arc-en-ciel le Sam 25 Aoû 2018 - 10:05

Noir, ta façon de t'exprimer n'est pas claire, tu écris presque en énigme, en laissant tout ce que tu ne dis pas libre à l'interprétation...Dans un cadre d'un jeu avec quelqu'un avec qui tu as une forte complicité, je comprendrais, mais là, il me semble que ce n'est pas le cas.
Je ne trouve pas ça sain si tu veux vraiment te faire comprendre…

Et soit dit en passant, j'imagine qu'il y a autant de personnes asperger différentes que de surdoués différents les uns des autres.
Miss aux yeux arc-en-ciel
Miss aux yeux arc-en-ciel

Messages : 1381
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 101
Localisation : Rêves enchantés

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Sam 25 Aoû 2018 - 10:21

Miss aux yeux arc-en-ciel a écrit:Je ne trouve pas ça sain si tu veux vraiment te faire comprendre…
tout de suite de grands mots..

Et soit dit en passant, j'imagine qu'il y a autant de personnes asperger différentes que de surdoués différents les uns des autres.
1 raison pour laquelle je ne vais des masses en avant - par avant c'est un mixte entre cas/réponse à une personne dont les contenus sont effacés, cas généraliste interprétatif, histoires persos
..
raison 2: entre un échange de vacanciers et bcp à gérer + des problèmes d'internet
autre chose à faire
raison 2' : après 5 jours de taf en extérieur avec des températures de plus de 30°, le vendredi soir l'on n'est nécessairement désireux de se fatiguer outrageusement les méninges.

Noir, ta façon de t'exprimer n'est pas claire, tu écris presque en énigme, en laissant tout ce que tu ne dis pas libre à l'interprétation...Dans un cadre d'un jeu avec quelqu'un avec qui tu as une forte complicité, je comprendrais, mais là, il me semble que ce n'est pas le cas.
ici est de l'interprétation perso.. des énigmes ??? lol
j'ai fait 2 messages, tout est regroupé et clair
je n'interprète rien vis à vis d'autrui et autres pratiques loin d'être bien carrées et nettes

seulement c'est pas développé, ok
cf raison 1 + raisons 2 et 2'
et raison 3, qui plus est je l'ai dit et écrit..
c'est clair ça

noir a écrit:et bien, mets ces 3 lignes
et essaie de remplir les cases / affirmations / propos, etc précédents
tout rentre

(sinon je me collerai à détailler à un moment, peut-être)

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Sam 25 Aoû 2018 - 12:14

noir a écrit: les 3 éléments sont les suivants :


" une certaine tendance au "tout ou rien"

la difficulté de gestion émotionnelle (y compris compréhension/analyse)

la projection (non toujours aisée mais souvent présente) "



En somme, ces trois éléments sont des caractéristiques des aspis qui permettent d'expliquer un certain nombre des "cas" évoqués ici (si je comprends bien) :
noir a écrit:

multiple a écrit:

Ben c'est juste un gros coup de foudre, alors. Beaucoup de désir mais peu d'amour, au fond.


C'est ce que je trouve très difficile justement.
Et surtout, je me rends compte, à mon grand regret, que "l'absolu" n'a pas du tout la même signification pour tout le monde.

J'ai déjà lu des aspergers expliquer qu'ils recherchent un "amour inconditionnel" or, ce qui est vicieux et problématique, c'est qu'ils ne sont pas tous capables de renvoyer cet amour inconditionnel. Une contrariété et hop, tout va à la poubelle, et ça c'est une forme d'égoïsme (qui n'a rien à voir avec l'autisme/syndrome d'asperger) : exiger de l'autre qu'il accepte nos imperfections, sans tolérer le moindre faux pas de sa part.

Un ami, c'est quelqu'un qui connait nos défauts et nous apprécie quand même. Est-ce que ça ne devrait pas être la même chose en amour ?

Ce que j'entends, personnellement, dans les discours de "quête d'absolu", c'est cette recherche de la perfection, ça ne peut juste pas fonctionner.

Maintenant, j'entends bien qu'il y a des compatibilités plus ou moins fortes entre deux personnes. Ca peut être top physiquement et pas terrible psychiquement ou l'inverse. Et ça n'est pas facile à accepter. Mais "tous les feux au vert", pour moi, c'est juste du fantasme.

Fantasmer, c'est bien mais au fond, ça fait souffrir car la réalité n'est jamais à la hauteur du fantasme. Donc, je trouve plus sage d'accepter une réalité imparfaite et de chercher à voir ce qui est beau. De cueillir le jour, en somme. La mort viendra bien assez tôt pour nous priver des possibles. Enfin, moi, en ce qui me concerne, j'imagine que c'est lié au TSA, mais il n'y a pas de possible.

Y a un truc que j'ai du mal à comprendre par contre : comment ça peut être top physiquement, si intellectuellement ça ne colle pas bien ?

J'ai du mal à le comprendre aussi, mais ça existe bel et bien. Je constate seulement.

Je parlais de l'attirance, le coup de foudre, le truc qui te soulève au premier regard (une histoire de phéromones). Pas sûre que ça tienne longtemps une fois que l'autre se met à parler.


Je schématise, mais par exemple le premier point évoqué "la recherche de l'amour inconditionnel" découlerait de la tendance au tout ou rien ; la tendance à fantasmer pourrait s'expliquer par la projection - c'est comme ça que ça s'applique ?
La projection est un phénomène courant chez tout le monde, et pas seulement les autistes : j'en veux pour preuve les personnes qui te disent comment mener ta vie, ce que tu peux améliorer, etc... alors même qu'elles ne s'appliquent pas leurs recommandations à elles-mêmes.
Pour relier ça à l'idée de couple, cela donne un conjoint qui s'est fait de l'autre une image fausse, et ensuite le harcèle de prescriptions neuro-typiques qui n'ont pas de sens pour un(e) autiste. Je m'éloigne du sujet un peu, mais j'en ai eu un exemple chez un couple d'amis chez moi cette semaine, je bouillais intérieurement.
Peut-être est-ce aussi à relier au déficit en théorie de l'esprit ? J'ai eu des questions de ce type en passant l'entretien neuro-psychologique du diagnostic d'autisme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Sam 25 Aoû 2018 - 18:58

darlene sweetheart a écrit:La projection est un phénomène courant chez tout le monde, et pas seulement les autistes (1) : j'en veux pour preuve les personnes qui te disent comment mener ta vie, ce que tu peux améliorer, etc... alors même qu'elles ne s'appliquent pas leurs recommandations à elles-mêmes.
(1) tous (les 3) contenus peuvent concerner tout le monde..
seulement les modalités / intensités et raisons risquent de présenter certaines à de sérieuses différences outre la dénomination.


Je schématise, mais par exemple le premier point évoqué "la recherche de l'amour inconditionnel" découlerait de la tendance au tout ou rien (1); la tendance à fantasmer pourrait s'expliquer par la projection (2) - c'est comme ça que ça s'applique ?
je dirai oui pour le principe, oui pour le (1) et bof pour le (2) – j'avoue que « la tendance à fantasmer » ne m'eut effleuré la pensée
mais c'était ici, rapport à l'autisme, plus de l'ordre des modalités vis à vis de l'incertitude et gestion de cette incertitude. Pour y pallier, y répondre ou tenter de, il y a projection à tendance, et possiblement forte.


----


Je réponds à ce contenu dans le quote multiple
(juste tel qu'il apparaît et sans prendre en compte d'éventuelles réactions ??? en outre vis à vis de ce qui fut supprimé dans ce topic – je laisse en anonyme cette citation)


J'ai déjà lu des aspergers expliquer qu'ils recherchent un "amour inconditionnel" or, ce qui est vicieux et problématique, c'est qu'ils ne sont pas tous capables de renvoyer cet amour inconditionnel. Une contrariété et hop, tout va à la poubelle, et ça c'est une forme d'égoïsme (qui n'a rien à voir avec l'autisme/syndrome d'asperger) : exiger de l'autre qu'il accepte nos imperfections, sans tolérer le moindre faux pas de sa part.
 Dans le descriptif extérieur ok en gros
dans l'interprétatif, le « no comment » sera a minima courtois, sinon c'est navrant de méconnaissance, de mécompréhension, et choquant / salissant via les mots employés et soulignés.


Sur le vert,
là c'est « tout ou rien », très marqué et simple pour la 2nde mention ("la poubelle")
(un grain de sable peut être une montagne qui tombe sur son pied – difficulté de gérer le grain de sable)
sur l'amour inconditionnel, c'est plus complexe et fera entrer trop de généralismes et donc des erreurs – cette notion s'y retrouve/ra possiblement

Donc, dans cette mise en lien contrariété / forme d'égoïsme et la suite
cette intervenante n'a possiblement pas envisagé que la gestion des contrariétés et grains de sable relevait possiblement d'une toute autre sphère dans l'autisme que dans le non-autisme,
et aller y coller de facto des intentions plus ou moins abracadabrandesques signifie simplement qu'on ne mesure pas et ne connait pas ce qu'est ou ce que peut être l'autisme.

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Sam 25 Aoû 2018 - 19:14

Pour l'exemple que tu mets en vert, j'avais pensé à ça aussi pour le tout ou rien.

Je comprends tes explications. J'ai constaté aussi que des comportements autistiques que les gens trouvent blessants s'expliquent aussi par l'incapacité à mentir.
Il y a aussi une précaution particulière à prendre avec les personnes autistes, c'est d'expliciter le plus possible ce qu'on demande, notamment, ne pas faire de sous-entendus ou demandes indirectes, ce qui parfois peut manquer dans un couple.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Sam 25 Aoû 2018 - 19:37

sur le volet "tout ou rien", en mode "autisme"
j'y adjoindrai ce qui est largement porté (rapporté) sur les autistes : la rigidité de pensée et tendance à

à l'échelle de mon petit doigt
(et vis à vis de certains développements et contenus sur le fil "confusions possibles AHN et thqi" et propos de Franck Ramus et autres)

je verrai bien en responsabilité ce moindre échange entre hémisphères cérébraux
et possiblement un moindre rééquilibrage vis à vis de certaines situations

le facteur émotionnel pouvant ici de plus y intervenir plein pot.

--

et je précise : rigidité de pensée qui vient appuyer aux endroits des touts et des riens
versus toutes petites choses comme des "grandes"

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Sam 25 Aoû 2018 - 19:48

Et il y a moyen de faire en sorte que les hémisphères cérébraux communiquent davantage ? Le piano, peut-être ? Ou des techniques inspirées de l'EMDR ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Sam 25 Aoû 2018 - 20:06

je ne sais pas si des données spécifiques et neurologiques sur l'autisme existent vis à vis des éléments soulevés.

j'ignore (à titre perso) si des évolutions sur soi et son comportement atteignable relèveront plus d'une prise en compte / en conscience / en considération de certaines choses ou si et comment se trouve une matérialisation neurologique évolutive derrière.

à la mesure d'un pif (pifomètre)
j'aurai tendance à abonder dans la direction suggérée

les 2 ensembles doivent coexister et agir ensemble, effectivement ou potentiellement

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Sam 25 Aoû 2018 - 20:10

Si jamais tu as l'info, ça m'intéresse. Pour l'instant, je travaille sur le rapport au corps (grosse déconnexion corps/esprit), ça me semble bénéfique pour pas mal de choses, mais sur des sujets aussi douloureux, c'est complexe.

D'autant qu'on ne peut savoir si ça a évolué que lorsqu'une occasion se présente, et chez moi, c'est rare.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Sam 25 Aoû 2018 - 21:39

darlene sweetheart a écrit:Pour l'exemple que tu mets en vert, j'avais pensé à ça aussi pour le tout ou rien.

Je comprends tes explications. J'ai constaté aussi que des comportements autistiques que les gens trouvent blessants s'expliquent aussi par l'incapacité à mentir.
Il y a aussi une précaution particulière à prendre avec les personnes autistes, c'est d'expliciter le plus possible ce qu'on demande, notamment, ne pas faire de sous-entendus ou demandes indirectes, ce qui parfois peut manquer dans un couple.
sur l'incapacité à mentir, à mon sens il faut quand même y intégrer des nuances et voir cela plutôt comme une tendance.
Mentir ça peut s'apprendre, se comprendre, s'appliquer

perso, hier j'ai fait une ébauche de mensonge : https://www.zebrascrossing.net/t33571p775-une-photo-par-jour-theme-totalement-libre
dans le sens où j'ai créé une situation qui n'existe pas (un hybride botanique avec "moi au réveil")
certes à visée humoristique
mais c'est la base d'un mensonge : faire croire à autrui autre chose que le réel perçu

et cela, sous x formes et pour y raisons peut tout à fait se retrouver chez une personne autiste
(en restant sur la part consciente, ou mensonge conscient)

et dans un couple il suffit/rait d'acquérir le code social (non inatteignable) visant à la fausse flatterie potentiellement avantageuse pour l'appliquer et en tirer "bénéfice" ou l'envisager.

Un peu quiconque peut (savoir) le faire et/ou l'acquérir.

Dans l'autisme
en "protection" et qui fait que justement on parle parfois de difficulté à mentir
il faut prendre la rigidité de pensée (dans le sens que c'est difficile techniquement de l'enfreindre / la franchir) + les parts ici à aller chercher vers l'empathie et théorie de l'esprit (qui elles offrent modulations)

Ce qui dans le couple risque et est plus difficile concernera peut-être plutôt et davantage l'expression et mises en mots de difficultés/sentiments et divers dit "bavardage social" ou simplement "discussions".
Ca varie, mais ça se retrouve quand même ^

et c'est potentiellement et réellement problématique, et notamment si de ces particularités ne sont pas intégrées
par une ou les 2 personnes

(et avec aussi et comme mentionné et direction : propos clairs, précis, à tendance stable et à prévision aisée dans l'intérieur de ces contenus)

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Dim 26 Aoû 2018 - 9:37

Merci pour les précisions, @noir. Je ne peux pas trop développer la partie sur le mensonge, parce que ce ne serait pas le sujet, mais je suis d'accord sur la rigidité de pensée et difficulté à l'enfreindre : si je prends un exemple, il m'est arrivé de sentir que je devais mentir pour ne pas blesser une amie, parce que je n'avais pas eu envie de la voir, et ne pouvais le lui dire tel quel. mais lorsque j'ai essayé d'inventer un prétexte, j'ai bafouillé lamentablement au téléphone. A l'écrit, cela m'aurait été plus facile (texto).
Le "mensonge d'invention", comme ta photo (marrante au passage), est différent dans l'intention, c'est le jeu avec la réalité, le détournement, qui me semble ne faire de mal à personne.
Pour le couple, je pense qu'une bonne entente, amusement intellectuel et acceptation des limites de l'autre sans volonté de le changer, doit aider à communiquer sur les besoins de chacun, pour s'harmoniser et s'adapter l'un à l'autre. Ca doit être possible, quoique pas si fréquent (surtout ne pas chercher à changer l'autre, ou lui demander des choses qui ne tiennent pas compte de ses capacités ou limites).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Dim 26 Aoû 2018 - 10:30

en complément à ça:
noir a écrit:Dans l'autisme
en "protection" et qui fait que justement on parle parfois de difficulté à mentir
il faut prendre la rigidité de pensée (dans le sens que c'est difficile techniquement de l'enfreindre / la franchir) + les parts ici à aller chercher vers l'empathie et théorie de l'esprit (qui elles offrent modulations)
il est plus de complexité à intégrer, en outre sur le 1er point.
Il est un point " intéressant " dans l'autisme qui concerne la pensée en images / pensée visuelle classiquement rapportée chez les autistes.
De ce que je peux "connaitre" des données / recherches, je crois que c'est encore un peu un volet en chantier mais avec des avancées significatives, en outre via l'implication de personnes autistes comme Temple Grandin.

En fait, y compris sur le point évoqué du mensonge comme du relationnel couple et échanges
cela va / peut intervenir de manière notable.

Pour "comprendre", j'extrais de cet article : http://autisme.info31.free.fr/?p=437

Temple Grandin témoigne tout au long de son livre de la constitution primordiale de l’image comme compréhension et appropriation du monde qui engendre de fait des conséquences sur sa capacité à s’exprimer verbalement. En effet, la pensée verbale abstrait tout concept et il n’est jamais nécessaire au penseur verbal de passer par l’image pour intégrer un concept générique : « le concept de chien est inextricablement lié à chacun des chiens que j’ai connu dans ma vie. Je n’ai pas d’images génériques du danois ou du chien loup ». Or, en effet le penseur visuel ne peut donc pas créer à partir de rien et doit toujours partir d’éléments déjà existants.

[...]

Dans son article intitulé « l’image, une vue de l’esprit », Bernard Darras [5] directeur du centre de Recherche images et cognitions, développe une thèse intéressante. Il cherche à mettre en évidence les différents processus cognitifs responsables de la production d’images chez l’être humain ainsi que les catégories et les classes d’images produites. Son objectif est de faire comprendre les disparités qui existent chez les individus vis-à-vis de la création, de l’expression et de l’imagination. Il a donc élaboré une hypothèse de base qu’il divise en deux catégories : d’une part la pensée visuelle pour laquelle il précise qu’il s’agit d’un ensemble cognitif, sémiotique et paradigmatique complexe dont le domaine de référence est celui de l’expression optique. « Par cette expérience optique, on assiste à l’accès à l’information à son traitement et à son fonctionnement cognitif », précise-t-il dans son article. Et d’autre part la pensée figurative qui est « cette pensée qui travaille avec un matériel dérivé de la perception visuelle, qui est entièrement construit par la machine cognitive », dit-il encore.
La production d’images peut donc se faire selon deux processus distincts. Et, il en résulte donc deux catégories d’images : d’une part, les similis qui sont des signes appartenant au répertoire optique et au type d’activité cognitive qui relève de la pensée visuelle, et d’autre part, les schémas qui sont des produits de la pensée figurative. Ce sont des images dont l’origine et la destination sont différentes des origines et des destinations des similis et ils appartiennent au domaine cognitif

De ce que j'y rajoute en un peu perso/complément et où je m'intègre
passer tout/bcp par l'image ou les images peut ralentir la communication et la rendre plus difficile.

A titre d'exemple de ce qui a pu se passer dans un précédent sur ce topic :

noir a écrit: et bien, mets ces 3 lignes
et essaie de remplir les cases / affirmations / propos, etc précédents
tout rentre
et ça peut être le cas si questions et multi-questions d'un coup

à savoir que j'ai visualisé l'ensemble du quote multiple et implications
et visualisé les 3 lignes (paramètres)
paramètres extensibles, dans un sens comme dans un autre : implication et contre-implication
et j'en arrive à un " tout rentre "

seulement pour remettre en place et en accès tout ça, c'est compliqué, potentiellement long à mettre en forme écrite

et cela, c'est un peu ce qui m'a été "reproché", enfin avec les guillemets,
parce que pour ça s'entendre dire que c'est un comportement pas sain de ne pas tout exprimer car c'est difficile et en plus de situations autres relevant d'éléments d'ordre technique, on se retrouve ici dans le "no comment" de courtoisie ^

et quand ce sont des questions, à multi-questions
c'est le même topo possiblement
à savoir une big visualisation qui arrive d'un coup
et difficulté à basculer en transcription
cela fait un blocage et on se tait possiblement - pas tant parce qu'on ne saurait pas mais parce que c'est possiblement compliqué de transcrire convenablement en mode oral.

Ce mode de fonctionnement a des implications dans la communication.

--

sur le mensonge, en mode autisme
il faudrait sans doute aussi y rajouter peut-être " la théorie de pensée systémique "

--

sur les différents contenus de ce message
l'on arrivera à justifier du pourquoi de la tendance factuelle rapportée sur les autistes

c'est aussi assez complexe et compliqué tout ça ^


--

en extra,
je me demande ce que veut dire ou implique Franck Ramus dans son pdf (j'éditerai et remettre le lien) http://www.lscp.net/persons/ramus/docs/20121018Autisme_Ramus.pdf#16 dans le topic "confusions possibles AHN et thqi) quand il mentionne : "difficulté de mentalisation" pour les TSA
s'il intègre en outre la pensée visuelle et retranscription, oui/non, et les autres choses - après on va aller vers de la neuro avancée..

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Dim 26 Aoû 2018 - 11:00

Je ne vois pas encore en quoi je peux rapporter cela à la communication dans le couple, mais en tous cas c'est intéressant, cette distinction entre pensée visuelle et figurative. Je mets le lien de l'article entier de Bernard Darras, ça peut être utile :
http://tecfa.unige.ch/tecfa/maltt/comel1/textes_comel1/darras_1998.pdf

Je me reconnais dans la deuxième "forme" de pensée, celle qu'il appelle figurative. C'est un bon article pour le fil sur l'aphantasie d'ailleurs.

Je commence à rencontrer des personnes autistes via asperansa, et la difficulté à transcrire que tu mentionnes m'est souvent rapportée, principalement à l'écrit - j'ai l'impression qu'en mots, à un interlocuteur attentif, cela passe mieux, comme si la pensée se construisait au fur et à mesure en parlant.
Cela joue d'ailleurs sur les modes de communication privilégiés par les personnes autistes : posts sur forum, mails, textos, téléphone.

Pour la "théorie de pensée systémique" je note et il faut que je recherche ; de même pour le lien sur Franck Ramus, que je ne connaissais pas, et donc la difficulté de mentalisation. Mais là encore, ça me fait penser au fil sur l'aphantasie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Dim 26 Aoû 2018 - 11:21

darlene sweetheart a écrit:Je commence à rencontrer des personnes autistes via asperansa, et la difficulté à transcrire que tu mentionnes m'est souvent rapportée, principalement à l'écrit - j'ai l'impression qu'en mots, à un interlocuteur attentif, cela passe mieux, comme si la pensée se construisait au fur et à mesure en parlant.
Cela joue d'ailleurs sur les modes de communication privilégiés par les personnes autistes : posts sur forum, mails, textos, téléphone.
à un interlocuteur attentif/compréhensif et comprenant, cela a effectivement plus de chances de bien se passer.
après il y a bcp de paramètres qui risquent ou vont intervenir, le 1er étant la variabilité individuelle - et le contexte

même des posts sur forum peuvent être difficiles pour des personnes autistes, en outre pour la gestion du milieu sans doute (et les incertitudes).

pas mal de personnes autistes ou qui peuvent passer sur des forums y restent rarement, et s'y expriment rarement ou "peu" et partent vite, assez vite. des fois reviennent aussi, ça arrive.
c'est le cas aussi sur asperansa.
ce sont souvent les qq mêmes, depuis des années
il y a un peu de temps, un des modérateurs l'estimait à moins de 20 personnes (et plutôt l'ordre de la dizaine de personnes autistes) .. plus gros forum sur l'autisme de France ^

et comme souvent, ce que l'on voit sur les forums n'est que peu représentatif de l'état situationnel des personnes dans une sorte de prise en compte plus large.

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par ISIS75 le Dim 26 Aoû 2018 - 12:49

"Difficulté à trouver quelqu'un qui me plait" : rien avoir avec l'autisme, je pense Wink
ISIS75
ISIS75

Messages : 2839
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Dim 26 Aoû 2018 - 18:31

ISIS75 a écrit:"Difficulté à trouver quelqu'un qui me plait" : rien avoir avec l'autisme, je pense Wink
Certes, mais ça ajoute de la difficulté à la difficulté.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Dim 26 Aoû 2018 - 18:50

le contenu complet était celui-là :

"Difficulté à trouver quelqu'un qui me plait, entrer en contact avec, communiquer l'intérêt, la réception de ce que j'exprime ... c'est le bordel ..."


--

à ce "petit jeu" on peut aussi faire ça:

ISIS75 a écrit:rien avoir
corrigé en
ISIS75 a écrit:rien à voir

ok

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par fift le Lun 27 Aoû 2018 - 10:40

Hortense a écrit:
fift a écrit:
Hortense a écrit:Ca peut être top physiquement et pas terrible psychiquement ou l'inverse.

Y a un truc que j'ai du mal à comprendre par contre : comment ça peut être top physiquement, si intellectuellement ça ne colle pas bien ?
Je parlais de l'attirance, le coup de foudre, le truc qui te soulève au premier regard (une histoire de phéromones).

Oui, oui, je comprends bien ce que tu veux dire.
Mais je ne comprends pas quand même : tout marche ensemble, non ? Enfin perso, je n'arrive pas à démêler ce qui provient de l'attirance physique de ce qui vient de l'attirance "intellectuelle".

(bon, tu vas me dire, tant mieux, hein !)

fift

Messages : 6022
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 43
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Lun 27 Aoû 2018 - 11:12

En plus, je ne peux pas parler pour tous les autistes, mais il faut une grande confiance pour être bien sexuellement avec quelqu'un, et pour moi, c'est un point délicat de la relation.
Le sexe me semble plus l'aboutissement d'une relation, le désir de fusion sur un autre plan que esprit et coeur, celui du corps. Le toucher en général l'est aussi.
Enfin bref, j'ai essayé d'envisager (concevoir mentalement) la relation type "sex friend", mais sans amour, ça bugue pour mon cerveau. Neutral
Dommage, parce que ça complique encore les choses pour les rencontres amoureuses.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par ISIS75 le Lun 27 Aoû 2018 - 14:19

Suis d'accord avec miss... et en ce qui concerne les diagnostics, je ne crois que ce que je vois...
ISIS75
ISIS75

Messages : 2839
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Lun 27 Aoû 2018 - 16:49

ISIS75:
le sujet est bien : "Asperger et relations intimes"

Doit-on considérer tes 2 interventions et 2 lignes:

la 1ère avec troncature de phrase sur un membre et message datant de 2016
la 2nde ici présente

comme autre chose que des trolls ?

Sinon, pour les primevères, les soupes de légumes ou les diagnostiques divers - il existe sur le forum des lieux appropriés ou de création aisée (onglet: "ouvrir un nouveau sujet")

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par ISIS75 le Lun 27 Aoû 2018 - 18:09

pour être plus claire, c'est pas parce que qqn dit qu'il est aspie (tu peux remplacer ce mot par ce que tu veux : gentil, surdoué, cultivé, honnête, sérieux...) sur ce forum, que je vais considérer qu'il l'est... ce n'est même pas parce que qqn aurait été diag aspie que je vais considéré qu'il l'est (les erreurs, ça existe aussi dans le domaine médical) donc pour moi, oui, cela a avoir avec le topic. A contrario, certains sont considérés comme aspies par un certain nombre de personnes mais ne se trouvent pas aspies...



Mis à part ça, je trouve que vous vous prenez beaucoup la tête pour rien... je ne suis pas sûre d'ailleurs que ça ait avoir particulièrement avec l'autisme. On peut ne pas être (officiellement du moins), autiste et se prendre beaucoup la tête comme on peut être autiste et ne pas se la prendre (ou pas tant que ça)...
ISIS75
ISIS75

Messages : 2839
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Lun 27 Aoû 2018 - 18:21

ISIS75 a écrit:pour être plus claire, c'est pas parce que qqn dit qu'il est aspie (tu peux remplacer ce mot par ce que tu veux : gentil, surdoué, cultivé, honnête, sérieux...) sur ce forum, que je vais considérer qu'il l'est... ce n'est même pas parce que qqn aurait été diag aspie que je vais considéré qu'il l'est (les erreurs, ça existe aussi dans le domaine médical) donc pour moi, oui, cela a avoir avec le topic. A contrario, certains sont considérés comme aspies par un certain nombre de personnes mais ne se trouvent pas aspies...
En quoi ta considération / ce que tu crois sur untel ou unetelle importe et apporte à un sujet ??

tu imagines si tout le monde se comportait comme toi sur ce forum ?

à aller mettre 1 ligne par ci
une phrase par là
sur qqchose qui n'apporte aucun contenu et participation sur un sujet

si ce n'est de viser des gens
promulguer ta croyance
et te barrer

Ce forum serait vide / mort / n'existerait pas dans une telle bouillie si cela était généralisé.

------



Après tu t'intéresses et t'es intéressée de près aux autistes me semble-t-il

outre des ragots (comme sur Schovanec) que tu es déjà venue propager ici,

peut-être as-tu retenu des choses à apporter au sujet, aux lecteurs ?
sur ce topic : "Asperger et relations intimes" ?

ou des réponses à des interrogations formulées ou autres
Question

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Lun 27 Aoû 2018 - 19:55

ISIS75 a écrit:pour être plus claire, c'est pas parce que qqn dit qu'il est aspie (tu peux remplacer ce mot par ce que tu veux : gentil, surdoué, cultivé, honnête, sérieux...) sur ce forum, que je vais considérer qu'il l'est... ce n'est même pas parce que qqn aurait été diag aspie que je vais considéré qu'il l'est (les erreurs, ça existe aussi dans le domaine médical) donc pour moi, oui, cela a avoir avec le topic. A contrario, certains sont considérés comme aspies par un certain nombre de personnes mais ne se trouvent pas aspies...



Mis à part ça, je trouve que vous vous prenez beaucoup la tête pour rien... je ne suis pas sûre d'ailleurs que ça ait avoir particulièrement avec l'autisme. On peut ne pas être (officiellement du moins), autiste et se prendre beaucoup la tête comme on peut être autiste et ne pas se la prendre (ou pas tant que ça)...

A ce compte-là, personne n'est autiste ! En plus, on ne va pas te scanner nos diags pour que tu avises royalement si on est autiste ou non. C'est absurde !
Je n'ai pas lu que Miss aux yeux arc en ciel ait écrit un truc comme ça, mais bon...

Par ailleurs, on ne se prend pas la tête, on échange. Shocked Le sujet est fait pour ça, à la base. C'est bizarre, ton intervention. Groumph

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par ISIS75 le Lun 27 Aoû 2018 - 22:35

elle parlait de noir et j'étais d'accord avec elle. Mais elle ne disait pas que tel ou tel pers n'était pas si ou ça. Il faut bien lire les interventions des gens et ne pas sauter sur son clavier pour chaque chose que tu ne comprends pas. Smile Pour ce qui est des scans, j'ai l'impression que tu n'as pas compris ma phrase. Merci de relire.
ISIS75
ISIS75

Messages : 2839
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Lun 27 Aoû 2018 - 23:00

tiens, son contenu était celui-là :

Noir, ta façon de t'exprimer n'est pas claire, tu écris presque en énigme, en laissant tout ce que tu ne dis pas libre à l'interprétation...Dans un cadre d'un jeu avec quelqu'un avec qui tu as une forte complicité, je comprendrais, mais là, il me semble que ce n'est pas le cas.
Je ne trouve pas ça sain si tu veux vraiment te faire comprendre…
la belle affaire ^
comme s'il y avait écrit Domino's message à la place de mon pseudo
Chips

c'est du grand guignole ^

pour ce message :

noir a écrit:dans les messages précédents,

on y a exclu
une certaine tendance au "tout ou rien"

la difficulté de gestion émotionnelle (y compris compréhension/analyse)

la projection (non toujours aisée mais souvent présente)

--

on met les 3 ensemble
et dans cette section l'on pourrait répondre sensiblement à vos remarques dernières et plus
qui ne trouva développement en outre parce que j'avais des coupures intempestives d'internet et où j'ai même mis environ 1h à valider un mail à qn que je voyais le lendemain et qui avait utilité d'avoir ma réponse..

autant dire, que pour le coup, Hortense n'eut ma primauté

(et pas plus les personnes qui pensent que les gens ont à faire des messages qui leur sied à leur commande et développés quand et comment ils veulent ^)

cyclops

-------



sinon, outre tes habituels propos / formules que tu traines sur ce forum

toujours rien sur l'autisme et le sujet ??

(de plus d'une ligne ou 2 peut-être ?? vues les années où t'as cotoyé des autistes tu devrais avoir un minimum à dire ??)

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Mar 28 Aoû 2018 - 10:39

ISIS75 a écrit:elle parlait de noir et j'étais d'accord avec elle. Mais elle ne disait pas que tel ou tel pers n'était pas si ou ça. Il faut bien lire les interventions des gens et ne pas sauter sur son clavier pour chaque chose que tu ne comprends pas. Smile Pour ce qui est des scans, j'ai l'impression que tu n'as pas compris ma phrase. Merci de relire.

Elle parlait de @noir et toi aussi, ça j'ai bien compris, mais tu as utilisé le vous et il se trouve que, sans défendre noir, qui se débrouille bien tout seul, je suis autiste aussi. Quand je lis les posts de noir, je sais que ça peut lui prendre beaucoup de temps d'écrire un message en cherchant à être rigoureux intellectuellement, ce qu'on ne peut que lui reconnaître d'ailleurs. Moi qui écris plus vite, et sacrifie donc à ce souci de précision et de rigueur pour ne pas m'user la santé, le minimum que je puisse faire, c'est de refaire son cheminement intellectuel pour comprendre, quitte à y passer un peu plus de temps que sur un post ordinaire.
Et puis, je suis prof de lettres, le gars il écrit clairement, je le comprends très bien. Ce n'est pas sorcier de se poser un peu pour lire un post exigeant.
Je crois que @Hortense n'était pas particulièrement choquée de sa réponse, puisqu'elle parlait hémisphères du cerveau avec lui juste un peu plus haut.

Je n'ai pas l'impression d'être en incapacité à te comprendre sur ce coup-là, j'estime simplement qu'il n'y a rien à comprendre dans tes propos sur l'autisme, et s'ils ne sont pas plus fournis en arguments et connaissances, ils n'ont aucun intérêt. On s'en fout de tes critères pour accepter ou non l'autisme de quelqu'un - tu n'es pas neurologue, à ce qu'il me semble.
Et on n'embête personne à échanger ici, c'est la partie "autisme asperger". Quand Hortense vient discuter là, ce qu'elle fait régulièrement, je suis sûre qu'elle sait que les gens ont des difficultés de communication, tout comme elle, et qu'elle est prête à en tenir compte. Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par ISIS75 le Mer 29 Aoû 2018 - 0:05

ta réponse montre que tu ne m'as pas lue ou pas bien lue...
ISIS75
ISIS75

Messages : 2839
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Mer 29 Aoû 2018 - 7:12

Ah ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Mer 29 Aoû 2018 - 10:06

darlene sweetheart a écrit:Je crois que @Hortense n'était pas particulièrement choquée de sa réponse, puisqu'elle parlait hémisphères du cerveau avec lui juste un peu plus haut.
Hortense n'était à mon sens pas choquée, ni avant (en cours) puisqu'elle m'écrivit : "T'es pas obligé de répondre si ça te saoule." ni après, puisque nous avons poursuivi comme tu le mentionnes sur le cerveau.

Par contre sur ma mention d'hémisphères du cerveau
il me faut venir me corriger (ça me chafouine de laisser cela, qui est de l'ordre de l'erreur et je le sais)

à savoir, que j'aurai du écrire : "relativement à différentes zones du cerveau et connexion entre elles"
ces zones pouvant se trouver effectivement (je le suppose fort) d'un hémisphère à l'autre, mais pas nécessairement non plus.

Je faisais référence à cela:

Il a longtemps été suggéré que le cerveau des personnes atteintes d’autisme présente des connexions différentes. Cependant, il n’existe pas encore de consensus ni concernant un modèle de ces différences, ni au sujet du lien possible entre ces différences et les symptômes exprimés chez les individus souffrant de ces troubles.
Actuellement, une théorie se dégage au plan international parmi les neuroscientifiques qui suggère que le cerveau des personnes atteintes de TSA est « hyper-connecté » à un niveau local, mais qu’à une échelle globale, les différentes zones du cortex sont fonctionnellement « déconnectées » les unes des autres. Les connexions locales peuvent « traiter » un type d’information spécifique (certains aspects de la vision par exemple). A contrario, les connexions à plus longues portées permettent au cerveau d’intégrer des informations plus complexes provenant de parties du cerveau qui traitent souvent d’aspects différents. Ce dernier type de connexion est donc nécessaire pour une perception et une compréhension fine de notre environnement extérieur.
de cet article : https://presse.inserm.fr/connexions-defaillantes-a-travers-le-cerveau-en-cause-dans-certains-troubles-de-lautisme/21521/

--

encore un topic qui se fait pourrir
et pourtant il s'agit de parler de "relations intimes"
c'est une fois de plus navrant / désolant
mais on ne peut rien y faire face aux trollages et pourrisseurs de topic
@

le signaler à la modération ?
ça sert à qqchose pour ça ?

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par fift le Mer 29 Aoû 2018 - 10:17

Noir> De mon expérience de fréquentation de différents forums, le meilleur moyen reste l'absence totale de réponse au troll, de qui que ce soit et même si ça démange fortement.
Pas facile, car à la moindre réponse, le troll rebondit.

fift

Messages : 6022
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 43
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par LaArchiMadOldR le Mer 29 Aoû 2018 - 10:20

bounce

[luv u noir]
LaArchiMadOldR
LaArchiMadOldR

Messages : 817
Date d'inscription : 09/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Mer 29 Aoû 2018 - 10:33

noir a écrit: --

encore un topic qui se fait pourrir
et pourtant il s'agit de parler de "relations intimes"
c'est une fois de plus navrant / désolant
mais on ne peut rien y faire face aux trollages et pourrisseurs de topic
@

le signaler à la modération ?
ça sert à qqchose pour ça ?

Merci pour le lien sur les connexions entre les zones du cerveau (j'ai passé un IRM 3T pour le diagnostic, je me demande si cela peut permettre de donner des indications là-dessus). Very Happy

Et + 1 pour le passage cité. Sauf que visiblement, ce genre de troll dérange moins la modération...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Invité le Mer 29 Aoû 2018 - 13:49

.


Dernière édition par Fény le Mer 31 Oct 2018 - 22:05, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Mer 29 Aoû 2018 - 17:38

avant de sans doute aller jeter un oeil à la vidéo

je rebondis sur ce quote cumulé de fift et Pabanalitor:
Y a un truc que j'ai du mal à comprendre par contre : comment ça peut être top physiquement, si intellectuellement ça ne colle pas bien ?

J'ai du mal à le comprendre aussi, mais ça existe bel et bien. Je constate seulement.

en initiant par le fait qu'un certain nombre d'aspies sont très seuls, peuvent vivre leur isolement de manière différente et pas nécessairement toujours bonne, et en l'occurrence sur le versant de l'intimité (amoureuse).

De là, des évènements de l'ordre de "l'inattendu" peuvent subvenir.

Il est aussi à intégrer une différence sensible entre hommes et femmes aspies
[outre bien sûr en évitant de faire un dessin relevant de la biologie] ah
mais sur l'acquis social / comportement social d'ensemble et attendu.

Concernant les hommes aspies, l'on retrouve finalement assez peu de choses me semble-t-il dans les témoignages / littérature / blogs / forums
et assez peu de choses écrites par les personnes autistes hommes sur ce sujet.

Les femmes aspies, sont dans l'ensemble, même si je n'en lis guère plus ni ne cotoie vraiment
/ les seuls moments où je pourrais être susceptible d'entendre parler et connaitre un peu des femmes aspies sur ce sujet - peut-être? sans doute? c'est à l'occasion d'un café qui leur est réservé - et donc de facto, j'en suis comme qq bambins hommes exclu - ah jaune (rire jaune) /
peut-être un peu plus loquaces.

Je peux transmettre un livre (non lu) d'un homme aspie qui a pris sa plume pour un récit de parcours personnel
(homme diag tardif, un peu avant la trentaine)
et de fait sensiblement "plus proche" sans doute vis à vis d'autres personnes à personnalités hommes autistes que l'on peut lire / connaitre et qui sont aussi très dissemblables, comme par exemple : Schovanec, Hugo Horiot, Tammet.

Trouvant une mention de commentaire : " Il y a cependant des différences entre la Thaïlande, où son pouvoir d'achat lui permet d'accéder à la prostitution, et l'Australie, où il vivra dans la rue. " http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=55022


---

A titre perso
et si je rajoute
d'un de mes messages de 2016 :
noir a écrit:C’est le bordel par ici !
(hi hi)

Effectivement, la notion de bordel peut déjà se décliner sous 2 aspects

(je passerai le 3ème, ou plutôt les 3èmes : les bordels, interdits en France, mais pas dans plusieurs pays limitrophes ; et là pour moi les bordels ne s’incluraient dans le bordel, n’y allant pas, c’est plus clair – encore que je pourrai développer mais ne le ferai pas)
qui est que certes je ne vais pas dans les bordels espagnols à côté, mais j'ai déjà eu une relation avec une prostituée espagnole (dans ma Fiesta..) dans un cadre déjà plus buccolique.
Au moins à cette période, qui remonte à plus de 10ans, dans un mauvais passage : c'était la fin de mon boulot en entreprise chez un paysagiste, ça se passait mal pour diverses raisons, plus isolement depuis qq années. Je n'y suis pas retourné, mais si c'était plus simple aujourd'hui, peut-être qu'à des moments j'y serai retourné ? mais les grandes boites ne m'attirent pas, "image glauque", et en plus j'ai quasi mon nom écrit en grosses lettres à l'arrière de mon véhicule perso et de travail : niveau discrétion : zéro ! Razz  - et niveau "place" dans mon véhicule : zéro ! Razz  il n'y a que 2 places à l'avant !



En grande ligne et pour se rapprocher vers le quote:

j'ai chronologiquement et grosso modo

comme écrit en page1 en 2016
noir a écrit:(j'ai déjà été en couple 7 ans)
ce serait long d'en parler (l'eus un peu fait sur un autre topic depuis) - la communication fut un des problèmes récurrents - il y eut de nombreuses séparations (de ma part) parce que j'avais des difficultés vis à vis de mes sentiments, vis à vis de certains éléments du quotidien - jusqu'à un départ final (et 2 ans de big dépression, 1pendant,avant et 1 après)

j'ai aussi fait dans le purement virtuel et relations impossibles, avec au moins "une muse" très significative à l'époque où j'écrivais
(des "relations" de l'ordre de l'année, sans jamais avoir rencontré la personne) - là, c'était un peu au-delà de l'idéalisation

et dans l'ensemble c'est semi-désertique (sans aller jusqu'à aujourd'hui où je suis en questionnement, sur moi et mon devenir Razz  à ce niveau, entends-je - ou en mûrissement - avant le flétrissement peut-être ! )

et pour enfin être au quote initial
j'ai déjà eut dans les temps passés et intermédiaires
justement une relation de l'ordre du quote initial,
une relation où il n'y a pas de projection, pas de couple en vue et mise en couple en vue
et bien c'était avec cette femme justement pour moi très bien, car (initialement) pas de projection / pas de calcul (c'était "entendu" ainsi)

[j'ai aussi déjà lu un peu ce genre de situations versus aspies]

ca a duré un peu, le temps qu'elle m'invite chez elle, me présente à ses enfants et commence à prendre des airs sérieux..

--

il est aussi à intégrer l'âge
et la trentaine pour un homme qui ne veut pas d'enfant
(en outre parce qu'il se rend compte que gérer son chien lui est déjà difficile - et ne pas aller faire de "mauvais rapprochement".. c'est juste que je suis ordinairement à la limite de gestion / autogestion - avec un chien, des fois c'est une strate de complication en plus en gestion - alors les suites,
- je ne peux supporter non plus les cris, oeuvres ordinairement des enfants)

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Mer 29 Aoû 2018 - 20:18

et encore un mot sur le quote :

Y a un truc que j'ai du mal à comprendre par contre : comment ça peut être top physiquement, si intellectuellement ça ne colle pas bien ?

J'ai du mal à le comprendre aussi, mais ça existe bel et bien. Je constate seulement.
il est une notion manquante précédemment, qui est ou peut être : le don

ce don vis à vis de l'autre peut bien sûr survenir en couple

mais souvent son objet n'est pas celui-là, et est pluriel.

Qui plus est, cette notion de don ne fait appel à l'intellectuellement partagé (qui lui est déjà un intéressement externe et donc déjà une forme calculée : consciente / inconsciente)

En fait, biologiquement,
la part de l'intellect se dépasse et peut se dépasser
sa mise en avant n'en devient majoritairement qu'un seuil de projection (de calcul)

Je vois plus les choses d'un ordre de caractère compatible (plus que d'intellect) et de don.

Et, il s'est trouvé constaté que ma seule expérience de don véritable et partagé était avec la personne évoquée (avant qu'il y eut néanmoins changement d'état / de paradigme mais plus tard)
Et dans la visée couple ou pré-couple, quand tu rencontres qn d'une manière et d'une autre
cela ne s'est pas retrouvé;
à savoir qu'il y a toujours d'une manière ou d'une autre : attente / calcul / intérêt(s) (plus ou moins caché, plus ou moins avoué)

c'est moins pur

et moi qui est du comprendre (et appliquer) la chose sous l'angle : aimer c'est donner
je me suis aux qq (cad, les fois où toutes les étapes de l'approche d'une manière x,y franchies et tous les 1ers quarts de Lune alignés avec Jupiter voir début de relation) et relation
retrouvé avec des personnes femmes qui n'étaient dans ce don, mais toujours dans l'attente de qqchose

Pas de bol ?
Peu de références ?
Nature des choses ?

nimportenawak de mon développement ^^

et donc en conclusion:
si c'est plus pur cela peut être plus top physiquement : enfin tel l'avais-je vécu / ressenti
(et la connivence intellectuelle n'était du tout à son paroxisme mais plus sensible et dans le don)

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Chunapeuprès le Jeu 30 Aoû 2018 - 8:28

Je ne suis pas certaine de saisir ton explication sur le don...
Pour ce qui est des attentes : me semble qu’elles sont plutôt normales puisque decoulant de besoins.
Besoin de stabilité, besoin de sécurité, besoin d’etre écouté, besoin de vivre ensemble...

M’est avis que t’es besoins à toi sont spécifiques et ne coïncident pas avec la plupart des femmes.

Ne serait ce que celle qui te présentent ses enfants.
Besoin de proximité, donc de t’integrer a la vie de sa famille...

Ça mène à des attentes irréalistes. Et à demander à l’autre plus qu’il ne peut.
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18439
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Jeu 30 Aoû 2018 - 14:47

chuna56 a écrit:Je ne suis pas certaine de saisir ton explication sur le don...
Pour ce qui est des attentes : me semble qu’elles sont plutôt normales puisque decoulant de besoins.
Besoin de stabilité, besoin de sécurité, besoin d’etre écouté, besoin de vivre ensemble...
j'aurai pu le compléter, mais justement le rapport au don / besoin est qu'il est à fréquence (et c'est et en tout cas fortement mon cas) une difficulté à connaitre ses (mes) besoins - ne connaissant pas mes besoins (approche faible) il s'en traduit une unidirection : le "aimer c'est donner" sinon ça n'a pas de sens.

Les autres mentions relèvent d'une sorte de normalisme,
par exemple "le besoin de vivre ensemble" risque pas forcément trouver l'approbation d'une majorité de personnes autistes - et en tout cas pas moi : je n'ai pas besoin de vivre avec qn - manger tout seul et être seul la plupart de mon temps ne me pose pb [et heureusement !  Razz  sinon je serai desséché devant une assiette vide depuis des lustres ^]


M’est avis que t’es besoins à toi sont spécifiques et ne coïncident pas avec la plupart des femmes.
je n'en sais rien !
ce que je sais (et c'est déjà pas mal de me le valider et l'affirmer) c'est que une femme qui veut un enfant - et bah ce ne sera pas dans mon besoin.
Après, toutes les femmes ne sont dans cette situation.
Mon besoin est plutôt : être aimé
et ça n'a rien à voir avec les "farandoles", et cases pragmatiques

Je devrais même m'accommoder de voir qn qq fois l'an si je sens que je ne suis seul au monde et dans le coeur de qn
(ce n'est pas non plus pour rien, si j'ai déjà eut des "histoires" complètement mentales / virtuelles - seulement, bah c'est très light quand même / trop light)

ou voir plus souvent [à voir l'exigence sociale]


Et il est clair aussi que je n'ai pas besoin de parler des heures
là, effectivement pas mal de femmes ne s'y retrouvent pas
[de toutes façons, et cela a pu se passer, genre : pré-rencontre - j'en repartais avec la tête comme une lessiveuse et aucune envie de poursuivre avec la personne: techniquement pas possible]
mais il est aussi des femmes/personnes - plus mesurées, plus calmes ou dites "plus réservées", peu bavardes - sans doute pas la plupart mais elles existent quand même
et qui n'ont un besoin de discuter pendant des heures autour d'une table.

Ne serait ce que celle qui te présentent ses enfants.
Besoin de proximité, donc de t’integrer a la vie de sa famille...
Ça mène à des attentes irréalistes. Et à demander à l’autre plus qu’il ne peut.
je ne peux pas les enfants ou très peu (pourtant je les apprécie) : quand je vais à la mer je regarde en priorité où ils ne sont pas pour m'installer (pour l'agitation et le bruit) / comment veux-tu que je puisse supporter
(alors il me faudra mettre toutes mes ressources, et les avoir, pour se faire : là je pourrais sans doute un peu plus)
Du coup, je pourrais peut-être m'orienter vers des femmes fortunées, qui m'entretiennent
et j'aurai sans doute assez de ressources pour m'occuper de cela. Bien sûr avec dans la propriété: un jacuzzi et une piscine !  Razz
petit  2nd degré
[edit: je rajoute que je peux aimer et apprécier cuisiner  Razz ]

(ah, c'était peut-être ce que tu exprimais.. j'ai dû trébucher sur le début de phrase et pas bien saisir)

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Jeu 30 Aoû 2018 - 15:30

dans les tartufferies qui peuvent parfois trainer sur internet

et qui accessoirement donnent du boulot pour le moins inutile à la modération.

L'on m'a accusé (et donc j'ai été dénoncé)
pour avoir parlé d'un bouquin d'une personne : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=55022
https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-l-actu/breizh-izel/guillaume-alemany-jeune-etudiant-brestois-raconte-son-difficile-parcours-d-autiste

qui au-delà d'être autiste asperger est aussi co-président de l'association Asperansa en Bretagne
(association où je n'ai aucun intérêt ^ je précise - juste membre du forum comme de ZC)

J'ai donc été accusé et dénoncé de faire de la pub pour mon bouquin !
moi qui est au moins 10ans de plus, me situe à l'opposé de la France (cf signature et mon inscription sur ce forum) - et avec accessoirement qq personnes qui connaissent mon nom

L'on peut voir de tout sur le net
et pas que de la perspicacité
Razz

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Chunapeuprès le Jeu 30 Aoû 2018 - 18:09

En fait, toute la question est : mais comment trouver ces femmes qui pourraient te convenir ?

Ya pas que les aspergirls, je pense, même si forcément ça serait ptèt plus simple plus fonctionnement similaire.

De ce que tu dis : (non pas, la femme riche avec jacuzzi ^^)
Qq1 de peu bavard, qui a des besoins de contact physique modérés (entendre pas besoin de voir l'autre tous les jours), et sans envie de vivre l'un avec l'autre,
je pense que ça existe.

La meilleure solution : deviens un amant!
La nana elle voudra pas de toi dans sa vie, uniquement ton corps pour des nuits torrides Dent pétée
(riche, oui, ça va de soi)

plus sérieusement, le fait de pas avoir envie de vivre avec l'autre, c'est régulier qu'on trouve ça, soit chez des femmes qui ne veulent pas d'enfant, soit des femmes d'un certain âge qui ne veulent plus s'enquiquiner avec la vie de couple.
C'est le fait de ne pas parler beaucoup qui peut être compliqué à gérer, je pense.

Un "retour" de femme qui pourrait ptèt être intéressant : je me plains souvent que je suis seule, mais si je suis plus honnête, quand je regarde ma vie : ce qui m'est pesant est de ne pas être certaine de l'affection de l'autre. ça me dérange pas tant une relation à distance, si je sais que je vois mon compagnon de manière régulière, même si c'est 2 fois par an (bon, ça me dérange ptèt plus depuis que j'ai ma maison à retaper, à 2 ça serait plus simple lol) mais de manière certaine.
Et donc dans ma dernière relation à distance, le fait que l'autre exprime peu son attachement était très insécurisant, et difficile à vivre pour moi (ne sachant finalement jamais si je pouvais me considérer en couple ou non).
Je sais pas si je suis unique dans ce besoin, je crois bien que non.
Donc ptèt le truc à prendre en compte, dans une relation à distance?

(par contre, pour le coup, vu comme je suis bavarde, je suis pas la meilleure candidate pour un asperger ptdr ^^ )
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18439
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Jeu 30 Aoû 2018 - 18:21

Juste en complément, sur les besoins

je me questionne encore un peu, cela au niveau du très intime (acte/fréquence, toussa),
vis à vis de ce contenu:

"Je devrais même m'accommoder de voir qn qq fois l'an si je sens que je ne suis seul au monde et dans le coeur de qn
(ce n'est pas non plus pour rien, si j'ai déjà eut des "histoires" complètement mentales / virtuelles - seulement, bah c'est très light quand même / trop light)"
ou voir plus souvent [à voir l'exigence sociale]
"

et en retournant vers le quote partagé et son contenu:
Y a un truc que j'ai du mal à comprendre par contre : comment ça peut être top physiquement, si intellectuellement ça ne colle pas bien ?

J'ai du mal à le comprendre aussi, mais ça existe bel et bien. Je constate seulement
il est que ici, l'on parle, on va parler de jouissance / extase au niveau de l'individu

Tout cela a un fondement biochimique (on le sait assez / un peu); cf "le top physiquement"

et sans doute, relativement à cette biochimie interne et ce "top physiquement"
le "plus gros pied de nez" découvert dans des années antérieures était que soi-même

(sans main ni objet quelconque - enfin je ne m'aventure du côté féminin)

l'on peut atteindre voir dépasser cet état voir ces états
et cela sans bouger et sans rien faire via de la méditation

(je suis à des kms de ce moindre état aujourd'hui mais j'eus connu et expérimenté à une époque de manière avancée / soutenue)

Après, cela ne remplace pas l'attention, l'affection, la tendresse, ces choses
mais autant le fondement (y compris biochimique sera différent), autant l'on ne parlera plus de "top physiquement".
Aussi, je garde attention, affection, tendresse dans ce qui se distingue / vaut le coup.

Pour en arriver à une tendance qui est que l'acte sexuel c'est pas des masses transcendant et un peu limité.
Peut-être l'écris-je un peu influencé par la disette,
oui sans doute mais pas tant ou pas totalement. Et cela en parlant du côté masculin (et en ce qui concerne ma considération). Bon ,je développe quand même pas trop sous peine de passer réservé moins de 18ans - mais on s'imagine

Seulement, il peut aussi y avoir une part relevant du besoin, y compris physique/physiologique
ou pas fondamentalement?? ça se discute

et il est clair que l'on peut trouver matière à y répondre directement / "facilement" ou pas aussi- selon le selon

---
bon je m'arrête là..

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Jeu 30 Aoû 2018 - 19:03

sans répondre point par point, chuna

mais à cela :
"En fait, toute la question est : mais comment trouver ces femmes qui pourraient te convenir ?"

le 1er questionnement à solder et envisager un chambardement sera/it de me dire que je ne suis pas condamné et vais forcément rester tout seul ad vitam eternam, parce que je ne serai pas capable / ou ça n'ira pas
chose installée de plus en plus (depuis des années) et qui ne s'est "arrangée" post diag

Je sais déjà des choses à éviter pour moi
des choses à privilégier
une trame générale ^ mais encore un peu floue

et j'envisage de ne pas être inapte

Et socialement, j'ai passé 3 demi à presque journée avec une damoiselle (mer et poissons) il y a 15jours.
c'était ma plus intense séquence sociale et personnelle depuis des années ^
ça s'était bien passé -
j'ai pu mesurer que si je prends de mes particularités mieux en compte, ça peut être mieux pour moi et l'ensemble.
N'en disant plus.

Idéalement peut-être, ce serait plutôt qn de ma ville, et un peu du chacun chez soi.
Et si elle a un jaccuzzi ce serait encore mieux !
cyclops

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Chunapeuprès le Jeu 30 Aoû 2018 - 19:06

Je serre les doigts et croise mes fesses Smile (ça a marché deux fois, et on dit jamais deux cent trois)
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18439
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Jeu 30 Aoû 2018 - 19:15

belle souplesse chuna Wink

dans le "je n'en dis pas plus" il faut juste y lire que je ne suis pas capable d'en dire plus - il s'agissait de partages et moments amicaux avec une personne installée à 2h et rapprochée pendant des vacances

l'ensemble au moins m'a montré que ça s'était bien passé

--

edit: je pensais à ce point précis, mais peut-être n'aurai-je du et ce n'était le cas.

Dans tous les cas, merci pour tes encouragements Smile

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par Chunapeuprès le Jeu 30 Aoû 2018 - 19:40

J'avais compris, mais je trouve que c'est énorme quand on passe de "je suis incapable" à "peut être que je peux".
S'ouvrir le champ des possibles Smile
Chunapeuprès
Chunapeuprès

Messages : 18439
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 39
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par fift le Jeu 30 Aoû 2018 - 19:53

Impec !

Votre discussion fait plaisir à lire
(et Noir, j'ai l'impression que ça fait longtemps que je ne t'ai pas lu aussi peu pessimiste - mais évidemment, je n'ai pas lu tout ce que tu as publié ! Juste une impression comme ça).

fift

Messages : 6022
Date d'inscription : 26/04/2016
Age : 43
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Asperger et relations intimes - Page 2 Empty Re: Asperger et relations intimes

Message par noir le Jeu 30 Aoû 2018 - 21:40

fift et chuna : oui (re)déployer ses ailes

des choses qui se digèrent, des vacances bénéfiques, pas trop de pression alentours
[et internet vraisemblablement réparé et fonctionnel, espérant-le durablement !  Smile ]

sur ce que j'écrivais au début de la décennie, des fois je pourrais me relire, ça ne me ferait pas de mal

Spoiler:
Le Héron



Suspendues dans le temps
Ses aiguilles vacillantes
Il est neuf heures et quart
Sur son horloge géante
Quand les ailes du Héron
Planent, sur l’horizon
Et s’y fixent à la montre
Tout à l’horizontal
Perché entre deux mondes
Entre deux plumes distales
Des cendres dispersées
Longent son corps cendré
Ses pattes resserrées
Des échasses segmentées
Sont une longue traînée
Apposée aux courants
De l’air qui le traverse
Un courant ascendant
Il survola les cimes
Prit l’avion comme mime
Un planeur silencieux
Il en gémit un cri
Venant du fond des cieux
Y résonne sans le bruit
En cet instant précieux
Il est neuf heures et quart
Un moment absolu
Figé dans son regard
Le temps est révolu
J’y disperse mes cendres
Le long du corps cendré
Le Héron invitant
A mes ailes déployer
Je suivis son mouvement
Dépassai le clocher
Je voyais tous les gens
Avaient rapetissé
Je me sentais plus grand
Bien qu’en étant petits
Nous regardions d’en haut
Et nos plumes sous le vent
Soulevant les montagnes
Au crépitement des âmes
Force, fragilité
Sa plume le fit voler
De grâce et majesté

J’étais à ses côtés

Dans l’air :  l’Eternité.

et dans l'ensemble, j'écrivais en toutes directions
(comme ça venait)

noir

Messages : 2447
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 43
Localisation : sud des PO

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum