Concilier boulot à risques et zébritude?

Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par H Hesse le Lun 12 Oct 2015 - 1:35

Bonsoir tous,

Voilà, je me pose cette question en extrapolant à partir de mon cas (forcément), mais je voulais savoir s'il y a parmi vous des gens qui exercent un métier "compliqué émotionnellement" et qui arrivent à l'assumer malgré une hyper-sensibilité zébrée?

Le but est, je vous le cache pas, d'essayer de gérer ma propre situation. Je vous résume pour que vous appréhendiez les enjeux. Comme j'avais indiqué dans ma présentation sur ce forum, je suis officier de protection des réfugiés, je travaille donc dans un établissement indépendant (sic) qui était méconnu jusqu'il y a peu et qui s'occupe des demandes d'asile, mon travail consistant à recevoir les personnes en entretien et à instruire leur dossier en vue ou non de leur reconnaître le statut de réfugié. Je précise d'emblée que je ne pourrais étayer sur mes conditions de travail et politique interne, pour la confidentialité toussa.

Ce boulot comporte donc une dimension sociale non négligeable et une dimension émotionnelle tout aussi conséquente. Tous les jours, je reçois des personnes avec une histoire (vraie ou pas) chargée. Mes matinées sont faites de tortures, viols collectifs, massacres et j'en passe. Il se passe rarement une semaine sans que je ne sorte d'un entretien particulièrement dur sans une envie irrépressible de chialer ou buter la moitié du monde. Ca c'est le symptôme immédiat. Le symptôme longue durée est un poison qui se distille progressivement dans ma tête et qui altère profondément ma lecture du monde. Tout ça est évidemment amplifié par mon hyper-sensibilité et mon rapport déjà particulièrement compliqué avec ce monde (ça va être mon mot-valise ce soir).

Pourtant, j'aime aussi, parfois, ce que je fais. Je sais que je suis empathique et que je préfère être à cette place qu'un enfoiré. Et je sais que, sur certains cas, y a des personnes que je peux vraiment aider, ce qui est très très loin d'être toujours dans mes possibilités. Car, outre certains aspects de rythme de travail, je ne peux qu'écouter les migrants économiques, en vraie galère mais ne rentrant pas dans la case du droit d'asile ou ayant vécu des misères dans des pays qui ne sont pas les leurs.

Bref, ce travail soulève beaucoup de questions contradictoires. Je me sens utile, parfois, et en même temps j'ai énormément de difficultés à ne pas ramener ces histoires dans ma tête, et à ne pas me négliger singulièrement car voyant de moins en moins d'intérêt dans les choses du monde. Ce serait con que Machiavel ait ma peau après tout ce temps. Voilà si quelqu'un a déjà vécu une expérience à peu près similaire, je serai bien éclairé de savoir comment elle/il a géré Smile

Bonne nuit, la bise
H Hesse
H Hesse

Messages : 17
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 31
Localisation : Théâtre magique, pour les fous uniquement

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par Invité le Lun 12 Oct 2015 - 6:49

Bonjour H Hesse

Tout d'abord merci(et chapeau!) d'avoir eu le courage d'endosser cette responsabilité humaine , et de porter pour nous-les autres-l'idéal d'un certain type de société humaine.

Pour répondre à ta question, je dirais qu'il faut parvenir à l'équilibre entre vie personnelle(climat affectif prédominant, à la maison par exemple, ou entre amis, amoureux,...),vie professionnelle(climat relationnel et intellectuel prédominant: importance du réseau de travail, des possibilités d'échanger, de "débriefer" comme on dit maintenant, de péter les plombs, parfois ,quand c'est allé au-delà de nos capacités à encaisser) et vie intérieure (spiritualité, réflexion philosophique, créativité...).
Et quand tu sens qu'il y a vraiment un gros déséquilibre, qu'aller à ton travail devient de plus en plus oppressant, qu'il ne te quitte plus, à la maison, dans la rue, dans les soirées, le week-end, que le monde devient de plus en plus gris, puis noir, je pense qu'il faut avoir le courage (je dis bien le courage , parce que ,bien sûr , à chaque nouvelle situation que tu dois prendre en charge , il est bien évident que tu auras toujours plus dans ta vie, actuellement, que ce que ces pauvres hommes-femmes ou enfants ont < du coup , taire , écraser tes besoins propres , parce que dans ton idéal de toi, il est totalement indécent de penser à toi devant toute cette souffrance , cette misère et ce dénuement, etc.... ; et donc, courage , car il faut apprendre à être faillible , faible parfois, désespéré aussi ,et reconnaître ses limites ) d'aller voir quelqu'un d'autre (un chef, un thérapeute, le médecin du travail...) pour y voir plus clair sur la suite ,quitte à faire une pause dans ton travail , ou plus (en changer)si c'est nécessaire. Porter , seul , une telle charge émotionnelle ,ne me semble pas salutaire.

Bon ! cela fait très moralisateur ce que je t'écris là .
Mais , d'expérience personnelle , il est très long de se remettre dans les rails quand on est allé jusqu'à l'épuisement.
Je suppose que dans votre travail, il y a des possibilités de stages de formation continue pour aider les aidants ?
Et des échanges entre collègues ?
Et puis , aussi , peut-être , faire partie d'associations qui soutiennent ces migrants dans leur intégration ? Voir l' "après" , quand il y a des éclats de rire dans les cours de français langue étrangère, ou d'échanges de cuisines du monde, ou de musiques,etc ?.Avoir un petit journal de l'installation de certains , leur boulot , leur vie de famille, leurs enfants nés en France...Voir ce pour quoi vous travaillez : permettre à ceux qui arrivent de vivre dans la paix, la possibilité de construire un avenir, de retrouver leur dignité d'être humain.
Bon courage à toi .
Et merci encore . (je suis épatée par ta jeunesse. Prends soin de toi!) flower

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par Alex du 55 le Jeu 22 Oct 2015 - 0:54

Bonsoir.

Concernant le boulot,voici un peu de mon vécu.

Aide soignante ,au debut en long séjour, super relationnel avec les résidents mais beaucoup d'empathie,ce qui ne me permettais de ne pas faire la coupure en sortant de mon travail.Quelques années plus tard et un nombre incalculable de CDD,une super idée me traverse l'esprit!! Quitte à ne pas avoir de CDI,autant essayer l'intérim!! Grace à ça ,je vais me préserver....

Mais oui une brillante idée de génie,comme ça, différents services,avec les patients et pathologies diverses et une empathie moins forte,moins d'émotion ou sensibilité exacerbé.
Et là!C'est le drame!! Effet boomerang.

Empathie,émotion,sensibilité ++++.

Ce que je pensais être un exutoire est devenu mon pire cauchemar..Oui c'est bien le mot.

Frôlant le burn out,j'ai mis ma carrière entre parenthèses.

Et tout ça pas par rapport à la surcharge de travail,mais à mon ressenti.J'aurai voulu soigner et guèrir tout le monde ,mais sans baguette magique .....

Et le soutien moral dans tout ça me direz vous? Entre collègues ou par sa hiérarchie?

Rien ,que nenni,que dalle. C'est chacun pour sa pomme!Pour certains,chouette la paie tous les mois,pour d'autres On bosse point barre.Pas le temps de faire dans les sentiments avec les patients ...
Alex du 55
Alex du 55

Messages : 9
Date d'inscription : 21/10/2015
Age : 46
Localisation : Void Vacon 55

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par fleurblanche le Jeu 22 Oct 2015 - 1:24

Salut H Hesse !

Normalement, les personnes qui sont engagées dans des relations d'aide, quelque soit la forme de cette aide, qui sont exposées à entendre des récits de la part de clients/bénéficiaires, sont censées être elles-mêmes soutenues pour prévenir et gérer le burn out.

Il faudrait te renseigner si une telle formation, sur le burn out, n'est pas disponible pour toi et tes collègues. Et ne pas hésiter à la réclamer car il en va non seulement du bien-être psychosocial de toi et tes collègues, mais aussi de votre productivité au travail.

En attendant, tes collègues et toi pouvez mettre sur pied un espace d'écoute et de partage pour vous-même, une rencontre hebdomadaire au cours de laquelle chacun pourra exprimer aux autres comment il s'est senti, etc. et recevoir du soutien de ses collègues.

Le plus difficile dans ce genre de boulot, c'est de garder la bonne distance avec les clients/bénéficiaires : ni trop proche pour ne pas être affecté émotionnellement, ni trop lointain pour pouvoir agir avec empathie envers les clients.

Dans certains milieux professionnels, les travailleurs engagés dans de telles relations d'aide ont un nombre maximum de clients qu'ils peuvent écouter par jour, tout ceci justement afin de pouvoir empêcher la survenue d'un trop plein émotionnel chez le personnel.

Pour le reste, les autres en ont parlé : faire totalement autre chose à la maison, décompresser, ne pas ramener du travail à la maison, avoir des loisirs, etc.

Une chose aussi que l'on peut faire : se focaliser sur les réussites dans son travail, les vies que tu as contribué à changer, à améliorer, les marques de reconnaissance de certains clients, parfois, les sourires sur leurs visages... Tout ça redonne du cœur à l'ouvrage et met en arrière-plan les aspects négatifs du boulot.

Bon courage !
fleurblanche
fleurblanche

Messages : 4461
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 51
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par H Hesse le Mar 19 Sep 2017 - 21:12

Merci beaucoup pour vos réponses à vous trois.
Oui, je vous écris deux ans après, je m'en excuse. En fait, je suis tombé dans le piège, que vous aviez souligné, dans les possibles. Depuis le message initial, je me suis spécialisé dans le traite des êtres humains subsaharienne, je n'ai fait que ça, j'y suis parti en mission d'ailleurs. Et je me suis perdu, dans l'oubli de moi, dans l'alcoolisme, dans tous les palliatifs court-termistes illusoires. Je ne suis pas revenu ici car, je pense, j'étais effrayé d'essayer de voir des réponses qui confirmeraient mes craintes, ou, tout simplement, qui me feraient du bien.
Si je reviens, c'est aussi parce que je veux tourner cette page. J'ai vu le pire de l'être humain, j'ai envie de voir le meilleur. Je pense qu'en tant que zèbres, on ne peut être exposés qu'un temps à tout ça, sinon on intériorise tout, et on meurt, ou on se tue, car ce n'est pas possible de faire autrement. J'ai, du coup, décidé d'arrêter de me tuer, lentement, et de quitter mon taff, sous réserve que je trouve quelque chose d'autre stimulant. Encore une fois, merci pour vos réponses, et à nouveau mes excuses de ne pas avoir répondu, j'ai essayé de disparaître mais ça n'a pas marché.
H Hesse
H Hesse

Messages : 17
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 31
Localisation : Théâtre magique, pour les fous uniquement

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par MissMiaouw le Mer 20 Sep 2017 - 16:31

Bonjour, y a-t-il encore quelqu'un?
MissMiaouw
MissMiaouw

Messages : 388
Date d'inscription : 29/03/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par Flaurale le Mer 20 Sep 2017 - 18:55

Je suis diplômée du travail social depuis peu, et ma formation a été très dure, mais pas comme on peut se l'imaginer. mes stages étaient passionnants, même s'il y avait des situations difficiles (gros problèmes familiaux, domaine du handicap et de la protection de l'enfance), il y avait aussi de très bons moments, avec les personnes accompagnées comme avec l'équipe. Par contre, j'ai aussi été le témoin de beaucoup de professionnels déconnants, de collègues de promo déconnants, et ça m'a bien fichu les boules.

J'avais justement idéalisé le taux d'empathie d'un travailleur social, sûrement parce que mon côté zèbre me fait croire qu'il est évident qu'on arrive dans ce métier en étant non-jugeant, et en laissant les personnes trouver leurs chemins sans les humilier, etc... En fait, c'est pas si évident. Ce qui est évident c'est ma grande naïveté ^^
Du coup, je viens de décrocher un emploi, dans un job autre que celui pour lequel je me suis formé, mais qui a un peu de lien quand même car je dois accompagner des enfants en situation de handicap. On va voir si ça rallume la flamme Smile
Flaurale
Flaurale

Messages : 196
Date d'inscription : 12/09/2017
Age : 29
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par H Hesse le Ven 22 Sep 2017 - 15:16

Hello à vous deux. Ouais ouais on est là MissMiaouw Smile.
Je partage ton analyse Flaurale, à savoir que moi aussi j'ai beaucoup déchanté au fur et à mesure que je voyais des collègues avoir des comportements très border, traiter les gens qu'on est sensés aider comme des moins que rien, les petites gueguerres d'ego finalement bien plus présentes que dans d 'autres secteurs pro sans composante "sociale". . Le problème vis à vis de ça, je pense, découle aussi de notre lecture du monde, notre tendance à apposer nos valeurs auxquelles on ne peut déroger à nos autres collègues. On finit irrémédiablement déçus, et je pense qu'il faut lâcher prise sur cet état de fait, que le monde et les gens ne vont pas agir comme on aimerait qu'ils le fassent. L'important est d'agir nous mêmes en cohérence avec nos valeurs et de ne pas attendre que les autres le fassent pour nous Smile.
H Hesse
H Hesse

Messages : 17
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 31
Localisation : Théâtre magique, pour les fous uniquement

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par MissMiaouw le Ven 22 Sep 2017 - 15:27

Je suis assistante sociale en milieu carcéral. Depuis 10 ans.
Je ne sais pas quoi dire d'autre...

J'ai appris à gérer par un travail personnel. Ce travail n'était pas orienté vers mon emploi, mais en apprenant à me gérer dans ma vie privée, j'ai appris à me gérer dans la vie professionnelle. J'ai appris à gérer mon empathie, ma violence aussi, en apprenant à m'occuper de moi, à bien faire la différence entre moi et les autres, pour mieux accepter autant moi que les autres. Pour être dans le respect le plus grand possible de moi-même et des autres.

Aujourd'hui, je suis fatiguée de cet emploi que j'adore, mais je pense que c'est normal. Les études montrent qu'un travailleur social change de poste tous les 10 ans. Je suis pile poil dans le tempo. S'émousser, c'est normal.
MissMiaouw
MissMiaouw

Messages : 388
Date d'inscription : 29/03/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par H Hesse le Sam 23 Sep 2017 - 13:09

Oui, 10 ans ça me semble un maximum pour ce type d'expériences. Moi-même trois années m'auront suffit. Mais, est ce que tu envisages de te réorienter vers un autre type d'expérience pro ou continuer dans un emploi avec cette composante "sociale"?
H Hesse
H Hesse

Messages : 17
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 31
Localisation : Théâtre magique, pour les fous uniquement

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par Flaurale le Sam 23 Sep 2017 - 16:42

Effectivement, j'ai du mal à accepter d'être la personne la plus investie professionnellement, alors que je suis une débutante. Je me suis fait malmener pour mon diplôme car j'avais décidé de parler maltraitance dans un dossier... Clairement, je n'ai pas le profil qui ferme sa gueule et qui en fait le moins possible. Evidemment, tout le monde n'est pas comme ça ! Mais j'en ai rencontré, et ceux-là ont tendance à ne pas apprécier ma façon de faire. Sachant que je fais passer l'intérêt des personnes que j'accompagne avant "ce qui m'arrange" ou "ce qui me prend le moins de temps."

J'arrive à accepter qu'on se comporte différemment de moi, ce qui devient dur par contre, c'est quand des collègues me mettent des bâtons dans les roues et que ça retombe sur les personnes que j'accompagne. Autant, je comprends que ma tronche ne puisse pas revenir à autrui, autant je ne comprends pas, quand ton boulot est d'accompagner des gens dans une relation d'aide, que tu n'hésites pas à les foutre dans des situations merdiques juste pour faire chier ta collègue. Et ce type d'injustice, vraiment ça me fait bloquer !

Je prends pas mal soin de moi sinon, sport et yoga notamment, pour me rappeler de lâcher prise et ne pas prendre mon travail trop à coeur non plus... J'ai encore du boulot ^^
Flaurale
Flaurale

Messages : 196
Date d'inscription : 12/09/2017
Age : 29
Localisation : Rennes

Revenir en haut Aller en bas

Concilier boulot à risques et zébritude? Empty Re: Concilier boulot à risques et zébritude?

Message par MissMiaouw le Sam 23 Sep 2017 - 20:06

H Hesse a écrit:Oui, 10 ans ça me semble un maximum pour ce type d'expériences. Moi-même trois années m'auront suffit. Mais, est ce que tu envisages de te réorienter vers un autre type d'expérience pro ou continuer dans un emploi avec cette composante "sociale"?

Je ne sais faire que ça : entendre les gens, écouter les gens, parler avec les gens, voir les incohérences, aider à les mettre à jour et décider de ce qu'on en fait.
Je vais donc rester dans un boulot à composante sociale au sens où je vais continuer de prendre soin de gens qui ont besoin qu'on prenne soin d'eux. J'ai envie de me tourner vers les travailleurs de ma structure, maintenant. Mais il faut voir où ça me mènera en réalité.
MissMiaouw
MissMiaouw

Messages : 388
Date d'inscription : 29/03/2011
Localisation : Bruxelles

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum